Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Front National n’est vraiment pas un problème !

Le Front National n’est vraiment pas un problème !

Les dernières élections cantonales ont laissé perplexe les analystes. Le FN, qu’on croyait absorbé et dissous dans le paysage électoral depuis les présidentielles de 2007, est revenu sur la scène avec 15 points comptabilisés au niveau national lors du premier tour. Il va sans dire que ce chiffre n’est pas significatif car une majorité d’électeurs sont restés chez eux. Mais ce niveau du FN n’a rien d’inattendu au vu des récents sondages créditant Marine le Pen de plus de 20 points. Dans la foulée du premier tour, les prises de positions des hauts cadres de l’UMP ont été amplifiées par une caisse de résonance médiarchique si bien que des commentateurs y ont vu une amorce de scission au sein même de la formation majoritaire. Certain évoquant même une recomposition politique majeure. A croire que le ni ni inspire les neu neu du commentaire. Ce qui doit satisfaire les gens du FN, joyeux et volubiles dès qu’ils ont le sentiment d’avoir misé dans la cible et d’avoir mis le boxon dans la vie politique française. C’était d’ailleurs l’objectif de Jean-Marie le Pen qui affichait un bonheur non contenu, à l’instar d’un gamin foutant un coup de pied dans la fourmilière et s’amusant à voir ces petites bestioles affolées et courant dans tous les sens. « Cache ta joie » ne fut pas le mot d’ordre du FN lorsque les télés ont annoncé le Non gagnant au référendum sur le TCE. L’extrême droite n’était pas la seule à s’amuser. Chez les militants de la LCR et de FO, le rosé coulait à flot. C’est disons la règle du jeu pour les partis protestataires. N’ayant aucune perspective de parvenir au pouvoir, leur seul succès réside dans le trouble occasionné dans la vie politique. Néanmoins, rien ne dit que Marine le Pen soit dans une posture similaire et comme on cru le déceler quelques analystes, la présidente du FN dévoile quelque intention pour parvenir au pouvoir.

Mais 20 points, ou même 25, c’est un peu court, jeune dame, dirait l’empêcheur de penser en rond, non sans supputer avec un regard facétieux que la conjonction d’une normalisation du FN doublée d’une droitisation de l’UMP pourrait susciter une alliance dans les prochaines années. Mais dans le cas contraire, le FN aura suffisamment de voix pour perturber les élections, même dans le cas d’un scrutin majoritaire à deux tours. Pas les présidentielles certes, mais pour les législatives, le spectre de triangulaires favorables au PS plane et dans les états-majors de la droite, nul n’a oublié le jeu politicien de Mitterrand qui en 1988, gouverna avec une Assemblée de gauche grâce au trouble jeu du FN. Le déterminisme historique aurait tendance à décréter que des causes similaires engendrent des effets similaires. En 2012, une Assemblée de gauche semble très probable, même les partis de droite (FN inclus) sont majoritaires en voix. Cependant, rien ne dit que la suite se déroulera comme prévu car en 2017, après une gouvernance qu’on peut imaginer secouée par la conjoncture mondiale, le FN et la droite qui gouverne pourraient passer quelques alliances moyennant quelques concessions ad minima.

Pour l’instant, le FN perturbe la vie politique française, et s’il laisse certain supposer une peu probable scission de l’UMP, il montre une scission bien plus problématique, celle séparant la vie politique française de la société gouvernée. Désignée comme civile non sans un lapsus sémantique cocasse. Un civil est en général un Français qui n’est pas militaire. La vie politique serait-elle alors un théâtre d’opérations de combat entre partis, avec des tactiques, prises de position, lignes de démarcation, phrases assassines ? On serait tenté de le penser mais si la politique devait accentuer cette tendance, alors elle serait déviée de sa finalité qui est d’accompagner le pays dans sa transformation tout en assurant la gestion des affaires publiques à travers l’Etat. On comprend alors que le vote FN n’est pas un problème pour les Français, comme d’aucuns voudraient le faire croire, mais pour la classe politique. Pour la « société civile », le FN n’est ni un problème, ni une solution. Tout au plus un thermomètre sociologique indiquant les états d’âme, les tourments et autres crispations des gens. Toute cette agitation autour du FN montre bien que les médias privilégient la vie politicienne au détriment de la vie des gens. Ce qui n’est guère étonnant. Les journalistes et autres directeurs d’information évoluent dans un théâtre social au plus près des politiciens et donc sont incités à commenter les jeux conflictuels plutôt qu’à recenser les aspirations des citoyens et les difficultés à exister dans ce monde aux penchants chaotiques. Les médias mettent en avant le suspense des primaires socialistes, les saillies des Verts et de Mélenchon, la montée du FN, les scénarios pour 2012, mais parlent moins des Français qui peinent à vivre et des PME au bord de la faillite.

Bien malin serait celui qui prétendrait connaître l’évolution de la politique en cette période de crise et d’incertitude. Il y a fort à parier que deux éthiques vont être confrontées, celle de la responsabilité qui sied aux serviteurs de l’Etat et celle de la conviction qui parfois, s’égare dans des obsessions idéologiques. S’ajoute une troisième éthique qui n’en est pas une, sauf à admettre que l’intérêt personnel puisse valoir d’éthique dans le monde politique. En fait, le désir de parvenir ou rester au pouvoir joue une sorte de ruse cohésive, incitant les responsables politiques à gommer les différences et faire des concessions car l’appât du pouvoir l’emporte sur les convictions. Autant dire que ceux qui pensent à une scission de l’UMP sont allés un peu vite en besogne. Alors que dans l’autre camp, les Verts pourraient poser quelques problèmes sur la question du nucléaire.

Finalement, malgré les jeux politiciens conduisant les médias à se demander qui va gouverner, le véritable enjeu sera de savoir comment les dirigeants vont gouverner et avec quels programmes. Il fut un temps où la politique française était active, offensive, conquérante, innovante. Comme l’a bien expliqué Jean-Pierre Chevènement, la France a conduit de grands projets entre 1950 et 1980, puis est arrivé le temps des gestionnaires du passé, amenés à régner, régenter et faire fructifier un héritage sans trop le dilapider. Mitterrand et Chirac s’y sont attelés, jusqu’en 2007 ou arriva cette fausse rupture, signe d’un volontarisme rendu vain car pénétré de contradictions et enveloppé par une globalisation de la crise. Le monde avance vite. La politique peut alors être tentée par le repli. Au lieu d’être active, la politique sera alors réactive et rétroactive au sens cybernétique. La téléologie sera de mise. Les politiques risquent d’être mues par deux moteurs, le premier étant la technique et l’économie, le second étant l’idéologie du repli, de la bulle, de la protection. La politique sera mue par quelques impératifs techniques dont la réalisation suppose un effort de propagande. On nous prépare à l’électricité plus chère, à une augmentation d’une TVA présentée comme sociale, à la rigueur salariale au nom du pacte de compétitivité pour servir un euro alors qu’il devrait nous servir. La politique du repli joue sur une amplification obsessionnelle des petits tracas suscitant l’irritation ou la crainte. L’immigration et l’Islam sont pointés. Ou alors c’est le nucléaire, technologie plus sûre qu’on ne le prétend mais exigeant beaucoup de sérieux et de précautions. Les craintes écologistes risquent hélas d’orienter la politique vers des choix stupides et coûteux privant de moyens d’autres chantiers plus essentiels. Dernière obsession, cette fois dans le champ économique, le protectionnisme et la question de l’euro. Le FN et la gauche extrême sont une fois réunis pour un retour au franc qui de plus, se trouve légitimé par quelques pointures faisant l’opinion, de Alain Cotta à Emmanuel Todd. Les protectionnismes ont le plus souvent plongé les nations dans le déclin.

Un parallèle avec l’évolution politique en Israël permet d’y voir un peu plus clair. Ce pays singulier du Proche Orient a vu se déployer une épopée historique marquée par une vie politique bipolaire, avec une gauche incarnée par les Travaillistes et une droite représentée par le Likoud. Depuis deux décennies, suite aux deux Intifadas et aux actions terroristes, l’opposition politique a fait place au consensus autour d’une question devenue prioritaire, la défense et la sécurité d’Israël. On a assisté à une droitisation de la vie politique marquée par un nationalisme exacerbé. Le Likoud ne s’est plus retrouvé dans cette tendance si bien qu’une scission eut lieu avec la création en 2005, à l’initiative d’Ariel Sharon, d’un nouveau parti de droite modérée, Kadima, laissant les anciens du Likoud virer vers un nationalisme virulent. Depuis des années, les gouvernements de coalition se succèdent à la Knesset. Une seule priorité, la sécurité dans un contexte d’occupation de la Cisjordanie au détriment des populations palestiniennes alors que Gaza n’a rien d’un pays mais ressemble à un camp de réfugiés. La France évolue aussi vers une mise en avant de questions prioritaires pouvant aboutir à une coalition gouvernementale qui reste néanmoins assez improbable car le scrutin législatif n’est pas proportionnel mais majoritaire. On peut cependant voir se dessiner un léger glissement si bien que l’hypothèse d’une droite centriste symétrique de Kadima n’est pas une hypothèse farfelue. On voit bien François Bayrou, Hervé Morin, Jean-Louis Borloo et Dominique de Villepin se réunir dans un parti centriste et républicain qui en cas de crise du pays ou du monde, pourrait s’associer à un PS débarrassé de ses lubies gauchistes, tout en contribuant à éloigner la vie politique française de ses démons droitiers agités par Sarkozy, identité nationale, laïcité, islamoscepticisme. Kadima, précisons-le, signifie en avant. Ce détail a toute son importance car il semble acquis pour l’instant que la France ne puisse aller de l’avant. Bombarder la Libye ne sauvera pas la face d’un pays s’arc-boutant sur son passé et dirigé par des réseaux d’intérêts et de connivences faisant que la France ressemble à une Libye démocratique. Nulle tribu mais combien de réseaux népotiques et copinants ?

Pour conclure, une petite note métaphysique. La politique à venir ne sera pas inventive, créative, conquérante, mais rétroactive, au sens mécanique de ce terme. Autrement dit, une politique cybernétique qui rétroagit en fonction des circonstances, conjonctures et faits divers, qui ajuste quand il faut calmer les plaies. La cybernétique est selon Heidegger l’achèvement de la métaphysique occidentale mais aussi le mécanisme lié à la technique qui ruse au point de dominer la politique en l’abaissant vers une téléologie sans « humano-dicée ». L’Occident cybernétique est une machine technicienne lancée à toute allure. Le système technicien est opérationnellement clos. Le pays devient borné, figé dans des obsessions idéologiques sous-tendues par des lobbys économiques, techniques, politiciens ou même associatif. Ce monde s’affronte, se neutralise souvent, coûte cher parfois, œuvrant au service de l’inutile public au lieu de l’intérêt collectif.


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


    • Capone13000 Capone13000 28 mars 2011 10:37

      le FN n’a fait aucune percée, regardez les chiffres son score est de 11% des votants et non pas des francais, les électeurs FN votent eux mais avec 11% ils sont au maximum.
      http://www.u-p-r.fr/actualite/france/bilan-des-elections-cantonales-2011-le-battage-mediatique-et-la-realite


    • LE CHAT LE CHAT 28 mars 2011 10:26

      il est impératif de se poser la question de la représentativité de nos élus !
      généraliser la proportionnelle , ça résoudrait le problème et les prises de tête .....


      • Robert GIL ROBERT GIL 28 mars 2011 10:40
        A chaque élection, la majorité des français vote soit pour l’UMP qui représente les intérêts du grand capital, soit pour le PS représentant ceux de la grande bourgeoisie. Et maintenant ils vont se rabattrent sur le Front National qui a fait de la peur de l’étranger son fond de commerce. Dans tous les cas le salarié est perdant, car aucun de ces partis ne remet en cause le système, pire, ils le cautionnent en apportant chacun sa petite touche démagogique pour flatter son électorat. Du nationalisme réactionnaire au libéralisme économique, il faut tout rejeter  !....
         

        • Cocasse cocasse 28 mars 2011 10:46

          « Le Front national n’est vraiment pas un problème ».

          Effectivement, ce n’est pas le problème, c’est la résolution.


          • Emmanuel Aguéra LeManu 28 mars 2011 13:56

            Tu veux pas mettre une colombe à la place de cette engin de guerre ?


          • Yohan Yohan 28 mars 2011 16:52

            Preuve que Perséus n’entend rien à la comptabilité, il confond score sur 404 cantons et score national. 11,64% sur ce 2ème tour, ça correspondrait à 25% potentiellement sur une présidentielle


          • galien 28 mars 2011 18:27

            @Perseus
            Le score est faible au deuxième tour, c’est tout à fait pour un petit parti comme le FN dans un scrutin majoritaire à deux tours.
            Le résultat par département permet de faire une projection pour les législatives de 2012.

            Voici les dix départements qui ont voté le plus pour le Front national :

            Alpes-Maritimes  : 43,57 % ; Vaucluse : 43,12 % ; Var : 41,26 % ; Hérault : 40,17 % ; Bouches-du-Rhône : 39,98 % ; Oise : 39,54 % ; Aude : 39,54 % ; Meuse : 39,07 % ; Lot-et-Garonne : 39 % ; Pyrénées-Orientales : 38,70 %.

            Les dix départements qui ont voté le moins pour le FN :

            Sarthe  : 23,15 % ; Hauts-de-Seine : 23,22 % ; Maine-et-Loire : 23,88 % ; Pyrénées-Atlantiques : 24,78 % ; Morbihan : 27,11 % ; Ille-et-Vilaine : 27,39 % ; Seine-Saint-Denis : 27,66 % ; Allier : 27,72 % ; Loir-et-Cher : 27,73 % ; Val de Marne : 27,80 %.

            http://www.lepoint.fr/politique/les-dix-departements-qui-ont-le-plus-vote-fn-aux-cantonales-28-03-2011-1312161_20.php


          • DG. DG. 28 mars 2011 11:58

            « mais quand tous les candidats seront désignés et que tous les programmes seront sur la table, »

            justement, on verra que le PS et UMP n’auront comme programme que d’appliquer les directive du FMI, OCDE et Bruxelle


          • Bovinus Bovinus 28 mars 2011 12:05

            juluch :

            Si c’est pour avoir la même merde depuis 30 ans................non merci !


            UMP est un échec
            Le PS c’est un échec.

            reste le FN.

            Il serait plus honnête de dire que dans le paysage politique français, il ne reste rien. La solution à nos problèmes ne se trouve pas dans les urnes mais dans la révolte qui gronde. Notre système de représentation politique est vérolé, notre système socio-économique également. Il faut se débarrasser de tout cela et mettre quelque chose de nouveau à la place.


          • Bélial Bélial 28 mars 2011 12:54

            Bovinus a raison, 

            S’INTERESSER ENCORE AU FN, C’EST COMME S’INTERESSER ENCORE A L’UMP OU AU PS, C’EST UNE PERTE DE TEMPS,

            on est en 2011, ces partis sont morts, il faut faire son deuil et s’intéresser à autre chose, les politiciens parlent tout le temps mais n’écoutent jamais, le peuple doit gouverner (même si il sait être assez désespérant= facilement influençable, sans respect, sans ouverture d’esprit, sans réflexion propre, gobe ce que dit la télé en oubliant à qui elle appartient, méprise les un peu plus riches ou les un peu plus pauvres, se trouve des boucs-émissaires pour ne pas voir la poutre dans son oeil, bref...)

            l’instauration de la proportionnelle est une piste, le tirage au sort des représentants (voir les livres sur la démocratie participative, le pouvoir au peuple...) en est une autre, meilleure à mon avis, le manque de démocratie est un problème, mais le FN n’est pas plus démocrate que l’UMP et le PS, il faut écouter tout le monde, de Etienne Chouard à Paul Ariès en passant par Besancenot, Cheminade, Mélanchon (même s’il a été franc-maçon, ils ne sont pas un si gros problème, juste des élitistes qui pensent devoir guider le peuple vers une société idéale, au peuple de se montrer digne de la démocratie et de ne pas avoir besoin d’eux), Pierre Rabhi, Anne Lacroix-Riz, Anthony Sutton, ton voisin, ta grand-mère, toi.

            Pour vivre en démocratie il va falloir s’écouter, mettre un minimum les égos de côté, s’attacher à résoudre certains problèmes, sortir de l’obscoléscence programmée des objets, de la confiscation de la création monétaire par les banques, arrêter d’être un cancer pour la planète et de mettre un prix sur tout ce qui bouge...


          • Cocasse cocasse 28 mars 2011 12:56

            La solution à nos problèmes ne se trouve pas dans les urnes mais dans la révolte qui gronde

            Des zyvas qui crament des bagnoles par frustration de ne pas pouvoir s’acheter des nikes, tu parles d’une révolte...


          • LE CHAT LE CHAT 28 mars 2011 13:21

            @bélial

            faudra m’expliquer où les marxistes ont instauré une vraie démocratie ..

            Les démocraties populaires ne sont ni démocratiques , ni populaires


          • Bélial Bélial 28 mars 2011 13:41

            Salut LE CHAT,
            je suis pas marxiste, je suis pas non plus en train de te dire que le communisme ultracentralisé c’est trop bien sous prétexte que le capitalisme ultralibéral est de la merde, je te rejoins quand tu parles de proportionnelle, je te rejoins pas si tu penses que Marine Le Pen est une solution, et si tu crois que je suis une groupie de Besancenot c’est mal me connaître,
            de toutes façons quand une majorité se range derrière un parti ou une personne providentielle ça part en couilles très vite, si la majorité avait raison ça se saurait, ça m’inquièterait autant de voir tout le monde faire les moutons derrière Besancenot que derrière Le Pen. Ce qu’il faudrait c’est écouter tout le monde, mais pour ça tout le monde va devoir être tolérant et c’est pas gagné. 
            Après je suis pas plus fan que toi du bipartisme sauce américaine sous influence Bilderberg et Commission Trilatérale, mais je ne vois pas de solution dans l’extrême droite, pas plus dans l’extrême gauche même si certains idéaux libertaires m’en rapprochent plus.


          • LE CHAT LE CHAT 28 mars 2011 14:03

            salut Bélial ,
            on n’aura jamais 50 % de français dans un seul camp , trop indiscipliné le gaulois !  smiley
            mais sur qu’il faudra les bonnes volontés de tout l’éventail politique si on veut construire une 6eme république plus démocratique .


          • Bovinus Bovinus 28 mars 2011 14:20

            Le Chat  : faudra m’expliquer où les marxistes ont instauré une vraie démocratie ..

            Les démocraties populaires ne sont ni démocratiques , ni populaires

            En Chine, ils ont essayé. Constatant l’embourgeoisement du Parti et l’accaparement de la révolution à leur profit personnel de certains cadres très haut placés, Mao a tenté un truc très courageux et complètement désintéressé : la révolution culturelle chinoise (1966-1976). Finalement réprimée car ça allait partir en guerre civile.

            La France a besoin d’un nouveau projet, d’une nouvelle ambition et d’une nouvelle façon de « vivre ensemble ». Aucun des partis ou des politiques proliférant sur le Système qu’ils ont créé avec leurs copains banquiers et industriels ne peut être ambitieux à ce point, car il y perdrait tous ses acquis.

            Hé oui, tout cela paraît en effet très abstrait, mais je pense pas que la Solution peut venir d’un seul homme. Il ne s’agit pas de tout brûler et de tout casser, comme les « prolétaires » furieux l’ont fait pendant la Terreur ou en Russie après la révolution d’octobre. On a bien vu que ça ne mène à rien : dans le premier cas, on a eu Napoléon, les Russes ont eu Staline. Puis, Napoléon renversé, les bourgeois se sont rués sur la France épuisée pour se partager sa dépouille, comme ils l’ont fait aussi de celle de la Russie sitôt Staline mort.

            Je préfère l’enseignement de Ghandi. Résister, sans violence ni colère inutile, mais avec fermeté et détermination. Quelques idées ? En voilà :

            - Ignorer massivement les élections (et en premier lieu les présidentielles de 2012). Ce serait beaucoup plus efficace que de rentrer dans « leur » jeu. Un président élu sur une base électorale proche de 0% ne peut rien faire d’autre qu’employer la coercition, et deviendra ainsi automatiquement un dictateur sans aucune légitimité.

            - Rejeter la consommation et utiliser autant que possible les réseaux de solidarité, les sites de vente genre « Le bon coin », etc. C’est beaucoup moins cher, c’est « social » et c’est écologique.

            - Rejeter autant que possible le système bancaire, liquider tous les comptes d’épargne, titres, etc, et les convertir en or physique (par exemple). Limiter autant que possible l’usage de la CB et du carnet de chèques, bref, laisser le minimum d’argent sur son compte et tout payer en cash.

            - Ne plus acheter de presse, se débarrasser de sa TV.

            - Restaurer le contact humain réel, utiliser tous les moyens légaux pour favoriser et créer des rassemblements de personnes, si possible discrets. C’est absolument nécessaire pour retrouver confiance dans la politique et se donner de nouveaux chefs réellement représentatifs de nos intérêts.

            Bref, on peut en faire des choses, à condition de le vouloir vraiment. Et sans rien brûler du tout ni tuer personne.


          • Cocasse cocasse 28 mars 2011 14:25

            de toutes façons quand une majorité se range derrière un parti ou une personne providentielle ça part en couilles très vite

            Va dire ça à ceux qui se sont rallié à De Gaulle !


          • LE CHAT LE CHAT 28 mars 2011 14:37

            @bovinus

            perso , j’aime payer en cash , tu gardes la notion de la valeur des choses !
            quand à stocker or et argent , c’est ce que certains font en ce moment , avant que les bourses et les monnaies s’effondrent , et ils ont pas tort !

            et il est certain qu’il faudra penser à un monde fonctionant uniquement sur la société de consommation , le gaspillage des ressources et l’enrichissement de certains au détriment du plus grand nombre . Il faut non pas dépenser plus , mais dépenser mieux !


          • Bélial Bélial 28 mars 2011 14:50

            @ cocasse :
            De Gaulle, même s’il a été une des figures de la résistance et si je reconnais qu’on lui doit le refus de la tutelle américaine, avait sa part de côté obscur, et a fait comme tous les sauveurs militaires et/ou politiques= on s’est vite retrouvés avec un culte de la personnalité, il est resté une bonne vingtaine d’années au pouvoir, a présidentialisé la vie politique française à outrance, donc désolé ni lui ni la cinquième république ne sont ma tasse de thé.


          • Cocasse cocasse 28 mars 2011 15:10

            En attendant, cela a été quelqu’un d’intègre, patriote, et dévoué envers la France avant tout, fort et lucide. Pas parfait mais meilleur que toute la clique qu’on a eu depuis.
            Autant de qualités que je retrouve également chez Marine. Alors elle fera fort bien l’affaire !


          • Bélial Bélial 28 mars 2011 15:32

            @ cocasse :
            je vous laisse continuer à idôlatrer votre Marine et troller tous les articles d’Agoravox de votre prosélytisme en lui faisant de la pub gratis.


          • révolQé révolté 28 mars 2011 18:42

            Une vision tout à fait réaliste,et qui me tient à cœur...
            En effet,je pense que c’est une des solutions,mais en tous cas penser changer les choses et les faire évoluer dans le bon sens,c’est à dire celui du peuple,tout en continuant de graviter autour de ces 2 partis antédiluviens que sont l’UMPet le PS est vraiment utopique.
            Ces 2 mammouths ne cherchent qu’à tirer la couverture vers eux,mais aucun n’est pour le bien être des citoyens,tous ne voient que leurs intérêts personnels,alors qu’on ne vienne plus me parler de démocratie svp,car la politique a été remplacée par l’économie.


          • révolQé révolté 28 mars 2011 18:48

            Ce com s’adressait à BOVINUS ,entres autres... smiley


          • OMAR 28 mars 2011 21:56

            Omar 33

            Juluch :" Okay ! quoi donc alors ?

            He bien que chaque parti defende et applique réellement les idées qui représentent son essence, ses pensées, ses valeurs...

            Que la droite représente réellement le Gaullisme...
            Que le PS représente reellement Jaures

            Mais voila, le premier pique des slogans racistes et xénophobes, mais ne les applique que conjoncturellement ;
            Le second ne propose aucune solution aux problémes que souleve la présence de certaines communautés.

            Et ces deux partis appliquent la politique économique, sociale et militaire des USA. 

            Alors, normal que les citoyens français se tournent vers des partis extrémistes...


          • pastori 28 mars 2011 12:20

            10% qui narguent les 90% autres !! et qui prétendent progresser !!


            pourquoi le fn n’a pas présenté de candidats partout ? parce il n’a pas l’audience pour le faire s’il l’avait fait il serait ce matin à 3% car il aurait pris la raclée partout.
            pourquoi le fn n’a que deux élus ? parce que personne n’en veut nulle part.

            il faut arrêter de parler de ce groupuscule et s’occuper des vrais problèmes.

            que les harengs qui ont envie de se laisser en fumer se laissent enfumer. les français ont d’autres chats à fouetter que de parler sans arrêt d’une secte familiale et privée sans avenir, sans projet viable et sans compétence..

            sachant que la droite est hors course pour 2012 (qui en voudrait encore ?) il reste pour tous ceux qui ne sont pas nantis à peser sur la gauche afin que le programme qui sera élaboré soit celui qui convient au pays, 
            et songer à choisir parmi les nombreux talents celui ou celle qui sera le mieux placé pour l’appliquer, sachant qu’il ne pourra plus y avoir de roitelet, mais un gouvernement et un parlement qui gouverne, avec une vrai proportionnelle.

            les perdants d’aujourd’hui ne doivent pas être amers mais se rassembler avec tous les gens honnêtes et sincères pour réparer les considérables dégâts et préparer des jours meilleurs car ça va être long et laborieux.

            il n’y a aucune autre solution valable.

            • DG. DG. 28 mars 2011 12:53

              « pourquoi le fn n’a pas présenté de candidats partout ? » ne pas avoir de candidat ne signifie pas, ne pas avoir d’électeur. regarde le PS et l’UMP avaient des candidat partout, et pourtant il n’yavaient pas plus d’électeur avec un abstention de 54%.

              « mais un gouvernement et un parlement qui gouverne »je suis d’accord, mais le problème est que le parlement est une chambre d’enregistrement, son rôle est cantonné pour l’essentiel à la transcription de directive. la politique économique étant préalablement choisie, le gouvernement ne peut faire que des adaptation à la marge. et ce sera encore plus difficile maintenant que les budget seront soumis à l’avis conforme de la commission européenne, via le semestre européen.

              comment appeler a un gouvernement qui gouverne dans ces conditions. votre appel est louable, mais vous êtes confronté a un mur, que les partie de « gouvernement » n’osent ou ne veulent pas remettre en cause.

              « avec une vrai proportionnelle » c’est une évidence.


            • Yohan Yohan 28 mars 2011 13:26

              A noter que le FN ne peut actuellement être représenté que par des chômeurs ou des retraités parce que se déclarer officiellement sur une liste, c’est prendre le risque de perdre son job ou d’être stigmatisé facho. Très mauvais pour les affaires,donc. Quand aux 11%, faut être idiot ou déphasé pour croire qu’il est représentatif de l’électorat FN, puisqu’il est calculé sur la moyenne des présents au second tour. Le seul chiffre qui le représentera sera celui du 1er tour de la Présidentielle. Visiblement, il y a comme une négation des évidences, mais laissons les faire l’autruche.


            • Kalki Kalki 28 mars 2011 13:50

              La stratégie du choc n’est là

              que pour vous désorienter

              et vous empecher de faire ce que votre raison vous dicte, pour votre survie

              http://www.legrandsoir.info/Le-pouvoir-militaro-industriel-contre-la-democratie.html

              http://www.centpapiers.com/de-l%E2%80%99action-directe-contre-la-resignation/65302

              QU’importe des révolutions arabes, un réacteur japonais, ou un FN qui ne passera jamais le 2eme tour

              le vrai probleme c’est votre

              Le vrai et seul probleme c’est votre perte de pouvoir, votre vie est mis en jeu

              et vous préférez encore détourner votre esprit

              de ce qu’il FAUT FAIRE


            • Yohan Yohan 28 mars 2011 16:44

              Groupuscule, ce n’est pas l’avis du Monde


            • slipenplomb 28 mars 2011 12:37

              La politique du repli joue sur une amplification obsessionnelle des petits tracas suscitant l’irritation ou la crainte. L’immigration et l’Islam sont pointés. Ou alors c’est le nucléaire, technologie plus sûre qu’on ne le prétend mais exigeant beaucoup de sérieux et de précautions.

              tu parles des sous marins nucléaire Là ?
              c’est vrai que comme moyen de transport c’est très sûr,la preuve :
              il n’y a jamais eu de collision sur une autoroute.

              Provoc a 2 balles : article chiant dans sa globalité


              • Taverne Taverne 28 mars 2011 12:44

                Le FN progresse, la démocratie régresse.
                Sans qu’il y ait toujours lien de causalité d’ailleurs...


                • Taverne Taverne 28 mars 2011 13:14

                  Qui confond la démocratie avec l’UMPS ? Pas moi en tout cas, d’ailleurs le PS ne régresse pas, il progresse. Je n’en déduis pas pour autant que la démocratie progresse.


                • Cocasse cocasse 28 mars 2011 13:56

                  UMPFN, cela n’existe pas. Le FN n’a jamais gouverné en alternance avec le PS.
                  Désolé, il va falloir trouver autre chose...


                • Cocasse cocasse 28 mars 2011 15:22

                  Ce sont deux politiques diamétralement opposées sur les points importants. Je ne parle pas des broutilles comme l’islam, mais de l’économie, la monnaie, la souveraineté.


                • Olorin 28 mars 2011 16:29

                  UMPFN ou FNUMP, c’est les mêmes. Comment pouvez vous être assez stupide pour faire confiance à un parti dont le fondateur est resté au commande depuis 1972... ?


                • Cocasse cocasse 28 mars 2011 13:01

                  La photo qui va avec l’article est vraiment bien, on a l’impression de voir Marine Présidente.
                  Je vais la faire agrandir et la mettre dans mon bureau.
                  Cela fera comme tout les hauts-fonctionnaires qui ont le portrait du président de la république accroché au mur.
                   smiley smiley smiley


                  • Taverne Taverne 28 mars 2011 13:08

                    Tu as le kiki tout dur, Cocasse ?


                  • Cocasse cocasse 28 mars 2011 13:18

                    LAULE, Taverne ! smiley
                    C’est qu’avec Bayrou, il doit te falloir un tuteur et du viagra ! smiley


                  • Cocasse cocasse 28 mars 2011 13:11

                    le second étant l’idéologie du repli, de la bulle, de la protection.

                    Mais arrêtez un peu avec ces balivernes. Le « repli » dont vous parlez est l’état naturel de l’état nation. Et cela veut dire créer des relations internationales saines, au lieu de supporter une europe totalitaire. Sans protection, pas de justice économique. Les « bulles », ce sont les bulles spéculative de la finance.


                    • pastori 28 mars 2011 13:12
                      le fn progresse !! 10% !! ça veut dire que dans la moitié du pays, 90% n’en veulent pas. ce doit être pareil dans l’autre moitié. et encore il s’agissait là de locaux, personnalités connues.

                      en voyant défiler en boucle ses deux élus sur toutes les soirées élections de la télé , j’ai cru un moment qu’ils en avaient deux cent. smiley

                      le fn ne gouvernera pas en 2012 quoi qu’il arrive. de plus le « programme » ferait peur à un béret vert aguerri !

                      parler du Fn rapporte autant que parler de la météo. donc ça ne sert à rien que perdre du temps inutilement. ceux qui ont faim pensent à bien autre chose.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

FN


Palmarès