Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le désarroi de la « gauche de progrès »

Le désarroi de la « gauche de progrès »

Les résultats électoraux du scrutin départemental des 22 et 29 mars ont pris la forme d’une gifle magistrale pour le Parti Socialiste et ses alliés. Malheureusement, ces résultats sont également une calamité pour la « gauche de progrès » dans l’optique des élections de 2017...

JPEG

Que le Parti Socialiste et ses proches alliés aient subi une claque monumentale dans les urnes, c’est une évidence : en un seul scrutin départemental, ce sont effet les gains de plusieurs décennies de conquête des anciens territoires de droite qui ont été effacés. La faute à une politique gouvernementale qui, sous la houlette du tandem Hollande-Valls, tourne le dos aux engagements électoraux de 2012. Et cela au mépris des électeurs, principalement de ceux qui, issus des classes populaires, ont le sentiment d’être des laissés-pour-compte, abandonnés à leurs difficultés économiques, à leurs galères sociales, à leur précarité croissante. Abandonnés à l’angoisse de lendemains qui déchantent.

Pour autant, il ne faut pas se leurrer : Hollande et Valls vont poursuivre dans la même voie, sur cette ligne politique qui ravit les financiers – ces prétendus « ennemis » dénoncés par le candidat socialiste en janvier 2012 ! –, et qui éloigne toujours plus les Français des classes populaires d’un camp politique auquel ils adhéraient naguère massivement, conquis par la vision socioéconomique de leaders altruistes. Pauvre Jaurès ! Lui et ceux qui ont soutenu son action sont aujourd’hui odieusement trahis par des lointains successeurs cyniques et opportunistes, avant tout motivés par leur propre carrière politique et le service des intérêts d’une caste composée d’élites autoproclamées et très largement consanguines.

Hollande, très probablement candidat à sa propre reconduction à la tête de l’État en 2017, est-il d’ores-et-déjà hors-jeu ? D’ores-et-déjà condamné à une piteuse élimination dès les le 1er tour de la Présidentielle ? Rien n’est moins sûr, et beaucoup dépendra de la conjoncture économique des deux prochaines années, et notamment de cette « embellie » annoncée qui pourrait, à terme, déboucher sur une baisse – fût-elle modeste – du chômage. Mais surtout, pour que le candidat du PS puisse espérer se qualifier lors du 1er tour, il lui faudra impérativement s’appuyer sur un large rassemblement des « forces de gauche ». Et c’est là que se situe le piège pour la « gauche de progrès ». Un piège qui sera mis en place dès les Régionales de l’automne.

Car il est évident que les caciques socialistes vont faire le forcing pour obtenir le plus large rassemblement possible afin de limiter les pertes de régions et, par cet exemple, démontrer que c’est résolument dans cette voie stratégique d’union autour de leur leadership qu’il convient d’aller vers 2017. Or, ce rassemblement passe par l’attitude conciliante des responsables politiques d’EELV. Avec ce parti comme allié, le PS peut en effet espérer garder le contrôle de la moitié des régions. Dans le cas contraire, il connaîtra sans nul doute une nouvelle Bérézina électorale. Dès lors, la question qui se pose est la suivante : que feront les caciques écologistes ?

Échaudés par leur expérience des Départementales où, dans la dispersion, ils se sont engagés – avec des résultats médiocres – sur des tactiques différentes, les responsables politiques d’EELV auront le choix entre trois attitudes en vue des Régionales : 1) Ils cèdent aux sirènes socialistes, moyennant quelques maroquins lors du prochain remaniement, mais s’interdisent du même coup de repartir à leur compte en 2017 sous peine d’apparaître comme d’incorrigibles girouettes. 2) Ils jouent leur propre carte, mais se coupent durablement, d’un côté, du Parti Socialiste, de l’autre, du Front de Gauche. 3) Ils refusent toute alliance avec le PS et jouent la carte de l’union des forces de progrès dès les Régionales, ce scrutin devenant de facto un laboratoire du renouvellement politique en vue de la Présidentielle de 2017.

Où se situe le piège pour la « gauche de progrès » ? Tout simplement dans la réponse qui sera apportée par EELV au PS. Si le parti écologiste s’engage dans une alliance avec les socialistes, le Front de Gauche restera marginalisé et ne pourra guère espérer, en 2017, améliorer ses scores de 2012 sur ses seules forces. Si EELV joue sa partition en solo, tout le monde à gauche sera perdant. Reste la troisième voie : une « Union des forces de progrès » regroupant le Front de Gauche (PC, PG et leurs alliés), EELV (diminué des supplétifs du PS) et Nouvelle Donne. Mais, pour réussir à convaincre les électeurs et se donner les chances de dépasser le Parti Socialiste en 2017, cette union doit se mettre en place dès cet été dans l’optique des Régionales en définissant un leadership clair et en engageant un nécessaire travail de pédagogie dans l’électorat en vue des échéances nationales.

Or là, rien n’est acquis, entre les dissensions qui perdurent au sein du Front de Gauche, et la tentation présidentielle d’une Duflot qui a compris qu’elle n’avait quasiment aucune chance de préempter le leadership d’une éventuelle union, mais n’en garde pas moins des ambitions personnelles acérées. Cela dit sans même connaître le point de vue des caciques de Nouvelle Donne. Il y a pourtant urgence à mettre sur pied une véritable force politique de gauche, unie sur des objectifs sociaux, économiques et environnementaux compatibles avec les valeurs traditionnelles du socialisme. Une force capable de damer le pion du PS et de repousser ce qu’il en reste vers sa famille naturelle : le centre-droit.

Dans de telles conditions, l’on comprend le désarroi qui prédomine chez les militants progressistes. Mais peut-être est-ce un mal pour un bien ? C’est en effet très souvent dans l’adversité que l’Homme découvre en lui-même les forces de son rebond.


Moyenne des avis sur cet article :  3.23/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

244 réactions à cet article    


  • Sharpshooter - Snoopy86 sharpshooter 30 mars 2015 15:25

    C’est surtout un sacré plan social qui se prépare au sein de cette gauche archaïque qu’il faut être gonflé pour appeler « de progrès »

    Entre municipales et départementales le fromage républicain de ces apparatchiks et de leurs clients a sacrément fondu et il y en a un paquet qui vont devoir abandonner leurs sinécures

    N’accusez pas l’austérité, elle n’a pas encore commencé ...


    • Fergus Fergus 30 mars 2015 16:02

      Bonjour, Sharpshooter.

      Je crois qu’il y a un renouvellement qui se fait au sein des partis situés à la gauche du PS, et c’est tant mieux car il y a besoin de sang neuf, d’idées neuves et d’un leadership repensé.


    • lsga lsga 30 mars 2015 16:06

      tout à fait. Précision pourquoi ils ne sont pas progressistes. 

       
      Courant Progressiste  : Qui veut aller de l’avant, accélérer l’Histoire (ex : créer une Europe sociale)
       
      Courant Conservateur  : Qui veut avancer tranquillement, en faisant bien attention de ne pas perdre l’existant (capital, patrimoine, acquis sociaux) 
       
      Courant réactionnaire : qui veut retourner en arrière dans le temps 
       
       
      Les forces soit disant d’extrême gauche en France freinent des 4 fers pour empêcher une union des gauches progressistes européennes. Depuis Pétain (sécurité social, retraite, SMIC, etc.), le prolétariat français avait cumulé un tellement grand nombre d’acquis sociaux, que ces forces de gauche ne veulent SURTOUT PAS d’un mouvement européen, avec un programme européen, susceptible d’être au rabais par rapport à leur propres acquis. Tant pis pour eux, ils perdront TOUT. 
       
      La gauche progressiste ne peut plus être nationale. Aujourd’hui, tout mouvement d’échelle nationale est réactionnaire par nature.  


    • Fergus Fergus 30 mars 2015 16:39

      Bonjour, lsga

      En réalité, il n’y a pas un parti en France qui soit purement progressiste, conservateur ou réactionnaire.

      Pour ce qui est de la gauche radicale, le fait est qu’elle gagnerait à resserrer ses relations avec les partis progressistes européens. Mais il faudrait pour cela qu’elle améliore ses aptitudes à négocier des compromis, ce que bien souvent elle se refuse à faire.


    • Sharpshooter - Snoopy86 sharpshooter 30 mars 2015 16:41

      Fergus

      Quand on voit en illustration Mélenchon qui pendant des décennies a avalé toutes les couleuvres du PS avant de se « révolter » , une fois sa retraite de sénateur assurée ...

      Quand on voit Laurent, apparatchik stalinien, fils d’apparatchik stalinien ...

      Quand on voit Emmanuelle Cosse secrétaire générale des ragondins d’EELV, le seul parti au monde qui ait plus de tendances que de militants

      Il y a franchement de quoi rigoler quant à un futur progrès possible ....

      En attendant, Aubry a perdu le Nord

      Hollande a perdu la Corrèze

      Valls a perdu l’Essonne

      Sainte-Ségolène de la Bravitude a perdu les Deux-Sèvres

      Montebourg a perdu la Saône et Loire

      Branlée, rouste, déculottée, torgnole, fessée, appelez cela comme vous voulez

      Le progrès, pour moi qui suis de droite républicaine il est là ...


    • lsga lsga 30 mars 2015 16:56

      Alors c’est simple :

       
      EELV est progressiste, c’est probablement les seuls en France. 
      FdG et FN : totalement réac, même si bien sûr, le FdG ne fait pas dans le racisme et l’homophobie.
      PS et UMP : conservateurs.

    • Kevin Queral Kevin Queral 30 mars 2015 16:56

      @lsga Bon dieu, y-a-t-il un peu de logique dans votre cervelle ? Vous dîtes :

       
      "Les États Nations, les États Providences, les systèmes sociaux nationaux SONT MORTS. Ils n’existent déjà plus. Vouloir les ressortir du placard, c’est vouloir retourner en arrière dans le temps, c’est faire des années 70-80 « le bon vieux temps de quand c’était mieux avant », c’est donc RÉ-AC-TION-NAIRE. Le Front de Gauche étant un parti NATIONAL, défendant le RETOUR à un état social NATIONAL, il est RÉ-AC-TION-NAIRE."

      Qu’on ne puisse pas revenir en arrière ou se baigner deux fois dans le même fleuve, c’est acquis, panta rhei.
      Mais vous faites un paralogisme en prétendant que vouloir retrouver certaines caractéristiques d’un temps passé est foncièrement mauvais ou réactionnaire.
      Si l’on baisse votre salaire de 40% est-il progressiste de trouver cela agréable. Et est-il réactionnaire de vouloir l’augmenter à nouveau ?

      Vous laissant à votre réflexion,
      très cordialement.


    • Fergus Fergus 30 mars 2015 16:58

      @ Sharpshooter

      Il est vrai que quand on voit Sarkozy à la tête de l’UMP, on est rassuré par cet homme mouillé jusqu’au cou dans de multiples turpitudes financières et dont tous les amis politiques ou personnels ont été, sont, ou vont être mis en examen, à l’image de ces Balkany dont il a fait de l’une la marraine de son fils, et de l’autre un incontournable compagnon de ses déplacements. La droite républicaine à cette sauce-là : un modèle pour tous les Français !


    • lsga lsga 30 mars 2015 17:03

      « Si l’on baisse votre salaire de 40% est-il progressiste de trouver cela agréable. Et est-il réactionnaire de vouloir l’augmenter à nouveau ? » 

       
      Oui, bien entendu. Je dirais même : c’est le coeur du problème. Se battre pour l’augmentation des salaires est réactionnaire par nature.
       
      Se battre pour l’abolition du Salariat : voilà ce qui est progressiste.

       « Au lieu du mot d’ordre conservateur : »Un salaire équitable pour une journée de travail équitable« , ils doivent inscrire sur leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire : »Abolition du salariat« . »
       
      D’autres questions ?

    • Kevin Queral Kevin Queral 30 mars 2015 17:47

      @lsga
      Bien. Vous ne semblez pas avoir compris que la question du salaire n’était qu’un exemple illustratif et non le fond de la question. Au passage je suis d’accord avec vous quant à l’abolition du salariat.
      Alors,
      si A est absolument préférable à B. Et que A a précédé B, doit-on conclure qu’il est réactionnaire de préférer A à B ?

      exemple : Vous êtes en bonne santé. Vous tombez gravement malade.
      Est-il réactionnaire de préférer la bonne santé ?

      Et bien sûr, il est entendu qu’il est progressiste de faire progresser la médecine.


    • lsga lsga 30 mars 2015 18:10

      ma santé n’est pas historique Kevin. Là, ce sont des concepts historiques.

       
      Pour répondre à votre question :
      Si A a précédé B et que A était mieux que B : vivement C qui sera encore mieux que A.
       
      Celui qui veut retourner à A est réactionnaire. Celui qui veut faire trainer B est conservateur. Celui qui veut hâter la venu de C est progressiste. 
       
      Au passage, le retour à A n’est jamais possible. JA-MAIS. 

    • Garance 30 mars 2015 20:14

      @Fergus


      Auriez-vous des accointances au sein de l’appareil dirigeant ?

      Vous demandiez du sang neuf ?

      En voilà


      Un p’tit retour en Sarko One et l’« affaire » est dans le sac

      A genoux la Cécile : elle a été réduite au silence ( tant il est vrai qu’on ne parle pas la bouche pleine )

      Il aurait pu « dialoguer » avec Emmanuelle , celle qui lui fait les yeux doux depuis que Cécile est partie jouer à la grande fille

      Ben non : entre les deux il a choisi

      Faut pas exagérer ; entre Cécile et Emmanuelle ; il y a pas photo



      J’aurais fait le même choix que le Bouffi et vous ?

      Que ce soit en scooter ou en Sarko One ; y a pas à dire : peu de femmes lui résistent au Gras-du-Bide

      Enfin maintenant vous voilà rassuré : Cécile is back et le PS est sauvé smiley



    • Fergus Fergus 30 mars 2015 20:39

      Bonsoir, Garance

      Merci pour ces informations de la plus haute importance. Cela dit, à la place de Hollande, je me méfierais : Duflot à la dent dure. Aïe !!!


    • Garance 30 mars 2015 21:01

      @Fergus


      Excellent... !!!  smiley  smiley  smiley

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 mars 2015 22:39

      @lsga
      Bien sûr que les Verts sont progressistes, selon St Isga, ils veulent les euro-régions, et en finir avec les Etats Nations ! Pour mieux nous soumettre à Bruxelles et aux multinationales.


    • La Dame du Lac La Dame du Lac 31 mars 2015 00:34

      @lsga
      Les racistes c’est peut être les patrons qui font venir en masse les étrangers pour en faire des esclaves , non ? Ceux et celles qui veulent mettre fin à ces migrations économiques et esclavagistes sont peut être d’authentiques anti racistes, n’est-ce pas ? L’immigration est une violence faite à tous les peuples, la cautionner est tout simplement cruel, inhumain et raciste. La cautionner revient en réalité à dire OUI au mondialisme et à son économie brutale.
      Un peu de réflexion mon cher !


    • Fergus Fergus 31 mars 2015 09:06

      Bonjour, La Dame du Lac

      « L’immigration est une violence faite à tous les peuples »

      Comme vous y allez ! Les exils forcés liés à l’esclavage sont une violence imposée. Mais l’immigration a pris au fil des siècles (et prend encore) des formes si différentes que l’on ne peut l’amalgamer à la traite des personnes.

      Certes, beaucoup de ceux qui émigrent le font sous la contrainte économique ou environnementale ressentie dans leur pays d’origine - et c’est souvent un drame humain -, mais ce n’est pas le cas de tous : de tous temps, une partie des populations a choisi de migrer au motif que l’herbe est plus ailleurs.

      Bref, ce n’est pas simple ! Quant à l’immigration actuelle en France, elle se situe à un niveau relativement faible avec son solde migratoire annuel de 80 000 à 100 000 personnes, une goutte d’eau rapporté aux 66 millions qui vivent sur notre sol.


    • julius 1ER 31 mars 2015 09:33

      @lsga

      et pis c’est tout !!!!!!!!!!!!!

    • Aldous Aldous 31 mars 2015 12:37

      @Garance
      Saviez vous de Duflot a des origines nobilières écossaises ?

      Son vrai nom c’est Duflot de Connery... smiley


    • Le chien qui danse 31 mars 2015 13:45

      @lsga
      Je pense que c’est un peu exagéré, ok la gauche radicale est « patriote » pas nationaliste, et l’initiative de la 6ème république n’est pour aller vers votre définition du réactionnaire de gauche. Mais il faut encore porter le fer sur la société productiviste, j’en convient, ça viendra... si on a le temps...


    • malitourne malitourne 31 mars 2015 14:03

      @lsga
      Oui, oui, table rase du passé tout ça...

      En tout cas vieux, si tu veux venir jouer les pol poth chez moi, fait gaffe parce que ça se passera mal...


    • La Dame du Lac La Dame du Lac 31 mars 2015 14:45

      Bonjour Fergus
      Bien sûr, je parle de l’immigration faite au nom du Capital, ou encore de l’immigration illégale. Quant aux chiffres....J’ai d’autres sources, et un autre en aura encore d’autres. Le problème est là , mais en aucun cas je ne croirais les sources gouvernementales, j’ai des yeux et je vois. Je suis pour une immigration choisie, pas pour une immigration chaotique, comme toute personne sensée je pense.


    • fred.foyn Le p’tit Charles 30 mars 2015 15:27

      la « gauche de progrès »... ?

      C’est une galéjade...une arnaque.. !


      • Fergus Fergus 30 mars 2015 16:03

        Bonjour, Le p’tit Charles

        Libre à vous de le croire. Je ne pense pas que ce soit le cas au niveau des idées.


      • lsga lsga 30 mars 2015 16:09

        @Fergus
        le retour à une France sociale serait un retour en arrière.

        Un retour étant un retour : étonnant non ?
         
        Le progrès va de l’avant. Ce qui ne serait pas une arnaque : c’est un parti de gauche unique pour toute l’Europe, avec un programme économique unique pour toute l’Europe, qui fait fi des différences nationales, et fait table rase du passé. 

      • fred.foyn Le p’tit Charles 30 mars 2015 16:30

        v@Fergus...Fergus..vous êtes sérieux..au vu de l’état de notre pays..De toute façon notre société est dans l’impossibilité de changer quoique ce soit...Bruxelles décide de tout...(plus de 80%)..les politicards jouent au yoyo en attendant la disparition de notre nation...Mentent sur tout..et surtout son incompétents... !


      • Fergus Fergus 30 mars 2015 18:35

        @ Le p’tit Charles

        « Bruxelles décide de tout »

        Non, ça ne se passe pas comme cela : ce sont les chefs d’Etat réunis dans le Conseil européen qui décident (ou les ministres nationaux dans les Conseils des ministres à un niveau moindre), la Commission n’étant que le bras armé de ces entités. Sans l’accord de nos représentants, nombre d’orientations ne seraient pas prises. Il faut donc prioritairement s’en prendre à nos propres représentants, et notamment à Hollande pour le Conseil européen, et à Sapin pour l’Eurogroupe.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 mars 2015 21:32

        @Fergus
        Il n’y a aucun « avenir de progrès » à attendre de l’ Union européenne.
        C’est une construction réactionnaire, engagée dans une lutte de classe sans merci.
        C’est votre aveuglement sur la nature de la construction européenne qui fait que vous refusez de vous occuper de la France et des français.


      • Fergus Fergus 30 mars 2015 22:43

         Bonsoir, Fifi Brind_acier

        Merci pour cette contribution attendue à la propagande de l’UPR.


      • Philippe Stephan Slipenfer 31 mars 2015 00:09

        @lsga

        ils iront de l’avant mais en marche arrière ... smiley


      • La Dame du Lac La Dame du Lac 31 mars 2015 00:26

        @lsga

        "un parti de gauche unique pour toute l’Europe, avec un programme économique unique pour toute l’Europe, qui fait fi des différences nationales, et fait table rase du passé. "

        Mais c’est exactement la philosophie du Mondialisme dont les fondateurs ne sont autres que des gaucho- progressistes et feministes. Une super dictature des super riches sur les supers pauvres...La définition du communisme en sorte, telle que l’avait écrite Rothschild, le plus grand financiers de tous les communistes. Qui cherche trouve.

        Isga, j’ai l’honneur de vous annoncer que vous n’êtes point un pourfendeur de ce système que vous croyez combattre puisque sans le savoir vous en défendez tous les fondements progressistes, Mondialistes et destructeurs . Vous êtes Mondialiste et vous l’ignorez. Eux aussi veulent faire Tabula rasa de notre passé. Marrant hein ?


      • Aldous Aldous 31 mars 2015 11:44

        @lsga
        Vision totalement utopiste et démentie par l’Histoire.


        Le progressisme est une escroquerie intellectuelle moderniste destinée â nous faire gober toutes les élucubrations que les doctrinaires révolutionnaires d’un coté et les escrocs capitalistes de l’autre tentent de nous présenter comme des améliorations et des affranchissements.

        Les Grecs maitrisaient la mécanique de précision. C’est le mécanisme repêché au large d’anticythère en 1911 qui nous l’a révélé. Mais on l’a vite relégué dans un tiroir poussiéreux. Pourquoi ? Parce que ça contredisait notre belle théorie progressiste. Et on a continué d’enseigner aux têtes blondes que c’est au XVIIe siècle qu’on s’est mis à maitriser la mécanique de précision.

        Il n’y a pas de continuité historique. Il y a des civilisation qui croissent et périssent et la nôtre ne croît plus.

        Du coup, dans cette phase descendante, le progressisme est contraint à une succession de promesses trahies. 

        On a promis aux prolétaires des lendemains qui chantent, ils ont eu le goulag. On a promis aux paysans la libération du sevrage ils ont eu l’enfer collectiviste et l’extermination des koulaks. On a promis aux Chinois l’affanchissement et ils ont eu le grand bond en avant et ses famines, la révolution culturelle et l’abrutissement d’une nation, et maintenant ils sont devenus les esclaves du monde capitalistes.

        Les « progressistes » d’aujourd’hui sont des escrocs encore pire. Après avoir trahi le prolétariat et les immigrés ils veulent nous faire croire que le progrès c’est la sodomie, la location des utérus, l’euthanasie, l’asexualité, l’impudeur, et bientôt la zoophilie, l’inceste et la pédophilie.

        Bref, la promotion du droit au vice pour faire oublier qu’on néglige les droits politiques et la vertu civique.

        Est-ce réactionnaire ?... Encore heureux. Il n’y a que les cadavres qui sont dépourvus de réactions quand on les maltraite.

      • Le chien qui danse 31 mars 2015 13:50

        @La Dame du Lac
        Ha bon «  Une super dictature des super riches sur les supers pauvres... » c’est la seule perspective que vous entrevoyez, vous êtes comme Fifi, petit bout de lorgnette pour défendre votre retour à la « nation » française.
        On peut très bien changer « la compétition par la prédation » par la « collaboration par la mutualisation ».


      • La Dame du Lac La Dame du Lac 31 mars 2015 14:49

        @Le chien qui danse
        C’est une perspective que je déplore mais je suis réaliste et je sais vers où nous allons. Croyez moi encore une fois, je le déplore plus que tout. Pour tout vous dire, la dictature des « Super riches » sur les « supers pauvres » est déjà une réalité mondiale. Elle est nôtre, aussi édulcorée soit cette réalité


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 mars 2015 19:26

        @Fergus
        Ce n’est pas moi, ni l’ UPR qui le dit, c’est Robert Mundell, l’inventeur de l’euro !
        « Les ravages sociaux de l’euro, une stratégie délibérée ».


      • Fergus Fergus 31 mars 2015 19:57

        @ Fifi Brind_acier

        Oui, et alors ? S’agit-il de la parole révélée ? Mundell, le nouveau messie ?


      • Rmanal 30 mars 2015 15:40

        Fergus, je partage tout à fait votre avis. Hélas aussi bien au PC qu’à EELV, ce qui prime c’est d’être élu avant tout. Les idées ou les Français ils s’en foutent bien. C’est cela qui explique d’une part une abstention hallucinante (qui au passage ne comprend même pas les votes nuls/blancs) et d’autre part un report des classes populaires vers le FN.
        J’entendais hier un Philipot dire que la première lutte des élus FN serait de pousser à arrêter le versement de retraite aux anciens élus, eh bien il faut dire que cela touche plus les gens du peuple que les discours de politicard. J’aurai bien aimé entendre la même chose de cette gauche du progrès que l’on ne voit pas et que l’on n’entend pas.
        Il faudrait remettre les choses à plat en créant effectivement un nouveau parti, comme die Linke, et surtout appeler le PS ce qu’il est devenu, à savoir un parti social libéral, ni à droite ni à gauche.


        • leypanou 30 mars 2015 15:54

          @Rmanal
          « appeler le PS ce qu’il est devenu, à savoir un parti social libéral, ni à droite ni à gauche.  » : un parti social libéral est de droite tout court non ?

          Ou encore la droite complexée d’après F Lordon ou encore la 2ème droite de JP Garnier.


        • Rmanal 30 mars 2015 16:00

          @leypanou
          Non le libéralisme économique n’est pas lié à la droite, ni non plus à la gauche. Il y a autant de gens de gauche ou de droite qui sont libéraux, et les gens de droite de type réac ne sont certainement pas libéraux (voir Zemmour).
          C’est le piège du libéralisme, car c’est un axe qui sort des conventions du XXè siècle pour décrire les courants politiques.


        • Fergus Fergus 30 mars 2015 16:05

          Bonjour, Rmanal.

          Rien à ajouter à votre commentaire de 15:40. Il résume parfaitement ce que je pense.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès