Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le dilemme des socialistes

Le dilemme des socialistes

Les socialistes sont actuellement face à un choix d’importance concernant la campagne des présidentielles et des législatives.

Chacun sait qu’être dans l’opposition est une situation bien plus favorable pour se présenter aux élections régionales, que diriger l’Etat et être ainsi responsable de la mauvaise marche (les médias comme les râleurs, n’éclairent jamais que ce qui ne va pas) des affaires qui le concernent.
Or la montée en puissance de l’Europe ne peut se faire qu’au détriment du pouvoir (réel) des gouvernements et des assemblées nationales.
Dans le même temps, les régions deviennent un lieu stratégique qui bénéficie de nombreux atouts que n’a pas le pays, notamment en ce qui concerne la cohésion et donc la capacité de mobiliser un nombre important de citoyens (souvent indépendamment des considérations de parti) sur des projets importants.
Le Lorrain se sent souvent bien plus proche de l’Allemand ou du Luxembourgeois que du Marseillais ou du Réunionnais.

Par ailleurs, les régions contrôlent un très grand nombre d’emplois ainsi que des volumes financiers de plus en plus importants, liés notamment à des projets européens, pour lesquels cette unité géographique est tout à fait adéquate.



Alors que choisir ?
Le nombre pourrait, compte tenu des opportunités correspondantes, faire pencher la balance du côté des régions.
Les élections nationales (présidentielle incluse) ne seraient alors que l’occasion de manifester des exigences que l’on pourrait ensuite rappeler, dans l’opposition, aux moments opportuns (nouvelles élections locales).

Bien sûr, au sein du Parti socialiste, il existe des tribuns (pour lesquels les tribunes nationales ont un lustre irrésistible) et des militants disciplinés, qui ne font pas de calculs aussi "petits".
Mais l’on peut faire confiance en l’habileté et le savoir-faire des cadres du parti pour faire manoeuvrer le bateau dans la direction qui sera jugée, la somme de tous les gains/pertes potentiels étant faite, la plus juteuse si ce n’est judicieuse.
Ce qui, dans le cas où les présidentielles/législatives seraient sacrifiées à la sécurité (conserver toutes les régions moins une) supposerait un fin dosage de cette machine à perdre que redoute tant, bien qu’elle soit elle-même présidente d’une région*, Ségolène Royale, plus encore que ses derniers concurrents internes, peut-être même en lice pour la saborder un peu.



* Ce qui ne justifie pas pour autant sa frilosité face à ses concurrents à l’investiture.
* mais quand le lustre de l’Elysée a éclairé le fond de l’oeil, pour la rétine éblouie, le choix de Paris est définitivement fait.


Moyenne des avis sur cet article :  1.98/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Corwinhawk (---.---.101.8) 18 octobre 2006 12:39

    En résumé, les socialistes savent qu’il sont incapables de gouverner, donc s’ils gagnent la présidentielle et les législatives, les français vont s’en rendre compte et vont les sanctionner aux prochaines élections locales. Au contraire, s’ils perdent, ils pensent que les français vont sanctionner la droite et leur faire gagner les élections locales.

    La machine a perdre porte bien son nom.


    • Le bateleur Le bateleur 18 octobre 2006 22:04

      Ici le mérite n’a pas tant d’influence sur le résultat.

      Ce n’est pas tant parce qu’ils ont des doutes à propos de leur capacité de gouverner que les socialistes sont méfiants d’un accès au pouvoir (relatif) que confère à celui qui le possède, le siège de président et la majorité à l’assemblée nationnale.

      Mais bien plutôt parce qu’ils savent que « mécaniquement » celui qui est au pouvoir a un handicap certain pour les élections locales.

      Perdre d’une manière habile, c’est à dire en piégeant le terrain en forçant l’adversaire à pousser les promesses (certains surenchérissent dans cet esprit sur E-bay (sourire)² juste pour pousser un peu l’autre en face) jusqu’à un niveau intenable Promesse que l’on pourra ensuite évoquer au moment opportun ... par exemple les régionnales après les avoir laissé en sommeil le temps qu’il faut.


    • (---.---.37.70) 18 octobre 2006 13:49

      Les socialo ont surtout un probléme d’idéologie : ou ils gardent leur idées Marxistes de partageux, ou ils sautent franchement dans le XXIéme siécle et arrete d’être le parti le plus archaique et rétrograde d’Europe. Dans l’un et l’autre cas, ils risque de perdre pas mal de bulletin de votes, grace aux Staliniens..


      • Le bateleur Le bateleur 18 octobre 2006 22:07

        Au risque de vous contredire totalement

        Les socialistes, comme les autres partis ont en leur sein la quasi totalité du paysage politique représenté ce qui inclu des sensibilités à droite (pour certains dossier) et même au-delà ainsi que quelques restes au parfum de chars printaniers.


      • (---.---.37.70) 19 octobre 2006 12:26

        Les socialos sont sous la coupe de l’extréme gauche, avec qui ils vont faire sans vergogne une alliance (la droite devrait faire la même chose avec le Fn, je trouve, y’a pas de raison).

        Plus important, le déclin ineluctable de l’etat détruit les fondement même du socialisme. C’est l’Etat qui à besoin de l’entreprise, plus l’inverse. Et les socialo tape en plus dessus comme si elle était une ennemi « J’aime pas les riches ! ». Dans le même genre, je propose de casser la gueule à tous les médecins pour réduire le nombre de malades...


      • Lorenzo (---.---.37.69) 18 octobre 2006 13:52

        On écrit dilemme avec 2 M smiley


        • Le bateleur Le bateleur 18 octobre 2006 22:07

          Quand on m on ne compte pas ... et sinon ?


        • THOMAS33 (---.---.244.210) 19 octobre 2006 18:34

          Le PS n’a d’autre rôle que de prolonger le pouvoir de nuisance de la fonction publique et de maintenir sous perfusion sociale les immigrés. A moins d’être fonctionnaire dans l’EN ou immigré récent et sans emploi je ne vois pas ce que l’on peut attendre d’un tel parti.


          • cestpaspermi (---.---.237.238) 19 octobre 2006 18:40

            @ Avox:je réclame au plus vite un filtre à fachos:marre de lire leurs conneries.


            • Le péripate Le péripate 19 octobre 2006 18:53

              Délire grave !!! Perdre pour gagner !!! Au échec, ça s’appele un gambit. Mais pour sacrifier la reine, il faut avoir un mat dans les quelques coup qui suivent... Mettez les pieds dans un parti politique, il y a le choix, et vous apprendrez peut être quelques choses... salut


              • Le bateleur Le bateleur 26 octobre 2006 14:24

                Oui la plupart des gambits sont déclassés par la théorie des ouvertures aux échecs.

                Mais ici il s’agit justement d’un changement de règle (élargissement du champ mental indispensable (sourire)² )

                Le gagnant était celui qui avait le poste de roi (président) et l’assemblée

                Or il est fort possible que ce ne soit plus le cas sur le moyen terme.

                Lire à ce propos la position de Chevènement à propos de l’Europe et des Nations.

                Sinon se mettre dans un parti politique est le meilleur moyen pour avoir son angle de vu réduit des 3/4 mieux vaut prendre l’information (de vous par exemple (sourire)² ) chez des personnes de confiance qui auront fait ce sacrifice (sourire²)²

                Luc Comeau-Montasse


              • esnans 19 octobre 2006 23:56

                Je me fais du souci pour l’avenir politique et personnel de F. Hollande. Si « Madame » gagne l’élection présidentielle que devient notre Ami ? Régent où j’ai peine à l’écrire, « Prince consort » chargé de veiller à la bonne éducation des enfants de la Présidente. Quelle place dans les cortèges officiels ? Il a l’air gentil, faudra l’être beaucoup pour que cela passe sans scènes de ménage. Imaginons maintenant l’échec. Haro sur le Baudet. De sa faute. Mauvaise stratégie. Démission, démission !! Pas de cadeaux à attendre des « éliminés ».... Esnans.


                • Rétif 15 avril 2008 23:26

                  Alors les socialos auraient fait exprès de perdre ? C’ est décidément très fort !!! Ou bien l’auteur ?

                  Vous y croyez, vous ?

                  Les socialos ne savaient pas qu’ ils n’ avaient plus d’ idées. Un jour, ils se sont retrouvés au pouvoir. Il nous faut une idée, vite, vite ! On cria : "les 35 heures ! ". Génial ; on y va !

                  Et puis, encore des élections ! Faut y aller, on peut pas faire autrement ! Alors, qu’est-ce qu’on fera ? T ’as une idée ? Les 35 heures ? C’ est déjà fait, alors une idée, vite ! Rien ? Alors vaut mieux les perdre, si on n’ a pas d’ idées, mais comment faire ?

                  T ’ en fait pas les électeurs s’ en sont déjà aperçus, ils sauront faire !!!

                   


                  • Le bateleur Le bateleur 16 avril 2008 00:38

                    Oui, les socialistes jouent aussi de la réponse fontionnelle

                    Dans laquelle la proposition n’est rien de plus que l’empreinte du problème (le CPE était de la même nature, la police des mers contre le piratage idem)

                    Sinon, même s’ils n’ont pas cherché consciemment à perdre, ils n’ont pas mis toutes leurs forces dans la bataille, au point que (d’autres l’ont constaté depuis) Bayrou a pu les grignoter à droite.

                    Une erreur serait tout de même de tomber dans cette fausse réponse à tout

                    La droite est mauvaise ... que proposent les socialistes.

                    C’est à ce type de réaction que l’on voit les dégats de la numérisation des cerveaux
                    la réponse bipolaire étant la seule envisageable.

                    Rappelons que les municipales ont vu une défaite de la droite non imputable à la gauche socialiste
                    mais plutôt à une très bonne prestation des communistes et consort

                    D’où l’humilité ... nécessaire de Holland qui ne pouvait pas revendiquer grand chose.

                    Quant aux électeurs
                    au contraire j’en ai rencontré de nombreux qui ne savaient plus que faire
                    revenus de tout après avoir cru que tout allait vraiment changer ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès