Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le partage selon la rue

Le partage selon la rue

Ce devrait être la valeur suprême d’un pays qui a inscrit au fronton de sa République : Egalité, Fraternité... Tu parles...

Pour un peu (non, beaucoup) d’argent, nos hommes politiques se vêtent d’un costume réversible, fourré de trahison, et arborent le sourire carnassier de l’arriviste des beaux quartiers qui mène grand train de vie... Et ceux qui ne sont pas du sérail prennent leur élection pour une invitation à tout se permettre. C’est tout juste s’ils ne pensent pas (vraiment) qu’ils donnent leur vie au peuple. Mais celui-ci n’a pas à savoir les gâteries qu’il reçoit ou se donne, en échange de leur sacrifice. Mais ils sont en fait les scarificateurs, et les victimes sont ceux au nom desquels ils parlent. Le maire socialiste de Caen a d’ailleurs dit récemment : "Je suis pour la démocratie participative, pas pour la démocratie directe." Au moins comme ça, selon leur mandat, les politiques sont tranquilles pendant plusieurs années.

Eh bien je dis que ça suffit.
Si l’on veut le partage du travail, en politique, un seul mandat par élu. Dans le monde des medias, une seule émission par animateur et pas d’animateur qui soit producteur en même temps. Dans la fonction publique, pas d’heure supplémentaire...
Je suis le premier à trouver ces mesures difficiles à appliquer. Mais si l’on veut donner du travail aux exclus des études, aux jeunes étudiants diplômés, à toutes les femmes qui le souhaitent et même aux seniors, il faut un regard humaniste (et même spirituel).

Qui pour appliquer cette politique ? La droite qui s’égare dans le profit ? Il ne vous échappe pas que notre pays est devenu profondément inégalitaire et que si les medias n’essayaient pas de faire passer pour de la modernité l’exploitation des plus faibles, économiquement et intellectuellement, nous pourrions inventer des réponses à la hauteur de la crise de civilisation qui s’est abattue sur nous, sans même que les politiques ne nous l’annoncent... Et la gauche ? Pas mieux, avec ces tâcherons socialistes à la traîne de la droite qui s’assoient sur des principes qu’ils ont étrennés dans des soirées raffinées où l’on parle du pauvre du bout des lèvres, en le feignant de le plaindre de ne pas pouvoir espérer mieux.

En France, décidément, c’est bien la rue, et elle seule, qui, en manipulant par ses votes, ces marionnettes décaties, redonnera des couleurs à la rue... Comme en Guadeloupe...

Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 5 avril 2010 11:49

    Liberté ? De plus en plus réduites, tant individuellement que collectivement. Mais toutes ces remises en cause se font « en cachette » et n’ont pas encore été constatées par « les masses »...
    Egalité ? Faut il rire ? Ni socialement, ni devant la loi, ni ... nulle part.
    Fraternité ? Seuls les plus modestes l’appliquent encore... parfois.

    On peut se demander combien de temps ces illusions tiendront encore ?


    • poetiste poetiste 6 avril 2010 09:04

      Ah ! Très bien cet article ! Puisse-t-il ne pas rester lettre morte et réveiller l’esprit révolutionnaire du Français ordinaire. Il y a plus d’une Bastille à prendre, aujourd’hui. Inverser la vapeur qui fait le riche plus riche et le pauvre plus pauvre, voilà une « question qu’elle est bonne », comme aurait dit Coluche.
      Je ne sache pas que l’on se soit beaucoup préoccupé des plus pauvres, ni à droite, ni à gauche. Beaucoup de manifestations corporatistes dans les rues. La France entière ne devrait-elle pas descendre dans la rue pour réclamer l’inversion du mouvement qui n’a que des retombées négatives.
      La conscience collective est un instinct de conservation collectif ; est-ce à dire que nous ne l’avons plus ? J’ai travaillé six ans à la rue et je n’ai fait que de l’assistanat auprès des mourants. Alors ! On sort tous ensemble pour une révolution, c’est à dire faire un tour complet et revenir à la source de notre décadence.
      Chiche ! Propositions concrètes bienvenues.
      A.C

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès