Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le congrès 2012 de l’UMP : la désarkozysation (3/3)

Le congrès 2012 de l’UMP : la désarkozysation (3/3)

La bataille de l’UMP fait rage. Copé versus Fillon. Habituée aux rivalités de personnes, la droite retrouve sa tradition querelleuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’un clivage idéologique. Il s’agit surtout de configurer le paysage politique français pour les cinq voire les dix prochaines années. Troisième et dernière partie : le débat télévisé.

Comme je l’annonçais dans mon précédent article, le débat télévisé qui a opposé François Fillon à Jean-François Copé dans l’émission "Des Paroles et des actes" animé par David Pujadas ce jeudi 25 octobre 2012 a été sans précédent car c’est la première fois qu’un débat interne à une formation de droite a été projeté sur la scène nationale.


Plus un entretien de recrutement qu’un duel politique

Les deux "belligérants", comme on serait tenté de dire, ont déçu ceux qui, justement, s’attendaient à une "guerre", et en particulier les journalistes (et plus précisément David Pujadas) qui n’ont cessé, tout au cours de cette (trop longue) émission d’essayer de titiller l’un contre l’autre. Sans succès.

En ce sens, David Pujadas s’est trompé de sujet. Il ne s’agissait pas d’opposer politiquement les deux candidats à la présidence de l’UMP mais surtout, comme l’a rappelé souvent Jean-François Copé durant cette prestation, de savoir qui, des deux, serait le plus apte à s’opposer au gouvernement socialiste, à remobiliser l’UMP et à préparer les échéances municipales de mars 2014. Chacun des deux interlocuteurs a donc cherché à éviter l’expression de trop qui pourrait ensuite coller durablement sur le débat politique (comme "gauche molle" jetée par Martine Aubry sur la face de François Hollande le 12 octobre 2011). Ils ont surtout critiqué l’autre par ellipses, allusions et analogies implicites.

L’émission était longue car il y avait d’abord une double interview traditionnelle avec François Fillon puis avec Jean-François Copé, pendant trente-six minutes chacun, puis (enfin) la "confrontation" entre les deux pendant quarante-six minutes.


Match nul ?

Comme toujours, il est très difficile de savoir qui des deux a gagné ce débat et j’aurais tendance à dire "match nul" en sachant que ce n’est pas vraiment un match.

D’un point de vue dynamisme et combativité, il n’y a pas photo ; Jean-François Copé l’a largement emporté, mais d’un point de vue réflexion et capacité à rassembler, c’est François Fillon qui s’est posé en homme d’État pour le futur. L’un a dix ans de moins que l’autre mais aussi bien moins d’expérience. À l’évidence, Jean-François Copé s’exprimait exclusivement aux militants de l’UMP, largement convaincus politiquement et seuls électeurs de la bataille de la présidence de l’UMP, et François Fillon, avec plus de recul et de prudence, parlait à l’ensemble des Français dans une position d’aller convaincre des non convaincus, chose bien moins aisée.

Dans l’ensemble, les deux protagonistes ont été plutôt bons pour répondre à des questions parfois difficiles, même si François Fillon a nettement montré qu’il se bridait un peu plus que Jean-François Copé pour ne pas décevoir certains adhérents UMP (qui sont très "décomplexés" face au pouvoir socialiste).

yartiUMPB07

Alors que Jean-François Copé détournait régulièrement les questions sur ses différences avec son rival en attaquant, voire pilonnant le gouvernement socialiste (en particulier, sur l’annonce anticipée d’une décision du Conseil Constitutionnel par un Premier Ministre, fait sans précédent !), François Fillon préférait insister sur la période tragique dans laquelle la France se trouvait et sur la mauvaise direction prise par la nouvelle majorité, tout en concédant quelques mesures positives (comme la création de la banque pour l’investissement industriel ou l’action du chef de l’État au Mali).


Fuyant ou arrogant ?

Le début de l’émission fut marqué par les adjectifs qui collaient (selon un sondage) aux deux candidats, un positif et un négatif. François Fillon serait "rassembleur" mais "fuyant" tandis Jean-François Copé serait "fonceur" mais "arrogant".

yartiUMPB06

François Fillon a rejeté "fuyant" en se disant surtout "réservé" avec "certains" médias mais il n’a jamais esquivé les débats, ayant lui même mis en œuvre des réformes (celles des retraites en 2003 et 2010) malgré les manifestations dans les rues. Jean-François Copé, lui, a fait dans le classique d’un entretien de recrutement en retournant la médaille du défaut en qualité ; il a admis bien volontiers qu’il pouvait être perçu comme "arrogant" par ceux qui ne le connaissaient mais ceux qui le voyaient agir trouveraient au contraire qu’il serait "pugnace".


Un pouvoir amateur

François Fillon a beaucoup développé sur l’impréparation des socialistes à gouverner et leur croyance que l’éviction de Nicolas Sarkozy aurait pu à elle seule redonner à la France la prospérité et la croissance. La démonstration est maintenant là que c’était faux et que l’antisarkozysme n’était pas un programme de gouvernement.

L’ancien Premier Ministre a également recommandé à François Hollande de se hisser à la tête de la nation et de ne pas être seulement prisonnier du programme du candidat Hollande. En particulier, qu’il s’agissait maintenant de prendre des décisions pour l’ensemble des citoyens et pas seulement pour ce mythique et exclusif "peuple de gauche". Ainsi, dans une période de doute et de manque de confiance en l’avenir, François Hollande serait bien avisé de ne pas mettre en débat aujourd’hui des sujets qui peuvent profondément diviser la société, comme le mariage des couples homosexuels ou le droit de vote des étrangers qui remettraient inutilement en cause les bases même de la cohésion sociale.


S’opposer et militer

Jean-François Copé n’a pas hésité, quant à lui, à donner la définition du prochain président de l’UMP : être le premier opposant au pouvoir actuel et être le premier militant à être sur le terrain. Ah, le terrain, voici un thème que Jean-François Copé a répété inlassablement jusqu’à la nausée. Car lui, le député-maire de Meaux, n’a pas hésité à faire l’opposition entre les parisiens, ceux de Saint-Germain-des-Prés, et lui, qui serait au contact avec la réalité, qui serait sur le terrain, qui connaîtrait le pays réel (avec même l’audace de parler d’un jour où il avait "marché sur Paris" pour faire adopter la loi interdisant la burqa !).

Tiens, justement, si François Fillon n’a pas montré toute la dextérité verbale de son rival, il n’a jamais hésité à répondre à chaque critique implicite à son encontre. J’ai relevé ainsi un certain nombre de ripostes très convaincantes de sa part.

yartiUMPB02

Sur la burqa, justement, François Fillon a dénié le fait que ce fût Jean-François Copé l’initiateur de la loi en rappelant que c’était Nicolas Sarkozy qui l’avait demandé dans son allocution à Versailles devant le Parlement réuni en Congrès. Il a rappelé également que lors des auditions de la commission sur la laïcité présidée par Bernard Stasi, il fut le seul membre du gouvernement auditionné, en tant que Ministre des Affaires sociales, et avait alors donner sa position d’interdire la burqa à une époque où cela paraissait inopportun.

Sur la suppression des 35 heures, alors que Jean-François Copé a insisté sur le fait que c’était une mesure qu’il avait proposée en 2008 et que le gouvernement (donc François Fillon) n’avait pas voulu suivre, François Fillon a rappelé qu’il l’avait proposée dès le printemps 2002 quand il était chargé du projet présidentiel de Jacques Chirac et qu’il l’avait reproposée dans son livre paru en 2006, à savoir de ne plus instituer de durée légale du travail et de la définir uniquement par des accords d’entreprises (Jean-François Copé a proposé des accords de branches). Mais ni Jacques Chirac ni Nicolas Sarkozy n’avaient voulu l’écouter, ce dernier ayant préféré la méthode "douce" en "réhabituant" les Français au travail par les heures supplémentaires détaxées.

Sur l’Europe, François Fillon a bien dû admettre que, influencé par son mentor Philippe Séguin, il avait voté non à Maastricht en 1992, mais depuis la crise de 2008, le monde avait changé avec l’émergence de la puissance économique asiatique et il était donc nécessaire de créer un grand ensemble européen pour faire face à la mondialisation des échanges.

Sur la fidélité et la proximité à Nicolas Sarkozy, un élément déterminant si on considère que les plus de deux cent soixante mille adhérents l’ont été surtout par l’attraction de Nicolas Sarkozy depuis 2004, François Fillon a rappelé qu’il avait mis en œuvre toutes les actions du quinquennat et surtout, qu’il avait rejoint Nicolas Sarkozy en 2004 à une époque où sa candidature n’était pas encore incontestée.

Mais c’est aussi sur la question d’un éventuel retour de Nicolas Sarkozy pour l’élection présidentielle de 2017 que François Fillon a excellé : au lieu de dire, comme son contradicteur, qu’il s’effacerait automatiquement derrière Nicolas Sarkozy (soyons lucide, même s’il l’affirme, Jean-François Copé ne sera pas prêt à le faire dans la réalité, rappelons l’épisode Balladur !), François Fillon a seulement dit qu’il soutiendrait celui qui aurait le plus de chance de faire gagner son parti, ce qui pourrait être éventuellement Nicolas Sarkozy, ou Jean-François Copé, …ou lui-même, et dans ce cas, il a obligé Jean-François Copé à confirmer publiquement qu’il le soutiendrait !

Jean-François Copé, lui, a juste justifié sa conversion très tardive à la "sarkophilie" par la campagne présidentielle de 2012 où il a reçu une « leçon de vie » de la part du Président battu.

Sur l’immigration, la sécurité et la laïcité (trois thèmes qui sont hélas mis ensemble alors que ce sont des enjeux très différents), François Fillon a été bien moins bon que son rival : il a cherché mollement à prôner l’assimilation au lieu de l’intégration, constatant seulement qu’il y aurait trop d’immigrés pour les absorber dans la communauté nationale et qu’il faudrait poursuivre la politique des quotas.

Et sur ce thème, bien que plus polémique, Jean-François Copé a excellé. Car si les journalistes lui ont ressorti ses déclarations d’il y a quelques semaines sur le "pain au chocolat" violenté en période de Ramadan ou sur le "racisme anti-blanc", il a ressorti des dépêches faisant état de faits divers du même genre rarement ébruités dans les grands médias et qui exaspèrent la population.

yartiUMPB04

Jean-François Copé a surfé ainsi sur une mauvais foi difficile à bien dénoncer : d’une part, il a insisté pour dire que les médias avaient caricaturé ses propos et qu’il n’avait jamais stigmatisé les musulmans car dans ses discours, il insistait bien sur le fait que cela ne concernait qu’une infime minorité de violents qui instrumentalisaient la religion ; d’autre part, il savait très bien qu’il serait caricaturé ainsi et il le recherchait même pour rester dans l’ambiguïté et pour de pas décevoir la partie la plus à droite de son éventuel électorat.

Cette duplicité est la même que celle de Nicolas Sarkozy, avec une capacité extraordinaire à cliver pour se donner le beau rôle. Ainsi en était-il de lui et ses amis sur le terrain face aux (méchants) journalistes et aux (vils) politiciens de gauche germanopratins, comme si lui seul pouvait connaître la vérité sociale alors qu’il fait partie autant que ses détracteurs de cet "établissement" comme aimait le dire Jean-Marie Le Pen.


La question centrale des rapports UMP-FN

Justement, parlons des relations entre l’UMP et le FN. Les deux candidats ont été très clairs sur le fait qu’aucune alliance électorale n’aurait lieu entre l’UMP et le FN et que si un seul responsable UMP local en faisait, il serait automatiquement exclu. On ne pouvait pas être plus clair. Le cordon sanitaire mis en place en 1984 est donc toujours d’actualité. En revanche, il y a plus d’ambiguïté sur les justifications.

Jean-François Copé a pointé le doigt sur la duplicité du PS qui donne des leçons de morale alors que lui-même fait alliance avec le Front de gauche et des militants qui agitent le drapeau rouge et considèrent que Cuba est une grande démocratie. Il n’était donc pas question de préférer le PS au FN dans un éventuel second tour. De plus, pour Jean-François Copé, il est impossible de s’allier avec le FN car ce dernier a des positions opposées sur la construction européenne.

On voit que les convictions éthiques de François Fillon étaient nettement plus solides sur cette question. La première chose, c’est qu’il a refusé de mettre sur le même plan le FN et le PS, en disant avec beaucoup de fermeté qu’on ne pouvait pas mettre en parallèle un parti présidé encore récemment par une personne qui disait que les chambres à gaz étaient un détail de la guerre et un parti qui a accueilli en son sein Pierre Mendès France. L’évocation furtive de PMF est un véritable point fort moral face à un Jean-François Copé qui n’a fait aucune concession à la gauche.

Cette différence d’approche est essentielle : François Fillon a rejeté le FN d’abord sur le plan moral alors que Jean-François Copé uniquement d’un point de vue politique (l’Europe, et ce n’est pas convaincant puisqu’il y a des lignes sur l’Europe au sein même de la plupart des partis, sauf l’UDI). Certes, François Fillon a aussi lourdement insisté sur le programme fantaisiste et irresponsable du FN (sortie de l’euro, de l’Union Européenne, augmentation des salaires, réduction de l’âge de la retraite etc.) qui mettrait en péril la réputation de la France dans le monde, mais le point majeur de son argumentation restait l’historique antirépublicain du FN.

Concrètement, cela se traduirait cependant par la même attitude, une politique du "ni-ni" en cas de second tour FN-PS, mais François Fillon a été bien moins explicite, disant juste qu’il n’avait jamais voté pour le PS mais a quand même fait une pirouette en disant qu’il a voté une fois pour le front républicain, en 2002 pour Jacques Chirac.


Repli ou ouverture, entre militants et citoyens

Comme dit au début de cet article, les deux candidats ont donc été plutôt bons, l’un à ciblage interne (Copé), capable de mobiliser les troupes pour les prochaines échéances électorales, l’autre à ciblage externe (Fillon), distillant ses réflexions dans le but de convaincre des foules indécises dans les futures échéances.

L’un des enjeux est aussi de montrer aux électeurs du FN qu’en votant FN, ils ont fait le jeu du PS et ils ont obtenu pire que ce qu’ils auraient eu en votant UMP. La démonstration est en train de se faire en direct, avec une impasse économique, une inexistence diplomatique et une véritable inquiétude sur des révolutions sociétale.

Un observateur proposait un timide pronostic : une forte participation des adhérents de l’UMP le 18 novembre 2012 bénéficierait probablement à François Fillon. En effet, les plus engagés, les plus mobilisés, sont des militants qui trouveraient en Jean-François Copé plus d’atomes crochus car ce dernier ne s’est en fait adressé qu’à eux seuls. Mais les adhérents moins motivés, plus axés sur la réflexion politique que sur le combat sur le terrain, verraient au contraire en François Fillon le présidentiable qu’il faudrait au pays.

yartiUMPB03

Rendez-vous donc dans trois semaines pour le résultat de l’élection. Entre temps dès ce samedi 26 octobre 2012, se tiendra à Toulouse le congrès du parti socialiste qui consacrera l’élection sans triomphe du nouveau premier secrétaire, à savoir Harlem Désir, le premier président de SOS-Racisme et le premier également de cette génération à atteindre une telle responsabilité dans un parti gouvernemental. Pour une fois, c’est à l’UMP que la démocratie sincère respire. Mais peut-être aussi qu’être dans l’opposition, ce serait plus facile de ne pas caporaliser un parti ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (25 octobre 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Fillon.
Jean-François Copé.
Nicolas Sarkozy.
Jacques Chirac.
Un sérieux rival pour l’UMP ?
Deux hommes et un parti.

yartiUMPB05



Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 26 octobre 2012 09:46

    Une France sarkozoïdale

    La gauche n’est pas encore débarrassée de Sarkozy même si le retour de celui-ci serait « improbable » selon sa jolie chargée de com’. Le PS chasse les fantômes. Le dernier en date ? Le contrat de responsabilité parentale avec menace de suspension des allocations familiales. Enterré ! (« passque faut être cooool ! »)Enfin dans les faits mais il en restera quelque chose à jamais dans les têtes et le débat ne sera jamais éteint. Certains parents ont- ils un droit à l’irresponsabilité totale envers leurs enfants et la société qui les nourrit ? Mais des fantômes, il y en a qui reviennent par la fenêtre. On supprime une chose jugée trop sarkoziste et on la refait sous un autre nom avec des motifs jugés plus légitimes (l’écologie, l’ordre juste et autre bla bla trompeur). Ainsi la niche fiscale Scellier devient la niche fiscale Duflot. Ainsi, la TVA sociale devient...ah ! On ne nous l’a pas encore dit, c’est en cours. Etc.

    Mais on est loin d’être sorti de la France, non plus hexagonale mais sarkozoïdale. Le type a frappé les esprits pour longtemps.


    • Mwana Mikombo 26 octobre 2012 13:33

      @l’auteur

      Votre série de quatre articles, sur l’UDI nouvellement créée avec Jean Louis Borloo et l’UMP, nous a offre une belle promenade dans la basse-cour de la droite française. On y découvre qui est qui et qui manoeuvre quoi, les appétits d’un tel, les calculs de tel autre, leurs ambitions, leurs alliances internes. On relève la ressemblance à l’identique entre le cercle des barons ici et celui des éléphants au PS. On y découvre aussi la manière dont cette aristocratie politique de droite se télescope, ou plutôt s’entremêle avec sa jumelle de gauche dans une même grosse boule formant le plus gros contingent de l’aristocratie politique française, dont la crème constitue l’avant-garde de l’oligarchie politique nationale-coloniale française, composante influente de l’oligarchie coloniale mondiale. Or, l’oligarchie est le coeur de ce monstre réputé invisible qui terrorise, pille et écrase les peuples dans le monde entier, en particulier le peuple de France. Et cette série d’articles est aussi surtout intéressante en ce sens qu’on y trouve énumérée l’esquisse de la nomenklatura de cette oligarchie coloniale française.

       


      • bel95 26 octobre 2012 14:50

        sylvain + 1 pour lutter contre les anti-rakotoarison primaire.

        Mais il faut admettre que Coppé et Fillon sont coincés très peu d’idéologie différence des PS europeiste convaincu ex : Valls - Peillon sont plus à droite que beaucoup de député UMP.

        L’abandon du concept Nation au FN fera beaucoup de mal à ce parti politique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès