Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le consensus médiatique du non à la loi sur le génocide arménien

Le consensus médiatique du non à la loi sur le génocide arménien

 Nous sommes fin septembre, l’année de l’Arménie (« Arménie, mon amie ») est lancée par le déplacement de Jacques Chirac à Erevan. Il affirme que la Turquie doit reconnaître "ses crimes et ses erreurs". Les médias applaudissent, et relaient.

Mi-octobre, les médias se déchaînent contre la proposition de loi permettant de condamner pénalement les négationnistes sur le territoire français.
Il est intéressant de se pencher sur cette schizophrénie médiatique. Quels sont les arguments et quelle est leur valeur ? Pourquoi un tel revirement des médias français ? Y a-t-il des contre-exemples ? Une tentative de réponse -en décalage avec la majorité des médias- pour décortiquer le phénomène.

Les arguments sont nombreux, voici les principaux que l’on peut lire ou entendre dans les médias.

Le premier d’entre eux est l’argument historique : on parle de lois mémorielles depuis la loi sur la colonisation et sur son « rôle positif ». Depuis, on nous répète à l’envi que le Parlement ne doit pas légiférer sur l’histoire, qu’il ne doit pas écrire l’histoire.
Le problème est ici un amalgame entre des faits très subjectifs (point de vue métropolitain contre ex-colonies) et un fait génocidaire reconnu depuis longtemps, grâce à des témoignages extérieurs, par l’ONU, le Parlement européen, même par la Turquie après le génocide (en 1919) et par de nombreux historiens. La loi n’écrit pas l’histoire, elle se fonde sur des faits prouvés. Cette loi aujourd’hui n’est que le deuxième volet, pénal, de la loi de de 2001, qui devrait être celle contestée par les historiens, car reconnaissant la réalité du génocide.
Mais il y a là un chassé-croisé de l’actualité récente avec une lutte corporative qui prend en otage une loi déjà partiellement adoptée.

Le second argument est l’argument de l’inutilité de cette loi, puisqu’il y a déjà une loi reconnaissant le génocide, de 2001. Or, cette loi est partielle.
Régulièrement, en France, ont lieu profanations et provocations contre les Arméniens par des négationnistes, brandissant des pancartes négationnistes et racistes.
A Valence : agression autour d’un stand
A Lyon : les Loups gris
Il existe également de nombreux sites Internet négationnistes.
Jacques Chirac a prétendu que la loi actuelle, qu’il approuvait, et les textes du droit positif suffisaient à condamner les négationnistes. C’est inexact. Il y a eu des procès contre des négationnistes du génocide arménien (le consul de Turquie à Paris, Bernard Lewis, Gilles Weinstein). Les tribunaux n’ont jamais pu les punir. Et ceci en se fondant sur le fait qu’il y a un vide juridique. On ne peut pas punir les négationnistes aujourd’hui, les textes reconnaissant le génocide n’ont pas de volet pénal.
>> L’Affaire Bernard Lewis
>> Procès en appel contre le consul général de Turquie à Paris


Un autre argument avancé est que la France donne des leçons au monde entier, avant de s’occuper des pages sombres de sa propre histoire.
Premièrement, la France fait son devoir de mémoire depuis un certain temps, revalorisant les pensions, déclarant des journées pour les victimes de la colonisation ; c’est bien plus que dans d’autres pays, même s’il lui a fallu du temps (je ne m’étendrai pas sur le sujet).
Deuxièmement, la loi française ne s’applique qu’en France. Elle complète une loi qui est pour l’instant sans effet.
Par cette loi, la France ne dit pas au monde entier de l’imiter, mais seulement : "Nous refusons que les négationnistes du génocide arménien exercent leur propagande en France en toute impunité." Est-ce contestable, de vouloir la paix sur son propre territoire ?
Les Français ne connaissent pas leur propre histoire, surtout quand elle n’est pas enseignée : La France a bel et bien joué un rôle avant le génocide, et après. Il y avait des liens très forts entre la France et les Arméniens. (En 1916, l’armée française constituait en son sein une Légion arménienne pour combattre les Turcs. Puis la France établissait sous son autorité un foyer national arménien en Cilicie.)

L’argument de la liberté d’expression est souvent répandu. Mais celle-ci a ses limites  : les propos racistes, antisémites, homophobes sont punis. Les négationnistes de la Shoah sont condamnables. Or, une société ne peut pas fonctionner correctement quand il n’y a pas de limites aux libertés qu’elle défend. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pose ce principe, d’ailleurs : la liberté s’arrête là où commence celle d’autrui. Doit-on laisser quelqu’un nier un génocide pour défendre la liberté ? Est-ce cela, l’humanisme ?
On peut se demander s’il n’y a pas une concurrence des génocides, avec un argument comme "La Shoah, ce n’est pas pareil", on en arrive aux extrêmes : le racisme pur et simple, en se basant sur une hiérarchie non seulement entre génocides et souffrances, mais également entre êtres humains.

L’argument diplomatique est fortement relayé : « Le but est de faire barrage à la Turquie. »
La loi française, comme dit précédemment, ne touche que le territoire français. La Commission européenne et le gouvernement français ne sont pas favorables à cette loi pour ne pas froisser la Turquie. La Commission européenne a récemment publié un rapport constatant le manque de progrès en Turquie vers la démocratie et les droits de l’homme. La loi française tombe à pic pour trouver des boucs émissaires : les Français et cette loi.
On affirme que cette loi va créer des tensions non seulement entre la France et la Turquie, mais également entre la Turquie et l’Arménie...
Par cette loi, on veut seulement condamner les négationnistes sur le territoire français, pas les Turcs ni la Turquie.
De plus, les tensions, malheureusement, existent déjà : la Turquie refuse d’ouvrir ses frontières avec l’Arménie, applique toujours son blocus (les avions d’Air France s’y rendant ont interdiction de survoler le territoire turc) et ainsi participe au fait que l’Arménie a beaucoup de mal à se relever de sa soviétisation.
La Turquie a adopté une loi qui criminalise l’affirmation de génocide (article 301). Qu’elle soit sur le chemin de la réconciliation, c’est assez difficile à croire. Il n’y a eu aucune levée de bouclier lors de l’adoption de cette loi, ni dans l’UE, ni en France, ni de la part d’historiens.


L’argument économique est le plus partagé : nombre de chantiers potentiels pour les entreprises françaises, en cours ou futurs, seront perdus.
La Turquie a prononcé des menaces, avant même le vote de l’Assemblée nationale, de représailles et de sanctions économiques (une note a été distribuée aux parlementaires juste avant le vote, des mails ont été envoyés, et des députés turcs étaient présents à l’Assemblée nationale). En 2001 déjà, lors de l’adoption de la loi française reconnaissant le génocide arménien, la Turquie s’était insurgée contre la France et avait prévenu qu’il y aurait des incidences négatives sur la relation franco-turque. En fait, les conséquences ont été minimes.
Le seul risque, ce sont les appels d’offre. La France est le 5e partenaire de la Turquie, emploie des Turcs, quand la Turquie ne représente que 1% des exportations françaises. Si celle-ci boycotte les produits français ou applique des sanctions, c’est plutôt elle qui en pâtira.

L’argument le plus démagogique a été de citer des Arméniens de Turquie opposés à cette loi française.
En Turquie, il est interdit de parler ou d’affirmer la réalité du génocide arménien, sous peine de poursuite pénale. Les Arméniens de Turquie et les Arméniens de la diaspora ne sont pas les mêmes, ne peuvent pas être les mêmes, car ils sont dans une société où il y un tabou arménien, jusque dans les manuels scolaires. Il est même interdit de parler arménien. Ce texte vise avant tout les Arméniens de la diaspora, vivant en France, et ne souhaitant pas la transposition de la haine dans le pays des droits de l’homme.

Enfin, l’argument électoraliste : les députés ont voté cette loi pour se garantir des voix de la communauté arménienne, sous la pression du puissant lobby arménien.
Le lobby arménien est surtout un rêve, même si des associations existent. Et c’est aussi oublier le lobby turc (cf. argument économique).
De plus, il y a pourtant autant d’Arméniens que de Turcs (potentiellement mécontents de cette loi) en France. Tous les partis ont voté favorablement, que ce soit l’UMP, le PS, l’UDF, même des Verts. Alors pour qui les Arméniens voteraient-ils ? De plus, la loi qui a été adoptée était d’initiative PS mais l’UDF et l’UMP avaient déjà proposé une loi allant dans le même sens.

Pour conclure, il est admis que le génocide arménien a eu lieu, et pourtant, certaines personnes se permettent de vandaliser des monuments arméniens et d’inciter à la haine, en toute impunité, sur notre territoire. Malgré tout, les journalistes véhiculent beaucoup d’arguments faciles à adopter, et largement repris. Tout le monde souhaitant pouvoir paraître expert de la situation en donnant son avis les reprend, sans forcément chercher à les sonder.
Le plus décevant, c’est que chacun de ces arguments défend un intérêt particulier (Turquie, historiens, défenseurs purs et durs de la Shoah, journalistes, économistes), sans relation avec les autres, mais renforçant chacun le rejet de cette loi. Cela me rappelle un peu le référendum sur la Constitution européenne, avec ce rassemblement hétéroclite autour du non.
Il me semble pourtant que cette loi vise à maintenir une cohésion sur notre territoire. Cela ne vise pas la Turquie, ni même la communauté turque de France, mais une minorité de gens, négationnistes et violents, qui violent le pacte républicain.
Qu’on puisse critiquer cette loi est normal, mais un tel consensus me paraît dangereux, pour la liberté d’expression justement.

En conclusion, un article de Libération, un des seuls allant dans le sens positif envers cette loi : Le négationnisme est un crime. Pour le punir il faut une loi.


Moyenne des avis sur cet article :  3.39/5   (147 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • dzovinar (---.---.199.230) 18 octobre 2006 12:21

    Ce « tour » de la question est complet. Il n’y a rien à ajouter, sinon 10/10 !


    • Avatea Avatea 18 octobre 2006 12:25

      merci, malheureusement, mon article arrive après la tempête, ce sujet n’intéresse plus les gens, il a déjà 6 jours...


    • nouch (---.---.91.80) 18 octobre 2006 12:27

      clap clap clap !! en plus c’est documenté avec les liens ! plus d’excuse pour les ignorants !


      • adnanian (---.---.166.89) 19 octobre 2006 10:43

        barev ,

        Je pense que l’auteur est un peu intelligent et du donc il a surement choisi ces liens pour qu’ils aillent dans le sens de son argumentation... Cela prouve bien que ce texte va a charge contre l’antithèse...

        a+


      • (---.---.186.239) 19 octobre 2006 20:42

        lol t’aurais préféré qu’il ne mette aucun lien ? t’aurais dit quoi dans ce cas ? qu’il ne mettait aucune source donc que ca sortait de son cerveau, donc que ca ve vaut rien ?

        mon pauvre adnanian, je te plains, tu es manipulé, tu ne le vois même pas.


      • (---.---.37.70) 18 octobre 2006 12:34

        « L’argument de la liberté d’expression est souvent répandu. Mais celle-ci a ses limites : les propos racistes, antisémites, homophobes sont punis. Les négationnistes de la Shoah sont condamnables. »

        Ca ne devrait pas être le cas.

        « Or, une société ne peut pas fonctionner correctement quand il n’y a pas de limites aux libertés qu’elle défend. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pose ce principe, d’ailleurs : la liberté s’arrête là où commence celle d’autrui. Doit-on laisser quelqu’un nier un génocide pour défendre la liberté ? Est-ce cela, l’humanisme ? »

        Evidement. Defendre la liberté d’expression de quelqu’un avec qui on est d’accord n’a aucun interet. C’est parce que les négationistes débloquent qu’ils faut les défendres. Ce sont des gens qui se batent pour notre liberté, ce sont des héros, même s’ils ne savent pas ce qu’ils font. D’ailleur les USA ont des droits de l’hommes (plus authentiques) qui garantisent le liberté TOTAL d’expression, et eux, n’ont jamais eut de problémes de parti d’extréme gauche ou à droite de la droite.

        La censure, ca ne sert à rien, et ca finis toujours trés mal (Cf la Révolution ou les régime Hitlérien ou Léninistes..)


        • Avatea Avatea 18 octobre 2006 13:49

          à 12H34 : c’est sûr, on la connait la liberté totale aux Etats-Unis. Pas de problème d’extrême gauche (le MacCarthisme a bien déblayé), pas de problème d’extrême droite (le Klukluxklan), aucun problème de censure après le 11 septembre et même avant. Bref, j’ai mis des liens qui étayent mes affirmations : défendre les loups gris, si vous pensez que c’est une bonne idée...
          à zero pour cent : oui, personne contre la loi Gayssot, et la loi sur le génocide Arménien fait se réveiller tout le monde, car il complique les choses : génocide n’est pas synonyme de shoah, et ça fait trop réfléchir de se pencher sur la définition. Les gens concluent donc que tout massacre est un génocide. Le vrai obscurantisme, c’est de laisser des gens agir et détériorer en toute impunité sur notre territoire (bref, cf paragraphe sur le sujet)
          à Liberté : votre principal problème, c’est d’utiliser un terme (lois mémorielles) que vous ne définissez pas et où vous mettez des lois qui n’ont rien en commun, tant sur le fond que la forme (cf paragraphe correspondant).
          à ela : je n’affirme pas que les juifs sont contre les Arméniens, seulement que certains préfèrent que génocide reste synonyme de Shoah.
          à adnanian : je ne connais pas non plus votre identité. Je ne me bats pas contre la liberté d’expression, je la défends au contraire, en ne permettant pas qu’elle serve de bouc emissaire pour répandre la haine.


        • Zéro pour cent de matière grise 18 octobre 2006 12:56

          Appelons un chat un chat : ce que vous observez très justement est la démonstration de la puissance médiatique du lobby juif en France, qui cherche à sanctuariser pour la seule Shoah la notion de génocide. Sans parler de la volonté de ce lobby, presque entièrement aligné sur celui des Etats-Unis, de préserver la nécessaire alliance entre les deux alliés moyen-orientaux des Etats-Unis : la Turquie et Israël.

          Personnellement, je dénonce les lois mémorielles car elles sont une forme de censure et participent à la progression de l’obscurantisme en France.

          Mais il faudrait commencer par abolir la loi Gayssot. Faits un tour d’horizon rapide : qui, parmi ceux qui critiquent l’adotion de la loi récente, était oposé à la loi Gayssot lors de son adoption ?...


          • Liberte (---.---.228.10) 18 octobre 2006 12:58

            La liberte d’expression ne souffre pas d’exception, et ces lois memorielles sont une insulte a l’intelligence et la liberte des Francais


            • ela (---.---.98.108) 18 octobre 2006 13:01

              Le négationnisme de la shoah n’est pas si important en France et pas si marginal aux Etats-Unis.


              • ela (---.---.98.108) 18 octobre 2006 13:10

                La communauté juive de France soutient la cause arménienne. Le Crif, l’Uejf reconaissent le génocide arménien donc arrêtez vos délires.


              • nouch (---.---.91.80) 18 octobre 2006 14:26

                oui ils commencent à soutenir la cause arménienne, il y a aussi des articles souvent dans les revues de la LICRA par exemple.

                mais il ne faut pas se voiler la face, il y en a encore (et pas forcément des juifs d’ailleurs) qui veulent préserver le mot génocide pour ne pas que ce soit banalisé, je l’ai encore lu ces jours-ci dans un article. « la shoah c’est pas pareil »

                les écueils à éviter sont :
                - d’avoir une conception minime du terme génocide pour ne désigner uniquement la shoah
                - d’avoir une conception large et d’y mettre tous les massacres de la terre

                selon les historiens, au jour d’aujourd’hui il y a 3 génocides qui correspondent à la définition juridique de la notion de génocide :
                - celui des arméniens
                - celui des juifs
                - celui des tutsis

                le cambodge fait encore débat et le Darfour ca se passe sous nos yeux aujourd’hui.


              • (---.---.37.70) 18 octobre 2006 14:36

                Vendée, Arménie, Ukraine, Pologne, Chine, Cambodge, Rwanda, Soudan.

                Ca fait déja pas mal, mais comme disent les socialo, rien n’arrete le Progrés.


              • adnanian (---.---.166.89) 18 octobre 2006 13:12

                Barev ! Encore un texte à charge contre les defendeurs de la liberté d’expression !

                C’est plus un article « effet aspirine » pour nous (armeniens) qu’un article de journaliste ou d’historien.Tous les arguments et exemple ont été étudié contre certaines communautes

                L’auteur de cet article n’a meme pas les coui... de se présenter.

                Tse’tsetioun


                • aebc (---.---.53.119) 18 octobre 2006 13:44

                  une loi, une liberté,un droit, un devoir,.... vaut pour tous ou pour personne...à partir du moment ou on a voté la loi Gayssot on a ouvert la ^boîte de Pandore... et maintenant on s’en mord les doigts...


                  • Offset (---.---.73.17) 18 octobre 2006 14:09

                    « Il y a eu des procès contre des négationnistes du génocide arménien (le consul de Turquie à Paris, Bernard Lewis, Gilles Weinstein). Les tribunaux n’ont jamais pu les punir. »

                    Et pourquoi voudriez vous les punir ? Parce qu’ils ont dit quelque chose qui ne vous plaisez pas ? A part se décribiliser, je ne vois pas ce qu’il font de mal.

                    « Les négationnistes de la Shoah sont condamnables. »

                    Et cette loi a bien sur supprimé tous les anti-sémites et tous les négationistes .... Par contre, ce qu’elle a supprimé, c’est le débat ...

                    D’ailleurs, Le Pen n’a jamais fait autant de voix depuis qu’il existe ces lois : il a été contraint de changer son discourt, et ainsi de paraître plus soft.

                    « Or, une société ne peut pas fonctionner correctement quand il n’y a pas de limites aux libertés qu’elle défend. »

                    La liberté c’est mal. La police politique et le déli d’opinion doivent être rétablis.

                    « La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen pose ce principe, d’ailleurs : la liberté s’arrête là où commence celle d’autrui. Doit-on laisser quelqu’un nier un génocide pour défendre la liberté ? Est-ce cela, l’humanisme ? »

                    Es-ce que le fait de dire quelque chose empiète sur la liberté d’autruit ? Il faut arrêter d’interpreter les droits de l’homme comme on l’entend. La liberté d’expression est importante et ne doit pas être contrôlée sans aucune manière : c’est la garantie d’une vrai démocratie, où toutes les idées doivent pourvoir se confronter.

                    Dans tous les cas, déclarer une idée bonne et une idée mauvaise ne doit pas être du resort de l’état : fondamentalement, les idées sont du resort des individus, qui ont chacun leur conviction intime. On ne peut pas contrôler cette conviction (même si l’URSS y arrivait plus ou moins à coup de propagande non stop), et essayer de la contrôler à coup de lois est dangereux et n’est pas synonyme d’une démocratie.

                    Je proposerais une loi qui plaira surement a beaucoup de nos gauchiste : Créer le déli de négationnisme du bienfait de la technologie. Toute remise en cause de la technologie et de ses bienfaits seront passibles de deux ans d’emprisonnement et 150 000e d’amende.


                    • nouch (---.---.91.80) 18 octobre 2006 14:19

                      le négationnisme n’est pas une opinion. et le négationnisme turc en particulier nous arrive directement de la politique du gouvernement turc. c’est de la propagande importée directement de Turquie. c’est ca que les gens n’arrivent pas à comprendre. c’ets faciste et extrêmiste et vous voudriez laisser dire ? belle liberté en effet !

                      liberté d’expression contre dignité humaine. toutes les libertés ont des limites sinon on serait dans le chaos total. il faut simplement que ces libertés, qui sont sur un même pied d’égalité, puissent se concilier. donc la liberté d’expression ne peut pas être totale car elle empêche d’autre liberté d’exister. vous voulez un pays anarchique ?


                    • adnanian (---.---.166.89) 19 octobre 2006 10:47

                      non , je ne suis pas turc ùais bien un armenien ! et comme HRANT DINK Je conteste cette loi liberticide ! il faut avoir la liberté de parler de tout dans ce pays ! on est plus sous le régime communiniste.

                      TSE’ tsetioun !


                    • steack (---.---.223.244) 19 octobre 2006 11:16

                      la liberté d’opinion est inaliénable puisque tout le monde veut exprimer son avis (loi du plus grand nombre). Dans le cas contraire autant directement légiférer sur la connerie : « vous ne devez pas être con sinon vous payez 300 000€ ou vous allez en taule ». Une loi pour édicter l’histoire ça ne veut pas dire grand chose, c’est même antinomique non ? On sort un texte de loi pour éviter de se fatiguer à répondre aux bas-du-front (national).je trouve que c’est un signe de faiblesse, voire de paresse intellectuelle. Aux hommes de bonne volonté d’en faire preuve justement : rien n’est gagné d’avance !


                    • @steack (---.---.186.239) 19 octobre 2006 20:52

                      tu te trompes de débat. on parle ici d’un génocide, pas d’une simple connerie. et un génocide est UNIVERSEL, ce qui implique que tout le monde est concerné, et IMPRESCRIPTIBLE, ce qui implique que peu importe de la période où ca s’est déroulé, on peut toujours punir les responsables c’est-à-dire l’Etat (puique 90 ans plus tard les responsables physiques sont morts...) tout le malheur des arméniens, ca fait longtemps donc les gens s’en foutent (quoiqu’on voit que même qd ca se passe sous nos yeux comme au Darfour les gens s’en foutent alors c’ets pas étonnant...). on peut nous cracher dessus, on peut profaner nos monuments, on peut nier impunément même si c’est contraire au respect de la dignité et des victimes, normal c’est la liberté d’expression.

                      les français sont égoïstes. vous n’êtes pas concernés alors rien à faire. continuez comme ca...


                    • @adnanian (---.---.186.239) 19 octobre 2006 20:53

                      ba ca hrant dink il va pas dire qu’il est d’accord, tu veux qu’il retourne en prison ?


                    • nouch (---.---.91.80) 18 octobre 2006 14:14

                      le problème de la liberté d’expression c’est que si elle est totale on peut avoir de graves dérives. on peut dire tout et n’importe quoi et c’est de là que vient l’obscurantisme, la masse des gens qui ne connaissent pas le problème sont prêts à gober n’importe quoi. et comme le génocide arménien on en parle très peu dans les médias, dans les films et les reportages il y a un réel danger d’ignorance.

                      si le travail d’un historien est celui d’écrire l’histoire (encore que, il ne fait que la constater) ce n’est pas le travail d’un journaliste !! (beaucoup émettent encore des réticences à dire le mot génocide pour les arméniens et émettent des doutes alors même que les historiens l’ont dit maintes fois avec preuves à l’appui)

                      « En cette année 2005, il est avéré que l’on ne peut plus minimiser ou nier le génocide qui a été perpétré par le gouvernement Jeunes-Turcs en 1915 et les terribles souffrances dont a été victime le peuple arménien » ont déclaré Marc Knobel, président de J’Accuse et Harout Mardirossian, président du Comité de Défense de la Cause Arménienne (CDCA).

                      « Plus que jamais, les associations de défense des droits de l’Homme resteront vigilantes afin que nul ne puisse entraver la dignité humaine » ont-ils conclu. (http://www.cdca.asso.fr/)


                      • aebc (---.---.53.119) 18 octobre 2006 14:53

                        d’accord avec vous pour le reste mais...RIEN NE PEUT JUSTIFIER DE LIMITER LA LIBERTE D’EXPRESSION...sauf la dicture, la monarchie...bref des régimes autoritaires....


                      • nouch (---.---.91.80) 18 octobre 2006 15:42

                        il y a déjà des censures de livres, de films, et ca parait normal pour tout le monde car c’est une mesure de protection contre des dérives. arrêtez de dire que la liberté d’expression doit être absolue c’est faux. vous vous rappelez de Dieudonné ?


                      • (---.---.37.70) 18 octobre 2006 15:55

                        Dieudonné à beaucoups fait pour nous avertir de la traitrise des immigrés métisses envers la France ; Il était donc bon de le laisser s’exprimer tout son soul.


                      • Maxime Verner (---.---.240.40) 18 octobre 2006 14:24

                        Ton article est très intéressant, et je suis d’accord avec ton point de vue. Cette loi a été plutôt mal accueilli par la presse et, à moindre mesure, par l’opinion publique (bien que...aucune vérification n’est possible), les débats se succèdent et cette idée de la « République qui protège et qui assure la liberté d’expression » prend un poids dangereux face au négationnisme qui, lui, est aussi contraire à l’idée même de démocratie.


                        • Zéro pour cent de matière grise 18 octobre 2006 14:36

                          Je préfère de loin un bon vieux « révisionniste » voire un infâme « négationniste » qui sait argumenter à un curé nihiliste à pensée molle qui ne fait que radoter les arguments pseudo-humanitaires pémâchés par le CRIF, le CDCA ou je ne sais quel officine communautaire.

                          Non au flicage de l’histoire, halte à la non-pensée proférée par les ânes biens pensants !

                           smiley


                          • (---.---.162.15) 18 octobre 2006 14:38

                            Il faudrait voir à ne pas généraliser et dire que lorsque les médias sont unanimes, ils ont systématiquement tort.

                            Il convient d’examiner le fond du problème. Or il ressort de celui-ci qu’à six mois d’intervalle, les députés français se sont gravement contredits. Comment peuvent-ils d’un côté refuser d’empiéter sur les historiens en n’imposant pas le rôle positif de la France dans la colonisation et d’autre part, imposer une règle historique d’existence d’un génocide, qui, en plus, est géographiquement éloigné de notre pays ?

                            Quant aux arguments avancés par Avatea dans cet article, ils sont bien creux. Il dit par exemple que « certaines personnes se permettent de vandaliser des monuments arméniens et d’inciter à la haine, en toute impunité, ». Je regrette, la loi française n’autorise pas de tels actes. Si la police est impuissante, c’est à Sarkozy qu’il faut s’en prendre. Pas besoin de loi pour ce sujet si particulier.

                            Am.


                            • baloo (---.---.186.49) 18 octobre 2006 15:26

                              Et le génocide algérien dans tout ça !!! Bien s9ur il ne faut pas parler de ces « squatteurs de Palestiniens » qui veulent juste vivre en paix et que l’on dégomme à tout va avec la bénédiction de l’ue.


                              • Avatea Avatea 18 octobre 2006 15:41

                                Je vois avec plaisir que les arguments contre cette loi se réduisent un un argument : la liberté d’expression. C’est déjà ça de gagné. Car non, les médias ne sont pas unanimes, ils ont chacun repris un argument qui leur convenait. Parlons maintenant de cette sacro sainte liberté d’expression. Elle est brimée, tous les jours, par des lois contre le racisme et la xénophobie. Pourtant, personne ne s’insurge. Pourquoi donc, alors que cela limite notre liberté, si chère à aebc (RIEN NE PEUT JUSTIFIER DE LIMITER LA LIBERTE D’EXPRESSION). Et pourquoi donc ? Car il a fallu limiter cette liberté d’expression pour limiter des dérives. Aujourd’hui, c’est face à des dérives que l’on propose un volet pénal. la question de savoir si c’est un génocide ou non a été prouvé et même voté au niveau international. Ici, on veut juste rendre cette loi utile pénalement, elle ne crée pas la reconnaissance du génocide ! Un autre argument insidieux vient s’ajouter : et le génocide en Algérie, ou en Vendée ? C’est là le problème de la définition du génocide. Quand bien même on ne s’accorde pas sur le qualificatif de génocide pour ces faits, on ne va pas ne pas punir des négationnistes rétrogrades sous prétexte qu’on ne le fait pas pour tous les autres. Au contraire, le faire, c’est laisser une possibilité un jour de voir ces faits reconnus. La comparaison avec les colonies et d’autres crimes ne doit pas occulter la réalité des dérives actuelles venant des négationnistes. Mais je suis content, dans les commentaires de cet article, le problème reste franco-français, pas d’intervention « internationale », c’est déjà ça.


                              • Professeur Couillon (---.---.232.223) 18 octobre 2006 16:31

                                Outre que je réfute votre argument sur l’effet bénéfique en terme de cohésion sociale de cette loi sur notre territoire, en lui opposant le caractère communautariste de ce texte, il me semble que vous négligez un argument. En effet, le but n’est pas tant de lutter contre les profanations et autres propos racistes en France (il existe déjà tout un arsenal juridique pour cela) mais d’amener à terme la Turquie à reconnaître le génocide. Cet objectif est tout à fait louable, bien sûr, et je suis d’accord avec Chirac sur ceci que cette reconnaissance est un préalable à l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. Mais si l’on poursuit (indirectement avec cette loi) un tel objetif, on ne peut que s’apercevoir que de ce point de vue, le texte est contreproductif. Il existe une loi en Turquie qui punit d’emprisonnement le fait de qualifier de génocide des événements que le régime turc minimise en parlant de « massacres de part et d’autre ». Or, on observe ces derniers temps un infléchissement dans l’application de cette loi. Ainsi, le tout nouveau prix Nobel de littérature, le romancier turc Orhan Pamuk, a vu les poursuites dont il faisait l’objet à ce titre abandonnées début 2006. En outre, la Turquie venait de proposer à l’Arménie, avec qui elle n’entretient pourtant pas de relations diplomatiques, la création d’une commission bi-nationale d’historiens chargés de plancher sur cette question. En générant aujourd’hui des crispations en Turquie, tant dans la population forcément désinformée sur le sujet, qu’au niveau gouvernemental, on prend le risque de voir disparaître ces signes d’ouverture.


                                • me (---.---.65.95) 18 octobre 2006 19:32

                                  la turquie a fermé sa frontiere avc l’armenie quand l’armenie a envahi l’azerbaijan, il n’y a aucun lien avec ce soi disan genocide.


                                • nouch (---.---.98.209) 18 octobre 2006 21:07

                                  pas du tout. le but est bien de condamner les profanation et autres actes négationnistes et propos négationistes. car aujourd’hui aucun acte anti-arménien n’a pu être puni depuis 2002 ! Si la justice fait mal son boulot, les arméniens n’ont pas à en pâtir. ils demandent une loi car ils en ont besoin. c’est le seul moyen qui leur reste aujourd’hui puisqu’ils n’ont pas les médias avec eux.


                                • azad (---.---.242.112) 19 octobre 2006 03:41

                                  « ... la Turquie venait de proposer à l’Arménie, avec qui elle n’entretient pourtant pas de relations diplomatiques, la création d’une commission bi-nationale d’historiens chargés de plancher sur cette question ... »

                                  Connaissant aussi bien le turc et l’arménien je poursuis les débats sur la chaine turque « TRT int ». Dans le cadre de l’émission « Arayis » des historiens turcs, des ex-membres du gourvernement turc mènent une désinformation acharnée concernant « le génocide arménien » et même, en faisant participer à l’émission télévisée des responsables de la minaurité arménienne en Turquie -qui ne contrediront jamais le thèse turc.

                                  M. Hrant Dink, journaliste d’Agos, au cours d’un entretient avec Frédéric Mittérrand n’arrivait même pas à définir « le sort » dont les arméniens ont été infligés. Face à une question posée par le reporteur, il avait répondu « ... génocide ou massacre ... le nom n’a pas d’importace et l’arménien (de Turquie)sait ce qui s’est passé car chacun de nos, nous sommes une page de notre histoir ... ». Depuis il est accusé de « trahison » , non pour ce qu’il a prononcé au cours de cet entretien, mais pour ce qu’il a prononcé au cours d’une conversation ...

                                  Pour finir, l’historien turc, connaissant l’article 301, comment on pourra défendre son impartialité ? ...

                                  http://team-aow.discuforum.info/protal.php


                                • roudrick (---.---.20.126) 18 octobre 2006 16:40

                                  interessant comme article... mais trop orienté avec des affirmations qui n’engagent que l’auteur. Bien que (trop) long et argumenté avec des liens, cet article n’en reste absolument pas objectif. le problème avec cette loi c’est que si il est interdit de nier ce génocide, alors il faut voter une loi pour chaque génocide ? celui des toutsi, des nepalais et certainement plein d’autre.. Je n’arrive pas a trouver un interet à une telle loi, et la voter c’est s’engager à faire une loi pour tous les génocides, sinon ce n’est pas une loi juste et la france serait partiale... donc pas bien ....


                                  • nunus (---.---.124.107) 18 octobre 2006 17:50

                                    Superbe article.. rien a dire..

                                    Pour répondre a certains qui sont contre cette loi... il faut qu il comprenne qu il faut donc etre contre les lois qui interdisent le racisme (ca limite la liberté d expression), la loi sur la negation de la SHOAH (le pen n a pas nié la SHOAH mais à juste dit que les chambres à gas etait un details et il s est fait attaqué de toute part par le lobby juif..).. ou bien on essaye de faire avancer les choses doucement ( et aussi pour tous les autres génocides reconnus par la plupart des historiens...) mais ROME ne s’est pas fait en un jour... et soyez sure qu en tant qu arménien de tuquie... si un jour la Turquie (et je parle de l’état turque) reconnait le génocide.. et qu ils sont pret à dedommager les familles des arméniens massacrer.. alors je serais heureux de voir la Turquie en Europe..


                                    • nunus (---.---.124.107) 18 octobre 2006 18:08

                                      POur ceux qui sont pas au courant... l’etat d’ISRAEL refute la these de génocide arméniens. Alors que le CRIF et le Grand Rabbin d’ISRAEL le reconnaisse...

                                      Vous trouverez sur cette page la longue liste des pays, etat et représentant qui ont reconnu le génocide arménien : http://www.cdca.asso.fr/s/detail.php?r=1&id=142

                                      Pour ceux qui veulent se cultiver.. sur le génocide et voir les preuves, le temoignage des survivants du génocide : http://www.imprescriptible.eu/


                                    • nunus (---.---.124.107) 18 octobre 2006 18:21

                                      Il y a à instambul plus de 10 000 000 d habitant... ce qui fait presque 5 fois la population de Paris...

                                      La manifestation devant le consulat francais d’istambul a réunie environ 300 personnes... C’est comme avoir une manif CPE avec 300 personnes, vous pensez que c est représentatif des francais ?? A part le battage médiatique fait par les médias.. pensez vous vraiment que la population turc est faché ?? Il suffit de reflechir un peu pour voir que c est l etat turc et les loups gris qui sont à lorgine du négationisme et qu’il ne font partie que d une infime minorité en turquie...

                                      De plus, ca fait des années que la communauté arménien se bat pour la reconnaissance du génocide.. et malheureusement, on ne parle du génocide arméniens que lorsque la Turquie est pas contente... on en parle jamais sinon...


                                    • Daniel Milan (---.---.168.11) 18 octobre 2006 18:46

                                      C’est quoi la chouah ? Je ne sais pas moa !


                                    • (---.---.241.128) 18 octobre 2006 18:47

                                       smiley smiley smileyAhahah ! Quel farceur ce Milan ! smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès