Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Politique > La TVA sociale, escroquerie politicienne du siècle

La TVA sociale, escroquerie politicienne du siècle

La « TVA sociale » est un thème controversé qui va finir par devenir une mesure incontournable et une fois mise en place, il sera difficile de revenir en arrière ? Pour faire passer une telle mesure, il faut un contexte de crise et une propagande mensongère d’autant plus facilement acceptable qu’elle sera présentée de manière simpliste, tronquée, faussée et que quand la crise est présente, les craintes annihilent la raison et l’opinion est prête à gober n’importe quel mensonge. Le principe de cette TVA, c’est de remonter de plusieurs points le taux standard qui est de 19.6 pour transférer, dit-on, le financement de la protection sociale depuis le travail vers le consommateur. Ce transfert aurait pour effet de rendre compétitifs les productions françaises et de renchérir les importations de produits à bas coûts. Toute cette rhétorique représente une somme de contresens et de mensonges dignes d’un système totalitaire.

Point 1. La protection sociale serait financée par le travail. C’est faux, sauf si la protection sociale est réduite à l’assurance chômage. La solidarité nationale, et on ne va pas jouer sur les mots, repose entre autres sur des tas de dispositifs, fiscalité locale, impôts sur le revenu, CSG, RDS, etc. L’idée qu’on prend de l’argent sur les travailleurs pour le mettre dans une cagnotte et le répartir vers le RSA, l’ASS, l’AHH, La Sécu etc. est fausse. D’ailleurs, le principe de la solidarité repose sur une indistinction de l’imposition. Il y a une assiette et des dépenses. Les deux sont votées par le Parlement sur proposition du gouvernement. Depuis la fameuse vignette pour les vieux, l’opinion a été préparée à consentir à des impositions ciblées ce qui est une hérésie en politique. On se souvient de la journée de travail supplémentaire pour les vieux et la canicule. Les ressorts de la rhétorique de la TVA sociale sont erronés dès le départ. Mais c’est voulu. C’est le principe même de l’escroquerie intellectuelle érigée en mensonge politique.

Point 2. Le travail sera mieux rémunéré si le travailleur a moins de charges sur la fiche de paye. C’est partiellement faux sur un point. Cela suppose que les salaires augmentent or, si cette réduction de charge a pour objectif de rendre plus compétitif les produits français, les entreprises doivent répercuter cette baisse de charge sur les produits pour les rendre moins chers à l’exportation. Vu l’expérience des restaurateurs et le résultat sur les tarifs de la carte, on peut être dubitatif sur cette baisse de coût. Par ailleurs, les consommateurs sont aussi des travailleurs et si la TVA passe à 23 ou 25, eh bien ce coût de la protection sociale sera financé indirectement par les travailleurs qui paieront plus cher ce qu’ils veulent acheter, étant entendu que les produits vendus en France sont souvent importée et ne sont pas forcément à bas coût. Exemple des écrans plats ou des smart phones.

Point 3. Il faut rendre plus chers les produits importés à bas coût. Là on se fout carrément du Français moyen, à moins qu’il ne soit un illettré du calcul mental. Une chemise venue de Chine vendue 5 euros sera toujours à bas coût, même avec une TVA augmentée à 25 %. Parce que 5 % de TVA supplémentaire sur ce produit, cela représente un prix final de 5.25 euros. En plus, l’hypothèse 25 serait hautement improbable. Pour mémoire, la TVA en France se situe au dixième de point près au niveau de la moyenne européenne.

Point 4. Ces exonérations de charges, elles iront pour l’essentiel dans la poche des entreprises. Car la plupart des multinationales et des PME françaises n’ont pas besoin de mesures spéciales pour continuer à exporter. Cette TVA sociale permettra de sauver quelques centaines de PME et quelques milliers d’emplois. C’est tout et d’ailleurs, Alain Madelin s’est exprimée sur ce sujet en affirmant que l’incidence de ce dispositif est marginale et que la TVA sociale n’a aucun intérêt pour préserver l’emploi. Ce qui n’empêche pas Hervé Morin de désigner ce dispositif comme une TVA emploi.

Point 5. Au final, les Français paieront l’addition et la TVA sociale risque d’être un moyen détourné pour faire entrer de l’argent dans les caisses de l’Etat. Le pouvoir d’achat baissera et ce sera la « TVA » du gagner moins car on perd de l’argent si les produits sont vendus plus chers. Mais c’est présenté par nos communicants comme une mesure vertueuse au service de l’emploi. En vérité, c’est un troisième plan de rigueur présenté et conçu pour ne pas apparaître tel aux yeux de l’opinion publique. Conclusion. Si cette escroquerie passe, il n’y a plus rien à espérer de la politique et le PS est pour une fois du côté de la vérité en présentant la TVA sociale comme une faute économique et sociale.

Pour finir, on ne peut pas priver le citoyen d’un éclaircissement idéologique. Cette mesure vise à favoriser les conditions d’un milieu social, technique et productif afin de privilégier ces espèces modernes, à échelle suprahumaine, que sont les entreprises industrielles. L’homme est l’instrument du productivisme, de l’économisme et bientôt, du totalitarisme technologique.



Sur le même thème

Amusez-vous à retrouver votre programme idéal de 2012
Pacte de responsabilité un marché de dupe : la démonstration mathématique que l’on vous prend pour des idiots
Foire Aux Questions sur l'Euro ! Pour en finir avec les mythes
Faillite Nationale
Pourquoi l’Etat ne peut se passer d’un plan de relance de l’investissement immobilier


Les réactions les plus appréciées

  • Par François51 (---.---.---.169) 3 janvier 2012 12:17
    François51

    de toute façon,a partir du moment ou Parisot est pour, on ne peut qu’être contre.

    je sais, c’est un peu réducteur mais bon .....

  • Par Alpo47 (---.---.---.253) 3 janvier 2012 13:29
    Alpo47

    Un excellent et utile « décricotage » de cette mesure.

    Bien entendu, c’est un piège car c’est le consommateur qui, in fine, en paiera le prix. Et là, il faut ajouter ... COMME D’HABITUDE.
    Car finalement, les privatisations ont quasiment toutes eu pour conséquence le renchérissement des produits : eau, gaz, autoroutes, produits bancaires ... etc . Et toutes les mesures, disparitions de taxes, exonérations de quelques uns ... ont fini par se retrouver dans les prix, les porte-monnaie des consommateurs. Rien de nouveau sous le soleil donc. Et que pourrait on attendre lorsque le MEDEF est, indirectement, au pouvoir ?

    Juste qu’ils ne font pas encore le calcul qu’en essorant les consommateurs, ils coupent la branche (la consommation) sur laquelle repose tout le système.

  • Par Richard Schneider (---.---.---.207) 3 janvier 2012 15:22
    Richard Schneider

    Bon article qui explique les tenants et les aboutissants de cette TVA sociale - qui n’a rien de « sociale », d’ailleurs.

    Maintenant, il faut bien dire qu’à quatre mois d’une élection majeure, imposer une telle mesure est bien dans le style de l’agité de l’Élysée. On peut être pour ou contre, mais un homme raisonnable prendrait la décision de laisser les électeurs trancher au printemps prochain ...
    De toute façon, Sarkozy II est prêt à tout pour se présenter devant les électeurs comme un « candidat de la rupture » par rapport à Sarkozy I. Donc, il faut s’attendre à d’autres mesures choquantes ces prochaines semaines. Pourvu qu’il n’ait pas l’idée de déclarer la guerre à la Syrie ou à l’Iran. Avec lui, on ne sait jamais ...
  • Par BOBW (---.---.---.43) 3 janvier 2012 21:06
    BOBW

    Pourquoi le « monarque » doi-disant défenseur du travail n’instaure-t-il pas une TVA sur les plus values boursières et des banques privées. ?

Réactions à cet article

  • Par François51 (---.---.---.169) 3 janvier 2012 12:17
    François51

    de toute façon,a partir du moment ou Parisot est pour, on ne peut qu’être contre.

    je sais, c’est un peu réducteur mais bon .....

  • Par Alpo47 (---.---.---.253) 3 janvier 2012 13:29
    Alpo47

    Un excellent et utile « décricotage » de cette mesure.

    Bien entendu, c’est un piège car c’est le consommateur qui, in fine, en paiera le prix. Et là, il faut ajouter ... COMME D’HABITUDE.
    Car finalement, les privatisations ont quasiment toutes eu pour conséquence le renchérissement des produits : eau, gaz, autoroutes, produits bancaires ... etc . Et toutes les mesures, disparitions de taxes, exonérations de quelques uns ... ont fini par se retrouver dans les prix, les porte-monnaie des consommateurs. Rien de nouveau sous le soleil donc. Et que pourrait on attendre lorsque le MEDEF est, indirectement, au pouvoir ?

    Juste qu’ils ne font pas encore le calcul qu’en essorant les consommateurs, ils coupent la branche (la consommation) sur laquelle repose tout le système.

    • Par lucmentin (---.---.---.61) 3 janvier 2012 16:22

      Sociale la TVA ? Ce ne peut l’être.
      Le mensonge grossier n’a pour effet que de remplir les caisse de l’Etat. Mais dans quel but ?
      Bien sûr, de la sorte, le patronat se dégage de touts responsabilités sociales et les gens payeront de plus en plus chers leurs biens et services.
      L’Etat, composé de mafieux, ne joue pas pourl’Etat, mais pour des emplois dirigeants et ce à proximité des Elections. Ce qui est terrible c’est que des députés vont suivre, ceux que nous avons élus pour nous aider.
      Et là, le problème du Groupe : UN GROUPE N’EST QU’UN MAGMA D’INCOMPETANT QUI N’GIT QUE POUR LUI MEME. Tant le peuple n’aura pas compris et il ne comprendra jamais, il en sera ainsi et plus grosse est la fadaise du dirigeant, plus il plonge.

  • Par Alexis_Barecq (---.---.---.54) 3 janvier 2012 13:47
    Alexis_Barecq


    L’idée de la TVA sociale, en elle-même, est plutôt bonne.

    Mais comme le diable se cache dans les détails, c’est évidemment au niveau des dispositifs pratiques d’application qu’il faut être vigilant... Malheureusement, l’article est muet sur ces points.

  • Par Pelletier Jean (---.---.---.34) 3 janvier 2012 14:53
    Pelletier Jean

    C’est bien analysé... mais je m’interroge encore sur la possibilité de moduler cette mesure qui permettrait aussi au passage d’annuler une partie des cotisations payées par les salariès, pas seulement les employeurs..

    http://jmpelletier52.over-blog.com/article-quelle-strategie-pour-l-election-presidentielle-96058814.html

    • Par Croa (---.---.---.48) 3 janvier 2012 23:36
      Croa

      Les cotisations sont du salaire différé. Elles ne sont évidemment pas dans ce que touche immédiatement le salarié (salaire net) mais correspondent aussi au coût du travail effectué donc au salaire. Le salaire net + cotisations sont le produit du travail du salarié moins bénef du patron. Le patron ne paye rien en fait (ses bénéfices ne cotisent pas) et la dite « part patronale » est purement imaginaire : On l’a crée par l’invention d’une référence appelée « salaire brut » inférieure au vrai prix du salaire. 

      Le problème c’est que ces sophismes pourraient justifier une baisse du coût du travail, une diminution du salaire en somme...
      IL NE FAUT PAS ACCEPTER çA ! smiley

  • Par Daniel Roux (---.---.---.32) 3 janvier 2012 15:06
    Daniel Roux

    Ce qui est certain, est que l’on ne peut pas continuer à financer les déficits par la dette sans détruire la Sécurité Sociale.

    Ce débat mériterait mieux que des imprécations.

    Pour ceux que cela intéresse :

    http://www.agoravox.fr/actualites/e...
     

  • Par Bulgroz (---.---.---.21) 3 janvier 2012 15:13

    On peut toujours compter sur les forces conservatrices réactionnaires pour trouver mille raisons de s’opposer à quelque initiative que ce soit (surtout si cela vient du Président élu ) .

    Ne rien faire pour que rien ne change, ça c’est révolutionnaire.

    Cet article en est la parfaite démonstration.

    Comme le démontre l’auteur « C’est le principe même de l’escroquerie intellectuelle érigée en mensonge politique. »

    C’est implacable et c’est bien envoyé.

    Merci de continuer à bien nous éclairer.

  • Par Richard Schneider (---.---.---.207) 3 janvier 2012 15:22
    Richard Schneider

    Bon article qui explique les tenants et les aboutissants de cette TVA sociale - qui n’a rien de « sociale », d’ailleurs.

    Maintenant, il faut bien dire qu’à quatre mois d’une élection majeure, imposer une telle mesure est bien dans le style de l’agité de l’Élysée. On peut être pour ou contre, mais un homme raisonnable prendrait la décision de laisser les électeurs trancher au printemps prochain ...
    De toute façon, Sarkozy II est prêt à tout pour se présenter devant les électeurs comme un « candidat de la rupture » par rapport à Sarkozy I. Donc, il faut s’attendre à d’autres mesures choquantes ces prochaines semaines. Pourvu qu’il n’ait pas l’idée de déclarer la guerre à la Syrie ou à l’Iran. Avec lui, on ne sait jamais ...
    • Par Marc Bruxman (---.---.---.123) 3 janvier 2012 20:00

      Je n’aimes pas bcp Sarko mais la dessus, il a pourtant raison. En passant la TVA sociale maintenant il prend un risque personnel mais vous verrez que François Hollande le remerciera s’il est élu. Il fera un toilettage symbolique et pas plus.

      Tant qu’à savoir qu’il ne sera pas réelu autant qu’il serve à quelque chose. Ca le fera plutôt remonter dans l’estime des gens car son quinquénat aura malheureusement été celui d’un manque de courage. En començant par la TVA sociale qu’il devait mettre en place en 2007.

  • Par alain_àààé (---.---.---.28) 3 janvier 2012 15:24

    l article relate la réalité de ce que nous consommateurs nous allons nous faire rouler dans la farine on a déja eu le deuxieme budget ou pour moi c est comme si on m avais augmenté les impots de 50/0. on vas tous se retrouvez a faire nos courses au restos du coeur.il faut éjécté ce nain

    • Par appoline (---.---.---.48) 4 janvier 2012 13:30
      appoline

      Ejecter le nain est une nécessité absolue mais prenons garde de ne pas échanger un cheval borgne contre un cheval aveugle car le petit gros ne vaut pas un coup de cidre.


      Je viens de voir qu’à Caen, ils avaient encore fait une belle boulette avec le tram, 180 000 millions d’euros d’investissement il y a 10 ans. 80 pannes par mois, nouvel investissement pour tout refaire, sensiblement le même montant. Mais personne n’est responsable, c’est pas leur faute, disent ils presque la larme à l’oeil.

      Alors notre souverain veut faire des économies, il y a de quoi faire en virant les inutiles qui l’entourent et les hauts fonctionnaires qui dilapident l’argent des contribuables en parades et frou-frou, tout ce bling-bling qui a pour but de faire croire que la France est encore à l’époque de sa grandeur alors qu’elle se meure. L’hystérico-mégalo devrait revoir son salaire à la baisse, il a volé son augmentation, point besoin de tant de ministres vu qu’ils ne décident rien, point besoin de tout ce faste, voilà ce qui coûte des millions et qu’il jette par la fenêtre.
  • Par Ruut (---.---.---.197) 3 janvier 2012 15:32
    Ruut

    Toujours plus d’impôts.
    je suis pour l’impôt unique la TVA seule a taux commun pour tout.
    Plus je consomme, plus je paye.

    • Par Hermes (---.---.---.93) 3 janvier 2012 16:31
      Hermes

      Bonjour,

       La TVA s’exerce autant sur les besoins de base fondamentaux des démunis que sur les besoins des riches.

      Pour cette raison, La TVA comme impôt unique c’est l’impôt inique par excellence.

      Cdt.

    • Par Superyoyo (---.---.---.171) 4 janvier 2012 01:19

      Moi aussi je suis pour l’impôt unique, mais celui sur le revenu, et progressif. Plus je gagne, plus je paye plus.

    • Par John_John (---.---.---.47) 4 janvier 2012 14:20
      John_John

      L’égalité républicaine, celle qui est inscrite juste après « Liberté » sur le fronton des mairie, c’est l’égalité des droits et des devoirs, l’égalité de tous devant la loi, et donc devant l’impôts. Donc le même taux pour tous, quel que soit son revenu.


      De plus, il est suicidaire pour une économie de punir la création de richesse et d’encourager l’improductivité par des aides sans contreparties. La seule justification à la progressivité de l’impôt, c’est la jalousie de son prochain. Rien de très reluisant !
  • Par niblabla (---.---.---.103) 3 janvier 2012 15:54


    L’idée de départ est que les entreprises payent trop de charge. pourquoi pas, cela se défend.

    mais la réduction des charges préconisée sera payée par les consommateurs. et tous sans distinction les retraités, les SDF, les smicard. Ce qui n’est pas très « social ».
     
    L’état ferait mieux d’optimiser ses dépenses au lieu de bricoler des transferts d’impositions de Paul vers Jacques.

    • Par Croa (---.---.---.48) 3 janvier 2012 23:50
      Croa

      C’est justement ce débat là qui serait intéressant !

      « Trop de « charges » » ou des mises en concurrence effrénées, « libres et non faussées » ?

      Les « Charges » cet arbre qui cache la forêt...

      Et si nous parlions du vrai problème, voulez-vous ?

       

  • Par kssard (---.---.---.180) 3 janvier 2012 16:33

    Ce que l’on peut constater c’est qu’il y a de moins en moins de gens au travail. C’est malheureusement une donnée qui s’impose à nous. En conséquence, il me semble de plus en plus illusoire de faire porter la protection sociale uniquement sur les travailleurs. 


    Instaurer une TVA sociale, permettrait d’élargir l’assiette, aux retraités par exemple et de faire supporter l’impôt par les gens qui consomment le plus (je pense aux riches). 

    Franchement je suis partagé sur le sujet. Je pense aussi qu’appliquée par la gauche, le résultat serait très différent d’une TVA sociale appliquée par la droite qui naturellement chercherait à se défausser des charges patronales sur les petits salariés. 

    Je pense qu’il faut rester très pragmatique sur le sujet et aussi très vigilant. Ainsi, il suffirait de supprimer l’amendement Copé pour l’impôt sur les sociétés pour faire rentrer 50 milliards de plus dans le budget de l’Etat et ainsi règler la protection sociale. 

    Concretement, il y a une réelle volonté de nos gouvernants actuels de mettre en faillite la protection sociale pour substituer le privé : exemple remplacer la Secu par Malakoff Médéric qui appartient à Guillaume Sarkozi !!!! et qui déjà nous matraque de publicité. 

    Je pense qu’actuellement, relancer le débat sur la TVA Sociale est aussi un moyen d’occuper l’espace médiatique à peu de frais pour enfumer les français plutôt que d’avoir à répondre du gouffre de l’endettement provoqué par SARKO par ses réductions d’impôts aux riches. C’est exactement la même politique qu’avait initié Ronald Reagan en son temps avec le même résultat qu’en France : la quasi faillite des Etats Unis. Vous vous souvenez « US is back » et bien en France c’était « travailler plus pour gagner plus avec le résultat que l’on connait. » 

    bonne année au peuple de gauche
    • Par Marc Bruxman (---.---.---.123) 3 janvier 2012 19:57

      Vous pouvez augmenter l’IS mais les grandes entreprises ont les moyens d’en payer très peu alors que les PME non. Problème ces magouilles sont complétement légales. Lorsque Google détourne de l’argent par les pays bas puis l’irlande, son DG ne prend aucun risque d’aller en prison ou de se prendre une amende. Il a des avocats qui profitent de la grande difficulté à documenter efficacement les prix de transfert. Régler ce problème est difficile, pour des prestations immatérielles, il est très difficile de contrôler un prix de transfert. Saviez vous que Microsoft Irlande facture à Microsoft France les licences que MS vend en France ? Et à très bon prix, ne laissant qu’une marge minimale et donc des impôts ridicules. Mais comment évaluer le vrai prix d’une licence microsoft ? Réponse : C’est impossible ! Et donc ce genre de magouille continuera pendant longtemps.

      Pour la TVA je ne connais pas de moyen non illégal de ne pas la payer. Il y a la cavalerie mais elle vous aménera rapidement derriére les barrreaux si vous vous faites choper. Un gros ne prendra JAMAIS ce risque. La fraude à la TVA concerne surtout des petits qui croient avoir trouvés une bonne combine. Cela se termine en général assez mal. Mais la grosse entreprise payera toujours sa TVA à un moment ou à un autre. L’intégration des trésor publics européens et le controle des numéros de TVA intraco permettrait d’ailleurs de détecter facilement la Fraude en suivant les flux de TVA.

      Pour ce qui est de la mesure, cela ne devrait pas dépendre de la droite ou la gauche mais d’une négociation entre patronat et syndicat. Problème les syndicats sont complétement fermés à cette mesure (je n’ai pas vue une seule proposition d’amélioration venant des syndicats, ils disent juste : On en veut pas). Du coup le gouvernement est obligé de légiférer. Cela ne devrait pas se passer comme cela. Je sais que cela a été proposé.

      Dans d’autres pays comme l’allemagne les syndicats négocient réelement avec le patronat et les bonnes mesures arrivent à être adoptées. Regardez comme cela va bien chez eux en ce moment. La TVA sociale ca fait depuis 2006 qu’ils l’ont !

    • Par titi (---.---.---.159) 3 janvier 2012 23:44

      « Ce que l’on peut constater c’est qu’il y a de moins en moins de gens au travail »

      Bah non c’est faut.
      Le nombre d’emplois a augmenté depuis 1980. Mais ce nombre d’emplois a augmenté moins vite que la population active. D’où le chomage.

      Il n’y a donc pas de moins en moins de gens au travail. Il y a de plus en plus de gens sans travail. Ce n’est pas pareil...

  • Par John_John (---.---.---.47) 3 janvier 2012 16:41

    Posons plutôt la question à l’envers : est-on obligé de sur-consommer ? Non, bien sur, alors il faut bien voir que c’est l’individu qui est entièrement responsable de ses dépenses et des conséquences de celles-ci. Le consommateur, par son choix d’achat, décide de favoriser telle ou telle entreprise, telle ou telle forme de production, telle ou telle organisation sociétale. Il est malhonnête de rejeter la faute sur « le système », ce qui est profondément stupide, plutot que de réaliser que c’est l’individu, ses choix et ses relations qui façonnent la société, et pas l’inverse.

  • Par Traroth (---.---.---.90) 3 janvier 2012 17:00
    Traroth

    Encore un cadeau fiscal aux entreprises sans aucune contrepartie !

    Rappelons que la TVA est un impôt particulièrement injuste : rapporté au revenu, les pauvres paient bien plus que les riches !

    • Par Marc Bruxman (---.---.---.123) 3 janvier 2012 19:46

      Et c’est encore bien pire pour les charges sociales. Le vrai riche qui vit de ses rentes en paye ZERO. Le moyen riche a un salaire « de base » et de gros revenus de son patrimoine non taxés.

      Par contre ce qu’il touche en dividende, le riche le consomme en partie et payera donc la TVA. Donc si on parle d’impôt injuste, les charges sociales sont largement pires. Et si vous croyez qu’il n’y a que le patron qui paye détrompez vous. Pour votre entreprise vous êtes un coût et que ce cout aille dans votre salaire ou dans des impôts ne change rien. En clair, je pense qu’il est tout à fait possible de négocier avec le MEDEF et la CGPME des augmentations de salaires NET en échange de la tva sociale. PRoblème : Les syndicats de salariés ne poussent pas dans cette voie. C’est vraiment con ! ! !

    • Par Traroth (---.---.---.90) 4 janvier 2012 17:12
      Traroth

      Autre solution : taxer les dividendes. Et lourdement, même !

  • Par bruno-beauvois (---.---.---.101) 3 janvier 2012 17:04

    Refuser de facto une TVA sociale est une absurdité intellectuelle, et la réforme proposée par Sarko en est une aussi. la TVA sociale mérite une réflexion mais dans une réforme globale de notre fiscalité enfin de la rendre plus juste mais aussi car nous ne vivons pas dans le monde merveilleux de oui-oui, plus efficace. Je vous conseille la lecture du livre et du site la révolution fiscale. Je ne suis pas en accord avec toutes les réflexions mais il y a beaucoup de piste interessentes.

    • Par Croa (---.---.---.48) 4 janvier 2012 00:05
      Croa

      « mais dans une réforme globale de notre fiscalité »

      Oui, mais ce n’est pas l’idée de Monsieur Sarkozy  !

      Sur le fond, une fiscalité basée sur la TVA peut être, si on le veut bien, presque aussi juste qu’une fiscalité basée sur le revenue, ce, par attribution d’un revenu d’existence de base que tout le monde toucherait. (On démontre que cette allocation a un effet redistributif proportionnel mais je n’ai pas le temps de faire ça ici.) 

  • Par Gilles BERTIN (---.---.---.189) 3 janvier 2012 17:35
    Gilles BERTIN

    Je vous rappelle que le projet de "TVA sociale" présenté par le gouvernement n’est rien d’’autre qu’un basculement d’’une partie des cotisations sociales patronales, payées par les entreprises, vers la TVA, payée par les ménages.


    D’après vous qui paye réellement les cotisations sociales patronales des entreprises ?


    Le Salarié/consommateur puisque par principe l’entreprise ne paye jamais rien, elle refacture tous ses frais sur sont client et ne garde pour elle qu’une marge bénéficiaire.


    Notre protection sociales est déjà financé par une TVA sur la masse salariale de toutes nos entreprises....


    Prélever sur l’ensemble de notre création de richesse les 365 Milliards d’Euros dont nous avons besoin réduirait de 30% la cotisation des entreprises de mains d’œuvre .A+

    • Par kssard (---.---.---.183) 3 janvier 2012 19:10

      @bertin, 


      vous avez certainement raison, appliquée par la Droite, la TVA sociale n’a d’autre objectif que de transférer les charges patronales sur les consommateurs. 

      Comment accorder un supplément de crédit à ceux qui ont tant menti depuis 2007 et qui pratiquent la curée à grande échelle pour finir de tondre le peuple. 

      En revanche, une TVA sociale de gauche visant à supprimer les cotisations salariales et maintenir les cotisations patronales pourrait être intéressante.

      N’oublions pas que nous nous orientons vers une société sans salarié. C’est notamment une thèse défendue par Attali. 
    • Par Marc Bruxman (---.---.---.123) 3 janvier 2012 19:42

      Tout cela est question de réglage. Une entreprise se fout bien de à qui elle verse les cotisations. Plutôt que de s’offusquer, il faudrait surtout insister pour que la mesure soit répartie à savoir qu’une partie de la baisse soit sur le salarial (augmentation du net) et une partie sur la patronal. Pour les salariés cette mesure peut être neutre. Par contre, elle permet de faire payer les inactifs et d’élargir le gap entre les minimas sociaux et le travail. Ce n’est pas si mal. Beaucoup de retraités gagnent bien leur vie. Ils sont logiquement déja propriétaire de leur logement car c’était très peu cher à une époque.

      Rappelez vous que de toute façon vous payerez d’une façon ou d’une autre. Autant que cela ne soit pas les salariés qui payent !

      NB : Et pour beaucoup de PME qui sont ric-rac niveau budget, la mesure en question pourra permettre des embauches qui sont partfois nécéssaires.

    • Par Croa (---.---.---.48) 4 janvier 2012 00:11
      Croa

      Rappel :
      Ce ne sont donc pas des « charges » smiley (je ne dit pas ça pour Gilles.)

  • Par Teo Toriatte (---.---.---.153) 3 janvier 2012 18:55

    En faisant peser sur les salaires la charge du financement des branches santé et famille de la Sécurité sociale, nous activons les délocalisations. Dans une économie largement ouverte, il ne suffit pas d’appeler à la « démondialisation ». Il faut cesser de pratiquer ce « droit de douane à l’envers » acquitté sur nos productions nationales et dont sont exonérées nos importations. Il y a urgence à alléger, voire à supprimer ce mode de financement pour des missions mettant en cause la solidarité nationale.

    J’entends bien les critiques et les propos alarmistes de tous ceux qui veulent défendre les consommateurs. Il est urgent de cesser de se raconter des histoires. S’il est politiquement correct de proclamer qu’une partie des impôts et charges sociales sont payés par les entreprises, il est temps de comprendre que toutes ces contributions se retrouvent nécessairement, au stade ultime, dans le prix demandé au consommateur. La supercherie a trop duré, l’essentiel des impôts est supporté par les citoyens, par les ménages. Dès lors, l’assiette ne peut être que le revenu, le patrimoine ou la consommation.

  • Par Marc Bruxman (---.---.---.123) 3 janvier 2012 19:39

    Bonjour,

    Je suis entrepreneur. Les charges salariales sont quasi égales au salaire net versé au salarié (sauf pour les bas salaires ce qui ne me concerne pas dans mon secteur d’activité).

    En clair un salarié à 2500 € Net par mois vous coute environ 5000 € Net par mois. Une partie de ces 2500 € de charges sont dits salariaux et l’autre patronaux mais c’est une imbécilité. L’entreprise voit son budget et se fout bien de à qui elle le verse.

    Pour nous cette taxe est la pire car elle taxe l’entreprise avant que celle ci n’ait réalisé le moindre profit. Si on doit passer une année homme en R&D avant de sortir un nouveau produit, les charges sont payées par la R&D et non par les bénéfices liés à la vente du produit. Or, tout nouveau produit comporte des risques, parfois on fait beaucoup d’argent c’est vrai, mais parfois on « jette » un an de R&D à la poubelle. Ca on ne peut pas vraiment le changer. A l’inverse la TVA est payée lorsque l’entreprise a crée de la valeur ajoutée et donc fait des profits. C’est une taxe beaucoup moins génante. Par rapport à l’impôt sur les sociétés, il est plus difficile d’y échapper avec des montages financiers bizarres. La ou une hausse de l’IS risquerait de ne toucher que les PME une hausse de la TVA touchera toutes les entreprises.

    La TVA sociale nécéssite bien sur une négociation intelligente et il serait bon que les partenaires sociaux s’y mettent intelligemment :

    • La part du net pourrait être augmenté ce qui doperait les salaires de ceux qui travaillent. Le but étant de redonner du pouvoir d’achat au salarié afin d’adoucir la mesure. Ceci permettra à tous les salaires (sauf les retraites et prestations sociales) d’augmenter.
    • La part dite « patronale » pourrait être abaissée en parallèle afin de réduire le coût du travail. Pour les secteure en tension de main d’oeuvre nul doute que cela fera augmenter les salaires, pour les salaires sinistrés, cela ne changera rien. 
    Conclusion : Il est possible de faire cette mesure en ne touchant pas au pouvoir d’achat des salariés. Par contre, cela touchera au pouvoir d’achat de ceux qui ne travaillent pas. Au passage, il faut revenir sur la baisse de la TVA dans la restauration car cette prestation concerne les riches. En échange la TVA sur l’alimentation pourrait être maintenue à un niveau plus bas de façon à épargner les plus pauvres de cette hausse et créer une progressivité de fait.

    Environ 15% de la TVA collectée provient aujourd’hui des importations. En clair, les produits made-in-france seront subitement moins taxés que les produits made-in-china. Or, si l’écart salarial est grand, toute délocalisation comporte des coûts cachés très largement supérieur au prix des salariés. Pour certains produits, le petit coup de pouce suffira à faire acheter français. D’autant plus que les exportations ne sont pas taxées à la TVA et donc l’export sera en réalité très favorisé par cette mesure. C’est bon car si j’exporte un logiciel par exemple, c’est de l’argent frais gagné à l’étranger qui rentre en France. Favoriser les exportations c’est bon pour l’économie et l’emploi ! Les touristes qui viennent en vacances à Paris payeront aussi cette taxe. Pas mal pour la premiére destination touristique !

    Pour finir, je dirai qu’il ne faut pas se leurrer. L’état est en déficit important et il va falloir payer dans tous les cas. Dans une économie l’argent circule, qui que vous taxiez cela aura des répercussions sur TOUTE l’économie. Le but de la TVA sociale est simplement de ne pas faire porter ce coût sur le travail. Elle pourrait effectivement être couplée à une hausse simultanée de la CSG / CRDS qui la aussi permettent de taxer des bénéfices effectivement réalisés.

    Souvenez vous que l’actionnaire paie aussi la TVA sur la voiture qu’il achéte, ses geuletons au resto et le luxe qu’il consomme. Or, sur ses dividendes, il n’a pas payé de charges sociales.

    Si les syndicats s’opposent frontalement à la TVA sociale c’est avant tout parce qu’ils ont peur que cette TVA sociale mette fin au paritarisme tel qu’il existe. N’oublions pas qu’une bonne partie des charges sont collectés directement par des entreprises paritaires. Si elles le sont par le trésor public c’est tout un arrangement daté de l’après guerre qui s’effondre. Forcément cela va déranger...

    • Par easy (---.---.---.174) 3 janvier 2012 20:27
      easy

      «  »« Or, sur ses dividendes, il n’a pas payé de charges sociales. »«  »

      Mais il a payé (à la source) les prélèvements sociaux de 13,5% et il aura bien entendu à payer son IR dessus (soit sous forme de forfait libératoire, soit au réel)

    • Par Croa (---.---.---.48) 4 janvier 2012 00:26
      Croa

      Ton salarié coûte 5000 €, point ! Je me demande d’ailleurs en quoi ça te regarde quelle partie lui est versé immédiatement et quelle partie correspond à des cotisations !

      Le paritarisme on devrait en effet y mettre fin car les patrons ne devraient pas y avoir droit de regard ! (à moins que vous ne vouliez aider vraiment les travailleurs en versant un peu de vos bénéfices ? )

    • Par Marc Bruxman (---.---.---.123) 4 janvier 2012 14:11

      @Easy

      Si tu veux comparer dividende et charges sociales, crois moi le dividende est BCP moins taxé.

      13.5% pour le dividende comme tu dis + L’impot sur le revenu avec un abattement.
      Quasi 80% du net pour le salaire + L’impot sur le revenu.

      Seule différence, le dividende versé ne se déduit pas du résultat de l’entreprise donc tu paie l’IS dessus. Mais le dividende reste plus rentable de très loin. Après reste à prendre en charge par soi même sa protection sociale.

  • Par lloreen (---.---.---.50) 3 janvier 2012 20:00

    bonsoir et meilleurs voeux pour 2012 à tous

    Escroquerie pour escroquerie, voici le réveil canadien...
    http://www.morpheus.fr/spip.php?art...

    Ils ne connaissent peut-être pas encore de TVA sociale ou autre arnaque du même acabit mais visiblement ils n’ont plus l’intention d’être les victimes des banques.

    Si nous leur emboitons le pas en France, l’année 2012 verra peut-être un début de convalescence !

  • Par clostra (---.---.---.224) 3 janvier 2012 20:13

    A vu de nez ça va encore être la mer étale des vases communicants...un calcul nul fait par des nuls qui veulent montrer qu’ils FONT.

    Dans le franco-français (ces millions de Toutes Petites Entreprises) qui vont ne pas devoir augmenter leur prix HT, voilà ce qui va se passer !

    Profond dégoût pour ces gens qui augmentent leur salaire sans s’en faire, sur les deniers publics ou sur la Valeur Ajoutée des entreprises privées. Vous verrez, ces dirigeants vont encore augmenter leurs rémunérations surtout si les charges sont moindres !

    C’est quoi la Taxe à la Valeur Ajoutée ?

  • Par easy (---.---.---.174) 3 janvier 2012 20:32
    easy

    Il ne peut y avoir qu’une seule sorte de TVA vraiment et directement sociale

    Elle frapperait un pain ordinaire de 0%, un pain de semi luxe de 50 % et un pain de chez Poilâne de 100%
    Elle frapperait une voiture basique de 0%, une voiture moyenne gamme de 50% et une Bentley de 100%


    Sarko le sait très bien.

    Le fait qu’il ne nous propose pas ce type de TVA nous prouve qu’il n’est pas du tout intéressé par le social.

    • Par Croa (---.---.---.48) 4 janvier 2012 00:34
      Croa

      Taxer une voiture de base à 20% est normal !  Même de base tout le monde ne peut pas se payer une voiture neuve (Les ménages modestes achètent des véhicules d’occasions.)

  • Par BOBW (---.---.---.43) 3 janvier 2012 21:06
    BOBW

    Pourquoi le « monarque » doi-disant défenseur du travail n’instaure-t-il pas une TVA sur les plus values boursières et des banques privées. ?

  • Par Magnon (---.---.---.12) 3 janvier 2012 21:44

    La CFE-CGC a pris position pour la TVA sociale a partir du constat suivant :
    Notre pays, c’est à dire une collectivité de citoyens a du mal à payer la rente pétrolière et la « rente industrielle » versée à « l’Usine du Monde » qu’est devenue la Chine.
    La protection sociale (retraite santé chômage famille) est exclusivement assise sur les salaires, donc sur ce qui est produit en France.
    Ce poids gène la production française de plus en plus difficile à exporter, et même pour la consomation il est préféré des produits importés, qui ne financent en aucune manière la protection sociale.
    Donc, pour maintenir la protection sociale, il faut alourdir cette charge, donc il y aura de moins en moins de production en France.
    Trouver une source de financement sur un autre support que le travail est une absolue nécessité.
    Sauf que cela n’intéresse personne, il y a longtemps que la gauche politique ou syndicale a choisi le rentier contre l’ouvrier.

  • Par lloreen (---.---.---.50) 3 janvier 2012 21:57

    Tant que cette arnaque bancaire basée sur l’ argent dette persistera rien ne sera résolu.
    C’est dommage qu’elle ne soit pas expliquée parce que « si les gens comprenaient le fonctionnement du système bancaire il y aurait la révolution avant demain matin ».
    C’était la conclusion de Henry Ford ...

  • Par Scribe (---.---.---.46) 3 janvier 2012 22:02
    Scribe

    Ce qui est critiquable c’est le choix d’augmenter la TVA, je vous rappelle mon article du moi de décembre
    http://www.agoravox.fr/tribune-libr...

  • Par jacques122 (---.---.---.53) 3 janvier 2012 22:13

    Cher Monsieur,
    votre envolée lyrique n’a d’égale que la minceur de votre analyse économique.
    Faut-il vous rappeler que la TVA sociale a été mise en place par le Gouvernement Socialiste de Gerard Shroder outre Rhin il y plus de 5 ans. Aujourd’hui, personne, en Allemagne, ne s’amuserait à la remettre en cause tant elle a contribué, avec d’autres mesures, à faire de l’économie allemande l’une des plus florissantes dans le monde en ces temps de « crise » (qui n’en n’est pas une pour nos amis germaniques).
    L’économie n’est pas une cour de récréation où l’on peut faire et dire n’importe quoi. Les erreurs se paient CASH. Et c’est que nous commençons à faire après 30 ans de lyrisme et d’immobilisme politique.
    A bon entendeur

  • Par soubise (---.---.---.225) 3 janvier 2012 22:38

    Un petit cadeau aux copains de fortune avant de partir, histoire de se dorer l’avenir...
    Sacré Sarko...

  • Par lloreen (---.---.---.50) 3 janvier 2012 23:40

    jacques112
    Nos amis germaniques ont déjà commencé par ne pas délocaliser leurs fleurons de l’industrie comme l’ont fait nos « brillants » compatriotes et n’ont pas dilapidé l’argent public en arrosant des industries asiatiques avec de généreuses subventions pour s’installer en France puis mettre la clé sous la porte après qu’elles aient encaissé les aides encaissées et acquis le savoir-faire ...
    Nos amis germaniques ne fichent pas les salariés les plus compétents à la porte parce qu’ils sont « seniors » à 35 ans....
    Nos amis germaniques comprennent très bien que le jeunisme à outrance comme il est si bien pratiqué en France ne permet pas à la barque d’aller bien loin en cas de mer agitée et in fine nos amis germaniques permettent à leur jeunes d’être bien accueillis dans le monde de l’entreprise pour acquérir un savoir faire et des compétences au lieu de faire les frais d’une « sélection » totalement mal comprise et improductive.

    Bref, des erreurs visibles depuis le temps comme une verrue sur le nez sans que nos « experts » ne songent à adopter des solutions frappées au coin du bon sens.

    Ceci dit, il est regrettable que les allemandes (von der Leyen, notamment) veuillent absolument singer le système scolaire français la classe toute la journée).
    En Allemagne, les crèches sont rares et chères et il faut que les futures mères s’y ruent en début de grossesse pour espérer une place.
    Les cantines n’existent pas et les mères travaillent rarement car il est très mal vu que les femmes allemandes « abandonnent » leur enfant en bas-âge.
     

  • Par Argo (---.---.---.65) 3 janvier 2012 23:46
    Argo
    Sarkozy se décide à appliquer la recommandation phare du rapport de la Cour des Comptes de mars 2011, de façon à aligner la politique fiscale de la France sur celle de l’Allemagne. Je reprends la synthèse de la Cour des Comptes :
    · engager un processus de substitution progressive d’un financement à caractère universel à un financement professionnel, assis sur les salaires, pour des politiques publiques sans rapport direct avec l’entreprise ;
    · mobiliser à cette fin, en particulier, les marges de manœuvre tirées de la réduction des niches fiscales et sociales, ainsi que de celles mises en évidence en matière de taxation de la consommation et de fiscalité environnementale ;
    · analyser leurs conséquences redistributives et envisager, le cas échéant, les dispositifs d’accompagnement nécessaires, en particulier par l’aménagement de prestations sociales ou la progressivité des impositions.

    Ça a marché en Allemagne où la TVA a été relevée en 2006 de 16% à 19% (nous on est déjà à 19.6%). Le problème vient du dosage (combien de points de TVA en plus ? Combien de charges en moins pour les entreprises ? Les répercuteront-elles dans le prix de vente ?).

    Quant à l’analyse des conséquences, les dispositifs d’accompagnement, etc. on a bien compris que ce sera pour Hollande. Le parti pris de la gesticulation, toujours... On devrait être habitués après 4 ans.
    • Par heraclite (---.---.---.139) 4 janvier 2012 01:13

      Hollande ne fera rien du tout car cette éminente nullité dont la colonne vertébrale est celle d’un mollusque ne sera pas élu. Il pourra tranquillement continuer à prononcer ses petites phrases d’un ton saccadé comme son illustre mentor, François Mitterand, l’incomparable sauteur de haies.

    • Par Superyoyo (---.---.---.171) 4 janvier 2012 01:52

      « cette éminente nullité dont la colonne vertébrale est celle d’un mollusque »

      Et la droite accuse la gauche d’insulter Sarkozy...
  • Par lloreen (---.---.---.50) 4 janvier 2012 00:03


    D’autre part nos amis germaniques ne créent pas comme cela est prévu en Lorraine (près de Gandrange, où Sarkozy a trompé les ouvriers des aciéries ...) des vitrines pour l’industrie chinoise !!!!
    Je résume pour ceux qui ont suivi un peu l’affaire des aciéries lorraines qui ont fermé les unes après les autres...Après avoir fait un pont d’or à Mittal toute cette région est finalement sinistrée...
    Les entreprises françaises ont fermé, ont été délocalisées et voilà que les chinois y exposent une vitrine de leur savoir faire avec la bénédiction des politiques.... !!!!

    Pour ceux qui se rappellent de l’épisode Daewoo....un comble !

  • Par Peachy Carnehan (---.---.---.120) 4 janvier 2012 00:47
    Peachy Carnehan

    La TVA sociale, comme l’ensemble de l’oeuvre de Sarkozy, relève de la malfaisance.

    En dix ans, aux Finances, à l’Intérieur et à l’Elysée, ce sale type a tout pourri, tout salopé, tout dégueulassé ; à croire qu’un porc a pris ses quartiers dans notre jardinet verdoyant pour le transformer en auge à cochons. En 2000, avec trente francs, je pouvais m’acheter le journal, un paquet de cigarettes, un croissant et boire un café au bistrot ; aujourd’hui avec la même somme (5€) je peux aller me faire foutre. Comme tout le monde.

    Et en plus, comble du sarkozysme, je n’ai même plus de droit de fumer et de boire dans mon bar-tabac.

    Dégage.

  • Par gaston (---.---.---.214) 4 janvier 2012 08:16
    gaston

    C’est bien pire que la TVA à 5.5 dans la restauration qui n’a fait qu’engraisser les restaurateurs puisque ni les salariés ni les clients en ont profité , et c’est prouvé et reprouvé ! la il s’agit d’un nouveau cadeau fiscal aux entreprises qui en plus va rogner le pourvoir d’achat de tout les salarié , sarkozy doit vraiment avoir compris qu’il ne serait pas réelu pour lancer de telles mesures qui seront de toutes façon défaites et à juste titre par Hollande !

  • Par hgo04 (---.---.---.4) 4 janvier 2012 08:39
    hgo04

    «  »"  et le PS est pour une fois du côté de la vérité en présentant la TVA sociale comme une faute économique et sociale«  »"


    Hum.... Si le PS dit vraiment cela, nous ne l’avons pas entendu ou assez entendu ou mal compris..

    Le PS reviendra donc sur cette TVA s’il arrive au pouvoir ?? j’en doute fortement.. Pire même, il en tirera profit .... 

    Ce n’est pas en changeant la couleur de la voiture qu’on change de destination... L’économie va mal car les entreprises françaises sont heurtées de plein fouet à une compétition avec des pays dont le travail coûte moins cher. 

    Si vous croyez que cette mesure empéchera d’acheter des DVD en allemagne où la taxe SACEM n’existe pas... 

    Mais vous avez bien raison de dire que c’est un impôt supplémentaire... Vivement le marché noir qui se développera immanquablement avec ces mesures !
  • Par Gerard Lucon (---.---.---.242) 4 janvier 2012 09:11
    Gérard Luçon

    parler de TVA « sociale », cela signifierait qu’il existe une TVA « asociale » ou « antisociale » ?

    C’est un peu comme parler de discrimination positive, quand on ne connait pas la langue francaise ni le sens des mots, on se sent oblige d’ajouter un qualificatif

    La TVA est un impot injuste, donc inutile d’essayer de la rendre plus acceptable !

  • Par pmxr (---.---.---.69) 4 janvier 2012 09:16
    pmxr

    Il est fort probable que le la « TVA sociale » .... est la même utilité qu’autrefois la vignette automobile ... pour les retraités !

    La CSG qui ne devait pas durer ... est toujours là !

    L’argent des radars ... pour la sécurité routière .... !

  • Par frédéric lyon (---.---.---.61) 4 janvier 2012 09:27

    Faire financer une partie du coût de la politique sociale par les importations, au lieu de laisser l’intégralité de la charge aux entreprises françaises est évidemment une bonne idée, qui a déjà été appliquée en Allemagne avec succès.


    D’ailleurs cette mesure a fait partie des propositions socialistes et Manuel Walls l’a encore défendue lors des débats entre socialistes de la primaire.

    Celà suffit pour être absolument certain que cette mesure fera partie des mesures auxquelles les socialistes font semblant de s’opposer, mais sur lesquelles ne reviendront pas si d’aventure ils revenaient au pouvoir en 2012. Exactement comme la réforme des retraites.

    Un dernier point : cette TVA sociale frappant prioritairement les produits importés doit être accompagnée d’une baisse des cotisations sociales salariales et patronales. Il s’agit d’une substitution et non d’une augmentation des prélèvements obligatoires. 
    • Par Gerard Lucon (---.---.---.98) 4 janvier 2012 18:17
      Gérard Luçon

      le fait que les socialos aient eu cette proposition n’empeche pas cette idee d’etre une connerie et une saloperie !

    • Par Croa (---.---.---.134) 4 janvier 2012 23:51
      Croa

      Une baisse des salaires (c’est ça qui est derrière) permettra d’augmenter les profits, c’est tout.

      Les entreprises se verront contraintes de baisser les prix HT (surtout les petites vis à vis de leurs donneurs d’ordre ) mais les prix HT à la consommation ne bougeront pas. Avec plus de TVA les prix TTC vont augmenter .

      Qui sera gagnant et qui sera perdant dans cette histoire ? Comme d’hab. ! smiley

      Mais je peux me tromper... T’as des chiffres sur le « succès allemand » ?

  • Par frédéric lyon (---.---.---.61) 4 janvier 2012 09:33

    Tout ceci donne l’occasion de rappeler que la TVA est une taxe juste, car c’est une taxe progressive.


    Celui qui achète une Porsche paye, proportionnellement à la valeur de son achat, beaucoup plus de TVA que celui qui achète un kilo de pommes de terre.

    L’impôt sur le revenu est loin de pouvoir offrir une telle progressivité !
    • Par hgo04 (---.---.---.4) 4 janvier 2012 09:45
      hgo04

      «  »« Tout ceci donne l’occasion de rappeler que la TVA est une taxe juste, car c’est une taxe progressive.
       »«  »



       ????? et j’ajouterai !!!!!!

      La TVA est l’impôt des pauvres, rien d’autre.. Celui qui paie une Porsche peut se permettre de l’acheter en Allemagne en Roumanie en Pologne et ne paiera pas de taxe si ce n’est les taxes liées à l’immatriculation, ou alors on refait l’Europe, vous savez la libre circulation des biens marchandises finances et enfin humains..

      le pauvre, lui, achètera toujours ses patates à l’hyper du coin...
  • Par hacheii (---.---.---.97) 4 janvier 2012 09:51

    Nan, il faut appeler ça TVA citoyenne, ou TVA justice sociale, et la faire présenter par un socialiste en disant que c’est pour soutenir le système social, et il faut aussi de la patronne des patrons disent qu’elle n’est pas d’accord ; Parce que si elle est pas d’accord alors forcément c’est bien.
    .
    Pour le socialiste qui présente la TVA citoyenne, il ne faut pas prendre Fabius, ou DSK ou Dray ou Guérini ou Delalongeville, hein  :-P . Il faut en prendre un qui soit honnête.

  • Par nobody (---.---.---.120) 4 janvier 2012 10:02

    On ne peut pas taxer à l’importation les produits à bas coûts de salaire (qui n’ont pas de protection sociale) sans l’accord des partenaires de l’UE. La solution n’est pas au niveau français mais serait au niveau de l’Europe.


    Ces pays à bas salaires ont indiqué qu’ils ne voulaient pas se diriger vers notre système de protection sociale jugé trop onéreux. Par le jeu de la libre concurrence et pour rester compétitifs c’est donc nous qui allons devoir nous diriger progressivement vers le leur : c’est à dire moins de protection sociale en Europe.

    Croyez-vous que l’Europe libérale du traité de Lisbonne veut freiner cette évolution ?



  • Par Ardant (---.---.---.154) 4 janvier 2012 10:22

    Augmenter les impots ou/et la TVA pour créer des emplois !!!!!

    C’est du n’importe quoi !

    On dirait qu’ils s’adressent à des mongols ou des extra-terrestres !

    Plus c’est gros plus ça passe !

    Ils prennent les gens pour des cons !

  • Par Kagor (---.---.---.1) 4 janvier 2012 10:30

    Une mesure parfaitement injuste car pofite au patronat (reduction de charges, plus de bénéfices) et diminue le pouvoir d’achat du simple consomateur. Le plus honteux que la communication est faite sous le signe de « mesure sociable » et « juste » alors que c’est exactement le contraire. Personne se revolte à part quelques personnes isolées par ici par là. Est ce que la France devnue aveugle et dûpe ?

  • Par pilhaouer (---.---.---.236) 4 janvier 2012 11:22

    Nous avons le tort de reprendre la terminologie qui nous est imposée .
    On nous parle plan social, parlons de plan de licenciement !

    On nous parle te TVA sociale, parlons SYSTEMATIQUEMENT de TVA ANTI-SOCIALE !

  • Par lisée (---.---.---.17) 4 janvier 2012 11:25

    Pour une vraie tva juste :

    http://association.tva.juste.over-b...

    Lisée

  • Par Absolute (---.---.---.248) 4 janvier 2012 11:51

    Et comme trop souvent dans les débats politico-économiques on plaint les pauvres, on critique les riches et on oublie le coeur même de la population française : les classes moyennes.

    Pour en revenir à la TVA son inconvénient majeur est de peser davantage sur la consommation que l’IR. Injuste ou pas peu importe, il faut considérer le système dans son ensemble (taxes, impôts, allocations etc) si l’on veut évaluer le pouvoir d’achat en fonction du revenu.

    Je tiens égelement à signaler que nos chez politiques ont laissé le pays se désindustrialiser dans l’indifférence totale (du moins dans l’immobilisme), sans doute parce que le tertiaire c’est autrement plus classe que l’industrie... Problème, les créations dans le secteur tertaire n’ont pas compensées les suppressions dans l’industrie.

    • Par nobody (---.---.---.120) 4 janvier 2012 13:16

      @Par Absolute


      Les classes moyennes sont des (futurs) pauvres. Le processus de mondialisation conduira nos populations à devoir s’aligner progressivement sur le niveau de vie des pays à bas salaire (concurrence oblige).

      Les décisions économiques se prennent à Bruxelles et plus à Paris (les gouvernements ne sont plus que des communicants chargés de faire passer les pilules sociales). 

      Les classes moyennes sont la clé de l’élection, elles doivent avoir à l’esprit qu’elles ne peuvent pas s’en tirer pendant que d’autres catégories sombrent. Un médecin qui reçoit des patients rémunérés au tarif chinois ne peut que leur demander des honoraires chinois c’est à dire une misère.

      Nous ne voulons plus subir la mondialisation, nous voulons la contrôler. Soit les chinois acceptent de de construire un modèle de société et de protection sociale identique au notre, soit nous freinons les échanges avec eux.

      Si l’Europe ne veut pas nous défendre, pensez-vous qu’il faille y rester ? Tout candidat qui ne se positionne pas clairement sur ce sujet, nous indique qu’il va oeuvrer à l’appauvrissement général.

  • Par lauraneb (---.---.---.53) 4 janvier 2012 12:22

    XIX SIECLE : REVOLUTION INDUSTRIELLE : Privatisation de l’Outil de production.
    La mécanisation, la robotisation, et l’informatisation de l’outil de travail a fait permis qu’un seul travailleur remplace 6 emplois. La révolution industrielle a été vendu par le grand capital comme le moyen de reduire le temps de travail, la difficulté et la dangerosité des postes, un meilleur partage des richesses créées. Ces machines ne cotisent à aucune caisse. Or Les delocalisations de l’outil de travail montre qu’ils n’ont jamais eu l’intention de partager les benefices de cette revolution. Benefices qui devraient devenir exponentiels avec l’arrivée des premiers robots humanoides capable de remplacer l’homme au cours du XXI Siecle.

    XX SIECLE : REVOLUTION FINANCIERE : Privatisation de l’Outil économique.
    La privatisation des banques et de tous les outils économiques dans les memes mains que celles qui détenaient l’outil de production a permis de privatiser les bénéfices et de socialiser les couts au niveau mondial. La privatisation financiere a été vendu par le grand capital comme le moyen de reduire les prix, d’augmenter les salaires, de partager les richesses créées. Mais en 2011 pres de 8 millions de personnes en France vivent en dessous du seuil de pauvreté Et l’état accuse une dette colossale exponentielle. Or la délocalisation financière vers les paradis fiscaux et le détournement des investissements vers la bourse de Hong Kong afin de se soustraire aux taxes, impots et cotisations, démontrent qu’il n’a jamais été question de partager les bénéfices de cette revolution.

    XXI SIECLE : REVOLUTION GENETIQUE : Privatisation du vivant
    La privatisation du vivant (privatisation de l’eau, brevets sur les cereales, plantes, OGM, Brevets sur les animaux,...) permet au grand capital de privatiser toutes les ressources naturelles nécéssaire à la subsistance et la survie de l’etre humain, partout dans le monde. La révolution genetique a été vendu comme le moyen d’accroitre la production, la qualité et la santé de l’homme...En 2010 : Les agriculteurs ont l’obligation de passer par des semenciers (tels que mosanto) pour produire du ble, du mais ou du riz....Si vous ne possédez pas 1€ pour acheter 1 litre d’eau, vous etes mort !!!... La revolution genetique est entrain d’asservir des populations entieres, d’organiser des genocides genetiques et une selection qui n’a plus rien de naturelle de ceux qui pourront vivre et de ceux qui devront mourir....

    ACCEPTE TA SERVITUDE ET TU « VIVRAS » peut-etre, REFUSE ET TU MOURRAS surement...

    Votre TVA SOCIALE - comme les discours sur « les chomeurs feignants » - c’est un piege à c...s pour que vous ne regardiez pas ailleurs....

  • Par Absolute (---.---.---.248) 4 janvier 2012 14:05

    Le problème de l’Europe, c’est qu’avec 27 membres il est devenu quasiment impossible de prendre des décisions. Il y a toujours un pays (ou plus) pour s’opposer aux propositions. Evidemment puisque chacun se focalise sur ses propres acquis sans se soucier de l’intérêt général. De plus, les pays de l’union forment un ensemble trop hétérogène de par son niveau de vie, sa culture etc... Ce qui est regrettable étant donné que l’Union est la première puissance économique mondiale.

    Au delà de ça, le pouvoir décisionnel de l’Union est à la fois trop faible (donc la souveraineté des pays trop forte), trop complexe et bien trop éloigné du citoyen (raison pour laquelle les gens ne veulent pas voir leur pays perdre leur souveraineté). L’Europe ne parvient pas à s’harmoniser, ni fiscalement, ni économiquement, ni socialement. Et c’est cela finalement le coeur du problème, car il est bien connu que l’union fait la force.

    • Par nobody (---.---.---.120) 4 janvier 2012 17:25

      Rôle des commissaires européens :

      La Commission européenne promeut l’intérêt général de l’Union et prend les initiatives appropriées à cette fin. Elle assure la représentation extérieure de l’Union à l’exception de la PESC et des autres cas prévus par les traités (art. 17 TUE). Elle assure également les relations avec les organisations internationales et met en place les délégations auprès des pays tiers.

      Ses compétences sont de trois ordres :

      • Pouvoir d’initiative : la plupart des actes législatifs du Conseil (Conseil des ministres) exigent au préalable une proposition émanant de la Commission. Le Conseil ne peut amender une proposition qu’en statuant à l’unanimité, la Commission peut modifier sa proposition tant que le Conseil n’a pas statué. Toute proposition de la Commission doit se justifier au regard du principe de subsidiarité.Concernant la PESC, la Commission peut soutenir le haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité lorsqu’il soumet une initiative au Conseil (art. 30 TUE).
      • Gardienne des traités : la Commission veille au respect et à l’application du droit européen et du droit dérivé (règlements, directives, décisions) sous le contrôle de la CJUE. Elle s’informe, prévient et sanctionne les États membres en cas de non-respect des traités européens. Elle peut saisir la Cour de justice de l’Union européenne si l’État ne suit pas l’avis qu’elle lui a préalablement envoyé.
      • Pouvoir d’exécution : la Commission est, par délégation du Conseil, l’organe d’exécution des politiques et des actes adoptés par le Conseil. Elle exécute le budget, gère les politiques communes et les Fonds européens. Le Conseil contrôle son activité au moyen de différents comités, plus de 200 (procédure de comitologie).
      • http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/union-europeenne/fonctionnement/institutions/quel-est-role-commission-europeenne.html 
  • Par kssard (---.---.---.180) 4 janvier 2012 14:41

    En France, nous avons maintenant une moitié de gens au SMIC ou à peux près, et disons 7 à 8 millions de pauvres (moins de 950 €/mois). Ces gens n’ont pas la capacité d’épargner. Ils dépensent l’intégralité de leur revenu en biens primaires : alimentation, logement, voire vêtements et donc dépense l’intégralité de leurs maigres revenus. 


    Si l’on augmente la TVA, il est aisé de comprendre que cette moitié de France va naturellement consommer moins puisque déjà elle dépensait tout. Cela va générer de fait plus de pauvreté, plus de sans abris, plus de mal nutrition, encore plus de gens à ne plus se soigner, etc .... cqfd

  • Par Magnon (---.---.---.12) 4 janvier 2012 20:01

    La TVA sociale est censée être un transfert, des cotisations sociales vers la consommation, donc de moins taxer le travail en France et faire cotiser les produits fabriqués à l’étranger.
    Les avantagés sont les producteurs et ouvriers, les pénalisés sont les rentiers et les consommateurs.
    Si j’en crois l’ensemble des réactions politiques et syndicales, la production et le travail ouvrier n’intéresse plus personne !
    Vive la rente et la société de consommation !

    • Par John_John (---.---.---.47) 5 janvier 2012 14:28
      John_John

      La production sera très bientot prise en charge par des machines, ce n’est plus là qu’est la valeur ajoutée. L’économie n’a plus besoin de gens non qualifiés, si les ouvriers veulent du boulot il doivent retourner à l’école acquérir des compétences utiles en 2012 !

  • Par karina (---.---.---.46) 5 janvier 2012 15:13

    Ecran de fumée qui cache l’ampleur du drame qui nous attends. D’abord la TVA qui monte, ensuite les salaires qui baissent.

  • Par Bernard Bougel (---.---.---.249) 6 janvier 2012 11:09
    Bernard Bougel

    Excellent article.
    L’adjonction de « sociale » à « TVA » ressemble à une véritable provocation.
    Y a-t-il en effet taxe moins « sociale » que la TVA qui, s’appliquant à la consommation, frappe davantage (en proportion) les pauvres (qui consomment 100% de leurs revenus) que les riches (qui épargnent) ?
    Je sais bien que ce « sociale » fait référence aux charges éponymes et ne prétend pas être sociale, au sens d’une redistribution.
    Mais, là encore, ne vaudrait-il pas mieux, si on veut alléger le coût du travail, transférer une partie des charges dites « sociales » sur la CSG ? Son assiette est en effet plus large que les seuls salaires, puisqu’elle inclut également les autres types de revenus. A cet égard, c’est un impôt plus juste. Or la protection dite « sociale » n’a aucune raison de ne s’adosser qu’aux seuls revenus salariaux.
    Décidément tous ces replâtrages ne font que rendre encore plus illisible notre fiscalité.
    J’appelle de mes vœux une véritable refonte de notre système fiscal dans le sens de plus d’équité.
    Bien à vous

  • Par Dzan (---.---.---.220) 8 janvier 2012 12:45

    Sarko menteur et manipulateur

    http://www.youtube.com/watch?v=LnpV...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires