• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le PS vire à droite, les démocrates à gauche

Le PS vire à droite, les démocrates à gauche

Il y a encore quelques années, il était entendu que la vie politique étasunienne était bien plus à droite que la nôtre. On pouvait penser que les démocrates étaient peu éloignés de notre droite. Mais la percée de Bernie Sanders et la politique menée par le P’S’ remettent en cause les préjugés.

 
Le grand chassé-croisé idéologique
 
Le contraste est saisissant. Depuis deux ans, sur les questions économiques, le gouvernement dit socialiste dépasse son prédécesseur de droite par la droite sur bien des sujets  : baisse des cotisations sociales de plusieurs dizaines de milliards d’euros, libéralisation du travail du dimanche et maintenant, libéralisation du droit du travail. Le bilan économique des années Hollande est plus à droite que les années Sarkozy. C’est à un véritable chambardement idéologique que le locataire de l’Elysée a présidé depuis un peu plus de deux ans sur les questions économiques. Aux Etats-Unis, il semblerait que le pays fasse le chemin inverse quand on constate le discours que tient, avec succès, le rival de Hillary Clinton pour l’investiture du parti démocrate, qui le place très à gauche sur l’échelle politique du pays.
 
En effet, alors même que nous nous éloignons petit à petit de notre modèle, le sénateur du Vermont propose ni plus ni moins d’adopter des éléments constitutifs essentiels du modèle social dominant dans les pays de notre continent jusqu’à il y a quelques années, à savoir une santé et une université gratuites  ! Quel paradoxe de faire cette proposition alors même que la France accorde une part toujours plus important aux mutuelles pour la santé, et que le prix de l’université ne cesse de monter, comme dans bien des pays. Il est étonnant de voir les pays européens dépassés par la gauche par un des deux principaux candidats démocrates pour l’investiture présidentielle ! Il faut dire que les Etats-Unis sont allés beaucoup plus loin dans la libéralisation, provoquant une envolée des coûts dans les deux domaines.
 

En fait, et cela est en partie rassurant, cela montre que les ravages d’une libéralisation efreinée finissent par un moment à pousser les citoyens à remettre en cause le diktat néolibéral pour redécouvrir les vertus du service public. Merci à Bernie Sanders d’entretenir cette belle flamme, même s’il ne gagne pas

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Jean 24 février 2016 12:01

    Droite gauche etc tout cela n’existe plus depuis bien longtemps déja , il y a LE pouvoir et il n’a pas de représentation.


    • Alpo47 Alpo47 24 février 2016 12:04

      Le dit sénateur du Vermont a voté toutes les lois liberticides ou de protection du système bancaire de ces dernières années. Le système prédateur aux EU a encore trouvé un nouveau « guignol » à agiter devant le public US pour lui faire croire que les choses peuvent changer et leurs intérêts être enfin pris en compte. 
      Ce qui avait bien réussi avec Obama peut-il encore réussir ?

      Celui qui n’a pas encore compris que toutes les « alternatives » sont faussées va encore être trompé.

      Et chez nous ? Exactement pareil, aucune alternative.


      • César Castique César Castique 24 février 2016 12:53

        Il y a déjà eu un candidat « sérieux », très à gauche lors d’une présidentielle américaine. C’était en 1972, il s’appelait George McGovern et bien qu’il ait réussi à embarquer un représentant du clan Kennedy sur le ticket démocrate, Robert Sargent Shriver Jr., beau-frère de JFK *, il essuya une des plus sévères défaites de l’histoire des Etats-Unis, en n’obtenant que 37.7 % des voix contre les 60.1 % de Richard Nixon.


        * Plus tard, beau-père d’Arnold Schwarzeneger.

        • zygzornifle zygzornifle 24 février 2016 12:56

          le PS ne vire pas a droite , il y est déjà .....


          • Albert123 24 février 2016 14:43

            « il était entendu que la vie politique étasunienne était bien plus à droite que la nôtre. »


            entendu par qui ? a part ceux qui confondent encore et toujours socialisme et gauchisme, la droite n’existe pas aux USA et la France a subit sa purge à la fin de la 2eme GM.



            • eric 24 février 2016 14:53

              Le PS vire de plus en plus a gauche. Il est de moins en moins regardant sur les methodes pour se maintenir au pouvoir coute que coute, afin de continuer a privilegier ses soutiens electoraux dans la distribution de l’argent public. En cela, il est peu different des gauches de gauches et autres gauches. Rappel : affole devant les reelles tentatives de controler la depense publique, meme Arlette fait voter pour le PS. Melenchon, qui connait l’autre, la, votre president, depuis toujours, et pour ainsi dire, de l’interieur, n’’essaye meme pas de negocier et se rallie sans condition.

              Ah on est tres loin de l’honnetete intellectuelle, de l’attachememt aux valeurs, qui caracterisent toutes les droites. A 60-65% de l’electorat, on voit celles ci accepter de,perdre des elus et des postes, plutot que de faire des alliances contre nature avec des gens ayant des positions trop differentes.

              Le PS ne vire pas a droite, il est juste pret a tout, mais son incompetence et son hypocrisie notoire, font que les resultats ne sont toujours au rendez vous.


              • julius 1ER 24 février 2016 18:15

                ce n’est pas nouveau on fait comme les américains ... mais avec 10 ans de retard !!! 


                Aux USA, le peuple et les dirigeants avec, commence à vouloir sortir de cet ultra-libéralisme destructeur alors que nous y entrons comme si c’était la solution !!!!

                • Claude Simon Gandalf 24 février 2016 21:47

                  la mondialisation, et son parangon l’UE, c’est avant tout la concurrence libre et non faussée entre le salariat (du privé) et l’esclavage.


                  Donc oui, le salariat n’est pas compétitif et il y a de la casse sociale (en termes d’emplois salariés et de droit du travail). 

                  Maurice Allais le libéral nous avait prévenu. Les socialistes, qui n’en sont pas à leurs premières khonri en terme économique (Mitterand nous a bien fait adhérer à l’euro), persévèrent dans l’erreur. Mais c’est normal, c’est socialiste.

                  Après avoir détruit l’offre française (grâce à Mitterand), ils vont détruire la demande française (grâce à Hollande). Pas d’inquiétude, tout est normal sous un président normal.







                  • zygzornifle zygzornifle 26 février 2016 08:38

                    définition du socialisme ....dans ce gouvernement qui en fait parti ??

                    Le mot socialisme recouvre un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvances politiques 1) dont le point commun est de rechercher une organisation sociale et économique plus juste. Le but originel du socialisme est d’obtenir l’égalité sociale, ou du moins une réduction des inégalités. 2) Plus largement, le socialisme peut être défini comme une tendance politique, historiquement marquée à gauche, dont le principe de base est l’aspiration à un monde meilleur, fondé sur une organisation sociale harmonieuse et sur la lutte contre les injustices...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès