Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le patronat annonce la couleur depuis longtemps

Le patronat annonce la couleur depuis longtemps

Le grand projet du patronat français et européen, celui qui progresse dans les faits, jour après jour, c’est une France et une Europe du recul social. On a beaucoup subi, et l’inquiétude grandit devant ce qui s’annonce. Mais, ce qui se met en place est pire que ce que s’imagine la plupart de ceux qui s’inquiètent. Et pourtant tout avait déjà été dit à la fin des années 1980, encore une fois on ne peut pas dire « On ne savait pas ! » …

Rappelons nous les déclarations de M. Perigot président du CNPF, l’ancêtre du Medef : « On va enfin dépoussiérer la société française, nous dit-il, la débarrasser de ses scories ». « Quelle est la finalité de l’Europe, en matière sociale ?  », ajoute-t-il, et la réponse est « à mon sens, c’est la flexibilité ». La grande erreur, nous avertit M. Périgot, serait de «  rêver de vivre tous comme ceux qui vivent le mieux ». Et sans s’embarrasser de formules, il continue : «  Unie, l’Europe devra définir un nouveau type de rapports sociaux fondés sur la flexibilité, le respect des différences, l’épanouissement des aspirations individuelles. Personne ne saurait gagner la bataille de l’Europe en préservant frileusement les acquis d’un monde aujourd’hui révolu. » Les commentaires sont inutiles. M. Périgot dit tout, dans son langage de grand patron, L’Europe qu’il veut vraiment nous faire, c’est celle-là, La France qu’il veut , c’est celle qui accepte ce fantastique effondrement social.

Que valent alors à la même époque les discours de F. Mitterrand, Président de la République, qui affirme : « l’Europe sera sociale ou ne sera pas  » et déclare qu’il « ne veut pas d’une Europe dans laquelle il y aurait une régression ». M. Giscard d’Estaing se répand à son habitude en déclarations de bonnes intentions, tandis que le Président de l’Assemblée Nationale, M. Laurent Fabius, affirme vouloir « l’Europe sociale vers le haut ». C’est fou ce que les bonnes intentions peuvent s’afficher par les temps qui courent ! En réalité, c’est tout le contraire qui se fait, et tous le savent d’autant mieux que cela résulte des décisions sur lesquelles s’accordent les chefs d’Etats et de gouvernements. C’est M. Périgot qui dit la vérité ! Ce qui est voulu, décidé, et déjà en route en France même et dans chacun des douze pays de la Communauté, c’est bel et bien la mise en concurrence des travailleurs de ces pays pour aligner vers le bas leurs conditions sociales, car l’objectif est la destruction des acquis sociaux.

Déjà le budget de 1990 est le premier budget que l’on peut qualifier d’essentiellement européen. Les choix européens dictent les mesures qu’on applique déjà dans notre pays. Des statuts publics vidés de leur contenu, une protection sociale laminée, la disparition d’un tiers des lits d’hôpitaux, individualisation de la formation professionnelle, élaboration d’une classification des emplois du niveau de CAP dans une série de branches industrielles, préfigurant une « Convention collective européenne » dont on peut imaginer le contenu ! Il aligne étroitement l’évolution de l’économie française sur les « performances » allemandes en matière monétaire et en matière de prix. Il met en pratique l’ouverture tout azimut, dans la perspective de la mise en place du grand marché communautaire. Le résultat, c’est déjà une réduction massive d’impôts, évaluée à 15 milliards environ, pour le capital. Et pour compenser, une nouvelle réduction des dépenses socialement utiles atteint particulièrement le secteur public où la rigueur salariale régnera plus que jamais, et où une nouvelle réduction d’effectifs de l’ordre de 1,5 % est prévue.

Depuis la situation n’a cessé d’empirer années après années. C’est à cela que l’on doit faire face, et contre quoi il faut lutter. Il faut une réplique d’envergure du niveau de l’agression dont les travailleurs sont l’objet en France et dans l’ensemble des pays de la Communauté Européenne. Car tous les gouvernements qui se sont succédé depuis 1990 ont fait une politique de droite. Çà fait du mal à entendre, mais le PS n’est plus à gauche, et le PC est moins à gauche que le PS d’il y a 30 ans, on dérive vers une droitisation des idées, une acceptation du recul social. Les syndicats ont aussi leur part de responsabilité depuis qu’ils sont devenus des « partenaires sociaux » et qu’ils acceptent les mascarades de négociations orchestrées par le Medef et les politiques à sa botte. La Confédération européenne des syndicats (CES) fait un constat de situation qui n’est pas différent de celle –ci, mais ce qui manque, c’est l’action. Elle critique, mais se prête à la mise en œuvre de l’intégration telle que l’imposent capitalistes et gouvernements. On ne pourra pas dire qu’on n’avait pas été prévenu … Mais depuis une eau pas très claire a coulé sous les ponts de la Gauche et du syndicalisme de classe.

YAN HAMAR

http://2ccr.unblog.fr/2014/04/02/le-patronat-avait-annonce-la-couleur-depuis-longtemps/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 31 mai 2014 11:24

    8,4 millions de citoyens sous le seuil de pauvreté plus 9 millions de demandeurs d’emploi c’est qu’elle couleur s"il vous plait ??


    • Tintin Tintin 1er juin 2014 15:46

      C’est une question piège. Ce qui est certain c’est que cela va finir par saigner.
      Donc virer au rouge sur fond noir ( avec tibias ).


    • jaja jaja 31 mai 2014 11:45

      Syndicalisme de classe qui existe malgré tout comme chez ces syndicalistes de SUD-PTT convoqués à la Sûreté territoriale et mis en garde à vue... Plusieurs d’entre eux passant en Commission de discipline en vue de leur licenciement...
      Il existe encore des équipes militantes qui résistent, ce que ne nous disent pas les grands médias...Luttes que nous devons soutenir !

      Notons aussi la belle première victoire des Fralib... « La multinationale Unilever qui voulait fermer l’usine de thé de Gémenos est condamnée par le TGI
      de Marseille. Le PSE est annulé et les licenciements sont interdits. »

      Notons que le licencieur contrarié Unilever annonçait il y a quelques jours un chiffre d’affaires en progression de 11,1 %, soit 44,3 milliards d’euros.


      • Anaxandre Anaxandre 31 mai 2014 13:47

         L’UE étant une création oligarchique (elle ne s’est pas créée suite à des manifestations massives des peuples européens pour s’unir !), il est bien évident que ce « machin » c’est en fait le bras armé du Capital contre le Travail, et même du Capital transnational contre le Travail européen, ce qui est en soi assez hallucinant, surtout quand on écoute nos propres dirigeants français venir nous vanter les bienfaits de l’UE !

         Quand je pense qu’il suffirait à chaque citoyen au plus de quelques heures pendant un weekend pour s’informer sérieusement sur ce qu’est profondément l’UE, ses origines, ses doctrines, ses buts, pour avoir envie de ressortir le Rasoir National...


        • lsga lsga 31 mai 2014 13:47

          Donc ? Pour lutter contre l’Europe Bourgeoisie, il faut un prolétariat uni à l’échelle de l’Europe. 


        • Anaxandre Anaxandre 31 mai 2014 13:59

           Aaahhh ! Je suis poursuivi jusqu’ici par Pangloss ! smiley smiley
           Isga, tu as certainement compris que nous sommes souvent d’accord sur les causes, les constats, mais pas sur les solutions. L’avenir tranchera...


        • lsga lsga 31 mai 2014 14:05

          l’avenir tranchera ?

           
          c’est la première fois que je t’entend tenir des propos progressistes. Toi qui souhaite le retour vers le passé, j’aurais cru que tu dirais : « le passé tranchera » smiley

        • Anaxandre Anaxandre 31 mai 2014 14:10

           ...quoiqu’il y a peut-être de l’espoir : de la Révolution mondiale du prolétariat, tu es déjà passé à une simple lutte au niveau européen !

           Finiras-tu par te ranger à l’idée de Révolution nationale ?...


        • Anaxandre Anaxandre 31 mai 2014 14:15

           La notion de « progrès » est intrinsèquement religieuse Isga, et je ne suis pas un religieux ; je constate juste un progrès technique / technologique qui ne modifie en rien ce qu’est l’homme. On a beau maquiller les réalités, sur le fond nous n’avons pas évolué d’un iota depuis les Grecs.


        • lsga lsga 31 mai 2014 14:16

          alors, la Révolution Nationale a déjà eu lieu en 1789, ce sont les bourgeois libéraux et franc-maçons qui l’ont faite (tu sais, les créateurs de l’État Nation).

           
          Maintenant, au tour de la Révolution Continentale, et si possible, juste derrière, de la révolution mondiale. 

        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 31 mai 2014 14:17

          Isga ,et il suffit de le suivre dans ses contradictions sur le temps ,est déjà passé par les révolutions régionales ... smiley
          Il finira par la révolution de sa chambre ,sa môman étant la représentante etc ..etc smiley


        • lsga lsga 31 mai 2014 14:17

          alors, les révolutions régionales ont déjà eu lieu aussi, au 19ème siècles (les Canuts, la Commune tout ça...).

           
          donc je répète : la Révolution Nationale a déjà eu lieu en 1789, ce sont les bourgeois libéraux et franc-maçons qui l’ont faite (tu sais, les créateurs de l’État Nation).
           
          Maintenant, au tour de la Révolution Continentale, et si possible, juste derrière, de la révolution mondiale

        • Anaxandre Anaxandre 31 mai 2014 14:41

           Comme tu le confirmes toi-même, 1789 ne fut pas une Révolution Nationale mais une « révolution » bourgeoise (qui n’a jamais été en réalité qu’une accélération du temps, la bourgeoisie ayant déjà largement pris le contrôle du pouvoir en France au cours du XIXème) ; j’attends moi une tout autre Révolution.


        • Anaxandre Anaxandre 31 mai 2014 14:44

           « ...au cours du XVIIIème... » évidemment !


        • lsga lsga 31 mai 2014 14:44

          une Révolution Nationale au sens très précis du terme :

           
          avant 1789, la Nation n’existait pas (on avait un Royaume extrêmement divisé, en province avec chacune leurs douanes, leurs frontières, leurs langues, leurs coutumes).
           
          1789 est une Révolution National dans le sens ou, non seulement à lieu à l’échelle de la Nation, mais en plus, elle est celle qui a créé la Nation. 
           
          Maintenant, au tour de la révolution continentale. 


        • Anaxandre Anaxandre 31 mai 2014 14:50

           Plus le temps de disserter pour l’instant... La Révolution attendra encore un peu...
           À plus !


        • lsga lsga 31 mai 2014 14:51

          la Révolution Nationale a déjà eu lieu, donc rien à attendre de ce côté là.


        • mmbbb 31 mai 2014 20:49

          un proletariat a la russe avec une nomenklatura comme la situation des syndicats francais qui vivent de leurs privileges et comme la CFDT partageant la meme couche avec le patronat 


        • lsga lsga 3 juin 2014 11:38

          Clovis parlait l’allemand, il n’était pas français. 

           
          Tu aurais dit Alaric encore, je na dis pas... Lui a mis Rome à feu et à sang, et fait la gloire de l’Occitanie. Mais Clovis ? Ce soumis ? ce vaincu ? le plus honteux des rois germains.... Laissez donc ce tâchon aux allemands. 
           
          D’ailleurs, Kar Der Grobe (Carlus Magnus, dit honteusement « charlemagne ») est considéré comme Allemand par les allemands, et à raison : Il est né en Allemagne, à placé sa Capitale en Allemagne, et parlait une langue beaucoup plus proche de l’Allemand que du français.
           
          Bref, la Nation Français est né en 1789, à travers les Révolution Nationale des franc-maçons et des jacobins. Vous avez plus de 200 ans de retard. 

        • Tintin Tintin 31 mai 2014 18:53

          Bonjour,
          Merci l’auteur ROBERT GIL pour ton article.


          • Tintin Tintin 31 mai 2014 19:09

            Je relève deux point de l’article.
            « l’objectif est la destruction des acquis sociaux. »
            La finance demande officiellement le fin des acquis sociaux et c’est a nous de demander la réglementation des pratiques financières et le changement du montage financier et économique de l’ UE
            Nous devons aussi exiger l’éradication des paradis fiscaux et un embargo mondial sur ces places financières qui travaillent avec l’argent sale.
            « Mais depuis une eau pas très claire a coulé sous les ponts de la Gauche et du syndicalisme de classe. »
            Oui le patronat et la finance ont du soudoyer pas mal de monde. Acheter les syndicalistes c’est plus rentable et facile.
            Un syndicaliste non corrompu est un homme respectable et courageux de nos jours.

            Dire cela c’est banale mais c’est le début . On ne construit rien de bien dans une boue nauséabonde

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès