Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La véritable campagne électorale du non-candidat Herman van (...)

La véritable campagne électorale du non-candidat Herman van Rompuy

Trop poli pour être honnête ? La face cachée de HvR, nouvelle pièce maîtresse des fondamentalistes sur l’échiquier européen.

Le nouveau Président du Conseil européen est loué pour ses qualités de négociateur, son humour et son goût pour les haikus, mais ce qui m’intéresse avant tout de savoir, c’est quel a été le véritable critère de choix déterminant pour la nomination de Herman van Rompuy.

J’ai bien peur d’avoir la réponse.

Si je m’étais fortement opposé à une nomination de Blair à ce nouveau poste prestigieux, c’était moins pour son rôle dans l’invasion de l’Irak que pour son appartenance au clan des fondamentalistes Chrétiens qui, après avoir contribué à mettre à feu et à sang le monde en partenariat avec leurs collègues islamistes, sont en train de mettre le grappin sur la politique continentale (voir "Tony Blair : un Fondamentaliste Président de l’Europe ?").

Or si HVR passe pour un modéré et "déteste les extrémistes", il a la fâcheuse tendance à prôner une relation fusionnelle entre politique et religion.

A la base, son appartenance au CD&V (Christen-Democratisch en Vlaams), le parti démocrate-chrétien flamand belge, signale un mélange des genres. Certes, les PDC européens présentent généralement des plateformes plutôt saines et équilibrées tant sur les plans politiques, économiques et sociaux... mais par construction, ils illustrent une vision de la politique soumise à une pensée religieuse, incompatible avec le principe même d’une démocratie républicaine laïque.

Difficile de parler de fondamentalisme à ce stade, je vous le concède volontiers. Je note toutefois que l’ami Van Rompuy, qui s’écharpe régulièrement avec Luc Van den Brande sur l’avenir politique de la Belgique, soutient son collègue du CD&V au niveau européen, là où cet ayatollah défend le plus efficacement la destruction de l’idéal démocratique en assurant la promotion de l’Intelligent Design.

De plus, ce modéré qui "déteste les extrémistes" n’hésite pas à employer le discours des ultra-conservateurs fondamentalistes chrétiens partisans de la ligne dure en Europe. Les Turcs n’ont pas oublié sa sortie à l’occasion des débats sur l’entrée de leur pays dans l’Union : "les valeurs universelles de l’Europe, et qui sont aussi des valeurs fondamentales du christianisme, perdront de leur vigueur avec l’entrée d’un grand pays islamique tel que la Turquie".

Par ailleurs, le sieur Herman Van Rompuy ne montre son KUL que sous un certain angle : si tout le monde sait qu’il a été diplômé en économie à l’Université Catholique de Louvain (Katholieke Universiteit Leuven), moins nombreux sont ceux qui savent qu’il a aussi brillé en philosophie. Et que là aussi, il apprécie le mélange des genres.

En effet, si Monseigneur Van Rompuy affirme ne pas avoir fait campagne pour le poste de Président du Conseil européen, il donnait bien, en toute candeur, une conférence sur la dernière encyclique d’un certain Benoît XVI sur la Doctrine sociale de l’Eglise. Conférence qui ressemble bigrement à un examen de passage... le 19 Octobre 2009, un mois pile poil avant sa nomination.

Dans ce texte ("Conférence de Herman Rompuy sur Caritas in Veritate", en ligne sur LaCroix.com), l’expert en économie et en philosophie Van Rompuy parle d’amour et d’humanisme, mais aussi et surtout, comme Benoît XVI, de politique :

. "Aucun régime politique, aucune organisation sociale et aucun système économique ne peut revendiquer la réalisation du salut ultime" - tout cela n’a aucune valeur face à la foi
. "Selon la Doctrine sociale, la communauté politique est au service de la société civile dont elle est née. Cette société civile représente l’ensemble des relations et des biens, culturels ou associatifs, qui sont relativement indépendants de la politique et de l’économie" - la politique ne saurait se placer au-dessus de tout, il existe quelque part le besoin de matérialiser un pouvoir supérieur
. "Le principe de subsidiarité est contraignant, chaque homme devant avoir la chance d’apporter sa contribution à la construction du bien-être et de la prospérité. La question difficile est cependant de savoir comment nous pouvons, aujourd’hui, réaliser ce principe au sein d’une Europe unifiée et dans un monde globalisé, où de plus en plus de décisions sont prises à un haut niveau inaccessible pour l’homme concret, sachant que, pourtant, elles sont déterminantes pour le bien-être et la prospérité de son environnement, de son travail et de sa responsabilité" - c’est marrant mais les religions sont à la fois pertinentes pour adresser ce sujet, et déjà organisées pour faire face à des contraintes de subsidiarité, au plus proche des individus.
. HvR prolonge très clairement l’appel de Benoît XVI, en reprenant les termes les plus directs de son encyclique : "Il est urgent que soit mise en place une véritable Autorité politique mondiale telle qu’elle a déjà été esquissée par mon Prédécesseur, le bienheureux Jean XXIII".


Pour rappel, dans "Caritas in Veritate", Ratzie écrivait "Le développement intégral des peuples et la collaboration internationale exigent que soit institué un degré supérieur d’organisation à l’échelle internationale de type subsidiaire pour la gouvernance de la mondialisation et que soit finalement mis en place un ordre social conforme à l’ordre moral et au lien entre les sphères morale et sociale, entre le politique et la sphère économique et civile que prévoyait déjà le Statut des Nations Unies". J’ai déjà évoqué l’habileté du discours de ce fondamentaliste qui milite ardemment pour le retour de la religion au coeur de l’éducation, de la science et de la politique, les fondements de la démocratie (voir entre autres "Le mauvais plan de Benoît XVI"). Et il suffisait de le voir l’autre jour exulter à la tribune de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) pour comprendre ce qu’il entend par "une véritable Autorité politique mondiale" : une autorité politique où les autorités religieuses aient toute leur place. Il a dans cette perspective le soutien de Ban Ki-moon à l’ONU (discret sur sa propre foi mais militant acharné des dialogues inter-religieux dans le cadre des institutions dont il a la charge), et désormais de Herman van Rompuy au Conseil européen, en complément de sa dream team actuelle (Barroso, van den Brande & Co). Je suis curieux de savoir si ce "démocrate chrétien" sera plutôt "démocrate" ou "chrétien" au moment de défendre la Cour Européenne des Droits de l’Homme face aux prochaine attaques des fondamentalistes*...

Décidément un "Drôle de moine ce Van Rompuy", pour reprendre les termes de Paul Piret (in La Libre Belgique du 19/11/2009).

Maintenant, s’il n’était guère difficile de trouver le talon d’Herman Achille Van Rompuy, je n’ai pour le moment rien trouvé de bien suspect dans le profil de Cathy Ashton, alias Lady Catherine, a.k.a Baroness Ashton of Upholland, notre premier Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

blogules 2009 - voir le texte original.

* voir "La Cour Européenne des Droits de l’Homme crucifie les fondamentalistes" puis "Traditions, conservatismes, obscurantismes et fondamentalismes"
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 23 novembre 2009 09:50

    D’autres elements dans la version Anglaise de ce post, en particulier un parallèle entre cette conférence de Van Rompuy pour Benoît XVI et celle de John McCain au Discovery Institute, en amont de sa campagne de séduction des theocons US.


    • M.Junior Junior M 23 novembre 2009 12:35

      J’ai pas tout compris mais j ’ai retenu sa présentation devant le bilderberg avant son élection.

      Rien que cette information me parait étonnante. L’Europe, une démocratie ignorée ?


      • stephanemot stephanemot 23 novembre 2009 12:44

        Je n’avais pas eu vent de cette autre campagne, mais il semble effectivement que HvR ait passe un autre grand oral a quelques jours de l’echeance.


      • M.Junior Junior M 23 novembre 2009 14:55

        Voilà le lien


      • BA 23 novembre 2009 16:25

        De plus en plus de partisans du OUI à l’Union Européenne écrivent des articles, et même des livres entiers, pour annoncer que l’euro va exploser.

        Cette future explosion de l’euro serait la mort de l’Union Européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui.

        Un partisan du OUI, Jean-Louis Bourlanges, a écrit un article très lucide :

        " L’échappée solitaire de l’Allemagne.

        Jean-Louis Bourlanges, professeur à l’IEP de Paris -  01/09/2009. 

         «  Lisbonne ou pas Lisbonne ? Un nouveau référendum irlandais devrait à l’automne en finir avec ce faux débat sur un traité qui ne dit rien et qui cache l’essentiel : la réticence croissante des Etats fondateurs, Allemagne en tête, à identifier leur avenir à la construction d’une Europe économique et politique authentiquement unie.

        C’est ainsi que deux décisions allemandes d’ordre constitutionnel promettent à l’Union des temps difficiles. Le 29 juin, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, saisie d’un recours contre le traité de Lisbonne, en a certes débouté les auteurs, mais s’est livrée dans ses attendus à une attaque en règle contre le système communautaire.

        Dans sa décision sur Maastricht, elle s’était déjà inquiétée d’un déficit démocratique qu’elle imputait aux insuffisances du contrôle parlementaire européen. Aujourd’hui, elle va beaucoup plus loin en déniant par principe au Parlement de Strasbourg toute capacité à réduire le déficit démocratique dans la mesure où il n’est pas l’émanation d’un peuple déterminé. Conclusion implicite : le Parlement allemand est fondé à exercer un droit de censure sur les décisions communautaires, car c’est à lui qu’il appartient de « garantir l’efficacité du droit de vote du citoyen allemand ».

        Du coup, la boucle souverainiste est bouclée : pas de décision légitime sans contrôle parlementaire, pas de contrôle parlementaire hors du cadre national. Ce n’est rien de moins que le retour à l’Europe d’avant le 9 mai 1950, la condamnation explicite du fédéralisme communautaire par l’Etat qui en avait fait sa bannière et son principe rédempteur.

        La seconde décision est d’une toxicité plus directe. Il s’agit de l’introduction dans la loi fondamentale allemande d’une disposition limitant le déficit budgétaire à 0,35 % du PIB à partir de 2016 et imposant sa suppression à partir de 2020.

        Porté par le souvenir de l’inflation des années 20, cet hypervolontarisme est à la fois admirable et redoutable. Admirable parce que les Allemands sont à ce jour les seuls à regarder en face les risques de bouleversement induits par le surendettement généralisé. Redoutable par la double rupture antikeynésienne et anticoopérative emportée par ce choix.

        La nouvelle disposition revient en effet à priver la politique économique européenne de tout instrument de régulation conjoncturelle et de maîtrise du cycle économique. Après la politique monétaire, c’est la politique budgétaire qui tombe en enfer, contraignant l’Allemagne à un effort de rigueur démesuré qui risque de plonger le continent tout entier dans une décennie de stagnation à la japonaise.

        L’unilatéralisme flamboyant de la décision est aussi préoccupant : il sonne le glas de l’espérance maastrichtienne d’un policy mix européen et dessine une politique allemande résolument colbertiste de creusement du différentiel de compétitivité entre l’Allemagne et ses partenaires, une politique efficace à la seule condition d’être compensée par le laxisme des autres. Aucune crainte à cet égard : l’allergie française à la rigueur est une valeur sûre !

        La dislocation de la zone euro et la remise en cause de la monnaie unique sont les termes logiques de ce chemin du diable.

        La décennie qui s’achève a été pour l’Europe celle de tous les blocages. La prochaine sera celle de tous les dangers.

        http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/l-echappee-solitaire-de-l-allemagne_195634.html#commentaire

         


        • M.Junior Junior M 23 novembre 2009 16:39

          Maintenant que nous avons une baronne en vice présidente on peut dire l’Europe est morte vive l’Europe à chaque changement


        • moebius 23 novembre 2009 21:39

          aucun pouvoir exécutif ce président, un genre de conseiller de l’ONU pour l’Europe.....aucune importance et quel légitimité peut ’il bien avoir avec ces droles d’élection. Nous n’avons pas de président, pas de représentant pas de voix.......rien, nous sommes muets , des vrais enculés


          • moebius 23 novembre 2009 21:43

            mais la FRRRRance, cette grosse conne beuuugle la marseillaise.... 


            • moebius 23 novembre 2009 21:44

              dans les colléges...


              • moebius 23 novembre 2009 21:52

                ..aucune imagination, ce soir... la Frrrrrance et l’Europe a une tête ce con


                • fonzibrain fonzibrain 24 novembre 2009 12:40

                  et wé, les bilderberg n’existe pas !!!!!


                  ils nous ontdéja fait le coup pour départager obama et clinton !!!

                  et dire que yves calvi ne dit pas connaitre les bilderberg !!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès