Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le gaullisme en 2010 (1) : l’héritage politique

Le gaullisme en 2010 (1) : l’héritage politique

Il y a quarante ans, le « chêne » est tombé. 2010 est une année De Gaulle : sa naissance, son appel du 18 juin et sa disparition sont l’occasion de commémorations. Que reste-t-il du gaullisme aujourd’hui ? Première partie.

Le 9 novembre 1970, le Général De Gaulle attendait le journal télévisé de vingt heures en faisant comme d’habitude une partie de réussite. C’est là, dans sa retraite de Colombey-les-Deux-Églises, qu’il est mort. Après une vingtaine de minutes d’agonie et avant l’arrivée du médecin, celui qui avait été "le premier des Français" entrait dans l’Histoire de France par la grande porte.

Quarante années de post-gaullisme. Comme le disait le 25 octobre 2010 sur LCP Jean-Louis Debré, Président du Conseil Constitutionnel et fils du père de la Constitution, Michel Debré, le gaullisme est mort ce 9 novembre 1970. Reprenant l’idée du début des années 1970 de Jean-Marcel Jeanneney : « Le gaullisme sans De Gaulle, je n’y crois pas. ».

De Gaulle fait partie des grands hommes d’État qui ont marqué la République et les dernières guerres avec le destin d’une "traversée du désert" et d’un "retour au pouvoir" : avant lui, Adolphe Thiers et Georges Clemenceau pour les deux précédentes guerres (1870 et 1914-1918).

Mais De Gaulle est bien plus qu’un homme d’État car il est devenu une figure historique majeure, au même titre que Jeanne d’Arc, Napoléon Ier, Louis XIV, Henri IV, Charlemagne ou même Vercingétorix (personnage remis au goût du jour avec Jeanne d’Arc au début de la IIIe République pour avoir des héros "républicains"). À ce titre, "tout le monde" est susceptible de le "récupérer". À gauche comme à droite en passant par le centre.

Essayons de faire le point sur le post-gaullisme. Je vais distinguer le post-gaullisme politique qui s’est traduit dans l’héritage d’une formation politique particulière (l’UDR) et qui a rejoint la tendance mondiale de droite modérée du post-gaullisme de valeurs, qui, lui, pourrait être repris par tous les responsables politiques.


Post-gaullisme politique

C’est peut-être le plus facile à analyser. C’est l’héritage politique pour ne pas dire partisan de De Gaulle, c’est-à-dire celui de l’UNR puis l’UDR, puis RPR. Le parti gaulliste est actuellement décliné par l’UMP.

Très vite, cet héritage s’est scindé en deux.

D’une part, les "barons" de l’orthodoxie gaulliste, parmi lesquels on peut mettre Michel Debré, Jacques Chaban-Delmas, qui ont toujours considéré De Gaulle comme un mythe fondateur et qui le placent au centre d’une sorte d’idéal de démocratie populaire (au sens réel du terme et pas au sens soviétique). Anticommuniste et anticapitaliste, ce gaullisme historique rêve de l’inaccessible troisième voie sociale et économique où le dirigisme d’État reste un réflexe pour impulser les grands choix économiques de la nation.

D’autre part, le post-gaullisme d’efficacité et d’action, plus politique que philosophique. Il a été représenté dès le début par Georges Pompidou et s’est poursuivi par l’héritier du pompidolisme, Jacques Chirac (avec un avatar dans la candidature d’Édouard Balladur).

En soutenant la candidature de Valéry Giscard d’Estaing dès le premier tour à l’élection présidentielle de 1974, Jacques Chirac n’a pas trahi le gaullisme politique mais a fait un choix politique visant à éviter tout risque de victoire de la gauche (François Mitterrand avait bénéficié d’une véritable dynamique de l’union de la gauche et Jacques Chaban-Delmas avait conduit objectivement une mauvaise campagne électorale).

La démission spectaculaire (et inédite dans la VeRépublique) de Jacques Chirac de ses fonctions de Premier Ministre en été 1976 a permis une certaine réunion des deux familles gaullistes avec quasiment une inversion des rôles entre 1976 et 1981 : les "barons" gaullistes favorables à Valéry Giscard d’Estaing (parmi lesquels Robert Boulin figurait en bonne place) et le soutenant même dès le premier tour à l’élection présidentielle de 1981 (Alain Peyrefitte, Olivier Guichard, Robert Galley etc. ; Jacques Chaban-Delmas était même soutenu par Giscard d’Estaing pour retrouver son perchoir en mars 1978 alors que Jacques Chirac aurait voulu garder Edgar Faure) et les "chiraquiens" soutenant le dissident de la majorité, à savoir Jacques Chirac qui devint le seul "maître" des familles gaullistes et centristes à partir de l’élection de François Mitterrand (notons qu’en 1981, la famille gaulliste était extrêmement divisée puisque si le RPR soutenait la candidature de Jacques Chirac, beaucoup de "barons" ont soutenu celle de Valéry Giscard d’Estaing, Michel Debré et Marie-France Garaud ont, eux, été également candidats et des personnalités comme Jean-Marcel Jeanneney ou Michel Jobert ont soutenu la candidature de François Mitterrand).

Malgré la mainmise de l’héritage gaulliste par Jacques Chirac, incontestée à partir de 1981, le gaullisme politique s’est fondu dans une sorte de tendance libérale qui a abouti à la création de l’UMP regroupant en 2002 gaullistes, libéraux et démocrates-chrétiens dans un cartel électoral. Ce rassemblement aurait pu permettre le développement du courant porté par les résistants gaullistes démocrates-chrétiens tels que Maurice Schumann ou Edmond Michelet à la fois centristes de conviction et gaullistes de fidélité. En gros, la synthèse du MRP et du RPF. Il n’en a rien été.

Concrètement, le RPR puis l’UMP furent essentiellement une machine électorale à visées quasi-exclusivement présidentielles (en faveur de Jacques Chirac puis de Nicolas Sarkozy), beaucoup plus qu’un parti dépositaire de la philosophie gaulliste.

Le post-gaullisme politique s’est traduit dans l’héritage de Jacques Chirac au travers de quatre personnalités :

1. Alain Juppé qui représente en quelques sortes la synthèse entre Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing : excellence technocratique et tendance modérée et pragmatique.

2. Philippe Séguin, l’enfant terrible, qui a su faire resurgir un certain "gaullisme social" cher aux "barons" du début des années 1970. C’est une expression mal définie (et galvaudée) qui ne veut pas dire grand chose puisque De Gaulle était lui-même "social" et humaniste : « Il n’y a qu’une seule querelle qui vaille, celle de l’Homme. » qu’on peut rapprocher de cette formule de Simone Weil : « Seul est éternel le devoir envers l’être humain comme tel. ». Le plus célèbre héritier de ce gaullisme-là est François Fillon. Charles Pasqua pourrait aussi s’inspirer de ce type de gaullisme qu’il voulait plus populaire mais peut-être aussi plus populiste.

3. Dominique de Villepin, représente le volontarisme en politique cher aux gaullistes, mais il a participé également à des secousses institutionnelles bien dommageables (dissolution de 1997 et cohabitation de cinq ans).

4. Nicolas Sarkozy, enfin, dont la vision politique est parfois contradictoire (entre déréglementation et volontarisme) mais qui reste dans une optique très gaullienne de réforme de la société française (reste à savoir quelles réformes). En ce sens, Nicolas Sarkozy est l’héritier à la fois de Jacques Chirac et d’Édouard Balladur. La pratique présidentielle depuis 2007 n’a cependant plus rien de …"gaullien".

Bien entendu, ce "post-gaullisme politique" n’a plus beaucoup à voir avec le gaullisme des années 1960. Lentement, dès Pompidou, ce gaullisme est devenu un parti "conservateur" traditionnel, favorable à la liberté d’entreprise, à la liberté des échanges commerciaux, à la circulation des biens et des personnes qui trouvent leur traduction dans la construction de l’Union Européenne. L’homme exceptionnel qu’incarnait De Gaulle a laissé place à des personnages politiques ordinaires de la République française. Avec leurs qualités et leurs défauts.


Dans la seconde partie, j’évoquerai un "gaullisme de valeurs" qui demeure, à mon sens, universel.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (8 novembre 2010)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :

De Gaulle en 1958.
De Gaulle en 1959.


(Illustration ci-dessous : dessin de Jacques Faizant dans le "Figaro" du 10 novembre 1970)


Documents joints à cet article

Le gaullisme en 2010 (1) : l'héritage politique

Moyenne des avis sur cet article :  2.39/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Jean 8 novembre 2010 10:50

    Trahison ? il a pris le pouvoir de manière pragmatique pour changer le système délétère de la IVe république. (jouant de l’ intimidation sur les politiques magouilleurs par nature, bluff de les laisser se débrouiller seuls contre les paras)

    Une fois au pouvoir, il s’ agit d’ ouvrir les yeux et de finir par voir que le colonialisme c’ est fini... pour toutes les nations européennes : puissance grandissante de l’ URSS et USA, et libération ici et là (exemple Gandhi), et volonté du peuple algérien et autres ?

    La conclusion s’ imposait ! avait-il le choix ?

    Et à un ami qui lui reprochait d’ être allé voir Franco j’ ai répondu (je ne suis pas un défenseur acharné de De Gaulle) : « et alors il est bien allé voir Staline également pour des motifs de guerre et politiques ; Chamberlain et Daladier sont bien allés voir Hitler en 38, connaissant l’ horrible bonhomme ; la politique c’ est ça, faut bien faire avec les dictateurs et notre »cher« président des riches vient bien de recevoir en grandes pompes un dictateur communiste »

    franchement....


  • Jean 8 novembre 2010 10:59

    « Bien entendu, ce »post-gaullisme politique« n’a plus beaucoup à voir avec le gaullisme des années 1960. Lentement, dès Pompidou, »

    Ouf !
    De Gaulle, toujours pragmatique, s’ est allié avec les communistes, les gens du peuple, le peuple sur lequel il s’ est toujours appuyé ; rien à voir avec aujourd’ hui ; et n’ a pas hésité à mettre en jeu son poste de Président ; on est bien loin des successeurs

    Je pense qu’ il n’ a jamais oublié qu’ en 1940 les soi-disant « élites » n’ ont pas accouru vers lui, pas un académicien, un écrivain de renom (sauf très rares exceptions), cinq officiers généraux sur des centaines ; rien que des caporaux...


  • Icks PEY Icks PEY 8 novembre 2010 10:29


    Très bel article. Merci !


    • JL JL 8 novembre 2010 10:46

      Très beau dessin, merci.

      Bon, je blague.

      Ce matin, Jean Louis Debré évoquait sa conception du Gaullisme, et notamment l’avant et l’après du fameux « Je vous ai compris ». La réal politique l’a contraint par la suite à ce qu’on sait.

      Jean-Luc Mélenchon était hier l’invité de Drucker. D’une certaine façon, en l’écoutant évoquer la République et ce grand peuple que formaient ensemble Français et Maghrebins, je me dis que, quelque part, c’est lui l’héritier du gaullisme.


      • Taverne Taverne 8 novembre 2010 11:18

        Manifestement, Sarkozy a décidé de « liquider » aussi le gaullisme, ce qu’il s’était bien gardé de préciser quand il parla de liquider Mai 68.


        • Massaliote 8 novembre 2010 12:02

          « De Gaulle est bien plus qu’un homme d’État car il est devenu une figure historique majeure, au même titre que Jeanne d’Arc, Napoléon Ier, Louis XIV, Henri IV, Charlemagne ou même Vercingétorix » OUI, quelle envergure ! De tous les précités, il est le seul qui ait rétréçi le territoire de la France.
          Quand je songe à De Gaulle, je pense à la trahison de nos compatriotes qu’il a livrés à leurs bourreaux. Je n’oublie pas non plus les désastreux « accords d’Evian », accords unitéralement respectés par la France et foulés aux pieds par les assassins à qui il a donné le pouvoir.

          J’ai le plus grand respect pour tous ceux qui rejoint De Gaulle à Londres. Et le plus grand mépris pour celui qui a fait assassiner Degueldre.


        • Jean 8 novembre 2010 12:32

          Degueldre ? pas un enfant de coeur.

          "Dans la salle de réunion étaient rassemblés six dirigeants des centres sociaux qui furent alignés contre un mur de la cour et abattus à l’arme automatique."

          (simple copier/coller de wikipédia)


        • Massaliote 8 novembre 2010 14:16

          JEAN, « Je ne suis pas certain que ce soit De Gaulle qui ait ordonné cela ! ni le reste... »

          Il savait que nos harkis allaient être massacrés et il a tout fait pour empêcher leur rapatriement, renvoyant des bateaux entiers à leurs bourreaux. Il a permis à des fellouzes infiltrés de massacrer des Français, rue d’Isly, il a fait bombarder et mitrailler Bab-El-Oued, il a permis le massacre d’Oran et empêché l’armée de sortir des casernes pour secourir les victimes, poussant l’infâmie jusqu’à prévenir les fells qu’à partir de telle heure l’armée interviendrait leur donnant CARTE BLANCHE pour commettre leurs exactions sans risque.


        • Massaliote 8 novembre 2010 14:17

          Et Wikipédia est truffé d’inexactitudes.


        • Massaliote 8 novembre 2010 14:26

          Il convient de lire toute l’histoire : DEGUELDRE Roger lieutenant 1er REP - fusillé au Fort d’Ivry le 6 ... et non pas un extrait.


        • Jean 8 novembre 2010 19:30

          Il était sans doute rue d’ Isly ce jour là et a donné personnellement l’ ordre de tirer...

          J’ en arrêterai avec ces commentaires sans fin car il est plus facile de tchatter sur ce sujet (je m’ inclus bien sûr) que de gouverner une nation, surtout en ces périodes troubles, si délicates et un chef d’ état depuis Paris ne peut maîtriser tout ce qui se passe localement aussi navrant et meurtrier que ça a pu être.

          J’ ajoute que (sans être un fanatique de De Gaulle) que les moments difficiles de l’ Histoire sont confiés à des Clemenceau, des De Gaulle, des Churchill

          Les autres se bousculent au portillon quand tout est fini...

          Bonne soirée à tous.


        • Hieronymus Hieronymus 9 novembre 2010 07:12

          c’est d’autant plus insupportable d’avoir interdit le rapatriement de ces qq dizaines de milliers de Harkis qui nous etaient loyaux quand depuis on a laisse rentrer des millions d’autres Algeriens dont beaucoup nous crachent a la figure !


        • Massaliote 9 novembre 2010 14:13

          « Il était sans doute rue d’ Isly ce jour là et a donné personnellement l’ ordre de tirer... » Ses barbouzes ont exécuté SES ordres, même si cela entache l’image de bonobo que vous avez de cet homme, il faut savoir qu’il n’a jamais hésité à donner l’ordre de tirer.


        • Taverne Taverne 8 novembre 2010 11:37

          En 68, on brisait nos chaînes et nos chênes.


          • Pyrathome pyralene 8 novembre 2010 11:55

            Shorty un gauliste ? 
            allez-donc dire ça devant la tombe de l’intéressé, si vous n’avez pas peur qu’il vous mette un bourre-pif.........


            • non666 non666 8 novembre 2010 11:58

              « C’est peut-être le plus facile à analyser. C’est l’héritage politique pour ne pas dire partisan de De Gaulle, c’est-à-dire celui de l’UNR puis l’UDR, puis RPR. Le parti gaulliste est actuellement décliné par l’UMP. »

              Comprendre DeGaulle sans le situer dans le shema des 3 droites ne vaut rien.

              Degaulle est un nationaliste.
              La grande idée de la France, la primauté de l’interet collectif sur les particularismes, du central sur le regional ou l’international, de l’interet global sur les interets de classe, c’est ça le nationalisme.

              Il l’a tres clairement incarné pendant une grande période.
              Apres le discours d’Alger (je vous ais compris !) il est devenu un politicard ordinaire capable de mensonge et d’ambiguité.

              Par contre qualifier de « gaulliste » ses « successeurs » : Jamais !

              L’UNR c’etait le gaullisme avec DeGaulle.
              L’UDR , c’etait le gaullisme survivra sans deGaulle (mais avec moi avait deja l’air de dire Chirac, pasqua juilet, MF Garaud et autres barons....)
              Le RPR c’etait deja le gaullisme c’est moi ! (Chirac)
              L’UMP est encore plus clair : qu’importe le gaullisme pourvu que je sois reelu (Chirac/Sarkozy)

              L’UMP se pretend depuis le depart un parti unique de TOUTES les droites, sans (et la nuance est importante) vouloir les mesurer.
              Copé le confirmait encore hiers chez l’autre trou du cul de Vivendi/ANAL+ : l’UMP ne prevoit pas , ce n’est pas dans ses statuts de donner la parole aux militants.
              C’est au sens strict un parti de notables dont les adherents ne sont que des pom pom girls.

              Les gaullistes (en reste t’il vraiment ?) y cotoiraient les liberaux aux doigt crochus, les chretiens democrates (de façade) et l’innombrable foule des opportunistes de tout poil.
              Les lobbies ethniques et religieux (Boutin pour les chretien conservateurs , tous le reste pour les « amis d’israel »...) y sévissent impunément.

              Les gaullisme , comme le socialisme en face est desormais juste un produit marketing, un produit prestigieux, un produit connu dont se servent les opportunistes pour se faire des voix.
              Sans cet outils de propagande , les Français authentiques auraient deja egorgé comme il se doit les usurpateurs.

              Le Gaullisme n’EST PAS la droite LIBERALE
              Le Gaullisme n’EST PAS la droite chretienne democrate
              Le Gaullisme ETAIT une des formes du nationalisme français, une de celle qui a reussit, du moins.

              Ses marque de fabrique etait :
              1) le colbertisme (controle par l’etat ) des industries stratégiques : elles sont toutes depecées et livrées aux doigts crochus aujourd’hui par Sarkozy et les siens.
              2) L’Independance et le prestige de la France
              La soumission à l’OTAN, le ridicule permanent de Sarkozy, la vassalisation de la France dans une Europe elle meme infeodée est la preuve que l’UMP ne PEUT PAS etre inspiré ou heritier du gaullisme.
              3) l’autonomie technique et scientifique
              Depuis VGE TOUS les domaines ou la France excellait (et excellait seule face aux seuls russes et americains) ont été mis en cooperation , en partenariat.
              Airbus, le nucleaire français......
              Tout cela est depecé , livré aux compagnies internationale.
              La France vends ses propres centrales nucleaires a des içnterets privés et est priée d’augmenter ses tarifs electrique aux particulier pour permetttre la concurrence de ceux qui ont fait de moins bons choix que nous...


              Rien n’est gaulliste dans l’UMP.
              Le Gaullisme c’est la droite nationale , un point c’est tout.
              Apres , il faut savoir creuser dans cette droite pour y distinguer les diffrences entre les lepenistes par exemple, les villieristes et les gaullistes.


              « Il y a quarante ans, le »chêne« est tombé. »

              Oui mais curieusement son histoire est desormais racontée par des glands...

              Oui il est tombé, trahis entre autres par les « siens » et il est est curieusement honoré par ceux qui l’ont poignardé. La seule chose que cela signifie, c’est que dans l’esprit de beaucoup, c’est le seul et le dernier vrai president a avoir eu comme soucis la grandeur de la France dans son ensemble.

              Pompidou la soumise aux interets des grands banquiers en emepechant la banque de france de continuer a etre la preteuse de la dette nationale.

              VGE a tué ses grands chantiers navals pour se soumettre au diktat US d’une « specialisation des nations permettant d’augmenter le commerce (et donc l’usage du dollar...)
              Il a aussi favorisé le grand d’essein d’une nation »multiculturelle" pour tuer les vielles puissances europeennes....


              Mitterand a commencé la dereglementation aidé par Delors, DSK, Fabius et Rocard

              Chirac l’a finit

              Sarkozy tue la france en la ridiculisant chaque jour, en la vassalisant, en la soumettant.

              Mais des Chevenementistes aux lepenistes, il reste encore heureusement en France des gens qui croient soincèrement a leur pays et qui en sont fier.

              Que creve l’Ennemi





              • Rudolph 8 novembre 2010 12:10

                Merci non 666 pour ce post !
                Pour ma part, je serais très heureux d’un retour d’un De Gaulle en France pour rendre son honneur à ce pays dirigé par des tarlouzes suiveurs d’un modèle britannique, qui se rallie à l’OTAN et vend son propre peuple à une oligarchie mondialisée.
                Merde quoi ! Comment certains osent critiquer le dernier homme qui a fait de la France un pays digne ???????


              • cathy30 cathy30 8 novembre 2010 12:58

                bonjour non666
                oui De gaulle était un nationaliste
                sarko lui est un internationaliste, disons, le contraire.


              • Massaliote 8 novembre 2010 14:34

                « ...le dernier homme qui a fait de la France un pays digne ??????? » Digne de quoi ? D’être envahi ?


              • Never Give Up Never Give Up 8 novembre 2010 21:47

                Trés bon commentaire non666
                daccord à 100% sauf pour
                 « Le Gaullisme c’est la droite nationale , un point c’est tout.
                Apres , il faut savoir creuser dans cette droite pour y distinguer les diffrences entre les lepenistes par exemple, les villieristes et les gaullistes. »

                Je vois mal le général faire son fond de commerce de la peur et la haine de l’autre ou des plus faibles comme le fait le FN, trop de classe pour se rabaisser à ces mesquineries le Degaulle



              • Rudolph 8 novembre 2010 12:03

                De Gaulle était aussi un très grand homme admiratif des sciences. Nos seuls restes d’industrie aujourd’hui explosée viennent de lui : aéronautique, aérospatiale, fission et fusion nucléaire, tous les grands instituts comme le CEA, le CNES, l’Onera, le CNRS et j’en passe. Un homme qui pensait à l’avenir et qui a dû avoir fort à faire avec les escrocs libre échangiste. Il avait également la vraie vrision qu’il fallait avoir de l’Europe.
                De Gaulle, merci !


                • Massaliote 8 novembre 2010 12:11

                  Votre visionnaire n’avait pas prévu les conséquences de sa politique d’abandon d’une partie du territoire national. Nous payons son inconséquence.


                • jullien 8 novembre 2010 13:06

                  Ce qui reste du gaullisme ?
                  Les hommages du vice à la vertu comme ceux que France 2 diffusera demain.


                  • apopi apopi 8 novembre 2010 15:07

                     de gaulle c’est le papy de l’ UMPS sauf que depuis 58 il a fallu agrandir considérablement le panier pour y faire renter tous les crabes et à ce niveau pas de crise, l’expansion continue nous en avons la démonstration tous les jours.

                     La seule chose qui a changé, c’est que les « veaux » sont devenus des « moutons », vive le progrès.


                    • docdory docdory 8 novembre 2010 16:27

                      @ Sylvain Rakotoarison

                      L’héritage politique de De Gaulle, c’est :
                      - les 55 % de français qui ont voté contre le traité constitutionnel européen en 2010,
                      - Les hommes politiques qui ont milité sincèrement et sans arrière pensée politiciennes, et par amour de la République française et de la Liberté, contre ce traité : avant tout, Nicolas Dupont-Aignan, Chevènement et Mélenchon, mais on ne peut pas en exclure Marine Le Pen ... Pour ce qui est de Fabius, je ne suis pas sûr que son « non » au TCE n’était pas dans le seul but de se créer un créneau électoral opportuniste.
                      Une chose est sûre , c’est que tous ceux qui, simple citoyens ou politiciens , ont voté pour ce traité sont des liquidateurs de l’héritage du Général De Gaulle !
                      L’héritage de De Gaulle, c’est aussi une Constitution de la V ème République qu’il va falloir sérieusement moderniser : en effet , si elle était adaptée pour un Président ayant le sens de l’Etat, elle est inadaptée pour un autre qui a essentiellement le sens de l’intérêt privée.
                      Le drame de la Vème République est d’être passée du grand Charles au Petit Nicolas, en somme de la Cinquième République à la Première Réprivée ....


                      • Arnes Arnes 8 novembre 2010 19:40

                        La secte de Colombey.

                         

                        Il faut remonter à 50 ans en arrière lorsque les français, incapables de s’organiser démocratiquement depuis 12 ans et s’enfonçant dans les crises à répétition ont fait appel à un homme « providentiel » comme ils l’avaient fait en 1799 avec Bonaparte après 10 ans d’anarchie révolutionnaire. Cet homme fut De Gaulle et son programme était simple : donnez moi les pleins pouvoirs et faites moi confiance. Partant du principe de l’infaillibilité gaullienne, les affaires furent gérées selon l’intuition du moment et un semblant d’ordre revint dans le pays.

                         

                        Une fois le bonhomme disparu, il ne resta que les oripeaux de l’infaillibilité gaullienne et la secte gaulliste se constitua avec comme adhérents : ses imbéciles (heureux : jean-louis), ses maffieux ( forcement innocents, n’est ce pas Charles), ses cyniques (Jacques le fainéant) et ses opportunistes (Nicolas l’iconoclaste). Cette secte s’est maintenue jusqu’à ce jour en essayant d’endosser de plus en plus maladroitement la vareuse du général et pour compenser cet effritement décida de la construction d’un temple à la mémoire du grand bonhomme.

                         

                        Grâce à l’argent public, ce temple fut érigé en terre lorraine, surmonté d’une éolienne immobile en forme de croix. Régulièrement, la secte invite ses religionnaires à venir s’y ressourcer, mais les effets des rites sont de moins en moins efficaces, peut être à cause du vieillissement des adeptes.

                        Non seulement ce temple est une insulte pour le citoyen normal, lui rappelant son incapacité à s’organiser démocratiquement comme les autres pays, mais en plus l’éolienne géante défigure le paysage lorrain et ne produit même pas d’electricité.


                        • juluch 8 novembre 2010 22:09

                          Il fut aussi celui qui a compris que les musulmans ne pourraient jamais s’intégrer chez nous !!


                          Il avait bien raison !!

                          On ferait bien de s’en souvenir avant que se soit trop tard !!!

                          • Gavroche Gavroche 8 novembre 2010 23:40

                            C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec turbans et djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcher de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-deux-Églises, mais Colombey-les-deux-Mosquées.


                          • Hieronymus Hieronymus 9 novembre 2010 07:17

                            « En soutenant la candidature de VGE dès le premier tour à l’élection présidentielle de 1974, Jacques Chirac n’a pas trahi le gaullisme politique mais a fait un choix politique visant à éviter tout risque de victoire de la gauche »
                            Faux de cela Chirac s’en foutait, il voulait juste etre 1er ministre ce qui fut fait, la preuve ?
                            en 1981 Chirac fera exactement l’inverse, il trahira Giscard pour laisser elire Mitterrand et devenir chef de l’opposition !
                            Chirac arriviste sans foi ni loi, alors comme exemple de gaulliste c’est mal choisi ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès