Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le P.C.F. retour-vainqueur

Le P.C.F. retour-vainqueur

A défaut d’être élu président, Jean-Luc Mélenchon restera plus que vraisemblablement le grand vainqueur de la présidentielle 2012. Qui eût cru au retour vainqueur du P.C.F. après trente ans de déclin… ?

Surprise
 
Personne ne voyait sérieusement Mélenchon au-dessus des 10%. Le voici qui frise les 15% et est en passe de s’emparer de la place de « troisième homme » au nez de François Bayrou, qui n’a pas su esquisser le profil d’un homme du refus, et à la barbe de Marine Le Pen, qui s’est refusée à utiliser l’arme favorite (la seule ?) de son père : le scandale. Il y a bien une grosse surprise, et je vous avoue que je n’y ai pas cru jusqu’à ce dimanche pluvieux.
 
En ratissant sur la droite de son électorat, François Sarkozy a élimé le Front National et ouvert grande la porte à une campagne de Nicolas Hollande au centre. C’est un boulevard qui s’est ainsi ouvert pour Jean-Luc Mélenchon, le boulevard de la Bastille ! La déconfiture des mini-trotskystes et la vente des verts pour quelques sièges parlementaires ont parachevé l’affaire et transformé Mélenchon en Lopposant radical au système. Passéisme franchouillard, certes, mais il faut avant tout reconnaître le phénomène, l’accepter et tenter de le comprendre.
 
Une précision d’abord : il n’y a AUCUN doute qu’au soir du premier tour M. Mélenchon invitera ses électeurs à se tourner vers le candidat de gauche. S’agirait-il d’un second tour Sarkozy – Le Pen, il n’hésiterait pas un instant à vous inviter à réélire le petit ! Là n’est pas la question.

Confirmation
 
Les élections françaises sont toujours un événement dans le cadre politique européen. Que révèlent-elles cette année ? Le retour des rouges  ? La contestation déferlante… avec à sa tête un courant à l’extrême du passéisme ? Cette mélenchonite aiguë ne révèle à mon sens rien d’autre que la grande défaite des Indignés  et autres Occupy Wall Street… Un mouvement de protestation qui, en la seule année 2011, s’est développé comme une baudruche, avec au centre rien que du vent, et s’est donc dégonflé aussitôt. La déconfiture des indignados de la Puerta del Sol à Madrid a été de ce point de vue déterminante, car ils avaient face à eux un gouvernement socialiste, ce qui ne les a pas empêchés – que du contraire – de manquer totalement leur structuration. Leur gourou Stéphane Hessel, fustigé dès le n°1 des lettres fantasques, n’a pas manqué d’appeler tout au début de la campagne à voter… Hollande ! Radical, comme manière de s’indigner de trente ans de participation au pouvoir.
 
Fausse opposition
 
Ce que la Gauche a réussi en 2011, c’est à se donner des allures d’opposition. Réussi à faire endosser les responsabilités de la crise aux riches et aux profiteurs du CAC40. Réussi à mettre la folie de ces trente dernières années (les trente dispendieuses) sur le dos des ultralibéraux et à faire passer le keynésianisme (fait d’investissements publics et de dopage de la consommation de masse) pour une doctrine honnie, alors même que nous vivons depuis 80 ans sous son inspiration.[1] Et cela malgré leur participation au pouvoir, les multiples cohabitations et la mise en place d’un système qui assure la continuité de l’État en maintenant l’apparence d’une alternative. Fallait le faire quand même !!! Mais y a-t-il plus crédule que le Français ? Apparemment non, car il vient de trouver en Mélenchon l’opposant choc ! cela aussi, il fallait le faire !
 
Tout comme l’issue – provisoire – du drame grec vient de nous montrer que les États vont vraisemblablement faire défaut les uns après les autres (à moins d’organiser un concert des États), de même l’issue prochaine des élections présidentielles françaises montre l’absence TOTALE et pour un bon moment encore d’une opposition structurée à la Crise. Or celle-ci est loin d’être close, car les Européens ne l’ont pas liquidée, mais liquéfiée… en entreprenant de combler le trou de la Dette par un Océan de liquidités. S’il ne se structure pas une Opposition, il faut bien reconnaître que les États également ne débordent pas en ce domaine… relancer la croissance reste leur dernier horizon, creuser la Dette leur unique moyen !
 
Aux tirs au but
 
Reste à voir qui va l’emporter au second tour, de François Sarkozy ou Nicolas Hollande. Mais que l’un ait à faire face à une opposition social-démocrate musclée, ou que l’autre ait à compter avec celle-ci comme une composante majeure de sa propre majorité,… le vainqueur restera le même : Mélenchon. Et que la France soit le mauvais élève de la cour du Nord-Europe ou le leader des pays du Sud-Europe… que préférez-vous au juste ?
 
Je ne crains pas l’erreur. Je la préfère même au triomphalisme qui, après les faits, vient indûment proclamer : « Je l’avais toujours dit ! ». Je m‘avance donc : quelque part, comme les choses se déroulent, il ne serait pas étonnant que Sarkozy l’emporte. Car rien (Hollande), c’est rien, mais avec deux fois rien (Sarkozy) le Français croit pouvoir faire quelque chose ! Comprenne qui pourra…
 
MALTAGLIATI


[1] Depuis un siècle (août 1914) les États sont le seul véritable moteur de la vie économique, quoique celle-ci continue à se réguler par les mécanismes de l’intérêt et la régulation de l’argent. Car dans ce système hybride, c’est l’action de l’État qui est déterminante, qui est le moteur final. Or c’est bien ce moteur qui est en panne !
 
Devant les premiers crachotements du moteur, les « libéraux » ont apporté il y a vingt ans une solution « miracle », dissoudre l’État ou du moins la plupart de ses fonctions ou « services » en sociétés commerciales soumises à la concurrence. Mais que l’État soit gestionnaire de ces services ou qu’il en devienne le simple client, quelle différence ? Ce mouvement de « libéralisation » n’a donc fait que contribuer à l’explosion du moteur. Et c’est en fonction de cela que les keynésiens viennent aujourd’hui nous dire : c’est parce qu’on a retiré cette gestion à l’État que tout va mal ! Et de nous proposer comme seul remède à un siècle d’économie centrée sur le moteur de l’État … encore plus d’État ! Or le mouvement de libéralisme exacerbé a bien permis aux États non de contrer mais de soutenir la politique keynésienne en les invitant à réaliser des actifs et à se débarrasser de faux frais inutiles et encombrants. Qu’on ne puisse plus voir d’autre remède à la crise que le remède dans le mal est bien le signe que nous traversons une crise historique que ne peuvent aborder ni la droite, qui propose de tuer le malade, ni la gauche, qui réclame l’extension de la maladie !

Moyenne des avis sur cet article :  1.61/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • frugeky 30 mars 2012 09:29

    A parce que la crise n’est pas due au capitalisme financier ? Aux fonctionnaires alors ? Article puant qui essaie d’amalgamer le Front de Gauche au Parti Communiste exclusivement parce que l’auteur croit et veut persuader son lectorat que les éventuels électeurs du Front de Gauche seront effrayés par le terme communiste. Les faux frais inutiles sont les services publics et les chômeurs (vous savez, le cancer de la France) et le remède dans le mal c’est de vouloir que le monde change alors que l’auteur de cet article « pense », bien évidement, que c’est de l’augmentation de la dette que viendra notre salut. BOUFFONNERIE !!! 


    • @FRUGEKY

      ET LES 650000 ELUS. DONT 90% DE TROP..............65000 SUFFIRAIENT LARGEMENT.
      ..
      FRANCE 1 ELU POUR 1000 HB USA 1 ELU POUR 1000 HB

      6 MINISTRES ..100 SENATEURS ET DEPUTES..3000 MAIRES DE COMMUNAUTES DE COMMUNES ET 3000 ADJOINTS ......

      quelles économies on pourrait faire (1 ministre sénateur ou député revient a 17 millions d’euros an).


    • RECTIF   FRANCE 1 ELU POUR 100 HB


    • credohumanisme credohumanisme 30 mars 2012 09:50

      Le score de Mélenchon n’est en rien surprenant, il ne fait pour l’essentiel que fédérer l’extrême gauche. Ira-t-il au-delà je ne sais pas.

      Avoir une extrême gauche forte me paraît , même si ce n’est pas mon choix personnel, une bonne chose pour le débat démocratique. Certaines idées sont novatrices et une idéologie forte de nature à compenser l’idéologie d’extrême-droite ne peut être que positive.

      Le paysage politique sera de toute manière en recomposition totale à l’issue des législatives, le FdG, s’il n’explose pas sous des contraintes internes, y aura sa place.


      • frugeky 30 mars 2012 10:08

        Il ne fédère pas l’extrême gauche mais la gauche car Hollande est au mieux au centre et a délaissé le terrain de la gauche et essaie de se raccrocher aux branches en faisant appel à Montebourg.


      • bernard29 bernard29 30 mars 2012 13:25

        eh bien alors votre gauche ne fait que 15 à 16 % dans le paysage politique français. Autant dire qu’elle n’existe plus. 


      • frugeky 30 mars 2012 13:31

        Même si cette gauche, qui est LA gauche ne fait que 10% des électeurs, ce qui fait un certain nombre d’humains, convenez-en, comment pouvez-vous dire qu’elle n’existe plus ? Vous avez prévu un plan d’extermination ? Faites nous en part...


      • subliminette subliminette 30 mars 2012 10:15

        Quel mépris dans ce « passéisme franchouillard » !

        Mélenchon est tout le contraire : une vraie résistance, une vraie avancée, une vraie parole forte face aux borborygmes et aux éructations nauséabondes du masterisé es illettrisme.

        Peut-être ne sera t-il pas élu, mais alors je plains l’élu qui trouvera devant lui une déferlante formée au vent de l’espoir et de la non résignation. Il faudra être très fort pour l’arrêter cette vague !
        Avant Mélenchon, ou plutôt avant qu’il ne soit audible, tous nous prêchaient la résignation à la Grecque. Il est le seul à entr’ouvrir la porte sur un autre système que celui qu’on tente de nous vendre comme LE seul système possible.

        Et ça, ça va faire très mal à l’avenir.

        Allez on parie : Sarko réélu et une révolution dans l’année qui suit !


        • Catart Catart 30 mars 2012 20:34

          @ suliminette

          C’est tout à fait vrai que Mélenchon est le seul à ouvrir une porte Mais c’est une erreur de dire qu’il faudra être fort pour arrêter cette vague.
          Une simple vente de ses idées au PS suffira, immédiatement engloutit et mis au placard et je ne parle même pas de l’effondrement de ceux qui ont cru en lui... ???
          Par contre s’il ne rentre pas dans le jeux du Sarkolande en faisant un appel au vote blanc, voire laisser ses électeurs libres...demain Mélenchon est N° 1 en France et il porte la révolution sans violence dans la rue...et fait plier le faux roi...

          http//www.indigne-je-propose.fr/


        • Fergus Fergus 30 mars 2012 23:38

          Bonsoir, Catart.

          Mélenchon a tenté, et en grande partie réussi, une OPA sur la gauche du PS en contraignant le PC à lui servir d’appareil et en phagocytant le NPA, LO et même une partie des élecyteurs d’EELV.

          Cela ne va toutefois pas sans grincements de dents au PC. Certes on se réjouit de ce renouveau, mais nombre de caciques n’entendent pas suivre Mélenchon dans une posture d’indépendance rigoureuse vis-à-vis du PS. A défaut d’un accord de gouvernement auquel certains seraient favorables, ces élus veulent un accord législatif pour continuer à exister et surtout ne pas hypothéquer les accords futurs sur les élections locales. Qui plus est, ces élus ont d’ores et déjà appelé et continuent d’appeler Mélenchon à la modération à l’égard du PS car ils savent pertinemment qu’une défaite en 2012 ne serait pas catastrolphique pour le seul PS, mais également pour le PC.

          @ Subliminette.

          La révolution dans l’année : un vieux fantasme qui a la peau dure. Non qu’il n’y ait pas de motifs à une révolution, mais cela ne se décrète pas. Or les Français, pourtant en colère, sont devenus terriblement fatalistes et individualistes. Pas facile de les mobiliser collectivement dans un soulèvement populaire. Les manifestations contre la réforme des retraites (que j’ai toutes faites) ont été à cet égard éclairantes sur la faiblesse de l’opposition populaire tant en nombre qu’en détermination.

          Autre chose : une révolution peut engendrer ce qu’il y a de mieux, mais aussi ce qu’il y a de pire sous la forme d’un régime autoritaire voire totalitaire. Pas sûr que cette voie soit la meilleure.


        • simir simir 31 mars 2012 08:39

          « Or les Français, pourtant en colère, sont devenus terriblement fatalistes et individualistes. Pas facile de les mobiliser collectivement dans un soulèvement populaire. Les manifestations contre la réforme des retraites (que j’ai toutes faites) ont été à cet égard éclairantes sur la faiblesse de l’opposition populaire tant en nombre qu’en détermination. »

          Les français qui contestaient par des grèves d’une journée tous les mois ont bien été aidés dans leur résignation par ces dirigents syndicaux comme Thibaud qui déclarait : « On est pas là pour bloquer le pays » Avec des syndicats dirigés par de tels rénégats on est pas prêt de voir la fin de nos problèmes

        • Fergus Fergus 30 mars 2012 23:50

          Bonsoir, Commandant Pernod.

          Euh... l’ossature du FdG et de sa logistique sont bel et bien communistes. Et les principaux soutiens de Mélenchon, hors PC, viennent du NPA. Qu’il y ait également des bobos et des transfuges du FN revenus vers la gauche dans les électeurs FdG ne fait aucun doute, mais la majorité est bel et bien constituée de militants et sympathisants communistes et trotskystes révolutionnaires.

          Le score atteint dans les sondages actuels pour l’ensemble des formations de gauche hors PS, s’il est meilleur qu’en 2007, reste d’ailleurs en retrait de ce qu’il était en 2002, et nettement inférieur à 1995. Conclusion : c’est bel et bien très majoritairement à la gauche du PS que Mélenchon mobilise, mais en réussissant la synthèse sur son nom.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 mars 2012 10:23

          Le P.C.F. retour-vainqueur ! ! !


          Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.


          Le Dividende Universel.

          Ce projet de « Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.


          Objectif Principal :
          Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique

          Objectifs Spécifiques :
          I)
          Transformer le « capitalisme ordinaire » en un authentique Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
          II)
          Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage.


          • JL JL1 30 mars 2012 10:26

            Les lettres au Père Noël, c’est pas ici.


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 30 mars 2012 11:10

            Des 11 candidats à la Présidence de la République, le Père Noël est certainement le plus compétent d’entre eux ! ! !


          • JL JL1 30 mars 2012 11:12

            Ouais ! Comme la main invisible ?

             smiley


          • JL JL1 30 mars 2012 10:24

            Bon,

            chacun voit midi à sa fenêtre, et se faire traiter de passéiste franchouillard par un triste sire qui prône une doctrine qui nous renvoie direct à l’ancien Régime et le monde au Moyen-âge, est plutôt positif. Passons.

            Maltagliati écrit, je cite : " Ce que la Gauche a réussi en 2011, c’est à (...) faire passer le keynésianisme (...) pour une doctrine honnie, alors même que nous vivons depuis 80 ans sous son inspiration".

             ???

            Maltagliati, pourriez-vous convenir que vous n’aviez pas les idées claires lorsque vous avez écrit ça ? Ou bien, si vous persistez, nous expliquer ce que vous voulez dire par là ?


            • jules 30 mars 2012 10:50

              Bonjour,

              C’est bien vu de citer Keynes mais ce qui suit c’est démontré n’avoir pas compris grand chose. Keynes pronait la relance économique par la consommation, un peu comme l’avait fait Ford avant lui (2 grand communistes s’il en est). Vous lisez les économistes, je vous recommande Maurice Allais et aussi Jacques Généreux.
              Ce qui demeure rigolo, c’est tout ces gens qui parle du pcf et qui ne se sont jamais donné la peine d’aller lire de compte rendu du 35 congrés du parti. C’est comme parler de systèmes de communication en s’imaginant que ce qui existait dans les années 1920 est identique à ce que l’on a aujourd’hui. Si l’on parle de passéisme, que dire d’un futurisme qui ne se contente que de projeter dans l’avenir un modèle qui a épuisé les ressources de la planète et entretien la misère des peuples pour cela.
              N’est-il pas évident qu’il faille changer l’orientation de notre productivisme à outrance ? Cela ne saute t-il pas aux yeux que le système actuel et ses dérives nous enfonce ? Toutes les idées qu’ont eu nos prédécesseurs étaient-elles mauvaises ? Le passéisme n’est il pas de vouloir reproduire ad nauseam ce système sans être capable d’imaginer autre chose ?
              Allez voir en amérique du sud et vous verrez que le système qui y existe fonctionne plutôt bien et n’est déjà plus ce capitalisme cannibale et décérébré. Soyons fort, imaginatif et résolu. Changeons les choses pour aller vers le meilleur maintenant !


              • marcopolo30 30 mars 2012 12:15

                Contrairement à ce que dit Monsieur Mélanchon, OUI les communistes ont du sang jusqu’au coude. Pour mémoire, pour les jeunes qui ne savent rien, Lénine et Staline, au bas mot, 100 millions de morts (mieux que Hitler), non des ennemis, mais leur propre peuple, exterminé par tous les moyens rationnels et organisés : fusillades, exécutions, déportations, famines organisées, torture, goulags, prisons politiques. Et nos braves communistes français, qui ont soutenu l’URSS à mort, jusqu’à sa mort en fait, enfin, après 70 ans d’infamie. Et le copinage Hitler-Staline, le pacte Ribentropp/Molotov, vous vous en souvenez ????? Copains comme cochons ! Et en 1940, l’Humanité qui demandait l’autorisation de reparaitre, qui prônait la collaboration, qui se félicitait des Français qui parlaient aux occupants. En 39/40, les ouvriers communistes, dans les usines d’armement, qui sabotaient les obus, les moteurs d’avions, les canons, parce que ceux-ci servaient à résister à l’envahisseur

                Allemand, leur ami, puisque Hitler et Staline étaient alliés.  Vous l’avez tous oublié, celle-là.  Les dockers marseillais, qui tapaient sur les blessés de la guerre d’Indochine, rapatriés en France par bateau-hôpital, vous l’avez oublié ???? Et les communistes qui ont aidé le FLN, à mettre des bombes dans les cinémas ou aux arrêts de bus à Alger et en France, vous avez oublié ????? OUI les communistes ont du sang jusqu’au coude. Et bien au delà. Mitterrand les avait presque éliminés. Et voilà, un Mélanchon, qui pour bénéficier de leurs voix et de leur organisation, (beaucoup de mairie, avec leur main d’œuvre gratuite et organisée sans parler de la CGT, sont encore communistes), s’allie avec eux !!!! Il faut dire que quand on est un ancien lambertiste (allez voir ce mot sur google), les communistes sont très fréquentables. Dans tous les pays où le peuple « prenait le pouvoir », le peuple a été cocu : Russie, Hongrie, Pologne, Roumanie, Bulgarie, Yougoslavie, Corée du Nord, Cuba. Ils ont connu, ou connaissent encore, le paradis soviétique où le peuple a pris le pouvoir !!!!!! Balivernes, mensonges !!!! Et il y a encore des gens pour croire à ce que dit Mélanchon ! Celui qui ne connaît pas l’Histoire est condamné à la revivre.


              • DSKprésident 30 mars 2012 15:09

                Lors d’un débat, MLP cite le célèbre discours de Georges Marchais de Montigny les Cormeilles de sept 81.

                JLMélenchon fut incapable de le reconnaitre.

                 

                Pour un représentant du FdG, c’est vraiment nul : cela montre l’usurapation de la Méluche.


              • Tall 30 mars 2012 11:15

                Le programme de Melenchon n’a rien à voir avec le communisme.

                Elle assimile même Melenchon à Hollande. Ce qui est faux aussi, Hollande est centriste

                • bernard29 bernard29 30 mars 2012 13:33

                  vous avez tort. Mélenchon, c’est un mélange de communisme français et de chevénementisme à « la papa ». On peut reconnaître qu’il réussi quand même a fédérer pas mal de nostalgiques de la « gauche unie ».
                  J’ai trouvé assez pertinente la remarque de Cohn Bendit sur« Mélenchon et Cloclo ».

                  Le problème avec le front de gauche, c’est que dès les législatives, le PCF se démarquera. ; c’est inéluctable. La présidentielle c’est un peu la kermesse et là on a besoin de clowns , après il s’agit de s’asseoir quelque part pour tirer les marrons du feu.


                • Valeska 30 mars 2012 14:20

                  De toutes façons il est impossible d’appliquer du véritable communiste en France, même le plus ardent des cocos en est conscient.


                • Tall 30 mars 2012 16:18

                  bernard

                  Il y a une chose essentielle à comprendre en 2012 : c’est que tout l’échiquier politique s’est décalé vers la droite depuis 2 décennies.

                  Concrètement >
                  - l’ancienne extrême-gauche à la Marchais est moribonde.
                  - l’ancienne gauche classique, c’est Melenchon aujourd’hui.
                  - le PS à la DSK / Hollande, c’est du centrisme. La preuve : vous croyez qu’un vrai gauchiste aurait pu être propulsé à la tête du FMI avec la bénédiction de Sarkozy et des USA ?
                  - Bayrou, c’est de la droite classique. La preuve : il est soutenu ouvertement à l’UE par une huile libérale belge ( Verhofstadt ) et il soutient Mario Monti ( consultant de Goldman Sachs )
                  - Sarkozy, c’est de l’ultra-droite à l’américaine
                  - Le Pen : extrême droite + Jeanne d’Arc ( sauf que Marine a peur de la bataille )


                • on s’en fout...le PCF/FG fera 20% et dans le gouvernement ILS encadreront les socialos trop « bobos »


                • bernard29 bernard29 30 mars 2012 18:27

                  a Tall,
                  mais je suis d’accord avec vous. Le problème c’est que les électeurs ont suivi. Et donc je vois mal « l’ancienne gauche classique » gagner une élection présidentielle.
                  Il faut donc repenser une gauche mais si on s’appuie sur les anciens partis de l’ancienne gauche, avec leurs réflexes de pouvoir, on est mal barré.


                • Tall 30 mars 2012 18:41
                  Bernard

                  Attention, j’ai parlé de « gauche classique » pour situer Melenchon sur un graphique gauche-droite, mais la comparaison s’arrête au graphique
                  Car pour le programme, Melenchon est adapté au monde de 2012, vu qu’il propose la relance économique via 2 leviers essentiels :
                  - un pool de banque publique pour prêter aux entreprise à taux cassés
                  - une augmentation des petits revenus pour favoriser le pouvoir d’achat

                  C’est économiquement bien mieux pensé que l’austérité à la Merkozy de l’UE.
                  On n’est pas dans la dogmatique là. On est dans l’efficace.


                • JL JL1 30 mars 2012 12:17

                  Malta a posé sa crotte libérale, et s’en est allé !

                   smiley


                  • Tiaphael Tiaphael 30 mars 2012 14:00

                    Melanchon ets le seul héros de cette campagne pour moi, parce qu’il fait pencher la barre à gauche alors que les autres formations de gauche sont décimées (j’ai mal pour Arthaud, Poutou et Joly, quel chemin de croix !) et fait baisser le FN qui est pourtant en terrain plus fertile qu’en 2002. Et ce non pas en chassant sur les terres de Le Pen comme l’a fait Sarkozy en 2007 mais bien en s’opposant à elle, point par point. Fallait le faire.
                    le PC je m’en fout un peu personnellement, j’espère juste que Hollande va pas se planter comme son ex, il faut vraiment que le travail de Melanchon soit porté au niveau Européen ça urge.


                    • DSKprésident 30 mars 2012 15:14

                      Le programme de MLPen est bien plus à gauche que celui de JLMélenchon.

                      Elle propose de liquider les loi de 73 (et art 123 traité de l’UE), afin de libérer la France et les français du joug des banquiers (cela nous coute 50 milliards par an).

                      Que ditz Mélenchon là-dessus : RIEN. Il doit plaire à ses maître les banquiers (et continuer de mentir aux gogochistes)

                      MLPen propose aussi la séparation des banques d’affaires et de dépôt pour préserver les dépôts des épargnants (ceux du peuple).

                      Et JLMélenchon ? : il continue d’entretenir le flou, le double langage pour faire plaisir au peuple de gôche, et aux banquiers. Le grand écart en somme...


                    • Tall 30 mars 2012 16:22

                      dsk

                      mensonge intégral

                      Melenchon propose un pool de banque publique qui prête aux PME à taux cassés

                    • kemilein 30 mars 2012 16:23

                      le communisme c’est l’avenir (et je n’ai pas l’intention de m’expliquer ni de le démontrer)


                      • arobase 30 mars 2012 16:42

                        l’ânerie du siècle :« OUI les communistes ont du sang jusqu’au coude.  »


                        les communistes Français , tous le monde en connait. le sang sont souvent le leur qu’ils ont versé pour notre liberté pendant que ceux qui leur criaient à moscou étaient souvent des collabos.

                        ce pays exploite les peur. les communistes n’ont jamais fait peur à personne chez nous et se moquent de lénine staline ou mao. ils ont le communisme du Christ, le vrai, fait de partage,d’humanisme, d’entr’aide, de compassion, de courage d’honnêteté et de compétences.

                        tous ceux que je connais, et vous aussi sont ainsi. lepen comme toujours cherche à faire peur, diviser, opposer les uns aux autre. 

                        ça ne marche plus !

                        le Communisme c’est l’avenir ? je n’en sait rien mais en tout cas, le vrai, on ne l’a jamais éssayé !



                        • arobase 30 mars 2012 19:08

                          toi tu ne doit pas lire souvent l’huma ni discuter avec des communistes. de plus, les communistes aujourd’hui vivent en 2012, pas au siècle dernier.


                          alors arrête avec marchais ou louis XIV , et avec ton immigration, ça n’amuse plus personne et ça ne marche plus car les gens se rendent compte qu’ils ont été manipulés, divisés par lepen et sarkosy sur ces sujets qui sont à cent lieu de leurs préoccupations.

                          il y a en France 20 millions de gens en état de pauvreté, qu’ils travaillent ou pas. c’est plus important que vos balivernes qui n’amusent plus personne.

                        • arobase 30 mars 2012 19:27

                          et quand tu a dit ça tu gagne quoi. il faut regarder devant et voir ce qu’il y a à faire en fonction des nouvelles donnes, des nouvelles personnes etc...plutôt que regarder derrière.


                          au fait , le pen a disparu des radars en matière de progrès social ! c’est plus la copine des travailleurs ? smiley

                        • Blé 30 mars 2012 18:17

                          L’auteur manque manifestement de culture politique. Il confond « communisme » et communard.


                          • manusan 30 mars 2012 18:26

                            Je n’ai pas encore entendu une citation du « Capital » ou « Manifeste du partie communiste » de la part du PCF. L’âme de ce parti est morte et enterrée remplacée par un parti sociétaire type PS sans aucune idéologie propre, juste de la com.


                            • Claudec Claudec 30 mars 2012 18:57

                              Pourquoi Sarkozy sera réélu ?

                              Parce que pendant que les citoyens s’inquiètent de savoir à qui confier l’avenir du pays et de leurs enfants, le parti socialiste et ce qui reste du communisme règlent de vieux comptes et n’en n’ont pas fini.


                              • arobase 30 mars 2012 19:33

                                sarkosy réélu (dieu nous en preserve), on va rigoler dur à l’ump dès le lendemain.


                                guerre des tranchées entre fillon et copé pour 2017 ! le sort du pays ça passe après !
                                d’ailleurs ils ont déjà commencé !
                                c’est donc à ça que sera « confié l’avenir du pays et de ses enfants ».

                                de plus comme sarkosy ne craindra plus rien politiquement, il va se lacher complètement sans crainte. on va voir ce qu’on va voir.

                                moi je préfèrerait ne pas avoir à voir.

                                • Fergus Fergus 30 mars 2012 23:56

                                  Bonsoir, Arobase.

                                  Effectivement, un 2e mandat de Sarkozy serait dévastateur car il n’aurait plus à craindre de sanction électorale. C’est pourquoi la gauche toute entière doit maintenant s’unir pour contrer Sarkozy et le faire battre au 2e tour. Cela passe par une défense des idées de chacun dans le respect des partenaires du même camp.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès