Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le discours politique présidentiel : entre communication, conjoncture et (...)

Le discours politique présidentiel : entre communication, conjoncture et civilisation

Les différents et ô combien nombreux messages délivrés par la présidence française en huit mois avancent des idées, des projets d’action, des prises de position... Et débouchent parfois sur des interférences.

Lorsque Nicolas Sarkozy évoque une « politique de civilisation », prônée par Edgar Morin dans un ouvrage du même nom (en 1997), il appuie la nécessité structurelle de changer de modèle, mais aussi de prendre le temps et la mesure des mutations. Or, le rythme effréné, du moins du point de vue de la communication, imposé par le nouvel exécutif, ne permet pas d’entrer dans l’analyse de ces mesures et propositions et, encore moins, d’en discuter les éventuels résultats. L’agenda, ainsi, a grignoté l’espace médiatique qui, jusque-là, était réservé aux bilans.

L’action politique, tiraillée entre conjoncture et structure, est aujourd’hui mise face à ce grand écart par la communication présidentielle. Lorsque Nicolas Sarkozy cite Edgar Morin, il affiche non seulement la volonté d’ancrer son action dans le solennel et le durable, mais aussi de donner du corps philosophique à son action. Or, l’idée d’urgence qui accompagne l’action exécutive depuis huit mois donne surtout l’impression d’un colmatage de brèches, avant que puissent être éventuellement envisagées des réformes de fond.

L’agenda politique au service du court terme ?

A première vue, ce rythme, cette succession de propositions et d’effets d’annonce, donnent l’impression d’une activité permanente, d’une gouvernance qui se ferait constamment dans l’action, et non dans la réflexion (du moins jusqu’à la référence à Edgar Morin). Cela semble contraster avec l’idée d’un changement structurel de la société, qui nécessiterait de grandes réformes que l’on ne pourrait juger que sur la durée : ici, l’évaluation du gouvernement par un cabinet privé, prêt à noter l’action des ministres au bout de huit mois, ne donne pas une impression forte de recul.

Cependant, peut-être faut-il y voir là une volonté, par les effets d’annonce et l’accaparement de la machine médiatique, de posséder le temps de l’information et ne pas laisser le public (les citoyens) dans une posture d’attente, mais de réception permanente. Nous pouvons ainsi penser que les politiques engagées n’attendent que de se révéler à moyen et long terme, et que la communication politique "agressive" que nous connaissons ne sert que d’amuse-gueule en attendant les bilans qui, dans une vie politique idéale, ne pourraient être décemment discutés qu’au bout d’une période minimale, en fonction des domaines abordés. A priori, noter l’action de Christine Albanel, ministre de la Culture, sur des résultats à six mois, serait une erreur ; d’autant que c’est elle qui, en partie, détient les clés de cette civilisation... Boutade.

Projets de campagne et projet de civilisation

Peut-on vouloir relancer la croissance et axer une grande partie de son discours politique sur le pouvoir d’achat tout en exprimant le désir d’une politique de civilisation renouvelée ? Edgar Morin, interrogé à ce sujet, explique (sur diplomatie.gouv.fr ) :

"Tout ce qui a constitué le visage lumineux de la civilisation occidentale présente aujourd’hui un envers de plus en plus sombre. Ainsi, l’individualisme, qui est l’une des grandes conquêtes de la civilisation occidentale, s’accompagne de plus en plus de phénomènes d’atomisation, de solitude, d’égocentrisme, de dégradation des solidarités. Autre produit ambivalent de notre civilisation, la technique, qui a libéré l’homme d’énormes dépenses énergétiques pour les confier aux machines, a dans le même temps asservi la société à la logique quantitative de ces machines."


Edgar Morin poursuit son développement en expliquant que la technique est également responsable des dangers militaires modernes (la menace nucléaire par exemple), mais aussi des mutations environnementales hostiles que nous connaissons, et que le Giec a, depuis, officialisées.

Certes, le Grenelle de l’environnement est une grande avancée politique, et peut-être civilisationnelle, car l’humanité reconnaît enfin son appartenance à la nature, et non l’inverse ; cela ne s’est probablement pas produit en Occident depuis la sédentarisation des peuples. Néanmoins, le souci de croissance, la dimension économique des visites en Chine, en Libye ou en Arabie saoudite, tout comme la volonté - encore une fois - de distribuer des notes à son gouvernement selon des méthodes de management déjà éprouvées dans le monde de l’entreprise, semblent contredire cette volonté.

Les changements demandent du temps ; gageons que leur mise en place nécessite aussi, de la part des citoyens, de la patience. Toutefois, l’annonce médiatique étant le point essentiel de la politique moderne, reste à espérer que ces références, qui impliquent tout de même un lourd passif philosophique et culturel, ne soient pas utilisées ici comme un nouveau couteau suisse communicationnel, mais comme un vrai point de départ. Sur ce point, le président - au nom de l’exécutif - sera évalué sur ses actions et non sur des résultats, car tout le monde a bien conscience que l’on ne change pas une civilisation en cinq ans.

Cette nouvelle impulsion, qui s’incarne de manière protéiforme dans les réflexions d’experts environnementaux, économistes, sociologues et philosophes doit absolument outrepasser aujourd’hui le stade de la référence présidentielle.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 17 janvier 2008 00:07

    Qu’est ce qu’on s’emmerde !

     


    • ernst 17 janvier 2008 02:19

      Et pendant que vous nous causez d’E.Morin, le plus enfonceur de portes ouvertes du siècle, l’État vole 0.5 point sur les livrets A sans que personne ne moufte, les EU commencent la descente vertigineuse d’un Krach boursier qui nous entraîne tous dans le maeltrom qui mène d’habitude aux guerres...

      Sarko, sous prétexte de signature du « simplifié » se fait aménager une Constitution qui lui donnera un pouvoir de dictateur bolivarien, va épouser sa pouffe qui a servi à tout le monde avant lui, mais qui nous représentera quand même... tandis que la récession et la délocalisation chez Mittal ne laisse aucun espoir d’améliorer la situation dramatique de l’Est Lorrain...

      Cause moi Civilisation, mec, c’est vachement intéressant !...


      • Steve Bonet Steve Bonet 17 janvier 2008 02:27

        Je crois qu’on est d’accord, j’ai sûrement dû mal m’exprimer...

        Effectivement, je reviens sur la question de la citation d’un concept d’Edgar Morin, mais c’était bien pour signifier qu’il ne s’agissait là que d’une référence. Comme très souvent d’ailleurs dans le dispositif communicationnel du président, on reste à la surface pendant que l’actualité déroule, elle, des fais bruts (dans les deux sens du terme). Tous ces faits, selon moi, renvoient quand même à une idée : il est temps de repenser globalement certains dispositifs dans la triade social - économique - environnemental. Je ne disais pas autre chose, peut-être d’ailleurs n’en ai-je pas assez dit dans cet article. Mea culpa, c’était le premier sur ce site.


      • pseudo pseudo 17 janvier 2008 09:55

        N. Sarkosy est un hyperactif qui s’agite dans tous les sens, à peine a-t-il commencé quelque chose qu’il passe à autre chose. Son action politique ? Bouger le plus possible, pour étourdir tout le monde et agir comme un prestidigitateur. Et comme un bateleur, parler "peuple" pour attirer les chalands.

        Mais, pour ses discours il fait appel à M. Guaino qui se prend pour un grand penseur et qui aimerait avoir les envolées lyriques de Victor Hugo.

        D’où cette apparente contradiction entre N. Sarkozy et ses discours. En fait, ses discours ne veulent rien dire. Ils ne sont que le chiffon rouge qu’il agite devant notre nez pour nous étourdir un peu plus.

        A mon avis, cette politique de civilisation n’a aucune signification pour N. Sarkosy. Seulement parler de civilisation, cela fait toujours bien. Les valeurs, la religion, la foi, l’espérance, des grands mots pour essayer de ramener à lui une partie de son électorat qui semble commencer à le bouder et pour faire oublier tout le reste. En effet, tant que l’on parle de cela, on oublie le pouvoir d’achat, les retraites, le traité soi-disant simplifié, le non-référendum....

         


        • jeanclaude 17 janvier 2008 11:51

          @ pseudo - d’accord avec vous. c’est étonnant qu’un seul individu, le citoyen Guaino, ait cette exclusivité de souffleur à l’oreille. On dirait un favori d’empereur romain. Guaino se prendrait-il pour Sénèque ? Pourquoi pas, celà a mal fini.

          Ceci dit réfléchir à partir d’Edgar Morin - éventuellement pour le contredire - peut être utile. Mais c’est surtout la gauche qui pourrait y trouver matière à préciser ses choix de société.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès