Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le pape peut bénir le PS... et le PCF !

Le pape peut bénir le PS... et le PCF !

Le parti socialiste prépare activement sa campagne présidentielle et les primaires...

Certains candidats à la candidature ont commencé à déraper comme Manuel Valls qui se propose de « déverrouiller les 35 heures »... D'autres,en attente, sont prêts à le suivre dans les renoncements et même à aller plus loin comme le social et très libéral DSK.

Ne vous inquiétez pas disent en chœur les militants de la gauche du PS, ils ne représentent qu'eux mêmes !

A voir !?

Les sénateurs socialistes ont voté la loi Carle qui contraint les collectivités territoriales à financer les écoles privées situées en dehors de leur périmètre de juridiction...

Si les députés socialistes ont sauvé l'honneur en votant contre cette loi scélérate, c'est à la suite d'une campagne sans précédent menée par plusieurs associations laïques.

Au moment du vote des budgets régionaux, les conseillers de gauche peuvent et doivent rester fidèles aux principes affichés.

Si la loi les contraint à subventionner les lycées privées, elle ne les oblige pas à financer les dépenses d'investissement, totalement facultatives.

C'est d'ailleurs pourquoi le groupe « Front de Gauche et Alternatifs » a soumis au Conseil Régional Ile de France, réuni les 15 et 16 décembre 2010 l'amendement suivant :

« L’ensemble de ces dépenses sont facultatives. Selon la loi, la Région n’a pas à financer les dépenses d’investissement des lycées privés.

En effet, ceux-ci ont la possibilité de faire payer leur enseignement, comme le rappelle le Code de l’éducation qui précise que le principe de la gratuité prévaut également dans l’enseignement privé sous contrat : « le régime de l’externat simple pour les classes placées sous le régime de l’association est la gratuité » (article R442-48), mais qu’il peut être remis en cause afin de prendre en charge les frais liés à l’enseignement confessionnel ainsi que ceux résultants de la rénovation des bâtiments et de l’achat de matériel.

Si ce sont aux familles de prendre en charge la rénovation des bâtiments et l’achat de matériel, il n’y a aucune raison que la région participe à ces dépenses puisque c’est précisément la participation des familles qui est censée couvrir ces dépenses.

Dans le cadre d’un budget de rigueur, imposé par le gouvernement, il est encore plus inacceptable de conserver de telles dépenses, alors même que le budget dévolu aux lycées public est en baisse.

Le transfert de ces fonds permet de maintenir l’engagement de la Région dans la rénovation de ses lycées. »

Cet amendement a été repoussé par les conseillers régionaux PS et PCF.

Alors que des municipalités résistent, le PS a décidé de plier l'échine et le PCF lui a emboîté le pas !

Des militantes et militants communistes et socialistes s'étonnent et regrettent que leur parti respectif ne participe pas à une grande campagne laïque contre la politique de ce gouvernement.

Ils ont raison...

Les deux partis de gauche semblent minimiser les enjeux du combat laïque et même pire semblent oublier les principes pour s'installer dans l'acceptation d'un dualisme scolaire renforcé.

Il faut clairement rappeler aux deux partis de gauche leurs engagements passés et notamment le serment de Vincennes.

Lorsqu’en 1959, la loi Debré institutionnalise le financement public des écoles privées dans le cadre de contrats simples ou d’associations, les laïques descendent dans la rue par centaines de milliers et se rassemblent sur la pelouse du bois de Vincennes le 19 juin 1960. 350 000 personnes représentant 10 813 697 citoyens pétitionnaires prononcent le serment de Vincennes : Nous " faisons le serment solennel
- De manifester en toutes circonstances et en tous lieux notre irréductible opposition à cette loi contraire à l’évolution historique de la Nation ;
- De lutter sans trêve et sans défaillance jusqu’à son abrogation ;
 Et d’obtenir que l’effort scolaire de la République soit uniquement réservé à l’Ecole de la Nation, espoir de notre jeunesse. "

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • jaja jaja 5 janvier 2011 11:59

    L’hypocrisie de ceux qui ont condamné le NPA parce qu’il présentait une candidate voilée et ce au nom de la laïcité alors qu’ils financent eux-mêmes les écoles privées est immense. D’autant plus que PC comme PS ont des élus voilés...
    Un beau bordel en perspective chez les militants du Front de Gauche quand il s’agira de soutenir sans restriction le candidat PS au second tour, même si c’est DSK.

    Pas un sou de l’argent public pour les écoles privées !


    • A. Nonyme A. Nonyme 5 janvier 2011 15:58

      Le NPA du joufflu ? Ni plus ni moins dangereux que le FN !


    • LE CHAT LE CHAT 5 janvier 2011 12:31

      Le PS a voté le traité de Lisbonne et toutes les textes ultralibéraux au parlement européen la main dans la main avec l’UMP , les verts et le modem !


      • Paul Villach Paul Villach 5 janvier 2011 13:13

        @ Jean-François Chalot

        Très utile piqûre de rappel ! Paul Villach


        • Louise Louise 5 janvier 2011 17:00

          Vous avez raison sur le principe.

          Il serait intéressant de savoir pourquoi le PS et le PC ont voté contre cet amendement.

          J’aimerais être sûre que les sommes économisées, si elles sont réinjectées dans l’école publique, amélioreront la qualité de ces écoles. Je sais que c’est un autre problème. Mais je crois aussi qu’il est facile (et faux ?) de dire qu’avec plus d’argent, l’EN irait mieux...


          • CHALOT CHALOT 5 janvier 2011 17:17

            C’est une suite de reculs...Ils ont peur de déplaire à une aile de leur électorat : ils désespèrent leurs amis sans d’ailleurs amadouer les partisans du privé. C’est un mauvais calcul
            Sinon d’accord avec Louise.


            • Louise Louise 5 janvier 2011 18:04

              « ils désespèrent leurs amis sans d’ailleurs amadouer les partisans du privé. »

              Finalement ils déçoivent aussi les partisans du privé. Le privé n’est pas l’ennemi du public, mais il permet un choix. Mes enfants ont été dans le privé et dans le public...


              • CHALOT CHALOT 5 janvier 2011 18:09

                La cohérence et la logique veulent que soit appliqué le principe :
                à fonds publics écoles publiques
                à fonds privés écoles privées


                • pissefroid pissefroid 5 janvier 2011 18:35

                  Tout à fait d’accord.


                • corinnemahe 5 janvier 2011 22:03

                  Elus PS ou PC ou FdG (dans d’autres régions même les élus PG votent des subventions aux écoles privées) doivent se prononcer clairement sur le financement de l’école privée. Le problème n’est pas d’évaluer la qualité de l’école publique ou privée. Chaque famille a le droit de choisir, c’est la liberté de conscience. En revanche seule l’école publique au nom de l’égalité et de la justice peut revendiquer le financement public par les impôts citoyens.
                  Un élu de gauche qui vote les subventions au privé trahit ses convictions et l’idéal pour lequel il a été élu : idéal républicain qui place l’intérêt général au delà des intérêts particuliers.


                  • eric 6 janvier 2011 07:15

                    Oui ! Et dans la foulée, il faut dénoncer également toutes ces associations, donc de droit privée, qui vivent de subventions sur nos impôts citoyens, pour soi disant remplir des taches dans le secteur du social, par exemple l’éducation populaire, qui participent de missions de service public et échappent a peu prêt complètement a tous contrôle citoyen ou presque. Les employés non soumis aux grilles fonction publiques, les dépenses anarchiques avec de très vagues contrôles des Cours des comptes, rendent très peu de compte aux élus, pourtant suppose garant de ’utilisation des fonds publics. Pas de controle sur leur réalité associative, sur leur caractère vraiment associatif. Elles remettent en cause notre école publique parce que leur existence même laisse supposer que celle ci ne remplirait pas les missions qui lui sont assignées. Et, de mémoire, tous cela concerne de l’ordre de 1,6 millions équivalent temps plein et peut etre 10 points de pib. Dans une période de restriction budgétaire et de vaches maigres pour notre cher service public, ne serait il pas urgent de cesser de financer toutes ces initiatives privées qui les sont au détriment de l’etat ? Que font les au minimum septuagénaires qui ont jure en 1959 ? Pourquoi s’attaquer a la seule école catho, très marginale en termes d’emploi et de budget par rapport a cette armée de subventionnaires prives ? Qui plus est, cette derniere est au moins cautionne par l’engagement humain et financier de ses usagers la ou les autres sont souvent limite propriété personnelles de leurs employés, sans même contrôle des bénéficiaires. Que fait la gauche de la gauche pour dénoncer ce scandale ?


                    • CHALOT CHALOT 6 janvier 2011 08:51

                      Il faut être ignorant-et c’est un droit- que de lancer de tels arguments. Les associations d’éducation populaire qui ont déjà vu rogner leurs subventions remplissent une mission de service public. Si elles n’assuraient pas ces actions il faudrait que l’Etat et les collectivités territoriales le fassent.
                      Quant au contrôle il existe, il est même quelque peu tatillon.
                      Dans l’article je ne m’attaque pas à l’école privée mais à un financement non obligatoire d’investissements, effectué par un conseil régional de gauche.
                      L’argent public est destiné au public et non à des entreprises de nature privée.
                      Au-delà de l’obligatoire, déjà insupportable, la « gauche » n’a pas d’autres obligations de l’application stricte d’une loi contestable mais légale.


                      • eric 6 janvier 2011 10:25

                        les associations sont privées comme les écoles du même nom.
                         mais les écoles privées sont soumises a des obligations de service public, programme, niveau des enseignants, inspection, concours et diplôme d’etat, contrôle par l’etat ( bac par exemple) on a donc des éléments de contrôle des résultat. Si les écoles privées « n’assuraient pas ces fonction, il faudrait que que l’État et les collectivités territoriales le fassent » Or, dans ce domaine, il y a une obligation légale d’offrir despossibilites d’education a tous.
                        Les associations pompent le fric du contribuable sans aucune de ces procédure de contrôle. Sans parler des mises a dispo, education nationale ( leo lagrange par exemple) alors même que le service public manque, dit on de bras.
                        Qui plus est, il n’y a aucune obligation légale de les financer en rien.

                        A argent public service public, cessons de financer ces associations privées.

                        Enfin, aussi a gauche soit on, on peut difficilement ignorer completement la democratie et le peuple. L’ecole prive se développe a la demande des usagers qui sont pret a mettre de leur poche et a descendre dans la rue pour la défendre. Les pseudo association se développent sous la pression de leurs salaries que l’on peut soupçonner de ne pas être complètement étrangers a des considérations corporatistes. On voit des parents manifester pour défendre leur école, on a pas vu beaucoup de chômeur se battre pour défendre le service public de l’emploi.
                        Et puis les écoles catho sont de vrais associations, peuplées de bénévoles. L’éducation populaire est tellement professionnalisée, qu’une année, ils avaient eu le culot de proposer dans une loi de finance la possibilité de « rémunérer des bénévoles »
                        Halte a la tartufferrie, ces assoc sont le principal refuge et mode de financement des militants d’extreme gauche et de gauche> Si ils sont cohérent, argent public a structure public, qu’ils s’appliquent leurs propres principes a eux même avant de vouloir les administrer aux autres.

                        Combien de vrais bénévoles dans vos différentes associations ? Quelle part du budget assurée par les contributions volontaires des membres bénévoles non rémunérés ?
                        Ou est le peuple chez vous si ce n’est comme justification de vos salaires ?


                        • CHALOT CHALOT 6 janvier 2011 11:03

                          Eric ! vous êtes hors sujet à propos des associations, question qui n’est pas abordée dans mon texte.
                          Si l’Etat et les collectivités territoriales financent les associations c’est parce qu’elles assurent un service qu’ils seraient contraint d’assurer si ces associations n’existaient pas.
                          Cela leur coûte beaucoup moins cher que d’assurer eux mêmes l’action.
                          ( mon association locale familles laïques dispose d’une secrétaire permanente et de 57 bénévoles. Si la ville devait prendre en charge le projet qui répond à une demande sociale , il lui faudrait recruter cins à six fonctionnaires)
                          Pour les écoles c’est différent : il existe une école publique et la concurrence de l’école privée est un coût exhorbitant pour les fonds publics.


                          • eric 6 janvier 2011 12:23

                            Pas du tout, on parle bien de l’argent public pour des organisation privées non ?

                            Il existe une école publique et on ne voit pas très bien pourquoi elle serait obligée de sous traiter a des association d’éducation populaire. Elle n’est pas suffisante ? Elle n’éduque pas assez ? Est ce faute de moyen ? Les bénévoles de l’éducation populaire ont ils les diplômes nécessaires pour pallier aux insuffisances de l’école publique, L’argument du cout inférieur est exactement celui qu’utilise l’ecole catho.
                            Dans mon association cultuelle 1905 il y a 900 familles et un professionnel rémunéré sans subvention. Pourquoi les asso laïques ne parviennent elles pas a en faire autant ?

                            Une assoc qui ne vit que grâce a l’argent de l’État est elle encore une assoc ou une sorte de démembrement pour faire du service public au rabais ?

                            Qui évalue qu’il y a une demande sociale si les intéressés ne sont pas prêt a participer en temps ou en argent et ne comptent que sur des subventions.
                            Pour l’ecole privee, la demande sociale est incontestable et prouvee par la participation des usagers. Pour les animateurs sociaux elle est en général présumée, postulée par eux même.


                            • pastori 6 janvier 2011 13:39

                              les partis quels qu’ils soient sont peuplés d’êtres humains, chargés de toutes les qualités et toutes les tares des humains. 

                              pourquoi les hommes politiques serait-ils parfaits ?

                              il en est de même des communautés nationales.

                              par conséquent, si tel ou tel dérape, il suffit de dire à tel ou tel : reste chez toi, devient cantonnier ou facteur, et laisse ce travail pour lequel tu n’est pas fait. 
                               comment ? simplement en ne votant pas pour lui aux élections nationales et internes aux partis. !

                              tel phénix élu qui tire les ficelles d’un parti devient un simple quidam une fois battu.

                              Ne confondons pas les philosophies et les hommes. choisissons la philosophie qui apporte le maximum de bien être au plus grand nombre, et choisissons pour la mettre en oeuvre les hommes et femmes capables de le faire.
                              mais renvoyons sans état d’âme à leurs chères études les nuls qui peuplent les partis.
                              comment changer les hommes des partis démocratique ?, (sûr que chez le pen ce n’est pas faisable !) ?  
                              en y adhérant et en votant de l’intérieur. tout simplement.

                              se contenter de commenter, râler, espérer, en restant observateurs extérieurs ne permet pas de faire changer les choses. 

                              on s’implique, on participe, ou alors on accepte que d’autres décident pour soi.
                              .



                              • CHALOT CHALOT 6 janvier 2011 15:47

                                Eric ! Il y a de la confusion dans vos propos :
                                jamais les associations ne se sont positionnées pour intervenir durant le temps scolaire pour des enseignements.


                                • eric 7 janvier 2011 08:17

                                  Et alors ? Les enfants sont déjà mobilises par l’école plus de 35 heures par semaine. Est elle a ce point inefficace qu’il soit nécessaire de poursuivre leur éducation hors temps scolaire ?
                                  Et alors, pourquoi confier cette mission a des associations privées si hors de l état point de salut ?
                                  De toute facon, la liberte de choisir son ecole est inscrite dans la declaration des droits de l’homme, et ce n’est pas a un vieux marxiste comme vous que j’expliquerai la différence entre liberte formelle et relle. Qu’est ce qu’une liberte sans les moyens qui vont avec ? Pourquoi dans le seul domaine scolaire, l’etat devrait il refuser de soutenir les initiatives « civiles civiques citoyennes » de parents qui s’engagent dans l’autogestion de l’education de leurs enfants au sein d’une démarche associative ? Surtout si l’ensemble du cahier des charges EN est respecte ?
                                  Mémoire courte ?
                                  Rapellez vous qu’au milieu du 19eme, la gauche etait farouchement favorable a l’École libre au nom du refus de la mainmise de l’État sur les enfants. Mais a l’epoque il n’y avait pas separation d’avec l’eglise. Votre problème n’est pas la laicite ou la beaute du service public, mais le controle ideologique de l’ecole et des enfants d’une part, et la defense des interets corporatistes d’une profession qui ne supporte pas une concurrence qui pointe du doigt ses insuffisances et son inadaptation, en particulier en ce qui concerne l ’éducation des plus défavorisés. C’est un combat stupide et d’arrière garde et qui met en évidence une grande hypocrisie. soit il est bon que les citoyens s’auto organisent se prennent en charge et cela est vrai dans tous les domaines y compris l’ecole, soit seul l’etat est capable d’assurer un service de la collectivité et il n’y a pas d’association qui vaille sauf a se financer exclusivement par elles mêmes.

                                  Si vous êtes vraiment attache au principe argent public service public, vous devirez refuser vos subventions


                                  • CHALOT CHALOT 7 janvier 2011 09:36

                                    Vous êtes encore sur un autre départ et vous confondez les associations d’éduc pop et celles qui ne sont que des « entreprises » socio-éducatives...J’y reviendrai d’ailleurs dans un prochain article
                                    en ce qui concerne le temps libre post et péri scolaire, les pouvoirs publics ne font que subventionner à moindre coût un service qu’ils ne peuvent pas prendre.
                                    Quant à la liberté d’enseignement je ne m’y oppose pas.
                                    Simplement le respect du principe à fonds publics écoles publiques à fonds privés écoles privées.


                                    • eric 7 janvier 2011 19:49

                                      Pas de pb, 10 point de pib d’argent public géré par des associations privées dans le secteur sanitaire et social, 1,6 millions équivalent temps plein avec une prédominance d’officines dépendant des différents partis de gauche et une efficacité dont l’État social du pays donne une idée. Qu’est ce qu’on fait ? Vous vous souvenez quand les jeunes auditeurs de la cour des comptes se sont rendu compte que les administrateurs de l’UNAF étaient beaucoup mieux payes qu’eux et on commence a poser des question sur leur représentativité réelle ? C’est le fond de la question. Il est tres dangeureux de s’attaquer a l’aide a l’ecole citoyenne ( par opposition a etatique) parce qu’elle a plus d’argument a faire valoir sur son utilite sociale et qu’on ne pourra pas arreter la la demarche parce que le gros de l’argent public entre des mains de facto privées sans réel contrôle des procédures, des buts des résultats et de l’utilité sociale n’est pas entre les mains des écoles. Si a fond public organisation publiques, commencez par vous. Soyez exemplaire ou ne reprenez pas les arguements, fondes des ecoles prives (couts par eleve inferieur, resultats plus concviancant)


                                      • CHALOT CHALOT 7 janvier 2011 22:05

                                        Comment peut on vouloir être crédible quand on confond les associations enfance jeunesse et d’éducation populaire qui fonctionne sur le principe du bénévolat et des associations du secteur sanitaire et social qui ne sont bien souvent des constructions avec un CA de représentants d’institutions et un fonctionnement qui s’appuie sur des professionnels.
                                        Oui je suis pour fonds publics à l’école publique .
                                        Venons en aux associations.
                                        Historiquement ce sont des bénévoles qui payaient sur leur denier personnel le matériel et l’essence pour se déplacer qui ont fondé le scoutisme, les colonies de vacances et les patronages.
                                        Si dans une commune X le conseil municipal décide de municipaliser les structures en gardant les orientations : accueil éducatif de tous les enfants, accessibilité et rendre les enfants acteurs je serai le premier à dire bravo et l’association qui a commencé l’action disparaîtra ou fera autre chose.
                                        L’association ne vit que pour son projet et non pour sa survie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès