Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le camp socialiste se précise contre DADVSI

Le camp socialiste se précise contre DADVSI

Avec le renoncement de Lionel Jospin, puis de Jack Lang, à la candidature socialiste aux élections présidentielles, le projet de licence globale ou de vision alternative au projet de loi DADVSI se précise. Les trois candidats déclarés restants sont ceux qui se sont le plus prononcé contre la répression et pour une rémunération forfaitaire de la musique sur Internet.

Encore officiellement retiré de la vie politique pendant les débats sur le projet de loi relatif au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information (DADVSI), Lionel Jospin ne s’est jamais prononcé sur sa vision du droit d’auteur à l’heure du peer-to-peer. Toutefois, lorsqu’il était encore premier ministre de la France, M. Jospin avait nommé Catherine Tasca ministre de la Culture, laquelle avait signé la directive européenne sur le droit d’auteur, la fameuse directive EUCD. Les prises de position de l’actuelle sénatrice lors de la lecture du texte au Parlement n’ont pas caché l’adoption de principe du camp jospinien aux grands traits de la loi DADVSI et de la directive européenne. Le renoncement de Lionel Jospin à la présidentielle de 2007 a ainsi refermé une première porte jusque-là ouverte sur une vision passéiste du droit d’auteur.

Il restait cependant en course Jack Lang. Ancien ministre de la culture et très populaire chez les jeunes, qui le voient danser à la Gay Pride, Jack Lang était celui qui, en 1985, avait fait adopter la rémunération pour copie privée. Ce qui est vu aujourd’hui comme un acte moderne en faveur de la copie privée répondait à l’époque au souhait des lobbies culturels d’être rémunérés pour des copies analogiques sur lesquelles ils n’avaient aucun contrôle, et qui ne généraient pourtant qu’un préjudice très restreint. Avec l’avènement du numérique, la copie privée a changé de visage pour devenir plus menaçante, et les lobbies culturels ont changé de discours. Jack Lang, resté très proche du monde de l’industrie musicale et cinématographique, a tenté de cacher pendant les débats son soutien à la loi DADVSI. Mais nul ne s’y est trompé. Alors qu’il était le mieux placé pour défendre la copie privée, le député socialiste ne s’est pas présenté une seule fois dans l’hémicycle pour défendre sa loi contre celle de Renaud Donnedieu de Vabres. Au contraire, il fut, avec la secrétaire à la culture Anne Hidalgo, au centre du mouvement de quasi-trahison interne qui a vu des cadres socialistes se lever en fronde contre l’amendement en faveur de la licence globale qu’avaient fait adopter leurs propres députés Christian Paul, Patrick Bloche et Didier Mathus, un soir de décembre 2006.

Ségolène Royal, DSK et Laurent Fabius sont dans un bateau. DADVSI tombe à l’eau ?

Depuis 15 heures mardi, Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius sont
les trois seuls candidats à l’investiture socialiste. Les conséquences pour le droit d’auteur sur Internet pourraient être bénéfiques. Tous appuient plus ou moins ouvertement la licence globale, ou souhaitent s’en inspirer.

Dominique Strauss-Kahn, l’économiste du parti, s’est prononcé dans une tribune contre toute répression des internautes, et en faveur d’un modèle de rémunération de la création culturelle. "Il ne faut pas s’opposer aux nouveaux usages de l’Internet, et notamment le P2P", écrivait-il sur Libération. Pour lui, la licence globale pose de nombreuses questions, mais surtout elle ne peut exister que si elle est obligatoire (et non optionnelle, comme elle fut présentée). Il encourageait alors les siens à réfléchir à une troisième voie, curieuse et bâtarde, qui semblait en février manquer de réalisme et de réflexion. Sans doute l’ancien ministre de l’économie pourrait-il bénéficier d’une lecture plus approfondie du sujet, et se laisser convaincre par une vision moins floue que celle qu’il exprimait au lendemain des fêtes de fin d’année. Sur son site de campagne, DSK n’a pas encore formulé de propositions quant à la politique culturelle qu’il entend mener.

Ségolène Royal, actuelle favorite des sondages, a quant à elle été claire dans son soutien à la licence globale. "Le numérique et le P2P sont une chance et non, comme certains le disent, une catastrophe", affirmait la présidente de la région Poitou-Charentes en mai dernier. Elle défendait alors l’idée d’une mixité de modes de rémunération, parmi lesquels une part de "revenus mutualisés", "qu’il s’agisse de la redevance pour copie privée, ou de la création, pour les échanges gratuits entre personnes, d’un système de licence globale forfaitaire". Il ne saurait être question, disait-elle, "de maintenir artificiellement des modèles économiques dépassés par l’évolution technique", et donc "de maintenir un cadre légal en décalage complet avec le progrès technologique et les aspirations manifestes du public".

Enfin, de son côté, Laurent Fabius n’a pas eu le courage de trancher la question jusque-là. Cet été, il faisait de DADVSI, sur son blog, l’un des premiers thèmes de la campagne qu’il lançait sur Internet. La loi DADVSI "ne protège pas tant les auteurs que certains groupes de l’industrie culturelle et informatique. Elle renforce les intermédiaires, et non les créateurs", affirmait-il alors. "La multiplication des échanges doit être encouragée", affirme celui qui était premier ministre lors de la loi Lang de 1985. La licence globale "avait apparemment l’attrait de la simplicité mais présentait des inconvénients réels. Le débat doit se poursuivre", estimait-il sans prendre réelle position, de peur sans doute de lever l’hostilité des lobbies culturels avec lesquels le Parti socialiste a nourri des liens d’intimité depuis de longues décennies. Toutefois, c’est ici-même sur Ratiatum que cinq députés parmi lesquels Didier Mathus ont publié une tribune qui défendait une licence globale "pragmatique, moderne et progressiste". Les cinq députés étaient des proches de Laurent Fabius.

Ainsi les présidentiables socialistes proches de la vision du droit d’auteur exprimée dans le projet de loi DADVSI sont tous aujourd’hui écartés, au profit de trois candidats qui, eux, ont manifesté explicitement leur volonté de trouver un modèle alternatif respectueux des échanges culturels, entre autres sur les réseaux P2P. Ce seront eux qui devront maintenant préciser le projet socialiste, jusque-là très consensuel et timide sur la question du droit d’auteur à l’ère numérique. Isolée sur ce dossier, l’UMP est désormais le seul parti politique dont les représentants continuent à encourager une vision basée sur la protection des contenus par des DRM eux-mêmes protégés par une loi répressive, contre le P2P et les échanges d’oeuvres, et qui n’accorde aux internautes que le droit de respecter à la lettre les instructions des industries culturelles.

Dans une élection qui s’annonce extrêmement serrée, quel poids la révision du projet de loi DADVSI peut-elle avoir sur les intentions de vote ? Moins peut-être, qu’une vision axée plus largement sur la déconcentration des pouvoirs médiatiques et culturels. La remise des insignes de chevalier de l’Ordre national du mérite à la lobbyiste de Vivendi, au nom notamment de son investissement dans le projet de loi DADVSI, a montré, s’il le fallait encore, le lien étroit entre le gouvernement et les plus grands lobbies industriels, dans la conception des lois qui touchent le plus directement les citoyens français. En plaçant François Bayrou (UDF) en tête dans un récent sondage, les internautes français semblent avoir salué, au contraire, un candidat qui s’est ouvertement opposé au cours des derniers mois aux lobbies médiatiques et industriels, au risque de se fâcher avec le premier média de France, TF1.

Si, comme on le dit, les élections de 2007 se joueront sur des visions fortes de l’avenir de la France, alors les garanties d’indépendance du législateur face aux pouvoirs des lobbies aura sans aucun doute une place de choix dans les débats.


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (82 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 4 octobre 2006 12:54

    Les promesses du PS n’engagent que ceux qui y croient. Mais il faut quand même en prendre acte et lui rappeller le jour venu. Au cas où.


  • SilenT BoB SilenT BoB 4 octobre 2006 11:33

    Mon cher Demian je vois que vous êtes toujours ardent défenseur de cette loi idiote et liberticide, c’est très bien.

    J’aime beaucoup la fin de votre texte Guillaume, réduire l’influence des lobbys sur nos politiques, grand projet mais comment y parvenir quand on connait le pouvoir de nuisance de nos élus qui une fois au pouvoir n’agissent plus pour le peuple mais pour d’autres bien moins nombreux mais bien plus « interessants ». La seule solution consisterait à limiter le pouvoir de nos députés et de l’Etat en Général, face à cet baisse de pouvoir législatif, de pouvoir de nuisance et de pouvoir liberticide, que feront les entreprises qui faisaient du lobbying ces dernières années ? Elles feraient leur travail correctement, elles travailleraient pour gagner des parts de marché et séduire de plus en plus les français.

    Mais bon, comme je pense rêver, le pauver petit libéral attroce affameur et assoifé de pognon que je suis s’en retourne tranquilement à ses affaires. Et dire que le lbéralisme est une invention française, qu’a l’époque il était considéré plutôt à gauche, ah la la....


    • space_cowboy (---.---.97.140) 4 octobre 2006 11:55

      Même si je ne suis pas un libéral, je ne pense pas non plus que les libéraux sont des assoiffés de pognon. Ils défendent une organisation de la société qui n’est certes pas la mienne, mais bon on peut se tromper... et dans les deux sens d’ailleurs !

      Bref en bon contrelibéral, plutôt qu’antilibéral que je suis, je ne peux pas accepter le « tous pourris » dont vous parlez. C’est surement plus dans le sens de la droite nationale qui détestent les libéraux plus que dans le sens du libéralisme.

      Je pense que le libéralisme devrait mieux communiquer et arrêter de taper sur tout ce qui bouge afin de se donner un paraître plus avenant !

      Le libéralisme était bien une valeur de gauche puisque tout ce qui libère l’individu devrait être considérer de gauche. Il s’est perverti en clamant des valeurs catatstrophique pour lui et en pronant l’insécurité des personnes alors qu’il aurait du jouer sur les deux tableaux et on aurait ptêtre eu rocard en 88 plutôt qu’une fois miterrand. Comme c’est triste !


    • Anthony Meilland Anthony Meilland 4 octobre 2006 13:00

      Silent Bob, tu est bien naïf !

      Penses-tu vraiment qu’avec moins d’Etat, il y aurait moins de corruption, et que les entreprises vont faire leur travail correctement, pour le plus grand bien des consommateurs ?

      Je pense plutôt qu’elles s’organiseront en trust pour nous Sod..... bien fort.

      Mieux vaut être dirigé par des politiciens plus ou moins véreux (plutôt moins pour la plupart de nos députés de base) que par l’Omni Cartel des Produits. smiley

      PS : Petite question de praticité. Comment attribuer les marchés publics (Infracstructure de transport, Défense...) ? Ton affaiblissement de l’Etat passe-t-il par la supression de l’Armée, de la Police, des Pompiers, de la Direction des Equipements... ? (Je ne cite pas l’Education Nationale parce que je suppose que tu es contre smiley)


    • SilenT BoB SilenT BoB 4 octobre 2006 16:30

      Allez c’est reparti ! La concurrence doit être sans entente sur les prix, ceci doit être puni sévèrement, très sévèrement.Les trusts les libéraux n’en veulent pas du tout, donc là encore tu démontres que ta connaissance du libéralisme est limitée.

      Les fonctions régaliennes de l’Etat doivent être assurées de la meilleure des manières (ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui)donc police et défénse, être libéral, une fois encore je le dis, ce n’est pas être contre les impôts. Il en faut pour justement permettre à l’Etat de pratiquer ses fonctions régaliennes. je vais te soummettre un texte de Bastiat qui peut-être te fera comprendre le point de vue libéral. mais avant je tiens à préciser que l’école privée pourrait très bien réussir bien mieux que la public, l’education nationale étant rétrograde, passeiste, anti-changement, et le label syndicat pourri inside ne serait pas toujours de trop.

      voici le texte de Bastiat que je te conseille de lire il est limpide : http://www.panarchy.org/bastiat/nevoitpas.1850.html#Anchor-II-11481

      la partie que je te conseille de lire s’appelle le licenciement, si tu veux tu peux lire les autres ce n’est pas interdit, en général on comprend mieux après lu ce genre de choses.


    • SilenT BoB SilenT BoB 4 octobre 2006 11:46

      hi hi hi Demian,

      Vous pensez enfin que cette loi est liberticide ? je suis curieux de connaître votre nouvel avis, pas pour me moquer, au contraire, je ne suis pas de ceux-la, mais pour comprendre pourquoi et vers quoi elle a évolué, je pense que cela doit être interessant car vous étiez défenseur de cette loi il y a de cela quelques mois.

      Quant au passage sur le libéralisme, je persiste et signe, brider le pouvoir législatif à des sujets bien particuliers permettrait de ne plus voir les entreprises faire du lobbying auprès de nos politques. Point de vue libéral bien sûr, vive Bastiat.


      • SilenT BoB SilenT BoB 4 octobre 2006 11:59

        Demian,

        Je souhaite simplement connaître votre avis sur la question, uen fois de plus je ne suis pas un troll(n’roll ? ok elle est nulle), mais bon si c’est vraiment trop compliqué pour mon petit QI ok.


        • Forest Ent Forest Ent 4 octobre 2006 13:00

          Tout cela est très vrai. Dans la mesure où l’on fait confiance au marché pour se restructurer tout seul, on obtiendra sans doute effectivement un système encore moins juste et efficace que le précédent. Une intervention étatique honnête serait nécessaire pour que cela reparte sur de bons rails.

          Nous fîmes ce que nous pûmes pour appeller à un compromis acceptable par artistes et clients. Nous fûmes mal reçus et moqués, et ce sont les majors qui ont fait les choix. Nous ne recommencerons pas.

          Nous ne porterons plus assistance aux artistes en danger. Les dés roulent. Nous regardons.


        • Prêtresse Prêtresse 4 octobre 2006 13:25

          « Parfois, celui qui aide aliene-t’-il aussi ».

          C’est une belle astuce pour les caméléons tyranniques.

          — -


        • Forest Ent Forest Ent 4 octobre 2006 23:49

          @ Demian

          « Peut-être l’erreur fut-elle de vouloir aider les artistes qui tiennent à leur fierté qui est un moteur puissant de leur création. »

          J’étais sûr que ce serait de ma faute. Je vous redis ce que je vous ai dit avant le vote de la DADVSI : « les opposants à la DADVSI étaient les seuls encore motivés par la défense des droits des artistes, les autres s’en moquaient ».

          A l’époque, je défendais encore la licence globale obligatoire. C’est bien fini maintenant, car je ne vois que trop ce que les majors en feraient. E-coeu-ré.

          Donc vive la DADVSI, vivent les majors, vivent les DRM, vive l’avenir radieux des plate-forme payantes, vivent les logiciels propriétaires.

          Et vivent les artistes. smiley


        • Nicolas (---.---.235.241) 4 octobre 2006 14:11

          Article très interessant, cher Guillaume.

          Une mise en garde toutefois : vous parlez des promesses socialistes avec la même ferveur que ceux qui votaient Chirac pour réduire « la fracture sociale ».

          Les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

          La licence globale n’est pas pour tout de suite, je le crains.


          • Philippe Aigrain (---.---.32.39) 4 octobre 2006 14:44

            L’article contient une affirmation qui peut être trompeuse en ce qui concerne la position exprimée par Dominique Strauss-Kahn. Si celui-ci a bien pris parti contre la répression, la solution qu’il a esquissée n’est en rien forfaitaire et repose sur un facturation certes agrégée par le fournisseur d’accès mais bel et bien unitaire (micro-paiement entraînant une micro-décision) avec tout ce que cela suppose de coûts de transaction absurdes et de contrôles intrusifs. Mais tout le monde peut un jour changer d’avis ... même dans le bon sens.

            Philippe Aigrain


            • (---.---.162.15) 4 octobre 2006 14:48

              Mais arrêtez de nous bassiner avec votre « licence globale », techniquement impossible à mettre en place de façon juste, c’est une taxe pour les gros lobbies (Adami etc.) qui touchent déjà les taxes sur les CD et DVD vierges.

              Et le comble c’est que vous croyez échapper aux lobbies !!!

              Ce qu’il faut, c’est revoir le droit d’auteur et autoriser les copies non lucratives sur Internet.

              Am.


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 octobre 2006 16:56

                techniquement impossible ... et pourquoi donc ? si impossible que les grandes majors américaines faisant acte de réalisme ont décidé de passer au mode diffussion gratuit de leur catalogue, moyennant la publicité ... Pour votre gouverne ce que vous appellez les gros lobbies (Adami) societé civile composée et dirigeé par les artistes même redistribuent ces « taxes » comme vous dites à leurs ayants droits, qu’un quart de ces sommes va en soutien à la création artistique. L’année dernière l’Adami a distribué 13 millions d’euros, grâce à la copie privée, qui sont allés soutenir le spectacle vivant, le disque, la danse etc ... Il faudrait arrêter la désinformation et être un peu plus précis.

                Bien à vous. smiley


              • philippe (---.---.3.30) 4 octobre 2006 14:58

                La DADVSI est tout et n’importe quoi (surtout n’importe quoi), sauf un acte de libéralisme.

                Elle sert surtout en l’état à tenter de protéger quelques monopoles privés, ce qui ne me semble guère dans l’esprit du libéralisme.

                Pour ce qui est de son avenir et de l’avenir de la création musicale en France, cela me paraît mal parti.

                En effet, l’dée que les DRM nuisent au commerce des oeuvres musicales fait son chemin. Cette idée a été avancée par le pdg de Yahoo, elle est mise en pratique sur emusic et par un groupe comme King Crimson, par exemple. D’autre part, si la license globale a été sabordée par ce gouvernement, le concept, bien qu’altéré, revient par la petite porte du e-commerce sous la forme d’un forfait autorisant un téléchargement illimité ........

                Donc DADVSI va sombrer rapidement, mais ce qui me chagrine, c’est que l’exception Française que l’on prétendait défendre avec risque fort de sombrer aussi !


                • FURAX (---.---.228.110) 4 octobre 2006 15:13

                  Bah, les salauds de gauche tirent sur les salauds de droite , c’est comme cela depuis la nuit des temps. smiley cette gauche en france est vraiment pitoyable... surtout au regard de leurs (in)actions passées smiley ils feraient mieux de pas trop la ramener... smiley


                  • (---.---.139.77) 4 octobre 2006 16:04

                    Gauche, droite : à l’eau.

                    Dadvsi, licence globale : allo, il y a de la merde dans le tuyau !

                    Non, oublié, Dadvsi c’est bien fini. Vous aurez droit a un petit correctif dans quelques jours, mais rien de méchant.

                    Un internaut vient de se faire condamné, pour une affaire qui remonte à 2003 : 2000 € pour deux fichiers en partage, plus 8000 € (prévisions) en dommages et intérêts !

                    Oublier aussi, la licence globale. Elle n’a pas d’autre avenir que de nourrir les majors et leurs paradis fiscaux.

                    Faites tout pour libérer le web, sinon votre vie sera de plus en plus triste.

                    Elle l’est déjà assez comme cela, non ? Vous en voulez plus ? Pas de problèmes, la deuxième couche est en préparation !

                    Vous allez aimer ! pas de nuances ! la 3D de la connerie ! RDDV : le grand retour, du mec qui n’est jamais parti !

                    Philgri


                    • jesus (---.---.233.8) 4 octobre 2006 21:06

                      royal direct live , revenir a un travail au merite et a une education au merite , niveler la france vers le haut . Chouette apres avoir fait l’inverse pendant les années mitterand , ils ont enfin compris a gauche qu’ils avait eu tord , mais alors il vont faire une politique de droite de l’avant mai 68 ... Enfin apres avoir tout casse ils se proclament capable de tout reconstruire , et bien , la demagogie fait führer chez les staliniens , mais la france est elle vraiment cassée , peu être tout simplement un peu trop aux mains de fonctionnaires irresponsables et arrivistes de gauche comme de droite . Lang en faisait son mot d’ordre « le bac pour tous » , « la cultu’e pou’ tous » surtout pour les p’tites n’enfants sans defenses ,FORMIDAAABLE.

                      Fini le bac gratos , les bts brades , les deugs devalorises dans des facs sans livres hormis ceux inflige par les commissaires de la nomenklatura socialiste .. a quand le coran a la sorbone pour lobotomisations collective ....

                       smiley

                       smiley smiley smiley


                      • (---.---.9.116) 4 octobre 2006 23:02

                        Je suis d’accord avec Jesus, il est temps de relire les évangiles de Saint Thomas ! smiley DSK : « Il ne faut pas s’opposer aux nouveaux usages de l’Internet, et notamment le P2P » Erreur ! il a prononcé le mot P2P, pourquoi ? a-t-il déjà des plans à ce sujet ? ces élèves de Dauphine l’aurait-ils inspiré ? les traîtres ! Le P2P permettait à notre génération d’avoir une avance sur la leur, alors que nous n’avions pas les moyens de financer notre auto. Le P2P c’est un peu notre liberté de circulation à nous, sans avoir à payer la Taxe, la gabelle et autres impôts moyenageux.

                        Royal (c’est le cas de le dire smiley ) : « ...s’agisse de la redevance pour copie privée » Ce que la droite n’a pas pu faire passer, c’est la gauche qui va le faire en nous ouvrant le gosier pour l’imposer, à savoir la redevance sur les PC (sans mauvais jeu de mot ! smiley) à lala langue de bois, langue de bois quand tu nous tient !

                        « Il ne saurait être question, disait-elle, »de maintenir artificiellement des modèles économiques dépassés par l’évolution technique" en plus, elle est vicieuse, si vous ne payez pas, on vous coupe la ligne, c’est tellement plus facile que d’arracher l’antenne.

                        «  »Ainsi les présidentiables socialistes proches de la vision du droit d’auteur exprimée dans le projet de loi DADVSI sont tous aujourd’hui écartés, au profit de trois candidats qui, eux, ont manifesté explicitement leur volonté de trouver un modèle alternatif respectueux des échanges culturels, entre autres sur les réseaux P2P«  » Tu serais pas carté toi ? Tu a l’air d’ignoré que Fabius est candidat est qu’il est le petit copain de qui ? Billou eh ! oui ! le grand Billou (alias Mr Creusoft) est un pote de Fabius ! donc un ennemi du monde libre ! smiley


                        • Prêtresse Prêtresse 5 octobre 2006 10:42

                          Vilain petit diable spéculateur.

                          — -


                        • freduche (---.---.32.64) 5 octobre 2006 08:28

                          Vous cherchez tous à encourager l’innovation,la création, l’originalité ? N’est ce pas ?

                          Dans ce cas, que pouvez vous attendre d’un système (la licence globale) qui permettra un écoulement uniforme et monotone d’oeuvres réalisées au moindre effort vers des consommateurs passifs ...

                          Comment les recettes de cette licence globale seront-elles distribuées entre les artistes ? Au nombre de téléchargements - dirigés immédiatement vers le repertoire poubelle ? Au nombre de clics de satisfaction sur leur icone ?

                          Réfléchissez ... vous perdrez là, la dernière occasion de dire ça j’aime et je voudrais que ça continue ... et d’avoir une petite chance d’être entendus.

                          Au fait, pourquoi passer votre temps à essayer de tuer les Universal et autres (alors que la licence globale les encouragera dans leur médiocrité)... Arrétez de chercher à contourner les DRMs et à promouvoir par la même occasion leurs produits.

                          Et dépensez votre énergie à promouvoir les artistes que vous avez dénichés sur Internet et qui partagent leur travail et leur création pour quelques euros, ou pour rien du tout. Encouragez les à continuer et à se passer de ces intermédiaires qui n’apportent rien. C’est là que se trouve le vrai potentiel d’Internet : augmenter encore vos possibilités de choix, au lieu de standardiser !!!


                          • luc solal (---.---.12.205) 5 octobre 2006 18:56

                            je regrette un peu dans votre article pour tout dire un manque de... lecture. J’ai fait l’effort de lire ce que propose les uns et les autres. Hidalgo soutient DSK. j’espère que cela n’influera pas la ligne un peu flou de ce dernier. ségolène royal n’a exprimé son intérêt pour ce sujet uniquement en indiquant qu’elle était en faveur d’une licence globale. ça n’épuise pas la thématique. A ce propos, si j’étais bien entendu en faveur de cette dernière mesure, elle me semble désormais dépassée. par exemple, quand vous allez sur www.radioblogclub.com, vous pouvez tout écouter sans payer. quand on va sur certains sites américains on peut de même tout écouter en acceptant de la pub. le modèle a bien déjà changé. le problème n’est donc plus la possession mais l’écoute. on peut tout écouter quant on le veut sans posseder l’oeuvre. vos soirées par exemple n’ont déjà plus besoin de disques et même plus de fichiers téléchargés mais simplement d’une connexion haut débit. dès lors, j’attends des candidats socialistes qu’ils nous donnent une vision large non seulement sur la question des droits d’auteurs mais surtout sur les droits voisins, le logiciel libre (mon métier), les drm etc . J’ai trouvé le texte de Fabius ( http://www.2007lagauche.org/?q=node/24 ) le plus abouti. Finalement, sur cette question, si vous êtes de droite, il faut voter bayrou. si de gauche, c’est Fabius. bien à vous LS


                            • FFI (---.---.2.226) 6 octobre 2006 13:11

                              Nous savons tous que les socialistes ne sont pas des gens de libertes , juste un peu plus tendre que les communistes , mais ils arrivent a faire croire le contraire ,c’est le probleme de la masse .

                              Heureusement que internet existe pour divulguer les crimes communistes qui ont fait l’histoire , les crimes passe , present et a venir que fait l’islam en europe , maintenant ils vont essayer de museler le net , et bien la liberte prendra d’autres chemins que même les z’artistes, z’ournalistes et autres idiots utiles , d’etat , ne pourront combattre ou vouloir reduire a neant .

                              viva liberta


                              • jesus (---.---.233.8) 6 octobre 2006 23:50

                                nous le savons tous gens raisonnables que tous ces zozos ne seraient rien sans les lois mitterands , maintenant ils y ont cru et croient avoir des capacites , ils y sont pour rien ils ont ete abuse et ne pourront ou ne voudront s’en rendre compte . Les plus adaptables s’en sortiront les autres feront encore croire qu’ils sont des Z’ARTISTES . Tant qu’ils ne font que de la m..... toleres ,ils ne seront pas dangereux comme des repris de justesses . Ils ne sont malgre eux que les outils d’une societe et du bien être non pas philosophique mais virtuel .

                                Ne point leur en vouloir à l’egale de leurs haines il ne faut, essayez de les eclaires dans leurs obscurites , même en vain .

                                Amen


                                • Petit 11 octobre 2006 21:56

                                  L’article est bien naïf la seule raison qui poussera/it les socialos s’ils sont élus à amender dadvsi c’est la question de l’interoperabilité. C’est à dire le vrai coeur de Dadvsi ; les monopoles industriels. L’enjeu de Dadvsi c’est les licenses de gros qu’accorde Microsoft aux fabricant de hardware, avec en challenger Apple ou même Sony.

                                  Bref si les socialos amendent c’est pour faire du protectionisme.

                                  @space_cowboy Les libéraux autoproclamés n’en sont pas forcement. Le droit d’auteur et la propriété industrielle est un exemple de barrière législative à la libre concurrence. Mais les très grosses multinationales ne sont pas à une incohérence près pour défendre leurs interêts.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès