Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Pen s’en remet à Dieu

Le Pen s’en remet à Dieu

Le gars de la Marine livrait grand messe, hier à Lille. L’occasion pour lui d’attiser les flammes, crier au complot et lancer des menaces. Pas au complet dans ses parrainages, pas troisième dans les sondages, le vieux leader frontiste a fait semblant d’y croire, encore.

Comme Ségolène Royal, Jean Marie Le Pen a changé de vitesse. A quelques jours du dépôt des parrainages (500 signatures requises pour pouvoir se présenter) le leader inferno du Front national a passé la cinquième depuis quelques jours. D’abord avec sa petite phrase, l’air de rien, sur le 11-Septembre, qualifié d’ « incident » en comparaison des victimes mensuelles d’Irak, par exemple, ou des innombrables victimes du bombardement de Dresde, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette petite phrase, grosse polémique (enfin pas si grosse que ça finalement) c’est en quelque sorte de « l’ancien Le Pen », du Le Pen old school, celui-là même qu’il tentait de faire oublier, derrière la coupe stricte et le phrasé élégant de sa fille, responsable de la communication de sa campagne. Elle faisait d’ailleurs pour l’instant plutôt bien son travail, Marine (après tout, on appelle bien Royal, Ségolène, alors pourquoi pas Marine Le Pen, Marine ?), elle passe bien à la télévision, elle ne cède pas aux provocations, s’emporte à juste titre, se maîtrise dans les situations difficiles, et perd rarement le sourire, ce qui n’a jamais été le fort de son papa, de sourire. Bref, jusqu’ici tout passait comme avec du beurre, dernier tango à Saint-Cloud, le dernier mais peut-être pas le plus mauvais pour le chef à vie du mouvement frontiste. Et puis, donc l’incident... Ce vintage dont les responsables du parti à la flamme se seraient sans doute bien passé. Mais un « dérapage » qui en même temps trahissait l’envie du kommandant de rappeler qui il était vraiment. Comme pour rassurer, peut-être, une partie de son électorat, un brin inquiet, ou sceptique, face à l’assouplissement du mouvement.

Cette anicroche derrière lui, sans trop de dommages apparemment, le FN déployait toutes ses banderoles et ses banderilles à l’adresse des autres candidats à l’Elysée, « tous responsables, tous coupables », de l’état d’une France menacée « d’appauvrissement général », pour citer Le Pen. "Réveillez-vous, parce que sur la scène du théâtre du monde, le décor de la tragédie est déjà en place"(...) « Sarkozy, Royal, Bayrou, Buffet, cartel de ministres et anciens ministres des gouvernements se sont succédé au pouvoir depuis 30 ans et portent la responsabilité du désastre actuel. »( ...) « Ce sont eux et les partis qui ont gouverné la France, tantôt en alternance, tantôt en cohabitation. Tous responsables, tous coupables  » Le Pen a ceci en commun avec Arlette Laguiller, ses discours sont les mêmes depuis des dizaines d’années. Aucun changement dans la rhétorique, aucune modification dans les diatribes, aucune variation dans les constats. Les mêmes charges, les mêmes mots, la même litanie. Les vieux militants, au moins, ne sont jamais surpris, ni déçus, on leur sert la même soupe chaude depuis longtemps, mais ça marche toujours. Après tout cet homme-là n’a jamais été au pouvoir, donc, pourquoi ne pas le croire quand il affirme qu’avec lui tout serait différent ? Comment ne pas le croire quand il dit que les gouvernements depuis 30 ans n’ont pas pu, pas voulu ou pas su endiguer le chômage, relancer la croissance ou garder sa grandeur à la France ? La France, effectivement, va mal. Le Pen le dit, mais il n’est pas le seul, Sarkozy le dit aussi (il veut une rupture), Royal ne dit pas autre chose (elle veut gouverner autrement) et Bayrou lui considère, comme Le Pen, que la droite traditionnelle et la gauche non moins traditionnelle sont arrivées au bout de ce qu’ils pouvaient faire (ou ne pas faire). Il faut changer, radicalement. Tous les candidats en conviennent, mais Le Pen s’achète sa crédibilité en faisant remarquer que lui ça fait trente ans qu’il le dit ! Vous voyez bien que j’avais raison ! C’est sur cet air du « je vous l’avais bien dit » qu’il arpente aujourd’hui les estrades, qu’il contemple aujourd’hui le « désastre », l’œil lumineux et le sourire facile. Tout a réellement bien fini par se casser la gueule, ou du moins se compliquer sérieusement, et Le Pen en jubile. Plus ça va mal, et plus il sent venir son heure.

Seulement voilà, ce n’est pas si simple que ça. Aujourd’hui, Le Pen a six points et quelques parrainages de retard sur François Bayrou, autre surfeur de l’échec. Le candidat centriste a lui aussi senti la bonne idée de prendre la vague de la « crise profonde qui secoue notre pays ». Le candidat centriste a lui aussi compris qu’il fallait utiliser sa non visibilité dans les médias à son propre avantage : en pointant du doigt ces dits médias censés « marcher aux ordres ». Et ça a marché. Aujourd’hui, saint François du Béarn est le troisième homme de cette campagne, haut la main devant Jean Marie, englué dans sa collecte de parrainages et parasité sérieusement par le ratisseur large du centre. On peut penser que Le Pen n’avait pas vu venir Bayrou. Et Bayrou présente mieux que le candidat frontiste, il ne fait pas peur, il n’inquiète pas (il inquiète même moins que Sarkozy), il est rond, on ne le sent pas capable de jeux de mots douteux ou de comparaisons mal maîtrisées. Il est le candidat du changement idéal. Il est surtout le plus grand adversaire du FN, parmi ceux qui marchent sur ses plates bandes. C’est ce Front du Centre national que Le Pen n’avait pas vu venir, lui qui pensait simplement avoir comme toujours à se démarquer sans souci de l’extrême gauche et d’un De Villiers qui ne compte pas, se retrouve avec un challenger improbable dans les pattes, dont il aura du mal à se défaire. Ce candidat Bayrou « déguisé en premier communiant » devient dès lors une de ses premières cibles. Et c’est bien sûr sa fille qui s’en charge : à propos du président de l’UDF, elle déclare : « Ce n’est pas ni droite ni gauche, c’est : et la droite et la gauche ! Dans les sondages, la certitude de vote pour M. Bayrou est de 30%, celle pour Jean-Marie Le Pen est de 70%. Par conséquent, M. Bayrou peut très bien rechuter demain aussi rapidement qu’il est monté ». Elle n’a pas tort, Marine. L’électorat de Le Pen est effectivement un électorat discipliné et non volage, contrairement à l’électorat centriste. Et Bayrou a effectivement annoncé qu’il gouvernerait, s’il était élu, avec les meilleurs de droite et les meilleurs de gauche, c’est-à-dire la droite et la gauche. Le candidat du « et et » contre le candidat du « ni ni » voilà donc le choix pour le troisième homme de cette présidentielle...si Le Pen atteint les 500 fameuses promesses...

Car, comme à l’accoutumé, depuis une bonne quinzaine d’années et au moins trois élections, Le Pen fait planer un doute sérieux sur l’obtention des parrainages nécessaires à son brevet de pilotage pour la course à l’échalote. Il ne les aurait pas tous à l’heure qu’il est, il serait entre « 475 et 500 » et préfèrerait en avoir beaucoup plus que 500 pour se prévenir des éventuels désistements. Mais qui veut les voix du Front national ? Qui aurait donc intérêt à ce que le borgne breton ne puisse enflammer le premier tour et irriter le second ? Qui voudrait raisonnablement se passer d’un deuxième tour « de résistance » comme on en a vécu en 2002, dans une France frappée soudain d’hystérie collective, bien pensante émue et rassemblée comme un seul homme contre une armée de barbares d’un seul coup à nos portes qui auraient menacé nos libertés les plus simples et que seul Jacques Chirac pouvait d’un seul vote repousser hors de nos contrées ? Qui veut donc la peau du FN ? Sarkozy ? Royal ? Les RG ? Doc Gynéco ? Lambert Wilson ? Jean Luc Delarue ? Pas du tout. Cherchez plutôt selon Jean-Marie du côté de la Vendée, d’un certain De Villiers...une « manœuvre particulièrement crapuleuse tendrait à intimider les maires » dit Le Pen et « cette manœuvre vient d’un candidat qui se trouve jusqu’à présent dans les sous-sols des sondages, et qui espère grâce à cette manœuvre pouvoir prendre ma place ». Les sous-sols des sondages...C’est qu’on y trouve beaucoup de monde, dans ces sous-sols-là, du Voynet comme du Besancenot, du Bové comme du Buffet, du Dupont-Aignan comme du Laguiller...Mais c’est bien Villiers qui est visé, et qui se défend, de suite : « Philippe de Villiers dément avec vigueur les insinuations mensongères de M. Le Pen qui, comme d’habitude, fait dans l’injure et l’outrance » a fait savoir le MPF (Mouvement pour la France). « M. de Villiers n’est pas dupe de la manœuvre de Jean-Marie Le Pen dans son discours de Lille. Cette manœuvre n’a pas d’autre but que de chercher à disqualifier un autre candidat à l’élection présidentielle en pleine campagne de collecte des signatures avec la seule intention d’empêcher le président du MPF d’être candidat à la présidentielle. » Résumons donc : Le Pen accuse Villiers de l’empêcher de se présenter et Villiers accuse Le Pen de l’accuser pour l’empêcher de se présenter. Il s’en passe de drôles dans les sous-sols des sondages. On peut nénanmmoins sans trop risquer de perdre sa mise parier que Le Pen finira par récolter ses parrainages et que Villiers pourra faire ses 2 ou 3 % traditionnels. Si ce n’était pas le cas...

Si ce n’est pas le cas, Le Pen prévient que ses « millions d’électeurs » pourraient singulièrement dépasser les bornes : « Si les millions d’électeurs de Jean-Marie Le Pen ne pouvaient pas voter pour lui aux élections présidentielles, ils auraient sans doute des réactions civiques qui pourraient être douloureuses pour d’aucuns » a précisé Louis Alliot responsable de la collecte des signatures pour le FN. « Réactions civiques », « douloureuses pour d’aucuns », c’est lourd de menace même si ça ne signifie pas grand-chose. Mais Le Pen absent de l’élection, sans provoquer la révolution, ça changerait la donne du vote, à coup sûr, ça laisserait libres quelques millions d’électeurs, qui se reporteraient en grande partie sur la droite, et le reste vers l’abstention. Ce serait surtout une fin en queue de poisson pour celui qui rêve de faire « mieux qu’en 2002 » mais qui sait sans doute au fond de lui qu’il n’y arrivera jamais. La France n’est pas si basse. Et puis, il y aura toujours quelque Bayrou, quelque Sarkozy, quelque Royal, plus adapatable, plus présentable, plus positivement discriminatoire que lui, plus « classique » pour convaincre les déçus.

Hier, à Lille, Le Pen a achevé son discours sur une étrange image, celle de ces « moutons qui broutent les pousses des genêts » à 2500 mètres d’altitude sur les pentes de l’ETNA. « C’est la leçon de l’Etna, la vie finit toujours par gagner. Voilà le but de notre combat politique, faire gagner la vie. » Poussée mystique conclue par un étonnant « Le Dieu des fourmis et le Dieu des étoiles nous donneront, avec vous, la victoire. Parce que je suis le candidat de la vie. » Sentence plus proche de Bernard Werber que du Dalaï Lama, qui sonne comme l’ultime incantation d’un faux démon qui n’aura ni traumatisé ni bouleversé son époque, dernière salve d’un ancien combattant jamais vainqueur, aux adversaires souvent grotesques.


Moyenne des avis sur cet article :  3.02/5   (492 votes)




Réagissez à l'article

137 réactions à cet article    


  • (---.---.212.225) 26 février 2007 13:17

    Vraiment sans aucun interet, et non-impartial... Indigne de ce site qui se veut impartial...


    • dégueuloir (---.---.68.56) 1er mars 2007 14:42

      si Lepen s’en remet à Dieu, le contraire est bien loin d’étre le cas........ smiley....peu importe,les comptes se réglerons à la mort de l’intéressé......je pense qu’il a des contentieux avec l’étre supréme....... smiley


    • (---.---.37.71) 26 février 2007 13:23

      Il est ou le dérapage de Le Pen ?

      PS : Tu peux pas faire plus court ?


      • crepuscule (---.---.140.96) 26 février 2007 13:24

        Encore une soupe bien pensante. Visiblement il ne vient pas à l’esprit de l’auteur que la non présentation de Le Pen aux élections serait un scandale, digne des régimes totalitaires. Mais, ainsi va la France, complètement abrutie et endormie par les politicards professionnels. La France n’a que ce qu’elle mérite, c’est à dire pas grand chose !


        • Manugeo1 (---.---.44.22) 27 février 2007 10:22

          Quand vous parlez des gouvernements totalitaristes, vous faites sans doute allusion à celui incarné par l’idéal de Le Pen et de ses amis fachos ?


        • seb59 (---.---.180.194) 26 février 2007 13:34

          @ l’auteur

          Encore un bon article, votre plume est agreable. (juste un peu long l’article)

          On sait en plus, avant de commencer à lire, que chacun va en prendre pour son grade. smiley

          Par contre :« La France n’est pas si basse » : Vous croyez ? Moi je n’en suis pas si convaincu.

          Je crois au contraire que l’on racle le fond !!

          Encore merci pour cette belle tranche d’agoravox. smiley


          • Manugeo1 (---.---.44.22) 27 février 2007 10:25

            @Seb59

            Bien d’accord avec toi : on racle le fond. Il me semble qu’AgoraVox puise de plus en plus dans les égouts... Hier déjà, un article sur le retour à l’état de droit des sans-papier à déclenché une vague de haine et de violence absolument indigne de tout être qui se dit humain. ça continue avec les réactions à cet article... AV deviendrait-il mal famé ?


          • -.- (---.---.18.123) 26 février 2007 13:36

            Article partial au possible, à la limite de la propagande d’inspiration soviétique, aucun intêret.

            De plus je vous rapelle, très cher débutant, que les sondages n’ont pas refleté la réalité de 2002. Ils n’ont pas refleté la réalité de 1995. Mais au fait, les sondages ont-il vu juste ne serais-ce qu’une seule fois en plus d’une décénnie ?

            En gros, allez prendre des cours. Et apprennez à être objectif. Sinon, cherchez un poste au ministère de la propagande de je ne sais quelle république bananière, vous irez loin.


            • (---.---.37.71) 26 février 2007 13:44

              Et le dérapage ? Il est ou ? Hein ? Ou ca ??


            • -.- (---.---.18.123) 26 février 2007 13:45

              Et j’ai oublié de mentionner la présence de fautes d’orthographe un peu partout... décidément, quel professionnalisme.


            • alala (---.---.247.32) 26 février 2007 13:46

              JMLP tient le meme discours depuis 30 ans, pas tout à fait. Il a predit ce qui se passerait, et il en fait l’amer constat aujourd’hui. Le temps lui a donné raison donc soit c’est un voyant, soit c’est un visionnaire. Toujours est il que ça lui donne une belle credibilité quoi qu’il arrive. En ce qui concerne son derapage, je suis tenté de dire aussi « quel derapage » ? ;) Pour Bayrou et ses bons scores dans les sondages, je suis assez d’accord avec Marine, il va replonger aussi vite qu’il est monté. Le vote Bayrou est un effet de mode, les gens qui se disent soutenir Bayrou son des fashion victims de la politique xD qui ne connaissent pas son programme du reste. Il a dernierement un peu communiqué dessus donc il va pas tarder à retoucher le fond sans possibilité de rebondir cette fois.


              • Anne Honime contre la connerie ! (---.---.20.123) 26 février 2007 13:47

                Pas d’objectivité, propos gauchistes extrêmes... Article qui ne devrait pas être publié. Mérite un procès, c’est limite... A quand le control CSA sur Internet. On devrait virer les journalistes qui ne sont pas impartiaux.(cf Rachid ARHAB ce matin sur la matinal) à bon entendeur... smiley


                • -.- (---.---.18.123) 26 février 2007 13:55

                  En même temps quand je vois que l’auteur fait référence à Groland dans un autre de ses articles (lui qui parle de sondages connaît-il l’audimat que fait Groland ? Sans doute pas), petite émission de TV hebdomadaire ridicule, faisant dans l’humour gras, dans le pipi-caca, d’ailleurs ils ont l’honnêteté de se revendiquer d’extrême gauche(ceci expliquant cela), c’est déjà ça.

                  On sent bien l’esprit libre, objectif, loin de toute manipulation extérieure, donc.


                • Jules (---.---.46.186) 27 février 2007 10:29

                  Je te fait une confidence allez pour toi : je lis tres rarement des articles impartiaux. Si t’as un site ou journaux qui le sont previens moi. Enfin bref je trouve ta critique ...comment dire ...pas objectif.

                  tiens au passage je voulais savoir si en France on applique la préference nationnale ? (les francais hein !! qu’ils soient de n’importe quelle couleur ou religion etc etc..)


                • chris (---.---.215.8) 26 février 2007 13:52

                  « le vieux leader frontiste a fait semblant d’y croire, encore. »

                  Je pense qu’il a raison d’y croire, car malheureusement, beaucoup de français vont voter pour lui. Alors jeune ou vieux, semblant ou pas... je peux vous prédire quasiment à coup sûr au moins 16-17% pour lui au vu du niveau des autres candidats champions du creux, du vide et de la lâcheté intellectuelle...

                  Je ne voterai jamais pour le Pen, mais je comprends ce qui vote pour lui par désespoir.


                  • parkway (---.---.18.161) 26 février 2007 16:30

                    à chris,

                    « ceux qui votent pour lui par désespoir ? »

                    le mot désespoir me choque un peu : je penserais le remplacer par ’ceux qui pensent qu’ils n’ont plus rien à perdre’.

                    car chez les frontistes, il y a une part de pensée revancharde, notamment contre les immigrés ( ces salauds d’immigrés, comme d’autres disent ces salauds de fonctionnaires ou salauds de pauvres) ;

                    N’oublions pas que c’est le fonds de commerce de Le Pen : l’immigré est vu comme un nuisible, coupable de tous les maux de notre sainte et sacrée France...

                    alleluia !


                  • Kark (---.---.94.12) 26 février 2007 13:55

                    Waou, quel article. Je l’ai lu entièrement. C’est vrai qu’il est un peu provocateur, mais bon, tellement l’habitude...

                    Cette année il fera 20% je pense.


                    • parkway (---.---.18.161) 26 février 2007 16:32

                      je pense qu’il fera -35% ou 5%, peut-être plus si le vent se lève...


                    • (---.---.135.105) 26 février 2007 17:45

                      esperons qu’il soit plus haut


                    • idoine (---.---.189.236) 26 février 2007 13:58

                      Morceaux choisis de l’intervention du « vain blanc » : [M. Le Pen a revendiqué l’héritage des « combats » qui « arrachèrent de haute lutte les droits essentiels du travailleur au patron de droit divin ».

                      Il s’est présenté comme l’adversaire du « capitalisme financier planétaire » et de la mondialisation]

                      Je suis évidemment plié en deux devant un tel discour, quand on me dit [l’extrême droite a toujours été plus proche de la gauche que de la droite sur le plan économique.]

                      Sauf que là où les dirigeants d’extrême gauche mettent leur propre pognon dans leurs idées, les dirigeants d’extrême droite, eux, ... en retirent !!!

                      Ou pour résumer :

                      LCR : Donnez votre pognon au parti - le parti s’occupera de vous FN : Donnez votre pognon à M. Le Pen - Le Pen s’en occupera !!!


                      • seb59 (---.---.180.194) 26 février 2007 14:11

                        Antisemite, anti-beurs ?

                        Ou avez vous vu cela ?

                        JMLP s’occupe avant tout des francais et refuse l’immigration sans condition.

                        Et alors ? Qu’il y a t’il de honteux à etre fier d’etre francais et de defendre son pays ?

                        Afin de flatter un certain electorat et se donner bonne conscience, bcp d’intellectuels, d’artistes et de politiques de gauches sont l’« ami des peuples », pour le metissage, pour la mixité, pour « aider ces malheureux ».

                        Pour aider oui, mais avec l’argent des autres ! Eux, ils s’enrichissent et nous ont travaillent pour aider tous les malheureux qui trouvent dans la france une planche de salut.


                      • seb59 (---.---.180.194) 26 février 2007 14:50

                        @Ludovic

                        Le bon ou mauvais enfant de l’immigration ?

                        Je prefere un discours clair, qui dit « il y a des problemes et les voici » que le discours gauchiste habituel qui nous dit que « tout le monde est beau et gentil », meme les casseurs, les criminels et les immigrés illegaux.

                        @ adama

                        Si votre reflexion etait pour moi (?), vous melangez religion (juif), couleur de peau (noir), origine (arabe).

                        Mais je n’etablis pas de jugement sur ces criteres.

                        Je considere juste, que ce qui est important et ce qui est une priorité en FRANCE, c’est s’occuper des FRANCAIS !


                      • (---.---.29.250) 26 février 2007 15:54

                        Dans la grande série des mensonges et désinformations du système uni contre le FN, on trouve l’activité de Le Pen à sa maison d’édition la Serp, créée dans les années 60. Celui-ci aurait été un « éditeur de disques nazis », condamné pour cela en 1971. Mais alors pourquoi cette publicité, publiée en 1971 dans la deuxième édition du Guide juif de France, vante les mérites de Le Pen et de sa maison d’édition la Serp ? Parce qu’à l’époque, comme l’UMPS ne vous l’a pas dit, la société de Jean-Marie Le Pen vient de publier un album de trois disques intitulé Histoire d’Israël. Les personnalités et la presse juives ne tarissaient pas d’éloges :

                        « Une très belle réussite » disait le rabbin Eisenberg, « émouvant », ajoutait Information juive, « un travail honnête et impartial » enchérissait Information d’Israël, qui s’inclinait ainsi devant la qualité du travail : « On ne pouvait faire mieux et nous avons le devoir d’en féliciter M. Le Pen et ses collaborateurs ». Jusqu’à Golda Meir, alors présidente du Conseil des ministres d’Israël, qui souhaitait que « la diffusion de l’album contribue à informer le public et à resserrer les liens d’amitié entre nos deux peuples ».


                      • (---.---.135.105) 26 février 2007 17:47

                        FANTASME !!!!


                      • Arno (---.---.163.154) 26 février 2007 14:09

                        Bonjour,

                        Les commentaires sur cet articles sont plutôt virulants ! Il est effectivement long (ce n’est pas un reproche), absolument pas objectif (je n’en ai jamais lu sur Agoravox, mais au moins il n’y a pas de langue de bois), pessimiste en effet comme beaucoup d’autres (le contraire est difficle à etayer). Cependant, il est bien écrit, un peu d’humour, d’ironie, je ne me suis pas ennuyé. D’autre part, bien que anti-FN, je suis convaincu de l’importance que Jean Marie Le Pen obtienne ses parainages. Mais là encore, cet article ne dit pas le contraire ! M’a-t-il convaincu ou changé mon opinion... Biensur que non, mais j’ai au moins le sentiment que l’auteur s’adresse à des lecteurs et fait appel à leur intellecte, chose de plus en plus rare...

                        Merci,

                        Arnaud


                        • Blablabla (---.---.169.203) 27 février 2007 07:14

                          @ Arnaud

                          Moi aussi je suis heureux de cet article, il n’y en a d’ailleurs pas assez dans ce sens... Cet article démontre s’il en était besoin que le niveau de réponse des anti-Le Pen est en dessous de la ceinture.

                          Quand vous dites :« j’ai au moins le sentiment que l’auteur s’adresse à des lecteurs et fait appel à leur intellecte, chose de plus en plus rare.. »

                          je réponds : Ceux qui prétendent réfléchir (l’intellect ! sans « e » SVP) devraient s’intéresser à tout autre chose que le vote Le Pen, car ils n’y comprennent rien.


                        • néssoux (---.---.25.117) 26 février 2007 15:05

                          En effet, c’est assez drôle. Ceci dit, pour des extrémistes de droite on passe vite pour un gauchiste... et l’inverse est valable aussi.

                          On est toujours le gauchiste de quelqu’un


                        • Bill Bill 26 février 2007 15:17

                          Cher Ludovic

                          Admettez que tous les partisans ont l’épiderme sensible, y compris ceux de Ségolène smiley

                          Bien cordialement.

                          Bill


                        • snoopy86 (---.---.124.246) 26 février 2007 15:28

                          C’est bien la première fois que je me trouve en plein accord avec un commentaire de Ludovic...


                        • Voltaire Voltaire 26 février 2007 14:11

                          Bon article, très agréable à lire, d’un style grinçant à souhaits, et qui n’est pas sans quelques vérités.

                          Juste en clin d’oeil : Bayrou fait peur ! Juste que ce ne sont pas les citoyens qui ont peur, mais les états-major de Mr Sarkozy et de Mme Royal smiley (et sans doute un certain nombre de ceux qui voient leur plan de carrière un peu compromis...).


                          • Blablabla (---.---.169.203) 27 février 2007 07:19

                            @ Voltaire

                            Eh ! voltaire ! Le siècle des lumières s’est éteint depuis longtemps, alors ne ramène pas la tienne ou ce qui en tient lieu !

                            Voltaire était un pédant capricieux.


                          • SAM (---.---.247.180) 26 février 2007 14:14

                            Il me semble que les articles de ce style que l’on trouve un peu partout en ce moment sont très dangereux. En effet, si Le Pen est bien celui que ces adversaires décrivent, alors il faut comprendre que ces attaques ne peuvent que le servir.


                            • Manuel Atreide Manuel Atreide 26 février 2007 14:28

                              Les habituels cri d’orfraie de M. Lepen a propos de ses signatures sont récurrentes. C’est un peu comme les dérapages sur le nazisme, les mauvais jeux de mots, les mensonges sur l’origine de sa fortune.

                              Qui va encore croire que ce candidat ne dispose pas encore des promesses de parrainage nécessaires ? Allons allons, je veux bien avoir des gènes en commun avec bécassinne puisque je suis breton (demi), mais faut quand même pas pousser mamie dans les orties.

                              Et en plus, ce serait le candidat vendéen qui, du haut de ses microscopiques intentions de vote, aurait un tel pouvoir de nuisance ? Diantre, pour un homme d’aussi peu de poids dans la carte politique française, De Villiers a une influence sur les maires de France qui doivent lui envier l’ensemble des responsables politiques ...

                              Soyons sérieux. Le chef du front fait son numéro habituel de campagne, pour faire parler de lui. Et surtout, ces petites phrases qui font les délices des médias empechent qu’on parle de ses propositions concrêtes. Qui a jeté un oeil sur son programme économique ? Même Reagan passerait pour un homme du New Deal devant une telle avalanche de mesures ultra libérales ...

                              Au demeurant, son attaque sur le petit marquis n’est à mes yeux qu’une tentative de lui piquer quelques électeurs. Serait-ce que cette fois ci, notre vieux boss de l’extreme-droite redoute vraiment de se voir dépassé par un candidat du centre autrement plus crédible dans sa critique du système ? C’est vrai, François Bayrou ne se pique pas seulement de mots, il est élu et il vote la censure, lui.

                              Manuel Atréide, des rivages de turquie ...


                              • (---.---.20.123) 26 février 2007 14:38

                                Mouais...une fois de plus, il n’y a que la vérité qui blesse.. Aller, voilons nous la face et soignons les miséreux du monde...nous sommes déjà envahis, c’est déjà trop tard. smiley ps : Reste-y ... smiley


                              • (---.---.29.250) 26 février 2007 16:04

                                De Villiers a aussi perdu toute sa fédération corse au grand complet qui est passée avec armes et bagages au FN. Il ne faut pas en oublier au passage.


                              • Blablabla (---.---.169.203) 27 février 2007 07:32

                                @ les rivages de Turquie...

                                Qui peut affirmer qu’un président est élu pour son seul programme économique ?

                                D’autant qu’aucun programme politique n’est économique, à en croire tous les chiffrages !

                                Et puis, à propos de la question à deux balles : « Serait-ce que cette fois ci, notre vieux boss de l’extreme-droite redoute vraiment de se voir dépassé par un candidat du centre autrement plus crédible dans sa critique du système ? », je réponds :

                                BAYROU FERA T-IL AUSSI BIEN QUE CHIRAC AU DEUXIEME TOUR ? Il y a de fortes chances pour qu’il « redoute vraiment de se voir dépassé par un candidat » de l’avenir. Ne vous en déplaise.


                              • Bayrolien (---.---.157.177) 26 février 2007 14:31

                                Y en a marre des articles de Massoulier !

                                Tous les jours un vomi de Massoulier qui n’apporte rien.

                                Tout ce blabla qui n’apporte que très très peu d’information et beaucoup beaucoup d’avis personnel tranché !

                                Pour ne presque rien dire et pendant ce temps là d’autres articles refusés au motif qu’ils présentent une opinion personnelle pas assez argrumentée !

                                Quelle honte !


                                • roumi (---.---.74.206) 26 février 2007 14:55

                                  ou beaucoup moins argumentés . et là on descend .....


                                • Bill Bill 26 février 2007 14:33

                                  Je suis parfaitement d’accord avec ludovic, Lilian a une plume assérée, dont il use envers tous les candidats.

                                  C’est vrai qu’ici c’est un peu long...

                                  Il m’a semblé lire ce matin dans le journal, que le nom de Villiers n’apparait pas dans son discours, mais Le pen le considère comme un allié de l’UMP, et qui ferait diversion. De Villiers qui a d’ailleurs une position plus dur que Le Pen sur l’Islam, et qui a longtemps marché dans les pas de l’UMP.

                                  Ceci dit, Lilian est un pamphlétaire en soit, et cette fois-ci, je l’ai trouvé moins drôle qu’avec Ségolène Royal, car Le Pen n’a pas laissé prise, hormis avec son « chapon », au ridicule dans ses phrases de campagne, mais je l’estime, de n’avoir pas voulu se préter à cette habitude médiocre qui consiste à faire passer et Le Pen et ses partisans pour des chemises brunes...

                                  Bill


                                  • Blablabla (---.---.169.203) 27 février 2007 07:54

                                    @ Bill

                                    C’est un article en soldes destiné à

                                    RASSURER LES BASES SERVILES DU SYSTEME.

                                    Quant à dire que l’auteur n’agite pas les chemises brunes : c’est totalement faux et c’est même pire peut être.

                                    Il faut lire COMPLETEMENT (ne pas FAIRE SEMBLANT) pour pouvoir ajouter son PETIT COMMENTAIRE (./) : De l’auteur : « Qui voudrait raisonnablement se passer d’un deuxième tour « de résistance » comme on en a vécu en 2002, dans une France frappée soudain d’hystérie collective, bien pensante émue et rassemblée comme un seul homme contre une armée de barbares d’un seul coup à nos portes qui auraient menacé nos libertés les plus simples et que seul Jacques Chirac pouvait d’un seul vote repousser hors de nos contrées ? ».

                                    Qui sont ces « barbares » ? L’auteur a perdu la boule. Ce n’est même pas drôle.

                                    Et puis, en fait d’hystérie collective, j’aurais dit à sa place HALLUCINATION COLLECTIVE devant un OVNI de la politique :

                                    Bayrou fait tourner les tables, Le Pen fait tourner les assiettes.

                                    Ca à mon sens, c’est drôle.

                                    Votez !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès