Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le peuple, les élus, les experts

Le peuple, les élus, les experts

Le peuple, les élus, les experts, trois acteurs majeurs de la démocratie. On entend très souvent la démocratie comme élection. Or, si l'élection est indispensable, elle n'est pas suffisante. Il lui est nécessaire le sentiment d'appartenir à une unité qui vote, un peuple.
Le peuple décide de l'action politique par l'intermédiaire des élus, conseillés par les experts. Ce « triumvirat » implique des tensions permanentes entre ses membres. Convenablement prises en compte et modérées, elles sont salutaires. L'Europe est donnée aux bureaucrates de Bruxelles, dit-on, la solution, jamais évoquée consisterait à donner plus de pouvoirs aux élus européens et d'aller vers un peuple européen (seul Erasmus fait ce travail, il faudrait inventer beaucoup de choses de ce type, aider l'installation des diplômés dans les pays communautaires, par exemple, tout ce qui brasse les Européens dans l'Europe...). L'Europe est, en substance, une unité culturelle (système féodal puis royauté, démocratie, instruction des enfants par l'Etat... architecture, musique classique, littérature, philosophie, sciences, techniques, révolution industrielle...) enchâssée dans une mosaïque de pays plutôt petits et en guerres dynastiques fréquentes. Cependant, quand Christophe Colomb découvre l'Amérique, c'est l'Europe qui découvre l'Amérique...
Le discours populiste est le seul publiable : un peuple bon par nature, trompé sans arrêt par des élus corrompus qui ne pensent qu'à eux, qu'à leur carrière et leur porte-monnaie... Ils sont déconnectés des réalités. Ce discours, diffamatoire pour la plupart des élus, abonde. Ceux qui le tiennent voient le populisme chez les autres, forcément.
En démocratie, tout le monde participe à la décision. Il n'est pas nécessaire d'avoir un certain niveau d'instruction, ni d'intelligence. C'est précisément possible par l'alliance difficile, conflictuelle et productive aussi de l'expert et du décideur, qui est présente dans nombre d'actions humaines. Les élus décident avec les informations et analyses apportées par les experts. Il ne serait pas admissible que les experts décident. Nous faisons la même chose quand nous réparons notre appartement, par exemple : des entreprises établissent des devis (ils disent comment ils voient ce qu'il faut faire et combien cela coûte) et nous décidons. Tout cela n'est pas parfait, mais tant que personne n'a la science infuse, la délibération permanente, comme nous avons, sera la meilleure façon de s'occuper de nos affaires communes.
Les opposants à Notre Dame Des Landes qui continuent le combat malgré le vote d'une fraction du peuple, se positionnent en experts, sachant, ayant analysés... et imposant une « scientifique » vérité à un peuple manipulé. Ils pensent tellement avoir raison que la violence leur paraît acceptable (ils l'imputeront à l'Etat). Cette attitude et ce type de comportement rompent avec la démocratie, et ils n'arrivent pas à le voir, ils se positionnent plutôt sur un sentiment contraire, ils seraient à la pointe de la démocratie, un état démocratique incandescent, extrêmement souhaitable et plus démocratique que les ordinaires routines de la démocratie.

Il appartient au peuple de contrôler la faisabilité des promesses électorales. Ce n'est pas facile, mais on peut y travailler et commencer par cesser de se présenter en victime. Quand les partisans anglais du Brexit disaient qu'ils transféreraient la contribution anglaise au système de santé, c'était évidemment impossible. Il eut fallu que cette contribution européenne n'ait pas de contrepartie, soit pure perte pour le Royaume-Uni... et que le budget d'un pays soit comme des vases communicants simples.
Nous ne sommes pas des jouets sans volonté dans les mains de candidats qui ne sont là que pour trahir. Il est légitime qu'ils pensent faire mieux que les autres et qu'ils fassent ce qu'ils peuvent, une fois élus. Contrairement aux idées reçues, les élus n'ont pas le pouvoir. Ils décident dans des situations extrêmement contraintes dans lesquelles la marge de manœuvre est faible. On les appelle les politiques, alors que nous sommes tous politiques.
Pendant deux siècles, la gauche proposait des changements d'institutions vers plus d'égalité, plus d'idéal... que l'Etat refusait. Depuis la Révolution, être de gauche consistait à fourmiller d'idées neuves, à bousculer les institutions, les vouloir plus près de leur idéal, de l'idéal... et cette volonté de changement radical se heurtait au puissant qui voulait le maintien des équilibres en cours. Depuis quelques décennies, être de gauche consiste à s'opposer aux propositions de réformes venant de l'Etat et travailler à l'immobilité ! Cruelle inversion de l'instituant.
Les médias sont accusés de nombreux maux. On peut calculer les distorsions qu'ils apportent mais comme on ne peut se passer de médiateurs, il y en aura toujours.

Les critiqueurs portent souvent l'idée implicite qu'il y aurait un système parfait, ils montrent des défauts comme si corriger les défauts, tous les défauts était dans le domaine du possible. 
Notre démocratie doit intégrer deux acteurs nouveaux : les lobbies, nombre d'entreprises mondiales sont plus fortes que les Etats, en volume financier, en mobilité territoriale et en capacité à se transformer ; et des citoyens pour qui la délibération, la démocratie n'est pas désirable, qui voient la beauté de l'homme dans l'application de ce qui leur semble la loi de Dieu et dont une minorité a commencé à utiliser tous les moyens, vraiment tous, pour ranger tout le monde sur cette vision.
Nous devrions prendre ces analyseurs en compte et nous en servir pour redire, repenser ce qu'est la démocratie, la refaire à certains endroits. Reparler de cette dialectique complexe entre décideurs populaires, décideurs élitistes (élus) et savants informant tout le monde.

JPEG - 50.1 ko
Fabrique d’experts

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


    • Laulau Laulau 30 juin 19:31

      Tout ça pour ça ! Un article pesant et verbeux pour démontrer quoi, sinon que nous vivons en démocratie et que les mécontents sont de vilains « populistes ».
      Mon cher Monsieur Péréol vous ne faites que répéter (avec moins de talent) tout ce que distillent à longueur de journée : Le Monde, Liberation, l’Obs, TF1, France Télévision, LCI, BFMTV etc..etc..
      Orélien, on n’est pas sourd ni aveugle et en plus, nous, on essaye de n’être pas trop cons.


      • Orélien Péréol Orélien Péréol 1er juillet 00:43

        @Laulau
        Vous n’avez pas compris mon article.


      • Orélien Péréol Orélien Péréol 1er juillet 09:35

        @Laulau
        Je n’ai pas dit que les « mécontents étaient de vilains populistes » (mécontents n’étant pas mon vocabulaire).

        Je dis que l’idée d’un peuple victime de dirigeants traîtres est la seule voie et le seul ensemble idéel (la seule idéologie) possible pour animer les luttes en ce moment. Cela me semble une erreur intellectuelle. D’une part, c’est assez faux (c’est un peu vrai mais c’est plutôt faux, je suis très délicat avec les choses et en tranche pas fortement comme beaucoup de mes contemporains). D’autre part, cela ne permet pas de mener des actions réellement contradictoires avec l’état du monde et ce qu’il faudrait changer (parce que c’est trop faux pour être efficace). Enfin (ce n’est pas dans cet article), cela risque d’être auto-réalisateur et la plainte risque de devenir fondée. Je prends date que nous avons grand risque d’être menés par un pouvoir central fort et tyrannique qui aura pour but et moyen de son action la répression.
        Si j’écris cet article, ce n’est pas pour dire à celles et ceux qui luttent de rentrer chez eux, que le monde en sera meilleur, c’est tout au contraire pour qu’ils analysent aussi leur propre action, les modes de leur pensée et qu’ils quittent ce cadre intellectuel du populisme.
        La gauche a été le moteur du progrès social. Depuis quelques décennies, être de gauche est être un frein : « tout va mal, ne changeons rien, ça sera pire ». Je le déplore.

        Quant au projet d’aéroport de Nantes, c’est un dossier technique sur lequel je ne me prononce pas. Je me prononce sur le fait qu’une certaine gauche ne respecte pas le processus démocratique et affirme que celles et ceux qui ne partagent pas son avis sont mal informés, manipulés...etc. Ce qui est la ruine de la démocratie et une source importante de son remplacement par une dictature. En démocratie tout le monde est a priori crédité de la bonne foi. On n’est pas dupe, et on travaille tout le temps à informer débattre... mais si on retire a priori la bonne fois à certains groupes qui ne nous plaisent pas, on n’est plus en démocratie.
        Si vous trouvez quelque par t l’idée que les zadistes se situent dans le débat démocratique comme des experts, je vous serais reconnaissant de me le faire savoir.

        J’avais écrit « Haut les coeurs » : http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2010/02/19/haut-les-c-urs_1308231_3232.html

        Avec cette phrase : Nous avons tendance à nous comporter comme si ceux qui criaient le plus fort étaient aussi ceux qui avaient le plus mal.


      • @Laulau

        UN PEU DE SERIEUX MESSIEURS

        - le peuple N’ EXISTE PLUS

        IL RESTE LES ZELITES ZELUS CUMULARDS ET LOBBYISTES ET LES ZEXPERTS NON ELUS COMME A L’ UE DE COMMISSIONS SOUVENT BIDONS (commission ZAD pur défendre les grenouilles de notre dame des landes )


      • Jo.Di Jo.Di 30 juin 23:46

         
        « 10000 urocrates ont des salaires supérieurs à celui de Cameron (175 k€) ....10000 premiers ministres traient le troupeaux de veaux, ne paient pas d’impôt, ont leurs frais de bouches chiraquiens et transports gratuits, plus les putes offertes par les Seigneurs Capitalistes à leurs chères uroputasses. »

         
        ‘Gôôôchiste bobo le soumis grand remplacé’ Sutherland Ed Putes des mondialistes

        https://fr.express.live/2014/05/22/10-000-fonctionnaires-de-lue-ont-un-salaire-net-superieur-a-celui-du-premier-ministre-britannique-cameron-exp-205265/


        • @Jo.Di

          BRAVO BIEN DIT BIEN ECRIT (il faut rajouter sarko balka et AUTRES CAHUZAC : 947 ELUS NATIONAUX


        • Ruut Ruut 1er juillet 06:10

          Le seul lobby inexistant est le lobby citoyen.


          • @Ruut

            BIEN DIT BIEN ECRIT


          • JBL1960 JBL1960 1er juillet 10:14

            Peut-être serez-vous intéresser à lire la démonstration de Steven Newcomb sur la mythologie biblique contre les nations colonisés des Amériques ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/07/01/divine-amerique/ Ou pas. Mais c’est fort intéressant non ?


            • Coriosolite 1er juillet 11:09

              Article intéressant. Votre point de vue est original.

              Un peu trop verbeux quand même.

              Cordialement.


              • Laulau Laulau 1er juillet 11:20

                 Ce discours, diffamatoire pour la plupart des élus, qui ne pensent qu’à eux, qu’à leur carrière et leur porte-monnaie...

                Le problème n’est pas de savoir si ce discours est « populiste » où pas et puis ça veux dire quoi populiste ? Le problème c’est que, contrairement à ce que vous dites, c’est de plus en plus vrai.
                Exemples :
                Chez les « républicains » on assiste actuellement à un grenouillage intense pour les investiture aux législatives, plus d’un an avant l’élection ! Celui qui gagnera la primaire aux présidentielles sera celui qui a promis un siège aux plus influents.
                Au PS, malgré une politique qui tourne le dos à un programme de gauche, une petite minorité regimbe mollement sans jamais mettre en cause l’essentiel, pour eux...... leur siège de député.
                Au PC, malgré les militants qui ne veulent plus entendre parler des socialiste, la direction négocie des sièges de députés avec le PS. Lors des élections locales Pierre Laurent a dynamité le Front de Gauche pour obtenir un poste de sénateur.....
                Et je passe sur mon expérience personnelle où j’ai vu d’anciens collègues fonctionnaires, élus municipaux à Marseille, payer leurs achats personnels en sortant de leur poche une liasse de billets de 500 francs (oui ça remonte au siècle dernier).

                Alors, je ne sais pas si ce que je dis est populiste, mais je sais que c’est vrai !


                • sparker808 (---.---.48.194) 1er juillet 12:56

                  Article difficile et pas très clair pour un simple du peuple comme moi.
                  Vous faites, je crois, l’impasse sur un fait essentiel et le brexit l’a prouvé, le peuple d’un pays est majoritaire au vote. Si les élites et experts ont perdus c’est avant tout de leur faute.
                  Tant qu’une démocratie ne sera pas construite sur une véritable éducation populaire seule capable d’établir une confiance entre des votants et des décideurs, l’opacité des décisions sera toujours génératrice de repli par sécurisation, ce qu’on appelle parfois « populisme ».
                  Tant que la population sera traitée comme une masse qu’on nourrit de slogans sur des panneaux de 4x3 mètres, il en sera ainsi.


                  • Vipère Vipère 1er juillet 13:22

                    @sparker808

                    Le vocable « populisme » ou « populistes » est utilisé par les détenteurs du pouvoir pour déclarer leur mépris en direction des citoyens ordinaires qui les « contrent » dans certaines décisions et politiques qu’ils n’approuvent pas.

                    En l’état, les textes, lois et directives ne permettent pas aux électeurs de prendre part aux politiques du pays, ni de contrôler les politiciens dans l’exercice de leur mandat représentatif.


                  • Vipère Vipère 1er juillet 13:14

                    "Il appartient au peuple de contrôler la faisabilité des promesses électorales. Ce n’est pas facile, mais on peut y travailler et commencer par cesser de se présenter en victime. Quand les partisans anglais du Brexit disaient qu’ils transféreraient la contribution anglaise au système de santé, c’était évidemment impossible."

                    Rien n’est impossible, pas même ce que l’on aurait cru jusqu’il y a peu comme impossible, sortir de l’Union !

                    Qu’est ce qui s’oppose par la suite, au prochain budget d’affecter une somme importante à la Santé ? Londres ne s’est pas fait en un jour ! les revendications des électeurs suivront leur cours pour peu qu’un honnête politicien, veuille se pencher sur la cause.


                    • sparker808 (---.---.48.194) 1er juillet 13:46

                      "L’Europe est, en substance, une unité culturelle (système féodal puis royauté, démocratie, instruction des enfants par l’Etat... architecture, musique classique, littérature, philosophie, sciences, techniques, révolution industrielle...) enchâssée dans une mosaïque de pays plutôt petits et en guerres dynastiques fréquentes. Cependant, quand Christophe Colomb découvre l’Amérique, c’est l’Europe qui découvre l’Amérique..."

                      Je suis assez d’accord avec cette définition, bon résumé, ce qui fait la valeur du combat pour une union européenne des populations et des cultures ayant relativement les mêmes fondements historiques (pour faire vite).


                      • tashrin 1er juillet 14:55

                        Article dont le titre est finalement plus attractif que le contenu n’est digne d’interet
                        Des formules alambiquées, des tournures de phrase précieuses... Pour un discours assez convenu au final, et d’une naiveté parfois déconcertante
                        à mon avis bien entendu

                        un peuple bon par nature, trompé sans arrêt par des élus corrompus qui ne pensent qu’à eux, qu’à leur carrière et leur porte-monnaie... Ils sont déconnectés des réalités. Ce discours, diffamatoire pour la plupart des élus

                        Ok... ou pas


                        • pergolese 1er juillet 17:39

                          Je pense qu’il faut éviter le mot « peuple » devenu péjoratif. Mieux vaut utiliser l’expression « société civile »...Une remarque en passant.


                          • Orélien Péréol Orélien Péréol 1er juillet 17:58

                            @pergolese
                            Merci pour ce commentaire. et sa bienveillance.

                            Je tiens à parler de peuple. Je ne dirai pas « société civile » qui précisément a tendance à faire croire qu’il y a des « politiques » dont la société civile ne fait pas partie, alors que nous sommes tous politiques parce que nous formons un peuple.
                            A mon sens, ce qui manque à l’Europe c’est que personne n’a cherché à constituer le peuple européen, avec sa culture commune (peuple-en-soi), en peuple-pour-soi (vieilles formulations sartriennes).
                            Or, il ne suffit pas de voter, il faut voter au sein d’un peuple.

                          • jeffwaka jeffwaka 5 juillet 13:32

                            bonne idées, mais la base est fausse : Nous ne sommes pas en démocratie ! Nos institutions politiques ont été légitimé en 1958 ! Le monde a changé, pas les institutions censés représenter l’intérêt général ! discuter des opinions des uns et des autres ne fait que conforter ceux qui détiennent le pouvoir depuis.


                            • Orélien Péréol Orélien Péréol 5 juillet 15:09

                              @jeffwaka
                              Nous sommes en démocratie. Je m’oppose fortement à cette répétition catastrophiste qui est un accélérateur puissant de la venue d’une dictature en France.


                              Quant à l’idée que la légitimation de 1958 serait trop éloignée, elle me parait sans fondement. Les USA ont la même constitution depuis plus de 200 ans (à quels changements près). Le Royaume-Uni, autant que je sache, n’a pas de constitution écrite. les Suisses sont restés 125 ans avec la même (de 1874 à 1999). On peut poursuivre les comparaisons internationales, pour voir, celles-là suffisent pour invalider l’idée selon laquelle les institutions seraient trop anciennes pour signifier que nous ne serions pas en démocratie.

                            • jeffwaka jeffwaka 6 juillet 10:23

                              @Orélien Péréol
                              Je pense que les Etats Unis sont un modèle de déni de démocratie, les autres états peuvent avoir des systèmes plus représentatifs ou évolutifs.....Je me préoccupe de ce que je connais et de ce qui me concerne essentielement ! Au 18ème siècle Condorcet, pour définir une République, écrivait à peu prés : une constitution ne peut pas s’imposer d’une génération sur une autre !

                              Au 20 ème siècle une démocratie se caractérise aussi par l’existence d’un 4 ème pouvoir : les médias, la presse !
                              Depuis plus de 25 ans les « médias officiels » légitiment une même politique, qu’elle soit soutenue par les uns ou les autres.....L’opposition n’est pas entre des discours de gauche ou de droite, aucune politique différente n’est possible à travers ces institutions ! Tant que les « contre pouvoirs » ne parlent pas de changer les institutions, ils ne jouent pas leur rôle....Malgré la liberté d’expression, ce régime est totalitaire !
                              Il faut une assemblée constituante par tirage au sort pour pouvoir parler de démocratie en France aujourd’hui.

                            • jeffwaka jeffwaka 6 juillet 14:50

                              Le reste n’est qu’agitation dans le bocal !


                              • Orélien Péréol Orélien Péréol 6 juillet 15:53

                                @jeffwaka
                                Vous savez tout, en quelque sorte... le reste, ce que j’écris en fait partie, sans doute.


                              • jeffwaka jeffwaka 6 juillet 18:57

                                Certainement pas, mais ça fait 30 ans que j’entends les mêmes discours et que je vois les actions, et les résultats. Je ne sais pas comment on peut continuer à penser que des élections présidentielles pourraient arrêter la montée de la violence dans notre société ?????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès