Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le jeune lion Montebourg s’assagit

Le jeune lion Montebourg s’assagit

Invité samedi 6 juin de « Parlons net » l’émission de France Info, Arnaud Montebourg député et président socialiste de Saône-et-Loire a fait preuve une nouvelle fois de tous ses talents, de pédagogue et orateur. L’ex-porte-parole de la candidate Ségolène Royal, désormais axe central du mouvement des « Reconstructeurs » s’est attaché à donner de la lisibilité tant à la position des socialistes sur le projet de réforme des institutions que sur le congrès de novembre.

Arnaud Montebourg l’a rappelé, l’accord politique qu’il avait passé avec Ségolène Royal pour les élections présidentielles reposait en grande partie sur un sujet qui lui tient à cœur : l’évolution vers la VIe république. Dans la nouvelle Constitution qu’il appelle de ses vœux, les pouvoirs du président de la République seraient limités à des pouvoirs d’arbitrage, les pouvoirs de décision revenant à un Premier ministre mieux contrôlé par un Parlement renforcé.

Autant dire que pour parler de la réforme des institutions portée par Nicolas Sarkozy, le député de la Bresse est un interlocuteur privilégié. Sans langue de bois, Arnaud Montebourg a reconnu les hésitations des socialistes sur le sujet. Elles ne sont toutefois à ses yeux que le résultat d’un texte ambigu qui contient certes des avancées, mais aussi des régressions inquiétantes. Une réforme entre gris clair et gris foncé qui s’inscrit dans un contexte qui n’est pas un climat de confiance. La faute à une hyperprésidence qui se traduit par un mépris des règles constitutionnelles, une caporalisation de la justice, le piétinement du Parlement, la colonisation des médias, la non-comptabilisation du temps de parole du chef de l’Etat…

Si le PS a des raisons de voter contre (l’atteinte au droit d’amendement, le contrôle des commissions d’enquête, l’encadrement trop restreignant des conditions de mise en œuvre du référendum d’initiative populaire…), Arnaud Montebourg laisse la porte ouverte en reconnaissant que, d’ici juillet, les choses peuvent s’améliorer. Le député a néanmoins prévenu que si « le gouvernement a besoin de nos voix, qu’il vienne nous chercher. Qu’il nous convainque ». Officiellement, le PS se contente de mettre la barre plus haut en relevant que le projet manque d’ambition. Les socialistes demandent des choses simples : l’égalité du temps de parole à l’Assemblée nationale, la compensation du temps de parole du président de la République, la réforme du Sénat et regrettent au passage que la question du vote des étrangers ne soit pas abordée.

Celui qui se définissait encore il y a peu comme un jeune lion face aux éléphants du PS a pris quelques poils blancs. Arnaud Montebourg est partiellement rentré dans le rang. Sur la question du cumul des mandats d’abord. Lui qui en était un farouche opposant a fini par s’y plier en prenant la présidence du Conseil général de Saône-et-Loire. Une question de survie politique après une réélection à l’Assemblée nationale acquise d’extrême justesse. Arnaud Montebourg avoue que toute personne qui ne cumule pas est vouée à être exclue du système, « pendant dix ans je me suis battu sur cette affaire, ça n’a produit aucun effet », « je reste convaincu qu’il faut faire la réforme, mais ça ne sert à rien de se l’appliquer à soit tout seul ». Constatant que le système politique est incapable de s’autoréformer, la seule solution selon lui, ce serait un référendum d’initiative populaire pour l’imposer.

Autre signe qu’avec le temps les ardeurs se sont calmées, la gouvernance du Parti socialiste. La présidentialisation du parti serait suicidaire. Le député veut se débarrasser « du venin » des présidentiables en les renvoyant à des primaires ouvertes permettant d’avoir un leadership de remise au travail et non pas un leadership de candidature. Pour arriver à ses fins, Arnaud Montebourg reconnaît qu’il a besoin des anciens « Est-ce qu’on peut faire du neuf sans le vieux ? ». D’où cette alliance hétéroclite des Reconstructeurs dont il constitue le pivot avec les fabiusiens et les strauss-khaniens. Une alliance qu’il estime majoritaire dans le parti, celle de ceux qui veulent un congrès d’orientation et non de lutte. Le congrès de la dernière chance pour le renouvellement d’un PS resté figé alors que la société évoluait.

Si les choses ne sont pas encore faites, Arnaud Montebourg reconnaît que sa préférence va à Pierre Moscovici comme candidat au poste de premier secrétaire. Nous allons en discuter prévient-il en indiquant que ce n’est ni une salle, ni la presse qui va imposer un choix. Une allusion directe aux ambitions de Martine Aubry.


Montebourg à Parlons net l’intégrale
envoyé par France Info

Documents joints à cet article

Le jeune lion Montebourg s'assagit

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 10 juin 2008 10:14

    Voici quelques années ,je pensais qu’il serait la reléve du PS,mais il fait du "Chevenement" et tombe dans le populisme démago

    C’est déjà d’avoir gaché une belle carrière


    • alceste 17 juin 2008 11:17

      @M. Lerma,

      Pourriez- vous expliquer en quoi les idées et le programme que présentait Jean Pierre Chevènement étaient populistes et démago ?


    • Lisa SION 2 Lisa SION 10 juin 2008 10:28

      "...les pouvoirs du Président de la République seraient limités à des pouvoirs d’arbitrage..."

      C’est ce rôle précis que pratiquait son prédécesseur, et c’en était reposant à souhait, à discrétion....

      Ce que les socialiste devraient comprendre avec obligation, c’est choisir un leader dont le discours serait audible et reposant. Laurent Fabius a fait un réel progrès dans ce domaine, Ségolène, absolument pas, elle est de l’école de Miterrand et c’en est dur à supporter. Arnaud Montebourg est le plus agréable à entendre, son discours est mesuré, presque limpide. Pensez-y, socialistes, c’est essentiel...

      quand au style " Berlu-skozy ", ça sent trop fort le marketting publicitaire avec son cortège de mensonges authentiques et prouvés, le harcèlement télévisuel quotidien qi frise la saturation catalytique et fout la gerbe...


      • Plum’ 10 juin 2008 10:45

        Arnaud Montebourg est un homme politique qui pour moi a perdu toute crédibilité, tant il s’est renié.

        Il était défenseur d’une belle idée qui était le moteur de son action, la VIème République, il l’a reléguée comme une préoccupation très annexe.

        Il a voté non au référendum sur la Constitution européenne, il a ensuite appuyé ceux qui ont défendu le oui.

        Il avait une noble exigence sur la rectitude des hommes politiques, il accepte maintenant qu’on arrête les poursuites judiciaires à l’encontre de Jacques Chirac.

        Bref, il est devenu un politicien invertébré comme les autres. Pas du tout crédible. A fuir.


        • Emmanuel W 10 juin 2008 18:33

          Montebourg est depuis 2000 young leader de la French American Foundation, l’organe de propagande néo-conservatrice chapeauté, entre-autres par John Negroponte....

          http://www.french-american.org/leadership/young-leaders/alumni-francais.html

          Ca vous étonne ?

          (Il y a plein d’autres surprises dans cette liste..)


          • Christoff_M Christoff_M 11 juin 2008 06:33

             je pense que Montebourg est assez intelligent pour savoir que celui qui se met en avant ou en vue avec l’étiquette PS n’a aucun avenir politique en 2012....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès