Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le nouveau parti anticapitaliste (NPA)

Le nouveau parti anticapitaliste (NPA)

La nouvelle gauche anticapitaliste (NPA) prétend donc fédérer les différentes mouvances de l’extrême gauche française autour d’une idée simple en apparence, l’anticapitalisme.

Mais qu’est-ce au juste qu’être "anticapitaliste" ? A priori, si les mots ont un sens, cela devrait vouloir dire être opposé à la notion de capital. Ce qui amène à poser la question, qu’est-ce que le capital ?

Pour le commun des mortels, le capital c’est de l’argent. Très largement influencée par la pensée marxiste, et notamment par la "théorie de la valeur", pierre angulaire de l’argumentation marxienne sur le capital, l’opinion pense que le capital ce sont des sommes d’argent qui sont détenues par les "capitalistes".

Cette vision des choses est fausse car elle confond le capital avec les instruments financiers et les régimes politiques qui ont permis sa fabuleuse croissance dans les pays industrialisés à partir du XIXe siècle.

Pour comprendre la vraie nature du capital, on peut prendre l’exemple de Robinson sur son île. Parmi tous les biens de Robinson, lesquels sont du capital et lesquels sont des biens de consommation ?
Sa cabane, son lit, ses vêtements, son garde-manger, ses réserves de nourriture sont des biens de consommation.
Le capital, c’est son arc, sa hache, sa charrue, ses semences, c’est-à-dire l’ensemble des biens qui vont lui servir à produire de nouveaux biens de consommation.

On voit que le capital n’a rien à voir avec l’argent, puisque sa définition se situe en dehors de la notion de monnaie et d’échange.

Pour Robinson, être anticapitaliste cela reviendrait à renoncer au capital que constituent tous les outils qu’il a fabriqués ou dont il a hérité. Autrement dit, un Robinson anticapitaliste devrait vivre de la cueillette, et s’abriter au gré des abris offerts par la nature.

Est-ce là le projet de société ouvertement défendu par l’extrême gauche ? Probablement pas.

Le problème c’est que cette extrême gauche n’a aucun projet de société cohérent, en dehors de ses thèmes majeurs bien connus, qui sont : l’hostilité aux États-Unis, à la mondialisation, au libéralisme, à Israël, le flirt avec l’islamisme, l’amour de la nature et de l’authenticité locale.

L’extrême gauche est "anti", ça on l’a compris, mais elle n’a strictement rien à proposer, encore moins que le PS (ce qui n’est pas peu dire).

Loin d’être anticapitalistes, les communistes prônaient un capitalisme d’État. Opposés au capitalisme de marché, ils espéraient fonder un monde meilleur par le planisme, c’est-à-dire par le recours à une économie dirigée dont les outils (au sens propre et figuré) seraient aux mains de l’État. Ils allaient également jusqu’à prôner le partage par la force des biens de consommation.

Contrairement aux communistes, la nouvelle extrême gauche "anticapitaliste" promet de s’attaquer au capital c’est-à-dire au fondement même de la création des richesses. Associée tout à fait logiquement aux écologistes (qui ont toujours suscité la méfiance des vrais communistes), elle s’oriente vers une logique de "décroissance", c’est-à-dire de destruction du capital qui ne peut qu’entraîner une dégradation des conditions de vie de millions de personnes et en particulier des plus faibles. A cet égard, la prise de distance de Lutte ouvrière, qui se définit comme un véritable Parti communiste révolutionnaire, du grand n’importe quoi idéologique de la NPA, est tout à fait logique.

Si l’entreprise Besancenot réussit, nul doute qu’elle influencera l’ensemble de la politique économique française qui s’orientera encore un peu plus, vers la destruction des outils de production des richesses.

Et, comme d’habitude, les conséquences néfastes pour notre pays seront imputées à la "mondialisation libérale", ce qui permettra aux ultra-étatistes de tous bords de renforcer leurs pouvoirs et leurs privilèges.


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (206 votes)




Réagissez à l'article

148 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 28 août 2008 10:14

    Ainsi donc l’extrème gauche ,qui n’a que seul argument le TSS,cherche à canaliser tout les mécontents de la politique du Président Nicolas Sarkozy et ce parti populiste en profitant de l’absence du Parti Socialiste qui ne joue plus son rôle.

    Dans ce parti sectaire NPA,les affirmations sont principalement anti-américaines primaires,justification des attentats du 11 septembre par des réthoriques simplistes,rapprochement des idées vers des minorités islamistes radicales et affirmation d’un antisémitisme qui ne se cache plus.

    Quand à la dimension de l’économie mondiale que nous vivons tout les jours,ce mouvement sectaire cherche à enfermer des personnes dans des idées tres simplistes qui ne pourront jamais comprendre la démocratie et le pluralisme des idées.

    Ce mouvement est à l’image du Front national,il est présent pour pourrir les débats de sociétés et il faut esperer qu’un nouveau Parti Socialiste ,porteur d’espoir,d’idées et de projet sortira de son prochain congres pour éviter de voir un mouvement sectaire venir occuper le terrain de la contestation du gouvernement


    • Xav 29 août 2008 09:48

      Il paraitrait même qu’ils mangent des enfants et sacrifient des chatons...


    • maxim maxim 28 août 2008 10:15

      parti anticapitaliste ....

      alors là c’est sûr que ça va faire un tabac !

      rien que le titre !

      alors j’extrapôle un peu pour m’amuser ...

      " Monsieur le Président de la République ,Olivier Besancenot,du Parti anticapitaliste !!! "

      pppffffffff

      y’a vraiment que chez nous qu’on voit ça !


      • Zalka Zalka 28 août 2008 10:46

        En même temps les marxistes ne cherchent pas à être élu, mais uniquement à éxister.

        Vous vous rendez compte que pour être élu, il leur faudrait dépasser les 7.5% ! Impensable ! Pour eux ce serait se convertir à la "démagogie", au "populisme" et aux valeurs bourgeoises !


      • appoline appoline 28 août 2008 17:57

        Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme ; le syndicalisme c’est le contraire. Monsieur Coluche que tu avais raison. Je ne suis ni de gauche ni de droite, bien au contraire. Rien ne tient plus la route depuis quelques décennies ; à pleurer.


      • stephanemot stephanemot 29 août 2008 02:55

        Le choix meme du label reflete la faille fondamentale du parti : le seul moyen de rassembler est CONTRE quelque chose et non POUR un projet.

        Besancenot ne peut ni proposer une synthese ni resoudre la quadrature du cercle : il se contente de recuperer sur des motivations certes legitimes mais fondamentalement negatives (colere, sentiment d’injustice...).

        Une dynamique qui fait beaucoup penser a celle du Front National.

        Il est naturellement impossible de mettre sur le meme plan un parti raciste et antisemite et un parti anticapitaliste, mais quelque part les deux systemes tendent bien au dela sur des logiques alternatives a la democratie.

        C’est comme avec le fondamentalisme religieux, qui fusionne le politique et le religieux (http://blogules.blogspot.com/2007/06/en-finir-avec-le-fondamentalisme.html ) : il est preferable de bien distinguer les projets economiques des projets politiques.

        On l’a vu par le passe : un diagnostic economique pertinent (Marx au XIXe siecle) ne garantit pas un traitement pertinent (systemes marxistes du XXe).

        Si une solution doit emerger, cela ne peut se fonder autrement que sur le respect : http://blogules.blogspot.com/2007/07/mondialisation-du-free-market-au-fair.html


        — -



      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 août 2008 03:30

        Un nouveau parti ne peut que proposer un nouveau projet de société. J’invite ceux qui sont sérieux a lire les quelques 600 articles du site Nouvelle Société et à me faire des commentaires . Pour les autres, continuons à jaser...

         Pierre JC Allard


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 août 2008 10:19

        Bonjour,
        Votre billet rejoint une réflexion que je m’étais faite, sur l’absurdité d’être anti-capitaliste
        d’ailleurs, Marx avait noté le capitalisme comme étape de progrès et si on veut avancer un peu plus dans le progrès, il ne faut pas abolir mais dépasser le capitalisme, bref, être si on veut méta-capitatiste, reste à savoir comment.


        • COLRE COLRE 28 août 2008 11:47

          Pourquoi "factrice"… ?


        • italiasempre 28 août 2008 11:52

          salut colre smiley
          ....et ça vient de celui qui dit aimer les femmes...edifiant, n’est-ce pas ?


        • COLRE COLRE 28 août 2008 11:59

          Bonjour, Italia, eh oui… ! faut dire qu il a de mauvais exemples sur ce site… smiley


        • italiasempre 28 août 2008 12:31

          juju smiley
          je te donne le benefice du doute, mais pour cette fois..


        • kotodeuxmikoto kotodeuxmikoto 28 août 2008 14:10

          et arretes de boire ,j’ai l’impression que ça te réussi pas....


        • pallas 28 août 2008 10:20

          L’extreme gauche n’aura jamais le pouvoir ou un semblant de pouvoir, le petit facteur de Neuilly qui apporte le courrier a des riches, et qui se dit pour les pauvres. Sa me fait penser aux Peoples, qui gagnent des millions et qui se disent contre le systeme, sa rapporte de l’argent de ce dire contre un systeme qui rapporte beaucoup d’argent. Allons, ce n’est pas serieu tout sa, et en meme temps sa s’extremise un peut plus chaque jour, d’ailleur, la Gauche est pratiquement morte, il ne reste que la Droite, l’opposition n’a aucuns arguments, aucunes politiques, ils se tirent dans les pattes, leurs petites combines et magouilles, les ont amener dans les rivages du neant.


          • E-fred E-fred 28 août 2008 10:26

            J’aimerais que l’on me rende de nouveau la possible l’utilisation de l’arc, de la hache et des semences.
            Tout est actuellement légiféré de façon à ce que "les capitalistes" seuls puissent utiliser les outils permettent justement de capitaliser quelque chose !

            Un peu simpliste et très réducteur : "Le problème c’est que cette extrême gauche n’a aucun projet de société cohérent,.en dehors de ses thèmes majeurs bien connus, qui sont : l’hostilité aux États Unis, à la mondialisation, au libéralisme, à Israël, le flirt avec l’islamisme, l’amour de la Nature et de l’authenticité locale".

            Je ne suis ni partisan, ni militant. Mais je suis un citoyen qui a des valeurs.

            "nul doute qu’elle influencera l’ensemble de la politique économique française qui s’orientera encore un peu plus, vers la destruction des outils de production des richesses"
            Produire "de la richesse" de quoi ? La richesse d’esprit, de partage, d’acceptation de l’autre ? Votre production "de richesses" ne fait qu’accentuer la haine et la possibilité d’une idée d’égalité. Toujours plus ! Encore et toujours plus...mais pourquoi faire, à la fin ?


            • Marc Bruxman 28 août 2008 20:58


              J’aimerais que l’on me rende de nouveau la possible l’utilisation de l’arc, de la hache et des semences.
              Tout est actuellement légiféré de façon à ce que "les capitalistes" seuls puissent utiliser les outils permettent justement de capitaliser quelque chose !

              Pourquoi ? Qu’est ce qui vous empéche de créer une SARL ? Et de vous mettre à vendre des biens ou du service ? Croyez vous qu’initialement Microsoft a bénéficié d’outils délirants ? Non ! C’était essentiellement le cerveau de 4 personnes + 4 ordinateurs. 

              Pareil pour Apple ! Au début c’était une bande de potes qui déconnaient dans leur garage. A l’époque ou un ordinateur était un produit "simple" et ou on pouvait encore le faire. 

              Intel ? Le matériel pour graver leur premier microprocesseur a été acheté chez l’opticien du coin. C’était possible à l’époque. 

              Le logiciel qui me fait vivre aujourd’hui, on a commencé le développement dans mon studio avec un pote. Et beaucoup de boites d’informatique ont commencé comme cela : Des gens avec une idée qui se donnent les moyens de la commercialiser. 

              Certaines grosses chaines de restauration ont commencé avec un seul restaurant... 

              Qu’est ce qui vous empéche d’en faire autant ? Rien !

              "nul doute qu’elle influencera l’ensemble de la politique économique française qui s’orientera encore un peu plus, vers la destruction des outils de production des richesses"
              Produire "de la richesse" de quoi ? La richesse d’esprit, de partage, d’acceptation de l’autre ? Votre production "de richesses" ne fait qu’accentuer la haine et la possibilité d’une idée d’égalité. Toujours plus ! Encore et toujours plus...mais pourquoi faire, à la fin ?

              Ce qui prouve que finalement vous êtes un révolutionnaire bien nourri. Aucun ouvrier au XIXème siécle et au début du XXème n’aurait été capable de sortir une ineptie pareil. Mais c’est facile de vivre dans un monde de surproduction et de dire, "bah pourquoi on bosse !". Avec ce genre de raisonnement on serait resté à Cromagnon ! Pourquoi l’eau du robinet alors que le village est au bord du ruisseau ? Pourquoi le savon ? On vivait bien sans non ? Et bien la c’est pareil ! On vivait bien sans téléphone portable, mais l’humanité avance. D’ailleurs vous utilisez bien internet pour poster cela non ? 


            • E-fred E-fred 28 août 2008 21:30

              à Marc B.

              "bah pourquoi on bosse !". Avec ce genre de raisonnement on serait resté à Cromagnon"

              Cromagnon est mort depuis des millénaires ! Nous venons d’Homo Erectus.

              L’homme n’a pas été conçu et n’a pas évolué pour être soumis aux ordres des patrons et de la loi du marché. Vous me citez Microsoft et Cie...OK, bravo, mais quel résultat pour la planète ? Quel bilan carbone ?(ouais je sais, ç’est à la mode...)
              Pourquoi je bosse ? Parceque je suis OBLIGE ! Pas par une spéciale envie de me faire chier pour des clampins qui essayent de grapiller du fric via les subventions européennes...

              Personnellement, je ne vois pas ce que téléphone portable vient faire là dedans :"On vivait bien sans téléphone portable, mais l’humanité avance". Qu’est ce que l’homme à gagné en Humanité avec le portable ? Donnez moi un exemple où le téléphone portable posé sur une table va faire d’un enfant un être doué d’humanité ? La science et les technique avancent, les découvertes peuvent être effectivement merveilleuses ! Mais force est de constater que toute ces découvertes n’aménent pas + d’humanité !
              XBOX 360, le nouveau défi de l’humanité ? Gear of War ? Halo ?
              Tout seul devant ton écran plat de 42 pouces, à 65 ballets, tremblant sur ta Wii fit  ! Et bientôt on va nous faire un programme remise en forme du tonus sexuel sponsorisé par Viagra ! la wii bit ?

              Qu’est ce qu’on dit de la culture ? C’est ce qui reste quand on a tout oublié ! L’humanité, c’est ce qui reste quand on a plus rien, quand on est libéré de tout ce matériel.

              Je ne veut pas faire le procès de l’évolution des techniques, mais plutôt du gaspillage qui est fait. Où sont les écoles, où sont les artisants ? Où sont les gens épanouis et heureux dans ce monde ? C’est quoi cette course vers plus de croissance ? A qui celà profite-t-il finallement ? A l’humanité entière ? Non, et vous le savez bien. Les engrais ? Les semances ? Les privatisations du vivants avec les ogm...

              Au fait, j’ai déjà mon arc et ma hache, deux-trois bons couteaux aussi (relicat du temps où j’étais coureur des bois)...on ne sait jamais...


            • sjperrin 28 août 2008 22:54

              Vos arguments me semblent imparables, tous ceux qui vont à leur encontre ne peuvent être que de mauvaise foi...
              C’est sans doûte avant tout cela le NPA : un fond de mauvaise foi, camouflé sous queques bons sentiments...
              J’ai honte qu’on en soit encore là en France en 2008...


            • sjperrin 28 août 2008 23:29

              A tous les intervenants "anti-capitalistes" de cet article...

              Si j’ai bien compris, tout ce que vous reprochez à Sarko c’est son atlantisme et sa défense du capitalisme d’Etat...
              Et ça fait de lui "le fossoyeur" de la France ?
              Et un "bushiste" invétéré ?

              Qui a été le premier à soutenir Obama, presque ouvertement, dès le printemps dernier ?
              Ah oui, j’avais oublié, votre anti-américanisme primaire inclus naturellement Obama...




            • wesson wesson 28 août 2008 23:51

              @marx brucmann

              "Croyez vous qu’initialement Microsoft a bénéficié d’outils délirants ? Non ! C’était essentiellement le cerveau de 4 personnes + 4 ordinateurs. "

              Et vous croyez vraiment à ce que vous racontez ????

              Papa Gates, l’avocat d’affaire, et son million de dollar investi dans la boite du fiston, ça aide aussi ...

              1 million de dollar dans microsoft dès sa création en 1975, ça laisse de quoi voir venir, et ça laisse le temps d’aller piquer les idées des autres

              Alors vous savez, la légende de la petite société partie de rien dans le garage, c’est bon pour Ici Paris, France Dimanche ou Crosoft Hebdo. Les gens un peu sérieux savent qu’il en est rien !


            • Voltaire Voltaire 28 août 2008 10:31

              Bien qu’un peu courte, l’analyse met le doigt sur plusieurs éléments clés.

              D’abord, sur le terme "anti". Ce terme est très symbolique.Ce nouveau parti n’est pas "pour" quelque chose, un projet de société original, il est "contre" quelque chose. A juste titre, François Hollande a souligné recemment l’impasse du "Besancenisme" : vouloir être un opposant systématique, par défaut, ce n’est pas faire de la politique.
              A mon avis, c’est là une erreur à la fois symbolique et de communication fondamentale de ce parti, qui pourtant bénéficie d’un terrain favorable. S’il avait remplacé le terme "anti" par "alter", alors Olivier Besancenot aurait acquis une véritable crédibilité politique, car un "Nouveau Parti Altercapitaliste", cela avait un sens politique positif. Notons néanmoins que nous aurions pu voir pire, puisqu’au moins ce parti n’est pas "antilibéral"...

              Ensuite, cette fixation sur le capitalisme. Je suis moins sévère que l’auteur à ce sujet, du moins en terme de communication, car le "capitalisme " est effectivement largement associé à sa définition marxiste dans l’opinion. Néanmoins, il serait intéressant de vérifier si ce NPA est toujours opposé à la propriété privée, élément indissociable du capitalisme...

              Pour conclure, il me semble que Mr Besancenot a manqué là une occasion unique pour sa tendance politique, construire un parti et un projet alternatif au système actuel (même utopique), et s’est enfermé dans une rhétorique d’opposition qui ne peut que demeurer stérile.


              • 1984 28 août 2008 13:19

                " Pour conclure, il me semble que Mr Besancenot a manqué là une occasion unique pour sa tendance politique, construire un parti et un projet alternatif au système actuel (même utopique), et s’est enfermé dans une rhétorique d’opposition qui ne peut que demeurer stérile."

                Et si c’était le rôle qu’on lui a assigné ???

                Ce type ne me semble pas net.


              • Ian 28 août 2008 21:01

                Notons que tout votre raisonnement part d’un postulat de base qui est faux : le nouveau parti ne s’appellera absolument pas "nouveau parti anticapitaliste". Son nom ne sera décidé que lors du congrès de fondation en janvier 2009, par un vote des militants.

                Concernant le fond et les objectifs du parti, ils restent à définir dans leurs détails, mais en tout cas, ce parti ne sera clairement pas altercapitaliste, car il n’a pas pour objectif "un autre capitalisme" mais une société "alternative au capitalisme", donc une rupture avec le capitalisme (d’où anticapitaliste). Ce que Besancenot appelle le "socialisme du XXIème siècle".


              • Voltaire Voltaire 29 août 2008 10:27

                @Ian

                Intéressante précision, mais aussi assez inquiétante. Autant une société altercapitaliste aurait pu constituer un projet intéresant, autant une société anticapitaliste rejoint la définition classique communiste de la lutte contre la propriété privée et du collectivisme. On revient au 19ème...
                De la même façon, l’altermondialisme est intéressant (proposer un autre système de globalisation), alors que l’antimondialisme serait une abération : il est aussi stérile de proposer une interdiction des échanges internationaux que de s’opposer à l’existence de capitaux (dans leur sens premier).
                Quant au nom définitif, nous verrons bien, le provisoire tant à durer, car il est difficile de communiquer en changeant tous les 6 mois...


              • Ian 30 août 2008 17:33

                Sur les termes, la question altermondialisme/antimondialisme est très différente de celle altercapitalisme/anticapitalisme.

                Altermondialisme, c’est soutenir l’idée qu’"un autre monde est possible", autre que la mondialisation néolibérale actuelle (et la LCR est naturellement altermondialiste).

                Mais altercapitalisme, serait soutenir l’idée d’un autre capitalisme, et non pas l’idée d’une alternative au capitalisme.

                Or la LCR en fondant le NPA, défend justement l’idée d’une alternative au capitalisme, elle rejette un système basé sur l’exploitation par une minorité du travail de la majorité. Son projet n’est pas un autre capitalisme, mais une alternative au capitalisme. Sous-entendu une forme de socialisme, dont la forme exacte reste à définir, explorer.......

                Je ne vois pas trop ce qu’il y a d’inquiétant là-dedans. Si même la LCR s’était convertie au capitalisme, c’est plutôt ça qui m’inquièterait franchement !!


              • le mave 28 août 2008 10:36

                Ben mon vieux , c’est l’union sacré de Ierma à Dugé en passant par Alcodu , Larsen sans oublier Voltaire .
                Surprenant qu’un moins que rien ,un petit facteur etc ....vous dérange autant .
                Et encore vous ne savez pas tout , Besancenot est un modéré !!!!!


                • La Taverne des Poètes 28 août 2008 10:38

                  Qui veut vivre dans un monde où l’on produit de la richesse pour le seul profit de quelques-uns ? La démarche, au fond, peu se comprendre. Et la révolte qui en est la conséquence aussi. 

                  Mais la méthode non ! car la LCR est le niveau zéro de la maturité politique. Le candidat Besancenot, lors des interviews, accusait son ignorance béante dans de nombreux domaines. Quant au projet...


                  • Olga Olga 28 août 2008 10:55

                    La Taverne

                    Depuis quand l’ignorance serait un handicap chez un politique ?
                    C’est même, au vu des nombreux exemples, une très bonne option pour se faire élire et réélire : Bush, Berlusconi, Sarkozy, Reagan, etc...
                    Vous trouverez par vous-même les politiques intelligents et cultivés, qui eux ne seront jamais élus (au plus haut poste) ni réélus donc... (En fouillant aussi dans le passé, les exemples sont assez édifiants...).


                  • La Taverne des Poètes 28 août 2008 10:59

                    Quand on affiche la prétention de réformer toute la société, on doit avoir des connaissances multiples et très approfondies, non ? Quand on ne fait que gérer ou jouer le rôle de marionnette comme ceux que vous citez, cela prête bien moins à conséquence...


                  • Olga Olga 28 août 2008 11:28

                    La Taverne
                    Parce que ceux que j’ai cités n’ont pas prétendu qu’ils allaient réformer la société, peut-être ?
                    Je crois même que Réformer était l’alpha et l’omega du candidat Sarkozy, non ?
                    Vous avez raison, ce sont des marionnettes. Pensez-vous que les marionnettistes sont des personnes dignes, honnêtes, cultivées, bienveillantes, etc ?


                  • foufouille foufouille 28 août 2008 12:09

                    tout les marionettistes sont generalement pire que leur candidats. sauf pour ce qui est de l’intelligence et de la culture. reste a savoir qui dirige le npa


                  • grangeoisi 28 août 2008 10:39

                    Et en plus on a encore oublié Vendredi le pov’ noi’ !


                    • ronchonaire 28 août 2008 10:45

                      Etant (ultra-)libéral moi-même, je trouve que votre article fait le jeu des anti-capitalistes.

                      Pour commencer, votre définition du capital est un peu trop simpliste ; nier la réalité du capitalisme financier aujourd’hui, alors que ses dérives récentes sont en train de provoquer une crise économique de grande ampleur, est vraiment la dernière chose à faire si on veut être crédible face aux anti-capitalistes. Autant admettre qu’il existe, qu’il est potentiellement dangereux et qu’à ce titre il mérite d’être mieux encadré qu’il ne l’est actuellement.

                      Ensuite, votre description des "anti-" est pour le moins caricaturale, même si vous avez raison de noter que se définir en tant qu’anti- est symptomatique des limites d’une telle approche ; ils ont malgré tout un projet de société, nettement plus élaboré que le retour aux chasseurs-cueilleurs. Ici aussi, si la critique veut être crédible, ciblons-là sur ce que les anti-capitalistes proposent réellement, pas sur nos fantasmes d’anti-anti-capitalistes.

                      Enfin, vos arguments ne sont pas très élaborés ; en appeler à Robinson sur son île déserte ne mène pas bien loin analytiquement parlant. A ce titre, l’opposition que vous faites entre anti-capitaliste et communiste est très intéressante et aurait sans doute mérité que vous la développiez un peu plus.

                      Bref, ce n’est pas comme ça que vous convaincrez quiconque que ce nouveau parti ne mène nulle part, vous ne faîtes qu’exacerber la détestation réciproque que se vouent les pro- et les anti- ; j’en connais d’ailleurs un paquet ici qui vont se faire un plaisir de vous flinguer.

                      Bon courage quand même !


                      • La Taverne des Poètes 28 août 2008 10:57

                        Je suis d’accord avec vous sur l’aspect non traité du "capitalisme financier" et de ses dérives et le côté un peu simpliste et caricatural de l’article, défauts partagés avec la LCR ! 


                      • foufouille foufouille 28 août 2008 12:12

                        un ultra liberal n’a pas d’etat. ce doit etre les gentilles multinationales qui encadrent.......


                      • LaEr LaEr 28 août 2008 15:53

                        Pas d’Etat, mais un dieu : la Main Invisble... Celle qui est sensée réguler les marchés par magie...


                      • Adrian Adrian 28 août 2008 18:59

                        Le marché c’est chacun de nous en tant que consommateur/producteur. Exemple le marché du pain en France est constitué des millions de consommateurs qui achètent leur baguette, des dizaines de milliers de boulangers, d’agriculteurs.

                        La main invisible est une métaphore qui exprime le fait que grâce à la division du travail chacun dépend du travail des autres et que le bien général est le résultat des volontés individuelles. Exemple le boulanger ne cuit pas ces baguettes par bonté envers ses client mais par intérêt individuel pour l’argent, il sastifait en même temps ces clients.


                      • sisyphe sisyphe 28 août 2008 19:36

                        La main invisible est une métaphore qui exprime le fait que grâce à la division du travail chacun dépend du travail des autres et que le bien général est le résultat des volontés individuelles.

                        Métaphore totalement hors de propos, alors...
                        Puisque le "bien général" est, en l’occurence, totalement exclu du résultat du marché, qui ne fait qu’engraisser les profiteurs (qui ne travaillent pas, d’ailleurs ; se contentant de spéculer, ou de faire travailler les autres), au détriment, justement, de ceux qui travaillent (cf les transferts des richesses produites du travail vers le capital). 
                        La main invisible du marché n’est bien qu’un énorme doigt au Q à la majorité, aux travailleurs, au "bien général". 
                        De plus, non contente d’être invisible, elle est aveugle (normal, pour une main, n’est-cepas ?), et conduit à la faillite même du système qu’elle est censée réguler (bulles spéculatives, explosions, crises financières). 

                        Bref, non seulement ne rien attendre d’une main, mais s’en servir pour la foutre sur la gueule de ceux qui l’évoquent pour asservir la très grande majorité au profit d’une caste de profiteurs. 



                      • Adrian Adrian 28 août 2008 21:03

                        qui ne travaillent pas, d’ailleurs ; se contentant de spéculer, ou de faire travailler les autres

                        Le travail (salariat) c’est accomplir une tache contre une rémunération. Le patron est payé pour son boulot (gestion de l’entreprise, responsabilité importante, négociation) et c’est déjà du boulot.

                        , justement, de ceux qui travaillent (cf les transferts des richesses produites du travail vers le capital). ,

                        Oui c’est la responsabilité des patrons, et ils sont assez bête à trop privilégier le capital...Et oui les indémmités de départs des patrons sont abberantes.

                        même du système qu’elle est censée réguler (bulles spéculatives, explosions, crises financières).

                         Banque centrale pratiquant l’argent facile entrainant l’inflation...Pour les crédits type subprime on peut mettre en cause les agences de notation qui ont mis une excellente note à un placement très (trop) risquée et à un manque de régulation de la FED institution chargé de réguler non ? Plus largement le système monétaire actuelle nous condamne a des phases d’inflation/déflation voir récession dévastatrice. Un retour à l’étalon-or est souhaitable dans un système libre sans intervention de l’Etat et ça fermerait le clapet aux théories du complot. Les crises seront toujours là du à la psychologie des foules la peur que ça s’effronde ou à une guerre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès