Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Parlement européen engage des mesures de rétorsion contre (...)

Le Parlement européen engage des mesures de rétorsion contre l’Argentine

Le Parlement européen a approuvé une résolution qui invite l’union européenne à prendre toutes les mesures nécessaires pour répondre à la décision du gouvernement argentin de nationaliser la compagnie pétrolière YPF, contrôlée par le groupe espagnol Repsol.

 Ypf a été mise en vente par le président de droite de l’époque, Carlos Menem, alors engagé dans une vaste entreprise de privatisation d’entreprises œuvrant dans les secteurs stratégiques, dont celui de l’énergie. Une dérive qui a été arrêtée à temps par la présidente péroniste Christina Kirchner, qui a fait de la défense de la souveraineté nationale un de ses principaux objectifs.

 La résolution, approuvée par 458 votes oui (contre 71 non et 16 abstentions – il y avait tout de même 206 absents…), juge « unilatérale et arbitraire » la décision du gouvernement argentin. La commission européenne a donc été invitée à recourir à tous les instruments juridiques mis à disposition par l’OMC (organisation mondiale du commerce) et le G 20.

Mais ces dispositions ne suffisaient visiblement pas, et sous la pression de la canaille libérale, la commission devra éventuellement s’activer pour revoir les intérêts commerciaux entre l’Argentine et l’Union européenne et donner le feu vert à la suspension partielle des « avantages » dont jouissait jusqu’à présent l’Argentine en matière de tarifs douaniers.

L’Argentine, aux yeux des ploutocrates européens, est bien évidemment coupable de vouloir défendre sa souveraineté nationale surtout après que les groupes étrangers ont tiré d’énormes profits, principalement en augmentant de manière indécente les prix de l’énergie. D’où la décision du gouvernement Kirchner de bloquer ces derniers pour venir en aide aux familles pauvres et aux classes moyennes là-bas aussi en voie de prolétarisation. Une mesure qui a d’ailleurs poussé quelques groupes étrangers à réduire leurs investissements en Argentine, voire à y envisager al fin de leurs activités.

Le commissaire au commerce, le belge Karel De Gucht, a pris toutes ses précautions en soutenant « qu’il fallait regarder de près la question et l’étudier dans toute sa complexité ». Il semble en fait reconnaître à moitié que l’Argentine n’a pas tous les torts en voulant protéger ses citoyens de la voracité des entreprises étrangères qui espèrent toujours avoir une terre à conquérir et à rapiner.

 Capitaine Martin


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Ronald Thatcher rienafoutiste 24 avril 2012 16:04

    L’angleterre n’a qu’à bombarder un ptit peu l’Argentine, pour leur apprendre à ces gauchos comment ça fait de vouloir s’émanciper de la Doctrine Libertarienne(TM). Non mais...
     smiley 


    • Susanoo ! Susanoo 25 avril 2012 15:07

      Le pire c’est que ça risque d’arriver.
      A force de trop provoquer, les dirigeants argentins vont finir par trouver ce qu’ils cherchent.
      L’Amérique Latine n’est pas en position de prendre ce genre de décisions.
      Si l’Angleterre intervient il a été prouvé que le Chine et la Russie ne soutiendront pas l’Argentine.
      La puissance militaire des pays d’Amérique Latine réuni ne fait pas le poids face à la puissance militaire Britannique.
      Et la puissance militaire de la Chine et de la Russie réuni ne fait pas le poids si loin de leur frontière face à la puissance militaire US qui soutiendra l’Angleterre.
      C’est vraiment un jeu dangereux.
       


    • paul 24 avril 2012 19:44

      Cette nouvelle de dé-privatisation a été peu reprise dans les médias principaux, ce n’est pas le moment de donner mauvais exemples à nos réflexions politiques du moment ...

      L’Argentine, pays producteur de pétrole,a dû en importer en 2011 pour 9 Mds de $, en raison du non investissement sur place de YPF dans l’exploitation de gisements connus, et du « pompage » des bénéfices vers les actionnaires extérieurs au pays .

      Il faut rappeler que les ressources naturelles de l’Amérique latine ont fait l’objet d’un pillage par les compagnies transnationales à partir des années 1980, en application du Consensus de Washington, ensemble de mesures appliquées aux pays endettés : Banque Mondiale et FMI, qui ont poussé ces pays à s’endetter, et ont imposé : libéralisation,privatisation,déréglementation ,pour rembourser la dette .
      Ces mesures, relayées par les dictatures militaires soutenues par la CIA, ont permis la privatisation par exemple de l’eau en Bolivie,du cuivre et du Charbon au Chili, et donc du pétrole au Venezuela ou en Argentine, jusqu’à l’opposition de leurs gouvernements .


      • jeanclaude 24 avril 2012 21:34

        Les éléments juridiques pour apprécier la manière dont l’Argentine prend des décisions unilatéralement sont insuffisamment précisées pour qu’on vous suive sans interrogation.


        • Al West 25 avril 2012 00:06

          Je ne trouve pas la resolution sur le site votewatch, quelqu’un pourrait voler a mon secours ? Merci.


          • eresse eresse 25 avril 2012 00:24

            "La commission européenne a donc été invitée à recourir à tous les instruments juridiques mis à disposition par l’OMC (organisation mondiale du commerce) et le G 20."

            L’Argentine en rejoignant les BRICS faira bientôt, à l’instar des autres membres des BRICS, un magnifique doigt d’honneur à l’OMC, G20 et autres instances occidentales.
            Ces pays ont les ressources, et dans un contexte de compétition acharnée pour l’accès aux ressources naturelles, ils ont un avantage certain sur nous.
            La nouveauté, ils ne sont plus prêts à se laisser dépouiller et se regroupent.


            • caramico 25 avril 2012 10:17

              Merde à l’Europe, vive l’Argentine....


              • latortue latortue 25 avril 2012 14:55

                Cest un début l’Argentine met en place une politique de longue haleine,depuis dix ans commencé par le président de la République Nestor Kirchner puis par sa femme qui lui a succédé à ce poste. Cette politique est approuvée par une très grande majorité du peuple argentin : elle consiste à rendre à la République Argentine sa souveraineté et son indépendance nationales, et sa capacité à assurer la justice sociale entre ses habitants.(ça ne vous rappel rien ??) Ses succès sont remarquables.

                Elle fait suite a la main mise du FMI et de sa clique , pour pratiquer une politique ultra-libérale de privatisation à outrance de toute son économie. Cette politique est assez comparable à celle dont sont actuellement affligés la France et les pays de l’Union européenne, sous les exigences du même FMI et de la Commission européenne .

                Tout ce qui va a l’encontre de ceux qui possèdent les richesses du monde est irrémédiablement mis au banc des accusés ,ou tué dans l’oeuf comme en Libye ou kadhafie avec son dinar or voulait s’affranchir de l’euro et du dollar et libérer l’UA de la main mise de ces vampires ,total la Libye est détruite et le peuple est revenue 100 ans en arrière .Relisez vos livres d’histoire c’est bien là le motif caché de pas mal de guerre ,comme aussi récemment en côte d’ivoire .Ultra libéralisme la maladie du siècle qui va tuer les peuples .


                • cliquet 25 avril 2012 20:19

                  C’est tout le problème de la préférence nationale. Une entreprise, quelle qu’elle soit, est dans une logique purement commerciale et ne prend en compte que ses intérets financiers. Un gouvernement soucieux de preserver l’avenir et, tant que faire se peut, le bien-être de ses électeurs-citoyens, sera dans une logique différente. C’est tout le problème du libéralisme économique qui est ainsi posé.
                  Il faudra bien tôt ou tard sortir de cette théorie ou du moins la réserver aux seuls secteurs dans lesquels la souveraineté d’un état n’est pas engagée.
                  L’energie, c’est un peu comme la défense nationale ; peut-on imaginer de la confier à une entreprise privée à capitaux étrangers ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès