Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La transparence et la République du tout sécuritaire

La transparence et la République du tout sécuritaire

Ce lundi 15 avril 2013 à 17h00, les trente-sept ministres rendent publiques leurs déclarations de patrimoine. Jusqu’où ira cette mise à nu ?

yartiTransparence01

Attention la classe politique, on arrive en pleine zone de transparence ! Après l’émission télévisée du 28 mars 2013 et la première allocution du 3 avril 2013, l’allocution du 10 avril 2013 n’a pas semblé redonner au Président François Hollande ce minimum syndical de confiance qui lui permettrait un semblant de crédibilité.



Déclarer son patrimoine

Aucune des mesures proposées ne semble vraiment efficace pour éviter… la dissimulation. Pourtant, la mesure phare prise la semaine dernière est la publication des déclarations de patrimoine des principaux responsables politiques : ministres, parlementaires et aussi (on le dit moins bruyamment mais c’est sans doute plus important car il y a moins d’exposition médiatique mais peut-être tout autant d’enrichissement personnel), les présidents des (grands) exécutifs locaux. Et pour faire bonne mesure, le gouvernement va mettre en ligne à la fin d’après-midi de ce lundi les déclarations de ses ministres.

Quelques ministres l’avaient déjà fait la semaine dernière, ainsi que l’ancien Premier Ministre François Fillon, et également Jean-Luc Mélenchon qui est allé très loin dans son "impudeur" puisqu’il a profité, par ironie plutôt sympathique, pour dévoiler ses mensurations, peut-être un moyen discret de se faire offrir quelques vêtements par ses fans ?

La mesure paraît largement approuvée par l’opinion publique selon les premiers sondages (plus de 60%) et dans l’absolu, elle semble être une mesure de bon sens : éviter de voir un responsable politique s’enrichir grâce à ses fonctions politiques. Quand on dit "s’enrichir", il ne s’agit évidemment pas de parler de ses indemnités publiques et légalement acquises mais de rémunérations occultes que la loi, déjà, interdit (corruption, abus de biens sociaux etc.).

C’est une décision démagogique, qu’aucun responsable dans la classe politique ne pourrait cependant refuser de mettre en pratique sous peine d’introduire à son encontre un subreptice soupçon de dissimulation.


Démagogie, quand tu nous tiens

On mesure l’amplitude de la démagogie au fait que cette publication n’aurait absolument pas empêché l’affaire Cahuzac. Jérôme Cahuzac a en effet déjà produit une déclaration de patrimoine (non publiée) tant comme député que, ensuite, comme ministre et il est fort probable que les ministres qui auraient encore un compte à l’étranger (les malheureux !) éviteraient d’en faire état publiquement (d’ailleurs, quel conseil recommanderiez-vous au ministre qui se trouverait dans le cas : aller jusqu’au bout de la vérité ou s’enfermer, comme l’a fait Jérôme Cahuzac, dans le pieux mensonge ?).

Cette publicité sur le patrimoine devrait aussi devenir obligatoire aux membres des cabinets ministériels (Jérôme Cahuzac était membre du cabinet du Ministre de la Santé il y a une vingtaine d’années avant de s’engager en politique) et aux directeurs des grandes administrations publiques.


Jusqu’où ira-t-on ?

Mais la question qui vient tout de suite, c’est jusqu’où ira-t-on dans la mise à nu ? Car si demander à tous les responsables politiques une parfaite honnêteté paraît tout à fait sain et normal, cela ne signifie pas qu’on ne demande pas aux (autres) citoyens une même parfaite honnêteté. La loi s’applique à tous et l’honnêteté (entre autres) est l’une des valeurs fondamentales qui fondent notre vivre ensemble.

En d’autres termes, l’État, qui est en principe déjà au courant de la situation patrimonial de chaque citoyen par le fisc, ne va-t-il pas imposer cette publicité à TOUS les citoyens ? Quel va être le seuil pour qu’on doive publier ou non ? Est-ce le montant du budget de la collectivité locale dans laquelle un citoyen est élu ? Pourquoi ne pas imposer aux patrons des grandes entreprises privées une même transparence ?

Notons que Nicolas Sarkozy n’aurait jamais osé une pareille …transparence. Avec ce mot, cela semble un progrès pour son successeur, mais si l’on le remplaçait par étalage public de la vie privée, ce serait moins sûr.

Bref, la République serait-elle devenue plus sécuritaire avec François Hollande qu’avec Nicolas Sarkozy ?


Liberté vs transparence

Je le redis, aucun responsable politique ne pourra échapper, moralement, à la publication de son patrimoine parce qu’il y a une réelle demande publique et une suspicion bien trop généralisée, quoi qu’en dise le président de l’UMP Jean-François Copé, mais ce dernier a raison lorsqu’il s’inquiète de protéger la vie privée.

Rendre ces déclarations publiques, c’est rendre publiques de nombreuses vies privées, des vies affectives doubles ou troubles, qui ne concernent aucun citoyen (sinon la famille), c’est étaler la complexité des vies familiales, c’est donner la possibilité à des tiers, personnes ou groupes privés (du genre Facebook ou Google) de collecter ces informations privées et d’en faire des fichiers dont on ne saura rien de la destination. Ce risque de fichage systématique de la vie privée est très grand.

Autre risque, celui de placer le débat sur la morale. Hélas, il faut bien comprendre que le législateur ne doit pas faire la morale mais le droit. Tu ne voleras pas, tu ne tueras pas etc. sont des élément essentiels du droit et de la morale publique, bien sûr, mais aucune loi ne rendra honnête un malhonnête, aucune loi ne rendra sincère un hypocrite ou un menteur.


Espionnage d’État ?

Les États-Unis, avec leur tendance moralisatrice, ont fait beaucoup contre l’évasion fiscale puisque le gouvernement américain est autorisé à faire des écoutes téléphoniques voire à espionner pour coincer un évadé fiscal. Ma question est : les citoyens français souhaitent-ils que le gouvernement français fasse de même ?

Car il n’y a aucune raison de s’arrêter aux grands élus politiques. À terme, ce sont tous les citoyens qui pourraient être fichés et étalés de la sorte. Dans les 600 milliards d’euros estimés d’évasion fiscale (montant à prendre avec beaucoup de pincettes car il faut bien analyser ce qu’il recouvre réellement, certains actes ne sont pas illégaux, comme investir à l’étranger), il y a probablement beaucoup de citoyens très discrets qui ne se sont jamais mis en avant et qui n’ont jamais voulu faire de la politique. Bref, de "simples" citoyens, bien plus rusés, adeptes du "Vivons heureux, vivons cachés".


L’émotion en méthode de gouvernance

On avait reproché avec raison à Nicolas Sarkozy de réagir sur le coup de l’émotion à chaque fait divers criminel en légiférant dans le sens de plus en plus répressif.

François Hollande lui emboîte allègrement le pas, dans le domaine fiscal, alors que l’essentiel, ce n’est pas de faire une nouvelles loi, c’est déjà de faire appliquer les lois actuelles. Faire une nouvelle loi, c’est réagir sur le coup, à l’improviste, dans l’urgence, pour tenter un rebondissement dans l’opinion publique. Et même cela, cela ne marche pas.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (15 avril 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’affaire Cahuzac.
Faut-il interdire le mensonge ?
François Hollande.
Moralisation de la vie politique.


 


Moyenne des avis sur cet article :  1.76/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 15 avril 2013 13:46

    ce sont tous des riches faucialistes


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 16 avril 2013 10:09

       UN GRAND COUP D EPEE DANS L EAU

       OUI CITOYENS ON VOUS PREND POUR DES CONS ON VEUT LES DECLARATIONS DE REVENUS....LES CUMULS...LES INDEMNITES CACHEES DE LOBBYISTES

      et que la DCRI ENQUETE SUR CES 2000 COMPTES POUR L’E’VASION FISCALE A l ubs....reyl ou caimans.a cibler les amis de TAKKIEDINE ...............SARKO...COPE...MAM...OLIER...BALKANY....HORTEFEUX.BARJO T ET CIVITAS et n’oublions pas les eveques et cardinaux et LA BANQUE DU VATICAN


      heureusement que la doite n’est pas concernée car la on AURAIT DE SACREES SURPRISE.......................... DES COMPTES PLEIN DE ZEROS.................


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 15 avril 2013 15:16

      Quel rapport avec le sujet ?
      Quel rapport entre Gaston Flosse et l’UDF ?
      L’UDF existe-t-elle encore ?
      Savez-vous ce qu’est le Tahoera’a Huiraatira ?
      Révisez un peu votre culture politique, et adressez-vous à la bonne porte...


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 15 avril 2013 17:14

      Gaston Flosse est un élu ex-RPR et UMP.
      Vous ne connaissez visiblement rien à la vie politique, évitez d’en parler avec autant d’ignorance.

      Mais cet élu serait ce que vous dites, je m’en moquerais tout autant.
      Adressez-vous donc aux bonnes portes et arrêtez de projeter vos fantasmes !

      Si vous m’accusez de quoi que ce soit, dites-le (mais attention à la diffamation).
      Si ce n’est pas le cas, allez voir ailleurs pour les fautes et condamnations des autres.
      Vous ne semblez pas croire à la responsabilité individuelle.
      Il y a eu d’autres époques pas si lointaines où c’était déjà le cas...


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 avril 2013 17:42

      Flosse est flossien ...Et le « Tahoera » sa créature ....
      Ancien RPR -Ump il s’est mis au sénat avec l’UDI ,les seuls à l’accepter ...
      Pour ce qui d’une distinction « Gauche -droite » ,au niveau de 90% de la population tahitienne ça ne veut rien dire ...
      La politique locale polynésienne est très très très compliquée ,avec des péripéties qui etonneraient meme le plus blasé des politologues métropolitain ...


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 15 avril 2013 18:01

      Oui, il y a une différence entre un parti et un groupe parlementaire (cf épisode UMP à l’AN en décembre dernier).
      C’est Jacques Chirac qui a nommé Gaston Flosse dans son gouvernement.

      Alors, pour les réclamations :
      1/ Parti : s’adresser aux dirigeants du parti.
      2/ Groupe : s’adresser aux dirigeants du groupe.

      Parmi les subtilités sénatoriales, Jean-Pierre Chevènement a longtemps émargé au ...MoDem !


    • Luc le Raz Luc le Raz 15 avril 2013 14:12

      Que des ministres ou autres « élus » mettent leur patrimoine « à poil », comme le disait un ex-président « ça m’en touche une, sans faire bouger l’autre » (© J.C)
      Ce que je trouve scandaleux, par contre, c’est de voir des « repris de justice » siéger dans nos assemblées, ou autres instances républicaines, et oser se représenter à des élections. L’Inéligibilité à vie est, parait il, inconstitutionnelle. Tiens donc ? Et qui a décidé de ça ? Les mêmes sans doute.... smiley


      • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 15 avril 2013 15:20

        Le meilleur moyen de ne plus revoir des repris de justice dans des assemblées, c’est encore de ne plus voter pour eux, non ?

        Cordialement.


      • Luc le Raz Luc le Raz 15 avril 2013 16:26

        Salut Sylvain,
        Effectivement. De là à penser que là où ils sont élus, soit il y a une majorité d’électeurs qui se reconnaissent en eux (Ali Baba aurait il été élu ?), soit ils ignorent les casseroles judiciaires qu’il traînent derrière eux.
        C’est pourquoi, je serais pour que ces malfrats joignent à leur profession de foi, leur extrait de casier judiciaire. Après, libre aux électeurs de les absoudre en toute connaissance.
        Un bon moyen d’obtenir une « République irréprochable » ? J’ai comme un doute (© Devos)


      • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 15 avril 2013 16:36

        Oui Luc, pourquoi pas ? Les amnisties peuvent cependant effacer certains éléments du casier judiciaire.

        Ali Baba, je ne sais pas, mais Churchill a été renvoyé par les électeurs britanniques à la fin de la guerre...

        Je crois qu’en démocratie, lorsqu’il y a des candidatures pluralistes, n’importe quel candidat peut toujours faire état des tableaux de chasse de ses adversaires. Une condamnation judiciaire est une information publique, donc on a le droit de la citer (sauf en cas d’amnistie), et aux électeurs d’aviser.

        Je crois avant tout à la responsabilité des électeurs. Ce sont eux qui font les élections et le simple citoyen compte autant qu’un chef de parti ou un élu influent. C’est donc à eux, à nous, d’être vigilants et de ne choisir que des personnalités prêtes à servir et pas à se servir.

        Bonne fin de journée.


      • Luc le Raz Luc le Raz 15 avril 2013 17:35

        re-salut Sylvain,
        « Les amnisties peuvent cependant effacer certains éléments du casier judiciaire. » On se demande qui peut bien voter en faveur de ça ? smiley
        Certains nous diront que ce n’est pas grave de faire des abus de biens publics puisqu’il s’agit de l’argent de tout le monde, donc de personne !


        • Pyrathome Pyrathome 15 avril 2013 19:21

          Marrant comme certains n’aiment pas la transparence......ils ont forcément quelque chose à cacher....

          Quand on planque son flouze dans des paradis fiscaux, on a strictement rien à faire comme élu de la république, c’est aussi simple que cela......
          À quand la déchéance d’éligibilité et des droits civique à vie pour ceux qui sont et seront condamné ???


          • mortelune mortelune 15 avril 2013 19:24

            Il y a une expression populaire que certains inscrivent sur des tricots qui est : « sales c.. de riches » 

            je vais en acheter un petit stock pour le distribuer gratuitement dans la rue. Ce sera ma contribution à cette société de crotte de bique ou les plus riches s’emmerde tellement qu’ils finissent par faire de la politique pour emmerder les autres.

            • ddacoudre ddacoudre 15 avril 2013 19:27

              bonjour sylvain

              nous sommes effectivement en plein burlesque, mais un burlesque qui représente une dérive fascisante ou l’on en arrivera à bruler sur la place publique tous ceux qui n’accepterons pas comme aux meilleuree époque du bolchévisme ou autre dictature fascisante de montrer patte blanche pour accréditer de sa probiter de quoi éclater de rire si ce n’érait pas sans risuqe pour la liberté et la démocratie.
              Nous ressassons sans cesse des faits et comportements connus d’un miliieu d’initiés ou les services de surveillance savent tout sur tout ce qu’ils pensent nécessaire d’être su à toute fin utile. La politique ne devient qu’un vidage de poubelles périodiques qu’aime notre société qui ne s’épanche et s’épanouie que sur ce déversement de médiocrité offrant du sang neuf à des partis pour redorer un blason qui c’est ternie sur les mêmes sujets car nous ne faisons plus de la politique mais du débalement de biles de la régurgitatin d’indigestion d’affaires, la politique c’est trouver une affaire à dévoiler le momment opportun, et faire croire que grâce à cela demain sera mieux et meilleur.
              Tu as raison nous avons tout l’appareil législatif pour faire face à ces dérives humaines multipliés par celles du pouvoir économique ou politique, et il est à se demander si Hollande n’a pas conservé les mêmes conseillés que Sarkozy.
              Ce n’est pas ce que je dirai, je pense plutôt que la majorité des français sont toujours aussi pommés et recherchnte quelques chose qui n’existe pas si on ne l’apprend pas la citoyenneté, la responsabilité d’être un citoyen averti cxe que ne leur donnera aucune loi puifictrice d’où qu’elles viennent, bien au contraire ces lois qui se multiplies a foisons sur des sujet déjà légiféré, et qui ne changerons rien nous apporterons bien pire.

              cordialement.


              • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 15 avril 2013 19:38

                Bonjour Ddacoudre,

                Cet étalage ne va de toute façon rien apporter de positif sauf, dans l’immédiat, un semblant d’abcès crevé. Il est même parfois très étonnant de voir un patrimoine si bas pour des personnes qui ont eu de très hauts revenus pendant longtemps. Une mauvaise gestion de leurs ressources ? Des personnes qui ont réussi dans leur vie professionnelle comme Michèle Delaunay en viennent à s’excuser d’être riches et d’avoir réussi... pendant que d’autres ministres sont (étrangement) « pauvres ». Le pire, c’est que je me moque de toutes ces considérations (car cela ne me regarde pas) tant que tout le monde reste dans le cadre légal.

                Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès