Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le cercle des centristes disparus

Le cercle des centristes disparus

Depuis la création de l’UMP en 2002, des élus de l’ancienne UDF ont rallié l’UMP. Les uns sous la menace, les autres avec sincérité et naïveté, tous dans le cadre d’un accord simple : se plier à la discipline majoritaire d’un mouvement où les centristes sont minoritaires en échange d’un soutien politique lors des élections. Un mandat contre le silence.

En renonçant à leur liberté de parole, ces centristes ont renoncé à défendre les convictions de leurs électeurs. Elus par les électeurs de l’UMP... ils ont fini par défendre les idées des électeurs de l’UMP.

 

 

In Memoriam des ralliés de 2002

 

Pierre Méhaignerie : Ancien Ministre, ancien président de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Président de la commission des affaires sociales. Obéissant aux diktat, s’est absenté lors de la discussion à l’Assemblée nationale sur le bouclier fiscal auquel il s’est pourtant opposé dans la presse.

Philippe Douste Blazy : Ancien Ministre. C’est lui qui a fait venir le gros des députés centristes lors de la création de l’UMP. A perdu tous ses mandats. Aujourd’hui chargé de mission du Président de la République.

Renaud Dutreil : Ancien Ministre. Il est l’un des fondateurs de l’association qui a donné naissance à l’UMP. Battu aux municipales à Reims l’an dernier contre une candidate UMP. A renoncé à tous ses mandats et quitte la vie politique... aujourd’hui Président de LVMH Amérique du Nord.

Nicole Fontaine : Ancienne Ministre. Ancienne Présidente du Parlement Européen. Son dernier mandat de députée européen s’est achevé le 7 juin dernier.

Claude Birraux : Député de Haute Savoie depuis 1978. Il l’est toujours. Aucune prise de position politique significative depuis son ralliement (et à vrai dire avant non plus). Vote sans sourciller des lois telles que la loi Hadopi, les déficits budgétaires ou la nomination par l’exécutif des présidents du service audiovisuel public. A l’occasion d’une engueulade publique par Bernard Accoyer, s’est vu imposé comme suppléant militant UMP de 22 ans. Ne choisit même pas son propre suppléant.

Hervé de Charrette : ancien Président des Clubs Perspectives et réalités. Toujours député mais n’intervient plus dans le débat public.

Alain Madelin : une des chevilles ouvrière de la campagne de Jacques Chirac. Pas vraiment centriste... mais ancien membre de l’UDF. Ancien Ministre de l’Economie et des Finances. A renoncé à se présenter aux dernières législatives. Nommé Président du Fonds mondial de solidarité numérique.

Jean Pierre Raffarin : Ancien Premier Ministre. Battu par un ancien RPR aux élections pour la Présidence du Sénat. Continue de prouver sa soumission en proposant récemment l’élection du Président de la République en un seul tour. Ne participe au débat public que pour flatter les désideratas présidentiels.

Alain Lambert : Ancien Président de la commission des finances. Aujourd’hui Vice Président du Sénat. Ses idées ne sont jamais reprises. Désigné tête de liste UMP pour les régionales, Alain Lambert est sûr de perdre le second tour dans la trappe à 30% de l’UMP.

Dominique Paillé : Ancien député, ancien directeur de campagne de Francois Bayrou. Il rejoint l’UMP en 2002. Il est battu aux municipales en décembre 2002, aux législatives en juin 2007, aux sénatoriales en septembre 2008. Parachuté pour représenter les Français de l’étranger avec le soutien de Sarkozy et de l’UMP il obtient seulement 16 voix sur 151 votants. Conseiller politique de Sarkozy il publie un livre contre Bayrou « les habits neufs des faux centristes : arnaque ou imposture ? » qui s’est vendu à moins de 500 exemplaires.

In memoriam des ralliés de 2004

Alain Lamassoure : Ancien Ministre. Député Européen. Il vient de justesse de garder son investiture pour les élections européennes. Sarkozy lui a finalement accordé une investiture aux européennes pour s’assurer de l’élimination de tous les partisans d’Alain Juppé en région aquitaine. Intervient au Parlement Européen mais plus dans le débat public français.

In memoriam des ralliés de 2006

Gilles de Robien : Ancien Ministre, directeur de campagne de François Bayrou aux présidentielles de 2002. Battu aux élections municipales à Amiens en mars 2008, il finit sont engagement politique par une démission de son mandat de conseiller municipal d’opposition. Retour à la vie civile.

André Santini : Ancien Ministre. Secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique - le saviez-vous ? Contraint de choisir Frédéric Lefebvre, collaborateur personnel de Sarkozy, comme suppléant aux législatives. Nommé au Gouvernement en juin 2007 pour permettre la nomination de ce proche de Sarkozy comme député. Sorti du Gouvernement en juin 2009.

In memoriam des ralliés de 2007

Hervé Morin  : Ancien Président du groupe UDF à l’Assemblée nationale. Ministre de la Défense. Simple collaborateur de Fillon, lui-même simple collaborateur de Sarkozy. Avec une poignée de députés dont la majorité n’a pas besoin, Hervé Morin n’influence aucune des décisions qu’il doit soutenir. Faute du soutien d’un groupe Parlementaire nécessaire à la majorité, il ne participe pas au pouvoir mais se contente d’exécuter les décisions du Président UMP.

Valérie Létard : Sénatrice. Secrétaire d’Etat en charge de la solidarité. Idem que Morin.

In memoriam des ralliés de 2008

Jean Arthuis : Ancien Ministre. A renoncé depuis plusieurs années à défendre le principe moral de l’équilibre des comptes publics en échange d’une Présidence de la commission des finances du Sénat.

Une pensée pour Michel Mercier qui a renoncé à sa liberté de parole en rejoignant le Gouvernement. Il perdra bientôt le soutien des électeurs qui l’ont élu, et disparaitra ensuite de la vie politique nationale.

L’ouverture serait une bonne chose s’il s’agissait d’une ouverture à des idées. Elle est dérisoire lorsqu’elle se limite à des individus. L’ouverture serait une bonne chose si elle avait pour objet de faire avancer le pays, elle est dérisoire lorsqu’elle a pour but de déstabiliser un mouvement politique.

Le débat public français s’est appauvri. Il y a moins d’élus pour représenter la voix de la modération et du bon sens au delà des idéologies. Moins d’élus centristes capables d’écouter les autres quelques soient leurs "camps".

Pourtant l’électorat centriste reste là, toujours aussi nombreux. Il revient aux centristes de continuer de convaincre de nouveaux électeurs afin que leur voix libre revienne dans le débat public.

 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 juillet 2009 10:18

    à l’auteur

    « Article » d’un brave petit soldat de Bayrou...


    • Antoine Vielliard (Saint-Julien-en-Genevois) Antoine Vielliard 8 juillet 2009 11:04

      Bonjour,

      Detrompez vous.. au MODEM le vocable de centriste a ete change en democrate. Comme souvent les mots expriment aussi des pensees. La pensee etant que le centriste se definit par rapport aux autres alors que le democrate se definit par rapport aux electeurs qu’il sert et a une conception des institutions. Personnellement j’aime bien les deux.

      Je participe a la construction du Mouvement Democrate parce que dans le debat public c’est la seule voix centriste libre - degagees des interets personnels. Et que la seule raison pour laquelle je pense que ca vaut la peine de participer au debat public c’est d’exprimer des convictions.. et pas des consignes.

      Sur le fond, avez vous des remarques ou des reactions ? Quel est votre avis ? Quel est votre analyse a vous ? Que pensez vous ? Est-ce que les faits sont faux ou errones ?

      Cordialement,

      Antoine Vielliard


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 juillet 2009 11:21

        à Antoine Vielliard

        « au MODEM le vocable de centriste a ete change en democrate ».

        Devant cette affirmation, j’ai tendance à me demander si le centrisme (d’où vient le MoDem) était démocrate...

        « Est-ce que les faits sont faux ou erronés ? »

        Entre « faux » et « erronés », je dois dire que j’hésite fichtrement...


      • Antoine Vielliard (Saint-Julien-en-Genevois) Antoine Vielliard 8 juillet 2009 11:30

        Les lecteurs d’Agoravox devront se priver de votre point de vue elabore et construit sur les faits qui sont mis en avant. Il devront se contenter d’un jugement personnel sur l’auteur. Tiens tiens... voila qui ressemble beaucoup au debat politique francais dans lequel on juge les personnes « camp contre camp » plutot que leurs propos.

        Il devront se contenter de votre texte republie 4 fois sur Agoravox.

        Cordialement,

        Antoine Vielliard


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 juillet 2009 11:54

          à Antoine Vielliard

          Au vu de votre façon d’utiliser le fil de discussion, je ne sais si vous vous adressez vraiment à moi. Mais, comme par ailleurs, je suis, pour l’instant, le seul autre intervenant, j’en déduis que oui. Passons...

          "Les lecteurs d’Agoravox devront se priver de votre point de vue elabore et construit sur les faits qui sont mis en avant. Il devront se contenter d’un jugement personnel sur l’auteur« .

          Je n’ai porté aucun jugement personnel sur vous.

           »Il devront se contenter de votre texte republie 4 fois sur Agoravox".

          Je suppose que vous faites allusion à un texte composé de deux courriels adressés à Bayrou. Dans l’affirmative, vous êtes dans l’erreur : il a été republié bien plus de 4 fois.

          M’invitez-vous à le publier en commentaire de votre article ?


        • airlane 8 juillet 2009 12:04

          ...« L’ouverture serait une bonne chose s’il s’agissait d’une ouverture à des idées. Elle est dérisoire lorsqu’elle se limite à des individus. L’ouverture serait une bonne chose si elle avait pour objet de faire avancer le pays, elle est dérisoire lorsqu’elle a pour but de déstabiliser un mouvement politique. »...

          Sarkozy sait très bien ce qu’il fait :

          http://www.leparisien.fr/politique/sarkozy-vante-l-ouverture-et-chirac-08-07-2009-573373.php


          • Voltaire Voltaire 8 juillet 2009 15:22

            L’article n’est pas inintéressant, mais il aurait mérité une analyse plus détaillée des raisons qui sont à l’origine de ce cimetière de centristes, plutôt qu’une simple liste de disparus. Dans l’absolu, les personnes ne sont pas importantes, si ce n’est que par leur exemple. Ce qui est plus intéressant, ce sont les raisons qui expliquent l’impossibilité de ce centrisme là (tel que défendu par ces ombres de centristes). Elles sont à la fois liées à l’archaïsme idéologique du centrisme des années 80, qui ne s’est pas adapté à la réalité sociologique actuelle, et bien sûr à l’impossibilité de demeurer indépendant lorsqu’un parti ne peut plus choisir ses alliés. Les exemples des différents partis radicaux le démontre clairement, de même qu’à contrario, la résurgence des verts ou du PC/PG est lié à leur récente listes autonomes.
            Enfin, il ne faut pas oublier l’effet pervers de la professionalisation des politiques en France, qui fait perdre à de nombreux élus toute autonomie, quand leur revenus et leur carrière dépend étroitement des accords politiques forcés (l’effacement du parlement en est l’exemple le plus flagrant). 


            • laelia laelia 8 juillet 2009 21:16

              Article que j’ai lu avec intérêt... car j’en avais oublié certains, qui effectivement sont devenus invisibles. Ils pensent comme... donc ils ne pensent plus.. et ne « sont » plus.

              Bien Voltaire, l’analyse.


              • Emile Red Emile Red 9 juillet 2009 09:25

                Seul problème de cet article, il aurait avant tout été judicieux de rappeler l’historique de l’UDF qui n’a de centriste que le nom mais dont les composantes sont issues de divers mouvements parfois plus à droite que l’extrème droite ou plus libéraux que le gouvernement actuel.

                L’UDF a été longtemps le refuge de sous-marins dont la stratégie première était d’investir les rouages de l’état, et beaucoup y sont parvenus, preuve en est la kyrielle d’ex-occident, entre autres, tous arrivés aux fonctions majeures sans jamais renier leur passé extrémiste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès