Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La société civile doit porter un projet de civilisation pour la (...)

La société civile doit porter un projet de civilisation pour la présidentielle de 2012

Le « troisième homme » de la présidentielle de 2012 doit être la société civile, avec un véritable projet de civilisation.

Nous vivons une véritable crise systémique qui nous impose de réviser en profondeur nos façons de produire, de consommer et d’investir et appelle une véritable « politique de civilisation ».
 
Cette idée s’est largement diffusée dans tous les milieux politiques et économiques mais reste hélas encore largement à l’état de discours. Les réponses mises en place ressemblent pour le moment plus aux vieilles recettes reliftées qu’à de nouvelles solutions de rupture.
 
2012, un rendez-vous crucial qui risque d’être manqué
 
Or, le temps presse.
 
Les experts du climat estiment par exemple qu’il ne nous reste que 100 mois pour inverser la courbe de nos émissions de gaz à effet de serre et ne pas dépasser les 2° d’augmentation critique de la température globale.
 
Plus largement, en plus du changement climatique déjà amorcé, la croissance démographique, l’insuffisance des ressources renouvelables, la raréfaction des ressources fossiles, la dégradation de la biodiversité, la pénurie d’eau, la prolifération nucléaire, l’extension mondialisée du mode de vie occidental, le creusement des inégalités, etc. risquent de converger dans 15 à 20 ans vers une situation explosive, à moins de changer rapidement et profondément de repères, de valeurs et de cap.
 
Il faut donc agir vite et fort. La présidentielle de 2012 est un moment crucial pour le faire. L’élection présidentielle est en effet structurante de la vie politique française, plus structurante qu’aucune autre élection dans n’importe quel autre pays démocratique. Le président élu se retrouve avec des pouvoirs importants, qu’il peut utiliser à bon escient ou pas. Le résultat de l’élection impacte fondamentalement la marche de la France pendant 5 ans. Au-delà, elle influe aussi celle de l’Europe et du Monde.
 
Mais l’offre politique en 2012 ne sera probablement pas à la hauteur de cet impératif historique. Projetons nous trois ans en avant.
 
Contrairement à 2007, où il a mené une campagne de rupture bien à droite, Sarkozy adoptera probablement en 2012 une posture gaullienne de rassemblement, donc orientée vers le centre, à la manière d’un Mitterrand qui a gagné en 1981 sur un discours de rupture de gauche et en 1988 sur l’idée d’une « France unie ». Et qui dit centre dit recherche de consensus large, donc évitement des risques et faible audace idéologique.
 
Les oppositions, majoritaires en poids cumulé mais émiettées, certaines fragilisées (PS, Modem, NPA...), d’autres en essor (Verts, Front de Gauche...) peineront à se rassembler autour d’un projet partagé et d’une candidature unique. Si elles se retrouvent dans l’opposition à Sarkozy, ces formations iront quand même défendre leurs propres couleurs au premier tour (seule façon d’exister politiquement dans la Vème République) et feront chacune entre 6 et 18 %.
 
Dans ce contexte, le résultat vraisemblable de 2012 : Sarkozy gagne face au PS (ou au Modem), dans un contexte de redémarrage de l’économie, avec un programme mariant d’un côté un « nouveau capitalisme », plus vert, plus social et plus régulé et de l’autre, un message de sécurité et d’ordre ; un programme préférable au néolibéralisme des 30 dernières années, mais ne portant en rien un nouveau projet de civilisation.
 
Ce n’est pas une fatalité : la voix et la voie de la société civile
 
Des centaines de milliers de citoyens (voir des millions) qui ont soif de vrais changements, se sentiront orphelins politiquement et iront voter par défaut et sans enthousiasme.
 
Doit-on se réjouir de ce futur probable ? Non. Ce futur est-il une fatalité ? Non. Pour l’éviter, toutes celles et ceux qui, hors des partis et de l’Etat, agissent au jour le jour concrètement à leur niveau (dans le champ syndical, entrepreneurial, territorial, associatif, des ONG, de l’économie sociale et solidaire, des quartiers, des médias, de l’Internet, des logiciels libres, etc. appelons les « la société civile active »), pour relever les défis colossaux qui s’imposent à nous, toutes ces personnes doivent s’organiser pour porter leur parole et leurs attentes.
 
Dans leur action, il y a en effet une espérance, un optimisme, une vitalité, une utopie concrète qui semblent avoir déserté les partis politiques. Salariés, entrepreneurs, consommateurs, épargnants, bénévoles, militants… ces centaines de milliers de citoyens, de toutes classes sociales, de tous milieux professionnels et de tous âges, en ont assez de l’économie et de la vision du monde qui a dominé la planète ces trente dernières années et a conduit à la crise.
 
Ils cherchent depuis longtemps à construire des alternatives et des réponses pour changer le monde au quotidien. Ils s’investissent et expérimentent des voies nouvelles dans l’entreprise, dans l’Internet, sur les territoires. Ils veulent un nouveau projet de société qui remette véritablement le citoyen au coeur de la société et de l’économie. 
 
Foisonnant, innovant, dispersé, dynamique, ce mouvement de citoyens peine néanmoins à s’affirmer, à devenir visible et représenté politiquement, à peser sur le débat public et influer les décideurs.
 
Et si on donnait de la voix à ce mouvement ? Et si on éclairait la voie qu’il dessine ? La présidentielle de 2012 peut être à la fois la caisse de résonance et le coup de projecteur attendus, pour le faire quitter la marge et mettre au centre de la société.
 
L’opportunité d’une « candidature d’influence »
 
Cette société civile active pourrait ainsi s’organiser pour porter une candidature d’influence en 2012. Une telle démarche, si elle prend bien, pourrait obtenir 10 %, 15 % voire 20 % au premier tour, devenir du coup incontournable pour la suite, et peser sur le pouvoir élu, quel qu’il soit.
 
A l’heure d’une démocratie d’opinion planétaire, les décideurs politiques, toutes tendances confondues, ont en effet moins un rôle d’avant-garde et d’éclaireur de l’avenir qu’une fonction de suiveur et « d’implémenteur » de ce qui émerge et s’impose dans l’opinion et le débat public.
 
Il suffit d’observer ce qui se passe dans toutes les démocraties occidentales. Les leaders politiques cherchent à coller à l’opinion, les plus talentueux d’entre eux étant capables de sentir des évolutions naissantes, des signaux faibles et d’apparaître alors comme visionnaires...
 
Nicolas Hulot l’avait bien compris en 2007 avec son Pacte écologique, ses 750 000 signataires et ses 10 % d’intentions de vote à la présidentielle. Que l’on soit pour ou contre le bonhomme, on ne peut nier que sa démarche a eu un réel impact sur l’agenda politique de tous les partis et notamment du pouvoir élu. Par exemple, pas de Ministre d’Etat de l’écologie n°2 du gouvernement et pas de Grenelle de l’environnement sans son initiative.
 
Il s’agit donc de proposer une sorte de « Pacte de civilisation », porté par la société civile, qui englobe bien sûr les problématiques environnementales mais les dépasse largement.
 
Un projet de civilisation, à incarner
 
Le choix du candidat est un enjeu essentiel qui mérite évidemment un débat. A ce stade, deux options peuvent être considérées.
 
Soit une personnalité déjà connue du grand public, dont la personnalité, l’image et le parcours résonneraient avec cette démarche. Pourquoi pas Nicolas Hulot : les lecteurs attentifs de ses déclarations et écrits noteront ces derniers mois à la fois une radicalisation de son discours et un élargissement vers des problématiques plus seulement écologiques, mais aussi sociales, économiques, éthiques et culturelles.
 
L’autre option consiste à choisir une personnalité peu connue du grand public, mais à « fort potentiel », réputée dans son milieu (disposant d’une « base ») et ayant déjà l’expérience des médias. Pourquoi pas un entrepreneur social, ce type de profil pouvant être particulièrement audible dans une société et un débat public fortement imprégnés de l’idéologie entrepreneuriale et marchande : un entrepreneur social, paradoxalement, est peut-être le mieux placé pour défendre l’idée qu’il faut en sortir.
 
Le « troisième homme » de la présidentielle de 2012 doit être la société civile, avec un véritable projet de civilisation.
 
Un « projet » car constructif et positif, fort de propositions claires et concrètes.
 
L’opposition et la dénonciation de ce qui dysfonctionne sont en effet évidemment nécessaires mais elles demeurent largement insuffisantes. Car on ne peut pas supprimer ce qu’on ne peut pas remplacer. Rien ne sert de dénoncer ce qui va mal si ne sont pas formulées en même temps des propositions et solutions alternatives efficaces et crédibles, qui tirent vers le haut, ouvrent des perspectives concrètes d’action et de changement, « ici et maintenant ».
 
« De civilisation » car porteur de changements profonds, mesurables et durables, notamment dans le champ économique.
 
On ne pourra pas changer la société sans changer l’économie, force puissante et structurante des sociétés modernes, à la fois au cœur du problème et de la solution. Et c’est possible, car le système économique n’est pas une « boîte noire » hostile dont le contenu, la forme et l’usage seraient des données exogènes, échappant au citoyen, à l’éthique, au politique. Son fonctionnement actuel n’est ni naturel ni d’ordre divin : il a été construit par des idées, des hommes et des lois ; il pourra être transformé par des idées, des hommes et des lois.
 
Enfin, un « projet de civilisation », plutôt qu’un projet de gauche, de droite ou du centre.
 
Il y a en effet besoin de défricher un autre chemin, hors des sentiers battus des clivages politiques traditionnels, rassemblant tous ceux, porteurs d’utopies concrètes et de radicalité pragmatique, qui sont tournés vers la construction de solutions dans le réel et en même temps, veulent transformer profondément le système.
 
Toutes ces personnes qui partagent la même vision du changement ont vocation à sortir de l’entre-soi, à nouer de nouvelles alliances et à faire mouvement (social), pour créer un rapport de force en faveur d’un projet de société fondé non pas sur la centralité de l’Etat (keynésianisme des Trente Glorieuses) ou du marché (libéralisme des Trente Odieuses, 1980-2010), mais sur celle de l’Homme et de la Planète.
 
La société civile est la mieux placée pour mener ce combat. Il lui faut saisir cette opportunité historique.
 
La fronde économique 

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 9 septembre 2009 10:51

    à La fronde économique

    Vous qui militez pour l’émergence d’
    Idées et initiatives pour une économie de marché responsable et démocratique
    Que vous avez raison ! ! !

    Vous dites également que « La société civile doit porter un projet de civilisation pour la présidentielle de 2012 ».Avez-vous une proposition de projet de civilisation pour 2012 ?



    • olivier P. 9 septembre 2009 13:13

      Nicolas Hulot ? ... même peint en vert son modèle demeure liberal.
      (cf http://www.decroissance.org/?chemin=textes/hulot)

      et « Pourquoi pas un entrepreneur social » : Bernard Tapie ? médiatique à souhait !

      non, ca suffit la potique spectacle.
      Nous avons assez de communicants.

      La « société civile » existe ; il existe aussi des partis politiques qui refusent le modèle libéral.

      Ce sont nos instruments, à nous d’en jouer très fort, il est temps de se faire entendre.


      • denis84 9 septembre 2009 17:32

        Tout à fait d’accord
        c’est un politique qui doit porter le nouveau projet de civilisation
        Si ce projet est « en phase »,il aura sans souci le plein appui de la société civile


      • Kdm Kdm 9 septembre 2009 17:58

        ça commence mal...vous évoquez un candidat de la société civile et vous proposer un pur produit de la société du spectacle médiatik...


      • abdelkader17 9 septembre 2009 19:15

        Si vous croyez encore que les décisions se prennent au niveau des états c’est que vous êtes un grand naïf,à quoi à donc servit la construction européenne si ce n’est à dissoudre les nations et les cultures régionales.Les organismes supra nationaux ne sont qu’eux même des émanations d’un pouvoir qui se joue ailleurs et dans l’ombre contrôlé par quelques grandes familles de banquiers ayant mis en place un système en apparence démocratique ne faisant que servir leurs vues et leurs intérêts.
        La querelle droite gauche n’a plus aucune validité puisque c’est la même politique qu’on nous propose désormais les orientations ultra-libérales,certains clowns du PS se qualifiant même de libéral de gauche.
        La caste régnante c’est à dire le vrai pouvoir celui des coulisses à investi les fondations les grandes écoles, les universités, constituer des empires de presse qui serviront ses idées ou des journalistes serviles feront correctement leur travail,c’est à dire ramer dans le sens des courants dominants.
        Tout un travail de sape intellectuelle a été mis en œuvre pour arriver à des situations oligopolistiques,du triomphe des chicago boys de Friedman à la trahison des sociaux démocrates une seule et même politique celle de prédation et du mensonge.
        La société civile n’a pas voix au chapitre,ce n’est que du folklore nécessaire à l’entérinement de décisions politiques iniques.


        • oj 10 septembre 2009 02:12

          réellement , meme les partis politiques d’opposition , organisations structurées, sont en pleine débandade, alors comment imaginez-vous construire un projet de civilisation sur une base informelle et non structurée ?

          si beaucoup sentent intuitivement que le temps d’un nouveau paradigme est venu, seul le drame pourra mobiliser les esprits puis l’énergie vers un nouveau projet ;
          surtout dans nos sociétés de confort qui nous rendent toujours plus dépendant.

          Je glisse par-ci par-là l’appel a une insurrection mais chacun ne peut se soustraire a une analyse partielle ou un point de vue de plus parmis des milliers d’autres qui ne font qu’alourdir les bases de données des blogs et forums.

          Les conséquences d’une vraie catastrophe economique ne sont pas a espérer (voir 1929 aux US) cependant cela serait souhaitable pour nous sortir de notre torpeur, pour enfin nous faire atteindre le seuil d’inacceptabilité de la situation car nous sommes vraiment sur la voie de la perdition : comme citoyen , nous n’avons plus aucun objectif pour le groupe or le groupe est notre survie et seul chance d’évoluer.

          nos espérances ne varient guere de la maison secondaire, de la semaine de ski, du voyage a Dakar et d’un petit pécule pour les enfants (sans oublié la montre de prix a 50 ans, ce en quoi Julien Dray a pris de l’avance)

          nous sommes comme la tribu de juifs perdus dans le désert , nous dansons frénétiquement devant le veau d’or mais la réalité va nous rappeler a l’ordre un jour ou l’autre. et ce n’est pas une analyse poussée qui me l’inspire mais l’intuition qui m’a fait dire aussi, avant cette crise, que l’on ne pourrait sans cesse gagner de l’argent sur l’argent puisque c’est un bout du compte une spéculation à la hausse sur la masse de travail et de richesse a venir et fournie par les autres.

          bien sur je ne me vois guère harnaché d’une banderole, seule dans la rue comme un couillon, pour dénoncer les déviances dramatiques de nos sociétés et valeurs mais je crois qu’en cas d’aggravation dramatique de la situation la colère contenue pourrait se transformer en violence car c’est la seule forme d’expression qui vraiment pourra enfin bousculer nos esprits et nous forcer a reprendre nos destins en main pour reconstruire un modele nouveau de civilisation qui seul pourra nous faire franchir les obstacles que nous allons commencer a rencontrer en tant qu’individu au sein du groupe social et en tant qu’espèce sur le plan de l’évolution.

          Poutant il ne faudra surement pas compter sur une soudaine prise de conscience et un volontarisme forcené car nous sommes obnubilé par le veau d’ior comme les jeunes par la PS2, Nike ou la soirée Secret Story.

          non décidement , c’est le choc , le drame, le sang et les pleurs qui nous feront basculer vers un nouveau paradigme, et encore faudra-t-il le construire sur de bonnes bases et de bons objectifs.


          • tout eclairs tout eclairs 10 septembre 2009 09:57


            aucun projet de civilisation ne peut être entamé sans un élargissement de la démocratie.

            c’est pourquoi je trouve que l’élargissement ou l’amélioration de la démocratie est déja un projet de civilisation

            sur ce site

            http://www.abstention.over-blog.net/
             
            il est proposé des piste pour integrer la sociétécivile au débats politique


            • le Map 12 septembre 2009 19:53

              Je vous remercie de l’intéret que vous avez porté pour notre site même si il reste pour le moment encore incomplet pour plus d’information pour le citoyen qui vous lirait nous travaillons sur la structure d’une démocratie nouvelle qui allierait Contre-Démocratie et choix sanction que représente l’absence au vote ainsi que le vote blanc et nul pour donner à chacun le droit de s’exprimer lors de l’élection

              Nous nous somme structuré en groupe de pression sur des demande sociales et de changements démocratique afin d’amélioré nos avenirs face à la crise systémique que nous rencontrons,nous ne somme pas contre le vote si celui si est un acte murement réfléchit et pris en connaissance de cause alors pour ou contre l’important est de participer dans le respect du choix de l’autre

              je me permet de vous laisser la nouvelle adresse de notre site : www.sanctionne.net

              cordialement,
              Leroy Thierry du Mouvement Abstentionniste et Progressiste


            • le Map 12 septembre 2009 19:31

              Je tiens d’abord à saluer tous les internautes qui se pousse à la réflexion sur ce site,si nous voulons un véritable projet de société et de civilisation vous devez accepter le choix électoral quelqu’il soit,c’est dans la compréhension de l’autre qu’une société évolue et c’est par la négociation et le consencus qu’une démocratie se renforce.Mais pour cela,il faut que vos représentants politiques acceptent le choix sanction que représente l’abstention ce qui donnera un poids électorale et politique à une partie du peuple qui est le plus souvent exclut socialement

              Vous devez voir le coté historique de l’abstention politique,qui elle à réellement démarré début des années 80,comme un recommencement ou il y a plus de 100 ans déja débutait des luttes sociales qui ont vu emergé des forces de gauche(qui était du peuple je précise) comme le socialisme de Jaurés,le communisme de Marx qui ont apporté à l’époque une analyse profonde du systéme mais surtout une véritable amélioration des libertés du peuple dont vous n’etes pas seulement bénéficiaire mais désormais garant pour les générations à venir.

              Vous devez vous forcer à rejetter toute analyse du systéme et de ceux qui en profite et qui font croire que l’absence au vote ne sert à rien ou ne veut rien dire.en faite quand on l’analyse bien cette communauté est bien plus pluraliste et non violente que l’on pourrait le croire,une communauté avec des demandes sociales et humaines...En France que représente l’abstention ?

              merci,Leroy Thierry
              fondateur du Mouvement Abstentionniste et Progressiste

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès