Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le P.A.C.T.E. Un nouveau parti politique est né. Tout un programme (...)

Le P.A.C.T.E. Un nouveau parti politique est né. Tout un programme !

Partageons l’Après Croissance et la Transition Ecologique. Tel est l’acronyme qui définit le PACTE, créé le 1er avril dernier selon la dépêche AFP, mais non relayée dans les médias conventionnels.

Encore un nouveau parti politique me direz-vous. C’est vrai. Mais on y constate de réelles propositions novatrices. De quoi redéfinir l’échiquier politique global moribond. Jugez plutôt :

Préambule : Les faits sont là. Le retour de la croissance éternelle du PIB est mathématiquement, scientifiquement et humainement intenable. La croyance en la croissance n’est donc pas la solution. Mais les partis attendent son retour pour agir… et donc n’agissent en rien. Leurs programmes sont obsolètes et leur inefficacité est avérée de longue date. L’abandon du culte de la croissance éternelle est donc le préalable à toute véritable réforme. Voici nos orientations générales :

Politique : Afin de sortir du culte de la personnalité, éviter le carriérisme pathologique et la guerre des chefs, il est nécessaire de permettre le renouvellement régulier du corps politique. C’est pourquoi nous ferons inscrire dans la Constitution cette règle : Un seul mandat à la fois et une seule fois le même mandat. Nous évoluerons ainsi vers une véritable démocratie participative ouverte à tous les citoyens.

Monnaie : Le système de la création monétaire par le crédit avec intérêts auprès des banques privées, impose l’augmentation exponentielle de la masse monétaire et donc nous oblige à courir après une croissance économique impossible. La priorité absolue sera de reprendre en main notre destin et donc le pouvoir sur la création monétaire. Ceci implique la nécessité d’annuler l’article 123 du traité de Lisbonne. C’est ainsi que nous sortirons par ailleurs du problème de la dette qui est liée à la création monétaire par le crédit. De plus, le pouvoir collectif sur la création monétaire est la seule manière d’instaurer un véritable mouvement vers la transition énergétique écologique.

Economie : Par le biais de la mondialisation ultralibérale, la croissance économique se fait au détriment de nos emplois car elle se nourrit des délocalisations vers le moins disant social et environnemental. Pour retourner à une situation rétablissant une véritable libre concurrence et favorisant l’activité intérieure, nous rétablirons des droits de douane prenant en compte la situation sociale et environnementale des pays exportateurs. Ce qui accélèrera tout naturellement la relocalisation économique.

Impôts des sociétés : Afin de lutter contre « l’optimisation » fiscale des multinationales, ce qui pénalise les moyennes et petites entreprises en instaurant une concurrence déloyale, nous réformerons pour instaurer un impôt unique, sur le chiffre d’affaire réalisé à l’intérieur du pays. Ainsi les entrepreneurs seront égaux devant l’impôt.

Impôt sur le revenu : C’est un fait, la société de croissance surtaxe les revenus du travail et défiscalise les revenus du capital, ce qui est injuste et destructeur d’emplois. Nous défiscaliserons donc les revenus liés au travail et imposerons fortement tout revenu lié au capital (à la rente). Bien entendu, nous nous réservons le droit de nationaliser les avoirs des exilés mauvais payeurs ayant bâti leurs fortunes au sein et donc grâce à la nation.

Salaires : afin de lutter contre la disproportion grandissante entre les revenus du grand patronat et du salariat, nous établirons une grille de salaires imposant un différentiel maximal entre le revenu des dirigeants et des salariés en fonction de leur nombre, de sorte que plus l’entreprise emploiera et plus le revenu du/des dirigeants pourra augmenter (et inversement).

Temps de travail : les forts gains de productivités ont fortement réduit les besoins en main d’œuvre dans tous les domaines. De plus, il est nécessaire de sortir de la société du gaspillage liée à la course à la croissance, qui épuise les ressources planétaires et détruit notre environnement vital. L’idée répandue que le travail engendre du travail est farfelue et pernicieuse car elle ne se base sur aucune réalité. Afin que tout le monde puisse travailler et s’intégrer dignement dans la société, nous réduirons la durée légale du temps de travail. Cette mesure sera rendue possible par l’établissement de droits de douane à l’importation comme précédemment évoqué.

Transports  : Nous développerons et encouragerons l’utilisation des transports collectifs en instaurant leur gratuité. (C’est-à-dire la prise en charge collective du coût). Notre besoin et donc notre dépendance énergétique sera d’autant réduite. Nous anticipons ainsi la pénurie énergétique et la flambée des prix.

Pouvoir d’achat : l’augmentation du coût de la vie est en grande partie liée à l’explosion de la masse monétaire. Car plus il y a d’argent en circulation, plus il doit trouver une valeur dans l’économie réelle. En changeant le système de la création monétaire et limitant sa prolifération, nous baisserons progressivement le coût de la vie et donc limiterons nos besoins monétaires pour aller vers plus de gratuité. Il ne sert à rien de courir vers plus d’argent quant on a compris que l’augmentation monétaire engendre l’augmentation du coût de la vie.

Retraites : il est absurde d’allonger le temps de travail puisque les gains de productivité demandent moins d’heures de main d’œuvre. Cette mesure ne fait qu’accentuer l’augmentation du chômage et prive les nouvelles générations de leur droit à s’insérer dans la société par l’activité rémunératrice. Les mesures fiscales précédemment évoquée permettront de financer le système des retraites par répartition.

Agriculture : l’indépendance alimentaire de la France n’existe pas. C’est un leurre. En effet, nous sommes actuellement incapables de nous nourrir sans importations massives d’aliments pour le bétail, de fruits et légumes, de matériel agricole et d’énergies fossiles. C’est pourquoi nous ne subventionnerons qu’une agriculture nous menant vers l’indépendance alimentaire et respectueuse de l’environnement. Ce qui est tout à fait envisageable.

Immigration : l’immigration grandissante est liée au climat de guerre économique voulu par le culte de la croissance éternelle. C’est en son nom que nous colonisons et pillons les ressources planétaires au détriment des populations. Les guerres ethniques et religieuses en sont le prolongement, dont le terreau est la misère engendré par la société ultralibérale de croissance. En œuvrant pour la trêve économique, les flux migratoires se tariront naturellement. Mieux vaut lutter contre l’origine de l’émigration que de s’acharner politiquement et juridiquement contre les migrants.

Laïcité : Nous ne vivons pas dans une société laïque mais sous l’emprise d’une institution religieuse mortifère : L’Economisme. L’économisme n’est pas une science qui se base sur des faits. C’est une Secte qui impose ses dogmes et nous mène au suicide planétaire. Il est temps de s’en affranchir pour vivre une véritable laïcité.

Energie : Nous ouvrerons pour l'application du scénario négawatts. Le seul réaliste pour préparer notre mutatio énergétique.

Partager l’Après Croissance et la Transition Ecologique, est plus qu’une nécessité. C’est une évidence vitale si nous souhaitons une vie décente aux générations futures. Cela ne se fera qu’en sortant de la religion de la cupidité défendue par les adorateurs de la SECTE (Société Economique de Consommation Totale de l’Ecosystème).

Il nous apparait qu’une telle politique ne peut se mener à l’interieur de l’Union Européenne, telle qu’elle existe actuellement. Cette dernière étant totalement sous l’emprise des lobbyistes de l’Economisme. Nous ne doutons pas que les peuples européens nous rejoignent. Il y a dans l’actualité des signes avant coureurs qui nous permettent de la penser. En attendant le basculement général, la séparation d’avec le système en place nous parait inévitable.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 10 avril 2015 13:41

    Blurp  ! J’ai trop mangé je crois. Ca doit être l’accumulation de partis indigestes qui ont de bien bonnes idées, mais sont complètement déconnectés de la réalité. Ca pèse sur l’estomac.


    Alors je vous explique la réalité, histoire de voir à quel point vous êtes à côté de la plaque.

    Aujourd’hui, un citoyen qui représenterait les français, ne peut pas être élu. S’il se présente, il sera tourné en ridicule par les autres partis, FN, UMPS, PS, tous de mèche. Si le nouveau parti à une quelconque chance de remporter quelques voix, comme ça a été le cas avec Coluche, on mettra un flingue sur la tempe de sa famille, au sens propre, en lui demandant gentiment de reconsidérer sa participation à la vie politique. S’il insiste, il sera victime d’un malheureux accident.

    Alors votre parti, il a des idées sympa, dont beaucoup auxquelles j’adhères. Sauf qu’il n’existera jamais en politique. Car il souhaite donner du pouvoir aux citoyens, ce qu’aucun député, aucun politicien, quel que soit sa couleur, n’acceptera. Et c’est eux qui commandent, ils ont l’armée sous leurs ordres.

    Alors vous pouvez continuer de militer dans le vent, faire des articles tout gentils tout pleins de bonnes intentions. Ca ne mènera à rien. Parce que tant que vous n’inciterez pas à la révolte citoyenne, tant qu’il n’y aura pas 100 000 politiciens morts décapités place de la Bastille, ces politiciens vous empêcheront de toutes leurs forces de raboter leurs privilèges. Quels que soient les manifestations citoyennes, quelles que soient les pétitions, rien ne changera.

    Non, en 220 ans, rien n’a changé, les élites ont toujours le pouvoir et ne le céderont pas aux citoyens. Alors votre petit parti ne dépassera jamais 1% de voix. Les médias, dirigés par les amis des politiques, y veilleront.

    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 10 avril 2015 17:45

      Je l’avais dit, à force de contourner mes propositions et de vouloir les reprendre à leur compte, les Français en général, politiques, scientifiques etc, font exactement ce que font les Algériens ! Oui, allez-y créez des partis et des partouzes si vous croyez que c’est la meilleure solution à la crise !

      Comme les pays sous-développés la France comptera dans peu de temps une centaine de partis !!! Un vrai visa pour l’univers de la médiocrité et du sous-développement !


      • Pascal L 10 avril 2015 18:24

        La solution n’est plus dans les partis politiques. Comme le disait la philosophe Simone Weil, tous les partis poitiques sont hégémoniques et elle proposait de les supprimer. 


        En plus dans ce programme, il n’y a que peu de réflexions. Beaucoup d’idées sont présentés à l’état embryonnaire alors que la réflexion sur ces sujets est déjà bien avancé dans la société et l’on trouve des ouvrages qui traitent de ces sujets en profondeur.

        Quand vous parlez de croissance, il faut bien distinguer dans le PIB ce qui est de la prédation et ce qui est de la création de richesse. Il est est sûr que la croissance de la prédation ne nous mêne à rien alors que la croissance de la richesse…

        Quand à la monnaie, j’adhère à l’idée de faire perdre la main à la BCE, mais si c’est pour revenir au Franc d’avant 2002, ce n’est pas la peine de se fatiguer. Il existe de nombreuses manières de créer de la monnaie, mais il faut choisir celles qui favoriseront la création de richesse. Encore faut-il bien définir ce qu’est la richesse. Nous pouvons également travailler avec un ensemble de monnaies qui ont des règles différentes afin de bien couvrir les besoins de financement.

        Le scénario Négawatts n’a rien de réaliste ; il confond la puissance (W) avec l’énergie (Wh) et n’offre aucune hypothèse pour financer les économies. 

        Si l’économisme est une religion, alors il a un droit d’expression complet comme tout le monde. Si c’est une idéologie, alors on peut contester…

        Pour bien comprendre les problèmes économiques qui se posent actuellement, je vous conseille la lecture du livre de Steve Keen « l’imposture économique ». C’est un peu technique, mais toutes les idéologies économiques et monétaires qui ont conduit au désastre actuel y sont démontées. C’est une bonne base pour penser la reconstruction.

        • Abou Antoun Abou Antoun 10 avril 2015 21:35

          Et comme toujours pas un mot sur la démographie. On va donc ’transiter’ écologiquement en continuant à se multiplier comme des lapins.
          Le paragraphe sur la ’laïcité’ est pure foutaise.
          Pour ce qui concerne la lutte contre l’immigration à la source, faut-il comprendre qu’il faudra continuer à financer les gouvernements corrompus de la Françafrique ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès