Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La sortie du nucléaire, une indignation ? L’indignation, une sortie (...)

La sortie du nucléaire, une indignation ? L’indignation, une sortie de crise ?

Ce 15 octobre, le mouvement des indignés, dont les mots de ralliement sont « Tous ensemble pour un changement mondial » a recueilli une déclaration d’intention de manifestations de 951 villes réparties dans 82 pays du monde entier.

De l’Amérique à l’Asie, de l’Afrique à l’Europe, ils se sont rassemblés en grands cortèges pacifiques, composés d’une majorité de jeunes.

Ils s’élèvent contre la précarité et l’injustice sociale, pour réclamer une vraie démocratie.

« Le pouvoir en place travaille au profit de quelques-uns en ignorant aussi bien la volonté de la majorité que le prix humain et environnemental que nous payons. Cette situation intolérable doit cesser » explique le site « 15 octobre - Tous ensemble pour un changement. » http://15october.net/fr/

En France, le mouvement ne suscite pas un élan dynamique à l’égal de ceux qui animent la Grèce, l’Espagne ou les Etats-Unis. Des analyses évoquent, en France, une situation moins précaire pour les jeunes diplômés dont le taux de chômage est moins important, une temporisation de la colère par les syndicats, les prochaines échéances électorales.

Ils se nomment les 99%, par opposition aux 1% de très riches et de très puissants qui mettent à genou des peuples entier. Une conscience démocratique est en train de naitre. La jeunesse du monde entier se lève.

Ce 15 octobre, 7 villes françaises ont accueilli une manifestation en faveur de la sortie du nucléaire.

Les conséquences de l’explosion de la centrale de Fukushima sont absentes aujourd’hui des sujets d’actualités des médias. Pourtant, la situation s’est dégradée de façon importante. Les autorités japonaises n’ont pas pu mettre en place les mesures de précautions et de préventions de la contamination dans les zones dangereuses. Le nombre des victimes est déjà très élevé. Certains experts parlent de conséquences plus graves que celles de Tchernobyl, qui n’ont pas été évaluées par décision politique.

Au Japon, les évacuations nécessaires n’ont pas été effectuées. Les mesures de confinement n’ont pas été prises. Les enfants ont continué à jouer sur des sols fortement contaminés, dont il aurait été indispensable de retirer la couche supérieure. La population continue à consommer quotidiennement de la nourriture contaminée ingérant des particules cancérigènes et pathogènes de façon régulière.

Une des caractéristiques qui accompagne le choix de l’énergie nucléaire dans le monde est la dissimulation de ses risques et l’absence d’information sur les précautions à prendre par la population en cas d’accidents nucléaires, précautions qui pourtant réduiraient considérablement les cancers et les autres pathologies graves de la radioactivité.

Ainsi, le nuage de Tchernobyl est resté pris pendant 10 jours dans une brume fine au-dessus Corse. La balise de détection des pompiers a signalé une contamination. La préfecture a déclaré la balise défectueuse et l’a fait disparaitre. Aujourd’hui, les Corses souffrent en nombre de pathologies correspondant à celles développées en Russie. Mais la reconnaissance de leur origine a été refusée. http://nuage-radioactif.com/

Vidéo – Corse le mensonge radioactif – Jean-Charles Chatard et Eliane Parigi

http://www.youtube.com/watch?v=4kvStVU1T1U&feature=related

Ce 15 octobre 2011, à Strasbourg, les deux manifestations ont fusionné et marché au son des percussions dans un concert créatif de grande qualité.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 18 octobre 2011 09:03

    La catastrophe nucléaire du Japon démontre une fois de plus la prétention
    technologique de l’industrie nucléaire qui ne parvient pas plus à maitriser les
    risques d’accidents et à en traiter les conséquences, qu’à trouver des solutions
    durables pour les déchets qu’elle produit. Nous sommes tous les otages de cette
    industrie dont la dangerosité est exacerbée par la course au profit qui régit le
    système capitaliste.
    http://2ccr.unblog.fr/2011/07/09/on-nous-aurait-menti/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès