Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le match ultime Aubry versus Hollande

Le match ultime Aubry versus Hollande

François Hollande et Martine Aubry sont-ils, comme le prétend Arnaud Montebourg, « deux faces d’une même pièce » ? Et de quelle pièce s’agit-il ?

Ce mercredi 12 octobre 2011 à 20h30 aura lieu sur France 2 l’unique débat entre les deux finalistes de la primaire du Parti socialiste, François Hollande et Martine Aubry.

J’espère qu’après s’être enfermés dans des bavardages de détails, les candidats vont enfin prendre un peu de hauteur et parler de politique étrangère alors que le monde de 2011 est en plein mouvement. Que pensent les deux candidats des révolutions arabes ? de ce qu’il se passe en Syrie ?au Yémen ? en Égypte ? en Tunisie ? en Libye ? Comment appréhender la Chine, le Brésil, la Russie, l’Inde ?

Pour l’instant, c’est électroencéphalogramme plat question diplomatie. C’est pourtant l’une des parts les plus importantes des activités d’un Président de la République.

Rien non plus sur la vision à long terme de la construction européenne. Où va l’Europe ? Quelles avancées proposent-ils ? Quelles sont leurs perspectives ? les moyens pour y arriver ? Rien du tout !


Le cas Montebourg

Fort de ses 17%, même si, finalement, ce n’est pas grand chose compte tenu du contexte (455 609 personnes seulement lui ont fait confiance), Arnaud Montebourg a l’audace déplacée de faire du chantage auprès des deux candidats finalistes susceptibles d’être élus à la Présidence de la République.

En clair, cela signifie que moins d’un demi-million de personnes seraient capables de prendre en otage la nation toute entière. C’est un peu fort de café !

Après les avoir traités avec beaucoup de désinvolture, Arnaud Montebourg leur a balancé une missive de quatre pages (lisible ici) où il les somme de le rejoindre dans ses analyses délirantes sur la démondialisation et la pseudo-6e République. On croirait rêver ! Voilà qu’un ultraminoritaire (1,2% calculés sur les suffrages exprimés de 2007, soit l’équivalent d’un Frédéric Nihous ou d’une Christine Boutin !) voudrait dicter des ordres à deux présidentiables qui sont les favoris dans les sondages.

C’est évidemment de bonne guerre. Arnaud Montebourg veut devenir le prochain Ministre de la Justice et pousse au maximum son avantage, mais en frisant carrément la surchauffe.

Il est clair que celui des deux « impétrants » prêt le cas échéant à se soumettre à ce diktat inouï sera immédiatement disqualifié, peut-être pas à la primaire mais sans aucun doute à l’élection présidentielle. Car cela signifierait une inconstance totale dans la vision globale de ce candidat et sa faiblesse par rapport à ceux qui vont imposer leurs lois (les écologistes ont déjà fait fort au Sénat, par exemple).


Qui va gagner ?

Si on parle de François Hollande comme favori (dans les sondages d’intentions de vote pour l’élection présidentielle), même s’il a dépassé le millions de voix, il a fait une performance assez moyenne creusant un écart somme toute assez faible (8%) avec sa concurrente Martine Aubry qui, elle, serait en pleine dynamique.

En regardant l’arithmétique (qu’on ne peut pas extrapoler au second tour car les votants du 16 ne sont pas forcément les mêmes que ceux du 9 octobre), la seule certitude est que le second tour sera très serré, ce qui peut attiser les animosités. Il faut, à mon avis, regarder les dérivés, et incontestablement, Martine Aubry est en pente ascendante tandis que François Hollande est plutôt sur un palier.

Un premier sondage (OpinionWay-Le Figaro) confirmerait cette tendance avec 4% perdus par François Hollande (54%) et 4% gagnés par Martine Aubry (46%) chez les sympathisants de gauche. Si cette évolution continuait les jours prochain, il pourrait perdre cette avance.

Le soir du premier tour, François Hollande avait toutefois prononcé un très bon discours, très présidentiel, synthétique, général tandis que Martine Aubry a été plutôt mauvaise, trop longue, bafouillant parfois, énumérant un catalogue à la Prévert beaucoup trop détaillé si bien qu’il n’est rien resté de son allocution. On voit assez vite qui suit des cours de communication (et de maintien) et qui n’en suit pas.

Blanc bonnet et bonnet blanc ?

Alors que depuis plus d’un mois, les médias monopolisent le débat politique sur ce choix purement interne, un choix, rappelons-le, qui ne concerne en rien le programme socialiste puisque tous les candidats à la primaire sont prisonniers du même projet adopté il y a déjà quelques mois, voici enfin une séquence qui va s’achever.

Il faut reconnaître que les socialistes sont plus malins que le RPR par exemple, lors de la campagne présidentielle de 1995.

À l’époque, deux Premiers Ministres RPR (ancien ou actuel) se disputaient les suffrages directement au premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril 1995 (eh oui, au contraire des élections présidentielles américaines, l’élection présidentielle française a deux tours). Il fallait admettre que Édouard Balladur et Jacques Chirac soutenaient à peu près le même projet de société, étaient issus des mêmes cercles de réflexion (l’un ayant conseillé l’autre pendant vingt ans sur les affaires économiques et sociales), dans le sillage de leur même mentor, Georges Pompidou.

Les socialistes préfèrent en effet se disputer tranquillement entre eux avant d’étaler leur union dans un scrutin… universel. Tant mieux pour eux. Je ne peux cependant m’empêcher de penser que comme dans la rivalité Balladur/Chirac, il n’y a pas beaucoup de différence entre les deux héritiers de Jacques Delors.

Si le fond a peu de divergence, la seule chose qui permette de distinguer l’un des candidats de l’autre, c’est la forme. Sa personnalité, son comportement, lson expérience, ce qu’il représente, sa crédibilité, la confiance qu’il inspire…


Clivages et faux-semblants

Tout est effectivement est une question de posture et de perception.

 

L’argumentation principale de François Hollande, c’est qu’il serait le plus apte à gagner le 6 mai 2012. Pour l’affirmer, il se base uniquement sur des sondages mais ceux-ci sont en train d’évoluer. On a vu ce que ça donnait en 2006 avec Ségolène Royal. De plus, Martine Aubry, même à une moindre mesure, est également donnée gagnante par ces mêmes sondages. Ce qui fait que cet argument ne tient pas beaucoup.

De son côté, l’atout mis en avant par Martine Aubry est qu’elle représenterait la "vraie gauche" pour contester la supposée "gauche molle" de son rival. Il est vrai que Martine Aubry a toujours nourri une image très à gauche, très socialiste tandis que François Hollande aurait une image un peu plus social-libérale qui lui serait fort utile pour l’entre-deux-tours présidentiels. Ce supposé centrisme très radical-corrézien serait un avantage s’il n’illustrait pas une certaine tendance à l’indécision consensuelle longuement pratiquée entre 1997 et 2008 à la tête du PS.

On pourrait aussi les opposer entre l’esprit de synthèse (Hollande) et l’esprit d’analyse (Aubry), entre la forme (Hollande) et le fond (Aubry), entre la "gravitude" (Hollande) et l’authenticité (Aubry), l’expérience sur le terrain (Hollande) et l’expérience ministérielle (Aubry), etc.


Martine Aubry

Martine Aubry s’était retrouvée, en mai-juin 2011, un peu comme Lionel Jospin en décembre 1994-janvier 1995 : à savoir, après le forfait du champion (dans les sondages), soit respectivement Dominique Strauss-Kahn et Jacques Delors, ils se sont retrouvés comme investis de l’héritage de la candidature, c’est-à-dire, ils ont saisi l’occasion, pas programmée, d’être candidats à la candidature. Trois ans avant, ils n’avaient pas du tout imaginé être en situation d’être candidats.

Lionel Jospin, en avril 1992, venait de se faire disgracier par François Mitterrand et après son échec aux législatives de mars 1993, avait demandé à son ministre de tutelle, Alain Juppé, sa réintégration au Quai d’Orsay. Il avait donc clairement décidé de se retirer de la vie politique (c’est une habitude chez lui !).

Martine Aubry, en été 2008, se retrouvait au point de convergence de tous les éléphants du PS et malgré la mauvaise humeur de Bertrand Delanoë (qui était très haut dans les sondages, qui s’en souvient encore ?!), elle a fédéré le front anti-royaliste au congrès de Reims pour maintenir au chaud la candidature de Dominique Strauss-Kahn ou de Laurent Fabius.

Comme Lionel Jospin en 1995, Martine Aubry a eu au début du mal à croire en ses chances pour 2012 car elle ne s’y était pas préparée.


François Hollande

Au contraire de Martine Aubry ou de Lionel Jospin, François Hollande, lui, pense à sa candidature dès 1988, dès son arrivée à l’Assemblée Nationale. Si l’on peut comparer Martine Aubry à Lionel Jospin, on voudrait comparer François Hollande à François Mitterrand dont il prend les moindres mimiques au point d’en être un tantinet agaçant.

François Hollande avait toujours refusé la dictature des courants au sein du PS, notamment parce que cet homme de consensus refusait de se cliver, de se retrouver dans un camp alors qu’il ne voudrait se mettre à dos personne. Il a donc créé, en toute logique, un courant transcourant ! avec les clubs Témoins, premier cercle des adorateurs de Jacques Delors et probablement qu’en cas de candidature de Jacques Delors à l’élection présidentielle de 1995, François Hollande aurait été son directeur de campagne puis, en cas d’élection, un de ses ministres incontournables.

L’histoire en a décidé autrement et lui a retiré les rares occasions d’être au gouvernement à cause de la présence de sa compagne d’alors, Ségolène Royal. Après la victoire du PS en 1997, Ségolène Royal voulait absolument devenir Présidente de l’Assemblée Nationale. Pour laisser son principal concurrent Laurent Fabius au perchoir, Lionel Jospin a dû l’intégrer à son gouvernement, empêchant du même coup François Hollande d’y être. Plus tard, même si cela n’a duré que trois mois, un gouvernement aura quand même intégré en son sein un couple (Michèle Alliot-Marie et Patrick Ollier).

La ministrophilie d’un proche jospiniste, Daniel Vaillant, a permis cependant à François Hollande d’être le premier secrétaire du PS pendant tout le gouvernement Jospin entre 1997 et 2002 et surtout, de tenir la maison entre 2002 et 2008, à une époque où les socialistes étaient profondément divisés (par le référendum sur l’Europe et par l’absence totale de leadership incontestable).

Il comptait déjà arriver en sauveur du PS pour l’élection présidentielle de 2007 mais sa compagne l’a supplanté avec une savante campagne de presse. Il revient donc en homme libre, hors de tout appareil, pour 2012, et, après la défection de Dominique Strauss-Kahn, disons-le, en homme providentiel des sondages.

yartiHollandeAubry02


Martine Hollande et François Aubry

Finalement, le parcours des deux candidats résume assez bien ce qu’ils veulent aujourd’hui montrer. D’un côté, Martine Aubry se veut avoir été une ministre compétente avec des réalisations concrètes (comme les 35 heures), mais risque de sombrer dans les détails, dans l’inaudible ; de l’autre côté, François Hollande a toujours été un généraliste, jamais ministre, mais qui, durant cette campagne de la primaire, n’a cessé de prendre du recul, de donner les grandes lignes sans forcément tomber dans les détails.

En cela, Martine Aubry est plus proche de la pratique présidentielle classique de la Ve République qui se veut interventionniste sur tous les sujets (une sorte de super Premier Ministre) alors que François Hollande, avec son don du consensus, est plus proche du Président arbitre qu’auraient pu incarner Alain Poher en 1969, Jacques Chaban-Delmas en 1974, Raymond Barre en 1988 et probablement François Bayrou en 2007.

Réunir son aile gauche au premier tour, attirer l’aile droite au second tour de la présidentielle, tel est le fameux dilemme de tout présidentiable socialiste. Le 16 octobre 2011, on verra si l’adage de François Mitterrand tient toujours : le PS se prend par sa gauche. Avec ce principe-là, Martine Aubry a un léger avantage.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 octobre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le premier tour de la primaire socialiste.
Risque de la lepénisation du PS.
Le PS et la logique présidentielle.
François Hollande.
Martine Aubry.
Arnaud Montebourg.
Résultats définitifs du 1er tour de la primaire socialiste.
Lettre d’Arnaud Montebourg aux deux impétrants. 


Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 12 octobre 2011 09:51

    Bonjour, Sylvain.

    Vous assénez dans vos articles des affirmations (le doute semble peu vous habiter) suscitant très souvent la polémique et parfois un net rejet. Or, vous ne prenez jamais ou presque la peine de répondre aux commentaires pourtant argumentés qui vous sont adressés. Ne croyez-vous pas que cette attitude puisse être qualifiée de condescendante vis-à-vis de tous ceux qui prennent le temps de vous lire ?


    • Fergus Fergus 12 octobre 2011 14:19

      Une info de dernière minute : comme cela était prévisible, Royal vient d’apporter son soutien... Hollande. Et je gage que Montebourg en fera autant demain !


    • pastori 12 octobre 2011 14:37

      c’est vrai ça ça ! s’il méprise les intervenants, il n’interviendrons plus. smiley


    • devphil30 devphil30 12 octobre 2011 14:44

      Non il apportera son soutien à titre personnel à Martine Aubry


    • penajouir penajouir 12 octobre 2011 10:03

      A ce sylvain, satan l’habite !


      • JL JL1 12 octobre 2011 10:39

        Drôles de gouts ! Je comprends mieux votre pseudo !

         smiley


      • Kalki Kalki 12 octobre 2011 15:05

        met t’habite à soncul ?


      • Jean Lannes Christopher Lings 12 octobre 2011 10:06

        Sylvain, sachez que votre blog est absolument indigeste. Non seulement il est horrible esthétiquement, illisible et désorganisé, mais en plus il est envahi par des dizaines de publicités !

        Et vos réponses attentives à vos lecteurs ne seront pas là pour rattraper ce défaut car elles sont inexistantes.

        C’est à se demander quel est votre but.


        • Jean Lannes Christopher Lings 12 octobre 2011 10:07

          Pour ceux qui veulent vérifier par eux-même... attention les yeux :

          http://www.rakotoarison.eu/


        • Kalki Kalki 12 octobre 2011 14:06

          Son but est de manger des pommes !

          Votez PIRATE

          Vous ne serez pas déçus : INTERNET, NOURRITURE, ÉNERGIE ET TRANSPORT POUR TOUS, PAR TOUS

          Ne demandez plus l’impossible, nous allons le créer pour TOUS

          Votez pirates :

          9% pour le Parti Pirate à Berlin ! Et si la politique pouvait vraiment être réformée ? Adieu les illusions : retour d’un meilleur niveau de vie CONCRET !

          Nourriture libre et énergie libre .... ca vous dit quelque chose, vous devez vous recentrer

          50 euro de matériel pour produire votre nouriture , ca serait un bon slogan politique

          Pour des habitants totalement autonomes, il ne manque plus que a) de l’énergie renouvelable , et b) des fertilisants et engrais, biologiques, ou produit à partir d’un écosystème … les algues par exemple pour obtenir l’équivalent pétro chimique naturel. c) Soit de la conscience, et de la conscience politique : pas de la décroissance, mais du partage inconditionnel de la sur abondance ! le pouvoir d’achat conditionne la prospérité réelle d) des échanges d’informations sur un réseau respectant à jamais la neutralité du net e) Une mobilité ‘verte’ garantie, f) De la justice, et une intégrité des données / entités / individus

          Ce n’est pas tant, ou pas seulement les moyens de productions qu’il faut se réapproprier, mais bien plus le droit au dividende sur les ressources – qui surabondent  : et donc ni une taxe, ni un pouvoir d’achat basée sur le travail. Espérons que vous comprenez comment fonctionne l’économie basée sur les ressources : prenons l’exemple du pétrole ou son prix est arbitraire, sa quantité en stock truqué … « pour des raisons politiques et économiques », il n’y a pas que le pétrole … l’énergie est abondante. Second exemple : le travail qui disparait car il y a sur abondance de force de travail – y compris machine – dans tous les secteurs est il un problème ? … Est ce que cela empêche le partage pourtant nécessaire ? L’effet de comprendre l’économie de l’abondance, et de l’infinité des ressources, et le passage psychologique vers celle ci permet une « ‘explosion’ de croissance économique » … ou sinon tout du moins une vie bien remplie, pour tous.

          Les hackers / citoyennistes doivent donc prendre le pouvoir politique, suivant eux mêmes les règles des pirates : partage – celui qui a besoin assouvi son besoin, la communauté et le bien commun avant tout, et le chef n’a pas plus que deux fois la part de celle d’un autre. A l’abordage !!!


        • JL JL1 12 octobre 2011 10:17

          Autant le premier tour pouvait avoir un sens, autant un second tour est absurde. Ce n’est qu’u n succédané pour faire croire aux militants qu’un P¨S est encore capable de gagner une élection.

          En effet, le candidat qui sortira de cette parodie de présidentielle n’aura qu’une piètre légitimité  : quelques pour-cents dus à des alliances secrètes ! Elle est belle, la démocratie des dirigeants.

          Je crois que l’UMP attend de savoir qui sera le candidat du PS pour décider de  présenter soit Sarkozy soit Juppé : Sarkozy a peut-être une chance de battre Aubry mais seul Juppé pourrait battre Hollande. Et ils le savent.

          Nb. N’oublions jamais que pour l’establishment, le vrai danger est à gauche : aujourd’hui c’est Mélenchon. Sans nous le dire, tout est prévu « en haut » afin qu’il fasse un score minimum. Hollande lui laisserait trop de place, et c’est un risque qu’ils ne voudront pas courir.

          L’alternative se présente ainsi : Hollande vs Juppé ou bien Aubry vs Sarkozy.

          On notera que Sarkozy n’a et n’aura jamais débattu contre un adversaire masculin. Vous avez dit bizarre ?


          • Daniel Roux Daniel Roux 12 octobre 2011 10:23

            L’auteur est d’un conformisme confondant. Il reprend tous les poncifs parus dans les médias, surtout ceux de droite d’ailleurs.

            Comme s’il n’avait pas compris ou admis, que ces primaires désignent en fait le futur président de la République et la politique de la France pour les 5 prochaines années.

            Ceux qui se déplacent pour voter à ces primaires sont plutôt politiser dans le sens où ils se sentent concernés par la politique. Ils savent que Hollande et Aubry jouent dans la même cour, au centre droit de l’échiquier politique, celle de la sociale démocratie française.

            La politique étrangère n’est pas primordiale dans le choix des électeurs. Ce qui intéresse d’abord ces dernier, c’est la justice fiscale et sociale, c’est à dire la répartition des richesses produites entre les actionnaires-rentiers, les salariés et les exclus.

            Montebourg a servi de catalyseur, ce qui n’est pas rien, en demandant aux 2 candidats de se déterminer clairement face aux dérives ultra libérale des institutions internationales que sont l’OMC, la Banque Mondiale, le FMI et l’Union Européenne. Les mêmes qui profitent actuellement des difficultés des pays endettés pour les contraindre à privatiser les services publics alors que leurs difficultés viennent principalement d’un laxisme fiscal envers les plus riches.

            L’auteur a raison uniquement lorsqu’il écrit que c’est la personnalité des candidats qui fera la différence. Entre Aubry qui donne l’impression qu’elle fera ce qu’elle dit et Hollande qui donne l’impression de n’être ni sûr, ni déterminer sur sa politique.

            Ce ne sont encore que des impressions, nous y verrons plus clair demain matin.


            • Bulgroz 12 octobre 2011 11:20

              Le match est passionnant, après le premier tour des préliminaires qui a vu l’écrasante victoire des 5 prétendants socialistes (99% des voix) contre la coalition des oppositions représentée par M. Baylet (1%), le deuxième tour sera tout autant passionnant.

              La candidate du PS saura t elle vaincre le candidat du Parti Socialiste

              ou à l’inverse, le candidat du Parti Socialiste sortira t il vainqueur contre la candidate du PS ?

              L’enjeu est trop important, je ne me sens pas de taille à trancher dans le vif entre les les 2 candidats, je m’abstiendrai donc de voter Dimanche.

              Je ferai donc partie de ces 95% d’électeurs Français qui ne participeront pas à ce scrutin de comiques.


              • JL JL1 12 octobre 2011 11:29

                « Je ferai donc partie de ces 95% d’électeurs Français qui ne participeront pas à ce scrutin de comiques. » (bulgroz)

                Peut-être que le PS est en train de faire la démonstration que l’on peut être légitime avec une abstention à 95 % ?

                 smiley

                Blague à part, à quoi sert un parti politique sinon à définir une politique et présenter des candidats ? Organiser des primaires dans le système français (ce n’est pas la même chose qu’aux US), ça ressemble à du lavage de linge sale en famille.

                Je crois qu’ils auraient dû s’en tenir à un seul premier tour : le second au moins est en trop.


              • chantecler chantecler 12 octobre 2011 12:03

                Non je ne le pense pas .

                Avant, oui , quand le parti essayait de sortir son candidat , ça pouvait ressembler à un lavage de linge sale , mais aujourd’hui il me semble que la désignation sera incontestable , légitime et incontestable.

                Auparavant ,les adversaires de droite ont largement joué et amplifié (sur) les irrégularités entourant ces scrutins...

                Par ailleurs le second tour des primaires n’est pas joué et n’est vraiment pas indifférent .

                Par exemple le tiers ouest de Paris est pour FH , l’ est pour MA...Donc bonnet blanc et blanc bonnet , est la formule facile mais ne repose pas sur la réalité..

                Il faudrait aussi analyser la répartition des voix sur tout le pays .

                Ce qui ne veut pas dire que l’élection se joue là : la gauche se répartit aujourd’hui sur plusieurs formations , le premier tour , et probablement une plate forme discutée et négociée avant mai 2012 .

                D’autre part ces élections ne seront plus binaires :

                Trois mouvances s’affronteront : l’UMP sarkosiste (logiquement) le FN et MLP , et la gauche , pas forcément à dominance socialiste ...( je doute que FB sera en mesure de rejouer un rôle majeur , comme en 2007 , mais sait on jamais ...)

                Rien n’est joué donc mais il me semble que la vieille politique personnalisée , à slogan et promesses en tous genres est dépassée .

                Ne serait ce que sur la base de bilans et en fonction de cette crise dont il est bien difficile de mesurer son développement et ses impacts d’ici les échéances présidentielles (puis législatives).

                Les électeurs seront davantage sensibles aux programmes, engagements , qu’aux belles paroles ...

                Cr.


              • chantecler chantecler 12 octobre 2011 12:05

                désolé il y a un « incontestable » de trop .


              • pastori 12 octobre 2011 14:41

                du blabla tout ça ! seule le pen, devenue communiste et se réclamant du comité National de la Résistance défend le peuple.

                lepen était présente avec ses troupes hier, dans les manifs des salariés contre le plan d’austérité de sarkosy qui ne sera payé que par le peuple, pas les riches., se trouvai  en tête de cortège à marseille. 

                elle criait : « tous ensemble !! »  d’ailleurs personne sur AV hier, tous les lepénistes du site étaient présents dans toutes les manifs pour défendre la France d’en bas.

                c’est pourquoi les démunis, les communistes , les travailleurs vont voter pour elle qui les défends avec acharnement.

                • BHL=MST 12 octobre 2011 18:25

                  C’est le comble du berger d’être un mouton, mené par des chiens de garde du syndicat du S.G.E.G. Vos défilés ne servent à rien, vous devriez le savoir depuis le temps qu’on vous manipule. Le jour où vous rapporterez des têtes beaucoup changerons d’avis. C’est pas demain la veille, alors continuez donc de bêler. 


                • pastori 12 octobre 2011 19:18

                  ça commence à se décanter BHL. à part les insultes habituelles, un lepeniste n’a que les moyens qu’il a sinon il serait autre chose. Alors ils se dévoilent sans s’en rendre compte et disent tout haut le contraire de ce qu’ils écrivent avec hypocrisie.


                  c’est bien aussi que les travailleurs, ceux d’en bas qui comptent voter le pen sachent aussi que manifester avec ceux qui souffrent et se battent , comme tu dit , « , ça !ça ne sert à rien ! »

                  voilà comme ça ils seront édifiés ! le pen est pour les ouvriers mais trouve que faire grève et se défendre , «  ça !ça ne sert à rien  ! »

                  je vais rechercher sur Agoravox quelques posts des lépénistes au moment des grèves et manifestations qui montrent comment les lepénistes traitent la classe ouvrière et se moquent de sa condition !

                  jamais lepen millionaire et de droite n’a soutenu une revendication de la France d’en bas. elle a bonne mine de vouloir se poser en défenseur des pauvres !!!

                  toutes les avancées ont été obtenues par la lutte, lepen n’a jamais soutenu une revendication ouvrière.les lepénistes n’ont jamais craché sur les avancées obtenues mais par contre on trouvaient certains comme briseurs de grèves en faveur des patrons.

                  et lepen aujourd’hui serait le défenseur des pauvres gens qui se défendent , dont tu te moques ouvertement en les traitant de moutons ?

                  • BHL=MST 12 octobre 2011 21:52

                    Bêêêêêêhhh !!!!


                  • pastori 12 octobre 2011 19:27

                    si on en croit BHL lui qui n’est pas manipulé par sa championne considère que mettre la charge de l’austérité uniquement sur les travailleurs et  pas les riches ne mérite pas qu’on rouspète. 

                    manifester ne servirait donc à rien et aucun lepéniste n’a soutenu les manifestation d’hier dans toute la France.

                    en protégeant les décisions démentielles de sarko et sa bande qu’ils ont mis au pouvoir,le FN montre comment il défends les travailleurs.

                    «  vous devriez le savoir depuis le temps qu’on vous manipule » voilà leur propres mots ! 
                    en plus ils sont méprisants.



                    • BHL=MST 12 octobre 2011 21:53

                      Bêêêêêêhhh !!!


                    • gaulois42 gaulois42 13 octobre 2011 07:43

                      Hollande contre Aubri
                      C’est bonnet blanc contre blanc bonnet


                      • gaulois42 gaulois42 13 octobre 2011 07:49

                        Il serait mal placé pour Montebourg de soutenir M.Aubri après l’avoir si violemment et justement critiqué pour sa tolérance vis à vis du clan mafieux guerini....dictateur socialiste dans le 13 et poursuivi en Justice pour Réunion de Malfaiteurs.
                        Et puis n’oublions pas, que le PS a exactement le même but que l’UMP : détruire la nation France au profit de la Maffia EUROPE, de réduire à la pauvreté le peuple français au profis de leurs bourses car il ne faut pas se leurrer :
                        La Place de Président de la République doit rapporter beaucoup plus que l’on ne pense puisqu’ils sont tous à se bouffer le cul pour prendre la courronne !!!!((


                        • Nanar M Nanar M 13 octobre 2011 08:17

                          M. Rakotoarison est-il masochiste ?
                          Aime-t-il les volées de bois verts que suscitent à juste titre ses sempiternels radotages ultra-libéraux empreints de tant de mauvaise foi qu’on les croirait sortis tout droit du figaro ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès