Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le grand retour de Ségolène Royal

Le grand retour de Ségolène Royal

Ségolène Royal confirme à la fois l’extraordinaire capacité de rebond des hommes politiques et le fait que tout ce qui ne tue pas, rend plus fort. Privée de siège à l’Assemblée nationale et à la direction du PS, la présidente de la région Poitou-Charentes a su transformer son handicap en atout. Plus solide que jamais, forte de la sérénité de ceux qui ont senti le vent du boulet, elle réussit le tour de force d’apparaître désormais comme un recours pour un président de la république et un PS au plus mal avec l’opinion.

La nouvelle Ségolène apparaît ainsi plus posée mais surtout extrêmement complémentaire avec le locataire de l’Elysée. François Hollande semble hésitant, elle est déterminée. Le président manque d’autorité ? Peu importe, elle en a pour deux. Le cap de l’exécutif est illisible ? Le sien est tracé depuis 2007, basé sur des valeurs qui dépassent les clivages traditionnels comme lorsqu’elle réaffirme que les jeunes ont besoin de cadres. Ministres et éléphants socialistes sont inaudibles ? Elle conserve ses entrées dans tous les médias et surtout l’oreille des citoyens, toujours intrigués par son côté ovni de la politique.

« Il faut refixer un cap, des objectifs très clairs et surtout un horizon » a-t-elle déclaré sur France Inter où elle était invitée à l’occasion de la sortie de son essai « Cette belle idée du courage » (Grasset). De façon subliminale, elle souhaite s’inscrire parmi ces passeurs de courage dont elle retrace les épisodes. Car de courage, justement, elle n’en manque pas pour vouloir s’attaquer à la confusion des valeurs, aux contre-exemples donnés par la classe politique, et par cette délinquance au plus haut niveau qui nourrit les votes extrêmes.

Sans sombrer dans le populisme, Ségolène Royal démontre une nouvelle fois son incroyable capacité à « sentir » le pays, à sonder le cœur et les reins. Consciente des attentes des Français, elle pose ses pas non dans ceux d’une Eva Perón mais d'un Roosevelt dont elle reprend le volontarisme réformateur en affichant dans le marasme et la mollesse ambiants une détermination à aller plus loin et plus vite dans le changement.

De retour sur le devant la scène médiatique en début de semaine, Ségolène Royal a notamment invité le gouvernement à "accélérer" les réformes. Selon elle, « du temps a été perdu » au cours de la première année du quinquennat Hollande. Impatiente Ségo ? Peut-être. Pour le pays, pour le président et pour elle-même. Comme beaucoup de concitoyens de son âge, sa crainte est de rater le train de l’histoire et de ne pas étreindre un temps qui, comme le sable, file entre les doigts. Mais surtout, comme Roosevelt, elle estime que la lenteur en période de crise est un crime politique.

« Les réformes faites dans le domaine de l'emploi ne sont pas à la hauteur des enjeux, juge-t-elle. Les emplois d'avenir et les contrats de génération, c'est très bien, mais tout le monde sait que cela ne suffit pas. Il faut impérativement une bataille globale sur l'emploi ». « Une forme de guerre contre le chômage », ajoute-t-elle, l’emploi étant à ses yeux la mère des batailles.

De femme à femme, Marine Le Pen Marine dans ce qui ne relève pas d’un baiser de la mort mais d’un réel respect a salué mercredi le « courage » et l' « instinct politique » de la présidente de la région Poitou-Charentes.

« Tout être humain a besoin de prouver ce dont il est capable » estime l’ex candidate à la présidentielle de 2007. Le constat s’applique à elle-même. Ségolène Royal croit en son destin politique. Comme François Bayrou elle est habitée par cette certitude. L’avenir dira si elle avait raison et si ce président qui fût son compagnon et qui reste le père de ses quatre enfants saura dépasser ces liens privés pour reconnaitre la femme politique et lui confier des responsabilités à la hauteur de ses qualités.


Ségolène Royal par franceinter


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 16 mai 2013 15:54

    A l’auteur, je ne voudrais pas vous faire de peine, mais ce que vous écrivez relève de la pensée magique « j’y crois, donc c’est vrai ».
    SR n’a plus depuis longtemps les faveurs d’un public exaspéré et lucide quant à ses véritables aspirations et sa véritable personnalité. Elle se veut un recours dites-vous ? Mais c’est ce qu’il veulent tous, qu’est-ce que ça change ?


    • lulupipistrelle 16 mai 2013 15:59

      Le retour de la momie... ouh .. 


      • lulupipistrelle 16 mai 2013 16:01

        Bienvenue à Zombieland !


      •  C BARRATIER C BARRATIER 16 mai 2013 16:07

        On ne lui a jamais laissé sa chance, difrficile de la juger, pour les autres, le jugement sur actes mesurés est fait, hélas pour eux.


          • Vous qui la dénigrez si souvent, vous êtes posé une seule fois la question de savoir pourquoi, alors que cette femme jouissait d’une grande popularité auprès notamment de la jeunesse de ce pays, pourquoi donc ceux qui se devaient la soutenir l’ont au contraire sabordé ? Je vois venir votre réponse. Parce qu’elle n’est qu’une ambitieuse gourde. Personnellement je ne le crois pas. Je pense plutôt qu’ils la craignaient (surtout son autorité) et que persiste en eux, (comme chez vous), une pointe de machisme stupide. Une femme aux plus hautes fonctions de l’État, ce n’est pas pour demain. En France du moins.
          • Au fait ceux qui lui ont mis tant de peaux de banane sous les pieds, dans sa famille politique, et qui se trouvent aujourd’hui aux postes de commande, comment les trouvez-vous ? Et comment expliquez vous que cette femme (belle de surcroit, un avis tout personnel) se maintienne si longtemps aux commandes de sa région ?

          • lulupipistrelle 16 mai 2013 22:53

            Pas du tout. Elle a perdu en 2007 après son numéro d’évangéliste charismatique... 


            Et d’après la deuxième photo de cet article, elle persévère dans le déguisement : voilà maintenant qu’elle adhère au look de Simone Veil, une des personnalité les plus estimées par les Français. 

          • alinea Alinea 16 mai 2013 22:59

            Toute politique mise à part, je suis d’accord avec vous Henri !
            Politique mise à part parce que le PS est le PS et qu’il n’est pas ma tasse de thé ; mais quitte à avoir affaire au PS, j’aimerais bien pouvoir la juger « sur pièce » !! en étant sûre que ça ne peut être pire que ce que l’on a.


          • BlackMatter 16 mai 2013 19:56

            Y en a qui prennent leurs désirs pour des réalités.


            • Akerios 17 mai 2013 17:57

              AH ! oui

              La gamelle !

              Comme l’a dit un vieux routard de la politique Emmanuelli.........

               

              A le parfum de la gamelle !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès