Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le MoDem, pour quoi faire ?

Le MoDem, pour quoi faire ?

François Bayrou a subi un échec, mais sa présence sur le spectre politique compte toujours. En 2007, les questions fusaient sur son possible gouvernement, jugé impossible à construire. Aujourd’hui, les interrogations portent sur l’avenir du MoDem. Au-delà de ces supputations politiques, il faut avant tout se demander quelle serait l’utilité d’un gouvernement sous l’égide d’un président démocrate ?

Le centre Français a-t-il un avenir ? La réponse se trouve dans l’impossibilité des rapports constructifs gauche/droite. Car quelle est l’utilité d’un centre ? Etablir un pont entre les deux sensibilités politiques d’un pays, gauche et droite. Et on construit un pont uniquement quand il y a un obstacle à franchir. En France, au niveau politique, quel est-il ? Il se résume aux passes d’armes régulières gauche/droite à l’Assemblée Nationale…
 
En effet, les deux principaux partis (en terme de nombre de parlementaires), PS/UMP, sont incapables de se parler sans s’invectiver. Notons quelques rares exceptions qui font consensus, à l’instar de la peine de mort par exemple. Mais ces singularités sont rares, à tel point qu’on pourrait les qualifier d’anomalies. Le budget est le point d’orgue de cette bipolarisation extrême (et par conséquent inepte) : sans y jeter le moindre coup d’œil, l’opposition (quel que soit le parti ou la couleur, aujourd’hui PS et gauche) sait qu’elle votera contre.
 
La suite… suit. Quand l’opposition a voté contre le budget à l’unanimité, sans réflexion mais avec dogmatisme extrême (le parti au pouvoir a tort, quoi qu’il fasse), c’est-à-dire quand elle a rejeté les grands principes de politique générale établis pour l’année à venir par le gouvernement, ladite opposition vote presque unanimement et systématiquement contre tous les projets de loi présentés par la majorité au pouvoir. Pourquoi ? Parce que précisément ils émanent de la majorité, du parti adverse.
 
On aimerait une responsabilité accrue du rôle qui est le leur de la part des parlementaires. Qu’ils défendent leur camp est une chose, qu’ils suivent bêtement « la ligne du parti » est une ineptie totale. Quel est le but de l’Assemblée Nationale ? Débattre de projets de loi pour les amender ensuite, les voter, pour les accepter ou les rejeter enfin. A quoi sert un débat si le vote est acquis d’avance ? L’Assemblée est devenue un cirque, un théâtre, ou toutes les semaines se joue la même tragédie ; celle d’un pays où les représentants nationaux ne se parlent plus, ne réfléchissent plus, se servent d’un lieu de débats (à priori constructifs, donc destinés à améliorer, peaufiner, perfectionner les projets de loi) pour s’invectiver systématiquement.
 
L’essor actuel du centre Français, de l’UDF, est donc en soi une mauvaise nouvelle. Parce qu’il est la conséquence de l’irresponsabilité, de l’idéologie, des dogmes des parlementaires Français. Il est une bonne nouvelle parce qu’il permettra peut-être de sortir de l’ornière actuelle. Mais le centre ne peut être qu’une solution éphémère ; il faudra qu’un jour gauche et droite Française sachent se parler, construire, abandonnent les dogmes et établissent des ponts sur certains sujets. Si la formation d’un gouvernement composé de modérés de chaque camp comme le souhaite Bayrou s’avère difficile, il aura le mérite de, peut-être, apprendre aux ennemis d’aujourd’hui de se muer en simples adversaires… Et en conséquence de se parler, de construire, de réussir. Pour la France.

Documents joints à cet article

Le MoDem, pour quoi faire ?

Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Rounga Roungalashinga 28 juillet 2009 10:07

    Le Modem ne sera jamais un mouvement d’opposition crédible. Se tenir « au centre » c’est-à-dire prendre une partie des idées du PS et une partie des idées de l’UMP pour « casser les clivages », ça ne fait en réalité que valider le schéma suranné droite/gauche qui n’est plus valide aujourd’hui, en cette époque de libre-échangisme mondialisé, dont l’Europe est le marchepied. La seule alternative crédible pour un parti d’opposition, c’est de s’opposer au mondialisme en réaffirmant la souveraineté des nations, et de dénoncer la signature du traité de Lisbonne (à plus forte raison quand on est démocrate !). Souveraineté nationale, opposition au mondialisme, Europe des peuples et des Nations, voilà ce qui devrait être le programme de ce parti composé uniquement de jeunes bobos.


    • Kdm Kdm 28 juillet 2009 12:42

      mais ce n est pas un mouvement politik c ’est une écurie présidentielle...dont le seul objectif est de servir FB ...et pour cela d opter pour la posture du ni-ni...cache misère pour faire oublier dou vient ce mr et avec qui il a gouverné....la droite balladurienne....


    • Pierre Guillery Pierre Guillery 28 juillet 2009 12:30

      Marrant toujours, cette histoire de clivage. Comme si ce fameux clivage était un phénomène naturel, comme le soleil qui se lève le matin. Benji : définissez nous votre « clivage, » s.v.p. Donnez nous vos définitions de ce qu’est la droite, ce qu’est la gauche.

      A mon humble avis, ce clivage est un argument facile (dans le sens « ligne de plus grande pente ») pour ceux d’entre nous qui ne souhaitent pas remettre en cause les points de repères politiques avec lesquels ils ont grandis. Mais ne vous méprenez pas : je sais que c’est compliqué de « changer de monde » - en jargon on dit paradigme. Facile de se laisser aller à lire les choses selon les mêmes guides. Pourtant le monde a changé, massivement, devant nos yeux. Mais il faudrait continuer avec ce « clivage » ?

      Avant, on pouvait se prononcer « pour ou contre » le marxisme (et ce qui a suivi) et « pour ou contre » le facisme. C’était simple. Alors aujourdhui, gardons le même prisme : la gauche c’est le PS, et la droite c’est Sarko-UMP ? Vraiment ?

      Alors, pour qu’on comprenne bien pourquoi/comment le clivage est toujours d’actualité, donnez-nous les différences dans les traitements préconisés (ou mis en œuvre, ou plus souvent simplement annoncés) pour les grands problèmes récents/actuels : banques, chômage, régulation, haut débit, banlieues, changement climatique, environnement durable, etc...

      Sil vous plait.

      Et ensuite on pourra revisiter l’utilité du MoDem, et la pertinence de la démarche de François Bayrou. Qu’en dites-vous ?


      • Courrier Danemark 28 juillet 2009 14:38

        Ce fameux clivage droite/gauche, sur lequel joue excessivement la presque totalité de notre classe politique, est un véritable poison. Il endort les français pendant qu’il donne à nos élus l’illusion de l’efficacité de leur action. Il est tellement facile d’y succomber...Les problèmes deviennent tout à coup si simples, alors qu’ils n’ont de cesse de devenir chaque jour plus compliqués...Il est évident que remettre en cause ce clivage se heurte à certains intérêts, d’où les tentatives de déstabilisation du Mouvement Démocrate. Tant pis pour ceux qui ne veulent pas comprendre. Nous ne reviendrons pas sur notre volonté de le dépasser. 


        • joelim joelim 28 juillet 2009 18:59

          Pleinement d’accord. Diversité, et que le meilleur gagne.


        • Marianne Marianne 28 juillet 2009 16:53

          Le modem pour quoi faire ?
          Ben du neuf avec du vieux, non ?
          Recyclage et bons sentiments... et forte odeur de naphtaline...


          • ZEN ZEN 28 juillet 2009 18:05

            Question qui revient tous les mois...
            N’y aurait-il pas comme un doute ?


            • Pierre Guillery Pierre Guillery 29 juillet 2009 10:37

              Benji : vous êtes parti en vacances ? Pas le temps de nous expliquer le clivage ?


              • resistance 29 juillet 2009 18:28

                Arrêtez de dire que le Modem fait du neuf avec du vieux et sent la naphtaline, ou autres sottises du même genre ! Parce que justement le mérite de François Bayrou, et les anciens UDF le lui reprochent assez, c’est d’avoir sorti le centre de sa soumission systématique à l’UMP et d’en avoir fait un parti autonome et libre. Ceci explique le nombre très important, au Modem, d’adhérents ou de militants qui ne s’étaient jamais engagé politiquement auparavant. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Benji27


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès