Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le narcissisme inouï du président soleil

Le narcissisme inouï du président soleil

Ce n’est pas parce qu’on a rien à annoncer qu’il faut se priver de réunir le Congrès. “Tout ça pour ça ” juge la plupart des observateurs à l’issue des 45 minutes de discours de Nicolas Sarkozy. Ni Churchill, ni Clémenceau, la déception est partagée à droite. Un bon discours de premier ministre a malicieusement glissé Robert Badinter, Sénateur des Hauts de Seine, très critique le matin même sur France Inter. “Absent du Congrès depuis un siècle et demi, le chef de l’Etat y est revenu par la petite porte“, osent Les Echos, à la limite de la lèse-majesté.

Montesquieu , au secours ! L’entorse à l’usage républicain selon lequel les présidents de la république ne viennent pas devant le parlement apparaît, à l’issue de la première d’hier, difficilement justifiable. Sauf à vouloir coûte que coûte copier les mœurs en vigueur à Washington.

Robert Badinter , ancien président du Conseil Constitutionnel relève qu’à l’inverse de la nation américaine nous ne sommes pas un Etat fédéral. Ce viol de la séparation des pouvoirs n’est que le caprice d’un président qui ne supportait pas de ne pas pouvoir venir devant le parlement et qui plutôt que de se plier aux règles constitutionnelles, préfère les modifier.

L’ancien sage de la rue de Montpensier rappelle qu’il y avait une logique constitutionnelle à ce que ce soit le Premier ministre qui s’exprime devant le parlement et non le président. Simplement parce que celui-ci peut dissoudre l’Assemblée mais que l’inverse n’est pas vrai. Et de conclure “Encore un pas dans l’hyperprésidentialisation du régime. Encore un pas vers la diminution du pouvoir du parlement“. “C’est un mauvais coup porté aux institutions“. “Je référerais le passage à un régime présidentiel à un régime hyperprésidentiel hypocrite“.

L’ancien Garde des Sceaux est formel. Le président à tous les moyens pour s’exprimer, il n’a pas besoin de réunir les parlementaires pour ça. Corrosif, Robert Badinter estime que le vrai rite c’est la conférence de presse présidentielle. ” C’est beaucoup plus difficile de répondre à des journalistes informés sur des questions pointues devant la presse que de venir en majesté escorté de quelques ministres plein du bonheur de suivre sa majesté dans la salle du Congrès. Et puis, au mouvement du roulement de tambour, je délivre mon message et je m’en vais“.

Le sénateur des Hauts de Seine déplore que la modification voulue par l’Elysée n’ait pas été assortie d’un débat sans vote. “Ce qui me choque le plus c’est qu’il ne reste pas là“. “Le président s’en va, on s’en va.

Pourquoi dans ces conditions aller cautionner cette opération médiatique ? Simplement parce que les républicains se doivent de respecter la Constitution. L’ancien président du Conseil Constitutionnel ne pouvait dire autrement. “Nous parlementaires sommes tenus de respecter la Constitution. Le président nous convoque, nous y allons. Nous écouterons mais nous ne participeront pas à un débat ensuite“. ” Il nous parle de haut en bas et après il s’en va et nous laisse débattre sans vote à la fin avec son représentant.” Cette première constitutionnelle aura surtout été un enterrement en grandes pompes de la fonction de premier ministre.

Rateau de Versailles. Libération reste fidèle à ses titres chocs. Il n’y a bien qu’Etienne Mougeotte du Figaro à avoir décelé un souffle dans le discours présidentiel. La prestation est globalement jugée décevante d’autant que Robert Badinter le matin faisait ses comptes. “Ca coûtera 5 000 € la minute. C’est certainement l’éloquence la plus chère que je connaisse.”

Nicolas Sarkozy n’a pas gagné hier ses galons d’Homme d’Etat, écrasé par un décor trop grand pour lui. A la place d’épaulettes, le député René Dosière a plutôt vu des talonnettes : “Nicolas Sarkozy n’a été qu’à la hauteur de sa taille (…)”.

Le jugement est sévère mais sans commune mesure face au tir de barrage de Médiapart qui se positionne comme le premier quotidien d’opposition. Edwy Plenel voit dans le spectacle versaillais le sacre d’un Homme dans l’abaissement de notre démocratie. François Bonnet juge que “de ce discours, il ne reste déjà rien. Sauf ce constat : il y a le feu dans les finances de l’État“.

Plus inquiétant encore, Laurent Mauduit démontre les dangers de la fausse bonne idée de grand emprunt au regard des expériences calamiteuse passées, notamment l’emprunt Balladur à une époque où le ministre de l’économie était un certain Nicolas sarkozy. “Le grand emprunt on le fait déjà tous les jours” relève avec bon sens le député Villepiniste François Goulard .

Alors pourquoi ? Pour des raisons purement politiques selon Laurent Mauduit , la recherche d’un plébiscite financier. Recette éculée qui consiste à dramatiser les situations pour faire émerger une introuvable cohésion nationale et mieux bâillonner toute opposition.

L’ego. Toujours l’ego du président. Ce que Robert Badinter décrit comme un “narcissisme inoui”. On sait pourtant comment Narcisse a fini. Pas mieux qu’un certain Icare . Une leçon que devrait méditer celui qui s’est pris un peu vite pour le président soleil.

 

 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • impertinent3 impertinent3 23 juin 2009 18:35

    Je me permet de poster quelques aphorismes du regretté P. Dac :

    - En politique, parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir.

    - Ce n’est pas parce que l’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule.

    - Le plus grand nain de France mesure 1 mètre 63 , taille très exceptionnelle pour un nain.



  • plancherDesVaches 24 juin 2009 10:42

    Dites-moi.
    Depuis qu’on a offert la statue de la liberté aux US, on ne leur a plus fait beaucoup de cadeau...
    On pourrait peut-être leur offrir le Notre Président, non ?

    En plus, il prendrait beaucoup moins de place. Et ça attirerait autant les touristes.


  • Jérôme M. 23 juin 2009 11:23
    Merci d’avoir rapporté ces déclarations, qui restent introuvables dans les medias mainstream.

    Qu’un homme de cette stature, Robert Badinter, celui qui a enterré la peine de mort, tienne de tels propos sans équivoques, devrait rappeler tout le gouvernement à l’ordre. Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de la France.

    • morice morice 23 juin 2009 11:41

      rebonjour mr Moreigne, ravi de vous revoir et merci pour ce papier. Le grand homme, ici dans ce bon pays c’est Badinter, et l’autre là est très loin encore de lui arriver à la cheville : pour ça un tabouret ne suffit pas. Félicitations aussi pour « rateau de Versailles ».. excellent !


      • Satantango Satantango 23 juin 2009 13:54

        A part sa taille, en quoi Badinter est-il un si grand homme ? L’abolition de la peine de mort ? La France maintenait encore cette exécution particulièrement barbare lorsque de très nombreux pays l’avaient abolie depuis des lustres...

        Qu’a-t-il fait au juste durant son règne comme Garde des « seaux » pour l’amélioration des conditions de détention des détenus dans les prisons françaises qui sont de véritables poubelles ? Rien ! Ou si peu.


      • grangeoisi 23 juin 2009 12:04

        Enterrer la peine de mort fallait oser la faire celle-la...

        Pour en revenir à l’étalage de majesté, comme les députés et sénateurs sont prêts à toutes les compromissions pour conserver leurs prébendes de soit disant représentants du peuple, genre foulage aux pieds de l’expression populaire à l’issue d’un référendum, moult agapes , bien rémunérées, à Versailles pour entériner toute lubie présidentielle, il n’y a guère à s’étonner de ce lendemain de fête de la sisique du chef de l’état.

        Et si on se découvre des âmes bien pensantes parlant d’éthique de la 5e république, ça me semble bien un peu tard, plutôt esprit... d’escalier !

        Le devenir du projet d’emprunt national va donner des enseignements, sollicité vers des organismes financiers et on pourra supposer que les retours des renseignements territoriaux sont pessimistes, dirigé vers l’emprunt populaire alors faute d’opposition parlementaire véritable et digne de ce nom, le citoyen pourra exercer son droit de verdict.

        Attendons !


        • Echo Echo 23 juin 2009 12:06

          Question !

          Dans un contexte de cohabitation, ne serait-il pas absurde qu’un President vienne exposer sa politique devant le congres, alors qu’il y serait de fait percu comme un representant de l’opposition ?

          Je sais qu’un President est au-dessus des partis, mais peut-on en dire autant de Nicolas Sarkozy ?


          • Krokodilo Krokodilo 23 juin 2009 12:49

            C’est bien connu : pour 400.000€, t’as plus rien !


            • goc goc 23 juin 2009 12:59

              En tout cas, il sera interessant de connaitre le resultat des sondages fait apres son navrant spectacle, ou plutot l’absence de sondage, ce qui prouverait une fois de plus que nabot1er est de plus en plus mal aimé de ses electeurs.

              Deja il est obligé de s’isoler des francais a chacun de ses « voyages » au coeur du pays, et quand il va a l’etranger, il arrive a se faire siffler.

              mais cet individu n’a rien trouver de mieux que de faire deplacer les orangers afin qu’il fasse son entré de façon plus « majestueuse ». Il aurait du prendre des bonzaïs, au moins une fois dans sa vie, il aurait ete a la hauteur.

              quel spectacle lamentable qu’il donne de la France


              • appoline appoline 23 juin 2009 19:48

                @ Goc,

                Nous verrons bien les échos tout en sachant bien évidemment que les médias ne vont pas crier haut et fort le mécontentement des français. Nous bougeons d’ailleurs peu et lentement, le grand Charles avait raison, nous sommes des veaux.

                Je me demande si ce p’tit gars là ne souffre pas depuis quelques temps ; d’accord en ce moment il n’y a que lui et les petits oiseaux, mais son comportement comme je l’ai déjà écrit n’est pas tout à fait normal. Peut-être que les gens qui le cotoyent, commencent à ouvrir les yeux, ce type nous emmène droit dans le mur.


              • John McLane John McLane 23 juin 2009 13:06

                Ce qui m’a effaré dans cette mise en scène grandiloquente jusqu’au haut de coeur, c’est ce moment où notre président traverse seul ce long couloir entre deux rangées de soldats qui lèvent leur épée, jusqu’à ce qu’il arrive devant un autre garde qui le salue d’une manière très solennelle.

                Pendant cette traversée dégoulinante d’emphase durant laquelle sa majesté roulait des mécaniques comme jamais, la caméra complice qui s’attardait longuement sur son visage montrait un sourire triomphateur proprement écoeurant, qui indiquait bien le caractère orgasmique que revêtait pour Sarkozy cette marche nombriliste.

                En voyant cela, on se rend compte que la raison pour laquelle le petit homme a brigué la présidence réside dans un moment comme celui-ci, réside dans cette volonté d’auto-glorification extrême, de mise en relief boursouflée de sa propre personne, dans ce désir de se forger un piédestal d’une taille proportionnelle à l’importance qu’il se donne. Le reste, il n’en a rien à cirer.

                Il aurait besoin d’une bonne séance chez un psy, lui.


                • Jérôme M. 23 juin 2009 13:43

                  Bien vu MacLane,


                  Les psys, comme les Scientologues, il ne les aime pas du tout, trop effrayé de d’affronter sa conscience et son néant.

                • Satantango Satantango 23 juin 2009 14:29

                  Tout à fait exacte : même Charlot (de Chaplin) a meilleure allure que cette boursouflure.

                  Il sait qu’il est la risée du monde entier, il persiste pourtant à plastronner son look de jeune coq. Grotesque...

                  S’il était réélu, je demanderais l’asile politique. A Guantanamo !!


                • appoline appoline 23 juin 2009 19:59

                  @ John Mc Lane,

                  A vous lire, j’ai bien fait de ne pas regarder cette mascarade. Si j’ai bien tout compris c’est pour nous vomir d’un pet son idée lumineuse sur un emprunt où chacun devra mettre la main à la poche. Il ne doute de rien le nabot, au moment où il faudrait réduire CONSIDERABLEMENT les dépenses de l’état de nous faire un show qui doit coûter la peau des cakes.

                  Ce gouvernement est la honte de la France, heureusement que mon père n’est plus là pour voir ces canailles se servir du pays que lui et les autres ont défendu au prix de leur sang. Je suis dégoutée.


                • chmoll chmoll 28 juin 2009 09:37

                  jusqu’à ce qu’il arrive devant un autre garde qui le salue d’une manière très solennelle.

                  j’me demande si l’garde, se disait pas ,j’te la foutrais bien ou j’pense

                  pour le reste c vrai que c d’un ridicule, pas souvent atteint


                • Dzan 28 juin 2009 17:49

                  Pour l’emprunt, les Français, n’ont pas l’air de se précipiter.
                  A midi un sondage donnait 82% de gens ne veulent pas y souscrire.
                  Où sont passées les « masses » qui parait-il ont plébiscité" par leur vote aux européennes la politique de Son Immense Mumière Céleste ?


                • fouadraiden fouadraiden 23 juin 2009 13:25

                  le problème avec ce président c’est qu’il colle trop son texte comme souvent. mais bon, il risque, à improviser, de partir en vrille et là nous aurions eu droit au vrai président, celui qui parle comme les mecs de banlieue.

                  bon il lui reste qd même la burqua. à ce niveau parler de la burqua grillée on ne pouvait que partir en vrille.


                   comparé à Obama on se dit franchement que les présidents Français ns avaient habitués à mieux.

                  avec Sarko on a l’impression d’entendre Bush lire un texte de Guaino.


                  • Annie 23 juin 2009 13:32

                    Il valait mieux qu’il colle à son texte parce qu’à 5000 euros la minute, cela faisait cher les heuuuuuuu !


                  • SURVEYOR 23 juin 2009 13:36

                    C’est sur il devait avoir une érection au milieu de la haie de gardes nationaux, avec son petit sourire triomphateur, insupportable, ça devient épidermique, 400.000 € hallucinant de quoi renflouer des familles entières, tous ces ménages endettés à eux pas de milliards en vue, au contraire les banquiers leurs sucent le sang de plus belle, moindre incident bancaire la dette est multipliée d’autant, la spirale est lancée, rien à voir avec le sujet me direz vous, mais je m’égare.... 
                    Vive la démocratie....... Pas cette parodie


                    • appoline appoline 23 juin 2009 20:09

                      @ Surveyor,

                      Le nabot est à la botte avec son pote Kouchner, du bilderberger, ramassis de salopards, juifs pour la plupart comme notre cher président. Tout ce qui l’amène à tater physiquement le POUVOIR doit certainement crée dans son petit corps une réaction chimique ayant effectivement pour aboutissement une trique phénoménale. Pauvre France et pauvres de nous, rien ne paraît rassasier cette ivresse de pouvoir.


                    • Reinette Reinette 23 juin 2009 13:37

                      Excellent article


                      Robert Badinter nous interpelle : “Encore un pas dans l’hyperprésidentialisation du régime. Encore un pas vers la diminution du pouvoir du parlement“. “C’est un mauvais coup porté aux institutions“. “Je référerais le passage à un régime présidentiel à un régime hyperprésidentiel hypocrite“.



                      bon les sondages

                      pour le figaro 16/06 (pas de surprise !) :
                      Les sondages sourient à Sarkozy et Fillon - Le président de la République veut mettre à profit cette embellie pour accélérer des réformes impopulaires.


                      Dernier sondage Ifop/Ouest France avril 2009 : Sarkozy dans les choux en cas d’election présidentielle
                      MAIS le nouvel Obs disait le contraire !



                      • Reinette Reinette 23 juin 2009 14:00

                        Pour Jean-François Copé, chef de file des députés UMP, c’était « le message que nous attendions : comment, dans cette deuxième partie du quinquennat, préparer les Français à ce qui sera bientôt l’après-crise ».




                        « un discours de campagne électorale (qui) sur le fond (...) avait peu d’annonces précises et nouvelles » Cécile Duflot, secrétaire générale des Verts

                        Même registre pour François Bayrou, président du MoDem, fustigeant un « incroyable catalogue de campagne électorale »,



                        Communique du NPA 22/06 :

                        Les « Versaillais » sont de retour !

                        Sarkozy a convoqué les 900 parlementaires et l’ensemble de la presse, dans le faste, à Versailles, pour annoncer qu’il va poursuivre plus que jamais sa politique destructrice.

                        L’habillage est toujours le même, faire croire que le pouvoir va s’occuper de la majorité de la population en particulier de celle qui souffre le plus de la crise mais en réalité, aucun doute ne subsiste.

                        Toutes les mesures annoncées vont dans le sens d’une accélération des mesures antisociales et liberticides. Il confirme la volonté d’allonger l’âge de départ à la retraite, la suppression des milliers de poste dans les services publics, la même politique fiscale en faveur des plus riche et du patronat (suppression de la taxe professionnelle), la volonté d’imposer la loi Hadopi.

                        Sarkozy fait semblant de s’apitoyer sur le sort des jeunes sortant sans diplômes alors que sa politique détruit l’école de la maternelle à l’université, sur celui des prisonniers alors que les conditions de détention sont terribles et la répression l’unique politique du pouvoir, sur celui des salariés licenciés alors que le pouvoir n’a servi que les banques et les grands patrons.

                        En gros, un discours dégoulinant de démagogie sur un fond de reculs sociaux.

                        Le NPA appelle à fédérer toutes les résistances, toutes les forces de la gauche politique, syndicale et associative pour combattre cette politique au service des puissants.

                        http://www.npa2009.org/content/communiqu%C3%A9-du-npa-les-versaillais-sont-de-retour


                      • SURVEYOR 23 juin 2009 14:36

                        E n tout cas, au sujet des prochaines présidentielles, il serait bon de se pencher un peu plus sur ces fameuses machines à voter, franchement si sarko s’y intéresse tant c’est qu’il y a malice dessous.Encore une des innombrables facettes que notre Kondukator nous réserve.......
                        Il rachète des machines refusées par d’autres pays justement pour ce côté facilement falsifiable... But inavouable.


                        • Reinette Reinette 23 juin 2009 21:17

                          Traroth

                          comment s’en défendre de cette p.. machine à voter ? est-il trop tard ?


                        • katalizeur 23 juin 2009 14:43

                          @ katalizeur.....

                          Sarkozy (hélas) président :
                          « Imaginons la France (ruinée) d’après »


                          • Satantango Satantango 23 juin 2009 14:51

                            « Cela a couté entre 450 000 jusque 500 000 €. C’est le prix de la démocratie »

                            En poursuivant ce raisonnement, c’est prétendre que les dictatures des pays du tiers monde le sont [des dictatures] parce qu’elles sont fauchées !

                            Ils se foutent de la gueule du monde ou quoi ?

                            Elle a bon dos la démocratie...


                            • SURVEYOR 23 juin 2009 16:05

                              Il conspue le capitalisme sauvage, disant que cela avait assez duré, quelle bonne blague, 10 ans en étant au pouvoir en tant que ministre des finances et de l’intérieur, dans sa tête c’est le dernier qui a parlé qui a raison, son ou ses discours sont l’exacte contraire de ses actes, il vous dit ce que vous avez envie d’entendre, politique simpliste mais qui n’a qu’un temps.Ce capitalisme sauvage qui aime à dénoncer, il en est un des principaux investigateurs, vérifiez....
                              Ce fameux bouclier, jamais le défera....Etc....Etc.....


                              • ratm 23 juin 2009 16:44

                                même sans regarder les raisons, les causes, les comment, les pourquoi, une choses qui me choque d’entrée.
                                C’est d’organiser une réunion à 400 000euros aux frais du contribuable pour demander des sous aux français.

                                ça fait un p’tit coté louisXVI - etat généraux - marie antoinette.


                                • ranik 23 juin 2009 17:05

                                  Faites attention à ce que vous dites !Vous risquez de vous faire embastiller..euh enfresner ?


                                  • François51 François51 23 juin 2009 17:12

                                    Sarkosy a la « banane », c’est lui qui l’a dit.
                                    rappelez vous, il y pensait même en se rasant. 19 millions d’électeurs ont transformés son rêve en realité.
                                    Versailles ! rien que ça !. des députés UMP godillots sorte de machine a voter les lois, même si certaines de ces lois sont absurdes comme hadopi par exemple, qui ont écoutés le « monarque » sans broncher.
                                    un premier ministre qui est prié d’essuyer les plâtres une fois que « son altesse » se soit retiré de l’estrade royale. tout ceci qui coute un bon paquets d’Euros et tout ça pourquoi ?.
                                     franchement, heureusement que l’ont est en crise, a voir cette comédie, franchement on ne le dirait pas.

                                    a oui ! c’est vrai, la crise c’est plutôt pour le Français moyen, celui qui se lève tôt pour gagner son smic (sans coup de pouce pour ce 1er Juillet a venir).


                                    • Reinette Reinette 23 juin 2009 21:21

                                      CALMOS

                                      il faut arrêter la teuf !



                                    • alcyon 23 juin 2009 17:26

                                      Bravo ! la démonstration de Mr Badinder touche le cœur du problème, mais ce narcissisme absolu n’ a rien à voir avec la démocratie car le narcissisme est par définition inégalitaire et donc antidémocratique dans son mode de fonctionnement et ses conséquences. Ce discours rempli d’ambiguïtés, et en contradiction avec la politique menée depuis deux ans« voir au-delà puisqu’il était ministre sous la présidence Chirac » qui n’est autre qu’une politique économique néolibérale, s’est parée pour la circonstance d’un masque de grand prête lisant l’évangile d’une nouvelle société plus sociale que libérale, se posant beaucoup de questions, mais quand même revanchard sur cet esprit Français qu’il déteste, d’où l’absente dans sa démontration d’une certaine liberté, du mot fraternité. L’exclusion de ce mot montre à quel point l’oubli de la collectivité globale est patent, mépris des plus modestes.La diatribe sur la dépense contrôlée au moindre euro est un morceau d’ontologie du discours Sarkozien" alors que chaque année le budget de l’élysée est largement dépassé +18,5% encore cette année (voir le rapport de René Dosiére) il promet de faire surveiller la dépense de l’investissement de l’emprunt au moindre euros, oubliant sa responsabilité de chef d’état à montrer l’exemple, tant que les efforts seront demandés au peuple sans exemplarité rien ne fonctionnera vraiment. Comment comprendre qu’avec une dette de 145milliards au bas mot, on dépense sans compter pour organiser un simulacre de conférence de presse sans question en retour , la bagatelle de 500 000 Euros environ pour jouer au roi à Versailles dans une république d’abus de pouvoir qui est loin d’être apaisée et qui devient insupportable pour beaucoup (60% d’abstentions de la majorité silencieuse c’est parlant ou alors on n’a rien compris...
                                      Malgré cela aucun changement de cap la raison économique reste le même libre échangiste, qui dégage des profits pour les riches protégés par le bouclier fiscal et implique la stagnation et la baisse des revenus pour les autres. L’emprunt ne fera que grossir la dette avec ses intérêts énormes, à la charge des contribuables, les petits épargnants verront leurs économies fondre dans l’illusion d’une reprise de la croissance, car les exemples antérieurs des emprunts d’état se sont souvent soldés par un fiasco.
                                      Le refus de la réalité et l’opportunité de cette crise pour sortir de cette idéologie libérale qui nous a mené dans le mur risque de nous conduire à la ruine du pays.
                                      Ce n’est pas l’exhibitionnisme bavard de N.Sarkozy régnant en petit monarque à la tête de l’état ni celle de son parolier qui a réussi à mettre la confusion entre le verbe et l’action au coeur de la vie politique, qui peut inciter à plus d’optimisme.


                                      • SURVEYOR 23 juin 2009 17:53

                                        Entrainé dans sa mégalomanie le prince, d’autant plus qu’aucune résistance ne lui fait face, alors il met le grand braquet. Mais prend garde petit homme les pics peuvent ressortir.


                                        • Reinette Reinette 23 juin 2009 21:26

                                          huhuhuhu

                                          un air de ressemblance !


                                        • impertinent3 impertinent3 24 juin 2009 05:10

                                          Il y a tout de même une grosse différence : de Funès avait du talent !


                                        • SURVEYOR 23 juin 2009 19:30

                                          Me plait bien ce de funes, marrant.


                                          • etiennegabriel 23 juin 2009 19:33

                                            Il lisait le papier écrit ,paraît-il, par Monsieur Gainot. Serait-il à la botte ?
                                            Il affirme qu’il va amplifier la politique actuelle. Serait-il réactionnaire ?
                                            Sur le fond : Néant.
                                            La forme puait la hargne. Madame applaudissait, bravo ! 
                                            Il est bien, selon le mot de Napoléon, comme Talleyrand, avec le bas de soie en moins.


                                            • King Al Batar albatar 23 juin 2009 22:12

                                              Socrates a dit je sais que je ne sais rien !


                                              Didier Morville a rajouté : si t’as rien à dire ferme ta gueule !

                                              Sarkozy si t’as rien à faire : ne fait rien !!

                                              • Arcane 24 juin 2009 01:47


                                                La convocation du congrès à Versailles est un symptôme de l’hyper présidentialisation (par personnification) de notre république parlementaire .

                                                Cet article en est une démonstration assez juste .

                                                Mais les français n’ont vu ici que l’application de l’art.18 de la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008. Une sorte de convocation sans discussion possible du congrès avec le président ; revient à une annonce sur le perron de l’Élysée par le porte-parole ou une conférence de presse du président dans la salle des fêtes du palais de l’Élysée.

                                                Seul le prix change. Quant à la solennité de la convocation présidentielle du congrès pour un discours, elle est quasi-nulle puisque cette réunion exceptionnelle des deux chambres n’avait de solennelle que l’action de modifier la constitution par un vote.

                                                Aujourd’hui point d’action mais des orangers disposés le long du passage de notre hyper président à l’égo inversement proportionnel à la taille.

                                                Tout y est dans cette loi de juillet 2008 pour renforcer le pouvoir présidentiel et glisser ainsi vers un régime nouveau.

                                                Et comme par hasard, les rares articles redonnant du pouvoir au peuple et à ses représentants n’ont toujours pas reçu de décrets d’application et ne sont toujours pas aujourd’hui viables. Comme par exemple l’art.11 qui prévoit la possibilité pour un cinquième des membres du Parlement, soutenus par un dixième des électeurs inscrits, de demander la tenue d’un référendum .(soit 184 parlementaires sur 920, soutenus par un dixième des électeurs (soit environ 4,4 millions de Français), peuvent demander la tenue du référendum )

                                                Toujours dans l’art.11, il existe, depuis juillet 2008, la possibilité de faire des référendums sur des questions d’ordre environnemental.

                                                L’application de cette article 11 me paraissait plus urgent que l’application de l’art.18 que nous avons vu aujourd’hui.

                                                Autre exemple l’art.61 :

                                                Les justiciables ont désormais la possibilité de contester la constitutionnalité d’une mesure qui leur est opposée, créant ainsi la possibilité de revue constitutionnelle a posteriori (précédemment, la constitutionnalité d’une loi était uniquement revue a priori, sans le bénéfice de l’expérience pratique de son application et des dérives potentielles associées), et la possibilité de revue constitutionnelle de jurisprudences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès