Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Grand Soir et les Privilégiés

Le Grand Soir et les Privilégiés

Petite réflexion pour un 220è anniversaire

La nuit du 4 août 1789, l’Assemblée constituante issue des Etats généraux, se réunit pour un débat animé et fondateur. La misère sociale et la révolte sont en train de grossir. Cette nuit-là, le parlement révolutionnaire n’adopte pas l’abolition des privilèges. La formule est inexacte. En revanche, les droits féodaux sont « rachetés ». Autrement dit, la noblesse devient riche et moins puissante ; l’Ancien Régime, fondé sur la propriété héréditaire des terres et du pouvoir, passe à un régime de société bourgeoise. Le libéralisme économique et politique, déjà exprimé dans certains cercles de pensée, une vingtaine d’années plus tôt, devient une possibilité de corriger certaines inégalités. La nuit du 4 août 1789 fonde surtout un principe qui engage l’Etat sur une voie nouvelle : « l’égalité devant la loi ». Et son corollaire fiscal : « à revenu égal, impôt égal ».

220 ans plus tard, comme le répèterait sans doute Pierre Desproges aujourd’hui, « les Bourgeois sont toujours sur le trône ». Qu’on veuille bien me pardonner cette digression anachronique. Ce qui frappe encore, de nos jours, c’est une certaine difficulté de notre démocratie à mettre en oeuvre l’essence même du libéralisme politique.

Etrange démocratie

Car la France est ce pays étrange où l’égalité devant la loi revient à multiplier les niches fiscales et à favoriser les plus riches, même en temps de crise : le bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy en est la preuve. La France est cette Nation bizarre où la loi - générale en théorie - s’applique régulièrement à des morceaux de territoires ou à des corporations : la récente loi sur le travail du dimanche est un exemple flagrant.

François Bayrou - homme privilégié à bien des égards, et homme de droite selon certains - a le grand mérite de mettre l’accent clairement sur ces questions. Son dernier livre, « Abus de pouvoir », est sans doute sorti trop tôt. Accusé d’anti-sarkozysme - ô grand malheur du temps des élections européennes - cet ouvrage écrit par le président du Mouvement Démocrate eût mieux fait d’être publié le 4 août 2009.

Sans promettre le Grand Soir, François Bayrou, avec sa vision politique libérale et sociale, apparaît aujourd’hui mieux inspiré que bon nombre d’autres responsables politiques privilégiés. Il est de bon ton de ridiculiser ceux qui convoitent le pouvoir en ce moment, surtout quand ils échouent. Et François Bayrou est sous le feu de la critique jusque dans son propre parti. Mais il est tellement plaisant de livrer ici cette petite réflexion, en mangeant un plat de lentilles, dans cette France originale où certaines idées nobles passent aux oubliettes aussi vite que les hirondelles font leur révolution annuelle.

Laurent Watrin


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 août 2009 10:22

    à l’auteur

    "Car la France est ce pays étrange où l’égalité devant la loi revient à multiplier les niches fiscales et à favoriser les plus riches, même en temps de crise".

    Si vous voulez changer les choses :
    Le Parti Capitaliste Français (PCF) et l’Allocation Universelle
    http://www.agoravox.fr/actualites/e...

    N.B. 1 :
    Je ne prétends pas que ce sera facile et rapide.
    N.B. 2 :
    À ceux qui ont déjà vu mon commentaire, je présente mes excuses : je suis monomaniaque ! ! !


    • Laurent Watrin Laurent Watrin 6 août 2009 10:52

      Je suis d’accord avec l’Allocation universelle, autrement dit le revenu d’existence. Je suis d’ailleurs membre de l’AIRE, association présidée par l’économiste Yoland Bresson, qui a transmis au gouvernement un rapport sur le sujet. Rapport gentiment « examiné » par les services du premier ministre il y a déjà quelques mois...

      http://www.revenudexistence.org


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 août 2009 11:07

      à Laurent Watrin (xxx.xxx.xxx.234) 6 août 10:52 

      "l’AIRE, association présidée par l’économiste Yoland Bresson, qui a transmis au gouvernement un rapport sur le sujet".

      Mais, le projet de revenu d’existence, tel qu’élaboré par Yoland Bresson, n’avait-il pas déjà été pris en compte par Christine Boutin qui l’avait intégré dans son programme quand elle fut candidate à l’élection présidentielle en ... ?


    • Laurent Watrin Laurent Watrin 7 août 2009 07:19

      C’est exact.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 7 août 2009 08:02

      à Laurent Watrin (xxx.xxx.xxx.234) 7 août 07:19 

      « C’est exact ».

      Qu’est-il donc advenu de ce projet « assumé » par Christine Boutin (et ses amis politiques) ?


    • Gabriel Gabriel 6 août 2009 10:32

      La démocratie imaginée à l’époque n’a plus rien de commun avec celle d’aujourd’hui. Notre système actuel est une démocratie des lobbys et ce n’est plus la politique qui gère mais la finance. De fait, les privilèges sont fonctions et s’acquièrent suivant le niveau bancaire de l’individu. Nous sommes entrain de trahir se pourquoi nous avons fait la révolution car les politiques actuelles encouragent les privilèges en n’ayant aucunes exigences démocratique et sociale envers les barons de la finance ou des grands groupes industriels. Ceux-ci, par des chantages à l’emploi ou en achetant l’accord des représentants du peuple, deviennent les seuls dirigeants d’un pays exsangue qu’ils étranglent en le pillant chaque jours un peu plus.   


      • CAMBRONNE CAMBRONNE 6 août 2009 12:07

        MYTHOLOGIE

        La nuit du 4 aout et l’abolition des privilèges font partie de la mythologie républicaine entretenue dans les manuels scolaires depuis plus de cent ans ;

        Fariboles . Il s’agissait d’aligner toutes les provinces , toutes les villes toutes les corporations et les corps sociaux qui vivaient sous des régimes très différents : Privis legis .

        Ce terme privilège est depuis longtemps vidé de son sens ou du moins du sens qu’il avait à l’époque . La France qui était une mosaïque de régions fort dissemblables mais avec leurs langues et leur personnalités propres s’est retrouvée au garde à vous sous la férule jacobine .

        Aujourd’hui où chacun veut retrouver ses racines et la culture de ses ancêtres on peut proposer un retour en arrière pour essayer de voir comment c’était . Avec un oeil honnête et non endoctriné .

        Vive la république quand même .


        • Gio 6 août 2009 15:49

          Les privilèges existent encore mais ne sont plus du tout là où ils étaient. La bureaucratie technocratique et politicienne dispose de la part du lion.
          Quant à mettre F. Bayrou en exergue, voilàqui me fait rire ! Monsieur niet devrait réfléchir beaucoup avant de se remettre à parler.


          • LOKERINO LOKERINO 6 août 2009 16:23

            L’auteur nous dit :

            « Car la France est ce pays étrange où l’égalité devant la loi revient à multiplier les niches fiscales et à favoriser les plus riches »

            puis il nous vante la personnalité -a le croire au dessus de tout - et de ces contingences(... )de M r Bayrou

            Espérons que si , par malentendu, ou par un concours de circonstances extraordinaires(...comme en 2007 entre Sarko diabolisé et Sego ridiculisée ) il a une chance de parvenir à ses fins, il n’en profite pour favoriser ses petits amis mondains :
            http://www.france-galop.com/uploads/tx_smiledocutheque/GDI_FG_191108.pdf


            • Laurent Watrin Laurent Watrin 7 août 2009 07:21

              Cette vigilance est aussi celle des militants du Modem ! Merci pour la remarque.


            • Marianne Marianne 11 août 2009 18:36

              Elle est bien bonne cette liste des membres de France Galop : il y a un galoppin et un Lavoine, également un Navarre (descendant de Henri IV ?) ...

              Si François Bayrou en fait partie, c’est par passion du cheval et non pour les mondanités, dont il n’est pas du tout friand !


            • LOKERINO LOKERINO 7 août 2009 07:55

              Bravo ! C’est bien merci !
              Réaction plus intelligente et constructive que celles auxquelles nous avait habitué le sieur Imhotep, officiellement aussi fervent militant du modem..


              • dom y loulou dom 8 août 2009 13:43

                la grande différence avec 1789 c’est qu’alors la foule pressait les parlementaires de toutes parts et assistait aux débats, huant et persifflant les traîtres, assurant ainsi ele-même l’obligation des perlementaires d’oeuvrer pour leur bien. 

                Alors qu’aujourd’hui le parlement est laissé en mains « expertes » tandis que la foule va à la plage, insouciante de la prison corporatiste qui les enferme déjà.


                • andz 12 août 2009 16:37

                  bayrou est le moins mauvais de nos politiciens c’est dire meme si il « gauchise » son discours par rapport a 2007 ce type me fait trop penser a chirac liberal en 81 puis centriste revolutionnaire en 95 pour ecraser balladur mais c’est clair qu’il vaut mieux que tous les socialistes il semble representer la seule alternative credible

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès