Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Zone Euro bientôt Dead Zone ?

La Zone Euro bientôt Dead Zone ?

Le 11 septembre 2001 : Les tours jumelles du World Trade Center et la tour N°7 s'effondraient, suscitant un traumatisme profond dans l'esprit de millions de personnes à travers le monde en raison de l'intense couverture médiatique liée à cet événement. Nous étions mis devant un fait accompli.

Le 11 septembre 2011 : L'effondrement en cours de la Zone Euro, qualifiée de Dead Zone, dont les médias filtrent et atténuent la gravité n'est pourtant pas inéluctable. Nous pouvons encore agir.

Le 11 septembre 2001 marqua la fin d’un temps : celui de l’inconscience collective face aux propagandes médiatiques, machines à broyer les consciences et outils de lobotomisation programmés. Les discours officiels liés aux attentats ont ouvert une brèche dans des millions d’esprits : celle de la soif de la Vérité.

La recherche de La Vérité a animé tout homme depuis des siècles et elle n’est pas en passe de devenir lettre morte, bien au contraire. Elle est en train de redevenir l’essence même de la quête de sens qui habite tout homme en ce début de 21ème siècle.

Depuis les événements dramatiques du 11 septembre 2001, les discours politico-médiatiques (dont la sémantique révèle souvent un abîme de pauvreté abyssal), dupent de moins en moins les populations. Victimes consentantes ou passives face à la propagande, elles se posent les vraies questions et les armes de désinformations massives commencent sérieusement à s’émousser.

Les élites qui nous gouvernent doivent faire face à une nouvelle forme de terrorisme national et international : l’éveil des consciences !

Les crises systémiques récentes, tels des électrochocs, ont réanimé des consciences endormies qui remettent en cause les discours officiels conditionneurs de la pensée unique. Ces crises incitent les peuples à se reforger un esprit critique et analytique indépendant, hors du carcan des discours stéréotypés des médias officiels et des enseignements académiques dénaturés.

Nombre de nos concitoyens se demandent : « Où se trouve la Vérité dans ce magma d’information, de contre-information, de désinformation ? ».

11 septembre 2001 : effondrement du World Trade Center et de la tour N°7

Dans un récent sondage H.E.C. pour ReOpen911 : 58% des français doutent de la version officielle des attentats du 11-Septembre

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/sondage-h-e-c-pour-reopen911-58-100388

Selon la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, contre-espionnage) et les renseignements américains, une menace terroriste pèserait sur la France. Oussama Ben Laden aurait prévu de frapper d'outre-tombe par "des attentats de masse, spectaculaires et symboliques" à l'approche des élections présidentielles 2012 ! Cette "information" proviendrait de documents saisis par la CIA dans la résidence d'Abbotabad, au Pakistan, où Oussama ben Laden aurait été abattu par un commando américain le 2 mai dernier.

Problème : le spectre éculé de Ben Laden qui ressort ponctuellement tant outre manche qu'en Europe ne fait plus recette. Nos concitoyens croient massivement et à juste titre en un "inside job" concernant les attentats du 11 septembre 2001.

Revenons un instant au discours de Nicolas Sarkozy au cours de la cérémonie en mémoire des attentats ce vendredi 9 septembre à l’ambassade des Etats-Unis. Notre Président a déclaré : « Les barbares avaient choisi New York comme épicentre mais cela aurait pu être Paris. (Par le terme « Barbares », il désignait les terroristes comme les ennemis N°1 de la démocratie). Au soir du 11 Septembre, nous nous sentions Américains comme jamais (…), nous nous sentions à ce moment là, au même titre que vous (les américains), les cibles de ceux qui sont les ennemis de la démocratie (...). On ne combat pas les terroristes avec les méthodes des terroristes » ajouta t'il avant de confesser d’un ton grave et solennel : « J’ai un morceau de tour fondue dans mon bureau de l’Elysée offert par la présidente de l’Association des victimes du 11 septembre ».

Il poursuivit : « Je resterai très fier d'avoir été le président qui a fait revenir la France dans le commandement intégré de l'Otan. La France n'a pas peur d'être aux côtés de son grand allié. Non pas comme un vassal mais comme un ami. (…) Nous devons cette solidarité à tous ceux qui sont morts. Nous n'avons pas le droit de nous diviser en souvenir des morts du 11 septembre". Il conclut : « La plus belle réponse à ces terroristes, c'est la « libération » des peuples arabes ! ». 

Une courte analyse objective met en exergue les points suivants :

L’assimilation entre terroristes présumés (et jamais jugés) et ennemis de la démocratie n’aura eu pour finalité qu’une confusion des genres laissant la porte ouverte à toutes les déviances militaro-industrielles possibles et à la défense des intérêts de la coalition. Après l’Afghanistan et l’Irak, force est de constater que les intérêts économiques et financiers prédominent en Lybie sous couvert de « libération » du peuple à des fins démocratiques.

Selon Gérard longuet ministre de affaires étrangères, la guerre en lybie aurait coutée 320 M d’€ (version officielle) à la France.

http://www.lemonde.fr/lybie/article/2011/09/06/la-guerre-en-libye-coutera-320-millions-d-euros-selon-longuet_1568543_1496980.html7

Face à un tel investissement, nul besoin d’analyses plus poussées pour comprendre les enjeux politico-économiques de cette guerre. accord secret entre les rebelles libyens et la France - Le Figaro

« On ne combat pas les terroristes avec les méthodes des terroristes » assène Nicolas Sarkozy. Cela est vrai. Certes, le bras armé de l’OTAN n’est que trop visible et critiquable mais les armes conventionnelles ont depuis longtemps fait place à des armes non conventionnelles. La vraie guerre est invisible et idéologique. Les manipulations de masse via le contrôle ou l’infiltration des réseaux d’information n’ont pour but ultime qu’un asservissement de la pensée des nations et ce à des fins d’hégémonie planétaire.

A l’heure actuelle, la vraie question devrait être : « quels sont les véritables terroristes et vivons-nous encore en démocratie ? »

Dans le discours de Nicolas Sarkozy, que de raccourcis éhontés sous couvert d’instaurer une « démocratie » au nom de la libération des peuples arabes en faisant abstraction du droit international des nations à disposer d’elles-mêmes. Rares sont les discours politiques qui auront fait autant d’amalgame entre le terrorisme, les USA, la politique étrangère de la France et la « libération » des peuples arabes afin de justifier de l’ingérence de l’OTAN avec ses guerres néocolonialistes en Afghanistan, en Irak et en Lybie.

Ces guerres visibles ont des incidences géopolitiques, militaires et économiques qui s’inscrivent parfaitement dans la veine d’une stratégie planétaire visant à l'instauration d'un Nouvel Ordre Mondial dont l’intérêt n’est certainement pas celui des nations démocratiques mais plutôt celui d’une théocratie totalitaire au service d’une élite financière.

Nous vivons dans une ère pro-fasciste et nous allons vers une dictature fasciste sous couvert d’un habillage démocratique.

11 septembre 2011 : effondrement en cours de la zone Euro : la dead Zone ! 

Ne faut-il pas voir des similitudes entre l’effondrement des tours jumelles et de la tour N°7 et celle actuelle de la zone Euro à dix années d’intervalle ?

Nous assistons depuis le mois d’août 2011 à un dévissage en chaîne des marchés boursiers mondiaux et à la déroute des instances financières européennes attaquées par la spéculation des « marchés mondiaux », les US en tête. Le nouveau visage du terrorisme financier aurait changé de camps dirait-on. 

Après la crise des subprimes de 2008, voici la crise de la dette « celle des dettes souveraines européennes et de la Grèce en tête ». Prémice d’un jeu de dominos sans précédent, la faillite des états du sud de l’union Européenne n'est que le début de l'effondrement du château de carte de la construction Européenne. 

Madame Lagarde a beau réitérer son énième appel à la recapitalisation des banques européennes, elle devra avoir l’aval des plus hautes instances financières dont la FED et la BCE sont la partie émergente et dont le FMI et les gouvernements sont de simples porte-paroles. Le FMI estime en effet que les banques d'Europe risquent d'être confrontées à un déficit en fonds propres de l'ordre de 200 milliards d'euros au bas mot.

Recapitalisation des banques européennes : une facture à 200 ...

Au sein de la zone Euro, les gouvernements sont explicites quant à leurs doutes profonds sur la viabilité de l’Euro à court terme.

Jürgen Stark démissionne de la BCE, le CAC 40 et l'euro chutent

La BCE se déchire sur la stratégie pour sauver l'euro

Ces effets d’annonce ne sont qu’un leurre. Ils masquent la marche forcée vers un hégémonisme mondial qui n’est cependant pas inélucable. Tout hégémonisme a son talon d’Achille : la volonté des peuples à disposer d'eux-mêmes.

Lors d'un Think Tank organisé par l'Institut Montaigne le 5 septembre dernier sur le thème "trois ans après la chute de Lehman Brothers", le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, et son successeur désigné Mario Draghi, gouverneur de la banque centrale d’Italie et président du Conseil de stabilité financière européen, ont parlé d’une même voix pour exhorter les chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro à s’engager au plus vite vers davantage d’intégration et la mise en place d'une vraie gouvernance européenne.

Selon l’actuel Président de la BCE "Il n'y a plus l'ombre d'une ambiguïté sur le fait que la crise a clairement révélé que la gouvernance au sein de la zone euro était absolument essentielle". Mario Draghi, ancien responsable de la Goldman Sachs, lui a emboité le pas en clamant que « la monnaie unique est un bateau non terminé qui affronte prématurément une tempête".

Et de rappeler que l’on ne peut pas être à la fois en faveur de la règle d’or et contre le principe des sanctions (sic !). 

Jean-Claude Trichet s’est donc prononcé en faveur d’un gouvernement confédéral, avec un ministre des Finances confédéral qui pourrait assurer l'ensemble de la gouvernance au sein de la zone euro et imposer telle ou telle décision. Un pouvoir de surveillance qui selon eux pourrait même être étendu aux réformes structurelles jugées indispensables. 

Mr Barroso, président de la commission Européenne, a insisté lui aussi sur la nécessité de promouvoir les (mêmes) consolidations budgétaires et réformes structurelles qui sont indispensables selon lui à la survie de la Zone Euro. Nul doute que Mr Von Rompuy, Président du conseil Européen, accrédite ses homonymes au sujet de l'Euro si l'on en juge leur communiqué conjoint au sujet du 11 septembre 2001.

Il resterait donc à convaincre les politiques et les opinions publiques de sacrifier une partie de leur souveraineté nationale au profit de l’Europe. Une nouvelle fois ? De quels sacrifices s’agit-il ? N’avons-nous pas déjà sacrifié nos nations et nos droits au profit de la construction Européenne vis-à-vis de laquelle les Français se sont opposés à près de 55 % lors du référendum de 2005 sur la constitution Européenne  ? Et pour quels résultats ? Une paupérisation accrue, une désindustrialisation accélérée, des délocalisations en masse, une monnaie euro qui implose sous le joug des diktats des banques privées via les spéculations boursières orchestrées de main de maître ? 

Bref, la tour de Pise Européenne penche dangereusement mais, telle son modèle la tour de Babel, elle a des fondements infiniment fragiles qui menacent de s'effondrer à tout instant. Toute volonté hégémonique a des failles : l'arrogance des bâtisseurs et la négation du pouvoir des peuples, l’histoire nous l’a mainte fois démontré.

Si la zone Euro devait imploser à court terme suite à la faillite programmée de la Grèce suivie de celle de l'Espagne et de l'Italie puis au décrochage de l’Allemagne, seul maillon fort et faible à la fois de l’Union Européenne, saurons-nous alors trouver des solutions alternatives en urgence ? Analysons lucidement cette nouvelle crise majeure et agissons en conséquence tant qu'il est encore temps avant les élections de 2012.

Sortir de l’Euro, tout en restant pleinement dans l’Europe des nations, n’est pas une utopie. Quitter l’Euro ne veut pas dire quitter l’Europe. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • kiouty 12 septembre 2011 11:54

    Sortir de l’Euro, tout en restant pleinement dans l’Europe des nations, n’est pas une utopie. Quitter l’Euro ne veut pas dire quitter l’Europe.

    Merci !
    Et j’ajouterais : une Europe sans Commission Européenne ni Conseil Européen dans leurs formes actuelles est parfaitement envisageable. Une Europe non ultra-libérale, sans concurrence et libre-échange érigés en dogmes sont également parfaitement envisageables.


    • majestic 5412 majestic 5412 12 septembre 2011 18:00

      Pour Kiouty

      Comme il y avais au début le Bénélux


    • majestic 5412 majestic 5412 12 septembre 2011 18:08

      Enfin sur le modèle Bénélux


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 12 septembre 2011 14:21

      Un détail : On ne peut quitter l’euro sans quitter l’UE, les traités ne le permettent pas !


      • Criseuro Criseuro 12 septembre 2011 15:28

        Effectivement, aucun traité européen ne permet à un état de sortir de l’Euro. L’Euro est juridiquement « irrévocable ». L’unique issue afin de sortir juridiquement de l’Euro est de dénoncer les traités européens selon l’article 50 du TUE (numéroté 49-A dans le traité dit de Lisbonne).


      • wesson wesson 12 septembre 2011 14:36

        bonjour l’auteur,
        la zone euro s’effondre ...
        et même pas le moindre petit barbu à l’horizon, armé d’un canif, à l’assaut du siège social de la BNP ....


        • ottomatic 12 septembre 2011 14:47

          juste besoin des mains crochues de la city...


        • ottomatic 12 septembre 2011 20:37

          LOL, tu fais toi même la démonstration que tu ne capte rien du monde ou tu vis...


        • alberto alberto 12 septembre 2011 14:46

          Aujourd’hui 10h45, communiqué de l’État Grec : L’ État sera en rupture de liquidité dès le mois d’octobre ! (Papandréou dixit) !

          Conséquence : l’État ne pourra plus payer ses agents !

          Question : avec quoi vont bouffer les agents de l’État ? (les profs, les flics, les pompiers, les fonctionnaires...)

          Réponse au prochain numéro...

          En attendant, les européens (dont les contribuables français, merci Sarko), vont leur filer qqs milliards d’€, mais ça risque de ne pas aller loin !

          Alors rendez-vous à la fin de l’année : dèche en septembre, Noël en cendres...

          A suivre...


          • Ribroson 12 septembre 2011 15:03

            L’explosion de Marcoul, les délations de Bourgi, les menaces de dégradations de notes de Moody’s sur nos banques... Décidément les conspirateurs en soie blanche ne manquent pas de ressources pour nous attaquer sur une seule journée... Manquerait plus qu’ils trouvent une excuse pour s’arroger le pétrole Lybien.
            Quand à l’Allemange je leur souhaite bonne chance, ils vont en prendre plein la face très bientôt


            • majestic 5412 majestic 5412 12 septembre 2011 18:26

              Les agences de notations sont je pense des agences « autoproclamées » en vertu de quel droit interfèrent-elles dans la politique budgétaire des états souverain ?????


            • Criseuro Criseuro 14 septembre 2011 01:38

              @stabilobOos

              L’Allemagne maintient encore la zone Euro par décret des Etats-Unis. La décision de sauver l’Euro se joue dans les hautes sphères du pouvoir Etasunien. Le lien avec la dépêche ci-après pourra vous intéresser.

              www.romandie.com
              http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_Merkel_tente_d_etouffer_l_incendie_allume_par_l_Allemagne130920111609.asp

              Si Obama en personne intervient publiquement ce lundi à propos des tourmentes que traverse la zone euro pour dire (je cite) : « Je pense que nous continuerons à voir des faiblesses dans l’économie mondiale tant que cette question ne sera pas résolue »,. « La Grèce est évidemment le problème le plus urgent », a-t-il ajouté.
              Ces propos ont immédiatement été suivis de ceux de Mme Merkel qui exclu la faillite programmée de la Grèce. Le décrochage de l’Allemagne ne devrait pas être immédiat, il sera la conséquence à moyen terme de l’effondrement complet de la zone Euro qui est encore maintenue artificiellement par les politiques et surtout ceux qui les dirigent.
              En 2013, l’Europe aura une procédure de faillite contrôlée des état par le biais du mécanisme européen de stabilité (MES), ce qui n’est pas le cas actuellement. D’où la volonté de sauver la Grèce à tout prix tant par les US que par l’Allemagne.
              Après 2013, les jeux sont ouverts et les dominos vont tomber les uns après les autres.

            • ottomatic 12 septembre 2011 20:41

              Et y a des bisounours qui se disent que le mot « complot » est juste une entrée dans le dico...

              Ca tombe bien, ce sont ceux qui souffriront le plus...

              Bonne chance pour les semaines a venir garcon...

            • kalon 12 septembre 2011 19:24

              J’ai apprécié la lecture de votre article comme bien d’autres sur Agoravox mais, sans en enlever la pertinence, je remarque que beaucoup d’articles s’inscrivent dans l’analyse et la critique des effets sans jamais se penchzer sur les causes ayant amenés ces effets.
              Aussi, je me permet d’ insérer un lien reprenant une analyse assez pertinente de Charles Grove qui se penche plus sur les causes que sur les effets.
              http://www.news-26.com/econmie/1052-qui-est-en-faillite-le-politique-ou-leconomique.html
              D’autre part, et sans vouloir en faire un « soap opéra » il faut bien admettre que la finance mondiale est controlée, en grande partie, par l’idéologie sioniste et j’en viens à me demander si, finalement, la relance permanente de l’antisémitisme n’est pas d’augure à favoriser les desseins de cet idéologie.
              Il est remarquable que Théodore Herzl, idéologue du sionisme moderne ne se cachait pas d’étre antisémite, ce qui est, pour le moins étonnant !
              Comprendre la cause de ce marasme devrait permettre d’en gérer les effets.
              Je pense, toutefois, qu’au stade ou nous en sommes, nous ne pourrons nous épargner les malheurs d’un soulévement populaire,
              Les politiciens actuels, bien que complétement dévoyés, ne quitteront leurs fonctions que sous la menace des baionnettes !
              Le capitalisme démocratique était trop doux, il nous a endormi, nous devons nous réveiller maintenant 


              • Criseuro Criseuro 14 septembre 2011 02:08

                Merci pour le lien. J’ai lu l’article avec intérêt. L’auteur, économiste, pointe du doigt le dévoiement de nos systèmes politiques et la nécessaire réforme de nos Etats. Constat que partagent bon nombre de nos concitoyens je pense mais qui ne les incite pas pour autant à aller voter tant les discours politiques n’ont plus de crédibilité et masquent une pensée Européiste unique si l’ont gratte un peu. L’UMPS, le FDG, le FN, NDA,.... n’ont rien de concrêt à proposer pour sortir sereinement et démocratique de la zone Euro qui entraîne l’Europe par le fond telle une ancre jetée à la mer.
                Un seul politique tient un discours constructif et argumenté sur ce sujet selon moi.


              • kalon 12 septembre 2011 21:19

                Aprés avoir rédigé mon commentaire, j’ai pris le temps de lire vos commentaires sur d’autres articles, j’aurai dû le faire avant !
                J’aime assez Charles Grove, raison pour laquelle j’ai inséré un lien vers ses constatations.
                L’empire a perverti l’idéal liberal car le libéralisme, c’est, avant tout, étre responsable de ses actes devant les tiers sans l’intervention de l’état.
                L’empire ne fait que constater une chose, son systéme, tel qu’il est conçu, ne sait gérer qu’un maximum de 3 milliards d’hommes sur terre et ce méme empire constate qu’actuellement il y en a 7 milliards, soit 4 milliards de trop pour ce systéme !
                Le mot devra étre inventer que pour définir ce que l’empire projette car en parler comme d’un génocide me semble une définition assez faible !


                • le moine du côté obscur 14 septembre 2011 10:59

                  Analyse qui me semble très pertinente. Certains illuminés pensent que pour ce monde 1 milliard de personnes sont « suffisants », d’autres parlent de 500 millions... Alors que va-t-on faire des autres milliards de personnes ? Mais je crois les psychopathes qui tentent de diriger ce monde assez fou pour tenter d’éliminer les « bouches inutiles » sur notre planète. Je suis personnellement pour une politique démographique responsable mais qui passe selon moi par l’éducation notamment des jeunes filles, futures femmes et l’élévation du niveau de vie. Sauf qu’à mon avis on aurait du penser à cela des décennies plus tôt, évidemment certains étaient déjà dans la même logique qu’aujourd’hui à savoir profit maximum. Enfin on verra comment toute cette merde va finir. 


                  • kalon 12 septembre 2011 22:56

                    Bonjour, Lesdiguières smiley
                    Vraiment génial, ton lien, merçi !
                    Mais change de pseudo !, impossible à marketer en politique, un pseudo pareil !
                    J’envoi le lien aux amis !


                    • BA 12 septembre 2011 22:57

                      Lundi 12 septembre 2011 : l’Italie a lancé un emprunt à 3 mois. L’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 1,907 %. Les taux sont en hausse : c’était 1,034 % lors de la précédente émission.

                       

                      En outre, l’Italie a lancé un emprunt à 1 an. L’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 4,153 %. Les taux sont en hausse : c’était 2,959 % lors de la précédente émission.

                       

                      Grèce : taux des obligations à un an : 117,211 %. Record historique battu.

                       

                      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND

                       

                      Grèce : taux des obligations à 2 ans : 69,551 %. Record historique battu.

                       

                      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

                       

                      Grèce : taux des obligations à 10 ans : 23,544 %. Record historique battu.

                       

                      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND


                      • kalon 12 septembre 2011 23:06

                        Laisse courir, BA, tu nous donne les résultats de Vincenne alors que nous on joue sur Lonchamps !


                        • condor condor 12 septembre 2011 23:28

                           

                           Vivement le retour aux anciennes monaies . on commence à sentir la noslalgie .


                          • kalon 12 septembre 2011 23:43

                            La faiblesse de l’empire !
                             il n’avait pas prévu la vitesse exponentielle de ses turpitudes, et, actuellement, cela se retourne contre lui, les événements vont plus vite que ce qu’il avait prévu, cà cafouille en face, c’est notre fénètre de tir comme on dit en expérience spatiale.
                            Ils avaient tout prévu sauf une chose, l’expotentialité de leur turpitude.
                            Ben oui, il n’y a pas qu’Achille qui a un point faible !, ils vont précipiter le truc, et tout va foirer car ceux qui les aident ne sont pas des lumiéres, tout au plus des éxécutants !
                            Un solide bug pour l’empire !


                            • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 13 septembre 2011 00:27

                              Tant que les peules ne se seront pas définitivement débarrassés de tous ces parasites politico-financiers, tant que la propriété spéculative ne sera pas complètement éradiquée, nous serons victimes de ces tendances fascistes de quelques oligarques qui se gavent sur notre dos et nous volent le produit de notre travail.

                              Le système capitaliste nous a bien démontré tout son pouvoir de nuisance et nous devons nous en débarrasser.

                              Non pas au profit d’une idéologie Marxiste, qui n’est qu’une autre facette de cette hégémonie d’une oligarchie qui oppresse le peuple, mais au profit d’un système politique qui ne serait plus basé sur une quelconque idéologie de pacotille, mais simplement sur le bon sens.

                              La propriété individuelle à usage personnel non spéculatif est une chose inaliénable, et doit absolument être préservée.

                              Par contre, la propriété de l’outil de travail doit revenir à celui qui l’utilise, et les revenus de ce travail ne doivent profiter qu’à ceux qui travaillent vraiment, et servir aussi aux investissements nécessaires à entretenir et à moderniser cet outil de travail.

                              Le capital n’est qu’une excuse servant à ceux qui le détiennent pour effectuer un pillage en règle des entreprises, se « goinfrer » au passage, spéculer sur la valeur d’une entreprise en fonction de la valeur hypothétique du montant de ses actions sur le court terme.

                              Et quand une entreprise a besoin d’invertir pour se moderniser, les actionnaires ne mettent plus depuis longtemps la main à la poche : Les entreprises empruntent des fonds aux banques (souvent titulaires des actions d’ailleurs) et doivent à la fois rembourser des intérêts et maintenir une rentabilité inacceptable, une pression intolérable qui pousse ces entreprises à procéder à des « plans sociaux » et à des délocalisations pour le plus grand bonheur des actionnaires.

                              Après avoir complètement « ratissé » les travailleurs américains, les grosses banques d’affaires US, grâce à la planche à billets de Ben Bernanke qui peut photocopier à l’infini de la fausse-monnaie est en train de submerger l’Europe et le monde entier, de racheter massivement toutes les opportunités de nous mettre en esclavage avec la complicité criminelle et évidente de TOUTES nos « élites politiques » corrompues, de « droite » comme de « gauche ».

                              Pourquoi d’après-vous le budget militaire US est-il l’équivalent du budget militaire de TOUTES les autres nations du monde réunies ?

                              La pression sociale est telle que les peuples du monde commence à se relever et à crier leur colère face à cette injustice. Mais les US les maintiennent divisés afin de pouvoir mater toute forme de rébellion n’importe où dans le monde, prêts à lâcher leurs chiens de guerre pour « libérer » les peuples qui souhaiteraient s’émanciper.
                              Et comme ils ont bien organisé les dissensions entre les peuples, en cas d’agression « libératrice » contre un peuple les autres ne bougeront pas le petit doigt.
                              Nous somme bien mal barrés, et si l’Union Européenne, qui n’est qu’un simple jouet entre les mains de Wall Street en vient à tomber (ce qui est inévitable), il n’y aura pas « d’union Européenne » des peuples pour lutter contre cette nouvelle dictature en provenance des USA.

                              N’oubliez pas que la seconde guerre mondiale a été favorisée (voire même montée de toutes pièces) par les États-Unis pour littéralement mettre à terre les pays d’Europe afin d’asseoir leur hégémonie.

                              Un seul l’avait bien compris : De Gaulle. Il a toute sa vie lutté contre cet impérialisme Américain et notre cher Sarkozy, « au nom du Gaullisme », nous a livrés pieds et poings liés à l’impérialisme Américain.

                              Honnêtement, je crois que nous sommes bien mal barrés. Non seulement nos gouvernements corrompus viendront à l’aide de l’argent public combler les déficits privés des banques pour maintenir à flot ce système parasitaire, mais pour ce faire ils devront massivement emprunter de l’argent aux banques privées (qui ont une réserve inépuisable de fausse-monnaie grâce à la FED) ce qui nous rendra encore plus dépendants des banques privées.

                              Double peine. On engraisse ce système pourri et toxique pour le sauver.
                              Contre l’intérêt des peuples qui vont bientôt se retrouver en esclavage.

                              Pour enfin se débarrasser de ce système pourri, il faudrait des révolutions dans le monde entier ET aux États-unis.
                              Malheureusement, bien que complètement ratissés, laminés, paupérisés au delà du seuil tolérable, les Américains ont subi un tel lavage de cerveau qu’ils ne sont pas près de lever le petit doigt.

                              Donc l’Armée US a les mains libres pour instaurer la « Pax Americana » sur toute la planète.
                              Et l’Europe sera leur prochaîne cible. Une fois ruinés, les Européens se rebelleront, les peuples divisés suite à l’intervention insidieuse de la CIA se mettront sur la gueule (comme dans les Balkans dans les années 90) et l’Armée US interviendra pour « sauver les populations civiles », rétablir des « États de Droit Démocratiques » et mettre en place des gouvernements fantoches corrompus et entièrement à leur dévotion...

                              Si seulement je pouvais me tromper...
                              Mais il ne faut pas rêver, c’est bien le scénario qui nous attend.
                              Soit une dictature pro US « locale », soit une dictature imposée par « l’Armée de libération »... Dans tous les cas nous serons perdants, comme tous les peuples de la terre, y compris le peuple Américain.


                              • kalon 13 septembre 2011 00:50

                                Je pense que le capitalisme est une bonne idée pour vivre ensemble, ce qu’il se passe pour le moment n’a rien a voir avec le capitalisme, c’est un peu comme Sarko qui « libére » les libyens au nom de la démocratie !.
                                Créer la confusion pour en devenir l’empereur !
                                Il ne nous suffit plus que d’en pendre un dans le temp de son exercise et les autres nous mangerons dans la main, ces gens sont des lâches, c’est à cela qu’on les reconnait !


                              • Criseuro Criseuro 14 septembre 2011 02:28

                                « Dans tous les cas nous serons perdants, comme tous les peuples de la terre, y compris le peuple Américain ».
                                J’ajouterais avec le peuple Américain en tête si l’on en juge le record absolu de pauvreté battu aux US. Etats-Unis : Un taux record de pauvreté depuis 1993 - 20minutes.fr www.20minutes.fr
                                Avec 46,2 millions de pauvres, le rêve Américain semble bien s’être transformé en cauchemar.
                                Quant à la France, elle n’est pas en reste. Les récentes statistiques de l’INSEE concernant 2009 parlent de13,5 % de la population, soit 8 millions de personnes, vivant en dessous du seuil de pauvreté avec 994 €/mois. En 2011, on peut tabler sur au moins 10 millions sans hésiter.


                              • kalon 13 septembre 2011 00:29

                                Ils ont été obligé de nous donner notre liberté contre leurs cathédrales, nous les avons construite, elles sont toujours là ! le contrat est toujours en vigueur mais ils l’avaient oublié !


                                • ChatquiChouine ChatquiChouine 13 septembre 2011 01:12

                                  "Sortir de l’Euro, tout en restant pleinement dans l’Europe des nations, n’est pas une utopie. Quitter l’Euro ne veut pas dire quitter l’Europe.« 

                                  Bon sang, il y en a qui ont la tête dure !

                                  Si, Criseuro, quitter l’Euro ne peut se faire qu’en quittant l’UE, et ce n’est pas une posture que je prends là, c’est simplement le pendant de ce qu’a dit la commission européenne la semaine dernière, je cite : »Aucune sortie, ni expulsion de la zone euro n’est possible d’après le traité de Lisbonne.« et vous pourrez le vérifier vous même ici,

                                  Alors, à un moment, il va falloir être cohérent et arrêter de faire ses petits arrangements au mépris des réalités constitutionnelles.
                                  Vous voulez sortir de l’€, alors sortez de l’UE.
                                  Cela, au demeurant, n’a rien d’inconstitutionnel puisque c’est prévu par l’article 49-A du traité de Lisbonne (1. Tout Etat membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.)

                                  Qu’est ce qui vous retient au juste, vous la trouvez noble cette Europe dont la devise est »Territoire de concurrence libre et non faussée«  ?, vous êtes vous découvert une nouvelle famille avec nos »fréres« Européens Lettons, finlandais, roumains mais pas avec les marocains, algériens, tunisiens ou ivoiriens ? Les premiers reçoivent des subventions européennes, payés essentiellement par l’Allemagne et la France, les deuxièmes, présents en grand nombre chez nous, payent des impôts et la TVA..qui iront chez les premiers,pas très sympa non ?
                                   Cette Europe vérolée par les lobbies et la finance, qui détruit notre industrie, notre agriculture, notre souveraineté n’est qu’une énorme machine technocratique qu’il faut quitter, et vite.
                                   Après cela, et seulement après, ceux qui veulent une »autre Europe" n’auront qu’a faire leurs propositions et les soumettre aux votes, c’est cela une démocratie.

                                  Article 2 de notre constitution : Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.


                                  • Criseuro Criseuro 14 septembre 2011 02:36

                                    Petite précision : L’UE n’est pas l’Europe des nations. Je pense avoir été explicite dans les échanges précédents quant à la nécessité de dénoncer les traités européens selon l’article 50 du TUE (numéroté 49-A dans le traité de Lisbonne) afin de sortir de l’Euro.


                                  • kalon 13 septembre 2011 01:49

                                    Je viens de voir une émission sur ARTE, sidérant !
                                    Dans l’armée américiane, il y a plus de soldats qui se suicident dans les deux ou trois ans qui suivent leur démobilisation que de soldats qui meurent en faisant la guerre !
                                    On doit arréter ce merdier ! il faut arréter ces fous !
                                    Ce n’est plus une histoire de pognon, c’est une histoire de salubrité publique !!!!!
                                    Oh, Sarko, tu as vu ce truc !
                                     Arréte tes conneries !!!!!


                                    • kalon 13 septembre 2011 01:55

                                      Tu as vu ce que tu fais, Sarko, tu as transformé l’élite de l"armée française en bande d’assassins !
                                      T’es heureux, pauvre con !!!!!, tes amis ont gagné assez de pognon ? t’es certain ?


                                      • sparte sparte 13 septembre 2011 02:46

                                        Et personne ne parle des causes des dettes publiques !

                                        Sortir de l’euro ne résoudra pas le problème de nos déficits fiscaux et sociaux :

                                        • trop d’état,
                                        • trop de redistribution,
                                        • un système social soviétique

                                        • Rousquille Rousquille 13 septembre 2011 04:29

                                          Avec l’auteur il n’y a pas que l’euro qui est en crise, il y a aussi la langue française. Pour faire une rime idiote avec « zone », vous avez cru bon d’employer « dead zone » au lieu de « zone morte ». Franchement, vous croyez qu’en utilisant une expression anglaise qui n’a rien de particulièrement expressif ni d’original, vous avez donné plus de relief à votre style ?
                                          Je relève aussi « think tank » mal employé, car c’est d’un colloque ou d’une réunion qu’il fallait parler. Un think tank, mot affreux en anglais, ça n’a pas de thème, désolé. D’ailleurs, un « think tank », ça n’est rien d’autre qu’un conseil de sages ou un groupe de réflexion, ou encore une « boîte à idées ».

                                          Bref, vous prétendez lutter contre le mondialisme et je ne sais tout quoi, mais votre cerveau est déjà bien colonisé par la novlangue anglaise.


                                          • Criseuro Criseuro 14 septembre 2011 02:58

                                            Merci de me faire remarquer ces fâcheuses dérives linguistiques. J’en prends bonne note. Que voulez-vous, la terminologie anglo-saxonne a envahi nos esprits tout comme les CDS ont envahi nos systèmes bancaires. On est bien contaminés je vous l’accorde.


                                          • zakari 13 septembre 2011 07:07

                                            En faite ce qu’ils veulent est l’argent de nos retraités
                                            Ils ont zaké les jeunes et ils veulent les papis rentier sur le front Grec

                                            Papi fait de la résistance
                                            Va te faire mettre chez les Grecs


                                            • De la hauteur 13 septembre 2011 08:57

                                              Tous est dit : « Je resterai très fier d’avoir été le président qui a fait revenir la France dans le commandement intégré de l’Otan. La France n’a pas peur d’être aux côtés de son grand allié. Non pas comme un vassal mais comme un ami.>

                                              Quand on résume la mission de la France à cela, je ne vois pas ou est la grandeur de notre Président avec ses argumentations pleines de contre sens paradoxales.

                                              En réalité quand il dit une chose, il faut pense qu’il va faire le contraire.

                                               .


                                                • bretagne 13 septembre 2011 15:25

                                                  une petite remarque en passant : n’écrivez pas , s’il vous plaît , quand vous parlez de ceux qui sont du coté du manche , les élites qui nous gouvernent , mais plutôt : « les prétendues élites » , ou « les élites autoproclamées » , ou encore « ce qui a le culot de prétendre être les élites » ;
                                                  Parce que les vraies élites actuellement , elles ne sont pas au pouvoir et quand on voit la brochette de ... je ne trouve pas le mot qui y est , on se dit : « mon dieu ! »
                                                  Entre les corrompus ( je ne cite pas de noms , ce serait long comme le bottin ) , les vendus ( PS qui déplore qu’on viole le résultat d’un référendum en 2005 , mais qui ensuite s’abstient le jour du vote qui lui aurait permis de bloquer cette violation : on ne saurait faire plus lâche....) , les traîtres bradant l’industrie du pays à la chine , les crétins irratrapables( ministre ne sachant plus faire une régle de trois) , les vulgaires ( casse toi , pov con) , les multi-redoublants ( lignée sarko ) , les psycho-rigides ( Stark , Trichet , Barroso ) , les détraqués sexuels qui ont des rapports sexuels dans des hotels avec des femmes de ménage inconnues - consentantes ou pas , etc, etc....
                                                  Si cela , c’est l’élite , alors , je ne comprends plus : l’élite cela veut dire les meilleurs ....
                                                  Si cela , c’est les meilleurs , alors , non merci ......


                                                  • Susanoo ! Susanoo 13 septembre 2011 19:21

                                                    Vous semblez tous étonner de ce qui arrive alors que c’était clair et net depuis le début.
                                                    Il y a 2 visions du 11septembre 2001 :
                                                    La première vous la connaissez tous, c’est officiel.
                                                    La deuxième..faut lire entre les lignes...c’est le début d’une démolition contrôler de l’économie mondiale.
                                                    Le WTC représenté une sorte « centre économique du monde » et ils se sont éffondrés « de manière contrôler ».
                                                    Pas besoin d’avoir fait Harvard pour comprendre ça.
                                                    La crise de subprimes c’est un cheval de Troie qu’ils ont utilisé pour contaminer l’économie mondiale dans le but de contrôler les alliés, qu’il tiennent la ligne quoi.
                                                    Ils démolissent le système qu’ils ont créé avant d’en perdre totalement le contrôle afin d’entrer dans une nouvelle version du « capitalisme ».

                                                    Ils n’ont jamais chercher à sauver le dollar, l’euro au contraire ils ont mis un maximum de pression dans tous les secteurs pour que ça pète.

                                                    Les guerres et les crises sont là pour imposer une vision ; un état de fait accompli.
                                                    Après la crise de la dette ça sera l’échec et math...
                                                    Puis comme par miracle les vrais solution vont apparaitre.
                                                    Les Usa et UE vont surement fusionner.

                                                    Même monnaie,même poitique intérieur et extérieur.En gros...
                                                    Une sorte de Fédération Transatlantique capable d’orienter le monde.
                                                    Il le faut sinon on est tous morts.

                                                    Vous avez peur ?Faut pas.Faut faire confiance en nos dirigeants.
                                                    Ils mentent,ils magouillent mais enfin de compte c’est ce qu’il faut faire.

                                                    Faut arrêter de délirer et regarder un peu plus le journal TV. Non sérieux je vais arrêter de dire des conneries.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Criseuro

Criseuro
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès