Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Modem s’est-il noyé en troublant les eaux de la Garonne (...)

Le Modem s’est-il noyé en troublant les eaux de la Garonne ?

François Bayrou aurait-il été joueur au petit bras ou bien marchand de tapis ? C’est ce que les observateurs de la politique sont en droit de penser, avec les citoyens intéressés et, en premier lieu, les militants du Modem. Le bal des présidentielles étant achevé, Bayrou s’en est allé fonder le Modem et tel un Cendrillon sans son carrosse, il parcourt le territoire, rencontrant les médias qui tentent de le chausser pour s’assurer que ce Bayrou est bien une grosse pointure de la politique. Pour beaucoup, le troisième de la présidentielle risque de subir l’effet pschitt... et le météore de quitter son orbite médiatique pour luire plus discrètement. Mais pas de quoi lui faire la Pau !

Quoi qu’il en soit de son avenir politique, ce qui suscite les discussions, c’est la liste commune que fera le Modem avec Alain Juppé, actuel maire et éminente figure fondatrice de l’UMP. C’est bien évidemment contraire à la volonté d’indépendance affichée par Bayrou mais, comme l’explique bien Robert Schneider dans une fine analyse dans l’Obs, le chef du Modem n’avait pas le choix. Certes, il pouvait miser sur les 22 points des présidentielles mais compte tenu de l’affrontement des deux poids lourds que sont Juppé et Rousset, il aurait eu quelque difficulté à faire émerger la liste de son nouveau parti. Voilà un argument qui, sans doute très solide, dévoile quelques failles en filigrane. Car au moment des présidentielles, notre hussard du nouveau centre a bel et bien affronté deux monstres de la politique. Est-ce à dire que le Modem ne repose que sur une personne et qu’à l’échelle des cellules locales, il n’y a que du mou ? Certes, si le Modem avait présenté sa liste, on peut parier que les actuels élus du centre auraient rejoint Juppé mais un parti repose sur des forces et parmi les militants du Modem, une liste de nouveaux candidats, motivés et passionnés, eût été plus conforme à la stratégie d’émergence du Modem. Ainsi qu’au projet de renouveau démocratique. Quand on a des idées et projets, pourquoi ne pas jouer la carte citoyenne et les défendre en allant au plus près du citoyen, plutôt que de les livrer comme monnaie d’échange à une équipe municipale en place moyennant des places sur une liste. Certes, c’est beau, un projet du Modem pour Bordeaux, mais une fois l’accord passé, les horizons citéens des enfants de Bayrou risquent bien d’être phagocytés par la machine électorale de Juppé lorsque la campagne aura démarré. Et le citoyen distrait de voter pour une alliance centre UMP, comme par le passé. Rien de nouveau. Robert Schneider évoque la tactique des partis centristes sous la IVe République, nouant des alliances à droite ou à gauche pour quelques postes d’élus, autrement dit les miettes du pouvoir pour reprendre l’expression de l’éditorialiste qui, du reste, s’avère sévère en envisageant une survie artificielle de François Bayrou. Et je ne suis pas loin de livrer un verdict similaire avec ce billet qui, pour moi, sera l’occasion de fermer le dossier centriste car à un moment donné du cours des choses politique, il est temps de clore la partie. De fermer le rideau qui fume de son intégrale d’illusions.

Avant de fermer ce rideau, intéressons-nous à cette attention sémantique voulue par Bayrou qui croit encore aux ficelles des formules, sans doute n’a-t-il pas entièrement tort, en insistant sur la nature du contrat passé avec Juppé. Non, revendique-t-il, il n’y a pas eu d’accord mais un partenariat. Le citoyen pas trop idiot aura vite détecté la langue de bois, le sens de l’esbroufe, l’esquive, l’art de botter en touche. Un accord suppose au sens métaphysique, une haute valeur de vérité, de consonance, d’entendement sur des choses essentielles. Un accord renvoie aussi à une négociation. Des intérêts convergents ont permis aux parties de s’entendre sur une feuille de route signée en commun. C’est le cas dans le domaine des négociations entre patrons et syndicats, mais aussi en politique. Comment faire accroire qu’il n’y a pas eu accord entre le Modem et l’UMP pour faire liste commune ? C’est prendre les gens pour des imbéciles que de mégoter sur la signification des mots et parler d’un partenariat comme le revendique Bayrou. C’est même se tirer une balle dans le pied car la notion de partenariat évoque la participation d’une entreprise dans le capital d’un grand groupe. De ce fait, le partenariat du Modem signifie une représentation du politique calquée sur celle de l’entreprise. Avec ses 22 points à la présidentielle sur Bordeaux, Bayrou a monnayé les voix de ses électeurs pour que son parti devienne actionnaire minoritaire certes, mais avec force jetons et adjoints, du conseil d’administration de la ville de Bordeaux dont les réunions se tiennent au Palais Rohan. On dit aussi partenaire de jeu. Bayrou a joué sur l’échiquier politique une partie. Qu’on peut tenter d’analyser.

Non sans évoquer la situation d’un héritier qui dispose d’un bien et qui veut le vendre avec précipitation, sans travailler son produit, le valoriser, et le propose à un prix sous évalué à un acheteur de peur de perdre le montant escompté de la transaction et de faire fuir l’acheteur. Marchandage. Ainsi... no comment.

L’élection municipale de Bordeaux est certainement celle qui se dessine avec le plus de traits saisissants comme reflétant un enjeu national, bien plus que dans les autres grandes métropoles. Quoi qu’il advienne, un constat s’impose. Le Modem bordelais a abdiqué face à l’enjeu. L’avenir dira si ce constat d’un dégonflement du soufflet centriste est avéré. Mais pour l’instant, force est de constater que Bayrou a joué petit bras. Et que l’Histoire est tellement puissante qu’elle anéantit tous ceux qui tentent d’infléchir son cours en jouant des cartes personnelles ou des tactiques valables un moment mais invalides ensuite. Ce qui a été hélas pour l’intéressé le cas du coup de dés joué par Bayrou lors des présidentielles. Se sachant sur une mauvaise donne, notamment parce que Sarkozy ne s’en tire pas si mal, Bayrou s’est décidé pour jouer la consolante (Paraclet), terme qu’on n’ira pas jongler sur les terres évangéliques, ce serait placer Bayrou bien trop haut, mais sur le terrain de la pétanque. Bayrou, qui n’a pas démérité et qui a du talent, se contentera de la mairie de Pau. La clé des négociations secrètes n’a que peu d’importance. Ainsi va l’Histoire et le jeu politique qui avec cette exemplarité des municipales de Bordeaux, montre qu’une partie est pour certains déjà jouée. Le Modem a signé sa dissolution dans les eaux troubles de la Garonne. Comme si l’issue de cette fronde politique était déjà inscrite selon des dispositions que les initiés de Sun Tse connaissent.


Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 17 décembre 2007 09:47

    Et oui,amis COCU du MODEM,vous avez comme allié ALAIN JUPPE toujours aussi droit dans ses bottes ex-repris de justice et grand ami du futur repris de justice J.CHIRAC.

    Une vrai « rupture » smiley smiley smiley smiley smiley smiley

    N’est-il pas étrange que Mr BAYROU qui durant 5 ans à casser du J.CHIRAC en vienne aujourd"hui à faire alliance avec ce que représente le pire de la politique : JUPPE

    Vous avez raison de souligner ce que nous avions déjà remarqué ici,le MODEM n’a aucune base idéologique et seule la survie de ses notables l’interesse.

    Ce parti est inquiétant car il laisse à penser que demain n’importe quel gourou d’un secte pourra amener des moutons à l’abattoire électorale


    • jps jps 17 décembre 2007 12:25

      Comme le dit Joan Taris, le Modem espère en particulier doubler ses sièges au conseil municipal. Un accord a aussi été passé sur les mairies de la communauté urbaine (CUB), pour lesquelles il devrait obtenir au moins quatre têtes de liste. Et, pour les cantonales, l’UMP a déjà sacrifié trois de ses représentants au profit de son « partenaire » (dont l’un sur la ville de Bordeaux, ce qui n’était pas arrivé depuis soixante ans). « Ce n’est plus une union uniformisante ». A la CUB comme au conseil général, « le Modem aura désormais des groupes autonomes ». Pour Juppé, dont les municipales engagent la survie politique, il n’y avait pas d’autre choix que d’accepter. Avec 20 % des voix à Bordeaux lors de la présidentielle, Bayrou sait qu’il est « la clé de l’avenir ». mais le pire c’est http://poly-tics.over-blog.com/article-7309976.html


    • tvargentine.com lerma 17 décembre 2007 09:51

      Les notables ont peur pour leurs places,alors ils passent des accords avec cela même que FRANCOIS BAYROU dénonçait durant sa campagne électoral.

      Le masque tombe sur la démagogie de F.BAYOU et cette de faire de son parti une organisation populiste pres à faire des alliances avec le diable

      Rappelons que Mr ALAIN JUPPE est un ex-repris de justice loin d’être un « modéle » pour les membres du MODEM.

      Si c’est cela le renouveau de la politique de F BAYROU permettez moi de rigoler bien fort smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley


      • morice morice 17 décembre 2007 10:22

        Bayrou a toujours été de droite, ceux qui ont crû le contraire ce sont mis le doigt dans l’œil jusque... oh, profond, là, profond...


        • phtrivier 17 décembre 2007 11:15

          Et encore, attendez les articles sur l’accord avec Rebsamen à Dijon, et vous découvrirez que Bayrou est une pourriture de gauchiste qui à trahis son électorat traditionnel.

          Ou encore les articles sur le cas Lyonnais, ou l’on pourra à loisir traiter le Modem de queteur de soupe se vendant au plus offrant.

          A moins qu’on évoque tous les endroits ou le Modem s’enferme dans un stérile discours du ni-droite ni-gauche ?

          Ou encore toutes ses villes où il va présenter des listes, au mépris du sacro-saint clivage sus-évoqué auquel tiennent tant les élécteurs ?

          Combien de temps taira t’on ces prouesses du bearnais qui parvient apparemment à faire tout, son contraire, le reste et le surplus, surement sans oublier de manger quotidiennement quelques enfants ?


        • La Taverne des Poètes 17 décembre 2007 10:30

          Si le moDem et Bayrou avaient manifesté leur sympathie et apporté leur soutien à une personnalité de gauche, un article n’aurait pas été écrit. A gauche, on veut bien d’un MoDem indépendant mais à condition qu’il roule pour la gauche exclusivement.


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 décembre 2007 11:11

            TDP, votre partisanisme vous empêche de comprendre le fond de l’article. Avec une alliance à gauche, ç’eut été pareil. Ce qui est reproché au Modem, c’est de ne pas faire une liste indépendante, pour que ce parti puisse aller dans le cambouis de la campagne et tester ses idées, pour autant qu’il en ait réellement !


          • La Taverne des Poètes 17 décembre 2007 11:21

            Le MoDem a des idées. Déjà, moi, j’en ai...Mais le statut vient seulemnt d’être adopté. Il y a les élections locales. On ne met pas la charrue avant les boeufs.


          • Emile Red Emile Red 18 décembre 2007 09:38

            ouarffff !!!

            La taverne a des idées (?) impliquerait que Bayrou en aurait...


          • maxim maxim 17 décembre 2007 10:35

            c’est pas le coup d’être de droite ou de gauche ,c’est que Bayrou n’est pas crédible par ses valses hésitation ;il n’a pas de charisme et Dieu sait si ça compte en politique ...

            ses anciens alliés le fuient ,bref,il essaie de se raccrocher à n’importe quoi pour se donner l’illusion qu’il représente une troisième force politique ,alors que le Modem est mort né ......


            • Jocrisse Jacques 17 décembre 2007 11:01

              F.BAYROU est sur la piste noire.Même s’il est bon skieur,je pronostique une arrivée en vrac.

              Comme le souligne l’article du Nouvel Obs, F.B ressort effectivement les vieilles ficelles des partis de la IV République, à savoir : alliances locales avec ceux qui ont le plus de chance de l’emporter, puis s’il y a un faible écart entre UMP et PS, le MODEM devient l’arbitre et finalement celui qui impose les décisions.(Souvenons nous des gouvernements à la merci de partis « groupusculaires », qui tenait qq mois ,voire qq jours sous la IV).Mais je vous rassure, ses anciens collègues , maintenant du Nouveau Centre ont bien compris que les français ne veulent pas revivre cette époque. Heureusement, au plan national, le scrutin majoritaire à 2 tours interdit ces manoeuvres, alors surtout pas de proportionnelle.

              Bayrou est certainement un intellectuel brillant, en revanche, à mon sens ,il n’a pas les qualités d’un grand chef de parti et encore moins d’homme d’état. Souvenez-vous, son passage à l’éducation nationale à été un bonheur pour les syndicats qui ont pu diriger le ministère à leur guise. D’ailleurs, ils le regrettent toujours cette coquille vide.


              • Marsupilami Marsupilami 17 décembre 2007 11:11

                On dit qu’il ne se passe jamais rien à Bourg-les-Essonnes... et voilà que François Bayrou va se noyer dans la Garonne... Ne pas confondre le Dassin et le da-sein !


                • Emile Red Emile Red 18 décembre 2007 09:41

                  Sauf que le pont n’est pas encore construit...


                • bernard29 candidat 007 17 décembre 2007 11:12

                  Le problème n’est ni de droite ni de gauche, le problème est qu’un parti en construction et qui se « dit d’avenir », représentant sensément 22 % dans une ville soit incapable de monter une liste ou un projet politique sur cette ville de façon indépendante. Ce mouvement est donc incapable de faire fructifier ses atouts sur sa propre vision politique. En conclusion, il n’y pas donc pas de projet MODEM et donc de combat « politique » Modem. La question a poser aux militants MODEM est donc à partir de quel seuil d’opinions favorables, leur mouvement est’il prêt à prendre ses propres responsabilités ? Il semble qu’à 22 % c’est pas suffisant. Le modem serait-ce la politique sans risques ?.

                  De fait et on le savait déjà, Bayrou est en train de se constituer une écurie « politicienne » pour 2012.


                  • Kdm Kdm 17 décembre 2007 16:37

                    uen écurie présidentielle sans électeurs qui iront retrouver pour une partie le ps remis sur rail ca ramenera le modem et son candidat aux 8 % de l udf version relookée .. bien qu avec le nouveau centre cela pourra être compliqué... Fb s était totalement ridiculisé entre les deux tours là il degoutent à une vitesse grand v ses militants... et nous sommes qu en 2007....

                    il sait répeter de beaux discours mais quant a organiser autour de lui une équipe qui ne soit pas une cour il ne semble pas très doué...


                  • bernard29 candidat 007 17 décembre 2007 17:00

                    Le problème pour Bayrou, aujourd’hui c’est le Net qui permet une information rapide sur ce qui se passe dans presque toutes les municipalités ; Avant on entendait à peine parler des tractations dans telle ou telle ville. Mais aujourd’hui il faut faire attention.

                    Ainsi j’ai appris sur le site du mouvement démocrate dans les commentaires sur l’affaire de Bordeaux, que le Modem faisait liste commune avec Frêches à Monpellier. Si c’est vrai, c’est vraiment tout et n’importe quoi.


                  • Kdm Kdm 18 décembre 2007 16:33

                    pire même véritable plate forme d échange pour fédérer courant dans un mouvement...


                  • del Toro Kabyle d’Espagne 17 décembre 2007 11:14

                    @ Taverne,

                    Sans doute. La gauche voudrait bien d’un « centre » à gauche (pour une gauche qui est presque à droite, c’est pas mal, non ?).

                    Non, là, ce que je trouve répugnant, c’est de voir un Bayrou, qui se voulait un Zorro de l’éthique en politique, donner un coup de pelle électoral à un personnage aussi discrédité.

                    Ça doit dégouter de jouer au Bernardo, sauf si vous pensez que le silence convient mieux à ce grand bleu éthique ...


                    • Voltaire Voltaire 17 décembre 2007 12:04

                      Les critiques qui s’abattent actuellement sur le Mouvement Démocrate suite à quelques accords électoraux de premier tour ne manquent pas de faire sourire.

                      Voici donc un nouveau parti qui, ayant refusé de se lier avec le parti dominant comme avec l’opposition aux élection législatives, a perdu la quasi totalité de ses députés (et le financement lié à un groupe parlementaire qui va avec).

                      Voici un nouveau parti qui, de part la vision originale de la société qu’il défend, se refuse de nouveau à faire une alliance nationale avec l’un ou l’autre des partis dominant, avec la conséquence probable d’une perte de nombreux maires et élus locaux, et donc de sénateurs.

                      Voici donc un nouveau parti, qui défend haut et fort, et depuis l’élection présidentielle, la liberté de s’allier avec l’un ET l’autre lorsque l’intérêt général est en jeu, tant que l’allié partage une vision de la société suffisament proche (pour simplifier, les gaullistes et démocrates-chrétiens à droite, les sociaux-démocrates et écologistes modérés à gauche).

                      Voici donc que l’on pousse des cris d’orfraie à l’idée que ce parti puisse donc faire liste commune avec un maire largement reconnu comme compétent à Bordeaux (c’est aussi le cas à Bourges par exemple, avec Serge Lepeltier, et bientôt sans doute à Dijon, avec François Resbamen), maire qui a accepté tous les élements programmatiques proposés par le Mouvement Démocrate...

                      Voici donc qu’alors que l’une des critiques que l’on entend à longueur de journée à propos de ce nouveau parti, à savoir son incapacité à gouverner faute d’alliances, est justement démentie par des accords équilibrés, l’on accuse maintenant ce parti de passer des accords...

                      Gardez-moi de mes amis devrait dire le pauvre François Bayrou, mes ennemis, je m’en charge !

                      Il est vrai que pour certains, toute alliance politique semble symbole d’impureté. Ceux-là feraient bien de se poser la question de rôle d’un parti politique. Quand une alliance ne dénature pas les idées de chacun des partenaires, mais qu’elle permet un enrichissement mutuel pour le bien de la communauté, n’est-elle pas à rechercher ? Et n’est-ce pas là la philosophie politique du Mouvement Démocrate ?


                      • del Toro Kabyle d’Espagne 17 décembre 2007 12:31

                        Oui, « enrichir », c’est le mot que je cherchais en pensant à Juppé ...


                      • Emile Red Emile Red 18 décembre 2007 09:55

                        Quelle foutaise :

                        « maire largement reconnu comme compétent à Bordeaux »

                        Reconnu par qui ? Rousset en tant que président de région est autrement plus compétent que le Canadien expatrié, qui à part faire de la figuration locale ne se mouille que dans des projets déjà établis. De plûs voir Juppé comme un gaulliste ou un démocrate-chrétien est ubuesque... il a toujours été à l’opposé de ces deux tendances, roulant uniquement pour lui et ses mandats, n’oublions pas aussi qu’il a créé le berceau du nain jaune.


                      • moebius 17 décembre 2007 12:05

                        partenariat ; en économique, deux entreprises qui s’associent dans le cadre d’un objectif commun et ponctuel tout en conservant leur autonomie. Ricanons ici ; toujours puceau ce Bayrou il se réserve pour le grand jour alors que la plupart de ses amis ont eux sombrer dans le sturpe. Qu’en pense Jupé de ce « partenariat » ? Accord ou partenariat, doit lui se moquer de ce subtil distingo, c’est évidemment le résultat des élections qui seul importera plutot que cette pruderie centriste


                        • delsha 17 décembre 2007 12:27

                          Ce n’est pas tant l’alliance avec un élu de droite qui me dérange, puisque de toute façon Bayrou, nous le savons tous, roule plus à droite qu’à gauche. Mais si c’est pour aller « récupérer » des épaves je ne vois pas l’intérêt d’avoir crée un nouveau parti. Le MoDem a été vendu a beaucoup de ses adhérants comme une nouvelle force, alliant les idées de gauche et de droite, afin de relancer la croissance, de réduire les inégalités sociales, de réduire la dette publique et de réconcilier les Français, quelle que soit leur origine ou niveau social... Je ne suis pas certaine que la chasse aux peoples has been de la politique permette sincèrement au MoDem d’accomplir cette mission. Les ambitions personnelles de Monsieur Bayrou seraient-elles aussi grande que celle de Monsieur Sarkozy lorsqu’il se rasait il y a moins de deux ans ? Depuis 6 mois, F. Bayrou se soucie d’avantage de son score aux municipales que de jouer un rôle d’opposition. Alors qu’il semblait enrager contrer la politique de Monsieur Sarkozy, il en vient même à saluer les mesures prises par le gouvernement, notamment en matière de pouvoir d’achat. De quelles mesures parle-t’il ? Pendant qu’il séduisait Juppé, Kadhafi faisait son shopping en France, et là dessus, pas un note, pas de commentaire. Il y a de quoi rester perplexe, puisque les seules voix qui se font entendre depuis 6mois viennent de la gauche et de l’extrème gauche, voir du gouvernement lui même, mais du côté du Bearn, la voix est en berne. Dommage


                          • Voltaire Voltaire 17 décembre 2007 12:34

                            François Bayrou a abondemment commenté la visite de Khadafi, et ce de façon très incisive. Vous trouverez certainement ses interventions sur le site du Mouvement Démocrate. Maintnant, ce n’est pas de sa faute si ses propos n’ont pas été repris dans les média « officiels »...


                          • Emile Red Emile Red 18 décembre 2007 09:59

                            Il est vrai que critiquer il sait faire mais quid de ces alliances avec des gens criticables ?

                            Quand on aime pas la soupe servie on ne se met pas à la table des convives...


                          • tvargentine.com lerma 17 décembre 2007 13:18

                            François BAYROU à critiquer avec ferveur la visite du dirigeant Khadafi en France.

                            Il a durant 5 ans « cassé » du CHIRAC et maintenant il mange dans la main du dauphin de Chirac ALAIN JUPPE

                            Un exemple flagrant que François BAYOU n’est qu’un opportuniste digne de la 4eme république.

                            Il n’est donc pas étonnant qu’il cherche à faire alliance avec un ex-repris de justice condamné par la justice républicaine !

                            C’est comme il dit souvent "une autre façon de faire de la politique" smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley


                            • Voltaire Voltaire 17 décembre 2007 14:07

                              Cher Bernard,

                              Suite à ton article, j’ai été faire un petit tour sur le site du mouvement démocrate. J’y ai trouvé ce que je pense être l’une des meilleures analyses de notre société actuelle, présentée par F. Bayrou à Bordeaux : http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-bordeaux-debat-131207.html

                              Il y a aussi l’explication de sa position vis à vis de la municipale, qui je pense ne te convaincra pas, mais par rapport au document précédent, c’est de peu d’intérêt.


                              • Dan51 17 décembre 2007 14:21

                                Votre « analyse » n’engage que vous... car en fait vous regardez le phénomène MoDem avec vos oeillères du clivage traditionnel droite-gauche... vous êtes en retard d’un siècle... et prenez vos désirs pour des réalités.

                                Il est heureux et grand temps que vous fassiez ce que vous annoncez de manière grandiloquente : « ce billet qui, pour moi, sera l’occasion de fermer le dossier centriste »

                                Car vous n’avez écouté que sélectivement.

                                Bonne fermeture du dossier « centriste », car vous mélangez « centriste » - Le Nouveau Centre - et le Mouvement Démocrate... auquel vous n’avez pas compris grand chose...

                                Mais on ne parlera plus de vous quand le Mouvement Démocrate aura prouvé qu’il voit au-delà de la politique de bas-étage que vous semblez ne pas pouvoir quitter.

                                Car vous ne semblez pas vivre à Bordeaux, vous ne pouvez donc apprécier l’immense travail qu’a réalisé le maire, Alain Juppé et son équipe, même s’il est cassant et a beaucoup de défauts.

                                J’ai vécu 22 ans dans cette ville, autrefois triste, noire, refermée sur elle-même. J’y ai encore de la famille et je vois comment elle a changé ces dernières années, elle s’est ouverte, est devenue lumineuse - même s’il reste encore beaucoup à faire.

                                Je ne connais pas de ville en France qui aient subi une telle métamorphose positive en si peu de temps.

                                Alors pourquoi monter une liste juste pour s’affirmer politiquement ? Il y aura d’autres occasions.

                                Le projet de Juppé a été efficace, il ne faut pas se tromper de combat et mener un combat d’étiquette. Et un maire PS ou MoDem ne fera pas mieux... Autant avoir l’honnêteté de le dire et d’agir en conséquence.

                                En cela F. Bayrou a eu totalement raison.

                                Une Bordelaise de naissance


                                • Emile Red Emile Red 18 décembre 2007 10:11

                                  Juppé le grand sauveur....

                                  Bordeaux n’a évolué que par le concensus général, Juppé n’est pas plus responsable de l’évolution de Bordeaux que le balayeur de rue ou l’étudiant en goguette de la Victoire. Sans la CUB le conseil général ou la région rien de tout cela et Bordeaux serait encore la ville de Chaban. Le tram, la seule évolution véritable, n’est financé qu’à part modique par Bordeaux, Juppé c’est plutôt du genre à amarer une poubelle amiantée sur les quais.

                                  Ca fait 20 ans que les élus de la CUB veulent un Zenith, et Juppé a toujours mis son véto, enfin parcequ’un maire de banlieue a pris le taureau par les cornes Juppé change son fusil d’épaule et dira plus tard que c’est lui qui a initié le projet, come le nouveau pont ou la préservation de la passerelle, c’est devant le fait accompli qu’il agit et s’attribue la paternité des changements.


                                • Thomas Thomas 17 décembre 2007 15:16

                                  Le procès en pureté intenté au MoDem n’est pas sans fondement devant l’existence ici ou là de listes communes mais il relève d’une profonde mauvaise foi : il est évident qu’un parti tout jeune ne peut pas espérer survivre s’il occupe partout la troisième place.

                                  Et ceux qui intentent ces procès en pureté ne sont pas, oh surprise, les militants MoDem mais les sympathisants des deux partis majoritaires qui ont tout à perdre d’une centre fort, et voudraient bien convaincre les électeurs que ce parti n’a pas d’avenir. Ce sont ceux là qui voudraient bien que le MoDem préfère le suicide à l’« impureté ». Les militants et sympathisants du MoDem sont sans doute plus pragmatiques.

                                  Des listes indépendantes sont évidemment souhaitables pour la lisibilité du message et des résultats électoraux, mais elles ne sont tout simplement pas possibles partout, soit parce que les figures médiatiques manquent (défections très médiatisées vers l’UMP ou le NC), soit parce les candidats pour constituer une liste manquent (nombre d’anciens militants locaux ont d’ores et déjà rejoint des listes UMP), soit parce que les perspectives électorales manquent ici ou là.

                                  En changeant le message et la ligne politique, le MoDem a perdu une part des anciens UDF (électeurs ou militants) qui ne se reconnaissent pas dans la nouvelle ligne, sans doute compensés en effectif par les nouveaux venus... mais pas en organisation. Et avec un congrès fondateur 3 mois avant les élections municipales, il n’est sans doute pas toujours possible de mettre sur pied une organisation en ordre de marche.

                                  Je souhaite que le MoDem puisse afficher partout des listes indépendantes au premier tour, histoire qu’on ait une idée réelle de son poids politique à l’issue du scrutin.

                                  Quant au cas spécifique de Bordeaux et de Juppé, ce dernier a été poussé très habilement vers la disgrâce par Sarko (envoyé vers une élection ingagnable après avoir été nommé à un poste prestigieux) et il n’est plus qu’un courant minoritaire au sein de l’UMP. Il s’agit donc plus d’une alliance avec un homme qu’avec un parti.


                                  • CAMBRONNE CAMBRONNE 17 décembre 2007 16:31

                                    THOMAS

                                    Vous rigolez quand vous parlez d’élections ingagnables ? Je l’espère car c’est ne pas connaitre du tout le contexte des élections législatives à Bordeaux . Ce sont les voix centristes qui ont fait défaut à Alain Juppé et ceci grace à Bayrou .

                                    Juppé était loin d’affronter un ténor de la politique et c’est peut être aussi par orgueil qu’il a perdu , prennant de haut son adversaire .

                                    Salut et fraternité .


                                  • Thomas Thomas 17 décembre 2007 16:53

                                    @Cambronne

                                    Je ne suis pas un grand spécialiste de la situation bordelaise mais j’avais à l’époque suivi ce scrutin qui avait fait grand bruit.

                                    Les sanglots de Sarkozy remerciant Juppé défait ne m’ont guère paru sincères. Et de tous les ministres candidats, Juppé était à la fois le plus en vu et celui dont la victoire était la moins promise.

                                    La suite des évènements tend à démontrer d’une part, que le MoDem peut effectivement faire alliance tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, d’autre part que Juppé a pris conscience du poids du MoDem, au moins localement. Reste à voir la réaction des électeurs...


                                  • CAMBRONNE CAMBRONNE 17 décembre 2007 17:07

                                    Thomas

                                    Je suis d’accord avec vous sur cette dernière analyse .

                                    J’avais moi aussi qui ne suis pas spécialiste de Bordeaux suivi cette élection . la candidate PS y est allé courageusement mais en ne pensant pas gagner .

                                    Maintenant , soyons sérieux , vous imaginez le tamdem Juppé Sarko durer longtemps ? Il y en avait visiblement un de trop .

                                    Salut et fraternité .


                                  • chris11 17 décembre 2007 23:40

                                    « Il s’agit donc plus d’une alliance avec un homme qu’avec un parti. »

                                    Oui , mais tout de même avec « un repris de justesse » comme aurait dit le regretté Coluche .

                                    Ca laisse un petit arrière gout de magouille pour aller à la soupe .Et quand on vient de creer un parti tout neuf pour se differencier des « autres » , ça « craint »


                                  • CAMBRONNE CAMBRONNE 17 décembre 2007 15:34

                                    BERNARD DUGUE BONJOUR

                                    J’aime bien votre article mais vous avez , je crois , oublié de parler de l’attitude de BAYROU lors des législatives à Bordeaux .

                                    JUPPE a été battu par la candidate socialiste Michèle Delaunay surtout connue dans sa rue grace à l’apport des voix centristes tendance Bayrou et selon les consignes données par BAYROU .

                                    Ceci contribue à rendre encore un peu plus opaque la stratégie du Béarnais .

                                    Pour moi elle est très claire : Rester à la surface jusqu’aux prochaines présidentielles , espèrer la débacle sarkosienne et remettre ça face à ségolène qui a d’ailleurs à peu près la même ligne politique .

                                    Salut et fraternité .


                                    • Emile Red Emile Red 18 décembre 2007 10:36

                                      Vous vous méprenez cher Cambronne, le contexte Bordelais est bien différent, d’abord le transfert de population, ici, est très important et il est difficile d’une élection à l’autre de définir les forces.

                                      Ensuite Mme Delaunay est très connue et appréciée, les anciens se souviennent parfaitement de son père qui fut un excellent préfet, et celle ci emboite le pas paternel, chose marquante pour un Bordelais.

                                      Troisième élément, Bordeaux est un OVNI dans le contexte politique régional, la droite y a toujours été très forte, alors que le département comme la région sont ancré profondément à gauche, mais la doite Bordelaise n’est pas la droite Française, elle est très ambivalente, haute bourgeoisie chrétienne souvent très impliquée dans le social. Le centrisme n’a jamais fait d’émule ici, pour la simple raison que le « chabanisme » était et est toujours considéré comme centre-droit.

                                      Mais les uniques raisons de la défaite de Juppé aux législatives sont d’abord son putsch sur la mairie au retour du Canada, et ensuite la perpétuelle migration in et ex urbis que Bordeaux subit depuis une trentaine d’années.

                                      Fraternité d’un très ancien Bordelais aujourd’hui au milieu des vignes.


                                    • CAMBRONNE CAMBRONNE 19 décembre 2007 12:09

                                      Mon cher Emile

                                      Ce que vous dites est très vrai et ce que je connais de Bordeaux et de la candidate PS vont tout çà fait dans ce sens .

                                      Cela n’empèche que BAYROU a fait soutenir Michèle Delaunay et qu’aujourd’hui il fait un pacte avec Juppé . Me trompe je ?

                                      Salut et fraternité .


                                    • Emile Red Emile Red 19 décembre 2007 15:58

                                      Non pas vraiment, dans la suite des habitudes inhérentes à la clownerie modemiste, Bayrou n’a soutenu personne lors des législatives à Bordeaux et sa copine modestement modémisée n’a surtout pas soutenu une candidate de gauche.

                                      Même si la presse nationale a tenté de faire croire le contraire.


                                    • Imhotep Imhotep 17 décembre 2007 22:09

                                      Ce serait une politique à la petite semaine et c’est parfaitement invraisemblable. Le poids respectif et de Juppé et de Rebsamen au sein de leurs partis politiques est tout simplement négligeable. Par ailleurs Sarkozy a proposé au maire socialiste de Pau une association avec l’UMP. Le PS et l’UMP veulent la défaite de Bayrou. Supposer que ces deux soutiens (Juppé et Rebsamen) seraient une tactique et aurait la moindre chance de succès est du pur délire. Vous oubliez complètement qu’il y a 36 0000 communes, que si Bordeaux est une ville assez importante elle est moyenne tout autant que Dijon. Ce n’est que peanuts par rapport à Paris, Lyon, Marseille etc. Voir une tactique là-dedans est tout simplement absurde en regard des chiffres et des haines du PS et de l’UMP vis à vis de Bayrou.


                                    • Emile Red Emile Red 18 décembre 2007 10:49

                                      Faut pas dire n’importe quoi, Dijon c’est un bassin urbain de 250 000 hab, Bordeaux c’est quatre fois plus. Septième bassin urbain de France et en perpétuelle augmentation, prévision pour 2020 aux alentours de 1,7 M.

                                      Sinon Bordeaux c’est 240 000 hab, Dijon 150 000.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès