Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La voie Royal

La voie Royal

Ségolène est partout. Même quand elle n’est pas là, elle occupe le terrain. Judicieuse idée, finalement, que de s’abstenir d’assister à la pitoyable inauguration des chrysanthèmes décennaux et mitterandiens de Jarnac. Elle avait mieux à faire, en brûlant la politesse à Jack Lang qui s’apprêtait à voler au secours de la victoire chilienne, le privant par la même occasion de son occupation préférée, notre culturel ancien ministre. La voici ce soir toute pimpante et bien remise du décalage horaire, au 20H de France 2 de ce lundi, depuis sa bonne ville de Poitiers. Et comme d’ habitude, elle ne nous dit rien, et prend les piques encore mouchetées que lui adressent les barons du parti avec humour, ce qui est plutôt chez elle un rôle de composition, on en conviendra. Elle plane sur les sondages avec délice, sourire éclatant et dents blanches, et surfe sur tous les succès féminins de la planète, de la Finlande au Libéria, en passant par l’ Allemagne et le Chili. De programme ou d’idées, bien entendu, point. Juste la louable intention de s’entourer de gens compétents (on craint le pire), si toutefois le parti qui pensera pour elle voulait bien la désigner. Auquel cas elle se sentirait prête...

Difficile d’expliquer la soudaine popularité de Madame Royal. J’ai d’ailleurs bien du mal à trouver autour de moi des supporters(trices) enthousiastes, ce qui, compte tenu des pourcentages extrêmement flatteurs que lui attribuent les sondages, est pour le moins bizarre. Hauteur et arrogance sont des caractérisations qui reviennent assez souvent, tandis qu’ autour d’elle, en Poitou, les sourires se figent lorsqu’on évoque sa manière très particulière d’exercer un pouvoir... régalien. Visiblement distante et glaciale, dépourvue d’une véritable expérience aux affaires, elle séduit pourtant. Même si on intègre le panurgisme médiatique et ses effets d’accumulation, on s’interroge. Et si notre bon peuple, dans son infinie sagesse, avait tout simplement décidé de ne voir en elle que le moyen de se débarrasser des vieux crocodiles qui s’agitent dans le marigot socialiste dès que s’approche le temps des élections ? C’est une hypothèse qui a des mérites en effet, mais qui fleure bon une action délibérée et concertée. Par qui ? Et qui s’agite derrière elle ?

Essayons pour le comprendre, de voir d’abord qui elle gêne. Indiscutablement, ses petits camarades candidats, au premier rang desquels, bien entendu, Fabius, qui va mettre un certain temps à récupérer de son coup du chapeau noir. Lang, lui, court déjà derrière tout essoufflé, et à peine arrivé au Chili en envoyé spécial du PS (Jack vas-y on compte sur toi), se demande où sera la prochaine étape d’un calvaire annoncé. Strauss bougonne, et s’interroge en peaufinant des arguments dont il se demande désormais s’ils seront bien utiles, surtout s’il est le seul à en présenter de sérieux, qui lui seront bien entendu piqués par d’autres. Pour qui court Ségolène ? Hollande fait semblant de ne rien savoir. Jospin se tait.

Tiens, Jospin. Celui-là n’a pas fait HEC, mais il pourrait certainement prétendre à des diplômes de marketing et de théâtre réunis. Que diable, ce n’est pas si facile de réussir une fausse sortie, sans tournée d’adieux, d’entretenir la flamme de ses courtisans par de discrets passages ici ou là, un bouquin venu à point nommé et des commentaires de bon sens qui consolident la statue du commandeur. Pour ne jamais revenir ? Hollande, ce faux mou, a tenu bon au parti. Qui lui aurait laissé la moindre chance, après la tragédie des élections européennes ? Il y a du Pompidou dans ce Corrézien au teint rose, rusé et madré, mais solide comme un roc. Conscient de son faible charisme, il sait qu’il lui faudra du temps pour convaincre, mais que son tour viendra, car son ambition est intacte. Sa dimension, aujourd’hui nationale, ne peut s’appuyer sur une expérience de gouvernement. Mais la suite de sa carrière politique ne pourra s’accommoder de la victoire d’un Fabius.

Donc, tout est clair. Hollande roulera pour Jospin, s’il est candidat. Ségolène, lâchée dans les médias, occupe le devant de la scène, ce qui pour le moment lui convient très bien. Les soirées d’hiver sont un peu longues en Poitou. Elle affaiblit d’autant l’image des prétendants officieux, y compris de ceux de droite qui ne s’attendaient pas vraiment à ce coup-là. Lorsque Jospin se décidera enfin, elle s’effacera avec grâce et modestie devant un grand homme d’Etat dont la dimension, etc. Hollande, tapi comme un gros chat, méritera d’être Premier ministre. Strauss, un peu penaud, se verra promettre Bercy, mais ce n’est pas si tragique. Jack demandera les Affaires étrangères, et obtiendra la Culture. Et Ségolène ?

A moins que, grisée, Madame Royal ne décide tout d’un coup de ne plus rien lâcher, et que Jospin ne succombe définitivement aux délices salés de son exil rhétais. Hypothèse déjà intégrée par ce couple ambitieux. Ce serait alors la voie Royal.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Sylvain (---.---.42.68) 17 janvier 2006 11:16

    Très bonne analyse. Le PS ne sait plus à quel saint (sein) se vouer ...


    • Elisabeth (---.---.102.222) 17 janvier 2006 17:48

      quel jeu de mots. Vous auriez dû faire de la politique avec vos gros sabots !


    • Thucydide (---.---.101.9) 17 janvier 2006 12:29

      J’ajouterais volontiers une remarque d’une personnalité féminine dont je ne me rappelle plus le nom (qu’elle m’en excuse), qui relevait que l’égalité des sexes serait totale en France le jour où une femme incompétente serait nommée à un poste important. J’aurais pourtant cru qu’il restait encore du chemin à faire.


      • (---.---.97.129) 17 janvier 2006 12:32

        Excellent. Je crois que c’était Simone Weil. Enfin nous y sommes !


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 17 janvier 2006 13:59

        « le jour où une femme incompétente serait nommée à un poste important »

        Ca s’est pas déjà produit avec Edith Cresson ? Et avec Philippe Douste-Blazy ? (ah non, pardon, lui, il est juste plus incompétent que n’importe quelle femme).


      • Thucydide Thucydide 17 janvier 2006 14:36

        Pour être juste, indépendamment de toute opinion politique, non. Le vrai problème d’Edith Cresson, c’est que d’un seul coup, sa tête a tellement enflé que l’oxygène n’arrivait plus au cortex. Et c’était beaucoup la faute à la fois du tonton macoute qui l’avait adoubée (et qui entretenait avec délice une sacralité surdimensionnée de certaines fonctions de serviteur de l’état) que des journalistes, qui tenaient en elle une occasion en or de faire du féminisme de dédouanement à bon compte. Après le coup des « juppettes » rangées aux chiffons d’Emmaüs en quelques mois, ils ont dû attendre jusqu’à Ségolène une occasion de ressortir les poncifs vibrants d’élans féministes. Vous n’allez tout de même pas les en priver, bande de sadiques !


      • HELENA (---.---.102.222) 17 janvier 2006 17:50

        pourquoi dites vous « incompétente » ? que lui reprochez vous ? QU’a t’elle de moins que Lang par ex ? Concrètement ? Vous parlez dans le vide...

        Ouf enfin des femmes, ca va nous changer de tous ces dinosaures dont plus personne ne veut. Un peu de fraîcheur dans ce monde de brutes !


      • iris (---.---.102.222) 17 janvier 2006 18:00

        Simone Weil aussi aurait été une excellente présidente. Mais les Français ne la méritaient pas !!!


      • dom (---.---.2.195) 21 mars 2006 11:42

        bonne réflection.


      • (---.---.97.129) 17 janvier 2006 15:55

        Martine n’a plus le moral. Elle comptait sur un stade de foot tout neuf pour lancer sa campagne. Mam aurait pu jouer pour Villepin un rôle royal à sa mesure. Mais Villepin entend embrocher Sarko sans se cacher derrière une femme et surtout pas derrière une femme de tête. Noblesse oblige.


      • eric (---.---.91.37) 17 janvier 2006 17:08

        Proverbe du jour:On a les hommes est les femmes poliques qu’on mérite.

        Ces gens sont un peu faconnés par le peuple et non le contraire. A VOUS DE JOUER AVEC DU BON SENS SI CELA EXISTE ENCORE !!!!!.


      • judith (---.---.102.222) 17 janvier 2006 17:58

        on ne parle plus d’Aubry parce qu’elle ne sourit pas assez aux journalistes. Point ! Cette femme est pourtant très intelligente. C tt de même la fille de Delors !!! ca c’aurait été un président. mais il est trop intelligent, justement !

        Les gens sont des cons (de gaulle disaient que les francais étaient « des veaux »)... et n’aiment que les gens qui sourient aux caméra et caressent ds le sens du poil. Hérissant... QUe Lang soit allé courir derrière Ségolène pour féliciter la présidente chilienne, c drôle. Il s’est fait niquer au poteau ! ca lui arrive souvent mais par une femme, c’est plus rare.

        Ségolène Royale ? Cette femme sourit plutôt bcp mieux que tous les vieux chaudrons de la place Beauvau. QUe lui reproche t on ? elle dirige bien la région Poitou !

        Les femmes vont nous changer le monde. Un peu plus de justice ne va pas faire de mal. Déjà cinq femmes présidentes... et ce n’est pas fini ! les langues de bois c’est fini !!!


      • (---.---.97.129) 17 janvier 2006 18:09

        La région Poitou c’est comme elle le dit elle-même une entreprise de 400 personnes dont le chiffre d’affaires est réalisé par l’impôt. La Présidence de la République c’est un bouton rouge avec derrière lui la riposte nucléaire. On ne parle pas vraiment de la même chose. Quant à Mme 35h on voit bien aujourd’hui où sa créativité nous a menés.


      • Aston (---.---.97.129) 17 janvier 2006 18:48

        Votre point de vue est très interessant. Une femme d’après vous n’appuyera jamais sur le bouton nucléaire. Réfléchissez un peu et revoyez les principes de base qui président à la dissuasion nucléaire. Et tout particulièrement le premier : le Président de notre pays PEUT appuyer sur le bouton si la survie de ce pays est menacée. C’est sur cet argument fort que nous comptons pour justement ne pas l’être. Si vous pensez que Mme Royal ne PEUT pas, laissons là en Poitou.


      • Titane (---.---.102.222) 17 janvier 2006 17:51

        Je ne voudrais pas être votre femme. Elle doit encore être au tablier et à la vaisselle !


        • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 17 janvier 2006 17:56

          Ce qui m’énerve est de voir que l’on ne peut pas critiquer une femme sans être taxé de mysoginie... Ce dont Ségolène Royal profite amplement vu qu’on ne peut pas se montrer aussi vachard avec elle qu’avec n’importe lequel de ses homologue masculins au risque de la rendre encore plus sympathique.


        • (---.---.97.129) 17 janvier 2006 18:02

          Tenez bon Ludovic. Les derniers hommes mourront debout !


        • une grand mère encore alerte (---.---.102.222) 17 janvier 2006 18:03

          prenez donc du prozac car vous n’avez pas fini d’être énervé mon pauvre monsieur ! Le monde n’est plus celui de votre vieille mère


        • (---.---.97.129) 17 janvier 2006 18:23

          Ma vieille maman s’en désole en effet


        • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 17 janvier 2006 18:29

          Attendez, parce qu’on n’aime pas Ségolène Royal, on est misogyne ???? Ne peut-on pas débattre des compétences de la personne plutot que de son sexe ????

          Je ne suis pas mysogine, j’ai écrit plus haut que j’appréciais le travail de Marie-George Buffet et Elisabeth Guigou au sein du gouvernement Jospin (je serais un peu plus critique sur l’action de Martine Aubry, en revanche, mais pas pour des raisons de mysoginie).

          Vos attitudes (qui corroborrent mes propos) me font penser à celles des journalistes anglais qui considéraient que Renaud devait être un rustre mysogine pour insulter Margaret Thatcher dans une chanson, ’Miss Maggie’ qui était en réalité un très bel hymne à la femme...


        • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 17 janvier 2006 18:30

          Et je ne cautionne aucunement les propos non signés de personnes que je ne connais pas. Je le précise car je ne pense pas que nous ayons les mêmes positions.


        • BB (---.---.137.72) 17 janvier 2006 20:59

          « A moins que, grisée, Madame Royal ne décide tout d’un coup de ne plus rien lâcher, et que Jospin ne succombe définitivement aux délices salés de son exil rhétais. Hypothèse déjà intégrée par ce couple ambitieux. Ce serait alors la voie Royal. »

          La voie royale pour Nicola Srkozy si je vous comprends bien ?


          • Vincent (---.---.183.76) 17 janvier 2006 21:11

            Allez, reconnaissons que nous avons besoin d’air frais (et de douceur) au milieu de ces agités qui tente leur dernière chance ! Pourquoi pas moi ? Pourquoi pas ?

            Ségolène, au moins visuellement, elle tranche avec Fabius pathétique, Strauss vouté sur ses compétences, Lang qui séduit de moins en moins et Jospin auto-piégé.

            Et, rêvons un peu, si tous les pays élisaient une femme présidente, ce serait pour le coup un vrai changement qui laisserait peut-être de jolies traces dans l’histoire.


            • Scipion (---.---.227.121) 17 janvier 2006 21:40

              C’est sûr qu’avec une cinquantaine de Margaret Thatcher, il y aurait une forte probabilité que la Terre recommence à tourner à l’endroit !!!

              Il est vrai aussi que Maggie est le dernier véritable homme politique qu’ait compté l’Europe !


              • Thucydide Thucydide 18 janvier 2006 12:21

                En ce cas, vous devriez être comblé, avec Ségolène. Elle a pas mal de points communs avec Margaret : même conception manichéenne et autoritaire du pouvoir, même sourire beaucoup plus carnassier qu’amical, et même conjoint avec le charisme d’une huître perlière. Bien entendu, la couleur politique n’a pas grande importance, comme nous l’avons vu avec nos deux derniers présidents.

                Concrètement, ce qu’on lui reproche, et je ne pense pas que la misogynie y soit pour quelque chose, c’est que, à part le fait que son personnage n’est pas sympathique (c’est un autre problème, mais qui est contrebalancé par son physique), ce qu’on voit d’elle dans les débats, c’est qu’elle maîtrise autant ses dossiers qu’un coiffeur les équations de physique quantique, et qu’elle tente (vainement) de pallier ses lacunes par une attitude hautaine (qui nous rappelle quelqu’un, on a déjà donné). C’est un peu court pour diriger le pays.

                Quant à son état de service le plus mirobolant, le fait qu’elle ait raflé la région à Raffarin ? La belle affaire. En période « d’alternance », les gens (ou plutôt, le petit pourcentage qui fait la différence) auraient voté Besancenot ou Laguiller pour manifester leur mécontentement. Et comme beaucoup d’articles et de commentaires l’ont dit ici, ils s’attachent plus à une icône qu’à un programme politique. Et une région, dans laquelle les vannes de l’impôt s’offrent aux mains les plus dispendieuses sans que les médias viennent en faire la comptabilité au jour le jour, c’est plus facile à tenir qu’un état en faillite chronique depuis 25 ans, scruté à la loupe jusque dans la rubrique des chiens écrasés des journaux.

                Maintenant, peut-être que le pays est arrivé à un tel point de délabrement qu’on peut estimer qu’il a besoin d’une personnalité forte, pas forcément très compétente, mais décidée à tout chambarder, exactement comme Thatcher. Mais je doute fort que ce soit ce que les gens attendent de Royal, ni que ce soit ce qu’elle projette de faire. Ce qui pourrait nous valoir d’écoper de tous les inconvénients sans les avantages d’une telle personne.


                • Bigre (---.---.14.56) 19 janvier 2006 10:34

                  ... à ce qu’elle pense de l’économie et autres affaires sérieuses que la plupart des hommes qui font l’opinion (?) croient être plus du ressort des couillus que des mamelues, non ? Point d’idées évidemment ? Qu’en savez vous ? Son autoristarisme ? Etes vous allé voir celui de ses concurrents masculins ?


                  • Sabrina (---.---.177.22) 19 janvier 2006 15:22

                    Sans vouloir être cassante, il n’y a pas le début d’une analyse dans cet article.

                    Juste une alternance de piques misogynes et de quelques sarcasmes sur les désordres internes de la gauche.

                    Ce serait agréable d’avoir une information d’une meilleure qualité. Qui se débarrasserait par exemple de son fardeau idéologique. En particulier quand cette idéologie s’appelle misogynie.

                    Et à celles et ceux qui, instinctivement, penseraient que j’exagère ou que j’invente, eh bien je vous engage à relire cet article, et à noter les reproches qui sont faits à Mme Royal. Je vous mets au défi d’en trouver un seul qui soit d’ordre politique et attesté par un début d’élément de preuve (autre qu’un hypothétique commérage, s’entend) !


                    • Claude DP (---.---.112.141) 19 janvier 2006 15:38

                      Je ne prétend pas avoir écrit une exégèse de la pensée de Madame Royal. Je ne suis pas devin. J’ai simplement essayé de décrypter, sur un mode léger et qui n’est pas si fréquent dans ces colonnes, même s’il vous déplait, ce qui me parait être une tactique élaborée de concert par les faux époux Hollande. Si vous bénéficiez par contre d’informations secrètes sur les idées politiques et un éventuel programme de Mme Royal, nous serions sans doute assez nombreux à vouloir en bénéficier de manière à donner à une éventuelle critique un caractère parfaitement objectif. On comprendra qu’en attendant il faille se contenter des apparences. Enfin, il faudra un jour Madame, choisir entre le combat politique y compris dans ce qu’il a de plus dur, et les cris d’orfraie poussés par les victimes consentantes d’une hypothétique mysoginie. Cet argument ne passe plus. Stop !


                    • (---.---.211.106) 19 janvier 2006 15:52

                      Elle le prépare le programme socialiste, en mettant en place un site interactif qui permettra de recueillir les propositions des citoyens sympathisants.

                      Le site : www.desirsdavenir.fr


                    • Claude DP (---.---.112.141) 19 janvier 2006 16:01

                      Voilà, il suffisait de demander. Mais reconnaissez que pour le moment, je n’ai guère que le sourire et les dents blanches. Ce qui n’est pas si mal. Je prendrai donc mon mâle en patience. Sans rancune...j’espère !


                    • Sabrina (---.---.177.22) 19 janvier 2006 16:23

                      Mes excuses. Je n’avais pas lu les autres commentaires (mon commentaire ne critiquait que l’article lui-même). Je complète donc.

                      Parmi les intervenants, un (!) a formulé deux reproches d’ordre politique à Mme Royal. Mme Royal aurait une conception centraliste et autoritaire du pouvoir (1) et elle n’aurait pas d’expérience significative en politique, expérience que lui aurait octroyée par exemple la direction d’un grand ministère (à propos de sa gestion de la région Poitou-Charentes, cet intervenant argue qu’une région, même grande, si elle ne fait pas de déficit, ne conférerait pas une expérience significative pour briguer le poste présidentiel) (2). Alors,

                      (1) Sur sa conception centraliste et autoritaire du pouvoir : a) Sur quoi vous appuyez-vous pour le dire ? b) Quid d’un Sarkosy dans ce cas, qui veut réformer notre Vème république ? Quid d’un Raffarin qui se substitue à nos député(e)s, en privilégiant la voie des ordonnances (valeur réglementaire jusqu’à ratification, mais présentée comme une loi) ?

                      Quand on fait un reproche pour éliminer une candidature, il faut examiner ce point chez tout le monde... Sinon le reproche peut sembler n’être qu’un alibi à la raison réelle de son antipathie pour une candidate !!!

                      (2) Sur son absence d’expérience significative en politique : a) Biographie succincte :
                      - conseillère technique au secrétariat général de la présidence de la République, chargée d’abord de la jeunesse et des sports, puis des affaires sociales (1982-1988). Adhésion au PS.
                      - conseillère municipale de Trouville-sur-Mer (Calvados) (1982-1986). Conseillère municipale de Melle (Deux-Sèvres) (1989-1995). Conseillère générale des Deux-Sèvres (1992-1998). Conseillère régionale de Poitou-Charentes (1992-1992). Démissionne pour entrer dans le gouvernement Bérégovoy.
                      - Elue députée des Deux-Sèvres (1988-1992). Démissionne pour entrer dans le gouvernement Bérégovoy. Réélue (1993-1997). Réélue (1997-1997). Démissionne pour entrer dans le gouvernement Jospin. Elue députée de la 2nde circonscription des Deux-Sèvres (2002-...)
                      - Elue présidente de la région Poitou-Charentes (2004-...).
                      - Elue présidente du syndicat mixte du Parc interrégional du Marias Poitevin (2004-...).
                      - Ministre de l’environnement du gouvernement Bérégovoy (1992-1993). Ministre déléguée à l’Enseignement scolaire (1997-2000). Ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes Handicapées (2001-2002). Certes, elle n’a pas géré de « grands ministères » (voir ci-après). M’enfin, elle a quand même 25 ans de carrière politique derrière elle, et participe aux débats de l’Assemblée Nationale depuis 17 ans ! La dire « inexpérimentée » est peut-être un tantinet exagéré. b) Les femmes sont écartées systématiquement de la direction des ministères « importants ». Les partis paient déjà des millions d’Euros pour ne pas les faire figurer sur leurs listes électorales. Les gouvernements se décorent, pour faire vœu d’ « égalité des chances », d’une ou deux ministres (ce qui ne signifie pas qu’elles sont incompétentes, loin de là !). Ils leur attribuent systématiquement des ministères « annexes » (santé, éducation, logement, etc.). Attention s’il vous plaît à ne pas justifier une discrimination par une autre... Ce n’est pas forcément parce qu’elle n’en avait pas les compétences qu’on a refusé d’attribuer à Mme Royal la direction d’un ministère comme l’intérieur ou l’économie ! c) Personnellement, j’ajouterai que je ne suis pas convaincue que la présidence d’une grande région qui a le tort de ne pas être déficitaire soit une expérience politique d’envergure modeste... Fin bon...

                      Pour les autres reproches (sa froideur, ca c’est de l’argument politique^^ ; de même, son incapacité (ah bon ?) à appuyer sur le bouton rouge... C’est quand même le rôle principal d’un-e président-e, de déclencher une guerre nucléaire^^)... Se référer à mon précédent message.

                      Comme une intervenante l’a fait remarqué juste avant moi, je suis ouverte au débat (enfin, pas moi, je ne suis pas particulièrement favorable à Mme Royal, je le deviens seulement à la lumière des réactions suscitées par sa candidature) ; mais si vous voulez débattre, débattez de ses arguments économiques, sociaux, politiques. Elle en a !! Mais tant que vous préfèrerez disserter sur son caractère ou sur l’opportunité d’élire une femme à la présidentielle, ne venez pas vous plaindre de vous voir accusés de misogynie !


                    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 20 janvier 2006 17:30

                      Le problème, Sabrina, c’est est-ce que Ségolène Royal est rééllement en tête des sondages en fonction de ses idées politiques, économiques, sociales ??? L’est-elle plus particulièrement auprès de l’électorat de gauche ????

                      Il est vrai que mes principales critiques envers Ségolène Royal viennent de deux débats où je ne l’ai pas trouvé à l’aise, les « 100 minutes pour convaincre » face à Philippe Douste-Blazy (et pourtant, difficile de trouver partenaire de débat plus nul que Douste-Blabla), et le débat sur la constitution européenne, face à Mélenchon et Pocrain entre autres, où j’avais trouvé son argumentation plutot faible... Sans parler du congrès du Mans, où de tous les présidentiables du PS, elle fut la seule à ne pas prendre la parole.

                      Les postes que vous citez ne sont quant même pas des postes aussi importants que ministre de l’économie, premier ministre, ministre de la défense, ministre de la justice, ministre de l’éducation nationale ou premier ministre, voir ministre de l’intérieur. il est surtout inquiétant que peu de femmes aient eu ce type de poste, alors que certaines y conviendraient volontiers.

                      Je ne cherche pas à rabaisser la critique sur des points autres que son programme politique, économique et social, je constate juste qu’elle est en tête des sondages sans qu’aucun de ces aspects n’ait été encore traité. Et en un sens, le phénomène ’Royal’ me désole tout autant que le phénomène ’Sarkozy’ qui n’est pas basé non plus sur un réel programme politique...


                    • sabrina (---.---.177.22) 23 janvier 2006 10:50

                      Je vais répondre de manière succincte. Je ne connais pas assez Mme Royal pour vous répondre sur ses prises de position, je m’abstiens donc. Pour le fait qu’elle n’ait dirigée aucun « grand » ministère, j’ai déjà précisé ma pensée : c’est vrai, mais c’est fort de café de reprocher à unE présidentiable ce fait...

                      Par contre, pour votre argument principal -vous déplorez que l’engouement pour Mme Royal à l’instar de celui pour Mr Sarkosy, ne soit pas corrélé à la pertinence de leur programme-, je ne peux guère vous contredire... Je voudrais simplement rappeler que ce n’est pas dû au sourire de Mme Royal (ni au charisme ? à la bêtise ? à la violence ? de Mr Sarkosy). Ce n’est même pas une dérive de notre système politique. Il fonctionne très bien au contraire : comme fonctionnerait n’importe quel système politique hyper personnalisé.

                      Mais ça, dépersonnaliser notre système pour remettre l’accent sur les programmes...

                      1) Les 2/3 des gens le craignent car ils ne pensent pas l’électorat capable d’un vote rationnel (donc qu’on lui donne un joujou - une élection et basta). Suffit de voir le nombre de personnes à déplorer l’utilisation d’un référendum quand celui-ci ouvre sur un vote défavorable. C’est Churchill qui disait : « la démocratie est le pire des systèmes politiques, à l’exception de tous les autres » ?

                      2) Et même si on obtenait un consensus sur ce point, c’est un chantier d’une telle ampleur que je n’espère pas en voir la fin :s

                      ...Comme pour l’absence d’expérience au sein d’un grand ministère, on ne peut guère reprocher aux élu-es les travers de notre système politique.

                      Je vais prendre une métaphore. Imaginez une libraire qui essaie de vendre un livre. Le client hésite à le prendre. Elle lui explique que cette auteure a un style fou, que ses intrigues tiennent en haleine du début à la fin, et qu’elle maîtrise a la perfection l’univers fantasy dans lequel l’histoire se passe. Et imaginez que le client finisse par se décider parce que le livre coûte 8 € (soit 3 € de moins que celui d’à côté) et que la couverture lui plaît. Quid de la libraire ? Peut-on vraiment reprocher à Mme Royal que les gens s’intéressent davantage à son sourire qu’à ses idées ? (Idem pour Sarkosy d’ailleurs, en dépit de mon antipathie à son égard, tant pis pour nous si les gens se font berner).

                      Pour résumer (j’avais dit succinct, honte à moi), systématiquement, quand une femme se présente à la présidentielle, les médias s’étendent sur son sourire, sa douceur ou sa froideur, sa vie de famille, blablabla. Ca n’a strictement aucun sens, et hélas, peut-être (sans doute) est-ce ce type de *** qui emporte la décision de vote d’une portion de l’électorat. Mais n’en faites pas un argument politique contre la présidentiable. Elle n’a pas choisi le système dans lequel elle est en compétition.

                      J’ajouterai une dernière chose (et après je m’en vais, promis). Vous aurez remarqué que je ne vous ai pas contré sur vos remarques concernant ses prises de position sur l’Europe, par exemple. Sachez que si j’avais vu l’émission, et dans l’hypothèse où j’aurais été en désaccord avec vous, j’en aurais peut-être débattu sur ces pages... Mais sans cette la moindre once de cette hostilité qui vous a blessée (?) dans mon premier post.


                    • dom (---.---.2.195) 21 mars 2006 11:40

                      Mme Royal se taisait pendant que les dinosaures du PS vitupéraient « plus à gauche » sans jamais dire comment. Et pendant que ces messieurs n’envisagent que de s’opposer Mme Royal propose et est apparemment en chef de file de la démocratie participative et sa longue expérience en politique l’amène à vouloir travailler avec tous les gens intelligents.

                      Quand à ces propos qui mettent en doute le couple Ségolène-François il vous faut probablement avoir la confirmation de leurs enfants avant d’avancer des agressions aussi viles.

                      Mais il semblerait qu’en France vous ayez quelque peine à dépasser le clivage gauche-droite quand il s’agit de construire une évolution qui profiterait à tous. Celà vous paralyse et emmerde toute l’europe. Dommage pour tous donc.


                    • pablo400_40 (---.---.220.97) 19 janvier 2006 20:31

                      C’est etonnant de lire ces commentaires qui traitent la candidature éventuelle de S.R comme étant une question uniquement socialo- socialiste. En ce qui me concerne je pense qu’elle est aujourd’hui le seul « etre » politique proposant une alternative cdedible face aux dinosaures politiques masculins ou feminins qui occupent le paysage depuis 30 ans sans arriver à faire avancer ce pays


                      • Gil (---.---.93.79) 27 janvier 2006 10:41

                        « La presse et/ou les instituts de sondage qui font l’opinion » 2, le retour ! Depuis quand « les français » plebiscitent Mme Royal pour la Présidence de la République ? Et quel est son programme ? Serait-on rentré en « phase 1 » du programme de manipulation de l’opinion des grands Manitous de la communication en vue de la présidentielle ???


                        • Soeur Ségolene (---.---.130.211) 29 janvier 2006 04:01

                          Non personnellement, je ne pense pas qu’elle s’effacera aussi facilement devant un autre candidat...qui vous dites ?Jospin ??? Mais il ne nous pas dit qu’il quittait la vie politique ? Qui a encore envie de revoir ce 2ème tour catastrophe ?

                          a voir le site non officiel de Ségolene


                          • www.info-surgeres.com (---.---.2.39) 31 janvier 2006 15:10

                            www.info-surgeres.com le meilleur site de France et même du Monde !


                            • www.info-surgeres.com surgeres (---.---.68.108) 2 février 2006 14:21

                              www.info-surgeres.com le meilleur site de France et même du Monde, pourquoi nous le cache-t-on ? Pourquoi nous cache-t-on que le site www.info-surgeres.com est indispensable comme l’air qu’on respire ?


                              • www.jean-brice.fr (---.---.138.102) 17 février 2006 22:31

                                Cela sent vraiment la combine de la direction du PS : n’oublions pas que Mme ROYAL fait partie du cercle très fermé des énarques et qu’elle est la compagne de M. HOLLANDE. Je pense que les Français ne veulent plus d’un énarque (homme ou femme) à la tête du pays et surtout veulent une autre politique que les socialistes sont , pour le moment, incapables de proposer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès