Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La surprise de Sarkozy

La surprise de Sarkozy

L’annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy, estampillée sous le sceau de l’investiture UMP, est imminente. L’intéressé a promis que son annonce serait assortie d’une surprise qui entretiendra le suspens et retiendra probablement le souffle des observateurs jusqu’au dernier moment. Si cette surprise était l’annonce de sa démission, l’abandon de ses attributions ministérielles ? L’hypothèse peut être développée selon plusieurs arguments :

  • Le cumul des fonctions de ministre de l’Intérieur et celles du candidat en campagne devient de plus en plus antinomique : il faut d’une part, beaucoup de temps et d’énergie à consacrer aux dossiers de la Place Beauveau, et, d’autre part, le développement d’un programme de campagne à l’écoute des Français n’est pas à proprement dit une tâche qui s’exerce à temps partiel.
  • La démission, sur le plan de la stratégie, lui permettrait de se démarquer d’une équipe gouvernementale qui n’est pas populaire, et il se retrouverait dans une situation beaucoup plus favorable pour faire valoir sa différence.
  • La position de ministre sortant n’est pas idéale pour s’exprimer dans un suffrage présidentiel, l’histoire des élections montre qu’il n’y a pas de prime aux sortants, bien au contraire.
  • Dans la situation de cumul des fonctions ministérielles et de candidat potentiel, Nicolas Sarkozy prête son flanc droit à ses détracteurs qui lui reprochent de ne pas jouer le jeu d’équipe. Sur le flanc gauche, il a lui été clairement reproché un mélange des genres, au seul profit de son ambition personnelle.
  • Enfin, l’effet d’annonce de sa démission donnerait beaucoup d’échos et de publicité au candidat officiellement déclaré. C’est sans doute le moment approprié pour se positionner face à la candidate du PS, qui a récemment pris un emplacement royal sur l’échiquier des présidentielles...

Et si donc la surprise de Sarkozy, largement relayée par les médias, était sa démission ? Si tel était le cas, je me flatterais que l’hypothèse ait été exprimée d’abord sur AgoraVox. Mais vous, qu’en pensez-vous ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.03/5   (124 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Josew (---.---.25.142) 29 novembre 2006 13:48

    Si c’était ça la surprise, ce ne serait pas une surprise...


    • Yoyo (---.---.132.225) 29 novembre 2006 14:02

      Autre argument que vous n’avez pas indiqué il me semble : c’est au ministère de l’intérieur que revient la mission d’organiser les élections.

      Celà ferait désordre que l’un des candidats soit le responsable de l’organisation des élections.

      Cette situation a de toute façon déjà duré bien trop longtemps.


      • Depi Depi 29 novembre 2006 14:26

        Surprise : Il ne se présente pas.

        Ca ce serait une surprise mais bon. Je pense que s’il doit démissionner c’est après l’investitude de l’UMP, donc on peut peut-être s’attendre à autre chose.


        • (---.---.3.30) 29 novembre 2006 15:20

          eh bien, cela serait une bonne surprise, mais faut pas rêver.

          Peut-ête néanmoins, dans un éclair de lucidité, pourrait il se rendre compte qu’il ferait voler en éclat ce pays si il était élu ....

          Mais j’espère bien que non !


        • (---.---.37.70) 29 novembre 2006 16:28

          « il se rendre compte qu’il ferait voler en éclat ce pays si il était élu .... »

          N’importe quoi. Il faut vraiment être un coco pur et dur lécheur de cul de Staline et Pol pot pour avoir des pensées pareilles !


        • (---.---.37.70) 29 novembre 2006 16:30

          Pas besoin de démissioner, car il n’est que candidat à la candidature, et le vote n’aura lieu que le 15 janvier.


        • (---.---.3.30) 30 novembre 2006 09:18

          ah bon ?

          Qui avait juré de karsheriser les cités ? Qui a traité une partie de la population de racaille ? Ces propos ont ils calmé les violences et apaisé les esprits ?

          Qui a proposé d’aller dans le sens du communautarisme ? Qui a également démontrer de la sympathie pour G Bush ? Qui propose un renforcement de ses pouvoirs en tant que président ?

          La liste pourrait être encore étendue à d’autres questions et d’autres domaines, mais tout cela me conduit à penser qu’aujourd’hui Sarkozy est dangereux pour ce pays, plus encore que ne peut l’être Le Pen. Et oui, effectivement, je pense que si Sarkozy était élu, dans les six mois des crises très graves éclateraient et conduiraient à un éclatement du pays, éventuellement accompagné de violences.

          Hors à ce point de notre histoire, il est plus urgent de réunir nos forces pour faire évoluer ce pays afin de surmonter nos problèmes (chomage, insécurité, relance de l’europe, dette publique, pouvoir d’achat, etc ...)


        • patrick (---.---.24.227) 30 novembre 2006 14:42

          pour (IP:xxx.x42.3.30) le 30 novembre 2006 à 09H18

          Permettez moi de completer vos questions ;

          Qui est d’une mauvaise fois affligente ?

          Qui a un jugement obscurcie par ses idées préconçues ?

          Qui fait preuve d’un sectarisme d’une autre époque et d’un autre pays ?

          Qui a vendu son neurone contre un Chabichou ?

          Qui a la capacité d’analyse objective située en la paramethie et l’huitre ?

          Désolé de ne pas aller dans votre sens , encore faudrait il qu il en ait un, mais la reponse à mes questions vous la trouverais dans votre miroir cher (IP:xxx.x42.3.30) le 30 novembre 2006 à 09H18 , c ’est joli comme nom d’ailleurs !

          patrick


        • (---.---.3.30) 4 décembre 2006 17:53

          j’ai bien consulté mon miroir et à vos questions j’ai vu en réponse votre image, cher patrick.

          le sens de mes propos est clair, je n’ai aucune confiance en Sarkozy.


        • LeCrew (---.---.20.126) 29 novembre 2006 14:31

          Pour ma part, j ai listé à l’adresse ci dessus toutes les surprises qui pourraient nous attendre de la part du petit Nicolas et croyez moi, elles sont nombreuses !!


          • Depi Depi 29 novembre 2006 14:33

            Quelle adresse ?


          • LeCrew (---.---.20.126) 29 novembre 2006 14:34

            Je voulais dire, ci dessous

            http://www.crewkoos.blogspot.com


          • (---.---.192.187) 29 novembre 2006 15:54

            Franchement, c’est juste pour faire un coup de pub autour de l’annonce de sa candidature, comme tout le monde sait depuis 2 ans qu’il se présentera, ça risuqe de faire un flop.

            Du genre « bon ben il est candidat, mais on le savais ».

            Donc il tente un coup médiatique, et vous tombez dedans.

            La seule « surprise » serait, comme dit plus haut, que justement il ne se présente pas smiley


            • Romain Baudry 29 novembre 2006 16:13

              La question médiatique est, à mon avis, celle qui déterminera son choix (soyons objectif : Sarkozy se fiche éperdument de cumuler des fonctions incompatibles).

              Comme tout le monde sait depuis des mois, voire des années, qu’il va être candidat à cette élection, la seule concrétisation de la candidature de Nicolas Sarkozy risque fort de ne pas avoir un grand effet sur l’opinion. D’où la nécessité d’y adjoindre une autre déclaration. D’abord pour susciter l’intérêt. Ensuite pour donner un coup d’envoi fort et dynamique à sa campagne électorale.

              La façon la plus logique d’y parvenir est effectivement d’annoncer sa démission du gouvernement. Sarkozy a jusqu’ici fait comme s’il n’y avait aucune incompatibilité entre son thème de la rupture et sa présence au gouvernement. Mais, une fois qu’il sera officiellement en campagne (cela fait bien sûr longtemps qu’il l’est sans le dire), cela risque d’être beaucoup plus difficile. Par ailleurs, il est bien sûr impossible de le critiquer d’abandonner un gouvernement (dont il n’est pas premier ministre) si c’est pour se consacrer à l’élection présidentielle.

              L’inconvénient de sa démission est bien sûr qu’il ne bénéficiera plus de la couverture médiatique que lui confère son rôle de ministre de l’intérieur. Plus d’opérations policières médiatisées, plus de voyages où il représente la France, plus de projets de loi pour réagir à tout ce qui peut troubler l’opinion publique, etc. L’élection présidentielle est encore dans quatre mois et demi, ce qui est à la fois long et court.

              Il est peut-être envisageable que le président de l’UMP/candidat quasi-déclaré/ministre de tout annonce simplement qu’il démissionnera du gouvernement à la fin de l’année. Cela lui permettrait de poursuivre un peu plus longtemps le grand écart dans lequel il excelle tellement.


              • Thierry (---.---.61.116) 29 novembre 2006 17:15

                Comme le disait josew, effectivement ce ne serait pas une surprise, vu les point développés dans cet excellent article, complété par un internaute soulignant l’organisation des élections.

                C’est plutôt une surprise qui se transformerait en « coup en vache » pour le GVT de J. Chirac/D.Villepin, qui serait dans l’obligation de nommer un nouveau ministre, dont faire un remaniement pour à peine cinq mois.

                Qui vivra verra

                Thierry


                • persona non grata (---.---.225.122) 29 novembre 2006 17:39

                  Il va annoncer la composition d’un gouvernement réduit avec MAM comme premier ministre ainsi que la candidature de de Villepin à la mairie de Paris


                  • Internaute (---.---.21.240) 29 novembre 2006 19:45

                    Vous oubliez deux raisons avancées par Chevènement et qui me paraissent justes.

                    Le Ministre de l’Intérieur est chargé, par sa fonction, d’organiser les élections. Il risque d’abuser de ses pouvoirs pour organiser les élections à son avantage. En quelque sorte, il serait juge et partie.

                    Lorsque Sarkozy se rend en campagne, il y a le risque qu’il fasse le voyage aller-retour en tant que Ministre de l’Intérieur, donc aux frais du contribuable, et qu’il fasse sa prestation en tant que candidat. Est-ce que les fonds du ministères vont servir à financer sa campagne ? C’est la question qu’on peut se poser.

                    Pour que son parcours reste sans tâche il est essentiel qu’il démissionne.


                    • patrick (---.---.24.227) 30 novembre 2006 18:41

                      Cher « internaute »

                      Puis je vous proposer de rafraichir ma memoire en me disant si VGE , Balladur, Chirac, Jospin etaient Ministres lorqu’ils etaient en campagne ?

                      C’est donc la première fois ds la 5ème République que des quidam réclame à cors et cris la demission d’un candidat !

                      Ah le Racisme anti Sarko brouille la vision !


                    • Thierry (---.---.61.116) 29 novembre 2006 20:50

                      Bonsoir brave gens, j’ai pu me procurer sur le site Web d’Ouest France l’intégrale de l’interview de Nicolas Sarközy :

                      http://www.ouest-france.fr/ofdernmin.asp?prov=BKN&idDOC=353168

                      Je n’ai pas trouvé la surprise, si vous la trouvez faîte moi signe !

                      Thierry


                      • (---.---.128.179) 29 novembre 2006 21:36

                        C’est aussi sur le site de Libé ...


                      • robin (---.---.133.141) 29 novembre 2006 22:52

                        Son futur mariage avec Ségolène....lol smiley


                        • robin (---.---.133.141) 29 novembre 2006 22:53

                          ROOOOOOOOOOOOOOT.... !......lol smiley


                        • dumedimeme (---.---.110.153) 29 novembre 2006 22:58

                          la surprise ,c’est qu’il n’y a pas de surprise !


                          • Bernard Dugué Bernard Dugué 29 novembre 2006 23:08

                            « Libération » vous livre en exclusivité l’interview que donne le président de l’UMP à la presse régionale jeudi matin pour annoncer sa candidature officielle à l’Elysée • Il dit « sentir la force, l’énergie et l’envie de proposer une autre vision de la France ». Nicolas Sarkozy : « Ma réponse est oui » Nicolas Sarkozy le 23 novembre devant les maires de France. REUTERS LIBERATION.FR : mercredi 29 novembre 2006 410 réactions avec C’est à travers la presse quotidienne régionale et départementale que Nicolas Sarkozy a choisi d’annoncer jeudi matin sa candidature à l’élection présidentielle. Ses propos ont été recueillis par six représentants de ces journaux. Libération s’en est procuré une copie.

                            Etes-vous candidat à l’élection présidentielle ? Ma réponse est oui.

                            Pourquoi ? C’est une décision mûrement réfléchie. A titre personnel, elle n’était pas évidente. Cette décision m’engage ; c’est le choix d’une vie. C’est une lourde responsabilité vis-à-vis des Français auxquels je demande de me faire confiance. Je me sens la force, l’énergie et l’envie de proposer une autre vision de la France. J’ai l’ambition de créer une nouvelle relation avec les Français qui repose sur deux mots : confiance et respect, confiance en la parole donnée et respect de chaque Français pris individuellement.

                            Quel contenu donnez-vous à cette nouvelle relation ? Faire de la France le pays où « tout peut devenir possible ». Et cela pour tout le monde, mais d’abord pour ceux qui ont connu des épreuves, se sentent fragiles ou qui pensent que « rien n’est jamais pour eux ». Quand tout sera redevenu possible, quand la promotion sociale, le droit à la propriété, une meilleure école pour ses enfants, un meilleur salaire pour soi, une réelle égalité entre hommes et femmes, seront des objectifs réalisables pour chacun, alors les Français retrouveront le goût de vivre ensemble. Et la nation française sera à nouveau un exemple pour le monde.

                            Pourquoi maintenant cette annonce de candidature ? Je m’étais engagé auprès du président de la République à ce que 2006 soit consacré au travail gouvernemental et que la campagne ne démarre qu’en fin d’année. J’ai respecté mon engagement. Dans cette campagne je dirai tout avant afin de pouvoir tout faire après. Notre démocratie a besoin de franchise, d’honnêteté, de vérité.

                            Avez-vous fixé un terme à votre présence au gouvernement ? Il est trop tôt pour répondre parce que ma famille politique n’a pas encore décidé de me soutenir. En tout état de cause, je ne serai plus ministre au moment de l’élection : en cela je serai le premier à m’imposer cette règle contraignante.

                            Vous êtes en pré-campagne depuis des années. Qu’est-ce qui va changer désormais ? Depuis des années, j’ai la même volonté de renouveler le débat public. Je vais maintenant m’adresser à tous les Français, sans exception. Je pense entre autres aux catégories de la population auxquelles nous n’avons pas assez parlé : aux fonctionnaires, aux Français les plus récents, aux femmes, aux jeunes, à ceux qui n’ont plus d’espoir. Je vais leur parler de la France et de leur avenir. J’appelle la droite républicaine et le centre à s’ouvrir aux idées nouvelles afin que tous les Français puissent se reconnaître en nous.

                            Votre programme sera-t-il UMP ? Lionel Jospin avait dit, en 2002, que son programme n’était pas socialiste. L’électorat socialiste l’a « compris ». Il n’a pas voté pour lui. Qu’on ne compte pas sur moi pour tenir un discours qui ne soit pas fidèle aux valeurs de la droite et du centre. J’aime mon pays, je crois aux vertus du travail, du mérite, de la récompense et de l’effort. Mais je ne suis pas un conservateur car je crois au mouvement. L’ordre n’est acceptable que s’il est en mouvement. L’ordre juste, c’est juste de l’ordre. Je veux que l’avenir redevienne une promesse et cesse d’être une menace. Les Français attendent des raisons d’espérer. Il n’y a de fatalité que pour ceux qui renoncent. Je n’en serai jamais.

                            Le mot rupture fait-il encore partie du vocabulaire de Nicolas Sarkozy ? Oui car je veux rompre avec une façon de faire de la politique. Rompre, ce n’est pas la crise. A ceux qui voudraient m’appeler à la continuité, je pose la question : êtes-vous sûrs d’être en harmonie avec les Français ? Je veux rompre avec l’idée que l’on peut travailler moins et gagner plus, qu’en accueillant tout le monde, on peut intégrer convenablement, qu’on démocratise l’enseignement en abaissant le niveau des diplômes. A mon poste de ministre, j’ai profondément changé les choses. Je veux remettre la société française en mouvement.

                            Ségolène Royal n’incarne-t-elle pas mieux cette rupture ? Le PS a choisi l’immobilisme. Je veux incarner le mouvement. Dans un monde qui bouge si vite qui peut penser que l’on peut demeurer immobile. Je veux une rupture tranquille. Cela fait quatre ans et demi que je gère la sécurité de la France. Cela demande beaucoup d’expérience et de maîtrise. Je veux les mettre au service de la France.

                            Quelle rupture incarnez-vous par rapport à Jacques Chirac ? On peut être fidèle à son histoire, fier de son bilan et proposer pour les cinq années à venir un autre chemin. Je souhaite un président responsable et des contre-pouvoirs plus forts. Imaginer l’avenir et l’incarner c’est désormais ma mission.

                            On vous dit atlantiste, communautariste et libéral... On dit tant de choses fausses et caricaturales ! Communautariste ? C’est un message. Je n’accepte pas qu’on importe des usages et des coutumes non conformes à nos valeurs républicaines. Atlantiste ? On est d’autant plus indépendant qu’on est amis. Libéral ? Cela serait réducteur. Je crois en la liberté. Mais je ne suis pas un idéologue. Et je pense que l’Etat et les services publics ne doivent pas être condamnés à l’impuissance. Ils ont tous leur rôle dans la société moderne que je veux bâtir.

                            Le PS est désormais en ordre de marche derrière sa candidate. A l’UMP, vous en êtes loin Rarement la famille politique que je préside n’a été aussi rassemblée. Je n’y considère personne comme un adversaire.

                            Ce qui n’empêche pas des velléités. Ce ne sont pas des velléités, ce sont des talents. Je les prends en compte car toutes les ambitions sont légitimes.

                            Jacques Chirac a eu 74 ans hier. Que lui souhaitez-vous ? D’être heureux.


                            • Le Proc (---.---.251.245) 29 novembre 2006 23:26

                              « Jacques Chirac a eu 74 ans hier. Que lui souhaitez-vous ?. »

                              De fêter ses 75 ans à 90 ans au quartier VIP de La Santé.


                            • Frédéric Mahé Frédéric Mahé 30 novembre 2006 14:08

                              « Libération a pu se procurer l’interview » destinée à la PQR... Et comment donc ? Est-ce un journal régional soucieux de flinguer son « exclusivité » ? Non, certainement, la fuite n’a pu provenir que de la cellule de comm’ de Sarko (Hortefeux et consorts).

                              En bref, Libé est objectivement complice du battage médiatique autour d’un non-événement dont tout le monde se fiche. Et j’ai entendu un rédacteur de Libé ce matin sur France-Inter : il en était fier, de son scoop, ah ça, il était tout fier de ne pas être aux ordres de M. Sarkozy, et en discutant en rédaction, attention, ils ont décidé de devancer la date de la publication, par ce que, hein, on ne va pas se laisser faire à cause du plan de comm’ de M. Sarkozy !

                              En fait, Libé est mieux qu’un subordonné aux ordres : c’est une marionnette.


                            • AntonioZ (---.---.104.208) 30 novembre 2006 01:42

                              Euh juste comme ça, n’avait-il pas annoncé, quand il est revenu au ministère de l’intérieur, qu’il quiterrait ses fonctions avant l’élection présidentielle et probablement vers fin 2006 ? Sa démission serait une surprise seulement parce que, pour une fois, il ferait ce qu’il dit !  smiley


                              • agosin (---.---.10.194) 30 novembre 2006 10:29

                                Cher Philippe,

                                Vous aviez raison et tort en même temps. J’aurais pu créer la surprise chez le bon peuple et offrir ma démission du gouvernement comme vous le suggérez à raison. Oui, mais voilà, j’aurais ainsi ouvert une voie royale à ceux qui tout en se prétendant patients, trépignent d’impatience à l’idée de placer à « l’intérieur » un homme du sérail, en mesure de me mettre des bâtons dans les roues. Il a donc fallu trancher et j’ai choisi de rester encore un peu, au moins jusqu’à ce que le loup sorte du bois et que MAM poussée vers le devant de la scène aussi bien par ses ennemis que par les miens, se prenne les pieds dans le tapis.

                                Ma candidature dérange deux sortes d’hommes, d’une part ceux qui aux affaires depuis des décennies ont mis à sac la République déliquescente et aimeraient continuer avec l’aval béat des français empêtrés dans leurs problèmes quotidiens. D’autre part, ceux qui fauteurs de troubles permanents, n’aiment pas qu’on leur parle de « nettoyer la racaille » car ils se sentent directement menacés. Tout ça, me fait beaucoup d’ennemis dont je m’accommode mais auxquels je ne veux pas fournir mon aide.

                                Merci de votre bienveillance. Nico.


                                • (---.---.3.30) 30 novembre 2006 12:14

                                  Mais « vous » êtes également aux « affaires » ( dans tout les sens du mot ) depuis des décennies.

                                  Rupture ? Vous ? L’homme des trahisons, de l’appareil du parti UMP, ancien ministre, ancien chiraquien, baladurien etc ... Mais qui peut croire cette chanson la ?

                                  La racaille ? Mais tout les habitants des cités se sont sentis humiliés. Les casseurs, mais surtout aussi, tout les autres, ceux qui travaillent, ou plutôt se battent pour obtenir un emploi, ceux qui rament, ceux qui souffrent.


                                • agosin (---.---.10.194) 30 novembre 2006 13:54

                                  Citez-moi un homme politique qui n’a pas trahi, ou tout simplement, un homme qui n’a pas trahi ? Vous peut-être ? La droiture est une qualité réservée aux femmes et encore... Mais de toute évidence, ce n’est pas indispensable puisque les électeurs parfois en redemandent... Regardez Miteu par exemple, il a sodomisé le peuple pendant sept ans et malgré ça, on lui a tendu l’arrière-train une nouvelle fois. Chichi qui est là depuis si longtemps qu’on ne sait plus quand il a débuté en politique et qui change d’avis à chaque page du calendrier... Sa mémé envisage même de le pousser à tenter sa chance encore une fois, juste pour assurer avec la justice...

                                  Alors, ne me faites pas rire avec ceux qui se battent pour survivre dans les banlieues et qui voudraient confier l’ordre au PS car ce n’est pas vrai. Les gens qui ont VRAIMENT besoin de travailler, veulent pouvoir le faire en paix, dans la sécurité et sans avoir à se voiler le visage pour descendre dans la rue. Ségo est formidable mais aux ordres du parti, quoi qu’elle essaye de faire croire. En revanche, Nico est seulement l’esclave de ses convictions et il a la force de redonner à la France un semblant d’identité.


                                • Frédéric Mahé Frédéric Mahé 30 novembre 2006 14:11

                                  Qui c’est qui parle (argosin) et qui c’est qui répond ? C’est quoi, cette intervention ?


                                • agosin (---.---.10.194) 30 novembre 2006 14:19

                                  Cher Monsieur,

                                  Le temps des purges staliniennes est heureusement révolu... Aujourd’hui, parle qui veut, quand il veut ! Le PCF n’est plus que le résidu d’un temps qu’on veut oublier le plus vite possible. Vive la liberté d’expression.


                                • Jules Lebenet (---.---.38.13) 30 novembre 2006 10:51

                                  A mon humble avis, il s’exile à New York avec J2M et il prononce l’Appel de Wall-Street le 18 janvier 2007.

                                  Non, je déconne.

                                  En fait ce mec, il agite un prunier depuis 4 ans au moins. Et il espère récupérer les prunes soit pour lui-même, soit pour quelqu’un d’autres ? mais je doute que c’est pour le « classisisme » de son camp originel, les pauvres couillonnés.

                                  PS : Il me semble qu’il doit certainement envisager un coup pour le 14 février 2007. C’est pas uniquement la St Valentin. C’est aussi l’anniversaire du discours de De VILLEPIN à l’ONU en 2003. Sauf si lisant ce FORUM, il décide de nous la jouer « consensuel ».


                                  • (---.---.219.36) 30 novembre 2006 12:19

                                    toujours à la recherche d’une « surprise » de la part de sarkozy !! stop !!! y’a pas de surprise de prévue. rien . que dalle. il se présente et démissionne de son poste et rentre en campagne.comme tout candidat normal le ferait. trop de fantasmes sortis d’on ne sait où pour alimenter le mythe sarko..


                                    • ufo44 (---.---.219.36) 30 novembre 2006 12:22

                                      oups, j’ai oublié de mettre mon pseudo, c pas poli, désolé...


                                    • Depi Depi 30 novembre 2006 12:27

                                      Si vous n’avez pas compris quelle était censée être la surprise, c’est dommage.


                                    • goc (---.---.46.183) 30 novembre 2006 13:11

                                      quel art de faire prendre des vessies pour des lanternes

                                      ça fait 2 ans qu’on sait que la nabot ne rêve que d’être président de la république, et là on veut nous faire croire qu’il a créer une surprise en se présentant

                                      par contre si surprise il y a, elle est subliminale :

                                      1 - avez-vous remarqué qu’il se présente comme « Candidat a l’élection présidentielle », or que je sache, il ne peut être que candidat a la candidature, donc on peut conclure qu’il méprise totalement les militants de l’UMP, au point de ne même pas se soucier de leur vote (imaginez pour le coup, la vraie surprise s’il n’est même pas désigné comme candidat officiel)

                                      2 - en sautant l’étape « candidat a la candidature » sarko espère faire comprendre aux français qu’ils doivent sauter l’autre pas, celui de l’élection et comprendre que sarko vient d’annoncer tout simplement qu’a partir du 29/11 il est le président des français

                                      alors maintenant qu’il a officiellement ouvert SA campagne, il serait bon de faire une petite piqure de rappel

                                      1 - sarko a trahi tous ceux qui l’entoure : Chirac, sa femme, sa maitresse, et demain c’est la France qu’il trahira (voir sa visite leche-pompe chez bush et en israel)

                                      2 - s’il y a insécurité en France, compte tenu qu’il est encore ministre de l’intérieur, il en est le seul responsable. Alors au lieu de passer son temps a faire sa campagne électorale aux frais du contribuable, il ferait mieux de faire ce pour quoi il est payé, c’est a dire assurer la sécurité des français.

                                      3 - « quand on est ministre, soit on ferme sa gueule, soit on se démet » (c)Chevenement, mais en tous les cas, on ne passe pas son temps à critiquer l’action de SON gouvernement, et surtout on évite de s’occuper des affaires des autres, il est ministre de l’intérieur, pas de la justice


                                      • Laïd DOUANE Laïd DOUANE 30 novembre 2006 17:51

                                        Je ne sais pas s’il m’est permis de dire franchement, ce que je pense de Sarko ! En tous cas, je suis sûr que s’il était élu Président, l’Algérie mon pays changera radicalement sa politique extérieure. Il n’y aura ni traité d’amitié, ni relations privilégiées. Et comme je suis de l’avis que sa candidature ne sera pas officialisée, pour des raisons propres à la France et qui, pour le moment ne sont pas imaginable, je préfère croire que la providence ne voudra pas de lui ! Tout en me mêlant des affaires gauloises, je me rappelle une citation utopique qui se dit chez nous : Pour être Président de la France, il ne faut pas être juif !! Je pense que c’est toute cette histoire de juif qui va faire la différence. Et même si, pour des raisons propres à la France connue pour ses paradoxes, cet enfant de juive issu de l’immigration arrive à surmonter la chiraquerie, et même s’il arrive à brûler les étapes, il ne saura passer la ligne rouge du premier tour. La France remuera dans l’histoire et les Français de souche se démarqueront et c’est cela qui va faire l’autre différence. Et comme il ne suffit plus de quelques milliers pour séparer entre deux candidats, la France occulte dira son dernier mot. Je pense que ça sera la revanche historique avec en 2ème tour : PS FN !! Et ça sera à l’UMP de rendre l’ascenseur ! Enfin, pour un Algérien, musulman de surcroît, la France c’est la France ; UMP ou PS, c’est juste pile ou face ! La seule différence entre Royal et un autre, c’est le taux de fluidité !

                                        Laïd DOUANE


                                        • patrick (---.---.24.227) 30 novembre 2006 18:53

                                          Je ne crois pas que la France ait beaucoup de leçon de democatie à recevoir du Gouvernement Algérien !

                                          Je trouve votre commentaire bien parcellaire et fort peu argumenté particulièrement sur la supposé « réaction » de l’Algerie face à des Traités devenu impossible à réliser par la seule présence de Sarko à l’ Elysée.

                                          La Politique exterieur d’un Etat n’est pas dictée par le nom de l’occupant du Palais Présidentiel et je crois votre Président est plus sage que vous et sans doute oubiera t il de vous demander votre avis.

                                          maintenan , j’ai une question pour vous. Pouvez vous m’assurer que je puisse écrire un commentaire dans l esprit du votre sur votre Président et dans votre Pays ?

                                          Ne nous souhaitez pas , s’il vous plait, Le Pen au deuxième tour car cette fois, je ne crois pas que les Français réagiront de la même façon. On ne joue pas avec les feu 2 fois de suite .


                                        • patrick (---.---.24.227) 30 novembre 2006 19:05

                                          Je rajoute que le futur président soit fils d’un juive ou fille d’un militaire d’extreme droite n’a pas d’interet dans notre pays . Je trouve vous paroles sur les juifs parfaitement insuportables...

                                          Chez nous , c’est le suffrage universelle qui fait le choix et il le fera sans aucu problème entre Srko et Sego , ne vous en deplaise

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès