Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Coup d’Etat Permanent version Bayrou

Le Coup d’Etat Permanent version Bayrou

Hier, à l’occasion de la sortie d’"Abus de pouvoir", son essai sur la présidence Sarkozy, François Bayrou rendait visite à un David Pujadas visiblement aussi heureux de son scoop que terrorisé à l’idée de commettre un faux pas devant sa hiérarchie.

En fait, la mission du "journaliste" transpirait par tous ses pores : nous on assure juste le minimum syndical pour le temps d’antenne en prime-time histoire de conserver le label "démocratie", et toi tu n’es surtout pas là pour informer sur un non-événement... si polémique il y a, que ce soit sur la personnalité de Bayrou, pas sur les méthodes d’exercice du pouvoir par le Lider Maximo.

Car les dirigeants de France 2 sont prévenus : on ne badine pas impunément avec l’image de Notre Petit Pair des Pipoles. Quand l’Elysée ne traîne pas directement en justice les terroristes commercialisant des poupées vaudou à son effigie (à en croire Sarko, une secte beaucoup plus dangereuse pour la démocratie que les Scientologues), quand elle n’envoie pas une swat team pour intimider un journaliste trop indépendant, elle fait pression sur des tiers pour coller un procès à un média coupable de faire son boulot d’information (les cousins de France 3 ont finalement consenti à porter plainte pour les images "off" révélées par Rue89).

Notre Hyper Hype Président n’a évidemment pas oublié le coup d’éclat de son rival en 2006 face à Claire Chazal* : en guise de lancement de sa campagne présidentielle, Bayrou avait ouvertement dénoncé la mainmise de ses puissants copains sur les médias français...

De toute évidence, TF1 n’a pas non plus oublié : "il y a des chaines sur lesquelles je ne suis pas, vous l’aurez observé" a même lâché, goguenard, le Béarnais dans sa seule saillie digne de cet acte majeur de bravitude face à la Grande Muraille de Bling.

Comme l’élève obséquieux les preuves de bonne conduite devant son professeur (de l’autre côté de l’oreillette), David a donc multiplié les attaques directes face à cet improbable Goliath médiatique : son brûlot à charge ne comprendrait que 6-7 pages de propositions par ailleurs très floues, ce ne serait qu’un simple coup "tactique" motivé par la haine personnelle, de la "politique politicienne" avec en ligne de mire "le second tour des présidentielles 2012"...

Visiblement peu préparé à un tel tir de barrage, Bayrou n’a jamais pu vraiment dérouler son argumentaire :

0) la France va mal, et pas seulement au niveau économique et social. Les Français le sentent clairement, mais ne parviennent pas à formuler précisément leurs inquiétudes... d’où ce bouquin.

1) en fait, la République Française est en danger et son modèle unique est sur le point de perdre ses atouts les plus précieux. L’"égocratie" clanique à la sauce Sarkozy remet même en cause ce principe fondateur : "La France n’accepte pas la loi du plus fort".

2) il devient donc urgentissime de réaffirmer le modèle républicain français et de rétablir les contre-pouvoirs. A fortiori dans de telles circonstances, le droit de vote est un devoir.

3) C’est marrant, y’a des élections dans quelques semaines. Et oh, j’allais oublier : coucou, j’existe. Vous pouvez compter pour moi pour défendre les valeurs de la République. D’ailleurs c’est théoriquement le job du Président...

Enfin je reconstitue le puzzle d’après les rares bribes collectées sous le feu nourri de la mitraillette marionnette à talonettes du Sévice Public.

Je n’ai pas lu le bouquin. Mais je me souviens avoir lu il y a une trentaine d’années un exemplaire usé d’un lointain prédécesseur.

En 1964, un autre François avait dénoncé les dérives anti-républicaines d’un autre Président dans un autre pamphlet également paru chez Plon. A l’époque, l’auteur évoquait "Le Coup d’Etat Permanent" au lieu d’un "Abus de pouvoir".

Mais Sarkozy n’est pas de Gaulle.

Et Bayrou n’est pas Mitterrand.

Du moins je l’espère pour lui et pour nous : je n’ai vraiment compris François Mitterrand qu’à la lecture de ces pages où, en totale contradiction avec ses nobles déclarations pro-républicaines, il exsudait une jalousie vénéneuse et un égotisme autocratique proprement terrifiant.

Ambitieux, Bayrou ? Oui, sinon il resterait le cul sur son tracteur au lieu de faire ce métier. Aigri ? Peut-être un peu (on le serait à moins après ce qu’il a subi !)... mais pas au point de perdre le sens des valeurs. Comme l’a confirmé l’épisode d’hier, cet homme joue mieux le rôle de la proie que celui du prédateur.


* voir "
Blogule blanc a Francois Bayrou en access prime time" (20060902)
---
initialement publié sur blogules.

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 30 avril 2009 10:45

    Excellente analyse sur la forme de l’entretien.
    J’ai regardé ce journal sur internet ce matin, en étant surpris de la façon dont le journaliste vedette a conduit l’entretien. Sur le principe, j’apprécie qu’un journaliste essaye de mettre le politique face à ses contradictions. Mais là, hormis le fait qu’évidemment Mr Pujadas ne se permettrait pas une telle attitude vis à vis d’un ténor de la majorité, c’est surtout l’absence de fond dans ses questions qui m’ont surpris. Pourtant, il y avait de la matière à discuter.

    Cette matière, revenons-y. Le livre de François Bayrou est un pamphlet. Ce n’est évidemment pas une analyse objective ni un livre programme. Il met en exergue une série (importante...) d’évènements et de décisions qui, d’après lui, remettent en question notre modèle républicain de société.

    Les philosophes français du 18ème siècle, siècle des lumières, ont défini un corpus d’idées, les fondements d’une société, qui aboutira à une vision universaliste de la société basée sur le triptyque liberté, égalité, fraternité. Liberté individuelle, égalité des droits, et devoir de solidarité.

    Ce que dénonce François Bayrou, c’est la remise en question de ces fondements. Par la promotion d’une société d’inégalités croissantes, considérée comme moteur de croissance économique, par la reconstitution d’une caste de privilégiés qui échappent aux règles communes et disposent de pouvoirs sans en avoir mandat, par un contrôle exagéré sur les média, la justice, l’éducation, l’économie, le modèle de société mis en place par le président de la république est accusé de remettre en question notre modèle républicain.

    Chacun, suivant sa position dans la société, jugera de la pertinence du propos. Ce qui est certain, c’est que ce pamphlet brillant propulse son auteur au premier rang des opposants au président de la république (il est étonnant, ou désolant, qu’aucun responsable de gauche n’ait réussit à théoriser d’une telle façon son opposition). En cela, François Bayrou démontre une habilité politique remarquable. Il est d’autant plus crédible que son propre projet de société, qu’il défend depuis de nombreuses années, est en complète opposition avec le modèle Sarkozyste.

    Il lui reste maintenant trois années pour peaufiner son projet alternatif. Gageons que l’Élysée ne lui fera pas de cadeaux, mais que, faute de leader crédible à gauche, les français pourraient bien avoir à choisir en 2012 entre lui et Nicolas Sarkozy.


    • Thomas Thomas 30 avril 2009 11:30

      > faute de leader crédible à gauche, les français pourraient bien avoir à choisir en 2012 entre lui et Nicolas Sarkozy.

      Je ne compterais pas trop dessus. Sarkozy et les média qui le soutiennent avaient choisi sa concurrente socialiste bien avant que le PS ne l’entérine. Charismatique et inconsistante, face à un Sarkozy charismatique et populiste, les jeux étaient (presque) faits d’avance. Bayrou a créé la surprise et un brin de suspens... mais Sarko ne lui en laissera probablement pas une seconde fois l’occasion.

      Gageons que l’Élysée saura d’ici 2012 mettre en avant un candidat socialiste crédible mais pas trop pour écarter une nouvelle fois Bayrou du second tour.


    • Nicole 30 avril 2009 12:20

      Il se pourrait aussi que les choses changent d’ici là. Plus les français prendront la mesure des abus du CRIF, que vous voyez

      à Durban, donner le signal de sortie en tapant dans ses mains, moins les médias auront de prise sur l’opinion. C’est du moins mon espoir.
      Que Dieudo, Soral et Gouasmi soient perçus positivement par 87% sur 54 votes

      me semble indiquer un changement certain.


    • stephanemot stephanemot 1er mai 2009 01:45

      je lui souhaite sincerement de reussir en 2012 mais j’ai des doutes.

      => sur ses qualites non pas a faire un bon president, mais de predateur susceptible de gagner les elections.

      => sur sa capacite a se faire entendre face a la machine mediatique Sarko qui a non seulement reussi a detruire sa candidature mais a monter en sauce les candidatures rivales

      il faudra qu’il tire les enseignements de 2007, et qu’a minima il fasse mieux face a la Segobulle, parce sur ce coup-la, il s’est torpille tout seul.


    • Diva Diva 1er mai 2009 21:58

      @Nicole

      Ben, je crois que je t’aime !


    • Marsupilami Marsupilami 30 avril 2009 10:55

      @ Stéphanemot

      Très bon papier.Et effectivement, Bayrou n’est pas Mitterrand même s’il tente d’imiter la posture que Tonton avait affectée en écrivant le Coup d’Etat permanent. Faut dire que le contexte historique est complètement différent. En fondant la Ve République, De Gaulle avait brutalement interrompu l’ascension politique de Mitterrand qui se voyait déjà en haut de l’affiche de la IVe : président du conseil. D’où sa haine recuite du Général. Rien de tel chez Bayrou, qui se veut et se voit tout simplement calife à la place du calife. Et qui a de bonnes chances de le devenir s’il parvient au 2e tour de la prochaine élection présidentielle : face à Sarkozy, il serait élu.

      Mais bon, attendons, pas mal de choses vont radicalement changer avant cette échéance...


      • Fergus fergus 30 avril 2009 11:16

        Bonjour, Stéphanemot.

        J’ai moi aussi apprécié cet article. Et comme vous, j’ai trouvé Pujadas particulièrement creux dans ses questions et singulièrement mal à l’aise, de crainte sans doute de se faire châtier par la Mère fouettarde Chabot, désormais soucieuse de ne rien faire qui puisse déplaire à Son Altesse Sérénissime Matamore 1er.


        • worf worf 30 avril 2009 11:59

          Quoi la loi de l’hypocrisie a encore été appliquée dans le pays des Droits de l’Homme ?
          Tout l’UMP est beau, tout l’UMP est gentil est la devise médiatique de ce beau pays ?


          • Bulgroz 30 avril 2009 12:56

            Qui a écrit sur son site de campagne : « Dans un pays qui compte quatre millions de chômeurs, pourquoi aller chercher de la main-d’œuvre à l’extérieur ? » 

            Qui a écrit sur son site de campagne : « Si un immigré n’est pas admis [en France], il doit être reconduit ; reconduit le plus vite possible, avant que ne se créent des liens familiaux. »

            Qui a écrit sur son site de campagne : « Permettre à ceux qui le souhaitent de travailler plus pour gagner plus. »


            http://www.bayrou.fr/propositions

            Tout cela me parait fort original et frappé au coin du bon sens, c’est sans doute pour cela que pas moins de 37 parlementaires ont quitté cet ersatz de la politque . Aucun, à ce jour n’est revenu. Vous pouvez vérifier, AUCUN est REVENU.


            • barbouse, KECK Mickaël barbouse 30 avril 2009 17:51

              bonjour,

              il semble bien que l’époque ne soit plus la même non plus entre la sortie du coup d’état permanent et le livre de bayrou ,

              oui, a l’époque, un livre de politique était un livre de penseur en conflit ou en adéquation avec un public qui avais de l’estime pour ces penseurs et intellectuels ;

              cela avait une valeur, la pensée d’un politique, et ses interview comme ses contradicteurs allaient le chercher au fond de ses idées.

              Maintenant, et on le voit, dans l’interview de bayrou, on ramène le débat à la personne et à l’image, entre celle qu’on donne et celle que l’on veut donner, rien d’autre.

              mais discuter de la pertinence de tel propos ou de la fiabilité de tel autre au regard de tel évènements, entre autres question que l’on posait du temps de mitterrand, cela n’existe plus.

              Et évidemment, la sortie d’un livre, de politique en plus, n’est plus un évènement non plus.

              Pour l’essentiel, il sera considéré comme un coup de com pour se positionner de façon politicienne, entre bien l’élection européenne et LA présidentielle 2012, rien d’autre, ni sur le fond, ni sur la forme.

              Bref, quand un penseur ne peut faire la démonstration de la profondeur de sa pensée d’un coté, et est ramené a une dimension d’intriguant aux petits calculs médiatique de l’autre pour faire exister sa petite entreprise politique,

              il n’en sort rien d’un grand évènement explicite, populaire et engageant sérieusement.

              amicalement, barbouse.


              • stephanemot stephanemot 1er mai 2009 02:29

                les essais politiques des annees 60 refletaient une epoque de debats d’idees intenses.

                les productions actuelles sont des rendez-vous ponctuels moins fondateurs et plus condenses.

                dans un environnement tres evolutif, le media livre doit etre reserve a des messages intemporels ou une mission precise

                le debat se fait au jour le jour sur des supports plus vivants - et faciles a modifier au fil de l’eau - comme le web


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 30 avril 2009 18:31

                OBervateur Stéphanemot,

                « 3) C’est marrant, y’a des élections dans quelques semaines. Et oh, j’allais oublier : coucou, j’existe. » C’est donc le moment idéal d’en parler, surtout que le pouvoir en place a déjà anticipé la campagne par des salves de tous bord..s confondus sur les deux principaux obstacles les B.B., Bailleroux, et Besan-conneau...Manque de pot, ça a fusé sur la réplique :

                Il s’agit de la « Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des Droits sur Internet », aussi appelée HADŒPI. en deux mots, UN MUR DE DESTIN, écartant définitivement le virtuel du papier et du support sponsor et matériel. Interdire à quiconque d’acheter un produit pour le livrer gratuitement le soir même sur la toile. Barrer la route entre le monde télévisé et numérique.

                L’inconvénient vient du fait que : ET la TVSF est responsable, en éditant elle même son produit, comme Europe, 1, Rtl, Rmc, Fip, etc, qui diffusent en direct ou en poscast leurs émissions sur la toile. Celles ci ne peuvent nullement reprocher aux internautes de reprendre leurs incursions pour les diffuser sur Google et donc partout ailleurs. Ce mouvement leur apporte de l’audition en retour et elles n’ont qu’à y gagner qu’on les écoute : En retour, le numérique se charge d’aller chercher des morceaux choisis dont certains off, des photos compromettantes qui peuvent faire la « une » de Maris Patch ( à quarante mille euros...) dès le dimanche suivant. Ainsi, il se rembourse de la dette que le premier se donne de diffuser gratuitement, sans apport financier sur la toile.

                Au contraire de cette loi, il faut autoriser le numérique et même l’encourager à ne produire que du off, et même mieux, plus la toile s’appliquera à produire elle même sa matière ( entre parenthèses, que la RNAP va chercher pour meubler ses longues soirées du samedi soir où l’on peut se réchauffer du recuit de bétisier, ( lequel d’ailleurs au début était réservé au soir de fins d’années ) . Et qui maintenant s’étale,,,,,, même dans les pubs où l’on peut voir pour rigoler un type se casser la gueule sur le trottoir d’une enseigne d’assurance...je vous laisse déduire du message subliminal que cela dispense...fin de parenthèses, mais en tous cas, ça en dit long sur l’usage que la TV s’octroie pour vendre des produits quine lui coûtent rien...

                Donc, reste à savoir lequel est sanctionnable et si la sanction lui est retournée de droit.

                HAD HOPE PEE TO PEER TOO SHAKE SPEAR TO CLEAR STREEM...
                 

                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 30 avril 2009 18:52

                  Désolé, j’ai fourché, le massage précédent était destiné à Christian Vanneste .

                  Pendant que j’y suis, il faut absolument voter pour Bailleroux, avec la tête qu’il a, on ne le verra pas souvent dans le poste pour causer au coin du micro. Celui là, il va nous foutre une paix radicale et on sera sûr que c’est son entourage immédiat qui va choisir de représenter l’humeur ambiante au gouvernelent.

                  ON VA PAS VOIR QU’UNE TêTE...


                • herve33 30 avril 2009 22:52

                  Malheureusement , actuellement en politique , le contenant est plus important que le contenu  , notre kaiser national et sa coure , l’ont bien compris , . Bayrou a beau sortir des vérités et des salves bien ajustées pour rabaisser l’égo hyper dimensionné de l’omniprésident , il va falloir qu’il soit bien plus charismatique pour emporter le suffrage des foules .

                  DE plus , Les médias traditionnels ne l’aident pas , c’est normal : dire certaines vérités ne plait pas surtout quand ces médias sont tous dans les mains de la bande du Fouquet .
                  Bayrou va devoir travailler sérieusement sa communication et pour l’emporter en 2012 il faudra qu’il utilise à fond le Net comme Obama , mais le problème c’est que le parti populiste qu’est devenu l’UMP , est entrain de décortiquer la campagne US pour nous sortir une nouvelle manipulation pour 2012 , surtout que les maisons de retraite où se trouve l’électorat de Sarko seront bientot etre équipés d’internet


                  • savouret 30 avril 2009 23:06

                    francois bayrou a le mérite de mettre en exergue les dérives du pouvoir actuel et de mettre celles ci en perspective en rappellant les fondements de notre modéle républicain

                    ceci dit, quelque soit l ’impact salutaire que peut avoir ce pamphlet dans la lutte contre le sarkozysme, il est bien entendu évident que mr bayrou s ’inscrit dans une démarche électoraliste et qu’il souhaite affermir son statut de principal opposant a sarkozy ce qui l amene a quelques « simplismes » dans sa réflexion

                    étant profondément opposé a la politique de sarkozy tant sur le fond que sur la forme, j ’adhére à un certain nombre d ’arguments exposés par le leader centriste, toutefois il me semble que les dérives qu’il évoque ,sont certes de plus en plus flagrantes avec notre hyperprésident, mais ne constituent pas une rupture par rapport a ses prédeccesseurs.

                    ainsi, il dénonce une aggravation des inégalites économiques et sociales ,or celles ci sont certes patentes, mais elles existent depuis une vingtaine d’années.en effet, chirac, mais aussi mitterand ont tous les deux mené une politique inspirée en partie par les préceptes du néolibéralisme.l’on peut débattre de l’efficacité économique de cette « idéologie » mais il parait indéniable qu’elle exacerbe inéluctablement les injustices sociales.

                    il me semble aussi que mr bayrou a longtemps soutenu une politique économique et sociale de droite qui était caracterisée par des grandes orientations qui ont inspiré le sarkozysme, meme si celui ci ci a contribué à les radicaliser.

                    en ce qui concerne la collusion du président et des élites économiques et médiatiques, il ne s’agit pas non plus d ’une nouveauté , car le giscardisme le mitterandisme ou le chiraquisme n ’etaient nullement des modéles de probité.cependant, la encore sarkozy semble amplifier des dérives préexistantes.

                    en fait, il me semble que mr bayrou insiste trop sur la rupture que consituerait l’exercice du pouvoir par sarkozy ainsi que sa politique économique et sociale par rapport aux autres présidents de la v ème république.je pense plutot qu’il s ’inscrit dans la continuité de ceux ci, tout en aggravant leurs « défauts » ou leurs erreurs.il me semble que la constitution de la vème république alliée aux principes de l’ultralibéralisme ne peuvent qu’amener un déficit démocratique et une absence de justice sociale à fortiori lorsque le pouvoir est détenu par un homme aux tendances narcissiques exacerbées qui est fasciné par le modéle économique et culturel anglosaxon.

                    l’on peut donc dire que les valeurs republicaines dont le président du modem fait l’apologie sont depuis longtemps transgressées par les détenteurs du pouvoir , encore plus depuis que sarko est l’omniprésident de notre pays.

                    je pense que mr bayrou est certes nettement plus faconné par les idéaux républicains que sarkozy et qu’il essaierait plus de les mettre en pratique que ce dernier si les francais venaient à l’elire(ce qui suppose selon moi que l ’assise électorale de son parti se renforce),mais qu’il serait malgre tout amené comme ses prédecesseurs à y renoncer en partie, a moins qu’il ne rejette avec plus de radicalité le systeme economique en vigueur.or ceci en ferait réellement un homme de gauche,ce qui n ’est pas son interet si il veut accéder à la fonction présidentielle.en effet, cette possibilité implique qu’il parvienne a conférer au modem une position centrale dans le paysage politique et que celui ci s ’affirme comme la troisième voie qui permettrait de transcender le clivage politique entre la droite et la gauche.


                    • stephanemot stephanemot 1er mai 2009 02:36

                      les debordements de l’executif sur le judiciaire et le mediatique ne datent pas d’hier mais c’etait avant tout une question d’individus et de pressions personnelles.

                      la nouveaute avec Sarkozy c’est le caractere systemique et irreversible par la loi. l’equilibre des pouvoirs est reellement menace.

                      et il a deliberement ouvert la boite de pandore sur la laicite.


                    • savouret 1er mai 2009 11:20

                      ll est vrai que sur le plan de la laicité il y a une veritable rupture par rapport a ses prédecesseurs


                      • JONAS JONAS 1er mai 2009 11:49

                        BAYROU  !

                        L’adepte des tracteurs, devenu «  détracteur  !  ». Lou Ravi  ! Je le vois bien dans une crèche, les bras levés en V  !

                        Ben, si les Français sont assez stupides pour voter pour cette nullité, bonjours la «  Libanisation de la France  ».

                        Il peut avoir collé une torgnole à un gamin de couleur, ne comptez pas sur lui pour aller au-delà…  !

                        C’est l’équivalent de la Cheftaine Aubry en Mec  ! «  Si tous les gars du monde voulez se donner la main…etc. Ne parlez pas de différences, ne dites pas qu’il est trop blond ou qu’il est noir comme du charbon, etc.  ».

                        Les Boys Scouts au pouvoir  !  !  !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès