Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le pronostic collectif, plus fiable que les sondages

Le pronostic collectif, plus fiable que les sondages

En analysant les pronostics des parieurs en ligne, les économistes ont constaté que ceux-ci étaient en général plus fiables que les sondages. Encore une belle démonstration d’intelligence collective.

A en croire les sondeurs et les médias, l’élection présidentielle va se joueur dans un mouchoir de poche et chacun a sa chance. Sarkozy peine à rassembler ; Ségolène fait du yoyo ; Bayrou brouille les cartes ; les électeurs sont indécis, volages ou rebelles... Quel suspense, que de rebondissements ! Pourtant, il est intéressant de constater que cette conclusion n’est pas du tout celle des parieurs en ligne, eux qui risquent leurs précieux deniers sur l’un ou l’autre des candidats. Pour eux, Sarkozy fait aujourd’hui la course largement en tête, avec deux chances sur trois de gagner, alors que Royal n’en a qu’une sur quatre et que Bayrou plafonne à une chance sur dix ! Selon vous, qui a le plus de chances d’avoir raison, l’éditorialiste, le sondeur ou le bookmaker ?

Depuis que, grâce à Internet, les élections sont devenues un sujet de paris au moins aussi populaire que la Coupe du monde de football, les économistes des plus prestigieuses universités américaines (Stanford, MIT, Wharton, CalTech) ont constaté que les pronostics collectifs des parieurs étaient généralement plus crédibles que ceux des commentateurs professionnels et des sondages d’opinion. Ce type de pronostic se révèle si fiable, quel que soit le sujet, que des géants industriels comme Arcelor-Mittal, Hewlett-Packard, Google et Pfizer améliorent la qualité de leurs prévisions de chiffre d’affaires ou autres variables stratégiques en organisant les paris entre leurs propres employés et cadres dirigeants !

Selon les chercheurs, les meilleurs pronostics sont obtenus quand les parieurs peuvent négocier directement entre eux plutôt qu’en passant par un intermédiaire du genre bookmaker. On parle alors d’un véritable « marché de prédictions ». On y spécule sur des pronostics cotés sous forme d’actions : si le pronostic s’avère correct, l’action sera remboursée 1 dollar, sinon elle ne vaudra rien. En attendant que la réalité décide sa valeur finale, le prix du pronostic se négocie directement entre les parieurs et il représente en gros la probabilité que le pronostic se réalise.

Par exemple aujourd’hui, sur NewsFutures, vous pouvez acheter des actions « Bayrou président » au prix de 10 cents (ce qui veut dire une probabilité de 10% qu’il soit élu). Si Bayrou gagne l’élection, ces actions vous seront rachetées 1 dollar chaque, et vous aurez fait un joli profit. En revanche, si Bayrou perd, vous aurez perdu votre investissement. Mais vous n’êtes pas non plus obligé d’attendre le jour du vote pour revendre vos actions ; vous pouvez les revendre à n’importe quel moment tant qu’il y a des acheteurs prêts à payer le prix que vous en demandez. Ainsi, ceux qui avaient acheté du Bayrou pas cher du tout en janvier, disons autour de 8 cents, ont pu les revendre mi-mars autour de 20 cents avant l’éclatement de la « bulle béarnaise ». Moins chanceux, ceux qui ont acheté des actions Ségolène au plus haut, à 52 cents lorsqu’elle caracolait dans les sondages en novembre-décembre, sont peut-être soulagés d’avoir pu limiter la casse en les revendant à 25 cents la semaine dernière...

Amusant, certes, mais pas frivole pour autant. Le premier marché de prédictions fut mis en ligne en 1988 (d’abord par email, puis sur le Web) par le département d’économie de l’université de l’Iowa pour permettre aux étudiants de parier sur le vainqueur des élections américaines. Depuis, l’Iowa Electronic Market (IEM) bat systématiquement les sondages à chaque élection présidentielle, avec une erreur moyenne de seulement 1,37%. De même, lors de l’élection présidentielle de 2004 puis des législatives de 2006, les parieurs d’Intrade, un site irlandais, ont correctement prédit le résultat du vote dans chacun des 50 Etats américains. Grâce à ces belles performances, IEM et Intrade sont devenus, outre-Atlantique, des références incontournables dans les grands médias à chaque rendez-vous électoral américain, au même titre que les principaux instituts de sondages.

Plus proche de nous, en Hollande, un marché que NewsFutures avait mis en place pour le grand quotidien de Volkskrant lors des élections parlementaires de novembre dernier a non seulement battu les sondages mais a aussi deviné, dès que fut connu le résultat du vote, quelle coalition tripartite allait parvenir à former le nouveau gouvernement. Après quelques semaines de négociation, les chefs de partis durent se résoudre à former la coalition que les parieurs avaient pressentie. (voir ici.)

Ces performances sont d’autant plus étonnantes que, contrairement aux sondages, aucun effort n’est fait pour que l’échantillon des parieurs soit « représentatif » de la population des électeurs. Au contraire, les quelques centaines de participants à l’IEM sont très majoritairement blancs, mâles, jeunes, matheux, conservateurs, plutôt aisés et originaires de l’Iowa... Ceux d’Intrade sont plutôt des golden boys de Wall Street et de la City, et ceux de NewsFutures sont simplement des internautes passionnés d’actualité, qu’elle soit politique, sportive ou générale.

Alors, comment expliquer que les marchés de prédictions rivalisent en précision avec les sondages ? D’après les économistes, il y a trois raisons principales. Premièrement, la transparence : la question posée aux parieurs - « Qui sera élu le jour du vote ? » ou bien « Quel sera le score du candidat X le jour du vote ? » - est directement reliée à ce que l’on cherche à prédire, c’est-à-dire le résultat du vote. Ce n’est pas le cas du sondage d’opinion qui ne renseigne que sur les intentions de vote aujourd’hui. Or, non seulement le vote n’a pas lieu aujourd’hui, mais en plus, l’extraction d’une intention de vote globale à partir de quelques centaines d’intentions de vote personnelles requiert une alchimie délicate, particulièrement créative, qui s’accomplit selon des formules encore plus secrètes que celle du Coca Cola. C’est la porte ouverte à toutes sortes de manipulations ou d’aveuglements. Les parieurs, eux, négocient le pronostic en toute transparence.

Deuxièmement, l’appât du gain : les parieurs s’investissent, littéralement, dans leurs pronostics. A la différence des sondés, ils prennent un risque, et chacun prend ce risque en proportion de sa certitude. Du coup, ils sont très friands d’analyses judicieuses et d’informations fiables, et le prix auquel s’échange un pronostic est généralement déterminé par ceux qui, à chaque instant, sont les mieux informés et les plus certains d’avoir raison. Ceux qui ont tendance à se tromper souvent ne font pas de vieux os et perdent vite leur influence... Et cela reste vrai même quand les paris se font avec de l’argent virtuel (monopole de la Française des jeux oblige), comme l’a montré une expérience menée conjointement par NewsFutures, Wharton et Yahoo ! sur toute une saison de pronostics sportifs (voir ici). Les lots que l’on peut s’offrir avec ses profits virtuels, et surtout la « réputation » que l’on acquiert (ou que l’on perd) dans la communauté des parieurs suffit à motiver les participants et garantir la fiabilité des pronostics.

Troisièmement, l’efficacité de la fameuse « main invisible » : chaque spéculateur est naturellement enclin à vouloir profiter avant les autres de toute nouvelle information susceptible d’influencer le prix du pronostic. Si le prix actuel lui semble trop bas ou trop haut, l’appât du gain l’incitera à acheter ou vendre jusqu’à ce que le prix s’accorde mieux avec son opinion et qu’il n’y ait plus, selon lui, d’opportunité de profit. En conséquence, le prix du marché incorpore à tout moment l’ensemble des informations et des analyses disponibles dans les cerveaux des parieurs. Les biais et les erreurs, en quantité égale de chaque côté de la vérité, s’annulent pour ne laisser que le meilleur « signal », le produit dynamique d’une intelligence collective sans cesse mise à jour.

C’est donc tout cela qui contribue à rendre le pronostic collectif non seulement plus crédible mais aussi plus stable, moins facilement victime des modes passagères et du bruit médiatique que les projections que l’on extrait des sondages.

Un exemple ? Le passage célébré de Ségolène Royal sur TF1 le 19 février aura temporairement boosté les intentions de vote en sa faveur au premier comme au second tour - CSA et IFOP la replaceront soudain à égalité avec Sarkozy - alors que sa cote sur NewsFutures restait relativement stable, un peu en dessous de 40% de chances de gagner. Autre exemple, l’insoutenable suspense entretenu pendant des semaines par tous les médias, et l’intéressé lui-même, sur la candidature de Jean-Marie Le Pen : Aura-t-il ses signatures ? Pendant ce temps-là, sur NewsFutures, le prix de l’action « Le Pen candidat » continuait d’osciller autour de 90% de probabilité. C’était un peu comme si on vous avait dit la fin du film avant que vous ne l’ayez vu...

Alors, les sondages sont-ils voués à disparaître ? Évidemment pas, car mesurer les intentions de vote à un instant t sera toujours informatif, ou au moins distrayant. Mais pour ce qui est de pronostiquer le résultat d’une élection, on voudra plutôt faire confiance à l’intelligence collective des électeurs-parieurs, ces « meilleurs experts » du vote populaire.

______________________________________________________

Pour en savoir plus :

1. La page wikipediawikipedia sur les « prediction markets »

2. Workers, place your bets - BusinessWeek, juillet 2006.

3. The Wisdom of Crowds - James Surowiecki (2004).


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (410 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 10 avril 2007 10:07

    Sarkozy n’est qu’un phénomène marketing et si vous interroger autour de vous,personne,ne parle de Sarkozy mais de Lepen ou de Bayrou

    Connaissez vous beaucoup de parieurs qui gagnent le gros lôt du loto tous les mercredi ????

     smiley


    • Julot (---.---.97.120) 10 avril 2007 11:34

      Pas très crédible.

      Le pen ne figure pas dans votre graph... Il est estimé à 15 par les sondages actuels.

      En 2002 il était crédité de 8% à la même époque (sic).

      Ce qui implique, si on considère que les sondages sont chiqués, que le pen est entre 19 et 22%, voir plus. Ce qui peux largement lui suffire à battre Royal et Bayrou. Voir à créer une énorme surprise en étant premier si d’aventure Sarko se prend une claque de dernière minute (possible, ce fut le cas pour Balladur).

      Actuellement, le plus vraisemblable c’est un duel lepen / Sarko.

      Dans la mesure ou ces deux candidats surfent sur les problèmes liés à l’immigration, et que ces problèmes n’ont jamais éé aussi fort. C’est pourquoi leurs adversaires, à défaut de pouvoir nier le problème, cherche à les en rendre responsable.

      Sarko serait responsable de tous els problèmes des banlieux suite à ses déclarations de Karscher etc...

      Les vrais perdants ce seront les francais, qui comme d’habitude se feront sodomi*** par des gens qui ne veulent rien changer sinon le vocabulaire.

      PS : Pour les mous du bulble qui pensent que si je parle de sarko ou de lepen, c’est que je suis pour ces gens-là, ou contre les autres, je précise que je vote blanc.


    • troll (---.---.82.129) 10 avril 2007 14:05

      vous n’avez pas bien compris le graphique : il montre le pourcentage de chance de victoire FINALE... Le Pen qui a de tres bonne chance d’etre au second tour n’a aucune chance de finir vainqueur... smiley

      a part ca, l’article est vraiment tres bon !


    • Bob (---.---.232.243) 10 avril 2007 10:19

      De tels paris existaient-ils en 2002 ? Les parieurs avaient-ils vu venir Le Pen ?


      • idoine (---.---.189.236) 10 avril 2007 10:22

        Petite nuance sur les paris : la courbe montre que Bayrou, après une phase de stabilisation continue sa remontée sur Royal ce qui dans le cas d’un dépassement et d’une sélection au second tour chamboulerait totalement les pronostics.


        • eric (---.---.252.18) 10 avril 2007 10:34

          Tres rigolo et tres interessant. Cependant vous faites une pub pour votre site. Pour que l’exercice soit entierement convainquant, (transparence et concurrence etc...) existe-t-il d’autres sites francophones pour faire des comparaisons ?


          • Emile Servan-Schreiber (---.---.173.215) 12 avril 2007 09:33

            Je ne connais pas d’autres « marchés de prédictions » qui s’adresse au public français. C’est en partie dû au fait que le monopole de la française des jeux sur les jeux d’argent rend le business modèle de ce type de site forcément difficile (NF est un jeu gratuit qui se rémunère uniquement en publicité, comme un média classique.) Par contre, certains sites anglo-saxons animent eux aussi des paris peer-to-peer sur l’élection présidentielle. Je recommende http://www.betfair.com et http://www.intrade.com. Les cotes des candidats y sont à peu près les mêmes que sur NF.


          • Ashura (---.---.245.101) 12 avril 2007 09:09

            Les électeurs étant eux-mêmes influencés par les sondages et la presse, le biais des parieurs est à mon sens minime. Quant au côté contestataire de la France, permettez-moi d’en douter. Les contestataires sont ceux qui crient le plus fort, ça ne veut pas pour autant dire qu’ils sont les plus nombreux.


          • Gorthal (---.---.186.213) 10 avril 2007 10:40

            Intéressant. A prendre comme une source d’information alternative.


            • Forest Ent Forest Ent 10 avril 2007 10:42

              Que les sites non filtrés soient plus fiables que les sondages publiés est quand même le minimum. smiley

              Il me semble que le pronostic est au vote ce que la bourse est à la valeur des entreprises : il dégage un consensus, pas une évaluation.

              Prenons acte. Tout le monde y aura été de son pronostic. On jugera sur pièces dans peu de temps.


              • non666 non666 10 avril 2007 10:50

                La diffrence entre ce type de pari en general et les elections française est majeure.

                Dans les autres pays, "l’offre n’est jamais aussi importante et la culture politique n’est pas aussi forte.

                Le yankee ou le godon moyen a le choix entre du FN (Parti republicain US/conservateur GB) et de l’UDF (Parti democrate US, Labor GB) Parfois, ils ont un liberal en plus (Madelin !) On a d’ailleurs la meme chose en Allemagne sauf que l’offre de droite CDU est moins nationaliste.

                C’est aussi la qu’on voit le decalage entre l’offre France te l’offre des germains(car les Angles et les saxons sont des germains)

                Chez les barbares, l’argent fait clairemment la campagne. Chez nous autres, civilisés, le referendum sur le TCE a montré que le peuple avait developpé une immunité a la propagande et aux choix imposés.

                Alors entre les fondamentaux de chaque candidat, son « bilan » et sa constence sur les sujets qu’il/elle developpe, le panel politique et les preoccupations du moment, bien malin est celui qui connait les deux finalistes.

                D’autand qu’a la prochaine emeute, certain pronostics peuvent exploser.

                Et puis il y a les faits etablis, le coefficient de mensonge des sondeurs avant chaque elections. En 2002, Chirac etait encore survendu a 120% a 2 semaines du scrutin et Lepen etait a 66% de son score reel.

                A cela il faut rajouter que les hesitants (40 %) ne risquent pas vraiment d’etre vraiment majoritaire chez les deux « gros » candidats. Car au vues des elections precedentes, les scores des candidats UMP/PS a toujours été une courbe strictement decroissante sur les sondages


                • Dedalus Dedalus 10 avril 2007 10:51

                  les parieurs se fient notamment aux sondages, et à l’air du temps qui est amplement déterminé... par les sondages.

                  généralement, ça suffit. mais cette campagne présidentielle est marqué par deux faits majeurs qui la distinguent :

                  1- on peut nourir un fort soupçon quant à la manipulation de l’opinion des sondages et de leurs utilisation médiatique. il n’est qu’à noter, au-delà de tout ce qui a été dit, la présence de ce sondagé « quotidien » de l’IPSOS en remarquant ceci :

                  a- il nourrit quotidiennenement les médias de ses résultats b- il place systématiquement Sarkozy jusqu’à 6 points plus haut que les autres instituts de sondages c- les autres instituts ne produisent chacun qu’un sondage hebdomadaire d- IPSOS pèse médiatiquement à lui seul plus que les cinq autres réunis e- chaque jour, chaque média a le choix entre faire mention du sondage IPSOS ou d’un des cinq autres, selon son bon vouloir (et on sait en la matière comme les médias font la campagne de Sarkozy) f- l’opinion a de fait le sentiment que les sondages donnent Sarkozy largement en tête. ce qui n’est en réalité que le produit de la répétition quotidienne de la « réalité » mesurée par IPSOS et relayée par les médias

                  2- l’autre fait majeur est l’extrême indécision des électeurs - près d’un sur deux à douze jours du scrutin. or cette indécision est principalement le fait d’une hésitation entre Royal et Bayrou... ce qui en tout état de cause, lorsque ceux-là se décideront, fera mécaniquement baissé Sarkozy.

                  lire à ce sujet : http://www.tousmenteurs.fr/files/sondages%20indecision%20strategie.html

                  Enfin, il faut tout de même noter que d’une part Bayrou semble définitivement décroché, en passe même de perdre sa place de troisième homme au profit de Jean-Marie Lepen : LH2 place Bayrou à 18% et Le Pen à 15%... et l’on sait comme Le Pen termine toujours très fort. D’autre part, c’est parmi les intentions de vote enregistrées par Bayrou que l’on trouve le plus d’indécision, le plus d’électeurs se déclarant susceptible de changer d’avis, principalement en faveur de Ségolène Royal.

                  Peu à peu les électeurs, qui sont intelligents et qui se souviendront en temps utile du 21 avril 2002, prendront conscience de l’importance de créer dès le premier tour une dynamique et que celle-ci ne peut être que portée par Ségolène Royal, tout ceci s’éclaircira et la surprise pourraoit bien être la première place de Ségolène Royal au soir du 22 avril. Dynamique qui pourrait bien alors se révéler victorieuse... pour les français !


                  • Voltaire Voltaire 10 avril 2007 13:01

                    Soyons honnêtes et regardons les résultats de tous les instituts de sondages cette dernière semaine, et pas uniquement le seul qui aille dans le sens de votre envie !

                    Tous ces instituts montrent un resserrement entre Royal et Bayrou, dont les marges d’erreur se chevauchent.

                    En l’état actuel des estimations, Sarkozy est à peu près sûr d’être au second tour (premier ou second au premier), Royal peut être première, seconde ou troisième au premier tour, Bayrou second, troisième ou quatrième, le Pen troisième ou quatrième.

                    Si l’on extrapole les tendences, on va vers encore plus d’incertitude entre Royal et Bayrou, mais le second tour demeure utopique pour Le Pen, et quasi certain pour Sarkozy. Le plus probable est donc un second tour Sarkozy-Royal ou Sarkozy-Bayrou, et le résultat de ce second tour assez prévisible dans les deux cas.


                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 10 avril 2007 10:59

                    Faites comme moi les amis, ... enregistrez cette page sur votre DD http://fr.newsfutures.com/market/market.html?symbol=PR7XRS*Y

                    J’sens bien que le soir du 22 avril que l’P@py ( et bien d’autres ) va s’marrer sec !

                    @+ P@py


                    • Eric (---.---.101.217) 10 avril 2007 11:05

                      Non seulement vous faites de la pub pour votre site, mais en plus vous laissez entendre que les internautes « investissent leur argent » alors que votre jeu est gratuit (c’est ce que je crois comprendre sur votre site.

                      Ca ne semble pas très sérieux.


                      • josew (---.---.25.142) 10 avril 2007 11:15

                        Article amusant de par son sujet, mais si cet article était vrai, les parieurs seraient milliardaires depuis longtemps et cela se saurait !

                        Evidemment, il n’en est rien.

                        Les parieurs ne sont des que les récepteurs finaux de la propagande médiatique, et l’exemple de Royal sur TF1 n’en est qu’un exemple parmi d’autres.

                        Leurs pronostics révèlent davantage la propagande médiatique sous toutes ses formes que tout autre considération rationnelle...

                        Vu le graphique accolé à l’article, il ne peut que constituer un élément supplémentaire de la propagande pro-Sarkozy, un élément du style : « vous ne pouvez pas changer l’ordre des choses, même »les plus malins" d’entre-vous (en fait les plus cupides, mais dans l’esprit de l’auteur les 2 ne semblent faire qu’1) savent que seul Sarko peut gagner !

                        A la limite, avec de tels raisonnements aussi foireux, on se demande même pourquoi on va se déplacer le 22 Avril...


                        • Dedalus Dedalus 10 avril 2007 11:16

                          Une petite précision à mon commentaire ci-dessus : « Des indécis, des sondages et de la stratégie électorale » vient de paraître sur Agoravox :

                          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=22129


                          • mohammed (---.---.162.59) 10 avril 2007 11:31

                            Je vous redemande un peu de réflexion, mes chers compatriotes ! Tous les prétendants ont rappelé le maître mot de cette campagne : « LE RASSEMBLEMENT » ! Voyons donc où sont les contradictions ! Rassembler d’un côté ou dans un autre au risque d’aggraver le déséquilibre social, faire gagner la coalition de Droite ou l’hypothétique Gauche rien que pour dire : on les a eu ?! Ce n’est vraiment pas la meilleure issue à cette énorme crise ! Rassembler au centre, cela créera beaucoup de bousculade et on manquera d’air ce qui finira par provoquer une explosion, la France peut-elle oser sachant que l’ère des Révolutions est bien révolue si j’ose dire ?! Alors il ne reste que le RASSEMBLEMENT NATIONAL, c’est à dire un rassemblement tout azimut, un pour tous et tous pour un, pour se délivrer enfin de toutes les utopies et garder les pieds sur Terre ! Assez de sorcellerie, soyons réalistes ! Vive Moi, vive la Nation française !


                            • Thomas Thomas 10 avril 2007 12:00

                              Intéressant... si ce n’est que vous mettez en avant la société dont vous êtes fondateur et patron (Cf votre autobiographie).

                              Dès lors, votre article peut être assimilé à un publi-reportage, exercice respectable... lorsqu’il est annoncé comme tel !


                              • sweestmoke (---.---.241.2) 10 avril 2007 12:09

                                Bien tenté, mais les parieurs de tous bords ne font partie que d’une seule race : les idiots.

                                Il suffit de les voir tenter leur chance au pmu chaque dimanche, regardant fébrilement leur journal, cochant sur leur papier les numéros gagnants après « mure réflexion », histoire de gagner un gros lot à 5000 €, ce qui changera leur vie, sans doute.

                                Mais souvent, ce sont ceux qui n’y connaissent rien qui ramassent le gros lot, genre tata Janine qui joue sa date de naissance.

                                Moi je mise sur un lepen au second tour, ça tombe bien, il est à mille contre un !


                                • JP (---.---.119.85) 10 avril 2007 12:10

                                  en quoi les bookmakers sont ils plus fiables que les sondages puisqu’ils ne repondent pas à la meme question. L’un demande « Pour qui allez vous voter ? », l’autre " Selon vous qui sera elu ?". A ce que je sache votre site ne me predit pas les scores du 1er tout

                                  On constate d’ailleurs que les instituts pratiquent aussi le sondage du pronostic de victoire et que l’on y retrouve une courbe proche de la votre.

                                  bref article racoleur et partial smiley


                                  • Argo Argo 10 avril 2007 12:22

                                    J’avais deux définitions dans mon lexique politique :

                                    - Sondage : forme subtile de désinformation basée sur l’intérêt financier d’entreprises spécialisées à taire les limites de leur méthodologie ;
                                    - Rumeur : parole sans voix (pour citer Nietzsche) pour des voyeurs sans vision.

                                    Je classerais bien votre entreprise à cheval sur les deux.


                                    • davaro (---.---.94.26) 10 avril 2007 12:26

                                      • ExSam (---.---.121.228) 10 avril 2007 13:17

                                        « Troisièmement, l’efficacité de la fameuse « main invisible »

                                        Un article qui tente de conforter ce que tout le monde déteste de plus : la République des sondages.

                                        Et évidemment, comme ça tout ça est affaire de sous, in fine...Et notre ami l’auteur nous fait allègrement, en bon journaliste de marché, du publi-rédactionnel pour sa boite qui n’en doutons va crever les plafonds à se faire écho sans en avoir l’air..

                                        Un petit clin d’oeil aux copains libéraux, et on cite pour la « main invisible » tarte à la crème des dogmatiques du Marché. Qu’importe qu’elle était démontée, ridiculisée cette théorie, par tous les économistes un peu sérieux qui mouillent la chemise au contact de la réalité, au lieu de s’user la langue à lécher les patrons ou les huilles du FMI, de l’OMC et autres petits princes qui s’engraissent sur notre dos en prêchant l’économie standart.


                                        • adrien (---.---.46.14) 10 avril 2007 13:39

                                          Est ce que cet article ne ressemblerait pas à une forme de publicité de son auteur pour vanter son propre travail ?

                                          Si l’idée est de transposer ce qui existe dans certains pays, pourquoi pas ? Mais je doute de l’impartialité rédactionnel. Cela ressemble à du « buzz ».

                                          D’autres parts, soyons sérieux : les élections ne sont jamais joués d’avance (cf 21 avril 2002).

                                          Vendre des moyens de pronostiquer les élections, c’est comme vendre une martingale pour gagner au Casino... Si ça existait, les casinos auraient déjà fermé depuis belle lurette. Donc, si les résultats des élections étaient connus d’avance, pourquoi s’ennuyer à organiser des élections.


                                          • (---.---.108.142) 10 avril 2007 14:08

                                            ne manquerait il pas un point d’interrogation dans le titre de l’article ?


                                            • La Taverne des Poètes 10 avril 2007 14:23

                                              Puisque vous aimez les pronostics et qu’ils sont selon vous fiables, voici une course de chevaux commentée en direct par Léon Zitrone sur l’hippodrome de Saint-Cloud :

                                              "Petit-Chirac est donné gagnant de la course mais qui est-ce qui a l’expérience des purs-sangs ? Il manquera toujours une longueur à Petit-Chirac...

                                              Déjà Petit-Chirac avait montré sa grande nervosité en partant avant le coup de feu...

                                              Le problème serait de naissance. On a le bon gène ou on l’a pas...

                                              Alors que le favori de Saint-Cloud se fait distancer, à la corde remonte Bravitude, une splendide jument, suivie de près par l’outsider reconnaissable à son panache blanc.

                                              Dans les derniers mètres, Petit-Chirac montre des signes de défaillance. Tandis que Bravitude, handicapée par le poids trop lourd de son jockey éléphantesque, se fait remonter par Panache Blanc...

                                              On ne saura qu’après la course que Petit-Chirac était dopé aux anabolisants IPSOS et SOFRES.


                                              • (---.---.192.187) 10 avril 2007 15:10

                                                Si les pronostiqueurs sont si brillants... comment les casinos et les groupes de pari font-ils pour rentrer dans leurs fonds ?

                                                J’ai jamais vu que les joueur du tiercé avaient plus de chance de gagner que de perdre... en fait les parieurs sont nuls (et heureusement pour ceux qui leur vendent des tickets sinon ce serait la ruine).

                                                Sinon j’aime pas qu’on utilise Avox pour faire sa pub, c’est ridicule !


                                                • Loindelà (---.---.66.13) 10 avril 2007 17:59

                                                  Je crois que vous ne comprenez pas bien : c’est la masse des pronostiqueurs qui est « brillante », mais cela ne veut pas dire que chacun des pronostiqueurs est meilleur ! Le commun des parieurs n’est pas forcément un génie, sinon il ferait fortune, mais c’est l’ensemble de l’opinion des parieurs qui importe dans les prédictions.


                                                • Emile Servan-Schreiber (---.---.75.236) 10 avril 2007 15:38

                                                  Merci pour toutes ces réactions très intéressantes. J’en profite pour répondre à celles qui reviennent le plus souvent :

                                                  1) Les parieurs sont influencés par les sondages...

                                                  Bien sûr, ils seraient bien bêtes de ne pas y pretter attention. J’adresse ce point précisément dans l’article. Les parieurs sont informés par les sondages, mais pas dupes, ni si facilement influencés par « le sondage du jour ». Ils s’intéresseront plus aux tendances de fond.

                                                  2) Si les parieurs étaient si malins, ils seraient milliardaires...

                                                  C’est le pronostic collectif qui est ingelligent, pas le pronostic individuel de chaque parieur. La nature même d’un pari est qu’il doit y avoir des gagnants et des perdants... Ce qui rend le pronostic collectif intelligent c’est que les biais et les erreurs qui sont inévitables au niveau individuel seront fortement atténués au niveau collectif. Le bruit de chaque coté de la vérité s’annule pur faire émerger le consensus. Bayrou apprécierait !

                                                  3) Cet article n’est qu’une pub NewsFutures...

                                                  Il est bien injuste de reprocher à quelqu’un de parler de ce qu’il connait. Le phénomène des « marchés de prédictions » dépasse largement NewsFutures, comme l’indique la densité de la page Wikipedia consacrée à ce que les anglo-saxons appellent les « prediction markets ». Je prend d’ailleurs le soin de présenter d’autres exemples comme Intrade (Irlande) ou Iowa Electronic Markets (USA). Mais, d’une part, il n’y a pas d’autre exemple en Français que NewsFutures, et d’autre part, NewsFutures est depuis l’an 2000 à l’avant guarde de la validation empirique de ce nouveau type d’intelligence collective. Ce dernier point est d’ailleurs vérifiable en lisant les articles parus sur le sujet dans TIME, Newsweek, Businessweek, US News & World Report, Nature, The New Yorker, The New York Times, et même le livre de James Surowieki « The Wisdom of Crowds ». Bref, il est naturel quand on traite ce sujet de parler de NewsFutures. Mon rôle dans ce site, dont je suis l’un des fondateurs, est d’ailleurs affiché en toute transparence dans mon CV Agoravox. Cela n’enlève rien à la validité du propos.


                                                  • Le pari de Pascal (---.---.132.32) 10 avril 2007 16:07

                                                    Je ne connaissais pas ce site, mais seulement celui-ci : oddschecker qui compare les bookmakers qui acceptent les paris sur la présidence française.

                                                    Julot : « Le pen ne figure pas dans votre graph... Il est estimé à 15 par les sondages actuels. »

                                                    Certes, mais ses chances d’être élu sont quasiment nulles (quoiqu’il soit monté à 60 contre 1 chez betfair). Même s’il fait 40% au premier tour, devant tout le monde, vous verrez se rejouer 2002. Il sera défait avec, non pas 82% contre 18%, mais 60% contre 40%. Et encore, j’ai choisi 40% alors qu’en réalité ce sera beaucoup moins.


                                                    • Cratyle (---.---.37.13) 10 avril 2007 16:18

                                                      Je suis inscrit à News Futures, dont je confirme que c’est un jeu agréable. Mais je conteste totalement l’analyse selon laquelle la prédiction serait fiable en quoi que ce soit. Pour les raisons suivantes :
                                                      - il n’y a pas d’appât du gain sur les jeux avec argent fictif ; nombre de parieurs sont certainement prêts à perdre la moitié de leur fortune pour aider leur candidat, et ne parieront pas contre lui, ce qui serait partiellement faux avec les paris d’argent (on peut juger que c’est plus juste quand il s’agit de paris dont le résultat indiffère tout le monde)
                                                      - il suffit de voir comment agissent les millionnaires qui font le marché pour constater que c’est le cas : ils empêchent une cote de monter tout simplement en revendant moins cher une liasse très importante de bons achetée auparavant ; or sur NF le marché ne tient en réalité pas compte de l’avis d’un grand nombre d’inscrits mais de quelques millionnaires en argent fictif qui imposent leur loi
                                                      - les joueurs sont évidemment influencés par les sondages, plus que par les évènements, et surtout ont tendance à croire que le passé se répétera, ils ont donc toutes chances de ne pas voir l’irruption d’une nouvelle force ou de la minorer
                                                      - il est facile de constater que les pronostics de NF se contredisent mutuellement ; la somme des pourcentages des votes obtenus pour les quatre premiers candidats est bien trop proche de 100% pour être réaliste, par exemple ; l’auteur choisit les exemples qui l’arrangent... Dans un tel contexte, faire passer les résultats pour quelque chose de fiable, c’est faire de la propagande.


                                                      • HELIOS (---.---.196.204) 10 avril 2007 17:28

                                                        N’empêche qu’un second tour LePen/Bayrou serait terriblement jouissif. Je n’ose même pas en rêver tellement ce serait un conte de fée.

                                                        Bien sûr, la quasi certitude d’avoir Bayrou comme président ensuite est moins réjouissante.

                                                        Mais comme depuis au mois 20 ans je n’ai plus été du coté des vainqueurs, je me suis habitué... Et puis d’un point de vue déterministe ou bien même avec une vision brownienne du problème, que ce soit Sarko, Sego ou Bayrou, rien ne changera dans notre vie : on se fera toujours gauler à 51 km sur une 4 voies en ligne droite en rase campagne... Pour le reste c’est pareil !

                                                        En fait les seuls qui pensent « renouveau » pour la France ne meritent pas d’être elu a cause de leur irrealisme dogmatique. La preuve, les sondages que vous présentez avec tant de plaisir, monsieur l’auteur, ne font même pas mention de leur presence.

                                                        Intelligence collective ou comportement gregaire... les fourmis que nous sommes, comme les troupeaux de vaches en Argentine, nous allons vers l’abattoir sans nous en rendre compte.

                                                        Je voterai Le Pen, parce que je sais que vous allez probablement voter Bayrou, peut être que ma voix permettra que ces deux là soient au second tour ! Giscard aurait appelé ça le « vote utile ». Et surtout ne me regardez pas comme un extra-terrestre. La démocratie que nous avons mise en place, aujourd’hui ne fonctionne plus, les vrais capitaines s’appellent Selliere, Pinaud etc... a moins qu’ils ne soient déjà installés en Californie, les autres ne sont que de vils valets qui ont depuis longtemps vendu leur âme.

                                                        Sondages, pronostics, quels que soient leurs noms, ne sont toujours que les fanfreluches d’une messe dejà dite, il faut bien amuser le peuple.


                                                        • Thomas Thomas 10 avril 2007 17:53

                                                          Un Bayrou-Le Pen (que j’appelle aussi de mes vœux mais avec apparemment avec d’autres raisons que vous) aurait l’immense avantage de renvoyer piteusement à la niche un candidat arrogant et une candidate inconsistante, de provoquer l’explosion nécessaire de leurs appareils politiques sclérosés, que seule la quête du pouvoir maintient encore en un seul bloc.


                                                        • Helios (---.---.212.15) 12 avril 2007 22:55

                                                          Merci Thomas d’avoir répondu

                                                          Je ne crois pas être si éloigné de vous.

                                                          Je serais prêt a defendre mon pays et mes idées que j’ai hérité de mes ancêtres. les valeurs qu’ils m’ont enseigné ne se retrouvent pas dans les discours d’aucun candidat. Partiellement on peut être d’accord avec l’un ou avec l’autre mais aucun d’entre eux ne mérite la confiance qu’un citoyen doit apporter a son président.

                                                          Comme vous, j’aimerai que les appareils de partis, surtout les deux que vous evoquez, se retrouvent face a leurs responsabilités et en tirent les conclusions qui s’imposent. Helas, même si cette hypothèse se concretisait --- rappellez vous le referendum sur le TCE --- le PS et l’UMP en seraient à chercher des excuses hors des évidences... cochons de votants, vous n’avez pas encore compris tout le bien qu’on vous voulait !!!

                                                          Alors, si le discours de FB est peut être plus « droit », il n’en reste pas moins un ancien collaborateur du pouvoir en place et ses solutions (hormis un rassemblement des volontés et des compétences) ne sont que de lègères variantes de ce qu’il se fait depuis 30 ans... Tout est dans la manière me direz vous probablement.

                                                          Choisissons le moins mauvais alors, puisque telle est notre destinée. A ce jeux d’idiot, nous sommes toujours perdants. C’est pour ça que je vous dit que je souhaite equilibrer les votes pour que le scenario JMLP/FB au 2nd tour soit possible : je prends Le Pen puisque probablement vous allez prendre Bayrou. Je n’ai pas peur, je pourrais toujours me regarder le matin dans la glace même si le breton borgne arrivait au pouvoir : que pourrait-il faire de pire, puisque le troisième tour ne lui donnera quasiment aucun député.

                                                          Et dans cette éventualité au combien peu probable, je nous fais confiance, à nous, humanistes pour que les cauchemars que certains nous font miroiter ne restent que des cauchemars et que la journée venue, le travail au quotidien d’un pouvoir different puisse s’exercer en toute sérénité.

                                                          Mon dieu, mon dieu que le pouvoir fait tourner la tête aux hommes (et aux femmes)


                                                        • (---.---.60.48) 13 avril 2007 00:58

                                                          >je prends Le Pen puisque probablement vous allez prendre Bayrou

                                                          OK, on fait comme ça !


                                                        • (---.---.91.111) 10 avril 2007 17:35

                                                          Je suis allé voir sur les sites anglais et tous ceux que j’ai vus donnent Sarkozy vainqueur et donc des plus grosses cotes à Bayrou et Royal.

                                                          Comme ça va à l’inverse de la pensée générale d’Agoravox, que vous semblez si sûrs de vous de l’idiotie de ses parieurs. Je vous conseille d’aller poser quelques pièces sur votre pouliche préférée, vous empocherez un joli pactole et donnerez une belle leçon à ces ignares.

                                                          Ben alors, vous attendez quoi ?


                                                          • frederic9 (---.---.232.32) 10 avril 2007 18:28

                                                            Il est exact que les « prediction markets » donnent des prévisions plus exactes que les sondages d’opinions, pour des raisons que vous avez bien expliqué :

                                                            On ne cherche pas à constituer un échantillon représentatif, en revanche les parieurs cherchent à évaluer rationnellement les différents choix avant de prendre un pari, et à maximiser leurs chances de gains et minimiser leurs chances de pertes.

                                                            Et tout ceci donne une bonne prévision, si le nombre de parieurs est suffisamment grand.

                                                            D’ailleurs les « prediction markets » américains ont donné les résultats des dernières élections, présidentielle et sénatoriales, aux Etats-Unis avec une précision remarquable.

                                                            Cet outil sera de plus en plus en plus utilisé pour les analyses d’opinions, c’est probable.


                                                            • franc3704 (---.---.235.230) 10 avril 2007 18:58

                                                              intox ! depuis quand l’échantillonnage des parieurs a une représentativité des électeurs français. ce sont les gens friqués. je parie qu’ils se plantent !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès