Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La révélation « démocratique » des primaires

La révélation « démocratique » des primaires

Les primaires du PS remettent enfin un peu de démocratie dans la vie politique.
Depuis des mois, grâce aux théories toxiques de la dette et de la santé des banques et des marchés, on en était venu à penser que là, et là seulement, se situent les vrais pouvoirs.

Au prix de ces fausses vérités, "on" peut saigner le peuple à blanc ( les grecs en savent quelque chose), "on" peut laminer l'éducation et la culture en les rangeant au rang de produits d'épicerie ( l'AGCS ne dit pas autre chose) et les dirigeants fricollabos en viennent à penser qu'ont peut diriger exclusivement en fonction des souhaits des divinités du marché... en oubliant que « démocratie » veut dire « pouvoir du peuple » .

 Notons tout d'abord qu'une partie représentative de ce peuple, celle qui en a marre de renflouer les déficits pour le profit d'une bande de truands légaux , vient d'accorder 17 % à un certain Montebourg qui propose de les mettre au pas.
Tout seul comme un grand, il a osé lancer des idées réputées impossibles par la science magouillo-financière... De droite comme de gauche.
Il faut se rappeler que les 40 heures, l'interdiction de travailler pour les enfants de moins de 14 ans, les congés payés et la retraite ont en leurs temps été déclarés impossibles.

Et si c'était ce que veut le Peuple ?

Question stupide ! Penserait un ancien trésorier de l'UMP un peu plus arrogant que les autres. Impossible à mettre en œuvre ! Pensent tous les dirigeants potentiels nourris au biberon de la finance.

Que devient le mot démocratie (dans son sens premier) lorsque le moindre pet de travers de la haute finance commande d'abandonner en quelques mois les acquis de plusieurs décennies de débat démocratique ? Je vous laisse la réponse.

La droite s'empêtre dans ses contradictions

Fillon trouve ça moderne (l'adjectif le plus ringard qui soit), d'autres pensent en silence que leur propre camp devrait s'en inspirer. Même Claude Guéant, à qui on avait confié la mission de savonner la planche, trouve ça bien même si ça révèle l'absence « d'un vrai leader à gauche ». Il oublie juste qu'en démocratie un vrai leader doit être désigné par le peuple, sinon c'est un dictateur.

Et la dessus, en cheftaine godillot, voilà Nadine Morano qui estime que la primaire ne signifie rien et « qu'elle n'a pas mobilisé la gauche ». Ce qui mobilise le mieux c'est un playback sur une chanson gnan-gnan.

Bref, comme on dit à droite : ça fait débat.

Si vous avez bien suivi, aucun (à ma connaissance) n'a prononcé le mot « démocratique ». Ils ont du oublier … Le mot.

Et Maintenant, il faut aller au bout

Nombre de celles et ceux qui ont voté Montebourg ont profité d'une occasion pour faire entendre leur ras le bol sans être trop pressé de sacrer Martine la première ou Francois le second, qui a déjà déclaré qu'il « comprenait » ce vote ( quand on connaît Monsieur « on verra », on sait ce que ça signifie).

Pour récupérer le précieux pactole d'Arnaud, le choix des mots et de l'attitude sera déterminant.

Si l'on adhère trop à ses idées, on se coupe de l'électorat le plus à droite (qui pense comme Vals en silence à une jolie TVA sociale, et un bon tournevis).

Si l'on continue à affirmer que ses idées sont farfelues, on risque de perdre le combat primaire.

Et de plus Montebourg sait qu'il n'est rien sans ce père PS qui l'a façonné (même s'il termine son Eudipe). Il doit donc jouer le jeu même s'il lui reste quelques « vases de soissons » derrière la tête. Audrey lui conseillera peut-être la modernité féministe.

Très joli travail de com en perspective. Il faudrait peut-être demander conseil à celui qui se présentait comme le meilleur DRH du PS il y a 4 ans.

Les écolos sont une composante du vote qui n'était pas directement représentée, mais qui compte. Martine a semblé plus ouverte à l'idée d'abandonner le nucléaire lors du premier débat. S'ils sont fort peu intéressés par la cuisine interne, les écologistes n'oublient pas qu'une alliance avec le PS entre les deux tours de la présidentielle sera conditionné à cette promesse.

Là aussi il faudra adopter une ligne stratégique fine.

Ben ça leur en fait du boulot ! Et en plus il faut verser quelques larmes de crocodile sur le triste sort de Ségolène. Elle avait pourtant finement observé pour le débat qu'avec un fond bleu et blanc, il fallait un chemisier rouge pour faire tout à fait républicain … Le bas peuple n'a pas compris.

Comme disait ma grand tante : « la démocratie, c'est pas d'la tarte ! »


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • kaloutch kaloutch 11 octobre 2011 08:50

    Evidemment, il faut bien trouver matière à critiquer ce qui gène ou que l’on a pas lu.
    Saint Louis a aussi dit des choses intéressantes qui concerne la situation d’aujourd’hui.
    La situation politique n’est pas immuable que la pensée des « historiens »


  • Nanar M Nanar M 11 octobre 2011 08:09

    J’aime bien l’expression Dirigeants Fricollabos.
    A la libération il faudra les tondre....jusqu’au dernier centime.


    • kaloutch kaloutch 11 octobre 2011 08:55

      Merci d’aimer, mais je sens une pointe d’ironie, moi qui sais ce que « tondre » a signifié.

      Mais vous avez raison dans votre puissante réflexion : ce n’est bien sûr pas le fric qui inspire les réactions de nos politiques : c’est l’amour ! tout comme vous.
      au-dessus Tocqueville comme argument, ici la référence à la seconde guerre mondiale...
      On nage en plein progressisme !



    • eric 16 octobre 2011 17:13

      Ah la gauche ! C’est fou fou fou !

      Quant on pense que ce sont des partis de profs et qu’il sont un français tellement dégradé, on ne s’étonne plus de nos classements PISA !

      1 La démocratie, c’est que des gens qui ont des responsabilités et expriment leur choix. Au niveau d’une nation cela se nomme la citoyenneté. Un ensemble de droits et de devoirs. Je vote et je paye des impôts. Éventuellement, je me bats. En tout état de cause, j’assume les conséquences possibles de mon vote.

      Ici, on demande à tous ceux qui passent par là de venir donner leur avis sur le choix du leader d’un parti et donc sur sa ligne politique.
      Ce n’est pas de la démocratie parce que pas mal de gens dans ce corps électoral quand même assez étrange ne sont en rien responsables de leurs choix. Et je ne parle pas des mineurs et étrangers tant ils sont annecdotiques, mais qualitativement, c’est la même conception a-démocratique.
      D’après les rares études sociologiques prêt de 30 % des votant ne sont pas sympathisants du PS ni même des gens s’apprêtant à voter pour l’un ou l’autre éventuels candidats au premier tour.
      12% seraient d’extrême gauche écolobio etc..., 8% de toutes les droites.

      Pour comprendre à quel point c’est délirant, malgré les torrent d’autosatisfaction des gauches, il faut se représenter la même chose dans l’autre camps. Imaginer l’UMP organiser un vote ouvert aux militants du FN et du NPA, aux écolos et au PS pour savoir si elle doit présenter Sarkozy ou pas ... !
      Ou alors si on met en œuvre le protectionnisme démondialisateur, organiser un référendum avec les chinois pour savoir si on leur impose des droits de douane ou pas. Après tout, ils sont concernés et dés lors que le PS envisage de faire voter les étrangers....

      2 La démocratie ce n’est pas le people c’est le choix d’options politiques :

      Or, ici, on défini un programme, il est voté à l’unanimité, et ensuite, on demande de voter pour des personnes ! De deux choses l’une, ces personnes ont l’intention d’appliquer le programme et donc peut importe qui est élu et on se demande même pourquoi organiser une consultation aussi large, l’autre, ils ne pensent pas le faire et alors se sont des menteurs. Dans les deux cas, on ne voit pas très bien où est la démocratie......Tu vote pour l’un tu votes pour l’autre, de toute façon c’est le même programme.

      La démocratie, cela demande un peu de transparence :

      3) Les marchandages du type, le parti au 14 000 adhérents à jour de leur cotisation exige du parti au 135 000 un engagement sur la renonciation au nucléaire pour les 65 autres millions, pour se reporter au second tour, sur le plan démocratique, c’est quand même assez loin d’un referendum ouvert à toute la population sur un choix qui mériterait quand même autre chose que des négociations de couloirs dans le seul but de prendre le pouvoir pour le pouvoir.

      4) La démocratie c’est aussi d’écouter le peuple : 55 à 60% d’intentions de vote au premier tour pour la droite en période de crise, d’absence d’alternance et avec Sarkozy, et au lieu de se demander ce qu’elle devrait changer dans ses idées pour limiter ce rejet massif, la gauche se demande quel candidat elle doit adopter pour cacher sa coupure d’avec la population, quelles alliances contre nature conclure, quelle extrême droite favoriser pour gagner en étant minoritaire. Holland est pour l’Europe,Melenchon est contre. VOus me direz le FN est contre l’UMP est pour. Oui, mais il ne s’allient pas.

      Enfin, les « conquêtes sociales » Un seul exemple : 5 semaines de congés payés, trois à droite 2 à gauche. Allez sans regarder, sans tricher, quand la droite à elle obtenu ses trois semaines ? Vous ne le savez pas parce que cela s’est fait progressivement en fonction des possibilités, en souplesse. A gauche on sait. Cela c’est fait de telle manière que dans les deux cas, dans l’année qui a suivi, on s’est retrouvé dans une telle situation qu’il a fallu faire machine arrière d’urgence et en catastrophe en revenant sur toutes les promesses qui avaient été faites et en mettant le pays dans un état dont on se souvient encore des années après...

      On ne peut pas raisonnablement confier le pays à des gens pareils en pèriode de crise. Nous n’avons pas les moyens.


      • Robert GIL ROBERT GIL 17 octobre 2011 08:36
        Ca y est ! Après des primaires très médiatisées, le PS a désigné son candidat.
        Alors pour ne pas revivre 2002, la gauche caviar va nous expliquer qu’il faut
        voter utile dés le premier tour. Super !
        Une vraie gauche a le devoir de porter des projets nouveaux, rien n’est
        utopique  : l’abolition de l’esclavage, la journée de 8H, les congés payés, la
        retraite et la sécurité sociale... ça c’était de l’utopie ! Et pourtant ! Lire :

        http://2ccr.unblog.fr/2011/10/17/vers-le-vote-utile/


        • kaloutch kaloutch 17 octobre 2011 09:07

          La gauche citoyenne ! Apparemment intéressant.
          Sauf que l’émergence de mouvements, des partis, d’organe de presse éphémères, dont certains portent de joli noms ( tel le nouveau front populaire anticapitatliste) me paraissent fort peu lisibles.
          Sur le fond : qu’une nouvelle gauche dans une situation nouvelle sans précédent ait le devoir de porter des projets nouveaux basés sur une analyse saine et avec des objectifs plus humain que financiers.... c’ est sûr . 

          Mais :
           
          - qui serait-elle et quelles seraient ses vraies capacités à agir ?
          - Qui voterait pour cette gauche là ?

          Si les 95 % de la population que pense représenter le mouvement des indignés votaient pour ce type de changement, le promblème ne se poserait pas
          La révolution, c’est pas de la tarte non plus



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès