Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le collaborateur Fillon résiste à la faillite

Le collaborateur Fillon résiste à la faillite

Le chef de l’Etat français, sa guitare, ses Ray Ban et sa grande chanteuse, ne séduisent plus. Son Premier ministre, austère, rigoureux, aussi jovial qu’une pluie d’automne, François Fillon, profite de cette faillite pour exister enfin. A gauche, on reprend espoir. Tout passe, tout lasse.

On le pressentait depuis quelques jours déjà, c’est arrivé : les courbes de Nicolas Sarkozy et de François Fillon se sont croisées. Descendante pour le président, ascendante pour son premier collaborateur de ministre. Un collaborateur plus résistant que prévu, donc, on le savait déjà, mais qui s’avère désormais plus populaire que son maître. Est-ce Fillon qui progresse ou Sarkozy qui dégringole ? Un peu des deux mes généraux. Ce qui est pratiquement acquis, c’est que l’opulence présidentielle n’emballe plus la ménagère de moins de 50 ans qui semble y préférer la mine triste et le cheveu dépressif du chef du gouvernement. Un François Fillon enfin requinqué, si l’on peut dire. Un Fillon déjà très en verve devant la presse, dans un exercice d’improvisation assez humoristique qu’on ne lui soupçonnait pas jusqu’ici : « Puisque vous n’avez pas eu le temps de ciseler vos questions, je vais me les poser moi-même », et le Premier ministre de s’auto-interviewer, à la Ardisson, sans lunettes noires. Fillon apparaissait d’un coup d’un seul plus détendu, ouvert, disponible que jamais. Depuis hier, ce n’est plus une impression, mais une évidence : le gris corbeau de Matignon s’est mué en légère hirondelle en vue, qui sait, d’un printemps de feu pour Sarkozy ?

Mais pas de triomphalisme chez le collaborateur : « Vous ne glisserez pas une feuille de papier à cigarettes entre le président et moi." Plutôt un triomphe modeste "Les sondages vous savez, ça va, ça vient. Je refuse cette tenaille" qui est le lot des modestes et des satisfaits, modeste satisfait qui admet cependant surgir d’un long tunnel : "Je ne les commentais pas lorsque j’étais au fond du trou. Ce n’est pas maintenant que j’en sors... » Où l’on apprend donc que Fillon, homme « sans ego » comme il se définit lui-même était « au fond du trou » face à un hyper président trop rapide, trop riche, trop sexy pour lui. "Nicolas et moi avons appris à travailler côte à côte. Il y a eu des efforts réciproques" (...)"Nicolas et moi sommes totalement sur la même longueur d’onde", claironne désormais l’ex-triste sire devenu prince plus charmeur que le prince charmant. Et l’on devine sans peine dans ces propos ce zeste de condescendance qui devrait énerver grandement le compagnon de Carla. Incontestablement, Fillon jubile, à sa façon : à demi-mots, sans effusion, toujours « plan-plan », comme dirait Devedjian.

Hier, dimanche, un des rares à réagir à la chute libre de Sarkozy fut donc ce cher Patrick Devedjian, qui assurait dans Le JDD préférer un président « bling bling » à un président « plan plan ». "Dix mois avec Nicolas Sarkozy, c’est tonitruant, dix ans avec François Hollande à la tête du PS, c’est un effondrement" (...)"Les gens ne retiennent que les images du luxe. C’est plus facile et amusant de regarder les photographies d’un couple heureux que l’argumentaire juridique et austère de la réforme du contrat de travail." Certes, mais la faute à qui ? Un peu plus loin, Devedjian reconnaît que la « transparence » a « des effets pervers », avant de lancer une remarque qui peut laisser pantois les plus fervents admirateurs inconditionnels de Nicolas Sarkozy : "Après une phase people, on va en revenir aux fondamentaux, c’est-à-dire à l’action politique" Cette remarque est « tonitruante ». Elle signifie que le président a passé les huit premiers mois de son mandat à amuser la galerie (des glaces), ni plus ni moins. Et que désormais, enfin, on va faire de la politique. Fini de s’amuser donc, pour l’Elysée et ses amis, les choses sérieuses commencent : Devedjian aurait voulu donner du grain à moudre à la gauche qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

A gauche justement, on revit... un peu. François Hollande ose à peine se montrer heureux : "Il y a un trou d’air de l’exécutif, et que l’on ne nous fasse pas croire que, parce que François Fillon serait plus haut (dans les sondages) que Nicolas Sarkozy, l’un compenserait l’autre. Non !" Comme chez Fillon, l’enthousiasme, la joie de vivre, le débordement n’est pas dans le genre de François Hollande. D’un François à l’autre, les déboires de Sarkozy ne prêtent pas à jouissance. Juste devine-t-on un début d’érection, mais rien de plus. L’un (Fillon) ne peut décemment hurler sa joie de contempler son chef se vautrer, et l’autre (Hollande) ne peut oublier que son propre parti est en miettes : « Ce n’est pas parce qu’il y a un trou d’air du gouvernement que le Parti socialiste va s’envoler. Il faut que lui-même mérite la confiance des électeurs. » a cru bon de préciser le toujours premier secrétaire d’un PS encore en désordre qui n’arrive pas à se débarrasser ni de Royal ni de DSK, ce dernier venu même de Washington narguer ses anciens amis sans oublier de les critiquer. Un « invité surprise » qui n’a pas détendu l’atmosphère dans un parti de plus en plus déserté par ses militants. Donc Hollande se réjouit, mais du bout du sourire, sans trop oser encore crier victoire, en espérant quand même que les municipales amplifieront le « trou d’air » et verront se tasser un peu plus l’UMP et son Duce de Neuilly.

Mais au fait, pourquoi Sarkozy ne plaît-il plus ? Devedjian y a répondu, mais on peut développer : si le côté people peut occuper un temps l’espace, Sarkozy aurait dû comprendre que les Français ne sont pas que des veaux. Alors, des lunettes, une guitare, des vacances, un yacht, des livres, des rumeurs, un mariage, un enfant, c’est très beau, mais quid du pouvoir d’achat, de l’emploi, de la croissance, des quartiers ? Le Français moyen est comme le panier moyen : en baisse, déprimé, percé. La confiance n’est pas là, et les heures supplémentaires n’excitent personne. Logiquement, du coup, ceux qu’on sonde accordent leurs votes à un homme qui leur ressemble, avec son air abattu, son sourire timide et ses cernes de soucis : François Fillon a bien l’air de tôt se lever. Il est le parfait second d’un bateau qui coule : la faillite, le voilà.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 21 janvier 2008 09:32

    Quand la logique du TSS ne méne nul part,cela donne ce type d’article anti-sarkozy primaire.

    Il est sur que la gauche a un travail de reconstruction intellectuel d’un discours et d’idées progressistes à faire,car en l’absence réelle d’opposition crédible ,c’est le champ libre à la démagogie et à l’extrèmisme.

    Ce matin dans le journal le "Parisien",Claude Allègre dit des choses justes sur Nicolas Sarkozy et d’ex-socialistes ,qui ne se reconnaissent plus dans le PS,considèrent Nicolas Sarkozy comme un grand Président

    Vous parlez de faillite pour qui ???? l’actuelle direction du PC,du PS,des verts,du MODEM ??????

    Vous vision réactionnaire tirant vers la haine d’un homme ,vous amenes écrire ce type d’articles populistes

    Pauvre malheureux,encore 4 ans et peut etre 9 ans !

     

     

     


    • Nemo 21 janvier 2008 10:09

      Une fois encore, Lerma, vous voyez du TSS là où il n’y en a pas.

      Même si c’est dur à comprendre pour un mono-neuronal tel que vous, Lilian ne fait que retranscrire la simple réalité.

      Je pense que plus encore que la simple fatigue - réelle - vis-à-vis du people, il y a plus fondamentalement la réalité de la Vème République, de la politique elle-même en général, qui le rattrape.

      Le principe d’un Premier Ministre, c’est de s’en prendre plein la gueule à la place du Président, en assurant la politique quotidienne. Le Président assure quant à lui la continuité de l’Etat, la défense des intérêts supérieurs de la Nation. Le Premier Ministre est là pour protéger le Président.

      Nicolas Sarkozy, en se mettant de lui-même en avant, a supprimé ce fusible, enlevé ce gilet pare-balle. Il l’avait dit, il le voulait - être en première ligne.

      Il y est et en subit et les avantages, et les inconvénients. Tout simplement.


    • Castor 21 janvier 2008 12:19

      A celui qui est de permanence  :

      ce serait pas des fois le moment d’appeler le technico pour le générateur L.E.R.M.A. ?

      A tout le bureau  :

      vu qu’on a enregistré plein de nouveaux adhérents et donc plein de cotisations, on pourrait pas investir dans le générateur seconde génération (çui qui fait correcteur d’orthographe et qui a un module "pertinence" intégré) ?


    • biztoback 21 janvier 2008 12:42

      Lerma confond la France et Sarkozy je crois.

      Ma foi, c’est une belle preuve de son amour pour lui.


    • breizhnana 21 janvier 2008 17:35

       Lerma, on lit même plus... c’est comme les serviettes en papier, on moinsse sans déplier...


    • morice morice 21 janvier 2008 09:49

      Le président ne plais plus aux VIEUX qui l’ont élu. Doit-on en conclure que Lerma est éternellement jeune ? Si Allègre disait des choses justes, les glaciers ne fonderaient pas...


      • toubakouta 21 janvier 2008 11:02

        Si ma tante en avait on l’appelerai tonton... une telle démonstration laisse sans voix Momo smiley


      • Castor 21 janvier 2008 11:15

        c’est quoi comme verbe, fonder ?


      • Soleil2B Soleil2B 21 janvier 2008 11:42

        Pas "fonder" !

        Fonderer !


      • Le péripate Le péripate 21 janvier 2008 10:04

        Quelle tristesse que le style de Lerma, qui prends de plein fouet la comparaison avec celui vif et élégant de Lilian.

        Il y a donc un motif d’espoir pour le PS, c’est d’être débarrassé de quelques uns de ces doctrinaires hargneux présent à toutes les réunions, le doigt toujours sur la couture du pantalon.

        Merci Monsieur Sarkozy de nous avoir pris Lerma !


        • Nemo 21 janvier 2008 10:11

          Il y aura, à mon sens, un espoir pour le PS le jour où ses militants porteront DSK à leur tête. En dehors de lui, pas de salut. Ou il faudra une génération politique de plus.


        • Djanel 21 janvier 2008 23:11

          Plus un aprés mon passage, en baisse de 1 point. Ce qui est regrettable dans les votes c’est que l’on se dispense de justifier son jugement. La parresse et la lâcheté seront bientôt deux vertus incontournable sur AV.

          Pas le temps d’en dire plus.


        • maxim maxim 21 janvier 2008 10:35

          ah,y’a pas que les vieux ....y’en a certes ,mais ,je me compte dans les vieux au fait ? 66 piges cette année ...disons senior à point ......

          alors,les vieux et les moins jeunes n’ont pas voté pour Monsieur Sarkosy,mais parce qu’il était le candidat opposable à la gauche ayant le plus de chances d’être élu ....

          les plus jeunes auront peut être choisi la personne ,mais les plus aguerris ,une politique !

          je l’avais déjà évoqué ,nous avons un bulletin de vote pour 2012 ,il reste au président et son gouvernement ,4 ans et 4 mois pour mettre en route ce qui a été promis ,j’éspère que ce n’était pas de paroles en l’air ,n’oublions pas que c’était un vote populaire ,le plus impitoyable lorsqu’il est berné ,il y avait dans l’électorat des votants venus des extrèmes ,voix aussi respectables que les autres ,il ne faudra pas décevoir ....

          c’est clair,l’électorat populaire ne veut plus entendre parler de la gauche au pouvoir ....

          Mr Sarkosy donne un ton nouveau à sa fonction ....certes ,ça en a surpris plus d’un, mais si c’est le moyen pour réussir ? pourquoi pas ? ( je mets de côté la surmédiatisation concernant la vie privée de Sarkosy ),je parle de l’ouverture ....

          mais je répète ,nous attendons ces résultats au tournant ,il est interdit de se planter à nos dirigeants ,nous avons un retard énorme à rattraper vis a vis des autres pays industrialisés ....

          la seule chose que je demande à nos dirigeants ,au boulot ! ,d’ailleurs le chef du gouvernement dans notre constitution,c’est bien le 1er ministre ? alors une deuxieme fois ,au boulot Messieurs Dames !

           


          • maxim maxim 21 janvier 2008 10:46

            @ Lerma ...

            qui que vous soyez ,j’avais pris votre défense en ce qui concerne la liberté d’expression ,je conserve cette position ,mais par pitié,ne me décevez pas ,ne me discréditez pas non plus ....

            je ne sais pas exactement ce que vous défendez ,étant donne que vous n’avez jamais réellement défini vos opinions ,tant par moment elle étaient contradictoires ....

            mais ,de grâce ,essayez au moins autre chose ,creusez un peu ce que vous allez écrire ,on vous prendrait plus au sérieux ,à moins que ce ne soit qu’un divertissement pour vous ,alors dites le franchement !

            j’attends votre réponse !


          • Battement d’elle 21 janvier 2008 18:09

            @ maxim

            Quand on a un gourou....on essaie de ne pas égratigner son nom !

            sarkozy....avec un Z comme Z...  !!!!!!!!!

             


          • impertinent3 impertinent 21 janvier 2008 18:50

            Avec un Z, comme Zorglub ? Assez bien vu !


          • koton 21 janvier 2008 19:20

            heil BULGROZ !!!euh...heil ZORGLUB !!!navré mais je ne maitrise plus la zorg’langue.


          • maxim maxim 21 janvier 2008 19:45

            @ Battement d’elle...

            un gourou ? comme vous y allez ! plutôt un commis à qui on a confié une mission pour un temps donné ...

            la preuve ,j’écorche son patronyme...involontairement d’ailleurs ....

            j’allais parler de kangourou ,rapport à sa vie privée ,mais ne mélangeons pas les genres .


          • morice morice 21 janvier 2008 10:38

            DSK séduit par les sirènes d’un haut salaire et pris dans les filets Sarkoziens, merci, fort peu pour moi.


            • morice morice 21 janvier 2008 10:41

              "Mr Sarkosy donne un ton nouveau à sa fonction" je ne savais pas que saltimbanque était une fonction....


            • maxim maxim 21 janvier 2008 11:00

               

              excellent comme Job saltimbanque ....dans la plaine ,les baladins,s’éloignent le long des jardins / devant l’huis des auberges grises ,par les villages sans église / et les enfants s’en vont devant,les autre suivent en rêvant / chaque arbre fruitier se résigne ,lorsque de loin ils lui font signe / ils ont des poids ronds et carrés ,des tambours des cerceaux dorés / l’ours et le singe animaux sages ,quêtent des sous sur leur passage .....

              je m’en souviens encore ,des saltimbanques d’Appolinaire ....

              vos potes socialos ,Morice ,eux ce serait plutôt les saltimbranques !!!!


            • snoopy86 21 janvier 2008 11:04

              Salut maxim

              Et puis, saltimbanque réussi, c’est mieux que pisse-copie raté...


            • Castor 21 janvier 2008 11:36

              Ouais...

              Et au PS, ils font équilibriste, y’en a qui tombent à droite, d’autres à gauche, selon le vent...

              ou alors, y’en a aussi qui font prestidigitateur, genre tu le vois tu le vois plus mon programme...

              Dites, ce serait pas des fois un peu le cirque chez nos élites ?


            • haddock 21 janvier 2008 10:49

              saltimbanque c ’est bien voir Charles Spencer Chaplin et des milliers d’ autres

               

              sale vieux branque moins


              • Vincent 21 janvier 2008 11:01

                J’ai la furieuse impression que notre président, nous a agité sa vie privée durant les premiers mois de son mandat, histoire de nous faire oublier les municipales, nous sommes déjà mi janvier et celles-ci ne passionnent pas encore les foules.

                L’UMPS, veut rendre ses éléctions nationale, à l’image du référundum concernant le TCE, il s’agit selon moi d’une erreur qui risque fort d’être saignante pour l’UMP est ses candidats investis.

                Ils nous disent qu’après ils vont se mettre à bosser, en gros ils ont fait passer les réforme les moins méchantes pour l’instant.

                A la suite de la défaite ou des resultats mitigés de l’UMP, nous assisterons sans doute à un remaniement ministériel, et là, la nouvelle équipe qui n’aura plus d’échéance électorale à court terme taillera dans le gras et plus dans la délicatesse.

                Déjà qu’en ce moment leurs actions ne sont pas bien fines, il y a beaucoup d’annonces mais peu de réalisations dans les faits, je crains donc le pire pour le printemps.

                 


                • haddock 21 janvier 2008 11:19
                  Quelques noms célèbres et compagnies renommées

                  Cirque : Knie • Cirque du Soleil • Zingaro • ..

                  Danse (ballets) : Béjart Ballet Lausanne • Ballet Cullberg • Opéra national de Paris • San Francisco Ballet • ..

                  Danse contemporaine : Merce Cunningham • William Forsythe • Pina Bausch • Angelin Preljocaj ..

                  Marionnettes : : aiA • Délit de façade • Théâtre aux mains nues • Théâtre du rêve • Théâtre sans toit • ..

                  Théâtre : Comédie-Française • Théâtre du Soleil • et un éventail des plus larges, de Robert Hossein à Claude Régy • en passant par le café-théâtre et le théâtre dit "de boulevard".

                  Théâtre de rue : Royal de Luxe • Délit de façade • Jolie Môme • Théâtre Rouge • Théâtre de la Chimère


                  • haddock 21 janvier 2008 11:20

                    Je soupsonne Gasty d’ avoir inventé le générateur Morice , un tel mec existe pas dans la réalité .

                     

                    Bravo Gasty trop fort !


                  • ZEN ZEN 21 janvier 2008 11:24

                    Sale temps pour Lerma !...

                    Même les libéraux : Jacques Marseille,etc...sont en train de lâcher notre HP..Tout était donc possible...

                     

                    http://www.marianne2.fr/Tout-arrive- !-La-preuve-Le-Point-lache-Sarko- !_a82975.html


                      • ZEN ZEN 21 janvier 2008 11:27

                        Pas de chance : lisez la une de Marianne aujourd’hui...


                      • ZEN ZEN 21 janvier 2008 12:04

                        C’est ça, Calmos, puisque tu ne sais pas lire...

                         

                        Tout arrive ! La preuve ? Le Point lâche Sarko !
                        Titres en une, chroniqueurs, angles des dossiers… L’hebdomadaire de Franz Olivier Gisbert reprendrait-il du poil de la bête face à un Président de plus en plus décrié ?

                         

                         
                         
                        Raté ! C’est bel et bien Sylvie Pierre-Brossolette, rédactrice en chef du service politique du Point qui a tenu la plume de ces quelques lignes assassines. Au milieu du numéro 1844 qui titrait sur Sarkozy «  L’acrobate », on aurait pu croire à un moment d’égarement, à un lâché de nerf occasionnel.
                        Dans le même numéro la charge de BHL contre son « ami » Sarkozy sur le thème de la laïcité a été d’une violence telle que Marianne2 l’a repris cette semaine.
                         
                         
                        Le numéro 1845, paru mercredi 16 janvier, contredisait cette intuition : avec une question aussi frontale que « Le sarkozysme est-il une monarchie ? » en une, le magazine de Franz Olivier-Gisbert s’aligne dans la critique sur Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération  ! Page après page, les chroniqueurs vident leur sac :

                        -Patrick Besson, page 13, aligne les conseils au Président « en vue de ses noces avec Mademoiselle Bruni » comme « éloigner votre fils aîné de votre nouveau couple » ou bien « un bouquet de fleur à Laurent Fabius serait fairplay » !

                        -Christophe Ono-Dit-Biot, page 35, introduit les bonnes feuilles de la « Chronique du règne de Nicolas Ier », satyrique description de l’ère Sarkozy à la manière du Saint-Simon Grand siècle où Georges-Marc Benamou est élevé au rang de petit Marquis et Rachida Dati fait baronne aux dents longues


                        - Le Président est qualifié « d’usurpateur » par Max Gallo, dans sa chronique en page 40. Dénonçant la Cour de pacotille qu’il a réuni autour de sa personne, l’historien pousse la colère jusqu’à citer l’hebdomadaire altermondialiste Politis  !


                        - Même le très libéral Nicolas Baverez délie la langue pour piquer Sarkozy : « on peut faire à peur près tout avec une civilisation, sauf une politique ! », attaque-t-il avant de plaider pour une modernisation effective de la France et non pas pour « une politique de civilisation chimérique ».


                        - Dernier artilleur, Jacques Marseille s’en prend au nouvel indicateur de développement préconisé par le Président pour se substituer au PIB. Soulignant « une démarche de bon sens » mais qui se heurte notamment à la multiplicité des mesures qui mettent la France bien bas dans les classements internationaux d’épanouissement individuel. « Travailler plus pour gagner plus, un slogan désuet datant manifestement du siècle dernier », balaye Jacques Marseille avant de suggérer un « travailler autant » ou même « travailler moins » mais un « vivre mieux »… slogan traditionnel des partisans de la décroissance !
                         
                        Le Point va-t-il changer de rive ? N’exagérons rien : la désaffection populaire pour le Président, son image de moins en moins flatteuse pour la droite et une saturation des effets d’annonce peuvent expliquer la nouvelle réserve d’un hebdomadaire qui continue de défendre des valeurs sensiblement conservatrices. S’éloigner d’un Président que tout le monde lâche pour conserver un lectorat de plus en plus sceptique, c’est ce qui s’appelle voler au secours de la victoire. Ce changement de pieds permet en tout cas à Franz-Olivier Giesbert de se moquer de Christophe Barbier, le directeur de la rédaction de l’Express, qui accuse Le Point d’être un journal sarkozyste. Sarkozyste Le Point ? la bonne blague, peut ricaner FOG…

                        Qui mettre en avant désormais comme figure du « positivisme » libéral et réformateur ? Allez, un pari : sous peu, François Fillon, sacré grand sauveur de la droite libérale, fera la une du Point.

                         

                        Lundi 21 Janvier 2008 - 00:13
                        Sylvain Lapoix
                        Lu 6927 fois

                         

                         

                        Vos réactions

                      • Niamastrachno Niamastrachno 21 janvier 2008 12:21

                        Joli tir Zen, effectivement en me promenant à Bastilles ce WE, je suis tombé né à né avec une belle et bien grande affiche du Point : tableau type XVIII siècle - le roi et la cour faisant allégeance à coté d’une toute petite de Biba dédiée à Carla Bruni, raaahhh ça fait du bien !!!

                        Ca s’appelle un backdraft, tout le monde parle de monarchie, les journalistes se font les échos de la pensée du moment, alors tout ce ptit univers va lacher son sac pendant une semaine ou deux... mais ça m’étonnerait que ça aille plus loin. A moins, à moins que NS ne refasse son numéro sur la religion...

                        Calmos, m’est avis que tu ne sois clairvoyant que quand ça t’arrange... Devidjian et consors commencent eux-mêmes à rire sous cape...


                      • ZEN ZEN 21 janvier 2008 13:05

                        Les ultalibéraux se rendent compte qu’ils ont misé sur le mauvais cheval..

                        Ceci expliquerait l’énervement de certains à bout d’arguments et qui ne savent plus répondre que par le moinssage systématique. Je comprends leur irritation...

                        Plutôt bon signe...


                      • ZEN ZEN 21 janvier 2008 17:27

                        @ Calmos

                         

                        Non, c’est Devedjian qui va être content....


                      • ZEN ZEN 22 janvier 2008 07:56

                        @ Calmos

                         

                        Pas de veine. Je ne suis pas pro-ségo !...


                      • chris11 21 janvier 2008 19:38

                        Bien vu , Sarko n’est qu’un cancre qui a réussi à se faire élire en copiant les idées autres , qu’elles soient de l’extreme droite à la gauche classique.

                        Bon , il a pas osé piquer à l’extreme gauche parce ce que ses riches copains l’auraient lâché ,sinon ....... ;°)))


                      • Imhotep Imhotep 21 janvier 2008 12:17

                         On a déjà entendu dire les menteurs communicants nous dires que Sarko avait été le mieux élus de la Vé puis que le taux de participation des élections 2007 était le plus élevé de la Vé, toujours mensonges, voici donc pour que les choses soient nettes les derniers sondages du mois de janvier suivant les élections des autres présidents, tous avec le même institut Sofres :

                         

                        cote de confiance

                         

                        janvier 75 Giscard +52

                         

                        janvier 82 mitterrand +59 -32

                         

                        janvier 89 mitterrand +60 - 36

                         

                        janvier 96 chirac +35 -63

                         

                        janvier 03 chirac + 52 -45

                         

                        janvier 08 sarkozy +49 -48

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès