Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le droit de vote des étrangers n’est pas une priorité

Le droit de vote des étrangers n’est pas une priorité

En ressortant des cartons la proposition d'accorder le droit de vote aux étrangers, le PS fait preuve de générosité mais ne répond pas aux principales préoccupations des Français. Emploi, creusement des inégalités sociales et préservation du système de santé sont quelques-uns des thèmes qui taraudent quotidiennement nos concitoyens. A défaut de pouvoir apporter des réponses concrètes à ces angoisses, la classe politique est tentée de botter en touche à travers des débats stratosphériques.

Entre la lepénisation des esprits et la boboïsation des idées, la démocratie risque d'avoir mal au cœur. Comme si le débat public devait être immanquablement rebondir entre ceux qui jouent sur le sentiment de peur et ceux qui, depuis les beaux quartiers, répondent par de belles idées. Un peu comme Marie-Antoinette répondant au peuple qui crie famine : S'ils n'ont pas de pain, qu'ils mangent de la brioche ! Un peu comme les dignitaires de Byzance discutant du sexe des anges pendant que les coups de boutoirs des Turcs résonnaient contre les portes de leur Cité.

Le droit de vote des étrangers aux élections locales est un serpent de mer du PS, présent en bonne place dans tous les programmes du PS depuis 1981 et repris dans le projet pour 2012.

En attendant la présidentielle, les socialistes veulent utiliser le Sénat comme une vitrine de leur gouvernance future si les élections de 2012 leurs donnent la majorité. Dans ce cadre, ils veulent faire du droit de vote des étrangers un marqueur de leur programme ce qui revient à offrir sur un plateau au Front National les moyens de revenir dans le débat des présidentielles.

C'est sans doute fin sur le plan tactique, en enfonçant un voin dans le flanc de l'UMP, mais c'est désastreux pour des citoyens qui se trouvent privés de réponses face à leurs soucis quotidiens. Quid par exemple des 35 heures, ont-elles un avenir ? Et quelle réponse surtout apporte-t-on aux personnels hospitaliers, ces serfs des temps modernes corvéables à merci auxquels on refuse, faute de moyens, la mise en œuvre ou le paiement ?

En janvier 2002, lors du passage aux 35 heures les autorités ont botté en touche par la mise en œuvre du Compte épargne-temps (CET) destiné à permettre aux médecins et infirmiers de cumuler leurs RTT …pendant 10 ans. Une belle bombe à retardement car le dispositif arrive à échéance le 3 janvier 2012 à un moment où les hôpitaux sont plus désargentés que jamais.

Or, l'hôpital et l'école symbolisent sont des biens fondamentaux de la république par lesquels passent tous les français au cours de leur vie : le savoir et la santé. Deux piliers aujourd'hui singulièrement vacillants. Malheureusement, il est plus facile, des deux côtés, de ressortir des généralités sur le droit de vote des étrangers que de rechercher et de proposer des solutions complexes aux cancers qui rongent notre société.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Jean 24 novembre 2011 10:37

    En finir avec les partis donc les lobbies, les (fausses) luttes de la caste politique dont le citoyen a « soupé ». Ras le bol du "grenouillage de cette caste.

    Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

    La révolution a commencé en 1789, elle finira en 20..

    En finir avec les lobbies banquiers, pharmaceutiques, ..., medef, plus de prises pour eux sur les assemblées, plus de pouvoir personnel, de corruption (pas le temps, etc.)

    Depuis des siècles, nous sommes conditionnés à être dominés par des rois, pouvoirs personnels, ...

    On se fait croire à nous-mêmes qu’ il n’ y a pas d’ autres solutions (encouragés par l’ oligarchie et les obscurantismes religieux qui font bon ménage), des exemples contraires existent de plus en plus (démocraties même partielles) dans le monde, même si encore rares.

    Re : Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

    http://www.democratiedirecte.fr/

    http://www.dailymotion.com/video/xl...

    http://www.dailymotion.com/video/xi...


    Un parti sans étiquette
    pourrait rafler les voix des abstentionnistes, déçus etc.
    (y a du monde) ; un président alors élu est chef de la police et des armées, en outre il peut dissoudre les assemblées, donc bousculer l’ oligarchie et instaurer une nouvelle constitution, à la Suisse (même en mieux).

    On peut imaginer dans les petits bourgs, un conseil municipal sans élus, mais constitués des citoyens eux-mêmes, le maire est élu pour un court mandat en tant qu’ exécutant, et contrôlé.

    Les grandes villes ...un conseil de « tirés au sort », un maire élu (court mandat et non renouvelable ? ou une fois) exécutant et contrôlé.

    Idem au niveau de l’ Etat, un président élu (court mandat non renouvelable) exécutant des décisions d’ une constituante de "tirés au sort", aidé de ministres, et aux pouvoirs limités (par ex. urgence militaire avec compte à rendre), et très contrôlé.

    Bien étudier les thèses (liens) qui font leur chemin.

    Et les bienfaits de la démocratie, en perspective : les « jeunes » participent à la vie de la cité au lieu de brûler des voitures, parité homme/femme assurée (en moyenne par le tirage au sort), les luttes de classe disparaissent (ne reste que des sollicitations à la constituante), ...

    Manifestement un nouveau parti sans étiquette à voir...http://www.lepf.fr/


    • Breunz 24 novembre 2011 10:38

      On parle d’accorder le droit de vote aux étrangers pour les elections locales uniquement, ce qui n’a pas grand chose à voir avec ce que vous présentez.

      Vous donnez l’impression que le PS s’interesse plus aux étrangers qu’aux citoyens français, ce qui me semble être faux et dangereux.


      • Pie 3,14 24 novembre 2011 10:51

        Vous avez raison, il s’agit d’accorder aux étrangers non issus de l’UE et qui vivent en France depuis des années le droit de vote aux élections locales.

        Une mesure de bon sens qui favorise l’intégration et à laquelle Sarkozy était favorable en 2005...

        Aujourd’hui, il a changé d’avis car il a besoin à nouveau de syphonner les voies du FN pour se faire élire.


      • bluemartini 24 novembre 2011 17:04

        Je ne vois vraiment pas le bon sens dans cette mesure et la communication qui en est faite à un moment pareil. Tout d’abord il n’est pas de bon ton de chercher à cliver l’électorat au début de la campagne pour un poste censé réunir les français.
        De plus si le but recherché était de promouvoir l’intégration d’une population la première mesure serait d’inciter les citoyens qui ne votent pas actuellement à le faire. Ce genre de mesure n’aura qu’un seul impact, celui de promouvoir le communautarisme.
        Enfin, le vote est donné à des citoyens, c’est à dire à des personnes respectant les principes du pays. Sans nationalité acquise et sans citoyenneté européenne, on donne un droit de vote à des personnes n’intégrant pas forcément le respect des droits de l’homme (et de la femme) par exemple. Où est l’intégration dans ce cas ?


      • gaspadyn gaspadyin 25 novembre 2011 09:49

        Breunz : votre commentaire SEMBLE tissé de bon sens et de concorde républicaine.

        Pourtant il est insidieux, comme le discours des socialeux et de ceux qui sont favorables à ce droit.

        Vous dites : élections LOCALES, sans préciser le suffrage. Il-y-en a trois : les municipales, les cantonales et les régionales.

        Et il-y-a AUSSI l’aspect / l’exigence d’éligibilité.

        Curieusement les « pro vote » passent tout ça sous silence.

         

        En ce qui concerne les nuisances des socialeux, elles sont réelles et indéniables.

        Un autre exemple : les 35 heures devaient être payées 39 ; ça fait environ 160 ou 165 € de différence.

        JE SAIS que ces 160 balles sont importants en fin de mois.

        Alors, l’attention des pseudo socialistes envers le peuple ..... je leur dis : MERDE !

        Toujours à propos de ces 35 heures : des gens se sont disputés à cause de ça, il-y-a des centaines de milliers d’heures de RTT à récupérer ou A PAYER ; est-ce-que les salopards de socialeux ont un plan pour le faire ?

        Réponse : NON, et ils s’en fichent ! l’esssentiel est que leurs postes de cumulards soient préservés.

         


      • Scual 24 novembre 2011 12:14

        Je suis d’accord avec l’article mais pourquoi le faire en utilisant l’inutilité du PS comme exemple plutôt que celle de L’UMP ?

        Le PS n’est pas au pouvoir. L’UMP parle de de supprimer le « mademoiselle » au profit du seul terme de « madame »... voila qui répond bien à nos vraies préoccupations n’est-ce pas ? L’UMP veut filtrer internet et le streaming... voila qui va surement mettre fin à la crise...


        • Taverne Taverne 24 novembre 2011 12:59

          Bin quoi ? C’est pas çà le réenchantement promis par Hollande ?


          • non666 non666 24 novembre 2011 13:15

            Le droit de vote des étrangers est, en propagande, ce qu’on appelle un sujet clivant.
            Il vise a creer un sujet d’opposition entre deux adversaires, a generer un signe distinctif pour les electeurs afin de leur fournir un mobile de vote.
            Sans ce sujet, les deux camps qui s’opposent apparaitrait en effet identique.

            Entre « Sarkozy l’americain »
            ( http://axisoflogic.com/artman/publish/Article_27642.shtml )
            et le Hollandais volant pour la french american foundation (young leader en 1996)
            ( http://axisoflogic.com/artman/publish/Article_27642.shtml )
            La difference n’est pas flagrante.

            Idem pour ces deux obligés des diners du CRIF meme si sur ce domaine, Sarkozy a une petite longueur d’avance
            ( http://axisoflogic.com/artman/publish/Article_27642.shtml ;
             http://chabad-lubavitch-neuilly.blogspot.com/2007/11/president-avec-la-benediction-du-rabbi.html )

            Les deux ont oblgeament trahis leurs camps en vendant le TCE au peuple français « malgrès lui » servant admirablement les interets des loges qui ont co-écrit le texte (dixit Libération )
            http://www.liberation.fr/politiques/0101523679-grand-oral-sur-l-europe-au-grand-orient-de-france

            Oh surprise, Melenchon aussi y etait ....
            Alors evidemment, entre le service des interets étrangers, celui des frères ... et celui du peuple auto-elu , le service des autochtones gaulois passe apres.
            Pour lui, on invente des sujets « clivants » qui fourniront la base de discussions enflammées sur les forums et les diners familiaux.
            Du coup Sarkozy passera pour un patriote en refusant le vote des colons (enfin d’autres colons que ceux d’autriche hongrie...) et Hollande passera pour un mec "moderne et ouvert.

            Rassurez vous, ils vous fourniront, comme à chaque election d’autres sujets clivants :
            Mariage homosexuel , adoption par les homos , Liberation sexuelle (droit de courir apres les petits garçons au Maroc ou de se trousser des domestiques dans les grands hotels) ,fin du nucleaire , 35h00...
            Vous penserez avoir lme choix, du coup...sauf si vous lisez la constitution et que vous vous rendez compte que les sujets socio-economiques sont du ressort du gouvernement, et donc de la majorité à l’assemblée nationnale qui sera decidée dans une autre election !

            Ces sujets sont la pour vous eviter de vous decider sur des sujets qu’ils ne veulent pas voir aborder : la souveraineté , l’independance et la grandeur de la France, son image de marque, notre liberté , la soumission aux banques, la survie de l’OTAN...



            • Taverne Taverne 24 novembre 2011 14:17

              Je m’étais fait la même réflexion. Cette proposition ressemble plus à une hochet pour faire diversion comme, pour Eva Joly, la transformation des fêtes du 14 juillet et du 11 novembre. Mais la gauche croit peut-être y gagner : les étrangers voteraient plus à gauche qu’à droite ? Il y a aussi l’envie pour Hollande de tenir une promesse de Mitterrand, dans un élan d’identification à son illustre prédécesseur. Mais franchement, le peuple a des besoins plus vitaux et plus urgents.


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 24 novembre 2011 17:13

                Vous excluez les étrangers vivant et travaillant en France, y compris pour vous, du peuple ? 


                Il me semble que vous avez un vision restreinte, nationaliste et populiste du peuple

              • non666 non666 24 novembre 2011 18:01

                Et vous Reboul, pour quelqu’un qui se pique d’expliquer aux autres ce que sont les techniques de manipulation, je trouve que sur ce coup ci, vous etes un peu court et facilement lisible.

                De quel « peuple » parlez vous ?
                Du Peuple de CE pays, des autochtones Ou du peuple dans la définition marxiste de classe qui incorpore volontier les mercenaires importés (les « jaunes » disaient les syndicalistes il y a 50 ans quand ce n’etait pas encore interdit....) avec les travailleurs nationaux pour le plus grand bien du patronat ?


              • jaja jaja 24 novembre 2011 18:08

                Parmi les « jaunes », comme par exemple ceux qu’on a jadis matés à Talbot Poissy, on relevait surtout la présence de groupes et de nervis fascistes d’extrême droite qu’ensemble ouvriers Français et Immigrés ont chassé définitivement de l’usine....


              • Talion Talion 24 novembre 2011 18:19

                « Il me semble que vous avez un vision restreinte, nationaliste et populiste du peuple »

                On accueille déjà suffisamment de monde sans en plus accorder d’avantage de droits à ceux qui ne cherchent clairement pas l’assimilation.

                Ce n’est pas si dur de devenir français... Alors on ne va pas en plus pleurer sur le sort de ceux qui refusent de changer leur nationalité et d’adopter le drapeau tricolore.

                Qu’ils se fassent naturaliser et ensuite ils seront français de plein droit !... En ce qui concerne les autres, on ne retient personne et on n’a jamais forcé qui que ce soit à devenir un compatriote !

                La nationalité est affaire de choix et personnellement j’ai toujours eu horreur des hypocrites qui pour des raisons toujours fumeuses s’arrangeaient pour rester le cul entre deux chaises !

                Bref !... L’exemple à suivre c’est celui-là : http://www.leparisien.fr/oise-60/ils-ont-choisi-de-devenir-francais-22-11-2011-1732786.php
                Et ici c’est beaucoup plus facile que dans la plupart des autres pays...

                Pour les autres, on ne retient personne.


              • Elisa 24 novembre 2011 18:28

                @ Sylvain Reboul

                Mais qu’est-ce que ce « populisme » sans cesse convoqué pour nous conditionner à associer le peuple aux idées d’extrême-droite ?

                Cette association est en fait un moyen d’occulter la dérive libérale et capitaliste des partis sociaux démocrates en particulier en Europe.

                 Dégrader tout point de vue de classe en le qualifiant de populiste permet de mettre ensemble les « extrêmes » gauche et droite. Le peuple n’aurait qu’un choix raisonnable entre les héritiers de Thatcher et de Bush et les rejetons de Blair et d’OBAMA !

                Toute velléité d’affronter le désordre financier mondial et ceux qui en profitent serait aussitôt discréditée et taxée de populisme

                Il ne faut pas trop s’étonner de voir la percée du FN au sein des couches populaires dans une telle confusion idéologique : si défendre le peuple contre les puissants et les exploiteurs au risque de déséquilibrer les montages du FMI et consort est une grave dérive « populiste », que peut véritablement espérer le peuple dans un pays où les inégalités de fortune ne cessent de se creuser.


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 27 novembre 2011 10:00

                la question de la solidarité entre nationaux et non nationaux est une question centrale pour lutter contre la surexploitation des travailleurs immigrés ou non, ici et ailleurs . Celle-ci est précisément le résultat de cette division politique entre travailleurs et résidents sur le sol dit national. Le droit de vote accordé aux immigrés est un droit de citoyenneté nécessaire pour lutter contre la dérive nationaliste que j’appelle l’illusion populiste qui fait toujours -et l’histoire l’a démontré- le jeu de l’extrême droite qui n’a jamais démontré, une fois au pouvoir, qu’elle était plus favorable aux travailleurs qu’aux capitalistes...De toute les façons les capitaux circulent librement sur la planète. Eux ne sont plus « nationalistes » depuis longtemps...


              • LE CHAT LE CHAT 24 novembre 2011 14:45

                Sachant que le maire a des fonctions de police d’une part , et d’autre part est partie prenante dans l’election présidentielle vu qu’on réclame 500 signatures , vous accepteriez
                qu’un non européen soit elligible ??? EH BIEN MOI NON !


                • Gilles BERTIN Gilles BERTIN 24 novembre 2011 15:27

                  Petit rappel d’histoire française !!!!

                  Le décret Crémieux (du nom d’Adolphe Crémieux) est le décret no 136 qui accorde d’office en 1870 la citoyenneté française aux 35 000 Juifs d’Algérie1,2. Il est complété par le décret no 137 portant « sur la naturalisation des Indigènes musulmans et des Étrangers résidant en Algérie » : pour ce qui les concerne, la qualité de citoyen français n’est pas automatique puisqu’elle « ne peut être obtenue qu’à l’âge de vingt et un ans accomplis » et sur leur demande. En pratique, selon Gilles Manceron de l’association LDH, la naturalisation n’est que rarement attribuée aux Indigènes musulmans3 qui restent sous le régime de l’Indigénat, ce qui peut traduire leur volonté de continuer à être régis par la « loi musulmane » et non pas par les « lois civiles et politiques de la France » auxquelles se conforment leurs compatriotes français. Une loi similaire de naturalisation massive et automatique, portant cette fois sur les Étrangers résidant en Algérie, est promulguée le 26 juin 1889.


                  • Robert GIL ROBERT GIL 24 novembre 2011 16:59

                    En 1871 la Commune de Paris ouvre la citoyenneté aux étrangers. Fait unique dans l’histoire mondiale, plusieurs étrangers occupent une place dirigeante : Des généraux polonais, Dombrowski et Wrobleski, assument des commandements militaires. Un juif hongrois, ouvrier bijoutier, est promu ministre du Travail. A mediter.........


                    • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 24 novembre 2011 17:09

                      « En ressortant des cartons la proposition d’accorder le droit de vote aux étrangers, le PS fait preuve de générosité mais ne répond pas aux principales préoccupations des Français. »


                      Ce qui s’appelle précisément la préférence nationale contre le droit universel à la citoyenneté ! C’est au nom de l’argument de la non-priorité que la république française s’est très longtemps aussi opposée au vote de femmes..

                      En réalité la question de la place des prétendus étrangers dans la république et surtout celle, très importante et même décisive pour notre économie, dans ce que l’on a appelé la classe ouvrière en France est essentielle. 

                      Qui refuse pour des motifs tactiques ce droit de vote aux étrangers résidant et travaillant en France pour tous n’est démocrate qu’en apparence, comme pouvait l’être les athéniens. Le droit de vote doit appartenir à  tous ou il n’est pas démocratique... 

                      La question de la peine de mort était-elle tactiquement non prioritaire en 1981 ?

                      • non667 24 novembre 2011 18:57

                        droit de vote =attrape couillons !
                        si j’avais le brevet et le monopole de vente des bonbons je donnerais (aux nom des droits de l’homme et des enfants !) de droit de vote aux enfants dès 2 ans et je patronnerais le parti chamalow ! avec distribution a l’entréé des bureaux de votes  smiley smiley smiley


                        • Richard Schneider Richard Schneider 24 novembre 2011 21:53

                          Comme S.Royal, je trouve qu’il n’y a pas urgence en la matière ... Il y a des problèmes bien plus graves à aborder.

                          Ce qui intéresse les classes populaires, c’est le chômage, la Sécu, le pouvoir d’achat, le logement etc ...
                          La gauche bobo ne peut pas s’empêcher de sortir régulièrement des problèmes sociétaux qui clivent l’électorat. Sur la question du vote des citoyens étrangers à l’UE, le FN et l’UMP jouent sur du velours ...
                          Sans être contre, encore une fois, et je suis bien en accord avec l’auteur de l’article, le vote des étrangers n’est vraiment pas « une question prioritaire » ... Nous avons vécu des années hors de France, mais jamais ma famille ou nos amis français, avons eu l’idée de vouloir voter lors des élections dans le pays d’accueil !

                          • gaspadyn gaspadyin 25 novembre 2011 09:19

                            L’article me parait tout à fait justifié et pertinent ; ce sont les sénateurs socialeux qui ont remis ce sujet sur le tapis.

                            Mais ils se sont bien gardés d’exposer tous les privilèges ( PRIVILEGES, et non pas avantages mérités) dont ils jouissent. SECRET !

                            Que l’exécrable chanoine annonce son opposition au droit de vote des étrangers n’a rien d’étonnant et ne mérite pas d’être longuement commenté ; ce type n’est qu’un vulgaire menteurdont l’unique objectif est de détruire le pays, et tous les moyens lui sont bons.

                             

                            Ce qui est beaucoup plus grave et désespérant pour un grand nombre de gens, c’est la traitrise des socialeux et leur incompétence majeure.

                            Utiliser des sujets de société est une de leur spacialité quand ils ont besoin de mentir et de cacher ce qu’ils ont décidé.

                            Par exemple : le renoncement à la souveraineté au Conseil de sécurité de l’ONU.

                             

                            Mon père était un immigré. Il a / nous avons fêté sa naturalisation, et il en était fier.

                            Alors les étrangers qui veulent voter chez nous ont le droit de demander la nationalité française. Et s’ils en ont honte, c’est leur droit, mais ils ne peuvent pas avoir le beurre et l’argent et le sourire de la crèmière.

                             

                            Il est clair que les équipes de tzarhollandzy vont tout faire, et même plus, pour étaler et développer longuement des thèmes clivants afin de ne pas aborder les sujets essentiels.


                            • Taverne Taverne 25 novembre 2011 09:47

                              Quand je pense que ce n’est qu’en 2014 qu’on élira directement les conseillers des communautés de communes et que les sénateurs ne sont élus que par leurs potes locaux. Avec cela, on vient nous parler du vote des étrangers ! Pensons déjà à donner le droit de vote aux Français ! Et je ne parle même pas du référendum qu’on attend toujours...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès