Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La transition énergétique : une ambiance électrique

La transition énergétique : une ambiance électrique

 A l’approche de la publication des premiers rapports d’étape du débat sur la transition énergétique, le dialogue de sourds devient manifeste.

Le PDG d’EDF, Henri Proglio, s’est prêté au jeu des questions-réponses, jeudi 18 avril, devant une partie des acteurs du débat national sur la transition énergétique. Son intervention résume à elle seule le gouffre qui oppose les entreprises de l’énergie et les militants écologistes. Interpellé par le député EELV Denis Baupin sur une dégradation de l’état du parc nucléaire, le grand patron répond, lapidaire, « je suis directement en désaccord total » (sic). Surtout, le PDG d’EDF remarque que les opposants au nucléaire ont beau jeu d’employer « un salmigondis de chiffres et de dates sans véritable cohérence  » pour décrédibiliser la sureté et le modèle économique de la filière nucléaire. Du côté des écologistes, Bruno Rebelle, ancien cadre de Greenpeace et membre du comité de pilotage du débat sur la transition énergétique, évoque « la morgue et le mépris  » d’Henri Proglio. Le divorce est total.

Cet épisode est loin d’être la seule passe d’armes entre les différents camps. L’Union Française de l’Electricité s’en est prise début avril à l’organisation Négawatt à laquelle est reprochée « une approche irrationnelle  » de l’évolution de la demande énergétique française. Cette semaine, c’est le groupe de contact des entreprises qui est pris pour cible, après avoir évoqué la préservation de la compétitivité française grâce au faible coût de l’électricité nucléaire. Greenpeace, qui a pourtant refusé de participer au débat, dénonce ainsi des « lobbies obsédés par le mythe du nucléaire  ». Bruno Rebelle, encore lui, parle de son côté de « raisonnement illogique voire irresponsable  ».

L’ambiance actuelle est délétère. Des débats de fond il y en a finalement peu, comparés aux polémiques et aux attaques qui naissent toutes les semaines. Des personnages comme Bruno Rebelle, censés assurer le pilotage du débat, ajoutent de l’huile sur le feu au lieu d’assurer le bon déroulement des échanges. Nicolas Hulot constate ainsi : « Ce que je trouve dommage, c’est qu’on ne puisse pas discuter autrement que dans la tension. […] Il faut des lieux où l’on puisse discuter et élaborer le futur de manière apaisée  ».

Le mieux serait peut-être de commencer par prêter l’oreille aux attentes des Français. Pour eux, on peut à la fois maintenir le nucléaire, développer les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Croa Croa 26 avril 2013 09:24

    Il y a les « attentes des Français » et l’attente de l’auteur : Maintenir le nucléaire ? Pour lui peut-être... ! smiley


    • Enjeux Electriques Enjeux Electriques 26 avril 2013 10:01

      Bonjour,

      Désolé le dernier lien ne fonctionne effectivement pas.
      Le voici : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/chiffres-stats412-barometre-d-opinion-sur-energie-et-climat-en2012-avril2013.pdf
      Il s’agit du baromètre d’opinion sur l’énergie et le climat 2012, publié par le commissariat général au développement durable en avril 2013. Vous pourrez donc prendre directement connaissance des points de vue de la population française.


      • ObjectifObjectif 26 avril 2013 11:24

        Ce sondage est clairement une manipulation :
        - il restreint le choix entre nucléaire et éolien : c’est la vieille ficelle du tiers exclu, bien connue des vendeurs ;
        - il associe arrêt du nucléaire à hausse des prix, alors qu’il y a hausse des prix avec le nucléaire de toute façon,
        - il segmente l’analyse de manière à mettre artificiellement en avant le nucléaire : 75% des français disent voir des avantages à l’éolien contre 48% au nucléaire, et ce torchon a conclu seulement que les français sont moins réticents au nucléaire...

        En déduire que la population veut continuer le nucléaire, c’est de la propagande. de votre part : cette question n’a pas été posée !

        La seule bonne question sur le nucléaire, c’est « Vous engagez-vous, avec vos enfants, à faire partie de la brigade française des liquidateurs pour tous les accidents nucléaires en France et sur Terre ? » Brigades indispensables puisqu’à Fukushima les robots censés nous protégés ne résistent pas plus de 5mn aux radiations...

        Et vous Monsieur Enjeux Electriques, faites vous partie des nuclearophiles courageux, ou bien avez vous des parties de votre corps déjà détruites par les radiations ionisantes ?


      • Croa Croa 27 avril 2013 21:49

        Le nucléarophile est perturbé par la question !

         smiley Il n’avait pas encore vu comme ses couilles brillaient dans le noir ! smiley


      • joletaxi 26 avril 2013 11:13

        la France avance... du moins dans les discussions inutiles et les grenelle rigolos ;

        la réalité c’est cela

        http://wattsupwiththat.com/2013/04/23/germany-to-open-six-more-coal-power-stations-in-2013/

        à noter qu’ils ont accordé les permis d’exploration des gaz de schiste, qu’ils ont investi massivement dans le Nabuco, et on aura compris qu’ils ont une confiance toute relative dans les grandes percées de la quincaillerie coûteuse et inutile des penseurs verts.


        • ObjectifObjectif 26 avril 2013 11:33

          « la France avance.. » certes mais vers quoi ? le gouffre du nucléaire ? On y est déjà, le problème n’est pas de s’y enfoncer mais d’en sortir avant la catastrophe.

          Quand à votre document sur les centrales fossiles, c’est encore de la manipulation de dire que l« Allemagne » décide et fait cela : ce sont uniquement des sociétés privées qui font cela pour leur profit financier à court terme, dont d’ailleurs GDF.

          Et qui permet cela sans aucun contrôle démocratique ? Les banques qui sont les seules à voter sur à qui on attribue des crédits, c’est à dire notre création monétaire... cf http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/pour-un-systeme-monetaire-112936

          Nous abandonnons notre droit de vote principal, le droit de vote économique, chaque fois que nous acceptons de vendre notre travail contre des €uros...


        • joletaxi 26 avril 2013 15:04

          Votre mauvaise foi, qui confine au sectarisme s’illustre une nouvelle fois ici.

          Si les industriels allemands investissent dans le charbon, c’est que les énormes (1000 milliards) investissements dans les renouvelables, décidés par le gouvernement de façon démocratique, puisque entièrement faits pour satisfaire les lubies des verts,sont incapables d’assurer la pérennité du réseau.

          Juste pour le fun, (car vous seriez bien incapable de constater même la plus incontestable évidence)

          http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/811950/notre-politique-fait-des-grincheux-qu-ils-grinchent.html

          on est en pleine crise ,avec son cortège de misère pour les plus démunis, et on continue à flamber des sommes incroyables, nous endettant encore plus au passage, à satisfaire les exigences d’une clique qui s’est trompée, et a trompé les idiots qui les ont crus,sur tous les sujets.
          Une folie que les sociologues examineront avec curiosité dans quelques décennies.


        • ObjectifObjectif 27 avril 2013 08:47

          « avec son cortège de misère pour les plus démunis, »

          Vous avez raison : on a bien vu le cortège des japonais qui ont tout perdu à Fukushima, le cortège des pauvres qui ont tout perdu à Tchernobyl, et on voit tous les jours le cortège des plus pauvres aller se faire irradier dans les décombres des centrales, pendant que les responsables de ces décisions pérorent aux gouvernements ou au siège des sociétés du nucléaire.

          "et on continue à flamber des sommes incroyables, nous endettant encore plus au passage,"

          Vous avez encore raison, le montant des subventions au nucléaire depuis son début est une dette que nous ne pourrons rembourser que par la vie des liquidateurs, sans parler de la dette de fait pour le démantèlement et le stockage des déchets pour les millions d’années à venir.

          En tant que nuclearophile déclaré, quand aurez-vous le courage d’aller dans les ruines de fukushima aider les pauvres irradiés et nous démontrer l’innocuité de l’irradiation qui détruit les robots  ?


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 26 avril 2013 11:28

          bonjour,

          l’énergie militari-nucléaire est électrique... ? Ça alors... ??? Vous m’étonnez !
          Les centrales nucléaires se sont montées derrière des cordons de CRS sans
          aucun vrai débat et encore aujourd’hui, juste avant la privatisation, objectif final
          pour les actionnaires, c’est embargo total, surtout sur les coûts exacts puisque
          le peuple payera donc motus. + le temps passe, et + ce sera tendu avant le crash !


          • ffi ffi 26 avril 2013 14:42

            1 kg d’Uranium = 10 000 tonnes de bois.
            Vous voulez quoi ?
            Raser toutes les forêts de France et multiplier le transport de combustible par 10 000 000 ?


          • ObjectifObjectif 27 avril 2013 08:36

            Que de la propagande de nuclearophile ! Passons aux information complètes :

            « 1kg d’Uranium contient l’énergie de 10 000 000 kg de bois. »
             Et combien de tonnes de bois détruites pour mettre les mines ?
             Combien de kg de terre extraites pour fabriquer 1kg d’uranium enrichi ?
             Combien de kg de fluor utilisés ?
             Combien de kg déchets produits et combien de kg d’eau pollué ?
             Combien de centrales nucléaires nécessaires pour extraire l’uranium et l’enrichir ?
             Combien de kg de protection pour transporter 1kg d’uranium enrichi ?

            Et combien de kg de bois inutilisables à Tchernobyl et à Fukushima ?


          • Ruut Ruut 26 avril 2013 12:17

            De toute façon si désastre il y as ce sera la peuple qui trinquera.

            Pas le PDG d’EDF qui aura déjà fuit loin.


            • aimable 26 avril 2013 13:44

              le peuple, mourra mais de mort lente !!! il est facile d’être pro quand on est loin !


            • TSS 26 avril 2013 13:32

              Proglio ! il y a longtemps que je l’aurais mis à la retraite et sans retraite chapeau... !!


              • ffi ffi 26 avril 2013 14:38

                Hélas, les lubies idéologiques des écolos les ont mené dans une impasse.
                Ils tendent à croire que la terre-mère, la nature, est d’une grande abondance, mais, hélas, tel n’est pas le cas.

                Ils ont donc échoué à présenter un schéma de transition énergétique alternatif cohérent qui puisse faire face aux besoins de la population. Le prélèvement des ressources renouvelables, qui sont infimes, exigerait une infinité d’infrastructures, donc une infinité de prélèvements dans l’environnement non seulement pour les construire, mais encore pour les maintenir... Ce qui est anti-écologique au final. Bug !

                Au contraire, l’énergie nucléaire est tellement puissante (1kg d’Uranium = 10 000 tonnes de bois - je ne vous raconte pas l’économie de forêt et de camions de transport sur les routes...), qu’elle permet de faire face aux besoins avec des prélèvements minimaux dans l’environnement.
                 
                Face à cette impasse, soit les écolos mentent sur les capacités réelles de leur modèle alternatif, soit ils glissent insidieusement dans le malthusianisme, soit, au pire, pour les plus extrémistes, ils en viennent à clamer la nécessité d’exterminer une partie de l’humanité pour faire de la place...
                 
                Donc le système écolo de « transition énergétique » ne marche pas. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas se soucier de l’environnement, car s’il ne marche pas, c’est justement à cause des prélèvements infinis qu’il impose à l’environnement.
                 
                C’est le souci de l’environnement qui implique de ne pas réaliser cette « transition énergétique ».

                Je serais eux, j’irais me mettre dans un coin et me faire tout petit.
                Errare humanum est, perseverare diabolicus est.


                • ffi ffi 26 avril 2013 21:23

                  1kg d’Uranium contient l’énergie de 10 000 000 kg de bois.
                   
                  Un seul camion, qui transporterait 33 tonnes d’Uranium, apporte autant d’énergie que
                  10 000 000 de camions, qui transporteraient 33 tonnes de bois...

                  Fondez donc une entreprise qui utilise les technologies de votre modèle alternatif, par souscription des écolos : si vous avez raison, vous aurez tôt fait de produire beaucoup d’énergie pour un prix modique et cette entreprise s’étendra rapidement.

                  Personnellement, cela ne me dérangerait pas.
                  Ce serait une bonne démonstration de la pertinence de vos vues.
                   
                  Mais vous savez quoi ? Ce ne se fait pas, parce que ça ne marche pas.
                  Tout ce que ça fait, c’est de venir quémander des subventions à l’Etat.


                • ObjectifObjectif 27 avril 2013 08:33

                  « 1kg d’Uranium contient l’énergie de 10 000 000 kg de bois. »
                   Et combien de tonnes de bois détruites pour mettre les mines ?
                   Combien de kg de terre extraites pour fabriquer 1kg d’uranium enrichi ?
                   Combien de kg de fluor utilisés ?
                   Combien de kg déchets produits et combien de kg d’eau pollué ?
                   Combien de centrales nucléaires nécessaires pour extraire l’uranium et l’enrichir ?
                   Combien de kg de protection pour transporter 1kg d’uranium enrichi ?
                  Combien de kg de bois inutilisables à Tchernobyl et à Fukushima ?
                   
                  « Un seul camion, qui transporterait 33 tonnes d’Uranium »
                  Un tel camion tuerait combien de chauffeurs aux 100km ?
                  Quelle est la masse critique pour l’uranium enrichi ?
                  Un tel camion est donc IMPOSSIBLE, combien de kg d’emballage pour 1kg d’uranium transporté ?

                  Manifestement, vous ne faites que de la propagande !


                • ffi ffi 27 avril 2013 13:54

                  - Et combien de tonnes de bois détruites pour mettre les mines ?
                  Peu, car on va chercher le minerai là où il est concentré.
                  Combien de kg de terre extraites pour fabriquer 1kg d’uranium enrichi ?
                  A mon avis beaucoup moins que pour fabriquer les 250t d’acier et les 600 kg de cuivre d’une seule éolienne.
                  - Combien de kg de fluor utilisés ?
                  Guère plus que tout ce qui s’avale par le brossage de dent tous les jours qui est rejeté à l’égout ?
                  - Combien de kg déchets produits et combien de kg d’eau pollué ?
                  A mon avis beaucoup moins que pour fabriquer les 250t d’acier et les 600 kg de cuivre d’une seule éolienne.
                  - Combien de centrales nucléaires nécessaires pour extraire l’uranium et l’enrichir ?
                  A mon avis beaucoup moins que pour fabriquer les 250t d’acier et les 600 kg de cuivre d’une seule éolienne. Combien d’éoliennes pour fabriquer une éolienne ?
                  - Combien de kg de bois inutilisables à Tchernobyl et à Fukushima ?
                  C’est sûr que ce n’est pas une technologie d’amateurs.
                  - « Un seul camion, qui transporterait 33 tonnes d’Uranium »
                  Un tel camion tuerait combien de chauffeurs aux 100km ?

                  Aucun.
                  - Quelle est la masse critique pour l’uranium enrichi ?
                  Un tel camion est donc IMPOSSIBLE, combien de kg d’emballage pour 1kg d’uranium transporté ?

                  Evidemment qu’il est impossible tel quel, c’est pour donner la compréhension des ordres de grandeurs. Je veux bien descendre à 1 camion de combustible transporte autant d’énergie que 1 000 000 camions de bois si cela vous plaît mieux.

                  Manifestement, vous ne faites que de la propagande !
                  Non, je donne des ordres de grandeurs, ce que les écolos, qui font aussi beaucoup de propagande (ex : cet article), ne donnent jamais.
                   
                  Depuis le temps que cette transition énergétique est évoquée, aucune démonstration n’a encore été fournie. Avant d’affirmer que cette transition est possible, les instances écolos auraient dû enquêter un minimum sur le sujet.
                   
                  C’est sûr que la perspective est désirable, mais, la politique, ce n’est pas agir sous l’injonction de ses fantasmes, mais c’est agir selon ce qui est possible.


                • ObjectifObjectif 29 avril 2013 01:35

                  « Non, je donne des ordres de grandeurs »

                  En l’occurrence, de grandeur de votre ignorance : vous êtes dignes de travailler à Tokai-Mura : http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/tokaimura.htm

                  Vous savez, là où 2 ouvriers de votre niveau ont versé 16,6kg d’uranium enrichi à 18,5% dans une cuve, et ont... déclenché une réaction nucléaire.

                  La limite était à 2,4kg...

                  Alors avec votre camion à 33t d’uranium enrichi à 100% vous êtes vraiment le roi...


                • Roberton 26 avril 2013 19:02

                  Comprendre la transition énergétique suppose que l´on ait des connaissances de physique et des données économiques pour savoir ce qui est possible ou non.

                  1. Nous importons pour notre consommation totale d´énergie, 55% de fossiles (pétrole 33%, gaz 17% et Charbon 5%) pour 60 Milliards € et 38% de nucléaire pour 1 Milliard €, ce qui veut dire que le KW fossile nous coûte en importation 50 fois plus que celui du nucléaire, et en cas de crise (Iran, Corée du nord etc..) 2 ans de stock de matériel nucléaire pour 3 mois de réserves fossiles.

                  2. La seule énergie aujourd’hui, en quantité suffisante avec la même souplesse, pour remplacer le nucléaire est le charbon. Le meilleur exemple est la Chine qui construit une usine par semaine et l’Allemagne qui produisait en 2010 42% de son électricité en brûlant charbon et lignite. Depuis, ils ont arrêté 8 centrales nucléaires, et en 2012 nous en sommes à 52%  ! Preuve que les renouvelables, même en quantité, ne remplaceront pas les énergies de base. Coût du remplacement en importation du nucléaire par le charbon en France, 20 milliards par an supplémentaire ce qui évidemment doit être très bon pour la balance commerciale, sans compter le prix des thermoélectriques à construire. Et bonjour la pollution.

                  3. Une éolienne de 5 MW, c´est 1000t de béton, 250t d´acier, 600kg de cuivre et beaucoup de dérivés du pétrole (plastiques, résines, huiles pour les circuits électriques ainsi que les pales, lubrifiants etc...). Une tranche de nucléaire c´est 1000 éoliennes (20% de rendement moyen) donc 1000000t de béton (60 à 120 litres d´équivalent pétrole/tonne pour fabriquer) etc... Quantité négligeable, pas de pollution ?

                  4. La totalité de notre PIB dépend des énergies fossiles, sans elles plus de transports, de construction civile, de communications car même l´énergie électrique est dépendante des fossiles (maintenance et supervision du réseau et des centrales). L´énergie nous permet de transformer les matières premières en produits finis, c´est donc la base de notre société. Sans les énergies fossiles notre PIB est au minimum divisé par 20 et adieu tous nos acquis sociaux. Ce sont les 5% du PIB qui font les 100% du PIB. L´importation de ces énergies n´est pas un problème, c´est tout ce que nous ne fabriquons pas qui l´est (TV, PC, portables, automobiles, habillement etc....).

                  http://www.contrepoints.org/2012/09/09/96674-allemagne-de-nouvelles-centrales-a-charbon-pour-compenser-les-echecs-eolien-et-solaire

                  http://www.sauvonsleclimat.org/production-denergie/energies-renouvelables/intermittence-et-foisonnement.html

                  http://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/pv_acad/Doxa-V3_%20avril-2013.pdf


                  • ffi ffi 26 avril 2013 21:27

                    Bonne mise au point.
                    Merci.


                  • ObjectifObjectif 27 avril 2013 08:57

                    Encore de la pure propagande nuclearophile !

                    "Nous importons pour notre consommation totale d´énergie, 55% de fossiles (pétrole 33%, gaz 17% et Charbon 5%) pour 60 Milliards € et 38% de nucléaire pour 1 Milliard €« 

                    1- le minerai nucléaire, c’est par définition un stockage d’énergie fossile, car fossile veut dire »extrait de la Terre".

                    2- citez vos sources, trop facile la propagande nuclearophile

                    3- le solaire éolien, le solaire thermique, le solaire photovoltaique, le solaire hydraulique et le solaire biomasse suffisent totalement à assurer notre autonomie énergétique, cf

                    Un « Mix électrique » 100% renouvelable pour la France


                  • Roberton 27 avril 2013 18:59

                    Votre article sur les moyennes ne veut rien dire, par exemple aux USA 1% de population dispose de 30% des richesses et les 50% les plus pauvres 2,8%. En moyenne tous les Américains sont riches, dans la pratique 45 millions reçoivent des bons du gouvernement pour se nourrir. Ce n´est pas avec des renouvelables que vous ferez de l´acier dans un four électrique ou l´électrolyse de l´aluminium ou du cuivre. Donc vos 100% de renouvelables sont faux.

                    Nous sommes très riche en énergies solaires (lumière et chaleur) et leurs conséquences sur terre (vent, pluie), mais elles doivent être transformées en énergies mécanique ou électrique pour être utilisables (Photovoltaïque, éolien, hydraulique). Malheureusement, pour cela nous devons utiliser des matières premières très énergivores comme le ciment (60 à 120 litres d´équivalent pétrole/tonne), le verre (2500Kw/tonne), l´acier, l´aluminium, le cuivre, plastiques, câbles, isolants (alternateurs, moteurs, transformateurs, condensateurs), toute l´électronique de contrôle (90% de pétrole), etc..Sans parler du réseau électrique complexe et fragile avec son armada d´engins.

                    Une partie de la biomasse sert à l´agriculture (100 à 150 litres de diésel pour ha/an pour planter, traiter et récolter) ainsi que les engrais chimiques – NPK - (180 millions de tonnes d´engrais fabriqués à partir do pétrole (azote) ou retirés de la terre comme le phosphore et la potasse) et les phytosanitaires.


                    Je ne parle pas des camions, des navires, des avions et des trains pour le transport des marchandises, ni de tous les matériaux de la construction civile (ciment (2,5 milliards de tonnes/an/monde) tuiles, briques, peintures, imperméabilisants etc..) ni des médicaments, ni des lubrifiants (40 millions de tonnes/an/monde), ni du bitume (100 millions de tonnes/an/monde), ni des pneus et de tous nos équipements électroniques (ordinateurs, TV, DVD, GPS, caméscopes etc... Notre futur sans énergie n´est autre que le retour amélioré au 19e siècle avant la révolution industrielle.

                    Fossiles : Débris ou empreintes des végétaux et animaux conservés dans les dépôts sédimentaires. Rien à voir avec les minerais radioactifs ou non qui proviennent de la formation de la terre. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès