Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le drame du Vietnam, du féodalisme au capitalisme

Le drame du Vietnam, du féodalisme au capitalisme

Piétinant la mémoire de plus de 3 millions de victimes de l’holocauste vietnamien, foulant aux pieds le sacrifice de milliers d’enfants déformés et paralysés des conséquences de l’agent orange répandu par les criminels de guerre étatsuniens

les misérables petits capitalistes vietnamiens ont serré la main du descendant de leurs tortionnaires, le génocidaire Barack Obama, récipiendaire de la Croix de fer – non, pardon, je m’égare, – du prix Nobel de la paix – preuve patente de l’outrageante médaille « pacifiste » dénaturée.

 

Le 23 mai 2016, le président américain était en République « socialiste » du Vietnam sur les traces des bombardiers commandés dans le passé par ses congénères – J.F. Kennedy, le héros « pacifiste » de la gauche socialiste, et par Lyndon B. Johnson, l’orchestrateur des destructions ciblées des rizières et de l’épandage de napalm pour défolier. Sous l’icône d’Hô Chi Minh, du haut d’une pyramide de cadavres formée de trois-millions de paysans et de travailleurs vietnamiens, le peuple du Vietnam contemplait leur président et leur premier ministre d’opérettes, le devoir de mémoire bafoué, serré la main de ce vaut rien venu orchestré les prochains massacres guerriers et les embauchés comme affidés dans ses nouvelles invasions impériales désespérées.

Plutôt que de se remémorer leur passé où ils ont mobilisé paysans et salariés vietnamiens pour l’ultime sacrifice envers la patrie bourgeoise à « libérer » (sic) – dans une guerre soi-disant « antiimpérialiste », mais en réalité une guerre capitaliste-national-socialiste – ces caporaux collabos ont porté un toast aux armes de destruction massive que l’Oncle Sam leur propose pour devenir le nouveau front impérialiste étatsunien dans l’antichambre du dragon impérialiste chinois.

 Les paysans vietnamiens, devenus depuis des prolétaires sous-payés dans les sweat shop délabrés au profit d’Apple, de Walmart, de Cosco, de Target, et d’entreprises multinationales chinoises, sont appelés aujourd’hui à prendre les armes pour défendre les intérêts de leurs anciens assassins étatsuniens et de leurs milliardaires vernaculaires contre leurs anciens sponsors impérialistes « rouges communistes », chinois et russe. Quelle tragédie, à nouveau ils seront quelques millions à tomber sous les bombes, d’un côté ou de l’autre de la ligne de démarcation de ces nouvelles alliances économiques, politiques et militaires, et pour servir de chair à canon aux ambitions de leurs nouveaux geôliers patriotiques vietnamiens bon teint.

 Voilà ce que la gauche bourgeoise, socialiste, communiste, maoïste, trotskiste, marxiste-léniniste, gauchiste et autres dérivatifs, ne parvient pas à comprendre, malgré l’évidence. Il n’y a pas de lutte de libération nationale prolétarienne qui tienne… Ça n’existe pas, c’est une antinomie. La nation est la négation de la classe ouvrière internationaliste. Une guerre de soi-disant « libération nationale » est une guerre nationaliste chauvine pour défendre les intérêts économiques patriotiques de la classe bourgeoise nationale dominante comme le démontre le vain sacrifice du peuple vietnamien. Une guerre antiimpérialiste est par essence une guerre des prolétaires, dirigés par la classe ouvrière, son fer-de-lance prétorien, pour abattre le capital national et mondial, et leurs États bourgeois, et pour instaurer un nouveau mode de production transcendant le mode de production national-capitaliste débilitant.

 À l’évidence, jamais la guerre du Vietnam (1955 – 1975) ne fut cette sorte de guerre ouvrière révolutionnaire antiimpérialiste pour abattre le capitalisme comme le prouve la cérémonie de réconciliation entre le gouvernorat héritier de l’ancienne néocolonie française, puis sociale impérialiste soviéto-chinoise, et aujourd’hui Étatsunienne, avec le dirigeant malfaisant de l’impérialisme décadent.

 

Le prolétariat vietnamien n’a nul besoin des armes de destruction massive que lui propose l’impérialisme américain. En 1955, le prolétariat vietnamien ne devait pas se sacrifier dans cette guerre capitaliste-nationaliste chauvine et aujourd’hui il ne doit pas s’engager dans cette guerre mondialiste entre les deux alliances impérialistes qui se disputent le monde sur le dos de tous les prolétaires de la Terre. La classe ouvrière internationale doit prendre en main sa destinée, stigmatiser les sectes socialistes, communistes, altermondialistes, gauchistes bourgeoises et renverser tous les fauteurs de guerre qui hantent la Terre. 

 

Cet article est disponible sur le webmagazine http://www.les7duquebec.com/7-au-front/le-drame-du-vietnam-du-feodalisme-au-capitalisme/

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 11 juin 17:38

    Ouais.

    Mais au Vietnam, comme ailleurs, on ne demandera pas son avis au petit peuple.
    Pas plus qu’on ne lui a demandé à l’époque, d’ailleurs.

    Du moment que les dirigeants avilis/asservis y trouvent leur compte... 



    • Robert Bibeau Robert Bibeau 11 juin 17:50
      @Jeekes

      Tu as totalement raison On ne lui a pas demandé à l’époque et on l’a embrigadé pour se battre pour la bourgeoisie rouge et aujourd’hui on l’embrigade pour se battre pour la bourgeoisie écarlate pseudo « socialiste » 

      Quelle effronterie. 

      Les prolétaires révolutionnaires doivent se démarquer de ces malversations

      Robert Bibeau. Producteur http://www.les7dquebec.com


    • asterix asterix 11 juin 18:42

      Laos, kif-kif...


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 11 juin 20:31
      @asterix

      Oui oui Laos et Cambodge inclus

      Robert Bibeau


    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 11 juin 18:10

      Ah ah, Robert Bibeau réécrit l’histoire, cela devient classique maintenant.
      L’ennui, c’est que l’histoire ne lui appartient pas, et je me souviens parfaitement des défilés organisés par le parti communiste en soutien à ces « merveilleux résistants » nord-vietnamiens ainsi que les films de propagande diffusés dans les « maisons de la culture » vantant les pièges ingénieux faits de pointes de bambous.
      Ce sont les chinois qui soutenaient la logistique de guerre, et les sud-vietnamiens n’avaient pas du tout envie d’être conquis par le nord. Le marasme économique du Vietnam est donc à imputer directement à son régime communiste.


      • amiaplacidus amiaplacidus 11 juin 18:31

        @Gilles Mérivac
        Marasme économique ?

        Ce n’est en tout cas pas l’avis de la totalité des économistes, au contraire (les sources que je donne sont assez loin d’être des repère de gauchistes) :
        https://www.tradesolutions.bnpparibas.com/fr/explorer/vietnam/le-contexte-economique
        http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/09/29/97002-20140929FILWWW00132-vietnam-la-croissance-s-accelere.php
        http://www.lemoci.com/fiche-pays/Vietnam/
        https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_du_Vi%C3%AAt_Nam
        Etc.

        La misère a disparu. Le taux de pauvreté a passé de 58 % à 14 % en quinze ans.

        Les Français seraient heureux si leur pays avait un tel « marasme » et 6,5 % de croissance annuelle et si la pauvreté diminuait plutôt que de croire et si la misère ne faisait pas son apparition sur le territoire français.


      • njama njama 11 juin 18:56

        @Gilles Mérivac

        La guerre du Viet-Nam serait pour moi la suite de celle d’Indochine, une guerre de libération coloniale avant tout, dans laquelle la France était opposée au même Hô Chi Minh ... les US intervenant dans les traces des français dans les délires de la paranoïa anti-communiste de cette Amérique maccarthyste
        Que la Chine communiste voisine ait apporté son soutien n’est juste qu’une logique d’alliance, une conséquence, pas une cause ...
        bref une décolonisation qui a mal tourné, et là il ne faut pas inverser les rôles, les US n’étaient pas des libérateurs


      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 11 juin 19:10

        @njama
        Si la Chine n’avait pesé de tout son poids en faveur de la guerre, la situation actuelle serait comparable à celle des deux Corées, où il n’y a pas de colonisation américaine.
        Il ne s’agissait pas vraiment de décolonisation mais d’une lutte d’influence régionale entre la Chine et les USA. D’ailleurs personne n’a jamais demandé leur avis aux vietnamiens du sud.


      • amiaplacidus amiaplacidus 11 juin 19:22

        @njama

        Je crois que l’auteur n’a strictement aucune idée de l’histoire du Vietnam. Depuis plus de 2000 ans, les Vietnamiens s’opposent aux Chinois, parfois militairement par d’innombrables combats au cours des millénaires, le dernier en date est récent (1979), la Chine, après une invasion de territoires vietnamien s’est retirée avec de lourdes pertes (plus de 400 chars détruits), sans que l’armée vietnamienne régulière intervienne, c’est uniquement les milices locales, avec des pertes importantes, qui ont repoussé les Chinois.

        La Chine est l’ennemi héréditaire des Vietnamiens, avec un rapport de population qui n’est pas à l’avantage des Vietnamiens, ceux-ci compensent en utilisant souplesse et diplomatie.
        En revanche, la colonisation française, puis la néo-colonisation US n’ont duré qu’environ 150 ans, c’est à dire un épiphénomène à l’échelle historique millénaire.

        Pour reprendre une terminologie marxiste, pour les Vietnamiens, la contradiction principale n’est pas les USA mais la Chine. Il faut donc d’abord résoudre la contradiction principale, ensuite la contradiction secondaire.
        Alors, pourquoi ne pas recevoir les dirigeants US, tout en gardant une politique d’indépendance, après tout : « les ennemis de nos ennemis sont nos amis ».
        .
        Toujours dans une optique marxiste, le Vietnam, pays essentiellement agricole, n’est pas près, au sortir de la guerre américaine, à passer au socialisme, il faut passer l’étape de l’industrialisation et de l’accumulation capitaliste. Ceci ne peut se faire que sous une certaine oppression.

        Qu’il y ait des dérives, cela n’est que trop certain : la corruption est la dérive la plus visible et la plus pernicieuse. Au Vietnam, elle a au moins « l’avantage » d’être « démocratique » : du plus petit enseignant d’école primaire au cadre dirigeant tout le monde y participe. Navrant sans aucun doute.
        A contrario, en France, la corruption est élitiste : les petits fonctionnaires sont en général honnêtes, mais au niveau du personnel politique ...
        .
        Je ne dis pas que je reprends cette analyse marxiste dans sa globalité, mais c’est en tout cas celle utilisée souvent par les Vietnamiens.


      • Robert Bibeau Robert Bibeau 11 juin 20:40
        @Gilles Mérivac
        C’est vous qui réécrivez l’histoire à l’envers

        1) Oui les partis soi-disant « communistes » appuyaient ces luttes de libération nationale et j’en étais le poing levé à toutes les manifs contre la guerre du Vietnam.

        2) Comme j’étais embrigadé dans des sectes de gauche je ne pouvais n’y réfléchir - ni critiquer n même questionner ce qui se passait alors. Ayant quitté ces sectes de gauche bourgeoises je le puis désormais.

        3) En aucune façon je ne tente de dire que les impérialistes américains ou français défendaient les travailleurs vietnamiens de Nord ou du Sud - le débat est ailleurs

        4) Les sud vietnamiens qui ne veulent pas être conquis par le Nord est une malversation verbale de votre part - et demanderait tout un développement qui nous ferait erré.

        5) Jamais = jamais le Vietnam nord ou sud n’a été ni de près ni de loin une entité socialiste - et encore moins communiste en cela vous réécrivez l’histoire

        6) On doit faire le bilan de ce courant de lutte de libération nationale afin d ne plus refaire les mêmes erreurs - EXEMPLE VIS-À-VIS la Syrie, l’Afghanistan, les pays d’Afrique présentement - la Libye, etc.

        Robert Bibeau. Producteur Les7duQuebec.com



      • Robert Bibeau Robert Bibeau 11 juin 21:53
        @amiaplacidus

        Si l’auteur n’a pensez-vous aucune idée de l’histoire du Vietnam - VOUS n’avez aucune idée de la théorie marxiste et vous devriez vous abstenir.

        1) OUI l’histoire des modes de production se succédant au Vietnam a entrainé la classe dominante vietnamienne à s’opposer à la classe dominante chinoise pour le contrôle de la Cochinchine comme les français appelait cette région.

        2) NON ce n’est pas ce que l’on appelle UNE CONTRADICTION PRINCIPALE SOUS UN MODE DE PRODUCTION.

        3) Ainsi la contradiction principale au Vietnam en ce moment est l’opposition entre les nouveaux capitalistes vietnamiens issus de la guerre pseudo anticoloniale et le prolétariat vietnamien qui ENFIN existe réellement maintenant.

        4) La contradiction au sein du camp impérialiste (dont ne fait pas partie la classe prolétarienne vietnamienne ni la clase prolétarienne chinoise forte de 320 millions d’individus - la plus grande au monde plus qu’en Inde - la population américaine au complet) D’OU UN PEUPLE N’EXISTE PAS - c’est la contradiction entre les capitalistes vietnamiens et les capitalistes américains et les capitalistes chinois.

        5) Barack était la-bas pour rallier les capitalistes vietnamiens de son bord. Le prolétariat vietnamien ne peut que perdre de cette alliance IDEM pour le prolétariat américain.

        Robert Bibeau. Producteur Les7duquebec.com



      • Robert Bibeau Robert Bibeau 11 juin 21:58
        @amiaplacidus

        Foutaise que ces chiffres et ces statistiques.

        OUI il est vrai que dans tout pays capitaliste SANS AUCUNE EXCEPTION la phase de TAKE-OFF ou démarrage on dit aujourd’hui d’émergence - le capital est fructifié et l’économie en transformation de la féodalité au capitalisme. Pendant des années les scores seront impressionnant jusqu’à ce que la phase de dégringolage survienne - la phase descendante, la succession des crises boursière - bancaires - monétaires - de surproduction et le pays se retrouve dans la situation de la France présentement ou pire...

        Il suffit d’attendre et de comprendre que l’histoire se répète


        Robrt Bibeau Producteur Les7duQuebec.com



      • MAIBORODA MAIBORODA 12 juin 09:02


        point de vue approuvé et partagé

      • MAIBORODA MAIBORODA 12 juin 09:17

        @MAIBORODA


        correction : erreur d’aiguillage.
        Le commentaire précédent s’adressait à Njama.
        Quant à Birbeau, j’approuve une partie de ce qu’il dit.

      • amiaplacidus amiaplacidus 12 juin 09:54

        @Robert Bibeau qui écrit :
        ----
        " 1) OUI l’histoire des modes de production se succédant au Vietnam a entrainé la classe dominante vietnamienne à s’opposer à la classe dominante chinoise pour le contrôle de la Cochinchine comme les français appelait cette région."
        ----

        En réduisant le Vietnam à ce que les Français appelaient la Cochinchine, vous signez votre méconnaissance totale du Vietnam. Alors, vos analyses à 2 euros de ce pays ...


      • CN46400 CN46400 12 juin 10:36

        @amiaplacidus

        "Toujours dans une optique marxiste, le Vietnam, pays essentiellement agricole, n’est pas près, au sortir de la guerre américaine, à passer au socialisme, il faut passer l’étape de l’industrialisation et de l’accumulation capitaliste."

         Le marxisme de Bibeau est trop sommaire pour comprendre cette subtilité....


      • CN46400 CN46400 12 juin 11:06

        @Robert Bibeau

        Pour constituer une classe bourgeoise autonome, les capitalistes chinois , et vietnamiens, doivent posséder les moyens de production dont ils disposent et pouvoir les transmettre par héritage à leur progéniture ce qui, en l’état de mes connaissances n’est pas encore possible. Ensuite, il faudrait établir que les capitalistes qui commercent en Occident sont vraiment autonomes et pas des prète-noms agissant pour le compte de l’état chinois....


      • CN46400 CN46400 12 juin 11:17

        @Gilles Mérivac

        Ouais Hô chi minh, et Giap, agents du Nord et des chinois ou des russes comme De Gaulle agent des anglais..... dixit Pétain et consort !


      • Robert Bibeau Robert Bibeau 12 juin 14:10
        @CN46400

        Alors vous devrez revoir l’ÉTAT DE VOS CONNAISSANCES monsieur. En 2015 la revue FORBES dans sa liste des milliardaires dans le monde à dévoiler le premier milliardaire vietnamien vivant au Vietnam et déclaré que d’autres multimillionnaires montaient à l’horizon.... tout comme la revue a dévoilé 128 milliardaires chinois et de nombreux multimillionnaires chinois qui tous amassent leur pécule pour le transmettre à leurs héritiers

        Robert Bibeau 

      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 12 juin 14:45

        @CN46400
        Je n’ai jamais prétendu qu’ils étaient des agents de qui que ce soit, mais soyons logiques, ils ont certainement reçu de l’aide pour pouvoir s’opposer victorieusement à l’armée américaine.


      • Robert Bibeau Robert Bibeau 12 juin 14:49
        @amiaplacidus

        Veuillez acheminer les 2 euros à mon attention au Canada SVP ( smiley)



      • amiaplacidus amiaplacidus 12 juin 15:15

        @Robert Bibeau
        .
        Vous n’avez pas as d’autres arguments que de l’ironie à 1 euro à propos de ma remarque sur votre ignorance totale du Vietnam ?
        .
        Au fait, avez-vous été un jour, un seul au Vietnam ?
        .
        Le Vietnam, je le connais, sur place, depuis 1968, en pleine guerre américaine, alors, la guerre, je la connais.
        Depuis une dizaine d’années, j’y passe 5-6 mois par année. Je parle et comprend le vietnamien raisonnablement (sauf dans le centre du pays), ce qui fait que j’ai un contact direct avec la population.
        Bref, rien à voir avec les « connaissances » que vous pouvez avoir à plus de 13.000 km de distance, le cul posé dans un fauteuil.

        Au fait, acceptez-vous les dongs (j’ose espérer que vous savez de quoi il s’agit) ?


      • Robert Bibeau Robert Bibeau 12 juin 15:36
        @Gilles Mérivac

        EXACT vous avez raison les « communistes » vietnamiens - la gauche bourgeoise vietnamienne a reçu de l’aide des soi-disant « communistes » soviétiques et chinois qui se battaient pour le droit de monter et d’étendre leur propre alliance impérialiste et voyait dans le Vietnam une proie pour leurs ambitions n’ayant rien à voir avec les intérêts du prolétariat révolutionnaire international.

        3 millions de vietnamiens y ont laissé leur peau pour qu’a la fin ils se retrouvent de toute manière dans le camp impérialiste américain puisque le camp impérialiste soviétique s’est effondré et que la bourgeoisie vietnamienne semble préférer l’alliance déclinante de l’OTAN plutôt que l’alliance impérialiste montante Russie-Chine

        À moins que la bourgeoisie vietnamienne tente de jouer sur les deux tableaux à la fois - ce qu’elle ne pourra pas faire très longtemps. 

        De toute manière le prolétariat vietnamien n’a rien à faire de ces manigances et tractations.

        Robert Bibeau Producteur Les7duquebec.com

         

      • CN46400 CN46400 12 juin 15:40

        @Robert Bibeau

         La revue Forbes avait aussi classé Fidel Castro parmi les principaux milliardaire de la Terre....


      • Robert Bibeau Robert Bibeau 12 juin 15:47
        @amiaplacidus

        Pour chaque article que je produis et ce sont des centaines depuis quelques années - il y a toujours un chauvin - nationaliste - pour venir déclarer que seul un enfant du pays peut parler - déblatérer - discutailler du pays.

        A les croire aucune communication internationale ne devrait exister et le Washington Post ne devrait écrire que sur Washington et le Parisien que sur Paris et encore trouver un correspondant pour chaque arrondissement - FOUTAISE

        Même chose comment peut-on parler de l’époque romaine si on a pas vécu à Rome à l’époque romaine - fini l’histoire - l’anthropologie etc. RIDICULE.

        Ma femme est ivoirienne - citoyenne de la ville d’Abidjan depuis des années - selon votre logique chauvine elle devrait être seule dans notre couple à pouvoir parler de l’affaire Ouatara - Bagbo et de la guerre civile en Cote-d’Ivoire. Et bien non. Elle connaît à peine le nom de Bagbo - elle connaît les chanteurs mais aucun politicien ivoirien et ne s’intéresse nullement à l’économie politique de la cote d’Ivoire.

        Je veux bien répondre sérieusement à vos arguments come je le fais pour les autres (sauf les insultes personnelles - je n’ai pas le temps) Quels sont vos arguments de fond par arpprt à mon éditorial ?????

        Robert Bibeau Producteur Les7duQuebe.com

         

      • Robert Bibeau Robert Bibeau 12 juin 15:52
        @CN46400

        Fumisterie en effet. Non pas que je sois un partisan de Fidel Castro mais admettons que Fidel avait d’autres préoccupations que d’accumuler du capital.

        Mais pour ce qui est du milliardaire vietnamien personne n’a contredit la revue même pas le milliardaire dument identifié nommé et photographier

        Sorry

        Robert Bibeau


      • CN46400 CN46400 12 juin 15:55

        @Robert Bibeau
        « tous amassent leur pécule pour le transmettre à leurs héritiers »

        Ils ont bien de la chance, puisque les paysans ne peuvent transmettre la terre qu’ils travaillent qu’à ceux de leurs enfants qui travaillent aussi la terre. Sinon elle revient à l’état qui l’a confie à une autre famille....


      • amiaplacidus amiaplacidus 12 juin 16:16

        @Robert Bibeau

        Je ne suis pas plus chauvin que Vietnamien , je ne suis pas non plus nationaliste, mais j’aime mon pays (un pays européen et si vous pensez à la France, vous serez très proche de la vérité).

        Je parle du Vietnam parce que je le connais sur place et depuis longtemps. Je ne parle pas de la Côte -d’Ivoire parce que je n’y connais rien et que je n’y ai jamais été. Je pourrais éventuellement parler du Québec, mais je n’y ai été que deux fois, et comme touriste, alors cela ne compte pas.

        Lorsque vous assimilez le Vietnam à la Cochinchine française, vous démontrez votre ignorance profonde du Vietnam, alors le fond de votre éditorial ...
        .
        Dans une remarque, vous fustigez les petits-bourgeois qui auraient confisqué les partis prolétariens (là, vous n’avez pas totalement tort). Mais, vous êtes vous-même un petit-bourgeois si j’en crois votre présentation (Ex-formateur en perfectionnement des adultes, Ex-enseignant d’économie et d’histoire au secondaire (Québec-Canada) ...).

        Rassurez-vous je suis aussi un petit-bourgeois, mais je le sais et je l’assume.
        On n’a que trop de « révolutionnaires » en fauteuil. En ce qui me concerne, j’ai mis les mains dans le cambouis (et je les mets toujours). J’ai été au Vietnam au pire de la guerre américaine (dans l’action humanitaire) et je continue toujours (même à la retraite) à être actif. Évidemment, convoyer du matériel médical , participer aux plans d’une école, d’un hôpital, c’est beaucoup moins glorieux que de pondre des éditoriaux (comme vous dites), mais, cela à au moins un effet direct.


      • Steph7519 (---.---.105.111) 12 juin 23:10

        @amiaplacidus

        C’est une évidence que Bibeau n’y connaît rien au Vietnam.

        C’est une analyse décousue, sans queue ni tête, ignorant par exemple que le Viêt Nam est le Viet du sud, et n’a aucune conscience de qu’est la mentalité Viêt. La médiocrité de Bibeau use de clichés. Clichés sur l’économie de sweat shop sans aucune references sur les balances commerciales, ni aucune sur le contexte géostratégique de l’ASEAN

        C’est fatigant que les pseudo intellectuels du 20eme siècle pensent, et pire que tout, disent ce qu’ils pensent.


      • Michel Maugis Michel Maugis 13 juin 14:46

        @amiaplacidus


        Entièrement d’ accord avec votre commentaire, amiaplacidus.


      • César Castique César Castique 11 juin 18:27

        «  La classe ouvrière internationale doit prendre en main sa destinée, stigmatiser les sectes socialistes, communistes, altermondialistes, gauchistes bourgeoises et renverser tous les fauteurs de guerre qui hantent la Terre. »


        Pour Bibeau, Hip ! Hip ! Hip !...

        • njama njama 11 juin 18:41

          @ Robert Bibeau

          Je n’ai pas compris le titre de votre article, féodalisme et capitalisme sont les deux faces d’une même médaille ...
          en « mode » moderne, le féodalisme, c’est le fédéralisme (qui est l’ADN de tous les empires), celui des États-Unis, du Canada, de l’Union Européenne ... autant de petites seigneuries (quel que soit le nom que l’on donne à ses sous-ensembles), que sont leurs États qui les constituent.
          Diviser pour mieux régner, telle est leur devise depuis toujours


          • Robert Bibeau Robert Bibeau 11 juin 21:40
            @njama

            Vous errez Monsieur NJAMA

            1) Le fédéralisme est une structure légale de gouvernance - apparu sous le mode de production capitaliste et inexistante sous le mode de production féodale, du moins sous cette appellation

            2) le Féodalisme - servage et agraire - rural sous la propriété de grands seigneurs (les noms varient) des moyens de production (la terre en gros) était le mode de production en vigueur au Vietnam et la guerre du Vietnam a permis à la bourgeoisie vietnamienne - membre du Parti communiste du Vietnam  de s’emparer du pouvoir afin de vendre sa collaboration à l’impérialisme mondial

            3) Aujourd’hui les fils des morts ont l’insigne honneur de bosser pour des larbins vietnamiens


          • njama njama 12 juin 01:33

            @Robert Bibeau
            Le féodalisme est aussi une structure légale de gouvernance.
            Ce qui est légal n’est pas forcément légitime, nous sommes d’accord.


          • Phoébée 11 juin 19:12

            Je suis à cette heure trop bourré pour répondre... mais je reviendrais *


            • alinea alinea 11 juin 20:58

              JFK, BHO !! des beaux gosses à qui on donne le bon dieu sans confession ?
              Je ne connais pas le Vietnam, mais j’ai des amis qui passent un peu plus de deux mois par an dans ces contrées : Laos, Thaïlande, Cambodge.
              Ils sont allés une fois au Vietnam et ne veulent plus y retourner : trop américain ! Je pense que la culture américaine a laissé des traces, ce qui n’est pas le cas ailleurs, bien que dans cet ailleurs aussi les choses changent.
              En ce qui concerne les révolutions, elles sont déjà si difficiles à mettre en oeuvre dans un seul pays, qu’on se demande par quel miracle elles pourraient enflammer la planète !
              Je pense que tout ira mieux quand les USA seront à terre, sûrement pas le paradis mais plus tout à fait l’enfer !


              • Robert Bibeau Robert Bibeau 11 juin 22:08
                @alinea

                1) Il est exact qu’une révolution mondiale est et sera difficile mais c’est la seule voie possible pour renverser le mode de production capitaliste - impossible de réussir si elle n’a lieue que dans un seul pays

                2) ATTENTION, la destinée de la révolution RUSSE - qui incidemment n’a pas été un ÉCHEC mais une RÉUSSITE exemplaire. La révolution russe n’était pas une révolution prolétarienne même si Lénine a beaucoup parler de prolétariat

                3) La révolution russe a été une révolution bourgeoise dirigée par des intellectuels bourgeois se donnant le titre de communistes - bolchéviques et le gros des forces étaient des paysans des aspirants bourgeois

                4) Un pays ou dix pays ou 100 n’auraient rien changé sauf de généraliser la révolution démocratique bourgeoise à un grand nombre de pays - ce qui aurait devancé le mouvement de libération nationale qui surviendra 40 ans pus tard mais n’aurais pas changé de nature pour autant.

                5) La guerre du Vietnam s’inscrit en droite ligne dans l’axe de la révolution bourgeoise bolchévique.


                Robert Bibeau Producteur Les7duquebec.com 

              • alinea alinea 11 juin 22:39

                @Robert Bibeau
                La bourgeoisie se révolutionne contre l’aristocratie, en utilisant le peuple, au passage ; le coup d’après, c’est le prolétariat qui se révolutionne contre la bourgeoisie. C’est sans compter qu’en nos contrées le prolétariat a été largement atomisé, dressé les uns contre les autres, mais admettons.
                Les prolétaires sont des humains comme les autres, pas abrités de ses névroses et perversions, aussi, la question que je me pose : qu’est-ce qui nous garantit que le troisième volet d’une hiérarchie, prenant le pouvoir, sera plus à même de faire une société, je ne sais comment dire, égalitaire, bien que cela ne me convienne pas.
                Vous ne pensez pas que qui que ce soit veuille le pouvoir deviendra tôt ou tard comme celui qui l’avait avant lui, dans la simple mesure où c’est le pouvoir qui pervertit ?
                Le jour où on coupe l’herbe sous les pieds de ceux qui ont le pouvoir, puis de ceux qui veulent le pouvoir,alors je commencerai d’en être.
                Car il me paraît bien évident que le seul pouvoir qui est susceptible de ne pas conduire à des abus, donc des injustices voire des atrocités, c’est bien le pouvoir sur soi-même.
                À moins, qu’avant d’en arriver là, il faille que ce soit chacun son tour. Ce n’est pas que je manque de patience, mais je manque de temps !


              • njama njama 12 juin 03:03

                @Robert Bibeau
                la révolution RUSSE - qui incidemment n’a pas été un ÉCHEC mais une RÉUSSITE exemplaire.
                bien d’accord qu’elle était pilotée par des bourgeois comme pour la révolution française, mais de là à parler de RÉUSSITE exemplaire  ! vous idéalisez il me semble.
                Si elle a pu se faire et aboutir à l’évidence c’est par une entente germano-bolchévique à la base qui n’avait rien de prolétarienne, et laisse entendre un haut niveau de corruption dans cette intelligentsia aristocrate bourgeoise capitaliste, sinon comment expliquer le Traité de Brest-Litovsk (décembre 1917 / 3 mars 1918) contre nature avec le communisme révolutionnaire d’un point de vue politique, lequel mit fin aux combats sur le front de l’Est et apportait « opportunément » ??? sa bénédiction aux bolchéviks pour renverser le Tsar.

                Aujourd’hui on dirait que c’était une création des services des renseignements allemands, ce qui fit dire au journaliste Robert Wilton - auteur de Les derniers jours des Romanof (1921), que : « La révolution « russe » était menée avec l’or allemand.(1) »
                « le Gouvernement des Soviets n’était autre chose qu’une succursale de la Whilemstrasse. En effet, la composition de ce gouvernement avait été arrêtée à Berlin avant son départ pour Pétrograd. Lénine et Sverdlof paraissaient à la tête de cette organisation, mais le véritable chef de l’État communiste était le comte de Mirbach,* ambassadeur à Moscou. »

                1. Le député au Reichstag Eduard Bernstein, socialiste et Juif mais ennemi acharné des Bolcheviks, déclara savoir que l’Allemagne avait dépensé 50 millions de marks or pour la mission de Lénine. Le gouvernement républicain de Berlin évita les explications trop compromettantes
                * assassiné le 6 juillet 1918 par 
                Iakov Bloumkine, un militant de la gauche socialiste puis bolchevique agent de la Tchéka (créée en décembre 1917). Pourquoi donc cet assassinat ? remerciement au Reich ? ou faire disparaître un témoin compromettant ?


              • MAIBORODA MAIBORODA 12 juin 09:09

                @njama


                Votre connaissance de la révolution russe ( et du dessous des cartes) me fait apprécier ce commentaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès