Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le congrès 2012 de l’UMP : la désarkozysation (1/3)

Le congrès 2012 de l’UMP : la désarkozysation (1/3)

La bataille de l’UMP fait rage. Copé versus Fillon. Habituée aux rivalités de personnes, la droite retrouve sa tradition querelleuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’un clivage idéologique. Il s’agit surtout de configurer le paysage politique français pour les cinq voire les dix prochaines années. Première partie.

Le dimanche 18 novembre 2012 aura lieu l’un des événements cruciaux du quinquennat de François Hollande, à savoir l’élection, par ses adhérents, du nouveau président de l’UMP. Fait "historique" dont il s’agit de bien mesurer l’ampleur puisque des changements de leadership à droite ne sont finalement pas si fréquents que cela dans la vie de la Ve République et pèsent pendant longtemps sur l’avenir politique. Le dernier changement remonte à huit ans quand Nicolas Sarkozy a succédé à Alain Juppé à la présidence de l’UMP.


Chirac aux commandes pendant 30 ans !

En effet, le leadership de Jacques Chirac sur le grand parti gouvernemental positionné à droite et au centre droit, que ce soit l’UDR, le RPR ou l’UMP, fut quasiment incontesté de décembre 1974 à mai 2005 (soit plus de trente ans !). Bien sûr, il y a eu quand même des contestations, des guerres intestines, des grosses rivalités parfois fatales contre Valéry Giscard d’Estaing (il en eut fini en mai 1981) et contre Édouard Balladur (1993-1995), aussi quelques petites querelles contre Philippe Séguin, Charles Pasqua et plus récemment, Nicolas Sarkozy (de 1998 à 2005), mais globalement, il a réussi à surnager d’un siècle à l’autre sans perdre ni sa légitimité politique ni sa stature et en dominant parfois avec arrogance majorité ou opposition selon les cas.

Plus dur fut de lui trouver un successeur et les rivalités minaient déjà le RPR, entre Alain Juppé et Philippe Séguin (cause de la défaite du 1er juin 1997), puis entre Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin (de mai 2002 à mai 2012). Finalement, c’est sans l’onction ni l’autorisation du leader ni de son dauphin présumé que Nicolas Sarkozy s’est emparé de l’UMP le 28 novembre 2004. Sa conquête n’avait rien d’imprévisible et dès mai 2002 voire dès 1999 (l’élection de Michèle Alliot-Marie à la présidence du RPR), cette succession était imaginable.


L’héritage de Sarkozy

Bien qu’élu Président de la République, Nicolas Sarkozy resta tacitement président de l’UMP (ce qui a choqué dans l'esprit de nos institutions) au contraire de Jacques Chirac qui laissa à son Premier Ministre Alain Juppé le soin de présider le RPR en 1995. Plus précisément, la fonction de président de l’UMP fut mise entre parenthèses pour le temps du quinquennat. Le "patron" opérationnel en devenait le secrétaire général, poste laissé d’abord à Patrick Devedjian le 22 mai 2007, puis, à Xavier Bertrand le 8 décembre 2008, puis, enfin, à Jean-François Copé le 17 novembre 2010.

Ce dernier avait bien compris que la légitimité au sein de l’UMP passait par ce poste stratégique : au contact avec tous les militants, les fédérations départementales, les investitures aux élections locales, après avoir présidé le groupe UMP à l’Assemblée Nationale et avoir tissé pendant trois ans et demi des fidélités amicales chez les parlementaires. Pendant quelques années, la rivalité a porté sur ces seconds couteaux, entre Xavier Bertrand et Jean-François Copé. Xavier Bertrand a finalement renoncé le 16 septembre 2012 à la bataille de l’UMP, se justifiant par la volonté d’être candidat à la candidature présidentielle en 2016.

Héritier récalcitrant, c’est un peu le rôle qu’avait adopté Jean-François Copé pendant ce dernier quinquennat vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, le même que ce dernier vis-à-vis de Jacques Chirac pendant le quinquennat précédent. Indépendance, ambition, mais malgré tout, loyauté apparente. Équilibre fragile. Après tout, Jacques Chirac avait agi pareillement vis-à-vis de Valéry Giscard d’Estaing entre 1976 et 1981.

L’échec de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle du 6 mai 2012 remettait logiquement à plat toute l’organisation interne de l’UMP. Cela fait huit ans que l’UMP avait le même leader, une UMP initialement fondée pour accompagner Alain Juppé jusqu’à l’Élysée…


Différences entre 2002 au PS et 2012 à l’UMP

Les nombreuses ambitions qui pouvaient s’exprimer bien avant 2012 au sein de l’UMP auraient pu aboutir à une sorte de statu quo, comme au PS en 2002 après l’échec brutal de Lionel Jospin. À ceci près qu’il n’y avait pas de François Hollande de service. Au PS, la règle était à celui qui n’exprimerait pas le premier son ambition présidentielle, considérant que le premier serait "mort", ce qui est une erreur dans la conquête du pouvoir puisque en général, c’est le premier et celui qui crie le plus fort qui obtient gain de cause (Nicolas Sarkozy a martelé sa candidature de 2007 dès 2002 et Jean-François Copé l’a imité très rapidement, dès 2007, pour parler de 2017, pour que cela devienne une "évidence" et que ce soit "naturel"). Au PS, tous les éléphants classiques (et Dominique Strauss-Kahn avait un boulevard à l’époque) se sont fait prendre de vitesse par une candidate imprévue (et imprévisible), Ségolène Royal.

Autre différence entre l’UMP et le PS, c’est qu’au PS, depuis sa création le 11 juillet 1969, il y a des "courants" qui sont à la fois des ailes idéologiques mais aussi des écuries présidentielles. À ceux-ci, il faudrait d’ailleurs ajouter les candidatures à la primaire de 2011. À l’UMP, les choses sont un peu différentes. Initialement, lorsque ce mouvement rassemblant le RPR et une partie de l’UDF fut créé en 2002, il était aussi question de faire des "courants" mais la tradition monolithique des gaullistes l’a emporté d’autant plus facilement que celui qui était initialement contre le principe de l’UMP l’a conquise deux ans plus tard.

Maintenant, en 2012, la situation change : Jean-François Copé, au contraire, a mis en place des "mouvements" ("courants" en langage UMP) pour bénéficier du soutien actif de Jean-Pierre Raffarin. Inversement, François Fillon est peu partisan de ces "mouvements" car pour lui, ce ne sont pas des vecteurs de diversité mais des futures causes de division, et l’exemple du PS est là pour le prouver. Mais Jean-François Copé a réussi pour l’instant à déconnecter les "mouvements" des écuries présidentielles puisque la motion, par exemple, soutenu par Jean-Pierre Raffarin est soutenue à la fois par des copéistes et des fillonistes.


Le couperet des 8 000 parrainages

Le 18 septembre 2012, la première étape a été franchie : il s’agissait de recueillir 7 924 parrainages d’adhérents à jour de cotisation au 30 juin 2012 pour pouvoir se présenter à l’élection prévue deux mois plus tard. Ce sont les "petits" candidats qui auraient subi les conséquences de cette très forte contrainte : Nathalie Koscisko-Morizet, Bruno Le Maire, Henri Guaino, Christian Estrosi, Dominique Dord et Xavier Bertrand ont dû renoncer faute de parrainages suffisants ou faute de soutien dans les sondages (la plupart de ces ex-candidats ont d’ailleurs revendiqué avoir recueilli assez de parrainages ou presque assez). En effet, rien n’est vraiment sûr dans leurs affirmations et peut-être leur faible audience leur permettait de quitter cette compétition sur la pointe des pieds avec le moins de déshonneur possible.

Donc, comme prévu, il n’y aura que deux candidats pour la présidence de l’UMP : l’ancien Premier Ministre François Fillon et le secrétaire général sortant Jean-François Copé. Comme ce fut envisagé depuis la fin 2010, mais finalement, on aurait pu le prévoir dès la fin 2007. Les deux personnalités sont des "animaux politiques" (comme on dit), des personnes qui se sont engagées très jeunes et qui ont pris très rapidement des responsabilités.

Petite suspicion émise par Jean-Claude Gaudin lui-même, très bon connaisseur des affaires politiques et qui s’est étonné de la forte proportion de parrainages de part et d’autres. En comptabilisant tous les parrainages, y compris ceux des petites candidatures avortées, on peut facilement arriver à …près de cent dix mille parrainages pour un parti qui doit compter dans les cent quatre-vingt mille adhérents, ce qui reviendrait à dire qu’il y aurait eu dans les 60% de mobilisation pour non pas voter mais parrainer, ce qui est un acte fort d’engagement. La participation du 18 novembre 2012 sera donc un indicateur intéressant de la véracité de ces parrainages, car s’il s’avérait qu’il y ait plus de parrainages émis que de votes exprimés, cela poserait un gros problème sur la sincérité de cette compétition (tout comme l’élection de Martine Aubry comme première secrétaire du PS le 25 novembre 2008).


Préfiguration du paysage de 2017

Contrairement à ce que soutient surtout Jean-François Copé, et c’est pourquoi ce choix est historique, l’élection interne du 18 novembre 2012 ne désigne pas le gestionnaire d’un parti politique d’opposition pendant trois ans : elle désigne celui qui sera le chef de l’opposition à François Hollande, et, par ricochet, celui qui sera le mieux placé, le plus "naturel", pour se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

Contrairement aussi à ce que certains aimeraient affirmer, la bataille Fillon-Copé n’est pas une bataille idéologique, pas plus que ne l’était la bataille Chirac-Balladur. Car il n’y a rien, sur le fond, qui sépare les deux hommes, pas même sur la sécurité ou sur les positions vis-à-vis du Front national, puisque François Fillon a choisi pour directeur de campagne Éric Ciotti, le député de Nice membre de la Droite populaire.

D’ailleurs, les soutiens aux deux candidats sont très peu clivants idéologiquement puisque qu’il y a de tout chez les deux. L’ultra-sarkozysme se retrouve à la fois chez François Fillon avec Claude Guéant, Christian Estrosi, Charles Pasqua, et chez Jean-François Copé avec Brice Hortefeux, Henri Guaino. Le chiraquisme et les positions modérées plus proches du centre sont également répartis, chez François Fillon avec François Baroin, Valérie Pécresse, Jean Léonetti, et chez Jean-François Copé avec Jean-Pierre Raffarin, Jean-Claude Gaudin, Dominique de Villepin. Une petite parenthèse à propos de Dominique de Villepin : il a connu Jean-François Copé au budget et porte-parole du gouvernement tandis qu’un différent s’est établi entre lui et François Fillon lors de sa nomination à Matignon le 31 mai 2005 (François Fillon a été exclu du gouvernement et s’est "jeté dans les bras" de Nicolas Sarkozy).


L’autre enjeu du congrès du 18 novembre 2012

Au-delà de la présidence de l’UMP, un autre enjeu très important est la répartition des votes sur les différentes motions soutenant les "mouvements". Il est fort probable que cette première existence de ces courants détermine également la direction de l’UMP pour les années à venir.

Six "motions" (terme exact : "déclarations de principe") ont ainsi été validées (parrainées par au moins dix parlementaires) pour ce congrès :

"France moderne et humaniste" qui regroupe essentiellement des anciens UDF, sous la houlette de Jean-Pierre Raffarin, Luc Chatel et Jean Léonetti (on y retrouve Christophe Béchu, Claude Goasguen, Olivier Dassault, Dominique Bussereau, Marc Laffineur, Marc-Philippe Daubresse, Alain Lamassoure, Hervé Mariton, Hubert Falco, Franck Riester, Philippe Nachbar, Arnaud Robinet etc.) et qui a pour ambition d’arriver en tête des motions.

"La Boîte à idée, la motion anti-divisions" qui est déposée par Bruno Le Maire avec notamment Hervé Gaymard, Benoist Apparu, Gilles Carrez, Édouard Philippe et Thierry Solère.

"La Droite forte – Génération France forte 2017" qui est issue des jeunes de l’UMP, Geoffroy Didier et Guillaume Peltier avec entre autres Édouard Courtial, Philippe Briand, Alain Moyne-Bressand, Brice Hortefeux et Alain Marleix.

"La Droite populaire" qui est chapeautée par Thierry Mariani et soutenue notamment par Lionnel Luca, Philippe Marini, Alain Marsaud et Patrick Labaune.

"La Droite sociale" de Laurent Wauquiez (épaulé aussi par Valérie Boyer, Bernard Debré, François Grosdidier, Pierre Hérisson, David Douillet, François Vannson…).

"La Gaullisme, une voie d’avenir pour la France" déposée par Michèle Alliot-Marie, Patrick Ollier, Henri Guaino, Roger Karoutchi et soutenue notamment par Gérard Larcher, Bernard Accoyer, Serge Dassault, Serge Grouard, Claude Greff, Philippe Leroy, Jacques Legendre, Catherine Vautrin).


Dans l’article suivant, je ferai le point sur les deux candidatures (Copé et Fillon) qui seront en débat télévisé sur France 2 ce jeudi 25 octobre 2012.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 octobre 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Fillon.
Jean-François Copé.
Nicolas Sarkozy.
Jacques Chirac.
Un sérieux rival pour l’UMP ?

 yartiUMPA03


Moyenne des avis sur cet article :  1.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Pyrathome Pyrathome 24 octobre 2012 18:49

    smiley+smiley = ??
    = smiley 
    un clown chasse toujours un autre clown, mais à la fin, ils ne nous font même plus rire ces ringards....


    • xmen-classe4 xmen-classe4 24 octobre 2012 21:37

      dommage qu’il n’y est pas serge Dassault ou un bon vieux capitaine d’industrie.


      • superyeti superyeti 25 octobre 2012 02:42

        Une belle bande de fachos déguisés en démocrates, ça puire.

        Comment défendre l’indéfendable au sujet des magouilles UMPesques, voila une belle pirouette digne du cirque Bouglione.

        Je moinse comme d’hab concernant SARKOtoarison.


        • apopi apopi 25 octobre 2012 08:42

           Avant 2017 l’UMPS aura explosé en plein vol et gare aux dégâts collatéraux.

           Ah çà ira, çà ira, çà ira, les technocrates à la lanterne...


          • chmoll chmoll 25 octobre 2012 08:46

            on entend qu’eux en s’moment , c’est vrai qu’ils sont comique chico et harpo
            mais ça frise l’overdose là


            • filo... 25 octobre 2012 11:52

              @l’auteur

              Vous tenez à tout prix occuper du terrain sur AV et pour ça vous vous transformer en écrivain prolifique.

              Quel triste métier de journaliste par les temps qui cours.


              • non667 25 octobre 2012 14:16

                copé comme son coreligionnaire D.S.K.  qui à un journal juif déclarait que tout les matins il se posait la question de savoir ce qu’il pourrait faire pour Israël ? (et qui incitait tout ses coreligionnaire de faire de même ! )

                et on mettrai ça à la tête de la france ?
                on l’a échappé belle !

                quoiqu’avec sarko et flamby, les commensaux du crijf on en est pas loin !
                mais avec copé ça serait pire !



                • non667 25 octobre 2012 14:19

                   petit rappel pour la route :

                  On avait certainement bien lu le projet du B’nai B’rith de 1936.

                  Quelques extraits :

                  "Aussi longtemps que subsistera parmi les Goyim une conception morale de l’ordre social, et aussi longtemps que la foi, le patriotisme et la dignité n’auront pas été déracinés, notre règne sur le monde est impossible."

                  "L’Eglise catholique, par son travail méthodique et par ses enseignements édifiants et moraux, tiendra toujours ses enfants dans un tel état d’esprit qu’ils auront trop de respect d’eux-mêmes pour plier devant notre domination et pour fléchir devant notre futur roi d’Israël."

                  "Les Goyim qui trahissent ainsi leurs intérêts les plus précieux, doivent ignorer que ces associations sont notre œuvre et qu’elles travaillent pour nous. L’un des nombreux triomphes de la Franc-maçonnerie est que les Goyim ne soupçonnent même pas que nous nous servons d’eux pour construire leur propre prison, et qu’ils forgent les chaînes de leur propre servilité à notre égard."

                  "De nombreux pays sont entre nos mains : les Etats-Unis y sont intégralement. Mais l’Eglise est toujours vivante. Nous devons la détruire sans attendre davantage et sans la moindre pitié. La presse mondiale est sous notre contrôle. Encourageons de façon plus violente la haine contre l’Eglise catholique. Intensifions nos activités dans l’empoisonnement de la morale des Goyim. Répandons l’esprit de révolution dans le cœur des peuples.

                  Il faut les amener à mépriser le patriotisme, l’amour de leur famille, à considérer leur foi comme une fadaise, leur obéissance à l’Eglise comme une servilité dégradante de sorte qu’ils deviennent sourds à l’appel de l’Eglise et aveugles à ses cris d’alarme contre nous."

                  http://www.propagandes.info/product...

                  http://www.henrymakow.com/jewish_pe...

                  http://www.binrand.com/post/491037-...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès