Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le 1er mai pour les nuls

Le 1er mai pour les nuls

Nicolas Sarkozy a déclaré vouloir organisé une contre-manifestation le 1er mai pour fêter le « vrai travail », de « ceux qui travaillent dur », sous entendu explicité par son ministre Bruno Lemaire, par opposition à « ceux qui vivent des revenus de l’assistance ». Ce faisant, pour attirer à lui les électeurs du Front National, Nicolas Sarkozy puise dans les mesures symboliques… du Maréchal Pétain !

Pour tout ceux qui ont oublié pourquoi le 1er mai est un jour férié et pourquoi « fête du travail » le décrit si mal, un petit cours d’histoire s’impose.

Aux origines, le 1er mai, jour de lutte pour la semaine de 8 heures

La IIème Internationale socialiste décide le 20 juillet 1889 de faire de chaque 1er mai une journée internationale de grève et de manifestation pour réclamer la journée de 8 heures.

La date n’est pas choisie au hasard. Au cours de leurs congrès de 1884, les syndicats américains avaient déjà choisi cette date pour réclamer la journée de 8 heures. Le 1er mai 1886, 200 000 travailleurs américains gagnent ainsi la journée de 8 heures dans des accords avec le patronat. Une grève générale s’ensuit dans les entreprises qui n’ont pas ratifiés l’accord. Le 3 mai, la police de Chicago ouvre le feu pour disperser une manifestation, tuant 3 ouvriers.

Le 1er mai 1891, à Fourmies en France, la troupe ouvre à nouveau le feu pour disperser une manifestation. Neufs ouvriers français trouveront la mort, des dizaines d’autres seront blessés. Le traumatisme de ce massacre dans le monde ouvrier est énorme, et ancrera définitivement la tradition du 1er mai dans l’histoire du mouvement ouvrier.

La russie bolchévique sera le premier état à reconnaître le 1er mai comme un jour ferié, « fête des travailleurs » en 1920 et sera progressivement suivi par de nombreux états (le cas américain est très spécifique, cf. wikipedia pour ceux que ça intéresse).

 Le 1er mai en France,

Lorsque le sénat de la IIIème république ratifie la journée de 8 heures, le 23 avril 1919, il décide de faire ponctuellement du 1er mai 1919 une journée fériée. Les 1er mai suivant seront à nouveaux des journées de grèves et de manifestations du mouvement ouvrier français.

C’est le Maréchal Pétain qui instaure le 1er mai comme « Fête du Travail » et le rend férié.

A la Libération, le 1er mai redevient une journée d’action du mouvement syndical, mais reste férié.

La gauche et le mouvement syndical ont toujours rejeté le terme de « Fête du Travail », lui préférant le terme de « Fête des Travailleurs », mais l’appellation du Maréchal Pétain est restée.

 Et Nicolas Sarkozy dans tout ça ?

En voulant fêter le « vrai travail », Nicolas Sarkozy renoue avec la version de la « Fête du Travail » du Maréchal Pétain. En ce sens, il n’est pas exagéré de dire que c’est une mesure à la symbolique fasciste. A vouloir attirer à lui les électeurs du FN, Nicolas Sarkozy risque surtout de faire un pas de plus dans les aspects les plus nauséabonds de la droite dure pour ne pas dire extrême en France.

Certes, il y’a dans cette annonce de la manœuvre électorale ; la volonté de ne pas laisser la rue à ses adversaires politiques à l’occasion du 1er mai. C’est ainsi que le FN fête Jeanne d’Arc le 1er mai également. Mais il y’a des symboles qui pèsent lourds et ne sont pas innocents… Le FN sait ce qu’il fait en voulant contester aux syndicats le 1er mai, Nicolas Sarkozy aussi…

Le 1er mai est d’abord et avant tout une journée de commémoration et d’action du mouvement ouvrier et syndical ! Tous dans la rue le 1er mai sous les banderoles syndicales.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • focalix focalix 25 avril 2012 12:08

    Salut Pingouin et aux zotres ossi,

    Toujours aussi inculte Sarkozy.

    Le 1er mai, c’est d’abord la fête des travailleurs (ceux qui ont un emploi et ceux qui, sans emploi, veulent travailler).
    Rappelons que que le 1er mai est issu de la lutte des vrais travailleurs qui réclamaient la journée de 8 heures.
    Dans ces luttes, il y a eu de vrais morts tués par de vraies balles (Chicago en 1886, Fourmies en 1891). Le 1er Mai a vocation à les honorer.

    Le gouvernement Raffarin nous a en quelque sorte piqué le 1er Mai sur le dos en nous imposant, au nom de la solidarité (ben voyons) une journée de travail forcé. C’est ainsi que l’on appelle l’obligation de travailler sans rémunération. En d’autres temps, tout le monde serait descendu dans la rue. Quelle époque...

    Depuis 20 ans, chaque 1er mai, le Front National célèbre Jeanne d’Arc pour tenter de casser la baraque au 1er mai des travailleurs.

    Aujourd’hui Marine se prend des airs de Jaurès, et Sarkozy veut nous expliquer le vrai travail !
    __________________________________________________________________
    Au 1er mai, tous derrière Nico, avenue Jean-Jaurès à Neuilly, avec les banderolles !


    • Holden Caulfield 25 avril 2012 15:14

      AVANT LE 1er Mai,

      A LIRE ET RELIRE UNE LIGNE SUR DEUX, et faire lire

      aux Sarkozystes-Umpiens, si vous en connaissez...


      Nicolas Sarkozy a fait tant de rêves

      pour la France, remporté tant de combats

      personnels, si longtemps, qu’aujourd’hui nous vivons

      enfin des temps sûrs et prospères. Nous avons évité

      un véritable cauchemar de part son action. Le plein

      emploi approche, l’insécurité disparaît et le cri

      de raz le bol des français a été plus que jamais

      entendu en matière de pouvoir d’achat. Pour cela Nicolas a

      ignoré dans les sphères politiques, le long combat

      à mener, et en cinq ans, tant de résultats. Merci, et cela

      ne fait que commencer. A vous tous qui aimez

      donner la critique, je dis silence ! Vous déshonorez

      la France, mais pas son Président, cessez donc

      ce raffut diffamatoire. Encore beaucoup de réformes à venir, essayez

      d’attendre, de faire avec, seul le drame est à prévoir avec

      le P.S. et les autres ne comptent même pas. Tous derrière

      Nicolas et son gouvernement, quelle que soit sa politique. La voix de

      la gauche est passée, la révolte est bien éteinte, et

      la France entière se fait fière de participer aux

      débuts de cette nouvelle ère sous son égide. Empêchons les petits

      vents de la résistance, de ralentir et de bloquer la

      marche pour la construction d’un monde meilleur. Arrêtons leur

      course vers le chaos républicain, par tous les moyens.

      Car comme promis l’héritage de 68 a disparu, continuons sur cette voie.

      Agissons, aidons-nous dans la démarche de changement, pour

      le bien de notre pays, et pour que dans dix jours, il n’y ait pas

      un changement de Président.


      Site de l’auteur : http://philantropoetique.wordpress.com/


      • Carida 25 avril 2012 20:40

        "Tous derrière

        Nicolas et son gouvernement, quelle que soit sa politique."

        Tiens, Nicolas ! Tu as créé un compte sur AV ? smiley


      • chapoutier 25 avril 2012 15:32

        bonjour pingouin du 94
        j’ai déposé en modération la quasi copie de votre article
        le votre est plus complet smiley

        Après Pétain et le Pen, Sarkozy clame son mépris de la lutte des travailleurs. Le 1er Mai, journée internationale de revendication et de solidarité

        Alors que sons sens fait aujourd’hui débat, il n’est pas inutile de rappeler quelles sont les origines du 1er Mai.

        Au IVe congrès de l’American Federation of Labor, en 1884, les principaux syndicats ouvriers des États-Unis revendiquent une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils avaient choisi de débuter leur action un 1er mai, parce que beaucoup d’entreprises américaines entamaient ce jour-là leur année comptable. Et le 1er mai 1886, environ 200.000 travailleurs obtiennent par la grève la journée de huit heures. À Chicago quelques jours plus tard, une nouvelle manifestation fait trois morts parmi les grévistes.

        Au congrès de l’Internationale Ouvrière en 1889, fut décidé de revendiquer la journée de huit heures. Le délégué des syndicats français, le travailleur Lavigne de Bordeaux, proposa que la revendication de la journée de huit heures s’exprime dans tous les pays par un arrêt de travail universel. Le délégué des travailleurs américains attira l’attention sur la décision de ses camarades de faire grève le 1er mai 1890, et le Congrès arrêta cette date.

        Le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le nord de la France, la manifestation tourne au drame. La troupe tire sur la foule pacifique des ouvriers. Elle fait dix morts dont huit de moins de 21 ans. Avec le drame de Fourmies, le 1er Mai s’enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens.

        C’est en avril 1941, sous l’occupation allemande que le maréchal Pétain, loin de ces origines, faisait officiellement du 1er Mai « la fête du travail et de la concorde sociale ».

        En avril 1947, le gouvernement issu de la Libération fait du 1er Mai un jour férié et payé… mais pas pour autant une fête légale.


        • xantrius 26 avril 2012 00:26

          En 1941, dans le cadre de la Révolution nationale voulue par le maréchal Philippe Pétain, le régime de Vichy désigne le 1er mai officiellement comme la  »Fête du Travail et de la Concorde nationale" avec="avec" la="la"> L’églantine rouge(1), associée à la gauche, est remplacée par le muguet(2).

          (1) L’églantier est bien connu des enfants sous le nom de gratte-cul qu’on le jette dans le cou des filles. Les scynorhodon, base d’une tisane très populaire dans toute l’Europe centrale, est astringent, diurétique, riche en vitamines A, BI, B2 et, surtout, C.

          (2) Le muguet est classé parmi les plantes à haute toxicité. L’ingestion provoque des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, des diarrhées. Ensuite surviennent les troubles du rythme cardiaque accompagnés d’une accélération de la respiration. La mort est provoquée par arrêt cardiaque.


          • Acid World Acid World 26 avril 2012 09:09

            Merci pour pour ce rappel d’histoire.


            Les travailleurs sont une force, les rentiers sont un coût. Et quand bien même il y a des abus sur les aides sociales en France, il ne faut pas oublier que les banques sont devenues les premières assistées de la planètes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès