Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le peuple espagnol ne se résigne pas, il combat !

Le peuple espagnol ne se résigne pas, il combat !

Une marée humaine a déferlé sur Madrid...

C'en est assez de l'austérité, des sacrifices et des partis politiques qui obéissent aux banques.

Le mouvement ouvrier, la jeunesse et les familles se mobilisent...

LEUR COMBAT MERITE NOTRE RESPECT ET NOTRE SOUTIEN !

Les médias ne cessent de marteler qu'une seule politique est possible : la rigueur !

Il y a un an, en Espagne c'est un gouvernement « socialiste » qui tombait et des élections qui portaient au pouvoir la droite espagnole, pressée de casser les acquis ouvriers et de restaurer la confiance.... DES BANQUES !

L'Union Européenne fixe en Espagne et dans toute l''Europe la feuille de route des gouvernements, les parlements n'ayant avec le traité de Bruxelles qu'un « choix », celui d'appliquer la règle d'or et limiter les déficits publics.

En Espagne, le plan de « sauvetage », c'est une économie de 65 milliards, pris sur les budgets sociaux, les défenses éducatives...

« Mains en l'air , c'est un hold up » criait une foule immense à Madrid et dans plus de 80 villes.

« "non" au nouveau plan de rigueur du gouvernement espagnol, à la hausse de la TVA, aux coupes budgétaires qui frappent les fonctionnaires et les chômeurs. »

Le chômage frappe 25% de la population et les fonctionnaires ont vu leurs salaires réduits de 5% en 2010 et la perte de leur prime de Noël cette année correspond à une baisse des salaire de 7%.

C'en est assez !

Après les mineurs des Asturies descendus dans la rue et exprimant leur colère la semaine dernière, c'est toute l'Espagne qui s'embrase... Les pompiers casqués et même les policiers en chemise noire étaient de la partie.

On a tout dit sur les indignés et leur apolitisme affiché...

Le jeudi 19 juillet c'est la jonction qui s'est opérée entre les « indignés », les citoyens mobilisés par les réseaux sociaux et le mouvement syndical.

TOUT EST POSSIBLE !

Les espagnols comme les grecs cherchent un débouché politique à leurs luttes...

Les vieux partis de la social démocratie étant compromis et usés, il faut construire autre chose, autrement....

Dans toute l'Europe, aujourd'hui en Espagne, demain en France si le président de la République continue à ne pas respecter le mandat que le peuple lui a donné, les travailleurs, les fonctionnaires, les jeunes et les familles se mobilisent et se mobiliseront contre le libéralisme, c'est-à-dire le capitalisme...

SOUTENONS LE COMBAT DU PEUPLE ESPAGNOL ; LEUR COMBAT EST LE NOTRE !

 

Jean-François Chalot
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • jako jako 20 juillet 2012 09:57

    Ah quand chez nous ? l’automne sera t’elle plus chaude que prévu ?
    Un des problèmes majeurs ici en France, c’est le niveau d’information, rien que le MES absolument personne dans mon entourage n’est au courant
    Merci de votre information Mr Chalot


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 20 juillet 2012 15:26

      Pourtant les manifestations massives du peuple espagnol après celle du peuple grec devrait informer suffisamment les veaux.

      Après la Grèce, l’Espagne. La zone euro se construit contre les peuples !


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 juillet 2012 18:49

      A quoi sert cet article ? smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 juillet 2012 22:52

      A qui s’attaque l’auteur ? Aux banques ? au gouvernement ? à l’UE ? au FMI ? aux USA ? .... ? On ne sait pas. smiley


    • Bill Grodé 20 juillet 2012 10:20

      Malheureusement il combat des moulins à vent. C’est une vieille tradition chez eux.


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 20 juillet 2012 12:37

        J’ai sous les yeux, une citation de Martin Luther King :

        « Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants, mais l’indifférence des bons ».


        Il est vrai que « les bons » sont actuellement très mal informés. Aussi, il nous appartient à nous les vigilants, les curieux (là, c’est une qualité), de les alerter. François Chalot le fait très bien et je le remercie. Malheureusement, ce sont les bons curieux qui vont lire sur Agoravox, aussi je vais envoyer son texte à tous mes amis ou membres de ma famille, en particulier ceux qui ne semblent pas intéressés. Résistance !


      • Aiane Aiane 20 juillet 2012 10:32

        La fierté espagnole n’est pas un mythe. Tout mon soutien à ce peuple qui souffre, comme celui de Grèce, d’Italie, de France et d’ailleurs, pour le simple profit de quelques enragés de la spéculation.


        • slipenfer 20 juillet 2012 11:24

          En cas d’effondrement économique la solidarité est bien plus nécessaire
          que l’individualisme
          La preuve à lire dans cet excellent article

          extrait
          Ce qu’on observe, c’est bien un processus de déstructuration puis de dissolution du tissu urbain, avec la réflexion complémentaire que cette déstructuration et cette dissolution s’expriment par la barbarie et la sauvagerie. Il s’agit du stade ultime du Système, lorsque « la barbarie intérieure » (selon l’expression de Jean-François Mattéi, dans son livre au titre éponyme) habitant l’esprit de l’homme qu’a produit la modernité, finit, sous la pression du Système et des conditions matérielles et surtout psychologiques qu’il impose, par atteindre une telle force, une telle ampleur, qu’elle se transcrit en actes, en comportements, en “vie courante”.


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 20 juillet 2012 11:41

            On ne peut se sentir que solidaire des manifestants madrilènes comme des mineurs des Asturies ou des « Indignés ». Mais quelles perspectives ouvrent leurs manifestations ? Quelles sont leurs propositions concrètes crédibles ? Ne risquent-ils pas d’être aussi impuissants que les manifestants grecs de naguère ?


            A quand une coordination au moins européenne, libérée des égoïsme nationaux, de ceux qui refusent que les travailleurs fassent seuls les frais de la « crise » ? Au moins, au temps du bolchevisme conquérant, les manifestants pouvaient-ils s’appuyer sur la réalité d’une Internationale (même si elle servait surtout l’URSS au nom du « socialisme dans un seul pays »). Aujourd’hui, c’est le règne du chacun pour soi. Même nos syndicats hexagonaux ont du mal à pratiquer l’unité d’action. Quant aux politiques... Je remarque que les Espagnols ont voté démocratiquement il y a peu pour remplacer les socio-démocrates par de vrais libéraux. Est-ce la même majorité qui manifeste aujourd’hui ?

            Je crains que ces manifestations spectaculaires ne soient que des barouds d’honneur parmi trop d’autres et que si la flambée contestataire ne s’éteint pas, on s’achemine vers des désordres dont l’extrême droite dite « populiste » sera la principale bénéficiaire.

            • Neg8 Neg8 20 juillet 2012 11:48

              Pour le moment seul les syndicats peuvent organiser une coordination européenne, c’est d’ailleurs étonnant que ce ne soit pas déjà fait ! Je doute de l’intégrité de ces structures instrumentalisées comme amortisseur social..


            • foufouille foufouille 20 juillet 2012 12:36

              les dirigeants de nos syndicats sont en grande partie pourris
              nota fait partie du siecle


            • katakakito 20 juillet 2012 14:21

              Munichois, défaitiste HOUOUOU !


            • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 20 juillet 2012 15:54

              @ fourfouille,

              Quand les syndicats ne vivent que de subventions de l’état, comment voulez-vous qu’ils défendent les salariés.

              Ils ne sont même pas au service de l’état, puisque l’état ne leur demande rien.

              Ils ne sont qu’au service d’eux même et de leur pouvoir.

              Tant que les syndicats ne seront pas financés à 100% par les adhérents et tant qu’ils ne publieront pas leurs comptes de façon transparente, ils ne seront que des lieux de pouvoir sans lien avec les salariés.

              Pour ceux qui l’ignore, le droit syndical a été défendu et obtenu par les libéraux.


            • foufouille foufouille 20 juillet 2012 20:46

              « Quand les syndicats ne vivent que de subventions de l’état, comment voulez-vous qu’ils défendent les salariés. »

              sur que par une entreprise c’est mieux, comme en zunie


            • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 20 juillet 2012 11:45

              Pauvre Espagne, ruinée par la politique désastreuse du gouvernement socialiste.

              La cure est cruelle, mais ce n’est pas au médecin qu’il faut en vouloir.

              Nous nous dirigeons à marche forcée vers la même situation. Le réveil va être brutal. Le risque de la montée des extrémismes est au plus haut.

              Seule un vrai retour vers une politique au service de l’individu pourra nous sortir de ce bourbier. Mais, avec un gouvernement aussi doctrinaire ce sera difficile.

              Pourtant, des partis de gauche, en Allemagne, en Suède ou en Nouvelle-Zélande ont eu le courage de transformer et de réformer leur pays en libérant la société civile.

              Comme l’écrivait Flaubert à Georges Sand, il suffirait qu’une seule personne par commune ait lu Frédéric Bastiat, et le pays serait sauvé.


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 20 juillet 2012 13:02

                Vous êtes à jeun ? Ces dernières années, sous le triste règne de Sarkozy, vous n’étiez pas dans le coma ? Vous n’avez pas vu la pauvreté augmenter, la désindustrialisation de notre pays, notre démocratie embourbée dans des accords internationaux qui l’étouffaient, les droits de l’Homme piétinés ? Vous trouvez cela bien et respectable ? Vous avez peut-être une rollex à 30 ans ? Il est vrai que vous souhaitez une politique au service de l’individu, les autres vous vous en moquez. De l’individualisme à l’égoïsme il n’y a qu’un pas de fourmi. Que laisserez-vous de votre vie sur le grand chemin de l’humanité ? Libre, vous dites ? A quoi sert une liberté qui n’est utile qu’à soi-même ? 

                Qu’est-ce que la société civile ? Nous sommes en République et une nation de citoyens et citoyennes et « civil » signifie « qui concerne les citoyens » et pas seulement une partie d’entre eux.

                A mon avis, vous êtes très pauvre et je voudrais vous faire l’aumône d’un petit bout d’humanité. 


              • katakakito 20 juillet 2012 14:23

                Plus libre pour longtemps en continuant comme ça !


              • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 20 juillet 2012 15:23

                Moi, je suis à jeun, mais vous vous avez réellement des hallucinations !
                A moins que vous répondiez à une autre personne, je ne vois pas de lien entre ce que j’ai écris et vos premières phrases.

                Ensuite vous écrivez « souhaitez une politique au service de l’individu, les autres vous vous en moquez. » Les « autres » quoi ? N’êtes-vous pas un individu ? La société est composé d’individus. Sans individus elle n’existe pas. Seuls les individus peuvent souffrir, être généreux, être des salauds, être fraternels. Seuls les individus peuvent tisser des liens sociaux. La société ne peut rien être de tout cela car la société n’est pas un être, elle n’agit pas, ne souffre pas, ne décide pas, n’est pas responsable. Maintenant, ça peut vous éviter d’être vous même généreux, charitable, bienveillant, fraternel, honnête ... en décrétant que c’est la « société » qui doit être ceci ou cela. C’est une bonne manière de s’exonérer à bon compte et de façon parfaitement malhonnête et immorale de ces vertus morales.

                [« civil » signifie « qui concerne les citoyens » et pas seulement une partie d’entre eux] Qui a dit le contraire. C’est même la définition d’une vraie démocratie.

                Enfin, peut-on être utile aux autres si on n’est pas libre ? Oui, en étant un esclave !

                Seules des personnes libres et responsables peuvent avoir des vertus. Si on n’est pas libre, on n’est pas responsable. Si je vole quelqu’un ou si je donne quelque chose à quelqu’un et que je suis sous la contrainte de la violence, je ne suis ni coupable ni généreux. Je suis seulement opprimé.


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 20 juillet 2012 15:54

                Je suis navrée si je vous ai mal compris, mais enfin vous vous exprimez de telle façon que cela ne prête guère à confusion. Vous critiquez bien le gouvernement socialiste de l’Espagne, même si à mon avis il est plutôt social-démocrate ? Qui est le médecin ? Le FMI, les banquiers, la commission européenne ? S’il s’agit bien d’eux, ce sont bien les responsables (apparents) de la situation catastrophique des pays du Sud de l’UE ? Une politique au service de l’individu n’est pas une politique au service du peuple comme celle défendue par le slogan « l’Humain d’abord ». La réalité de la mondialisation, c’est en fait la victoire actuelle de la classe dominante, riche, dans le cours historique de la lutte des classes.

                Quand vous donnez en exemple des gouvernements dits « de gauche » d’autres pays, il s’agit bien de partis qui ont trompé le peuple en se donnant ce titre, alors qu’ils n’ont fait qu’appliquer la politique prônée par les financiers en vue d’une mondialisation de l’exploitation des peuples ? Vous croyez que le salarié allemand qui a perdu son emploi et est contraint de travailler pour un euro de l’heure est un homme libre ? Oui, là-bas, les gouvernants se sont bien occupés des individus pour mieux les opprimer.

                Il me semble que votre message est clair et je n’ai rien à enlever à ma réponse.


              • chantecler chantecler 20 juillet 2012 16:20

                L’homme libre ne sait pas ce qu’est la solidarité ni que l’union fait la force .
                Petit homme !


              • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 20 juillet 2012 16:45

                La solidarité c’est l’action d’individus libres qui s’associent entre-eux. Nul besoin d’un état pour cela.

                Maintenant si pour vous la solidarité c’est de voler au uns pour donner un peu aux autres en en prenant beaucoup au passage il est clair que les mots « moralité », « dignité », « vertu », « responsabilité » ... n’ont pas de sens pour vous.

                La solidarité se vit au quotidien, en participant à des associations, en soutenant ses vieux parents, en aidant bénévolement ou en finançant des œuvres caritatives. En aidant un voisin. En consolant un ami. La solidarité c’est un lien entre des individus. Ce n’est pas le nom d’une administration.

                Mais si vous pensez que la société n’est faite que de lutte (de classes ou de races c’est la même perversion de l’esprit) et de violence, il est vrai que vous ne pouvez pas savoir ce que veulent dire ces mots.

                Il y a suffisamment de violence entre individus qu’il ne soit pas besoin d’inventer une idéologie qui organise le monde en lutte et affrontement.

                Et l’État fait bien défaut pour protéger les individus de cette violence, puisqu’il en est le principal acteur en volant, contraignant et asservissant.


              • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 20 juillet 2012 17:32

                Voilà de quoi illustrer mes propos : http://www.contribuables.org/wp-content/uploads/2012/07/Liberation_fiscale_2012_web.pdf

                Jusqu’à mardi prochain 24 juillet, tout ce que vous avez gagné, tout ce que vous avez produit comme richesse grâce à vos efforts, votre volonté, vos sacrifices, vos risques ... Tout cela a été capté par l’état qui nous maintient en esclavage, pour soi-disant, nous apporter des prestations :

                Des dé-remboursement des frais de santé. Un impôt sur vos cotisations de mutuelle de santé. Une éducation de vos enfants parmi les plus mauvaise des pays de l’OCDE. Des élus qui refusent que leur primes soient imposées ! Des services de transports en faillite et battant des records de grève : SNCF, SNCM, RATP et aiguilleurs du ciel. Une justice incapable de remplir sa mission. Un chômage endémique. Des services « Pôle Emplois » totalement inefficaces.

                Je continue ou ça vous suffit ?


              • Castel Castel 20 juillet 2012 17:47

                Je suis d’accord avec le « prisonnier ». Par ailleurs, si vous parlez d’individualisme et que vous ne faites pas l’erreur de l’amalgamer avec « l’égoïsme » comme les autres, c’est que vous avez réfléchi au message de la série que vous avez chois une photo pour représenter votre profil.

                L’Etat joue un rôle très important dans l’asservissement des individus. Avant, tout le monde était plus ou moins autonome, maintenant, l’Etat tue / écrase celui qui est autonome (notamment les peuples autochtones, les petits propriétaires, les commerces et les medecines indépendant(e)s etc...). L’être humain est de plus en plus acculé à la solidarité et à l’impuissance.

                Le FMI n’est qu’une structure internationale, mais les vraies acteurs du problème actuel, ce sont bien les Etats.... via les banques !

                Le processus est pourtant simple : déréglement économique > problème sociaux > demande de plus d’Etat > problème politico-environnemental à l’échelle international > « Globalisation » de l’Etat.


              • foufouille foufouille 20 juillet 2012 20:45

                "

                La solidarité se vit au quotidien, en participant à des associations, en soutenant ses vieux parents, en aidant bénévolement ou en finançant des œuvres caritatives. En aidant un voisin. En consolant un ami. La solidarité c’est un lien entre des individus. Ce n’est pas le nom d’une administration."

                comme en zunie ou les pompiers laissent cramer ta baraque car tu as pu les payer ?

                "Mais si vous pensez que la société n’est faite que de lutte (de classes ou de races c’est la même perversion de l’esprit) et de violence, il est vrai que vous ne pouvez pas savoir ce que veulent dire ces mots."

                c’est pourtant le cas dans le vrai monde prive ou publique, sauf pour les riches qui ont un avocat a l’annee


              • louphi 20 juillet 2012 12:01

                Chalot

                OUI, le peuple espagnol ne se résigne pas, il combat. Mais ce combat ne peut se couronner de succès que s’il débouche sur l’insurrection armée ouvrière et populaire canalisée par un parti communiste de masse de type bolchevique, c’est-à-dire un parti marxiste de type léniniste-staliniste. C’est ce parti-là d’avenir qui fait actuellement cruellement défaut au peuple espagnol en particulier.


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 juillet 2012 12:16

                  En cas de révolution avec ton parti je sens que c’est encore les libertaires qui vont se faire tirer dans le dos !


                • louphi 20 juillet 2012 12:40

                  Aita pea pea

                  Au diable, le libertaires !


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 juillet 2012 13:02

                  Un marxiste qui croit au diable ne peut etre qu’un réactionnaire bourgeois !
                  A la première purge post révolutionnaire t’y passe !


                • chantecler chantecler 20 juillet 2012 16:23

                  Incroyable ! Des gens qui pensent encore qu’il nous faut un Lénine !
                  Et une avant garde révolutionnaire en attente depuis trente ans !
                  N’a pas compris pourquoi la Révolution Russe a été une immense tragédie .


                • louphi 21 juillet 2012 08:49

                  Aita Pea Pea, chantecler, et Cie

                  Le libertarisme ou anarchisme est le point de rencontre, le lieu commun de tous les systèmes de pensées et idéologies qui militent contre l’émancipation des travailleurs et en faveur de l’exploitation de l’homme par l’homme. Le libertarisme (anarchisme), c’est la destruction de la liberté au nom de la liberté de tuer la liberté. Le libertarisme, c’est-à-dire l’anarchisme, vis-à-vis de la pensée, c’est exactement la même chose que l’homosexualité militante vis-à-vis de la société.

                  Au diable les libertaires ! Mille fois au diable !


                • Jean-Louis CHARPAL 20 juillet 2012 12:44

                  Les mêmes causes produisant les mêmes effets, voilà un peuple qui en est arrivé au même niveau que la Grèce : la clochardisation généralisée.

                  Au lieu de relancer l’économie par le partage des richesses, on continue à saigner toujours les mêmes. Des centaines de milliers d’espagnols sont dans les rues. Mais le veau d’or est toujours debout. On peut dire qu’il a la peau dure, celui là !

                  A cause des médias, mais aussi d’une certaine paresse des majorités silencieuses qui ne veulent pas se donner le mal d’aller chercher les vraies infos, il faut que les peuples touchent le fond, soient dans la misère, la touchent eux mêmes du doigt pour commencer à réagir.

                   C’est bien triste et le signe que les démocraties, toutes sans exception, sont purement formelles : il n’y a aucun vrai débat sur l’agora, sauf pour une minorité.

                  Le tour de la France est pour bientôt si le Gouvernement actuel s’en tient à des mesurettes, dont certaines sont sympathiques vues de loin, mais comme l’a dit Jacques Généreux dans l’Humanité de mardi dernier (page 3) ne sont absolument pas suffisantes pour sortir le pays de la spirale déflationiste et de l’appauvrissement galopant qui caractérisent l’application du dogme ultra libéral qui reste, pour l’essentiel, la feuille de route du PS.


                  • louphi 21 juillet 2012 09:16

                    Jean-Louis CHARPAL

                    Dans la nuit noire silencieuse entretenue par les anarchistes et libertaires de tous poils que traversent les masses travailleuses, votre lucidité est une lueur d’espoir. 


                  • lsga lsga 20 juillet 2012 12:53

                    J’ai vu l’interview d’une des responsables du mouvement hier soir sur Telesur, bin ils sont pas très enthousiastes. 


                    Pour eux, l’objectif de ces manifestations est de repolitiser la population (c’est incontestablement la meilleure manière de procéder). Ils espèrent obtenir, tout au plus,la démission de Rajoy d’ici quelques années sur la base d’une ’fraude électorale’ (décalage entre le programme de campagne du PP et la réalité du programme d’austérité. ).

                    Bref, les syndicalistes et politiques de gauche considèrent eux-mêmes que les mouvements espagnoles ne vont aboutir à rien, surtout que le PP s’appuie sur une forte légitimité issue des élections. 

                    Pendant ce temps là, en Gipuzkoa, l’Extrême Gauche gagne les élections mais l’Extrême Gauche française refuse à tout prix d’en parler (pas assez Trotskystes ? trop Marxistes ? ) :

                    L’Extrême Gauche française, elle, est en train de perdre tous ses députés, ses maires, ses conseillers régionaux, etc. La Gauche Abertzale basque, condamnée par l’Europe, interdite par la loi durant des décennies, dont les leaders et militants révolutionnaires ont été emprisonnés, la Gauche Abertzale prend le pouvoir aux Pays Basques espagnol et propose un autre modèle d’organisation que le néo-libéralisme ou la bureaucratie d’Etat façon Bismarck :

                    Mais ceci dit, la gauche espagnole a enfin compris que l’on ne peut éveiller la conscience de classe qu’en pratiquant la lutte des classes, c’est déjà un progrès :
                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Kale_borroka

                    • jaja jaja 20 juillet 2012 13:13

                      "Pendant ce temps là, en Gipuzkoa, l’Extrême Gauche gagne les élections mais l’Extrême Gauche française refuse à tout prix d’en parler (pas assez Trotskystes ? trop Marxistes ? ) :"

                      Bon en tous cas au NPA on en parle.... Quelques exemples parmi tous ceux que Google peut offrir.....

                      http://www.npa2009.org/content/la-fin-de-l%E2%80%99eta-et-les-perspectives-du-mouvement-ind%C3%A9pendantiste-basque

                      http://www.npa2009.org/content/pays-basque-entre-l%E2%80%99espoir-et-l%E2%80%99incertitude

                      http://www.eitb.com/fr/infos/politique/detail/663971/la-coalition-independantiste-basque-bildu-cree-surprise/

                      http://npa29quimper.over-blog.fr/article-changement-d-ere-au-pays-basque-courrier-international-75048257.html


                    • katakakito 20 juillet 2012 14:26

                      L’extrême gauche ? Où ça ?


                    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 20 juillet 2012 15:32

                      @ Slee,

                      C’est bien un point de vue marxiste que d’affirmer qu’on restera toujours ce qu’on est. Non, chacun doit pouvoir, s’il le souhaite, pouvoir faire évoluer sa situation.

                      Et cela est possible, sauf si une force vient l’opprimer, le contraindre.

                      Normalement, l’état devrait être là pour défendre la liberté, la sécurité et la propriété des individus. Malheureusement, l’état fait exactement l’inverse, s’immisce partout, règlemente tout et grâce à ce pouvoir usurpé, contraint le plus grand nombre pour le profits de quelques uns : Nombre de taxis, prix des loyer ou du gaz, accès à la culture, monopole des programme de l’enseignement, monopole de la sécurité sociale, monopole de l’assurance chômage, main mise sur la santé, tricherie sur la valeur de la monnaie ...


                    • louphi 21 juillet 2012 09:27

                      jesuisunhommelibre, Aita Pea Pea, chantecler, et Cie

                      Le libertarisme ou anarchisme est le point de rencontre, le lieu commun de tous les systèmes de pensées et idéologies qui militent contre l’émancipation des travailleurs et en faveur de l’exploitation de l’homme par l’homme. Le libertarisme (anarchisme), c’est la destruction de la liberté au nom de la liberté de tuer la liberté. Le libertarisme, c’est-à-dire l’anarchisme, vis-à-vis de la pensée, c’est exactement la même chose que l’homosexualité militante vis-à-vis de la société.

                      Au diable les libertaires ! Mille fois au diable !


                    • cathy30 cathy30 20 juillet 2012 13:47

                      Des retraités espagnols ne pourraient plus retirer leur économie dans certaines banques espagnoles, l’info vient du site de jovanovic, info ou intox ? et la vidéo de hollande je crois.

                      mais ça semble crédible.

                      http://echelledejacob.blogspot.fr/2012/07/les-retraites-espagnols-ne-peuvent-plus.html


                      • robin 20 juillet 2012 13:53

                        Les banksters se foutent éperdument des manifs au contraire elles favorisent un recours possible à la dictature à la place de la démocratie, ce qui serait tout bénéfice pour eux.

                        Une seule chose les feraient faire dans leur froc, un bank run massif, c’est pacifique et impossible à contrer totalement.


                        • lloreen 20 juillet 2012 14:31

                          Le MODELE à suivre dans ces temps de « crise » est celui de l’Islande.
                          Les banquiers responsable du désastre financier du pays sont poursuivis et en justice et condamnés à quatre ans de prison.

                          En Islande, l’euro et l’union européennes ne sont plus qu’un très mauvais souvenir....
                          Et pour qu’on ne les y reprenne plus, les Islandais ont pris le soin de rédiger eux-mêmes leur nouvelle constitution.

                          Si vous connaissez des espagnols, faites leur suivre la bonne nouvelle.

                          http://www.icelandreview.com/icelandreview/daily_news/Managers_of_Byr_Savin gs_Bank_Guilty_in_Exeter_Case_0_390698.news.aspx

                          I

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès