Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le MIR se met en orbite pour le PIR

Le MIR se met en orbite pour le PIR

Après plusieurs coups d’éclat, le Mouvement des Indigènes de la République a décidé de sauter le pas de la compétition au pouvoir en lançant un parti politique dédié à la défense des intérêts des anciens colonisés. Un nouvel instrument pour ébranler l’édifice conservateur.
Sur un plateau de télévision, une jeune femme tient vaillamment tête à un aréopage médiatique de premier plan. Elisabeth Badinter, François Baroin, Philippe De Villiers, Max Gallo et Roger Hanin malgré toute leur morgue faite de paternalisme ou d’indignation ne parviennent pas à la disqualifier. A chaque tentative, une réplique cinglante fuse bouleversant un confort que l’obséquiosité de l’animatrice a du mal à rétablir. C’était en janvier 2006 et Houria Bouteldja, porte parole du Mouvement des Indigènes de la République (MIR), réalisait une entrée fracassante sur le devant de la scène. Depuis, la jeune femme s’est fait une réputation et ses interventions médiatiques sont toujours des moments forts redoutés par ses contradicteurs et acclamés par des admirateurs au nombre grandissant. Né à la suite du célèbre Manifeste des indigènes de la République, lancé en octobre 2005 par plusieurs associatifs et universitaires et rapidement signé par des milliers de personnes, le mouvement a pour vocation de défendre les intérêts des personnes issues des anciennes colonies françaises. La posture est radicale et vise à démythifier le discours dominant sur les Noirs et les Maghrébins victimes de discriminations en France.
 
Indigènes là-bas et ici, le continuum colonial
Au départ était la traite négrière qui du 15 au 19e siècle a déporté une vingtaine de millions de Noirs vers les Amériques, modifiant la physionomie du peuplement de la planète. La moralité de cette extraordinaire aventure parle d’elle-même. A partir du 19e siècle, la colonisation fera des populations autochtones des territoires occupés des citoyens de seconde zone soumis au statut de l’indigénat. Leur lot quotidien sera constitué de dépossession foncière, de travail forcé, de coups de bâton, d’interdiction de circuler et de brimades de toute nature parmi lesquelles les punitions pour irrévérence. Outre leur différence de destination et d’intensité, l’un et l’autre de ces crimes, toujours non assumés en France, partagent la chosification de l’être humain. Pour justifier ces traitements inhumains, un discours spécifique va être développé sur ces populations. Les esclaves du commerce triangulaire seront présentés comme sans âme et exclus de l’humanité par l’église suivie par les pères des Lumières. Dans les colonies françaises, les autochtones seront désignés de manière essentialiste comme des humains à part, à la fois comiques et laids, imbéciles et paresseux ou fourbes et cruels, à civiliser par tous les moyens.
Peu avant les indépendances même des anciennes colonies, l’immigration en France métropolitaine sera organisée le plus officiellement par les autorités françaises pour faire face à la forte activité des chaînes de production automobile et travaux publics ou de nettoyage. Des populations illettrées issues de zones rurales spécifiques seront sélectionnées et convoyées en métropole. Les habitants de la Kabylie en Algérie, du Rif au Maroc ou de la région de Kaye au Mali seront les principales cibles des passeurs officiels. L’installation de ces hommes commencera par des bidonvilles ou des campements désuets. Rejoints à partir des années soixante dix par leurs femmes et enfants à la faveur du regroupement familial, ils seront regroupés de façon homogène dans les nouvelles cités de banlieues. Condescendance des enseignants et orientation forcée vers les filières professionnelles marqueront le parcours scolaire des immigrés de seconde génération. L’absence de mixité des quartiers, l’éloignement des centres culturels des villes, l’entre-soi obligatoire de la cité seront les caractéristiques de l’exclusion des ces populations, nouveaux indigènes au cœur de la France métropolitaine. C’est le parallèle de cette situation structurelle avec le système colonial que dressent Les Indigènes de la République. Les discriminations de grande échelle à l’emploi, au logement ou aux loisirs viendront parachever le sombre tableau. Ce continuum colonial se retrouve de manière résolument transversale dans les politiques de droite et de gauche. La figure de l’immigré est l’obsession de l’extrême droite, tandis que l’extrême gauche la traite avec un humanisme différenciant et inopérant. Dans tous les cas ces minorités visibles n’ont pas droit à la parole pour exprimer leur vécu ou leurs choix.
 
 
La politique pour soi et par soi ou l’anti SOS Racisme
La marche des Beurs d’octobre à décembre 1983 marquera un tournant dans les revendications des immigrés des anciennes colonies. Démarrée par 32 personnes à Marseille, elle s’achèvera par un défilé réunissant près de 100.000 personnes à Paris. Ebranlé par cette démonstration de force, le pouvoir socialiste de François Mitterrand répondra par la création de SOS Racisme quelques mois plus tard en 1984. Cette association qui aura pris le soin d’écarter les leaders du mouvement de protestation, va rapidement essaimer dans toute la France et truster les télévisions. L’entreprise est en fait une gigantesque opération de récupération et d’étouffement dont les déboires judiciaires actuels de Julien Dray ne sont qu’une infime illustration de la roublardise. Ni Putes Ni Soumises de Fadela Amara s’inscrira à partir de 2003 dans la même perspective visant à masquer le fond du problème par une agitation médiatique frénétique. Ces deux officines se caractérisent d’ailleurs plus par leurs tentatives de censure que par la défense des droits de quelque groupe discriminé. La loi sur les aspects positifs de la colonisation de 2005 sera l’évènement de trop qui poussera Houria Bouteldja et ses soutiens à créer le Mouvement des Indigènes de la République. La révolte des banlieues survenue en novembre de la même année confortera ce choix.
Démarré par une argumentation énergique contestant le rôle positif supposé de la colonisation, le Mouvement des Indigènes de la République revisite les concepts d’intégration ou d’antiracisme. Cet exercice de conquête de l’idéologie et du vocabulaire, n’est toutefois pas sans risque face à des adversaires roublards et déterminés et un public mal informé ou désabusé. En juin 2008, dans une grossière tentative de dénigrement, le très médiatique Alain Finkielkraut accuse Houria Bouteldja d’injure raciste. La jeune pasionaria serait coupable d’avoir qualifié les français de souche de « sous-chiens ». Le journal Marianne, Brice Hortefeux et un buzz Internet structuré appuieront la charge. L’accusation est pourtant totalement fausse puisque que la porte parole s’était juste fendue du néologisme « souchien » qui est d’une cohérence grammaticale naturelle.
Quand d’anciens trotskistes devenus socialistes se métamorphosent en conservateurs radicaux et que la presse majoritairement progressiste s’aligne sur une droite décomplexée qui éclipse le Front National, alors le constat d’un changement de positionnement de l’élite s’impose. Les seules qualités de Yazid Sabeg, tout nouveau commissaire à la diversité et à l’égalité des chances, suffiront-elles à convertir le système ? L’annonce par Obama d’un déplacement du centre de gravité de la politique américaine changera-t-il la donne en France comme l’administration Bush l’avait provoqué ? Seuls les faits et le temps le diront. Echaudés par l’hostilité ou la frilosité des partis politiques et des organes institutionnels face aux revendications légitimes des immigrés des ex colonies, le MIR vient de franchir le pas de la compétition politique avec la création du PIR, Parti des Indigènes de la République. A travers cette structure « les indigènes de la république » comptent faire entendre leur voix et ambitionnent sans ambages des conquêtes électorales. Quelle sera la fortune de cette stratégie particulariste hors des sentiers balisés ? Bien malin qui pourrait répondre à cette question par ces temps d’incertitude.

Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • abdelkader17 28 janvier 2009 13:57

    C’est une excellente initiative.
    Sos racisme et npns ne sont que de formidables machines à brisé les luttes sociales,
    outils "anti discriminations" du ps ils en sont aujourdh’ui a la désignation et la fabrication des ennemis de l’intérieur délinquants banlieue= islamistes= terroriste.
    L’imaginaire colonial très présent dans la haute administration Française joue sur l’état de crise que traverse la France pour désigner de nouveaux boucs émissaires.
    Comptons sur les "professionnels de la politique" pour dénigrer ce nouveau venu, désignant ainsi ce dernier de révendicateur communautariste.
    Je prends les paris.



    • Lapa Lapa 28 janvier 2009 16:01

      le communautarisme est en marche !
      youpi.


      • docdory docdory 28 janvier 2009 16:22

         @ Act
        Votre article est une propagande éhontée pour l’association des indigènes de la République , association notoirement anti-laïque , raciste , anti républicaine , communautariste et antiféministe .
        Houria Bouteldjah, la porte-parole de ce mouvement , invitée régulièrement dans les débats spectacles télévisuels , en particulier sur France 3 , et dont la présence médiatique est largement supérieure à l’importance numérique de son groupuscule , est une des pires islamofascistes qui soient . Elle a même été jusqu’à contester la légitimité de l’excellente loi sur les signes religieux à l’école. 
        Cette passionaria de l’extrême droite islamique la plus réactionnaire marque en général les débats télévisés par son agressivité vindicative et son impolitesse ( elle passe son temps à couper la parole aux autres intervenants ) . C’est d’ailleurs probablement pour son sale caractère qu’elle est invitée , ça fait de l’audience ...
        On doit s’attendre du " PIR " qu’il pratique la politique du pire !



        • Act 29 janvier 2009 13:07

          Doctory,

          Où voyez-vous de la propagande dans un exposé de faits et une analyse de la situation ? Rassurez-vous je ne suis pas un cynique et la honte est un sentiment que je n’ignore pas encore.


        • ASINUS 28 janvier 2009 16:37

          yep ben les sous chiens savent ce qu ils leur restent a faire se soumettre ou lutter , viendras des heures ou la bosnie vous sembleras une partie de plaisir, seul les peuples qui luttent meritent de survivre
          vous vous comptez c est bien, nous allons donc nous compter


          • stef stef 28 janvier 2009 21:58

            J’aimerais énormement te fracasser à coups de gummi...


          • stef stef 29 janvier 2009 12:01

            Désolé ASINUS, ton post me semblait anti-identitaires alors qu’il est pro. Je retire donc mon post précédent. Avec toutes mes excuses.


          • Matéo34 Matéo34 28 janvier 2009 19:01

            @ L’auteur.

            Bonjour,

            Je suis d’accord docdory...en tout point !

            C’est pitoyable de communautarisme et de fascisme. Les violences de novembre 2005 ne sont le résultat que de la négation des principes de le République quant à l’accès au travail et aux besoinx sociaux. Ce mouvement est une isulte à tous ceux qui dans les banlieues cherchent à faire partie de la communauté nationale, à tous ceux qui en ont marre d’être arabe en France, mais quand ils travaillent en Angleterre, on les considèrent comme des Français.

            Les RG le disent eux même : ces émeutes n’ont aucuns liens avec la religion, elles n’ont pas été "organisées" et elles ont touchés symboliquements les écoles et des entreprises... parceque justement elles ne permettent pas l’asimilation.

            Ce mouvement est pitoyable car il attache encore les personnes à ce fameux statut de l’indigénat en niant tous ceux qui ont lutter pour l’universlisme des principes de la DDHC de 1789 et la DUDH de 1948. C’est nier l’histoire depuis Toussaint Louverture !

            Martin Luther King, c’est quand même plus qu’un simple I Have Dream : il a quand constaté que l’une des causes de l’opposition entre les blancs et les noirs, c’était les conditions sociales des deux groupes qui n’étaient pas si différentes, mais la discrimination permettait de faire croire qu’on valait mieux que les autres ! il suffit de lire sa bio sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Luther_King

            Bref un renouveau du FN...

            Matéo 34


            • Act 29 janvier 2009 13:10

              Conditions sociales pas si différentes entre Blancs et Noirs dans les années 50, 60 ? C’est un mauvais rêve que vous nous faites là. Luther King ne se serait pas vraiment reconnnu dans ce que vous avancez


            • franc 28 janvier 2009 20:59

              Cette Boutelja soi-disant indigène de la République quand je la vois à la télé couper tout le temps la parole aux autres j’ai envie de la gifler

              les indigènes de la France sont les Gaulois et non pas ces usurpateurs ex-colonisés et néocolonisateurs mal dans leur peau et complexés qui emmerdent les "souchiens" par leur haine viscérale


              • Stevo 28 janvier 2009 21:46

                Houria Bouteldja est une excellente intervenante dans les débats télévisuels. C’est une "bonne cliente", comme ils disent. Son association avait sa légitimité, et ce ne sont pas les "indigènes de la République" qui ont inventé le communautarisme et la culpabilisation victimaire des français dit "de souches", les "souchiens" pour Houria, bref, de la majorité oppressante (bourreaux des femmes, des juifs, des homos, des arabes, des noirs...). En revanche, je ne vois pas l’intérêt d’un parti politique. 



                • Act 29 janvier 2009 13:18

                  L’article partage votre dernière interrogation. Il est toutefois difficile d’y répondre aujourd’hui


                  • ASINUS 28 janvier 2009 22:18

                    les "souchiens" pour Houria,

                    elle l ecrit comme cela , mais le pense sous-chiens


                    • stef stef 28 janvier 2009 22:34

                      Tout à fait exact votre commentaire.

                      C’est belle et bien ce qu’elle pense, d’ailleurs comme bon nombre des personnes de cette communauté.


                    • stef stef 28 janvier 2009 22:35

                      Il fallait lire : "bel et bien"


                    • Act 29 janvier 2009 13:12

                      Asinus,

                      Vous lisez dans les pensées maintenant ? Houria Bouteldja dit "souchien" et mieux que Finkelkraut vous décrétez ce qu’elle pense. Bravo !


                    • ASINUS 29 janvier 2009 19:33

                      peut etre parce que moi je l ecoute et je la lis peu etre parce que moi je vis au cotés de ceux pour qui elle
                      pretend oeuvrer peut etre parce que moi j entend et je vois dans ma cité zus se recréer des clans etniques
                      conforté par des religieux qui pour l instand remettent leurs déviants dans le droit chemin
                      avant de s occuper
                      de ce qui est devenu une majorité invisible sur son propre sol , peut etre parce que je devine l alliance
                      objective du liberalisme mondialiste qui prefere saucissonner les societés en communautés clientes
                      ce liberalisme mondialiste sans ame ni nationnalité s alliant objectivement avec l identitaire religieux
                      tout deux preferants avoir des clients des fideles en lieu et place de citoyens, cette personne et ceux qui l accompagne pense "sous chiens" et le plus beau mon bon monsieur c est que les alliés intellectuels occidentaux de ces groupes et théories seront les premieres victimes une fois les identitaires discriminés positivement au pouvoir


                    • courageux_anonyme 29 janvier 2009 02:22

                      Comment dire ? Les gens en ont marre, des indigènes sans-gène.
                      De plus en plus, et ce n’est pas qu’en France. Alors vous allez rentrer chez vous, dans vos pays d’origine.
                      Qui a dit que la nationalité Française, c’ est un acquis gravé dans le marbre ? Personne.
                      Continuez comme ça, et on vous renverra au bled bien comme il faut, quelque soit la génération depuis laquelle vous squattez ici.


                      • abersabil abersabil 29 janvier 2009 09:31

                         @ lapa et stef,
                        Le communautarisme existe depuis fort longtemps, et en plus insidieux, à l’exemple de celui des juifs, quant au terme de souchien, il peut être écrit ainsi et en bon français, vous remarquerez que celui qui en a fait l’ingénieuse découverte, voire une fixation dans une lecture qui lui est propre dans le but de nuire ultérieurement,  n’est autre que le sioniste haineux Finkielcrotte ( moi aussi ,c’est ce que j’ai pu comprendre dans ce nom à la consonance allemande, donc je l’écrit à ma convenance),et non seulement, puisqu’elle est celle des sionistes bcbg, actuels maîtres de la France et des citoyens souchiens ; la manipulation et la traîtrise sont bien un fait de la minorité juive sioniste extra souchienne de la France, qui ne s’est hissée que par le concours de ce type de mouvements de revendications .
                        On voudrait désigner l’intention subjective à la vindicte et faire d’un non dit une pensée dite, en révolutionnant la pratique judiciaire, qui dorénavant devra juger l’intention et non pas le fait.


                        • stef stef 29 janvier 2009 12:18

                          Dans la bouche de l’islamiste houria, le terme souchien se prononce sous-chiens.

                          Et elle qui se revendique algérienne (voir le site du mir), que vient-elle ouvrir sa grande G dans ce pays ? Si elle n’est pas contente de la France, qu’elle s’en retourne en algérie !


                        • Act 29 janvier 2009 13:14

                          Le néologisme "souchien" est d’elle alors affirmez qu’il veut dire autrechose dans sa bouche est à minima ridicule


                        • abdelkader17 29 janvier 2009 10:54

                          @courageux anonyme
                          nous sommes des nationaux Français notre bled c’est la France, qu’est ce qui vous dérange ? que les gens s’organisent réclament simplement égalité de traitement , nous voulons l’égalité c’est tout.
                          Pas de régime spécifique, on ressent la toute la morgue et la haine des petits obsédés
                          d’un nationalisme anachronique.
                          Vos grands parents ont squattés nos pays en les colonisant, en extrayant les ressources et exploitant les populations qui y vivaient.
                          La France à fait appel a la main d’oeuvre étrangère pour développer son territoire et faire tourner ses usines.
                          l’ennemi n’est pas celui que vous croyez, continuer à vous faire manipuler par les médias aux ordres et les intellectuels du pouvoir.
                          Les stratégies de domination ont encore un bel avenir devant elle avec de tels raisonnements.
                          Le courage réside dans la lucidité et pas dans vos vieux clichés coloniaux éculés.


                          • ASINUS 29 janvier 2009 11:34

                            "Vos grands parents ont squattés nos pays en les colonisant, en extrayant les ressources et exploitant les populations qui y vivaient. "


                            quand nous avons quitté l algerie elle avait multiplié sa population arabe dans des proportion qu aucun pays arabe comparable n avait pus le faire
                            quand nous avons quitté l algerie elle etait autosufisante et exportait du ble du vin du gaz du petrole,
                            partit depuis 50ans, ce pays est mis en coupe reglée par des generaux qui n ont pas fait st cyr mais
                            les ecoles militaires des pays socialiste de l est , la gangrene de ce pays perdure depuis 50ans
                            et comdamne la jeunesse algerienne au douloureux exil ou aux sirenes des fous de dieu, les grandes gueules et intellectuels architectes medecins journalistes avocats ect....algeriens ayant gardés cette nationalité sont invités a retrousser leur manches et a aller sortir leur pays de la feodalité ou l on installé leur liberateurs vous pouvez parier qu ils prefereront rester ici confortablement et rejetter toutes les fautes sur le pays colonisiateur ou ils vivent mieux que sur la terre de leurs aieux ;



                            ps mon descriptif economique qui est avéré n occulte pas qu une evolution egalitaire "tous citoyens"
                            etait necessaire en Algerie


                            • Jojo 29 janvier 2009 11:47

                              Asinus Bonjour,
                              Vous êtes un homme d’honneur et de coeur. Faites preuve de retenue, ne vous laissez pas entraîner vers un débat improductif et éculé et surtout gardez à l’esprit l’essentiel : Vous êtes tous français et êtes condamnés à vous entendre pour préserver l’avenir.
                              Yep Asinus, faites gaffe aux jeteurs d’huile, ils ne sont pas dans la tranchée … smiley


                            • abdelkader17 29 janvier 2009 11:55

                              @Asinus
                              Qui sont ces officiers qui dirigent aujourd’hui L’algérie ?
                              Des ralliés de la 25e heure, des anciens officiers de l’armée Française.
                              Des dictateurs comme il y en a beaucoup dans le tiers monde, et qui sont prêt à tout pour conserver leurs privilêges (voir le rôle de la sécurité militaire algerienne dans la guerre civile).
                              Les algériens pendant la période colonial avaient un statut spécifique (code de l’indigénat jusqu’en 1946).
                              Q’un pays qui se targue à longueur d’année d’être porteur de valeurs universelles commence par appliquer ses principes chez lui, égalité de traitement c’est tout.



                              • ASINUS 29 janvier 2009 20:16

                                 d anciens officiers français vous rigolez
                                ce sont les commandants formés a l est des katibas qui attendaient sagement derriere le mur
                                ce sont des prevaricateurs nous sommes d accord

                                le mir ne demande pas l égalité mais la discrimination positive qui est son contraire
                                le mir veut des droits dans un pays alors que ses supporters siflent la marseillaise
                                le mir veux faire de la politique ethnique en republique française lors meme que la moitié
                                de ses tetes pensantes sont infeodées a des mouvement islamisé pour ne pas dire plus
                                nous n avont pas mis des siecles a renvoyer les curés dans leurs eglises pour laisser les imans
                                imposer le port du foulard la non mixité et demain le creationisme , le discour egalitaire du mir
                                est un paravent , d autre issu de l immigration n ont pas quemandé pour obtenir j ai été commandé par un homme respectable et respecté capitaine de l armée française français et musulman , mes deux superieures directes sont femmes musulmane l une française l autre marocaine et les connaissant
                                elles vivraient comme une insulte un soupcons de discrimination positive alors que leur tenacité leur capacité intellectuelles leur ont suffit .


                              • ASINUS 29 janvier 2009 20:19

                                "Les algériens pendant la période colonial avaient un statut spécifique (code de l’indigénat jusqu’en 1946). "


                                déja repondu

                                 mon descriptif economique qui est avéré n occulte pas qu une evolution egalitaire "tous citoyens"
                                etait necessaire en Algerie

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès