Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Pen au second tour : de l’impossible au probable

Le Pen au second tour : de l’impossible au probable

C’est cuit, fini, bouilli, râpé ! Tous les mots n’y suffiraient pas. Faisons donc au plus court pour l’enterrement : le pari de Le Pen est perdu, définitivement, irrémédiablement. Mettez-vous ça dans la tête. Il ne pourra en aucun cas être du second tour cette fois. Impossible. Catégoriquement. Circulez messieurs, dames, il n’y a rien à voir... foi de sondages !

Et pourtant... et pourtant...

(1) Où l’on montre que Jean-Marie Le Pen semble très sûr de son fait : il sera au second tour ; et qu’il n’a rien à gagner à trop le dire... sauf s’il a tout simplement de très bonnes raisons de le croire...

Dix fois. Vingt fois. Cent fois peut-être nous l’avons entendu répéter sur toutes les chaînes - télé, radio -, sur tous les tons - amusé, taquin -, son assurance de se qualifier en faisant plus de 20% au premier tour de cette élection. De tous les candidats, il est à ma connaissance le seul à s’être autant avancé sur un chiffre : 20% ou plus.

Mais pourquoi ? Pourquoi une telle assurance dans le propos ? Et pourquoi une telle insistance surtout ? Quel message politique se cache derrière ? Quelle tactique ? A mon avis, cette tactique est double : dans un premier temps, décomplexer les électeurs qui seraient prêts à franchir le pas - " Je vous le dis, vous n’êtes pas seuls, n’ayez pas peur de venir à moi ". Mais cette tactique a un prix cependant : elle ranime une crainte, elle remobilise les opposants, ce qui, plus que le renforcer, pourrait l’affaiblir. Prix rendu négligeable à la vérité par le martèlement continu de cette prévision. Plus personne n’écoute, tout au moins parmi ses adversaires. C’est simple, le vieux déraille, le vieux radote. Il n’est plus menaçant.

Et en plus cela fait cinq ans que l’on nous bassine avec le "plus jamais ça", que cela ne se reproduira pas, " because " le traumatisme du 21 avril, le vote utile, etc. Tout le monde est donc convaincu (surtout la gauche, qui ne brille pas toujours par son intelligence - pardon pour elle ! - et qui, sûre d’elle, s’apprête en se dispersant à refaire la même erreur qu’en 2002) que Le Pen est fichu.

On comprend donc l’utilité politique de dire, et répéter, et répéter encore son assurance d’être du second tour : mobiliser. Mais pourquoi s’avancer sur un chiffre ? Pourquoi ne pas être plus flou ? C’est en effet prendre un grand risque que de s’exposer autant sur une estimation. Qu’on y songe ! Si Le Pen termine à 13 ou 14 ou 15%, comme médias et sondages l’annoncent partout, alors il devra répondre de son échec. Il devra répondre, tout simplement parce qu’il s’est trop avancé. "Vous voyez bien monsieur Le Pen, vous disiez partout pouvoir faire plus de 20 et vous n’avez fait que 14. C’est un échec ! Votre vote ne sera jamais autrement que protestataire. Et Sarkozy, par son action résolue mais se tenant toujours dans les rails de la démocratie - pas comme vous, Satan dévoyé ! - a commencé d’assécher le marais protestataire dans lequel vous nagiez."

Je crois pour ma part que Le Pen ne se serait jamais aventuré à ce petit jeu chiffré sans un sentiment très net, des éléments tangibles, bref, une quasi-assurance de franchir cette barre dont il nous a tant parlé, ou tout au moins de s’en approcher fortement : celle des 20%.

Et ce sentiment très net, il le puise en particulier de son expérience du quotidien : les gens l’applaudissent, l’arrêtent pour le prendre en photo, lui demandent un autographe... beaucoup plus qu’avant où il devait se cacher, ou presque. Le climat a manifestement changé pour lui. Quelque chose se passe.

Un indice. Un indice ténu. Mais un indice quand même.

Poursuivons notre enquête...

(2) Où l’on démontre que les sondages sont des anges bavards... à condition de les faire parler...

Vous ne croyez pas aux sondages d’intention de vote sur l’élection à venir ? Moi non plus ! C’est pourtant sur la base des sondages (entre autres choses, mais aussi grâce à mon tout petit flair à moi) que j’avais deviné dès la mi-janvier 2002 que Le Pen pouvait être du second tour de l’élection présidentielle. En mars, j’en étais vraiment sûr. Vous ne me croyez pas ?! Aucune importance. Mais accordez-moi tout de même le bénéfice du doute. Et regardons la machine à sondage.

Le vote Le Pen est remarquablement clair en réalité, beaucoup plus clair qu’on ne veut bien nous le dire. A côté des sondages sur les intentions de vote, les instituts posent un tas de question sur tout et n’importe quoi. Et là, croyez-moi, c’est une vraie mine ! Un trésor ! Il suffit de se pencher et de prendre. De lire. Et en 2002, très nettement, je m’étais aperçu qu’il y avait un "gap" entre les intentions de vote exprimées et le potentiel électoral réel de Jean-Marie Le Pen - potentiel qu’on pouvait mesurer aux indices de popularité, aux réponses sur des questions de société (du genre : " faites-vous confiance à untel pour résoudre tel problème ?", etc.). Juste un exemple éclairant à mettre en perspective avec la situation actuelle. Juste un. Quel était l’indice de popularité de Jean-Marie Le Pen, début avril 2002 (Sofres), un peu avant l’élection ?... 16 %. Quel était au même moment son niveau dans les intentions de vote ?... 12 %. Quel fut son résultat réel ?... 16,86 %, c’est-à-dire proche de 17 %, c’est-à-dire encore, très proche de son indice de popularité. Probablement parce qu’il est plus facile d’avouer aux sondeurs qu’on apprécie Le Pen, que de dire qu’on va voter pour lui.

Maintenant, j’imagine qu’une question vous brûle les lèvres. Quel est l’indice actuel de confiance de JMLP ?... 18 %. Deux points de mieux qu’en 2002 ! On s’approche méchamment de 20 %, vous ne trouvez pas ?

Ah ! Evidemment ! Je sais ! Certains vont me dire - je les entends déjà me le dire - "cette fois-ci c’est tout différent. Cette fois-ci ce n’est pas pareil. Il y a Sarkozy !"

Je vois, je vois. Vous pensez que certains des électeurs qui trouvent politiquement "sexy" Jean-Marie Le Pen pourraient aller voir ailleurs, chez Nicolas Sarkozy. C’est une hypothèse, en effet. Mais un petit truc ne passe pas dans cette hypothèse, juste un, qui fait mal dans la gorge, comme une arête :

Sans doute vous rappelez-vous des commentaires de JMLP sur Sarkozy le fils d’immigré ? Eh bien, figurez-vous qu’un institut a fait un sondage à ce sujet pour voir si les Français approuvaient ou non les propos tenus. Résultat : 25 % des Français approuvent les propos de JMLP. Croyez-vous sincèrement qu’un électeur de JMLP qui s’apprêterait à voter pour Sarkozy (et ils sont nombreux, si on en croit les médias) dirait en même temps qu’il approuve les propos de Le Pen raillant les origines du candidat vers lequel se portera finalement son choix ?! Pas très crédible. Et carrément schizophrénique d’ailleurs ! Evidemment, je sais, mon raisonnement s’appuie sur l’hypothèse que les 25% en question contiennent en totalité ou presque les électeurs de JMLP, ce qui n’est pas prouvé mais reste fort probable.

Autre exemple qui permettra d’apprécier le potentiel actuel de JMLP : sondage du jour (LH2). Combien de sondés considèrent que la présence de Le Pen au second tour serait une bonne chose pour la démocratie ? ... 22% ! Si c’est une bonne chose, pardonnez-moi, mais dans le cas de Le Pen, c’est qu’on est près de voter pour lui ! Et combien considèrent que ce serait une bonne chose pour eux, personnellement ? ... 20% !

Autre exemple, encore : la campagne de JMLP est-elle proche de vos préoccupations (question CSA) ? Oui à 21%. Je défends que beaucoup de ces gens qui se disent sensibles à la campagne de JMLP voteront tout simplement pour lui. Toujours du même institut : les sondés trouvent sa campagne moderne à 17%, pensent qu’elle propose des idées nouvelles à 19%, qu’elle est crédible à 24%, solide à 30% et enfin précise à 39%. Certes, n’allons pas croire qu’il aura 39% ! Mais observons quand même qu’il se passe quelque chose autour de 20%. Assez clairement.

On pourra me rétorquer qu’appliqué aux autres candidats ce raisonnement ne tient pas. On ne peut rien déduire en particulier d’une cote de popularité (celle de Bayrou est astronomique, et ils ne touchera peut-être pas les étoiles - mais la lune, qui sait ?). On obtiendrait en effet des chiffres extravagants. Parfaitement exact. Mais l’histoire prouve qu’il y a une correspondance assez forte entre ces sondages qualitatifs et les résultats définitifs dans le cas de Le Pen.

En conclusion, il me paraît raisonnable de placer Le Pen aux alentours de 20%, c’est-à-dire le niveau que lui-même se donne.

(3) Où l’on illustre le formidable fossé entre les chiffres annoncés par les sondages et les gesticulations des uns et des autres...

Soyons clair ! Si les sondages portant sur les intentions de vote avaient ne serait-ce qu’une once de crédibilité, Le Pen serait définitivement cuit, bouilli, râpé. Près de 28% pour Sarkozy, 24% pour Royal, 18% environ pour Bayrou et 13 à 15% pour Le Pen.

(a) Où l’on regarde d’abord du côté des politiques :

Même en considérant les indécis, de pareils écarts, gigantesques, seraient irrattrapables à une semaine de l’échéance. Sarkozy pourrait se contenter de gérer, tranquillement, raillant quelques fois la candidate des socialistes ; Royal de taper un peu sur Bayrou, pour écarter définitivement tout danger ; et Le Pen devrait se fendre de quelques larmes essuyées dans un grand mouchoir tricolore. Mais qu’en est-il en réalité ? Regardons Sarkozy. A près de 30%, et donc assuré d’être au second tour, il devrait tirer ses flèches sur la seconde : Royal, dans l’optique de la manche d’après. Et tire-t-il sur Royal ? Non ! Il la préserve. Absurde. Plus absurde que ça encore, il chasse avec force sur le terrain de Le Pen, le 4e, sensément largué loin derrière. Absurde et incompréhensible. Pourquoi donc vouloir affaiblir un mort si politiquement il n’est plus en vie ? C’est que le mort est peut-être bien plus vivant que ça ! C’est que sur le terrain de Le Pen il y a du gibier à chasser ("la majorité silencieuse"), et que la gibecière de Sarkozy est loin d’être aussi pleine qu’on voudrait bien nous le faire croire. Plonger la main dans sa gibecière, vous y verrez plus de plumes que de gibier !

Ecoutez ! Lisez ! Par exemple les dernières déclarations de François Hollande :

"L’échec de la politique gouvernementale depuis 2002 me laisse penser qu’il y a des conditions objectives pour que le vote de l’extrême droite soit à des niveaux élevés."...

"Mais je me pose la question : qu’est-ce qui ferait que le candidat de l’extrême droite fasse moins en 2007 qu’en 2002 ?"

Certes, c’est peut-être pour appeler à un vote utile (s’il sent que sa candidate est elle-même en danger, ce qu’objectivement les sondages semblent exclure, mais on vient de voir que le comportement des politiques ne suivait en aucune façon la température donnée par les instituts de sondages... ). Mais si c’était tout simplement... la vérité ?

(b) Où l’on s’intéresse à présent aux médias :

Tout aussi instructif, les messages subliminaux des médias.

Premier exemple (parmi beaucoup d’autres) : reportage du journal de 20 heures de TF1 du samedi 14 avril consacré aux élections vues par les médias européens. Le reportage se termine comme suit :

" Les télévisions européennes, pragmatiques, concentrent leur attention sur trois des douze candidats : NS, FB et SG. La presse européenne n’a pas de doute, pour elle l’un de ces trois noms est celui du futur président français. "

Excusez-moi, vous me trouverez peut-être tordu, mais généralement, quand on dit ne pas avoir de doute, c’est qu’on en a un très fort. En effet, si vraiment il n’y avait aucun doute, si Le Pen était politiquement mort, ce commentaire n’aurait tout simplement pas été fait. Il coulerait de source. Son seul but, c’est de dire aux Français : "Inutile de voter pour un autre que ces trois-là, n’y pensez surtout pas ! ce serait un vote pour rien". Message subliminal. Ou comment sauver la baraque.

Plus cocasse encore ! Un reportage du journal de TF1 du dimanche 15 avril à 20 heures (consultable sur leur site, allez voir - c’est instructif ! - le reportage intitulé : Sarkozy à la pêche aux voix du FN).

Plusieurs temps forts :

Tout d’abord un spectateur interpelle NS et lui demande : " Si au 2e tour il y a l’extrême droite et la gauche, vous appelez à voter pour qui ? "

Et Sarkozy de lui répondre : "Ah ! Il n’y aura pas l’extrême droite !"

Qu’on m’explique l’intérêt de ce passage si Le Pen n’est plus un danger ! Sur les deux ou trois heures de "pellicule" qu’ils ont filmées dimanche, pourquoi donc les journalistes ont-ils pris ce passage précis ? Quel est leur message ? Là encore, c’est un message subliminal, d’abord à l’attention des électeurs potentiels de Le Pen : "Ne pensez surtout pas à voter Le Pen ; Le Pen est mort, n’y penser surtout pas, il est mort, point final !" Mais ce message se double d’un autre, aussi subtil, cette fois-ci à l’attention de ses opposants : rappeler que le mort est là, que le mort est encore en vie, dangereux. Attention !

Et le reportage continue avec ce commentaire de la journaliste : "Aujourd’hui dans les Bouches du Rhône, le FN n’effraie pas moins qu’ailleurs."

N’effraie pas moins qu’ailleurs ! Mais pourquoi devrait-il donc effrayer, si l’homme est à 13 ou 15%, très loin derrière les autres ? Pourquoi donc ? Là aussi, suggérer le danger.

Et cela continue. Cette fois c’est Sarkozy qui parle : "Moi ce qui m’intéresse, c’est qu’on se tourne vers l’avenir. Je ne veux pas de JMLP au second tour comme en ... (blanc) ... 2002." Ce blanc est hallucinant. Il s’arrête soudain, ravale un mot dirait-on, dans une curieuse grimace, et sort finalement "2002". J’ai l’impression qu’il s’apprêtait tout simplement à dire... 2007 !

Au-delà de mon interprétation toute personnelle (et nécessairement subjective) de son silence involontaire et de sa grimace, pourquoi parlerait-il donc de vouloir éviter un Le Pen au second tour, si ce dernier était réellement à 13 ou 15% ? C’est tout simplement absurde et incohérent. S’il évoquait la menace d’un Schivardi au deuxième tour, on l’internerait direct, car c’est absurde, "les sondages le montrent !" Mais il n’est pas beaucoup moins absurde aujourd’hui de parler d’un danger Le Pen vu le niveau actuel donné par les différents instituts.

Conclusion et sentiment :

Le Pen est à un niveau bien plus élevé que ne le donnent à penser les chiffres. Tous les indices vont en ce sens. Il tourne probablement autour de 20%, peut-être plus. Sera-ce suffisant pour un second tour, à voir ?

Les instituts, avec la complicité des médias se sont probablement livrés de longue date à une mascarade. Leur but : donner le plus longtemps possible l’idée que Le Pen était politiquement mort, en espérant que leur stratagème prendrait et que les électeurs potentiels de JMLP se détourneraient de lui (on ne vote pas pour un mort !). Selon toute vraisemblance, leur stratégie a totalement échoué. Le Pen n’a pas faibli, mais il a au contraire augmenté. Du coup, politiques, médias et instituts de sondages se trouvent dans une impasse.

Les premiers ont l’obligation de courir après lui : thème de la nation, abondamment commenté. Généralement, vous me l’accorderez, quand on court après quelqu’un, c’est au mieux qu’on est juste à son niveau, au pire derrière lui, et pas loin devant !

Les seconds, à savoir les médias, traçant exclusivement depuis des années leurs commentaires à la lumière des "chiffres", sans aucun esprit critique, ne peuvent pas dire ouvertement que Le Pen est un vrai danger, puisqu’il est donné à des niveaux ridiculement faibles aujourd’hui. Cela reviendrait tout simplement à avouer que ces sondages étaient au mieux totalement à côté de la plaque, au pire totalement bidonnés, et que les commentaires, toujours appuyés dessus, étaient complètement foireux. Le discrédit de la profession attendra... une semaine encore. Et c’est humain : différer la douleur autant que possible, comme un enfant qui court pour échapper à la gifle. Ils lancent donc des messages subliminaux, espérant amorcer une prise de conscience et une mobilisation anti Le Pen qui viendrait sauver leur baraque. Hélas pour ces grands penseurs, cette nouvelle stratégie ne marchera pas, la plupart des gens étant maintenant sincèrement persuadés que Le Pen est fichu (sauf évidemment ceux qui s’apprêtent à voter pour lui, et qui y, à défaut de croire nécessairement à son succès, croient néanmoins à leur colère, à eux, colère qu’ils exprimeront en deux et trois lettres dimanche). Persuadés grâce à qui ? Grâce aux médias ! Grâce aux sondages ! La probable histoire d’un aveuglement médiatique, ou comment retourner le couteau contre soi !

Merci pour votre patience. Mon message était un peu long...


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (619 votes)




Réagissez à l'article

152 réactions à cet article    


  • JL François Marie 18 avril 2007 09:09

    Bonne analyse, mais des arguments contestables. Et l’on cherche quel est le message.

    Vous dites : «  »Tout le monde est donc convaincu (surtout la gauche, qui ne brille pas toujours par son intelligence - pardon pour elle ! - et qui, sûre d’elle, s’apprête en se dispersant à refaire la même erreur qu’en 2002) que Le Pen est fichu.«  »

    Désolé, c’est le PS qui est schizophrène, qui tient un discours de gauche et défend une politique de droite, notamment au sein de l’UE.

    Vous dites : «  »A près de 30%, NS est donc assuré d’être au second tour, il devrait tirer ses flèches sur SR.«  »

    D’une part, il n’est pas sûr que NS soit au second tour, d’autre part, le serait-il, sa seule chance d’accéder à l’Elysée c’est de ne pas être opposé à FB.


    • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 18 avril 2007 12:32

      Tout faux, Démian !

      Le Pen président aura la santé de Le Pen candidat - qui me va très bien on ne lui demande pas d’être nageuse - , et s’il n’est pas président bouges pas la campagne pour les législatives commont ça va gràve dépoter ! sa race !!

      La nation, seul enjeu politique des temps futurs, soyez en certains, archi-certains. Le reste c’est du consumérisme.

      Tiens ça me rappelle..., mais oui il me semble bien que c’était lui ! , le ’jeune’ et si’sémiliant’... René Raymond (R.I.P.)... glapissant, entre Duhamel et Elkabach brushing Renault20 au milieu des zannées 80 : « Le vote Le Pen est un archaïsme ».

      A bon entendeur...


    • snoopy86 18 avril 2007 15:24

      « Tiens ça me rappelle..., mais oui il me semble bien que c’était lui ! , le ’jeune’ et si’sémiliant’... René Raymond (R.I.P.)... glapissant, entre Duhamel et Elkabach brushing Renault20 au milieu des zannées 80 »

      Je trouve trés élégante la façon dont vous parlez d’un homme mort avant-hier, et dont la partialité n’était pas évidente.


    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 18 avril 2007 10:34

      Détrompez-vous Damien ! L’âge n’a rien à voir dans tout ceci : Jean-Marie Le Pen est en très bonne santé physique et psychologique et a toute sa tête...

      Il pourrait très bien réitérer son coup du 21 avril 2002 : le tout est de savoir contre qui cette fois-ci ?

      Puis, n’oubliez pas qu’il s’est trouvé en position d’arbitre lors des Régionales « 2004 » : c’est indirectement grâce au Patron du Front National, qui s’est installé en position d’arbitre, que la Gauche plurielle « gouverne » 21 régions françaises sur 22... Comme au soir du 21 avril 2002, ce fut une immense gifle électorale reçue par la Droite ! Comme toujours, la Droite n’a pas compris le message asséné par des Français excédés et en quête de réponses non fournies !


    • Shrub roman 18 avril 2007 12:07

      Avant Mussolini il existait un vieux monsieur chef du parti d’extrême droite en Italie qui n’a fait que monter dans l’opinion publique mais sans jamais vraiment percer. Tout le monde pensait qu’à sa mort suivrait la fin de l’extrême droite.

      Tout le monde critique Lepen pour ses dérapages et en oublie le parti (allié à Mégret et autres cadres adorateurs du régime nazi). Quand Lepen ne sera plus là tous les arguments utilisés par les défenseurs des droits de l’homme ne seront alors plus valables. On ne pourra pas dire Lepen a dit ceci ou cela car il est mort. Ce parti est devenu légitime pour le peuple à la fois officiellement et officieusement le 21 avril 2002. Les gens ont les politiques qu’ils méritent. Si ils sont racistes et contre les droits de l’homme même sans l’avouer, c’est normal que leur manque d’humanité les conduisent à voter Lepen ou Sarkozy. Tous les autres sont tout autant hypocrites en ne voulant pas admettre qu’ils ne sont pas les seuls à avoir le monopole de la justice et de l’humanité. Ils jouent donc indirectement le jeu du FN, mais à leur insue. C’est une bêtise humaine mais qui n’a rien à voir avec le cas des personnes qui savent que le FN est dangereux pour certaines catégories de personnes et qui sont prêtes à tuer leur voisin pour vivre mieux. Car c’est bien à ça qu’il faut s’attendre en votant Lepen ou FN, à moins d’être totalement ignorant de la nature humaine.


    • Alpo47 Alpo47 18 avril 2007 12:14

      Le Pen au second tour ? Oui, c’est possible. Et alors ? Tout le monde m’accordera sans doute, qu’il n’a AUCUNE chance au second tour.

      Pour ma part, je pense que Le Pen est intrumentalisé par Sarkosy qui fait ce qu’il peut pour se retrouver face à lui au second tour, c’est à dire avec un boulevard devant lui. Vieille technique déjà usitée et qui a encore de bonnes chances de fonctionner.

      En fait, les jeux ne sont pas faits, et quasi personne ne sait qui sera là au second tour. Autrement dit, à quelle sauce nous serons « mijotés » pendant 5 ans.


    • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 18 avril 2007 13:15

      Ah m’sieur Roman quelques bonnes remarques en particulier sur l’extrème droite pré-mussolini (qui lui l’a ’soralisé’, mais façon ancien combattants de 14-18 contre bolcho 17 bien sûr, autres temps...) Mais :

      « (allié à Mégret et autres cadres adorateurs du régime nazi). »

      Bé non. Mégrêt on va dire que je m’en fous (la gestion de Vitrolles époque Mégret ne m’a pas l’air vilaine du tout : ce n’est pas les 2000 lettres ’compostées’ à la mairie et qui étaient en fait strictement politiques - MNR -, intégralement remboursées (ELLES !), qui me retournent la tête hou là là.) Mais les adorateurs du régime nazi... enfin il faut vraiment avoir du yaourt entre les oreilles pour écrire pareille disneyries. Visionnez-donc un lepéniste actuel, très très proche de moi sociologiquement, dans ce clip tout frais de 4min50, et ensuite lisez « adorateurs du régime nazi »... : http://www.dailymotion.com/video/x1qhxs_qui-dautre

      « Les gens ont les politiques qu’ils méritent. »

      Nan ! Les gens n’ont JUSTEMENT PAS les politiques qu’ils méritent ! Il faut arrêter avec cette maxime socialo-maçonique là ! Les gens méritent meilleurs politiques que ça ! ou qu’eux-mêmes , tout comme vous méritez un meilleur boulanger que vous même ! A coup sûr, nous méritons des hommes politques, en place, bien meilleurs que les garçons coiffeurs et autres doctoresses d’opinions actuels.

      « Les gens ont les politiques qu’ils méritent. Si ils sont racistes et contre les droits de l’homme même sans l’avouer, c’est normal que leur manque d’humanité les conduisent à voter Lepen ou Sarkozy. »

      Fromage blanc.

      « le cas des personnes qui savent que le FN est dangereux pour certaines catégories de personnes... »

      Nan ! Le FN est pour le bien commun, qu’il compte effectivement favoriser, pas simplement ’souhaiter’, et ceci dans le respect des minorités. Parfaitement. Le FN refuse de se vautrer devant le lobby homosexuel, le lobby de la dictature écolo-mondiale roto-soleil, le lobby immigrationiste, mais refuser de se soumettre à des minorités et à leur pseudo-représentants n’est pas vouloir les ’éliminer’. Vouis raisonnez comme un journal télévisé, comme un ’habillage’ d’émission.

      « le cas des personnes qui savent que le FN est dangereux pour certaines catégories de personnes et qui sont prêtes à tuer leur voisin pour vivre mieux. »

      En ce moment ce sont les voisins qui nous tuent. Vous en demandez encore ? Accepter le poid de la pauvreté est précisemment le fond de ressort lepéniste. Mais j’ai bien ’accepter’, c.a.d assumer, hériter, gérer au mieux. Tuer son voisin, ça c’est bon pour les soi-disant ’écologistes’ et leurs ancêtres spirituels les bolchévistes .

      (vous savez ? le ’problème social’ là, des années 1900... Le monstre ’écolo’ d’aujourd’hui veut pareil avec le problème de la pollution rebaptisé ’réchauffement de la planête’, là où il y a un siècle le catholicisme social faisiat des merveilles, sociales. Les ’écolos’ d’aujourd’hui mettent automatiquement en place (je n’ose dire « souhaitent mettre en lpace’, et d’’autre par il ne’ont pas encore réussis : seul TOUS nos médiats leurs servent la soupe journalièrement, mais nous restons lucides !) un remplacement d’une terre vivante habitées par des chrétiens potentiel, par une ’population’ ré »duite de consommateurs sous contrôle... Même lubie néfaste que le bolchévisme, la mythomanie du Gross kontrôl, le virus du monopole, l’horreur de tout ça et les ’prètres’ du passage à l’acte.)


    • tvargentine.com lerma 18 avril 2007 09:19

      Soyons réaliste,la gauche est tres divisée,le leader n’a pas de projet et tout est fait pour l’electorat vote plutot Bayrou. A droite Lepen à son electorat tradionnel incompressible et si Nicolas Sarkozy dit et parle comme LEPEN,alors l’electorat de droite va se lacher en pensant que SARKO sera au 2eme tour (un peu comme la gauche en 2002)

      Nous pouvons penser que il ne restera que BAYROU et LEPEN


      • Citoyen ordinaire 18 avril 2007 10:55

        Ce n’est pas « 0 immigré » mais « 0 clandestin ». Pas besoin de vilolence pour approcher l’objectif.

        Il suffit simplement de couper les vivres aux illégaux : allocations familiales, assédics, cmu, hotels gratuits, regroupement familial, naturalisations automatiques, travail au noir,

        qui sont autant de milliards d’euros distribués à fonds perdus au lieu d’être investis dans l’économie, le bien être des Français et l’aide aux plus pauvres d’entre eux quelque soit leur couleur de peau.

        Eteindre la pompe aspirante géante qui nous ruine tous ne necessite absolument pas de violence !

        Histoire de rire un peu, je conseille la lecture de la page web suivante :

        http://www.senegalaisement.com/senegal/venir_en_france.php

         smiley


      • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 18 avril 2007 14:06

        « par exemple le 0 immigré, ça veut dire des rafles massives et une grande violence à la clé. »

        Fantasmes de collégiens. 0 immigré ça veut dire 0 immigrés supplementaires authorisés (« ou 0,5 ! » dixit Le Pen, responsable), ni naturalisés, et les pompes aspirantes coupées. Ca veut dire réforme de la nationalité - s’hérite (un seul parent nécessaire), ou se mérite, et la prise en charge par eux-mêmes financièrement des immigrés présents sur place (naturellement, certaines protections sociales demeurent, comme par exple celles acquises par le travail, déclaré). Préférence nationale à égalité de compétance sinon. Justice raisonnée.

        Merçi d’aller voter sur d’autres critères que des ragots de dessins animés.

        (N’importe quoi pour caser le terme « raffles », vous êtes con.)

        (Quand à la grande violence à la clef, c’est si Sarko est élu, la grande violence, si Baillrou est élu, si Ségo est élue... Si c’est le Pen, 2 jours d’agitation trotsko, 3 ou 4 jours de tribulations sauvageonnes et fuiiiiiiiutt ! , triiiii ! : fini terminé ; sous les regards ’sourcilleux’ et ’intraitablement intransigeants et critiques’... de la population planquée des comptoirs et des pharmacies qui approuvera, car c’est douce justice. La « violence à la clef », c’est Beillrou, c’est Sarko, c’est Ségo. 100% certain.)


      • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 18 avril 2007 15:26

        « comment vont être choisi les illégaux ? »

        Bé en faisant des contrôles d’identité banane ! en demandant à voir les papiers !!

        Ouh là, mais les gauchistes ça s’arrange pas on dirait ! Y’a une attaque de Walt Disney on dirait là ! l’Orange Bleue qui clignote ? la tâche mauve qui remue sur carré blanc ??

        Ah mais on est mercredi !, je suis bêêêêêêête...


      • Bill Bill 18 avril 2007 09:24

        Tout à fait d’accord avec vous !!! J’ai par ailleurs écrit un article ailleurs arrivany à la même conclusion que vous...

        Ca va troller dur sous votre article !

        Bien cordialement

        Bill


        • Jim 18 avril 2007 09:36

          ET oui

          Et il le sera pour ça

          http://www.dailymotion.com/relevance/search/quidautre/video/x1qhxs_quidautr e

          Parsqu’il à compris ce que pensent les gens

          Le Pen président

          Jim

          Qui désormais assume


        • Bill Bill 18 avril 2007 09:35

          Je suis d’autant plus d’accord avec vous, que Le Pen semble multiplier les soutiens. Un réalisateur (connu parait-il) lui a fait un spot de campagne, et je ne doute pas du talent du type en question, car ce petit court-métrage est de très bonne qualité et très bien fait.

          A voir : http://www.dailymotion.com/relevance/search/quidautre/video/x1qhxs_quidautr e

          Bill


          • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 18 avril 2007 14:12

            Les autres partis n’ont ni pu, ni su, ni voulu.


          • Bill Bill 18 avril 2007 16:31

            Tiens mon Seb59, en voici un autre qui te fera plaisir :

            http://www.come4news.com/index.php?option=com_content&task=view&id=2801&Itemid=118

            Je suis sûr que ça va te plaire...

            Bien à toi !

            Bill


          • jako jako 18 avril 2007 09:38

            Bonjour, juste pour vous remercier de cet article bien construit et très logique. Cela correspond bien à mon entourage familial et professionel


            • VeCrea 18 avril 2007 09:46

              Un peu capillotracté tout ça... L’analyse est intéressante, bien documentée... mais évidemment on choisit toujours ses arguments en fonction du point de vue qu’on veut défendre et du message qu’on veut passer. on verra si dimanche vous donne raison...


              • Muadib 18 avril 2007 09:47

                "Le Pen n’est plus un sujet de débat. Il est trop vieux pour gouverner. Et quand Le Pen sera éteint, dimanche prochain, le Front National coulera avec lui. Voilà la vérité.

                Nul besoin de remuer cette soupe que vous voudriez servir aux électeurs quelques jours avant le premier scrutin.

                "

                La possibilité que J-M Le Pen soit au second tour est là. En chiffres tout d’abord : Depuis 1988, J-M Le Pen gagne environ 300 000 voix par élection : 4 376 742 4 571 138 4 804 713

                Et son score du deuxième tour 2002 : 5 525 906 Face à Chirac, l’augmentation se comprend aisément...(Rien que les voix de Megret le font monter a 5,4 M)

                Donc, on peut estimer qu’il atteindra au moins les 5M de voix au premier tour. Or, même en considérant le retrait de Chevènement, Taubira et autres, Bayrou-Royal se partagent un électorat d’environ 10-11M. (J’ai fait les comptes) Autrement dit, il est fort probable que l’élection sera serrée. Très serrée. (Comme le soutient Guy Birenbaum d’ailleurs)

                Et l’unique manière pour que Le Pen ne soit pas au second tour, ce n’est pas le vote « utile », c’est le vote tout court.

                Quant au FN, il est fort probable qu’il n’aura aucun problème de succession vu la main-mise de la famille Le Pen, la disparition médiatique de Gol. et de tout autre ténor du parti. Ce scénario optimiste est loin de coller à la réalité politique européenne actuelle qui dénote un retour, depuis plusieurs années, des partis extrêmes. Même en Angleterre, en Allemagne...Et je ne parle même pas de l’Italie.

                Bien entendu, nombreux sont ceux à espérer que vos prédictions se réalisent...Mais la France d’aujourd’hui est dans une situation favorable au vote désespéré : « On ne l’a pas encore essayé, alors pourquoi pas ? » ou poujadiste : « Tous pourris, alors un peu plus ou un peu moins... »


                • Muadib 18 avril 2007 16:08

                  Je parlais bien d’élections présidentielles au premier tour...ce qui nous intéresse en l’occurence. J’ai par ailleurs mentionné le chiffre du second tour qui reflète plutôt le chiffre global de la droite « dure » qui était opposée à Chirac.


                • Muadib 18 avril 2007 16:39

                  Aux futurs électeurs de Le Pen,

                  Farouchement opposé à la diabolisation de l’extrême-droite, et ayant pour argument l’échec cuisant du « cordon sanitaire » belge face au Vlaams Belang ou l’exemple du FN en France, je ne peux m’empêcher toutefois de m’alarmer lorsque je lis ceci à la fin d’un long (trop long) commentaire :

                  « Le Pen vite ! »

                  Je ne nie pas les problèmes qui secouent l’Europe et les pays occidentaux dans leur ensemble face à ce qui est, qu’on le veuille ou non, un choc de culture/de valeurs entre certaines parties du monde. Et je suis opposé tout aussi farouchement au discours de l’extrême-gauche suicidaire désirant ouvrir l’Europe à l’ensemble de la misère du Monde. Autant être tous pauvre, au moins on votera Rouge doivent-ils penser...

                  Il n’empêche, et quand bien même Le Pen aurait raison sur toute la ligne quant au diagnostic, je me refuserais à voter Extrême-droite. Ou Extrême-gauche. Ou tout autre parti dont l’idéologie sous-jacente comporte une dose non-négligeable de totalitarisme. Je ne fais pas là de la diabolisation. Je ne refuse pas de discuter avec tel ou tel courant politique du moment qu’il accepte le dialogue. (Et croyez moi, même au niveau local, dur dur le dialogue politique avec certains partis)

                  Mais je me refuse à envisager ne fut-ce que la possibilité de voter pour une mouvance, un parti, une idéologie qui même entouré du plus beau papier cadeau que vous pourrez trouver au Mammouth ne sera qu’un tas de merde peu accomodante. Je parle bien ici du contenu...Pas de ceux qui l’achètent.

                  Et c’est bien sur le contenu qu’il faut dénoncer, argumenter et mettre à bas cette hypothèse de l’extrême-droite « soft », du racisme « hype » ( pour reprendre une expression des guignols) et de la haine « cool ».

                  Car le discours de base, le discours sous-jacent qui suinte à travers ce papier cadeau, c’est la haine, le rejet de l’autre, l’intérêt d’une partie de l’humanité. Et d’une partie seulement. A ce titre, je mettrai le doigt sur un point du programme de J-M Le pen qu’il a expliqué sur France 2 :

                  - La fin du RMI pour les étrangers résidant en France.

                  Or, dans le même temps, il considère qu’ils doivent continuer à payer les taxes de l’Etat Français. Autrement dit, ils sont sensés subvenir à leur moyen EN TOUTE OCCASION mais ils doivent tout de même être solidaires pour le reste du pays...sauf eux. Et ce raisonnement est non seulement anti-constitutionnel (Egalité devant la Loi réduite à néant) mais va aussi à l’encontre des valeurs universelles défendues par l’Europe, la France et l’ensemble de la société occidentale telle que nous tentons de la bâtir depuis la dernière guerre. Cette discrimination envers les « autres » n’est pas acceptable dans un pays démocratique.

                  On peut esquisser des solutions pour résoudre cet appel d’air engendré par les allocations qui sont, dans certains cas particuliers ( et non pas dans la majorité des cas), détourné de leur but premier.

                  Le discours « Les Français d’abord » conduit immanquablement à des dérives sécuritaires/libertaires et à une discrimination inacceptable. Et c’est bien cela que je reproche au discours de J-M Le pen : Il promet beaucoup à certains (Les « Français » : Reste à définir qui est Français selon J-M Le pen (Cfr ses commentaires sur Sarkozy) et s’il imposera les mêmes restrictions à un blanc ressortissant de Suède qu’à un noir ressortissan du Sénégal...), au détriment des autres.

                  Ceci étant dit. Il y a quelque chose de viscéral en moi qui m’empêchera de voter pour les extrêmes. Sans doute le devoir de mémoire. Et je vois déjà ces électeurs se tourner vers moi : « Et encore un gauchiste qui nous balance le nazisme et tout le tintouin. »

                  Hé bien oui. L’Europe est en paix depuis 50 ans et pourtant, les mentalités n’ont guère évolué. L’extrême-droite revient cycliquement sur le devant de la scène en surfant sur des difficultés économiques et sociales que l’on impute à telle ou telle catégorie. Cette politique du bouc-émissaire simpliste a toujours conduit à des abus. Alors, je ne prétends pas que Le Pen élu, on verra de la fumée monter de l’Elysée. Mais d’un point de vue strictement mathématique, cette probabilité serait de moyenne faible mais de variance importante.

                  Et il ne faut pas grand chose pour que le pire de la nature humaine se déchaine à nouveau. On considère comme acquis la tranquillité politique de l’Europe. On considère comme acquis les régimes démocratiques qui la faconnent.

                  Que ceux qui comptent voter pour les extrêmes, qu’ils prêchent la révolution communiste ou l’immigration 0, qu’ils chantent la Marseillaise ou L’internationale, réfléchissent à la fragilité de ces « acquis ». Et qu’ils retrouvent dans leur vocabulaire les notions d’humanisme et d’Humanité. (Avec un grand « H »)

                  Libre à vous de me traiter de « gauchiste », mais si un jour le brun revenait à la mode, ne dites pas que « vous ne saviez pas ». (Cfr la réaction d’une partie de la population allemande lors de la découverte des camps de concentration)


                • Tristan Valmour 18 avril 2007 10:08

                  Il s’agit d’une excellente analyse d’où l’on peut ressortir la synthèse suivante : aucune stratégie ne peut contrer l’affect ; un affect que l’on ne peut non plus réprimer sous peine de le voir grandir. Les médias auront été, pendant toutes ces années, vraiment ridicules et portent une lourde responsabilité. Parce qu’ils sont sortis de la frontière de l’information.

                  Dans certains pays, les partis contestataires sont interdits. Dans d’autres, ils sont autorisés avec une liberté totale de parole. Dans les uns, comme dans les autres, ces partis montent autant que la contestation. Et tant que l’on ne prendra pas la mesure de la souffrance des gens, aucune stratégie ne pourra arrêter la contestation. La nature de la démocratie a jusque là été le seul rempart contre les révoltes populaires. Jusqu’à quand ?


                  • nantor nantor 18 avril 2007 10:22

                    Je trouve l’article très long et un peu foulli ...

                    Ceci dit, effectivement il est possible que Le Pen soit au second tour.

                    En fait entre les 4 qui semblent être devant, TOUS les cas de figure sont possibles ... même un second tour Bayrou / Le Pen !

                    Quant aux personnes qui osent voter Le Pen ... savent-elles vraiment ce qu’elles font ?


                    • Schroen 18 avril 2007 11:59

                      Malheureusement tout à fait, c’est en voyant des images comme celles des racailles de gare du nord, en connaissant dans leur entourage des gens qui se sont fait insultés ou aggressés physiquement...

                      Bref, l’abscence de statisque ethnique en France ne suffit pas malheureusement à cacher que la plupart des faits de délinquances sont effectués par des individus émmigrés ou issu de l’immigration de ces 40 dernières années, ça me fait aussi penser que lorsque l’insee déclare s’être malheureusment trompé de plusieurs millions d’immigrés sur le total en France c’est prendre les gens pour des jambons !!!

                      Quand je sors du travail, heu non en général c’est tout vide Paris, quand je vois déjeuner près de mon travail à Haussmann bien sur que lorsque je vois tout ces français de toutes origines et obédiances travailler pour le rayonnemment de la mode française ça me donne envie de voter à gauche...

                      A pars, quand j’arrive gare du nord par le RER E avec ces bandes qui se livrent à des simulacres de bagarre qui picolent et qui hurlent, et où même des jeunes filles prennent des barres de fer pour casser du flic là je suis tenté par le borgne...

                      Schroen


                    • jujubinche 18 avril 2007 13:30

                      « A pars, quand j’arrive gare du nord par le RER E avec ces bandes qui se livrent à des simulacres de bagarre qui picolent et qui hurlent, et où même des jeunes filles prennent des barres de fer pour casser du flic là je suis tenté par le borgne... »

                      Le grand n’importe quoi excessif. Et vient pas me la raconter, j’y passe deux fois par jour, et en passant par le train de saint denis, pas par le RER le plus propre et clean de paris.

                      Je dois être un surhomme pour traverser cette jungle depuis maintenant plus de 5 ans sans avoir frôlé la mort .. Quand à ma copine elle doit elle aussi avoir des super pouvoirs cachés.


                    • Schroen 18 avril 2007 14:11

                      Ah bon, donc ces gentils petits chenapants qui au moins un jour sur picole et fume des pets dans les escaliers qui sont de part et d’autres des escalators, ça vous semble normal ??

                      Donc les bandes de 10-15 lascards qui jouent à qui parlera et rigolera le plus fort tout se mettant de faux high kick, cela vous rassure ? Vous savez devant le footlocker et le jennifer allez donc leur parler !!! Mais n’oublier pas de baisser le regard, ils ont tendance à prendre légèrement la mouche...

                      Cessez donc votre angélisme, iriez vous addressez la parole à ces messieurs ?? J’en doute fort malgré les qualités intrasèques que vous leur porté...

                      De plus, ayant habité dans des quartiers chaud « Porte des Postes » Lille et « Les Flocons » à Tourcoing, je sais que l’on peut y vivre sans se faire aggresser du moins dans sa rue car on y connait les petites frappes, mais dans la rue du paté de maison rien n’est moins sur...

                      Schroen


                    • Schroen 18 avril 2007 14:17

                      De plus, cher monsieur, vous savez très bien de quel endroit je parle. Ne tranverstissez pas mon discours en déplaçant ces bandes de la gare RER, aux quais du RER E, lequel je vous le concède est le propre de Paris mais certainement avec la clim la plus defectueuse...et autant d’annulation de train que sur les autres lignes.

                      Pour ceux qui est la jeune femme à la barre de fer, je vous invite à consulter les photographies qui ont été prises lors de cette démonstration de force de ces bandes d’abrutis, en effet sur l’une d’elle on voyait une très jeune femme, certainement mineur, arrangué les policiers d’un doigt d’un main que ne vous citerai pas, une barre en fer en l’autre...

                      Schroen


                    • Schroen 18 avril 2007 16:06

                      Tu as raison les suisses sont des méchants cultivateurs de weed et de plus ils s’en servent seulement d’herbes aromatiques !!!

                       smiley

                      Non, les statistiques ethniques sont tout bonnement interdites en France.

                      Schroen

                      LA suisse : son cholotat, sa weed et ses impôts smiley


                    • JL François Marie 18 avril 2007 10:35

                      Non Le Pen ne sera pas président, pour la simple et bonne raison qu’il ne pourrait gagner que contre Sarkozy. Or s’il est possible que l’un ou l’autre soit au second tour, il est évident que les deux n’y seront pas ensemble.


                      • Internaute Internaute 19 avril 2007 08:23

                        Le seul cas de figure ou Le Pen peut gagner est un second tour avec Ségolène. Face à Sarkozy, il faudrait que les socialistes s’abstiennent et qu’il récupère toute l’extrême gauche ce qui n’est pas trés vraisemblable.


                      • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 19 avril 2007 08:57

                        1. Le Pen : 28 %

                        2. Royal : 20 %

                        3. Sarkozy : 19 %

                        4. Bayrou : 15 %

                        5. Besancenot : 4 %

                        Le Pen bat Royal au second tour.

                        (nous sommes d’accord !)


                      • Muadib 18 avril 2007 10:36

                        Je n’en crois pas mes yeux...

                        Commentaire vu sur Ipsos.fr

                        « Bien que distancé, JM. Le Pen reste en effet dans la course au podium ; à 13,5%, il est dans ses temps de passage de 2002 (13% le 16 avril pour finir à 17%). Il pourrait toutefois avoir du mal à dépasser les 20% (18% au 2nd tour en 2002), seuil au-dessus duquel la qualification devrait se jouer. »

                        On se croirait dans une course de chevaux. Et ca me rapelle les interventions dans « Ripostes » d’Elisabeth Levy qui reprenait ce terme et mitraillait les sondages...dont le représentant n’était autre que le co-président...d’Ipsos ! Aurait-il fumé la moquette pour conforter ainsi les critiques faites à son encontre ?

                        Et le meilleur est à venir : 18% au Second tour...Autrement dit, on compare des sondages de premier tour à des résultats de second tour ! Et je passe sur le fait qu’ils arrondissent à la hausse :

                        16.86 devient 17 17.79 devient 18

                        Soit un gain (virtuel )de 68 000 voix pour le second tour de 2002...

                        Du grand n’importe quoi made in Ipsos...Et on peut en effet demander ce que cela cache. Pourquoi continuer à mettre J-M Le Pen comme prétendant à la qualification alors qu’il est a 13,5% ? Parce qu’il est « dans les temps de passage » ? On croit rêver... Et à l’inverse, pour F. Bayrou, on obtient le commentaire :

                        « La dynamique de fin de campagne lui est favorable, et F. Bayrou ne l’a jamais dépassé dans les intentions de vote. Le candidat UDF concède à 5 jours du scrutin un écart de 6 points (18,5%). Il est aussi en retard sur la fermeté du choix de son électorat, et se retrouve plus près de la 4ième que de la 2ième place.  »

                        Autrement dit, selon Ipsos, il vaut mieux être a 13.5 qu’a 18.5 pour être encore « dans la course ». Sarkozy ! Sors du corps d’Ipsos !


                        • Vincent 18 avril 2007 10:40

                          En réfléchissant je me posais cette question

                          Est-ce que les sondages tiennent compte du nombre d’abstentionnistes ; nuls et blancs.

                          Si tel est le cas tant mieux, mais je n’ai jamais vu une seule donnée à ce sujet.

                          Nous sommes 44.5 M d’inscrits Donc 20% signifieraient 8.9 M de suffrages exprimés pour JMLP.

                          Alors qu’en 2002 il y a eu tous votes extrêmes droite compris au premier tour environ 5.5 M

                          Si nous nous basons sur les chiffre de 2002 et que nous ajoutons les nouveaux inscrits cela donne 28.5 + 3.3 (nouveaux inscrits) 31.8 M de suffrages exprimés non nuls ou blanc.

                          Voyons ce que représente 20 % de 31.8 M ; 6.36 M Donc par rapport à 2002 et grâce au ralliement de Maigret JMLP gagnerait 1.56 M de voix. +600 000 grâce à Maigret + 860 000 voix gagnées pour diverses raisons.

                          Maintenant il faudrait connaître ceux qui ont basculés de JMLP ou Maigret à De Villiers qui n’était pas là en 2002.

                          Cela est-il crédible ?

                          Cela représenterait 15% d’augmentation pour JMLP en 5 ans.

                          Reprenons à l’envers, les sondages donnent actuellement 12-14 % à JMLP

                          6.36 M par rapport à 44.5 M =14.3 %

                          Donc l’affirmation de JMLP de 20% au premier tour en se basant sur les données de 2002 me paraît crédible

                          Alors peut-être que si les candidats annoncer en terme de millions de voix les intentions de votes de leur adversaires, cela aurait un plus gros impact.

                          Dire qu’un français sur 10 est extrémiste n’est pas rien (6.36 M sur 65 M de français)

                          Dire qu’un français sur 7 en age de voter est extrémiste n’est pas rien non plus. (14 % d’intentions de vote).

                          Donc j’encourage tous le monde à aller voter car la base extrémiste, elle, ira voter c’est certain.


                          • Citoyen ordinaire 18 avril 2007 10:40

                            Excellente analyse, bravo.

                            Il est également interessant de consulter le site votez2007.com où le pourcentage le plus récent des intentions de vote pour Le Pen est de 16,5%.

                            Certes, on est loin des + 20%, mais il ne faut pas omettre que la masse des électeurs traditionnels du FN ne vont pas sur internet. Ils n’en n’ont ni le temps ni les moyens. Beaucoup n’ont même pas d’ordinateur.

                            Donc, ces 16,5% affichés par le site ne représentent que le pourcentage des intentions de vote des classes...disons les moins défavorisées. Celà va donc faire combien si l’on y ajoute les voix de tous ces exclus de la société de consommation, fidèles electeurs du FN ?

                            D’autrepart, il ne faut pas croire que les quelques 18% d’électeurs qui ont voté pour Le Pen AU 2ème TOUR de 2002, alors même qu’à l’époque son image et celle de son parti étaient fortement diabolisées, se sont volatilisés ou ont changé d’avis.

                            Force est de reconnaître que le FN est parvenu depuis lors à lisser les aspérités de son programme et à le rendre réellement crédible en tant que dispositif apte à redresser une France qui s’enfonce lentement dans le tiers mondisme, la violence et l’incivisme.

                            Son leader est également parvenu jusqu’à présent à éviter les dérapages verbaux que tout le système de « l’establishement » espérait pour pouvoir le clouer au pilori.

                            Force est aussi d’observer que par comparaison avec ce que l’on sait des attitudes autocrates et des tactiques manipulatoires de son concurrent, Le Pen et le FN glissent progressivement dans l’opinion vers le centre droite pour céder leur place à l’UMP.

                            Enfin, au delà des élections, le véritable triomphe de Le Pen est d’assister à la reprise, donc à la validation, à la crédibilisation publique de pans entiers de son programme.

                            Les causes parfaitement identifiées de la faillite économique et sociale Française auxquelles pas un gouvernement n’a osé s’attaquer ne vont pas disparaître par enchantement, bien au contraire.

                            Et progressivement, Le Pen, dont la clairvoyance, la sincérité et le courage politique sont incontestables apparaît comme le seul recours possible aux yeux d’un nombre croissant de citoyens Français.

                            Dès lors, la fenètre d’opportunité du FN est grande ouverte de 2007 à 2012.


                            • non666 non666 18 avril 2007 10:45

                              Je souscrit a votre article des deux mains, et meme des deux pieds.

                              Que cela plaise ou non, LePen est aujourd’hui le dernier des souverainistes capable d’etre au second tour.

                              Le temps des DeVilliers, Dupont Aignan viendra lors de la succession Lepen, si elle n’est pas gérée en douceur.

                              Mais pour nous autres gaullistes, resignés a voter lepen a reculons, la defaite est cuisante. Ce coup ci, c’est notre « camps » qui a trahis...

                              Voir Sarkozy l’americain, chantre de la politique de Bush et de celle d’Israel devenir le champion de « LA » droite est le signal de trop.

                              La propagande que vehicule les sondages est un element important que vous soulignez bien.

                              Mais les fondamentaux, ceux d’une france France dans une Europe qui se veut forte sont des elements encore plus en faveur d’un rejet de Sarkozy et de l’UMP pour les hommes de droite souverainistes.

                              Aujourd’hui, il ne reste a droite que DEUX choix qui INCARNENT quelquechose :

                              1) Le Pen pour la droite nationale, souverainiste

                              2) Bayrou pour la droite chretienne democrate, humaniste, sociale et federaliste europeenne.

                              Entre les deux, il n’y a RIEN, sinon du vent, des sondages, de la propagande et des simulateurs.

                              Cette election est le grand retour des fondamentaux. C’est aussi pour cela que Lepen peut etre sur de flirter avec les 20%. Car la droite nationale n’a jamais fait moins, que ce soit du temps du RPR, de l’UDR ou avant... Elle a meme souvent fait plus.

                              Nous ne sommes pas forcement tous mur pour quitter le Titanic « insubmersible » baptisé UMP. Nous ne sommes pas encore tous convaincu qu’il n’incarne plus rien.

                              Mais attendez les analyses a posteriori. Vous verrez qu’ils expliquront tous les phenomenes qui se dessinent par le retour des fondamentaux.


                              • nantor nantor 18 avril 2007 11:06

                                Un « gaulliste » qui vote Le Pen ????????????????

                                J’en rirai presque, mais c’est plus lamentable que drôle ...


                              • Bill Bill 18 avril 2007 11:20

                                Le Pen est le candidat le plus proche de de Gaulle, et les Chrétiens ne sont pas en accord du tout avec Bayrou, ils auraient tendance à voter plutôt Le Pen, et pour les plus intransigeants d’entre eux, de Villiers. Mais Bayrou fait un peu office de Tartuffe après ses dernières déclarations dans un journal chrétien. Voir à ce sujet le site lesalonbeige.fr

                                Bill


                              • nantor nantor 18 avril 2007 11:37

                                « Le Pen est le candidat le plus proche de de Gaulle »

                                Ben voyons ! La seule chose bien avec les Lepenistes c’est qu’ils arrivent à dire vraiment, mais vraiment n’importe quoi. Et avec un aplomb ...

                                Pov’ JMLP, chef d’un parti de tanches et d’abrutis ... tiens, je le plaindrai presque si son âme n’était pas damnée (ça c’est pour ceux qui se permettent même des allusions chrétiennes).


                              • Bill Bill 18 avril 2007 11:49

                                De Gaulle n’aurait jamais accepté l’Union Européenne telle qu’elle est et préservait l’indépendance de la France, notament vis à vis de l’OTAN.

                                Le Pen est le seul candidat dans cette lignée, les autres sont tous Unionistes.

                                C’est la raison pour laquelle en effet je me sens plus proche de sa vision, que de celle des autres concurrents...

                                Bill


                              • nantor nantor 18 avril 2007 12:00

                                Rahhhhhhhhhh, mais c’est vraiment n’importe quoi.

                                Pauvres gens, évoquer De Gaulle, si vous saviez ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès