Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Vème République des pauvres moyens

La Vème République des pauvres moyens

Comment a-t-on pu passer de F. Mitterrand (on en avait pris pendant 14 ans après Pompidou puis Giscard !) à J. Chirac (12 ans), puis au surréaliste involontaire N. Sarkozy (5 ans seulement) et maintenant à F. Hollande - aujourd'hui avec sa boîte à outils (Qui c'est ? C'est l'plombier !)) et son choc de simplifications ?

JPEG - 8.4 ko
Quand les pauvres sont riches, c’est des « parvenus ».
http://www.google.fr/imgres?q=les+parvenus+humour&um=1&hl=fr&sa=N&rlz=1T4ACEW_frFR371FR372&biw=1024&bih=372&tbm=isch&tbnid=VaUlQJhgTmGn5M :&imgrefurl=http://www.yozone.fr/spip.php%3Fpage%3Diphone_article%26id_article%3D13828&docid=k6FnD9pQ68_EMM&imgurl=http://www.yozone.fr/IMG/jpg/reiser_centre.jpg&w=445&h=268&ei=NjRdUeruJcevPILrgMAK&zoom=1&iact=hc&vpx=227&vpy=21&dur=4750&hovh=174&hovw=289&tx=146&ty=164&page=3&tbnh=151&tbnw=253&start=26&ndsp=12&ved=1t:429,r:27,s:0,i:169

Miroir, mon beau miroir...

Pour le comprendre il suffisait d'interroger ce "on" comme l'a fait le CREDOC (Centre de
recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) en 2008.

Deux personnes sur trois (soit environ 66%) ont alors estimé appartenir aux classes
moyennes.


Quand une large majorité de la population se situe ainsi elle n'a aucune raison d'aller
chercher midi à quatorze heures, l'essentiel individualiste étant de préserver ce que l'on
tient, tout en conjurant l'idée de la descente, et de croire en l'ascenseur social.


Maintenant que voici provisoirement éclaircie la raison de la belle continuité politique qui posait question, il est intéressant de continuer à noter que seuls 5% des interrogés se
sentaient "aisés", "privilégiés".

Que penser des 29% restant...

... cette partie de la population qui n'inspirait rien au CREDOC dans son enquête d'opinion ?

Thomas Piketty est directeur d'étude à l'EHESS, professeur à l'Ecole d'économie de Paris/Paris school of economics, et ne publie habituellement qu'en anglais.

En 2010, dans "La répartition des revenus en France en 2010" il fournissait cette solution qui paraît acceptable, et qui était même prophétique au regard des développements actuels :

"Tout d’abord il faut noter que l’alternance au pouvoir depuis 1981 de la droite et de la
gauche semble assez inutile (comme il a été remarqué plus haut, tout dépend du point de
vue : il vaut mieux garder ce que l'on a que tenter le diable) quand on s’aperçoit que
des problèmes majeurs, comme le chômage, restent toujours irrésolus.

L’abstentionnisme électoral est plus fréquent dans un contexte socioprofessionnel précaire.
De plus, les exclus du champ socioéconomique semblent s’exclure eux-mêmes du champ
politique : les chômeurs, par exemple, sont moins souvent inscrits sur les listes
électorales, ou sont davantage abstentionnistes que le sont les salariés.
Au niveau de la société globale, le constat est évident : les catégories sociales les
mieux intégrées sont aussi celles qui votent le plus ; à l’inverse, les abstentionnistes
font partie de catégories plus humbles, en général subordonnées aux précédentes
."

Ce qui peut expliquer que plus haut, le CREDOC s'abstienne comme les électeurs sur les 29% restant.

Pour aborder une réalité autre...

...et non plus se contenter de l'opinion que l'on a de soi-même, le CREDOC (toujours en
2008) donnait ces chiffres :

10% de la population constituent les « catégories pauvres » (avec moins de 780 € par mois),
20% sont identifiés sous le terme de « catégories modestes » (entre 780 et 1 120 € par
mois),
30% de la population constituent les « classes moyennes inférieures » (avec des revenus avant impôt compris entre 1 120 € et 1 750 € par mois pour une personne),
20% représentent les « classes moyennes supérieures » (entre 1 750 € et 2 600 €),
Les 10% juste en dessous sont nommés « catégories aisées » (entre 2 600 et 3 010 €),
Enfin, les 10% de la population les plus riches sont appelés « hauts revenus » (pour donner une idée, cela correspond à un revenu avant impôt de plus de 3 010 € par mois pour une personne seule).

Force est de constater la cohérence entre ces données et les opinions, en effet :

 10+20= 30% de pauvres ou très pauvres.
 30 + 20 +10 = 60% de moyens moins, à aisés (ceux qui ne s'avouent pas volontiers riches), au lieu de 66% dans les opinions.
 10% de privilégiés.
Remarque : Il y aurait donc quand même un certain nombre de pauvres qui se sentent
appartenir à la classe moyenne, la question s'éclaircira plus bas
.

Pour revenir à T. Piketty, il distingue de façon pertinente parmi les 50 millions d'adultes français selon leur revenu mensuel moyen et donne le pourcentage de ce qui leur revient du revenu global :

Les 50% les plus pauvres (Classes populaires : 25 millions d'adultes)), 1 600 € de revenu mensuel moyen, ce qui leur attribue 27% du revenu global.
Les 40% du milieu (Classes moyennes), 3 000 €, 42%.
Les 10% les plus riches (Classes aisées), 8 600 €, 31%.

Remarque : Selon cette étude la part du revenu des 10% les plus riches est supérieure
de 4 points à celle des 50% les plus pauvres.

Suit chez T. Piketty une très intéressante différenciation au sein des plus riches, mais ce n'est pas ici l'objet, non plus que le tableau fascinant qu'il donne ensuite de la répartition du patrimoine cette fois ; selon le même découpage 50%/40%/10%. Disons simplement que les 5O% "les plus pauvres" détiennent... 4% du patrimoine ! Ce qui justifie amplement la classification qu'il a adoptée.

 Ces données du CREDOC et de T. Piketty peuvent-elles s'accorder ?

Abstraction faite de leurs dates différentes (2008-2010) et de leurs différences dans leurs moyens d'évaluation, pour n'en retenir que les catégorisations ?

Il suffit d'enlever 20% à la catégorie moyenne dans le classement du CREDOC pour les verser dans celle des pauvres et l'on obtient alors exactement la même répartition que chez T. Piketty.

Mieux, si l'on prélève 26% (soit 12 à 13 millions d'adultes) chez les 50% plus pauvres dans le classemnt T. Piketty pour les intégrer aux classes moyennes du même classement, on tombe exactement sur les 66% qui se pensent comme appartenant aux classes moyennes dans le sondage CREDOC.

C'est-à-dire que la moitié des gens pauvres (ceux qui le sont le moins sans doute) se
sentiraient appartenir aux classes moyennes !

Conclusion

Ainsi s'expliquerait, au moins pour partie, le sentiment de disparité entre le mode
de vie et le vote des intéressés que l'observateur naïf de la vie politique pouvait éprouver :

Comment se fait-il que des gens pauvres votent comme s'ils étaient de catégorie moyenne ?

 

http://www.credoc.fr/pdf/Rech/C249.pdf


http://piketty.pse.ens.fr/fichiers/enseig/ecoineg/EcoIneg_fichiers/RevenusPatrimoines2010.
pdf

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Bubble Bubble 4 avril 2013 17:30

    Mon avis, c’est que la notion de « classe moyenne » n’est pas totalement liée aux revenus. Je donnerais plutôt, comme définition idéale, que quelqu’un qui appartient à la classe moyenne donne la possibilité à ses enfants de faire n’importe quoi dans la société (en dessous du niveau social des parents, aussi bien qu’au dessus). En clair, là où l’ascenseur social fonctionne bien et dans les deux sens. Une définition non mesurable concrètement, certes, mais qui a l’avantage d’expliquer que des salaires bas votent « moyen ».


    • Dwaabala Dwaabala 4 avril 2013 22:55

      La notion de patrimoine est essentielle pour définir la classe.
      Je ne l’ai pas abordée dans cet article pour faire court.
      T. Piketty l’aborde aussi : voyez son site.
      Savez-vous par exemple que les 50% « les plus pauvres », ne possèdent que 4% du patrimoine ?

      « Mon avis », c’est que le soleil tourne dans le ciel or depuis Galilée on sait de la Terre que « eppur si muove ».
      Il faut (c’est méthodologique) se méfier de son avis personnel devant les sciences.


      • titi 4 avril 2013 23:21

        « Comment se fait-il que des gens pauvres votent comme s’ils étaient de catégorie moyenne ? »

        Si l’erreur était dans la question ?

        Il y aurait un vote « pauvre » et un vote « catégorie moyenne » ?

        Et si finalement les « pauvres » se rendaient simplement compte que ceux qui prétendent les défendre n’adopte qu’une posture.

        http://www.youtube.com/watch?v=wlRrRamQAKg

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès