Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le pédophile et le président

Le pédophile et le président

Il n’a pas de chance, Nicolas Sarkozy : à peine remonté (modestement) dans les sondages, patatras ! voilà qu’il replonge. Non dans les eaux turquoise du Cap Nègre, mais dans les abysses de l’impopularité comme le montre l’enquête IFOP-JDD du dimanche 21 août : 33 % d’opinions favorables contre 67 % d’opinions défavorables ! Au grand dam des caciques de l’UMP fort inquiets de cette rechute à 9 mois de la fin du bail...

 Malgré des projections toujours nettement négatives vis-à-vis des champions socialistes en termes d’intentions de vote lors de la présidentielle, beaucoup à droite se réjouissaient de l’embellie sondagière qui semblait marquer la « représidentialisation » de Nicolas Sarkozy (comme si un président digne de ce nom avait besoin de se « représidentialiser » !). C’était compter sans l’émergence, en cette période de pêche aux bigorneaux et d’élection de Miss T-shirt mouillé, d’un nouveau krach boursier induit tout autant par les perspectives d’une récession américaine que par l’indigence des décisions politiques dans la zone euro.

 Pour faire court, Nicolas Sarkozy parvient à redorer quelque peu son image dès lors qu’il est politiquement inactif et passe son temps à se faire photographier par les « paparazzis officiels » en caleçon de bain dans les eaux de la Méditerranée ou à vélo sur les routes du Var. Mais la maîtrise d’une bicyclette n’a rien à voir avec la conduite – ô combien plus délicate ! – du char de l’État, et notre incompétent pilote a pu, une nouvelle fois en ce mois d’août, mesurer à ses dépens à quel point il a perdu la main, si tant est qu’il l’ait jamais eu un jour comme le démontrent les analyses à froid de ses actions antérieures, inversement proportionnelles en termes d’efficacité à ses fanfaronnades médiatiques. Pire encore : Nicolas Sarkozy a pu mesurer combien il est dévalorisé dans l’opinion, au point de rendre inaudible sa propre parole et celle de ses collaborateurs. La nouvelle et grave crise boursière qui s’est abattue sur les places financières est à cet égard un terrible révélateur...

 Souvenons-nous du mercredi 10 août. Ce jour-là, Nicolas Sarkozy, revenu tout exprès du Cap Nègre, convoque une réunion de crise destinée à montrer à la face du monde que le Maître est là et que, sous sa férule, tout va rentrer dans l’ordre. Á l’issue de cette réunion, un point de presse est organisé dans la cour de l’Élysée par le calamiteux François Baroin. Valérie Pécresse, porte-parole réduite au silence, se tient deux pas en arrière du roquet baryton. Elle a, pour la circonstance, été cantonnée à un rôle muet : celui du chien qui, posé sur le tableau de bord d’une voiture, hoche la tête avec un regard niais. Résultat de cette mise en scène sans la moindre annonce politique ou économique concrète : 5 % de chute du CAC40 dans les heures qui suivent, conséquence de rumeurs sur la Société Générale mais aussi de la stupéfaction des marchés devant l’incurie gouvernementale. Bravo les artistes !

 Souvenons-nous également du mardi 16 août. Ce jour-là, Nicolas Sarkozy suspend une nouvelle fois ses ronds aquatiques dans la Méditerranée pour sauver l’Europe lors d’une réunion avec Angela Merkel. Et cela, bien que l’entourage de la Chancelière ait préalablement annoncé qu’il était hors de question d’aborder la seule question d’importance : la création rapide des « eurobonds ». Qu’à cela ne tienne, Nicolas Sarkozy, tel un caniche craintif, se couche devant le dogue allemand avant de lécher la pomme de la Chancelière. Suit un « sommet » dont il ressort que France et Allemagne vont promouvoir une résucée de la taxe Tobin. Problème : ni la Chine, ni les États-Unis, ni la Russie, ni la Grande-Bretagne ne veulent en entendre parler, renvoyant de facto cette innovation aux calendes grecques. Cela n’empêche pas Nicolas Sarkozy de jouer une fois de plus les matamores, en dépit d’un accueil pour le moins dubitatif, voire rigolard, des économistes et des éditorialistes. 48 heures plus tard, l’indigence de la réponse politique européenne et les mauvais chiffres de l’économie américaine plombaient une nouvelle fois les marchés : 5,5 % de chute à Paris ! Encore bravo les artistes !

 Comble de malchance pour le monarque, il était écrit que ce « mensis horribilis » ne se contenterait pas de la tourmente boursière et des menaces sur le remboursement des prêts souverains octroyés par les banques françaises. Voilà qu’à Marseille, des « racailles », curieusement rescapées du traitement au « Kärcher » et de la « tolérance zéro » naguère promis par un certain Sarkozy Nicolas, prenaient carrément le contrôle d’un parking de centre-ville sous le regard impuissant des Phocéens, rançonnés au cœur de leur cité, et d’une Bonne Mère stupéfaite au sommet de sa colline. Un « fait d’armes » d’autant plus médiatisé que les chiffres de la délinquance explosaient, avec notamment une forte augmentation ces derniers mois du nombre des hold-up, faisant de Marseille une vitrine emblématique de l’échec sarkozyste en matière de lutte contre l’insécurité et la délinquance.

 Qu’à cela ne tienne, Nicolas Sarkozy a pris personnellement les choses en main et décidé de limoger le préfet délégué à la sécurité Gilles Leclair pour le remplacer par Alain Gardère (ce sera fait le 29 août). Et cela huit mois seulement après l’arrivée de M. Leclair à Marseille ! Gardère, Leclair, deux proches de MM. Sarkozy et Guéant, deux hommes réputés à poigne. On a vu ce qu’a fait l’un, ou plutôt ce qu’il n’a pu faire en raison de la diminution drastique des moyens de la police marseillaise, imposée par MM. Sarkozy et Fillon dans le mitonnage de la bouillabaisse budgétaire. On verra ce que fera l’autre qui bénéficiera, il est vrai, du retour d’effectifs policiers qui ont cruellement fait défaut ces derniers mois. Mais nous sommes en Sarkozye, et ces effectifs manqueront, n’en doutons pas, dans d’autres villes, au risque de voir surgir ailleurs des difficultés tout aussi graves. Rassurons quand même les classes aisées de notre pays : il est hors de question de diminuer les effectifs de police des quartiers résidentiels !

 Reste, last but not least, la cerise sur le gâteau pour Nicolas Sarkozy : la mise en examen pour viol de Gilles Patron, parent d’accueil des sœurs Perrais dont l’une, Lætitia, a été sauvagement assassinée par Tony Meilhon, et l’autre, Jessica, présumée victime d’actes de pédophilie de la part de son père d’accueil. Un Nicolas Sarkozy qui, pour soigner son image compassionnelle, n’avait pas hésité, comme il l’a fait si souvent en d’autres occasions, à récupérer à son profit l’émotion suscitée dans l’opinion par le meurtre sordide de Lætitia. C’est ainsi qu’à deux reprises il a reçu Gilles Patron à l’Élysée alors que le père biologique de la jeune victime, Franck Perrais, était scandaleusement écarté de cette réception.

 Sans doute Nicolas Sarkozy doit-il, aujourd’hui, se mordre les doigts de s’être ainsi exposé à recevoir un homme dont le profil de pédophile récidiviste semble se dessiner de jour en jour. Il existe pourtant un point commun entre les deux hommes : la manipulation de l’opinion. En se drapant dans l’attitude exemplaire de père-la-vertu et de père-courage face à l’adversité, l’un comme l’autre ont trompé le public, le premier en dissimulant sous de vibrants accents de sincérité ses penchants pervers, le second en prétendant, la main sur le cœur, se faire le champion de la lutte contre une dette qu’il a creusée comme personne avant lui.

 Chacun dans son genre, ces deux hommes-là sont des faussaires !


Moyenne des avis sur cet article :  4.51/5   (89 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 22 août 2011 10:23

    Il n’y a pas que les pédophiles. Il y a aussi les riches bédouins despotes et terroristes qui plantent leur tente dans le jardin de l’Elysée et dans le cul du Peuple français en paradant à l’Assemblée nationale, lieu sacré de notre République. Ce qui a dû faire se retourner dans sa tombe le corps sans tête de Georges Danton mais aussi Mirabeau, Lafayette et tant de révolutionnaires qui ont œuvré pour rien !


    • Fergus Fergus 22 août 2011 10:45

      Bonjour, Paul.

      Effectivement, Sarkozy est allé très loin dans l’imprudence et la faute politique, soit par incompétence soit par complaisance. La grotesque réception de Khadafi a été, à cet égard, un énorme camouflet pour le peuple français et pour les défenseurs des Droits de l’Homme. Et que dire de la présence de Bachar El-Assad dans les tribunes des Champs-Elysées le jour de la Fête Nationale, commémoration de la lutte d’un peuple pour la conquête de sa liberté ?


    • Krokodilo Krokodilo 22 août 2011 15:35

      Il paraît que le gouvernement dément avec la plus vive énergie que Kadhafi soit réfugié en France et que sa tente soit plantée dans les jardins de l’Elysée !


    • Fergus Fergus 22 août 2011 16:05

      Bonjour, Krokodilo.

      Mais peut-être sous les fenêtres du Pavillon de la Lanterne...


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 22 août 2011 17:08

      Salut tout le monde.

      Le plus amusant c’est que cette guerre en Libye aura rappelé à tout le monde les liens d’amitié que l’abominable Sarkozy entretenaient avec Kadhafou.

       smiley


    • Fergus Fergus 23 août 2011 13:03

      Bonjour, Peachy.

      Mon épouse et moi nous sommes fait la même réflexion.


    • Gabriel Gabriel 22 août 2011 10:38

      Bonjours Fergus,

      La pernicieuse attitude mensongère de notre guignol national n’est plus à prouver. Les effets pervers et nocifs de sa calamiteuse gestion du pays retombe chaque jours sur la tête du citoyen lambda. Ne parlons pas de son entourage, un ramassis d’escrocs incompétents aux ego démesurés et rongés par l’ambition et le fric. Le roquet c’est vautré devant la SS-Reichsführer Merkel qui, c’est bien connu, est un pilier de la finance ultra libérale. Ne parlons pas non plus du Kärcher sarkozien qui est à la délinquance ce qu’est son gouvernement à l’honnêteté. Evidement la véracité du sondage du JDD est l’équivalent des sondages de la Pravda sous l’ex URSS. Non, ce qui est inquiétant, c’est qu’il y a encore des petites gens qui vont se faire hypnotiser par leurs téléviseurs et iront, comme des moutons à l’abattoir, voter encore pour ce représentant de cette farce présidentielle.


      • Fergus Fergus 22 août 2011 10:51

        Bonjour, Gabriel.

        D’accord avec la tonalité et la conclusion, hélas bien pessimiste !, de ce commentaire. La France est devenue une République dévoyée par les comportements scandaleux d’une minorité d’individus qui agissent non comme des hommes ou femmes d’Etat mais comme les membres d’une bande dont Sarkozy est le chef.

        Pas d’accord en revanche sur le qualificatif employé à l’égard de Merkel. On peut lui reprocher sa politique, et même très durement, mais il convient de ne pas pousser le bouchon trop loin. Sans doute est-ce la conséquence d’une colère légitime...

        Cordialement. 


      • Gabriel Gabriel 22 août 2011 11:14

        Fergus, l’impact de la politique financière de ces gents là est entrain de sacrifier la vie de millions de personnes. Aux vues des dégâts en cours et à venir, j’assimile cela à un nazisme financier. Ne vous y trompez pas, eux, ils ne font pas dans la demi mesure et les cadavres qu’ils laisseront sur leurs passages ne les empêcheront pas de dormir, bien au contraire.


      • brieli67 22 août 2011 11:47

        Echt Scheisse Mann !!


         Le roquet c’est vautré devant la SS-Reichsführer Merkel qui, c’est bien connu, 

        c’est du pur jus BEN OILLE IT : 
        au lieu de dépiauter au Pape son intégrisme universitaire et sacerdotal 
        le français de base et de Navarre se blogue sur la « jeunesse hitlérienne » du bambin Seppelà Ratzinger de Traunstein, passage : incorporation obligées de tout jeune du Reich.

         Trouvez moi donc des proches d’ Angie avec un passé « notoire » d’ Occident 
        TOUT LE MONDE EST BEAU qui sont du gouvernement ?

        A lire a voir à entendre......
        il y a de la Propaganda -Staffel  dans les caves de la Poulinerie



      • Traroth Traroth 22 août 2011 12:37

        @brieli67 : Merci de gardez vos remarques anti-allemandes pour vous. En être encore à ce genre de truc en 2011, c’est un peu ridicule...


      • Fergus Fergus 22 août 2011 12:51

        @ Gabriel.

        Je comprends voytre point de vue, mais on ne peut pas parler de « nazisme financier ». De totalitarisme cynique, voire de fascisme oui, mais de nazisme non car l’idéologie des goinfres de la finance et des politiques qui leur cirent les pompes n’est pas d’éliminer des pans de l’humanité, mais de s’en mettre plein les poches en se lavant les mains des désatres qu’ils engendrent. Mais cette élimination n’est pas une finalité pour eux alors que l’idéologie nazie ’était porteuse d’élimination et de sélection pour atteindre une pureté raciale.

        Bonne journée.


      • Gabriel Gabriel 22 août 2011 13:17

        Fergus, ce qui les intéresse au-delà de s’en mettre plein les poches, c’est le pouvoir ! Et pour cela, par l’endettement, par la peur, par le chômage et la suppression des libertés, ils se comportent comme les nazis. Il est vrai, qu’ils le font de manière moins directe, plus sournoise mais tout aussi meurtrière à brèves échéances. Nous vous leurrez pas, ils ont déclaré la guerre à l’humanité. Leurs armes sont : ‘la dette, le pillage des richesses, les guerres (Irak, Afghanistan, Libye ect ect…)’ Prenez une carte du monde et dénombrez les pays en guerre ou asphyxiés économiquement. Remarquez leurs nombres grandissant d’année en année. Mais j’espère de tout cœur avoir tord.


      • brieli67 22 août 2011 13:23
        Je persiste et signe :



        Trouvez moi donc des proches de Madame MERKEL avec un passé « notoire » d’ Occident 
        TOUT LE MONDE EST BEAU qui sont aux « affaires » à Berlin !!




      • simir simir 22 août 2011 18:40

        Toujours et encore ces stéréotypes sur l’URSS 

        Pourtant vous affublez Merkel du titre de « SS reichsführer pilier de la finance ultra libérale »
        Donc conclusion : la STASI aurait eu raison de mettre cette personne hors d’état de nuire
        Cela s’appelle du préventif

      • Daniel Roux Daniel Roux 22 août 2011 11:00

        La question reste : Comment ce type a t-il pu accéder à la présidence de la république ?

        Quel système et mode de sélection des élites politiques peut porter si haut un incompétent notoire de surcroît immoral, et lui confier la responsabilité d’un pays développés socialement de 60 millions d’habitants, 5ème puissance économique de la planète.

        Je passerai sur ses débuts à Neuilly qu’il ne doit qu’à sa proximité avec Peretti. N’importe quel baratineur peut s’introduire dans n’importe quel milieu avec du culot, des relations et beaucoup d’inconscience comme Balkany à Levallois ou Tapi à Marseille. Qu’il soit devenu maire et député de Neuilly, siège emblématique de la grande bourgeoisie d’héritage, n’est pas non plus surprenant, qui se ressemble, s’assemble, comme dit la sagesse populaire.

        Mais la suite montre bien le défaut du système de sélection. Balladur le choisit comme porte parole de son gouvernement et ministre du budget. Sur quels critères le fait-il ?

        Sarkozy est un grand baratineur mais rien, dans sa formation laborieuse ne le désigne comme apte à assumer les responsabilité de ministre du budget et la suite prouva bien qu’il en était incapable, comme la vente de tonnes d’or sur laquelle tout le monde s’interroge encore aujourd’hui.

        La seule explication, à la lumière de ce que l’on sait aujourd’hui, serait éventuellement sa connaissance professionnelle sur les circuits financiers occultes acquises comme avocat alors qu’il conseillait de riches bourgeois et sportifs sur les moyens d’échapper à l’impôt en passant par la Suisse. Ces connaissances peuvent être utiles pour gérer les rétro commissions provenant des ventes d’armes bâclées mais juteuse pour quelques individus sans scrupule.

        Ensuite, la défaite de Balladur le renvoie là où il aurait dû rester, dans le désert. Mais pourquoi diable, Chirac et Villepin le repêchent-ils. Ils auraient eu besoin des balladuriens pour conforter leur majorité bousculée par les événement de 1996, certes mais pourquoi Balladur leur a t-il imposé Sarkozy ? Et pourquoi, ont-ils accepté cet excité permanent aux ambitions démesurées ?

        Certains évoquent l’influence américaine. Cela expliquerait l’admiration béate de Sarkosy envers Bush et sa ridicule prestation lors de ses vacances américaines puis sa politique anachronique et désastreuse de suivisme et d’allégeance. Mais pourquoi les américains auraient ils favorisés Sarkozy plus qu’un autre ? Leur vivier d’admirateurs et d’inféodés français ne manquaient pas de candidats.

        L’autre mystère est le silence et l’immobilisme total des responsables des institutions de la République chargés de contrôler l’exécutif et donc le président de la république, devant les multiples atteintes à la Constitution et à l’indépendance de la justice. Peut-on évoquer ici « les z’eures les plus noires de notre histoire » et parler de collaboration anti-française ?

        Quoi qu’il en soit, Sarkozy président est un signal d’alarme que doivent entendre ceux qui sont soucieux de l’avenir de la France. Entendrons nous ce cri : « Plus jamais cela ! »

        Plus jamais, un dogmatique incompétent et admirateur béat (pour le moins) d’une puissance étrangère ne doit pouvoir accéder si haut dans les sphères du pouvoir.

         

         


        • Fergus Fergus 22 août 2011 11:25

          Bonjour, Daniel.

          J’adhère totalement à ce réquisitoire et aux nombreuses questions que pose le parcours de cet aventurier vulgaire sans scrupules ni morale. Sans doute sont-ce précisément ces aspects de son caractère qui lui ont permis de tailler sa route dans un milieu où il ne brillait pourtant pas, loin de là. Mais sa capacité à « tuer » les adversaires internes a toujours été redoutable et, à défaut d’une intelligence remarquable, il possède le redoutable flair et la non moins redoutable duplicité du maquignon. Ceci explique peut-être cela.

          Quant à son élection par le peuple français, elle montre que notre démocratie est bien malade dès lors qu’il suffit à un individu comme Sarkozy de faire son numéro de bonimenteur pour convaincre une majorité de nos concitoyens, y compris et surtout dans les rangs de ceux dont il était pourtant écrit qu’ils se feraient manger la laine sur le dos au profit des élites et des classes aisées.

          Il est urgent de faire bouger les choses, sans quoi, tôt ou tard, les gens comme Sarkozy seront peut-être virés mais au risque de voir s’instaurer le chaos.

          Cordialement.


        • sisyphe sisyphe 22 août 2011 12:14

          @ Daniel Roux 


          Entièrement d’accord avec votre commentaire qui pose une question à laquelle il est &aisé de répondre. 

          Si un personnage incompétent, autocrate, menteur, ploutocrate comme Sarkozy a pu arriver à la magistrature suprême, et y commettre tant de dégâts, c’est bien que les institutions sont en cause ; plus précisément la constitution de la Vème République ; avec son système présidentiel, unique en Europe, ses élections législatives au scrutin uninominal majoritaire à 2 tours, qui aboutit à un bipartisme dévastateur pour la démocratie, et la concomitance de ces deux élections, qui aboutit à confier les pleins pouvoirs à un seul homme, chef d’un clan représentant tout au plus 30% de la population, sans aucun contre-pouvoir réel, sur le plan parlementaire et exécutif. 

          Sans parler de la mainmise sur le pouvoir judiciaire, des décrets passant sans approbation des chambres, de la non-représentativité du Sénat, du cumul des mandats, des collusions des représentants de l’état avec le secteur privé, de l’invalidation des votes du peuple souverain lors de (si rares) référendums, par des astuces constitutionnelles (comme pour le vote du Traité Européen, finalement entériné par décret), etc, etc.....

          Si la constitution de la Vème République a permis tout ces dénis démocratiques, c’est qu’ elle peut permettre pire encore, selon la personnalité qui sera portée au pouvoir, par le grand barnum de l’élection-présidentielle/people, fatale à la démocratie. 

          En conclusion, ce qui s’impose absolument,, est le changement de constitution, l’institution d’une VIème République, plus démocratique (référendums d’initiative citoyenne sur tous les grands sujets de politique, non-cumul des mandats, organismes de contre-pouvoir, représentation à la proportionnelle, plaintes en nom collectif, votes des lois aux 3/5ème, etc, etc.......)

          A cet égard, les propositions de Montebourg évoquées hier semblent tout à fait intéressantes ; tendant, pour la crise économique et financière vers une sorte de Glass Steagall act, qui nous sortirait enfin des griffes des mafias financières...

          A suivre ... 


        • sisyphe sisyphe 22 août 2011 12:25

          .. sans oublier l’essentiel, pour une VIème République ; la fin du présidentialisme ; et les pouvoirs exécutifs confiés à un vrai gouvernement, regroupant l’ensemble des forces politiques, de même qu’une Assemblée vraiment plurielle, à la proportionnelle.. le chef de gouvernement pouvant être démis en cas de censure adoptée par une majorité à l’Assemblée. 


          Il ne s’agit pas d’un « retour à la IVème République » ; mais d’une réelle avancée vers une vrai démocratie ; avec Assemblée Constituante, etc...

        • Fergus Fergus 22 août 2011 12:59

          Bonjour, Sisyphe.

          Entièrement d’accord avec ces deux commentaires et avec la nécessité de passer d’urgence à une VIe République parlementaire. Depuis 30 ans, selon les présidents et la conjoncture sociopolitique, on ne cesse de naviguer d’une interprétation de la Constitution à une autre, et parfois au mépris des textes en vigueur, Sarkozy étant un champion en la matière.

          Cordialement.


        • sisyphe sisyphe 22 août 2011 13:36

          Nous sommes d’accord, Fergus : et merci pour l’article. 


          Cordialement. 
           smiley 

        • Cubigaz Cubigaz 22 août 2011 15:19

          Bonjour Daniel,
          Vous vous demandez comment ce type a pu accéder à la présidence. Il me semble que la réponse ne demande aucune réflexion élaborée.
          NOUS SOMMES DES CONS me semble une bonne raison. (ou des ricains en puissances, et ça c’est pire !).


        • non667 22 août 2011 15:22

          à daniel
          La question reste : Comment ce type a t-il pu accéder à la présidence de la république ?

          la réponse est : de la même façon que chirac en 2002 ! personne en face !
          outre que la question ne devrait pas avoir d’importance puisque théoriquement c’est la majorité parlementaire qui gouverne !
          or il se passe en permanence au législative puique là aussi le scrutin est magouillitaire a 2 tours 
          il se passe en permanence donc des minis présidentielles 2002 avec front ripoublicain et diabolisation du fn !


        • Fergus Fergus 22 août 2011 16:12

          Bonjour, Non667.

          Comme vous le soulignez, la Constitution est violée car c’est normalement « le Premier ministre qui détermine et conduit la politique de la Nation » (article 20). Nous en sommes bien loin avec un Président qui se prend pour un monarque et un Premier ministre réduit à l’état de Grand chambellan.


        • tomatoketchup 22 août 2011 18:46

          bravo très bon resumé


        • gaston gaston 22 août 2011 19:11

          Pourquoi ??? pour plusieurs raison , la première parce que bon nombre d’ouvrier sont des cons , j’en connait plein qui ont voté pour lui , comme si un ouvrier avait quoi que ce soit à attendre d’un gouvernement de droite peu importe qui est aux commandes .......la seconde , parce que en face il y avait une femme et que bon nombre de Francais notamment les retraités qui ont connu la guerre et la période ou les femmes n’avait pas le droit de vote , il est inconcevable de voter pour une femme , et la troisième parce que certain ont crus sarkozy plus compétent que Royal , alors que visiblement c’est loin d’être le cas , ceux qui ont pensé cela ne savaient surement pas que sarkozy a été un petit avocat d’affaire minable , minable il l’est tout autant comme président , il serait tout juste bon comme président de région , et encore , donc il faut vraiment esperer que les Francais moyens et les pauvres n’avaleront pas deux fois de suite ses mensonges , il est vrai que vu son bilan calamiteux la tache sera pour lui beaucoup plus dur !


        • Fergus Fergus 22 août 2011 19:32

          Bonjour, Gaston.

          Entièrement d’accord sur les différents points de votre commentaire. A ceci près que je ne parlerais pas de « connerie » pour les ouvriers ou employés qui ont voté pour Sarkozy en croyant voir leur situation s’améliorer, mais de « naïveté ». En 2012, sauf surprise, nombre de ces derniers feront défaut à Sarkozy, soit parce qu’ils auront déserté le vote UMP, soit parce qu’il auront adhéré au vote FN. Si le PS est enfin adulte dans la conduite de sa campagne, il a une belle carte à jouer...


        • Daniel Roux Daniel Roux 22 août 2011 19:38

          Puisque nous sommes tous d’accord sur le fond, je vous propose de ne voter, tant aux présidentielle qu’aux législatives (aussi importantes), que pour des candidats proposant une réelle alternative à cette république dévoyée et corrompue par ceux qui devrait servir le peuple français plutôt que se servir.

          Ne votez plus pour vos ennemis.


        • gaston gaston 22 août 2011 19:53

          Bonjour Fergus , effectivement j’y vais un peu fort , vous avez raison il s’agit de naiveté , quoi que à un certain point la naiveté devient de la connerie , en tout cas il faudra que sarkozy et ses conseillés trouve autre chose que le« travaillé plus pour gagner plus » pour apater la classe ouvrière cette fois , classe ouvrière qu’il à toujours méprisé profondément , bien plus que les autres dirigeant de droite , mise à part copé qui est encore pire que lui ! bonne soirée 


        • SEPH 22 août 2011 22:37

          Parce que des cons ont voté pour lui


        • BHL=MST 22 août 2011 11:13

          Sarközy De Nagy Bocsa est un agent de la CIA. Veuillez arrêter de tourner autour du pot. Martine Aubry et Cohn-Bendit également. Du catch UMPSEELV pour que tout continue et que l’esclavage bancaire se perpétue jusqu’à la fin des temps ! 


          • Fergus Fergus 22 août 2011 11:27

            Bonjour, BHL=MST.

            Désolé de ne pas vous suivre sur ce terrain qui me semble relever du fantasme.


          • Traroth Traroth 22 août 2011 12:45

            Personnellement, je n’entrerais pas dans ce genre de discussion de café du commerce...


          • BHL=MST 22 août 2011 14:49

            Toi tu dois pas beaucoup fréquenter les cafés, ou alors pas les mêmes que tout le monde !


          • Traroth Traroth 23 août 2011 15:08

            Si si ! D’ailleurs, la dernière fois, Bébert, juste avant de me gerber sur les pieds, a ânonné d’une voix pâteuse : « de toutes façons, les politiques, ils bossent tous pour la CIA, moi je dis ! »


          • maddle maddle 22 août 2011 11:17

            Il va falloir comprendre que Sarkozy ’n est le chef de rien du tout .Les ordres viennent d’ au dessus.


            • Fergus Fergus 22 août 2011 11:37

              Bonjour, Maddle.

              Vous avez raison, les chefs d’état des pays occidentaux ont de moins en moins de pouvoir contrairement aux patrons des multinationales et aux spéculateurs de haut vol. Cela dit, un président peut être complice, modérateur, voire réformateur de cette dérive. Manifestement, et contrairement à son discours officiel, Sarkozy appartient à la première catégorie.


            • TOHT 22 août 2011 11:22

              Fergus : désolé je m’attendais à mieux. Votre texte n’est pas bon, et je suis loin d’être un Sarkolatre le titre est accrocheur mais le fond n’apporte rien donc c’est du contre-productif.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès