Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le doute demeure entier sur le vote électronique

Le doute demeure entier sur le vote électronique

Qui suis-je, pour oser remettre en question la fiabilité du vote électronique ? Un simple citoyen, toujours aussi inquiet de l’avenir de la démocratie.

Le citoyen Michel Monette, électeur numéro *xxxxxx59* (je n’allais pas vous donner le numéro de ma carte d’électeur, tout de même), a écrit au greffier de la Ville de Québec.

« Bonjour,

J’aimerais savoir quelle preuve sera conservée de mon vote le 6 novembre prochain. Je vois, sur le site de ma ville, que je vote sur une machine et que je quitte, mais je ne vois nulle part que j’aurai une version imprimée de mon vote, que je pourrai mettre moi-même dans une urne. Est-ce le cas ? Y a-t-il une preuve imprimée conservée et, si oui, comment l’est-elle ?

Merci de répondre rapidement à mon inquiétude concernant mon premier vote électronique.

Michel Monette
(adresse civique et no de tél)
. »

La réponse est venue : dormez tranquille, ne vous en faites pas, tout est sous contrôle, etc., etc., etc.

« Laisser (sic) moi vous expliquer ce qui se passe lorsqu’une personne ira voter le jour du 6 novembre... »

J’avais presqu’envie de dormir, en lisant la suite du message, lorsque soudain, vers la fin, ce fut l’électrochoc :

« Le terminal n’émet pas de papier que vous devez introduire dans une urne, c’est ce dernier qui compile tous les votes qui seront récoltés par le responsable de salle à la fin de la journée. Ce sont les résultats de chaque terminal qui sont imprimés et comptés pour savoir comment les votes ont été distribués sur chaque terminal de votation. »

Il se trouve que le reporter citoyen Michel Monette a établi des contacts auprès de sources bien informées, comme on dit dans le jargon, qui lui laissent croire qu’il y a de sérieuses raisons de sonner l’alarme, le tocsin, la sirène...

Bref, alerte rouge.

Il n’y a aucune garantie que les votes seront enregistrés correctement.

La fin de la réponse de la Ville est savoureuse :

« J’espère que ceci diminue votre inquiétude à propos du vote électronique qui est sûr, efficace, et surtout très simple. »

Voilà, Monsieur l’empêcheur de danser électroniquement en rond. Ite missa @st. Allez, votez en paix.

Comment ai-je pu oser remettre en question l’infaillibilité technologique du vote électronique !

Ça remonte à quand, déjà, les sérieuses ratées du vote électronique aux élections américaines ? À un an !

Un an, vous vous rendez compte. Mais c’est qu’en un an, on en corrige des problèmes de fiabilité de système électronique. Non mais, pour qui il se prend, ce citoyen.

Excusez mon ton ironique, mais vraiment, j’avais l’impression d’un enfant qui vient de formuler la question à ne pas poser à son enseignant.

Le pire, c’est qu’on m’a confirmé - une source que je dois taire - que le vote électronique a pour effet de décourager plusieurs électeurs, mal à l’aise face à la technologie, qui n’iront tout simplement pas voter.

Qu’est-ce qu’elle a prévu, ma Ville, pour ces électeurs qui ne veulent pas confier leur vote à une machine ?

Ah oui. J’ai posé quelques petites questions supplémentaires au greffier, par retour de courriel.

Neuf pour être plus précis.

C’est que je suis quelque peu têtu.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès