Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le report de la visite de Sarkozy aux Antilles

Le report de la visite de Sarkozy aux Antilles

Normalement, un ministre va où il veut, sur le territoire français. Et plus on monte dans la hiérarchie gouvernementale, plus cette vérité s’impose. D’où l’intérêt que suscite le report de la visite que prévoyait de faire, cette semaine, Nicolas Sarkozy, en Martinique et en Guadeloupe. Qu’un ministre de l’Intérieur, sagement, intelligemment vu les circonstances, renonce à faire un déplacement sur une partie du territoire français, cela constitue un évènement suffisamment significatif pour que l’on ressente l’envie d’en savoir ou d’en comprendre davantage.

Deux aspects, de nature très différente, méritent d’être mis en valeur. Le premier tient à ce qui, profondément, a déclenché une forme d’hostilité à la visite ministérielle en Martinique et en Guadeloupe. Il s’agit, bien sûr, de cette loi, votée en février dernier, qui conseille aux enseignants de "mettre en valeur" l’aspect positif de la colonisation, particulièrement en Afrique du Nord, précise ce texte.

Voilà déjà plusieurs semaines que la crise couve. Le président Bouteflika en Algérie, de manière publique et parfois violente, plusieurs ambassadeurs des pays arabes en France, sous une forme plus feutrée et confidentielle, ont dit et répété que cette formulation, dans une loi consacrée aux rapatriés d’Algérie, les choquait. Leur argument est simple : la colonisation fut pour nous une source de souffrance. Parler de ces bienfaits, réels, revient à nier la souffrance.

D’une certaine façon, les populations françaises d’Outremer disent la même chose. Pour elles, la souffrance s’incarne dans l’esclavage dont leurs ascendants furent les victimes. Elles n’acceptent donc pas qu’un article de loi évoque une situation de domination, dont les Arabes ou les Noirs furent, à des titres divers, les victimes.

On pourra dire, rationnellement, que l’intention du législateur n’était pas de justifier, d’oublier ou de minorer les souffrances. On pourra aussi, à l’attention des Martiniquais et des Guadeloupéens, faire remarquer qu’en son temps, la République a condamné nettement les pratiques esclavagistes. On pourra, en fait, aligner tous les arguments qu’on veut, un fait s’impose. A l’heure où, par des cheminements divers, des populations minoritaires réclament davantage d’égalité réelle, de reconnaissance sociale, de respect culturel, ce genre d’article réintroduit pour elles l’idée d’une hiérarchie, d’un écrasement, d’un bienfait apporté par une civilisation qui impose et s’impose. Cet article de loi est maladroit, pas faux, mais anachronique, pas scandaleux, mais provocateur en direction d’identités et de personnes qui sont à vif. Le retirer est une bonne solution. Le conserver est une faiblesse.

Sur cette question délicate, se greffe un phénomène plus conjoncturel : la personnalité de Nicolas Sarkozy, sa manière d’être et de faire de la politique. En quelques faits divers, puis à l’occasion de la crise des banlieues, il a installé une signature désormais pratiquement indélébile. Désireux d’être entendu, il a utilisé, selon son explication, des mots qu’aucun responsable politique n’emploie, mais que chaque citoyen comprend. D’où, utilisés dans des contextes parfois occultés et des formes qui ont pu être un peu déformées dans certaines occasions, ces formules et ces mots : "nettoyer au kärcher", "voyou", racaille".

Ces expressions ne rassemblent pas. Elles divisent. Certains, la majorité disent les sondages, approuvent et défendent. D’autres, minoritaires mais pas marginaux, détestent et condamnent. Le mouvement a une conséquence : il fait de Nicolas Sarkozy un objet de débat, voire, eu égard à la sensibilité des sujets traités, un objet de combat.

C’est ainsi que, confrontés à l’éventualité de la venue de Nicolas Sarkozy sur leur territoire, des Guadeloupéens et des Martiniquais se sont mobilisés pour protester, davantage que pour empêcher cette visite. L’effet de la loi ajouté au choc des mots fait que, assez vite, les initiateurs de la protestation ont paru rencontrer un large écho. Voyant cela, les autorités locales, préfets et parlementaires, ont fait remonter un message simple à Paris : sur place, Nicolas Sarkozy sera chahuté, voire bousculé. Voyant cela, le ministre de l’Intérieur a décidé de différer le rendez-vous. Décision sage, mais qui, sur le fond, ne règle rien.


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Sarkomzy (---.---.1.94) 8 décembre 2005 12:05

    Ces expressions ne rassemblent pas. Elles divisent.

    Ce en quoi leur auteur n’incarne pas, tant s’en faut, la figure de rassembleur de la nation constitutive de la stature de l’homme d’Etat en charge des plus haute responsabilités. C’est pour cela que par de là l’illusion du phénomène Sarkomzy médiatiquement mis en scène, il ne sera même pas le candidat de l’UMP en 2007.


    • Emile Red (---.---.79.235) 8 décembre 2005 12:37

      Tout ce laïus pour nous dire qu’il a les chocottes le nain magyar.

      Quel plaisir avez vous, journalistes d’opérette, à lécher les bottes de cet énergumène hystérique.

      Si j’avais un minimum de pouvoir, j’exigerai du CSA la comptabilité du temps de parole de ce sous-ministre sur l’ensemble des médias radio-télévisés, ainsi que le nombre d’emissions qui lui sont consacrées.

      Ce n’est plus de la propagande c’est de l’adulation.

      Qu’a ce bonhomme ou que fait il pour que les pseudo journalistes en fauteuil de cuir lui vouent un tel intérêt ?

      Je suis scandalisé par ce comportement à l’encontre de toute éthique journalistique objective. Vous agissez comme des bouffons, et vos pantalonnades ne font sourire que vous et le diable hongrois.

      N’avez vous pas assez de vos micros vérolés, pour venir sur Agora repandre votre logorrhée baveuse ?

      Quel outrage, après les insultes, les spams, venir envahir les médias populaires aux fins peu ragoutantes d’une ambition démesurée.


      • mat (---.---.153.33) 8 décembre 2005 14:21

        « Ces expressions ne rassemblent pas. elles divisent »

        sauf que comme vous dites les sondages lui sont favorables de façon tres majoritaire ; ca ne fait rien... on va bientot nous expliquer que Christine Taubira est, elle, une rassembleuse, malgré ses 1,7 % d’electeurs ..

        ce qui semble rassembler à gauche, c’est plutot la volonté d ’interpreter de façon abusive les propos de Sarkozy ; nettoyer les cités des voyous devient nettoyer « les jeunes »

        Abonder dans le sens de ceux qui decident de s’amalgamer aux voyous : voilà l’amalgame ;

        dire comme Hollande que sarkozy insulte les antillais : voilà une formule choc faite pour rassembler !

        Si ça n’est pas jouer sur les mots , sur les peurs, et les reflexes identitaires , ça ...


        • (---.---.162.15) 8 décembre 2005 15:14

          Avons nous affaire à un gouvernement responsable quand il dit qu’il faut maintenir une loi qu’il ne faut pas appliquer ? Et de jurer ses grands Dieux que l’on ne veut pas imposer un sens à l’histoire et que c’est écrit mais que ça ne compte pas. Pendant combien de temps va-t-il jouer à ce jeu qui nie la pertinence de nos lois à un point qui n’avait jamais été aussi cyniquement atteint ?

          N’est-ce pas une forfaiture d’ailleurs de vouloir créer des lois qui ne s’appliquent pas ? Plutôt que de gloser sur le climat politique et les larges échos rencontrés, mieux vaudrait pointer l’inconséquence grave des prises de position gouvernementales.


          • Mabouya (---.---.84.5) 8 décembre 2005 15:42

            Vous dites « On pourra dire, rationnellement, que l’intention du législateur n’était pas de justifier, d’oublier ou de minorer les souffrances. »

            Je dis qu’attendre 60 ans après la fin de la guerre pour honorer la mémoire des tirailleurs sénégalais et autres harkis, qui ont combattu pour la France pour se voir traiter ensuite à coups de pieds et de mépris (30 € de pension depuis 40 ans), c’est une HONTE. Vouloir nous faire avaler cette loi infame pour ce prétexte là, c’est nous prendre pour des BOEUFS.

            Vous écrivez aussi : « On pourra aussi, à l’attention des Martiniquais et des Guadeloupéens, faire remarquer qu’en son temps, la République a condamné nettement les pratiques esclavagistes. »

            Je vous ferais remarquer à mon tour :
            - que la République dont on aime tant se drapper des idéaux a été singulièrement amnésique, qu’il a fallu 5 LONGUES ANNEES après la Révolution Française de 1789, et surtout quelques révoltes légitimes d’esclaves sur place, pour se souvenir que les esclaves étaient aussi des êtres humains. D’où la première abolition de l’esclavage de 1794

            - que cette Abolition n’a duré que 8 ans, l’esclavage ayant été rétabli dès 1802 par ce grand empereur tant glorifié par la mémoire nationale, je parle bien sûr de NABOLEON

            - que l’Abolition, cette fois définitive, de l’esclavage en 1848 ne saurait représenter l’absolution ultime, un sauf-conduit incontestable devant faire oublier les siècles d’esclavage qui l’ont précédée. pour parler clairement, le réveil tardif de l’Humanisme prétendumment Universaliste français ne doit pas faire oublier l’histoire qui a précédé.

            - et cette Abolition effective aux Antilles n’a empêché ni les tueries d’ouvriers agricoles (jusqu’en 1974 en Martinique) ni le « travail forcé » en vigueur dans les colonies françaises d’Afrique (« travail forcé » étant l’euphémisme trouvé pour désigner des pratiques esclavagistes qui n’avaient guère disparu).

            Français, il est grandement temps que vous rejoigniez les Antillais dans leur quête de vérité, et que vous demandiez des comptes aux gouvernements qui vous abreuvent de fables depuis trop longtemps.

            La mission civilisatrice de l’homme blanc hier, la générosité de la France aujourd’hui, c’est des fables.

            La réalité : pillages et massacres, extermination des amérindiens et esclavage hier, Françafrique aujourd’hui. Et celà ne s’est pas fait pour le bénéfice de la majorité des Français mais au profit d’une minorité.

            IL EST TEMPS D’OUVRIR LES YEUX.


            • Jean (---.---.204.194) 8 décembre 2005 16:15

              Cet article est pertinent. Que cette loi soit sur l’apport positif de la colonisation soit maladroite, on peut en effet le penser .... Elle est trop tradive surtout et l’histoire " officielle" ds bien-pensants serait un peu plus honnete, on aurait pu faire l’economie de ce vote. Seulement, en tant que Francais, j’aimerais que l’on arrete de me dire que l’histoire de mon pays, donc apres tout l’histoire faite par mes aieux n’a ete que sang, violences et malheurs. Ceci est faux et ce n’est pas en nous haissant nous meme que l’on arrivera a integrer les immigres ! Comment peuvent-ils nous montrer de l’estime alors que l’ensemble des medias repete a l’envi qu’etre francais est meprisable et que notre culture est une sous-culture ?

              M. Sarkozy, en tant qu’homme politique est expose. Il a au moins le merite de vouloir faire une vraie rupture avec une petite partie du politiquement correct. Je suis loin d’etre un de ses fans, mais rendons lui ce qui lui revient et remercions le de parler parfois clairement.


              • Libre pensée (---.---.243.98) 8 décembre 2005 16:37

                La loi controversée du 23 février 2005 aurait semble t-il la faveur de 64% de français. Ont-ils raison ses 64% ? En 1940, une écrasante majorité d’allemands avaient soutenu la traque des juifs et l’invasion de la France par l’armée allemande. Est-ce qu’on peut dire que cette écrasante majorité d’allemands avait raison ? Non. Elle est bien curieuse cette façon de magnifier la grandeur de la France. Dans ce pays, 60 ans seulement après la fin de la seconde guerre mondiale, on a déjà oublié que des gens d’horizons divers sont venus mourir ici pour défendre la liberté. Le monde nous regarde. L’Allemagne nazie se disait aussi qu’elle pouvait vivre dans l’impunité, le monde libre lui a rappelé un certain nombre de règles y compris par la violence légitime.


                • SS (---.---.44.138) 8 décembre 2005 18:12

                  Voulez-Vous, Francais et Francaises, qu’un senat et un parlament fait un loi pas seulement comme tout le monde represente « _positiv_ » l’histoire exterieure mais aussi interieure de La Grand Nation` ? C’n’est pas vrai(?) : « Antes, el Padre Godin había alarmado a los católicos franceses con su libro Francia, País de Misión, con datos, cifras y números tan convincentes sobre la situación religiosa en París, que motivó la formación de Misión de París, creadora de los sacerdotes obreros. En 1938 se creó el movimiento político « La Falangue », integrado por jóvenes cristianos, con inquietudes sociales, que fue un desprendimiento del Partido Conservador. Dos años después, en 1940, La Falangue participó en el Frente Común, junto con los comunistas »(Une Position semi-officielle de Chile). Faites vos corrections, s’il Vous plait. Merci beaucoup. Et continuez en espagnol « exactamente » et respectez les sensibilites de l’Argentine.Pas facile ?


                  • Bertrand (---.---.108.197) 8 décembre 2005 18:33

                    Sur le premier sujet abordé, j’aimerai faire un comparaison un peu audacieuse.

                    Quitte à enseigner de la colonisation que les bons côtés, peut-être ne pourrait-on enseigner que les bons côtés d’autres périodes historiques : comme mai 68, comme la révolution française, comme le règne de Napoléon (aucun anniversaire de la bataille d’auterlitz n’a été médiatisé), comme la guerre de 14-18, et pourquoi pas aussi les bons côtés de l’occupation entre 1940 et 1945. Et dans les journaux on ne verrait que des bonnes nouvelles...

                    Sur le deuxième point, M. Sarkozy clame haut et fort qu’aucun territoire de la République ne doit être en dehors du contrôle de ses fonctionnaires. Et M. Sarkozy en bon ministre de l’Intérieur estime que la sécurité n’est pas suffisamment assurée pour se rendre dans ces départements. C’est à lui d’assurer cette sécurité. Saura-t-il mieux l’assurer en tant que Président de la République. Pas sur...


                    • Bertrand (---.---.108.197) 8 décembre 2005 18:43

                      Oui, d’ailleurs pourrait-on nous dire aussi parmi les lois existantes : celles qui s’appliquent, celles qui s’appliquent de temps en temps et celles qui ne s’appliquent pas du tout ? Cela ferait gagner du temps à tout le monde.


                      • mat (---.---.64.89) 8 décembre 2005 21:37

                        Bertrand, La loi en question n’a jamais dit que la colonisation n’avait eu « que » des cotés positifs !

                        les bouquins d’histoire des etudiants et lyceens sont heureusement tres clairs sur les mauvais cotés

                        simplement il y avait aussi de bons cotés.

                        c’est tout


                        • Mabouya (---.---.84.5) 8 décembre 2005 22:11

                          Celà fait des jours que je parcours les forums à la recherche d’arguments dûments étayés concernant les aspects positifs de la colonisation.

                          Vous avez l’air d’en connaître, donc je m’en remets à vous : pouvez-vous me les citer, svp ?

                          Précision essentielle : les bons côtés de la colonisation... pour les COLONISES, bien sûr (pour les COLONS et la « Mère Patrie », la démonstration n’est plus à faire...)

                          Merci d’avance.


                          • Mabouya (---.---.84.5) 8 décembre 2005 22:23

                            Jean a écrit : « Seulement, en tant que Francais, j’aimerais que l’on arrete de me dire que l’histoire de mon pays, donc apres tout l’histoire faite par mes aieux n’a ete que sang, violences et malheurs. Ceci est faux et ce n’est pas en nous haissant nous meme que l’on arrivera a integrer les immigres ! Comment peuvent-ils nous montrer de l’estime alors que l’ensemble des medias repete a l’envi qu’etre francais est meprisable et que notre culture est une sous-culture ? »

                            Ouais, on commence à peine à lever le coin du voile de ce qu’a été (et ce qu’est toujours dans certains pays de la Françafrique aujourd’hui) la colonisation, et certains tournent déjà de l’oeil ? Ou préfèrent nier l’évidence, détourner le regard ? OU EST CETTE BELLE HUMANITE UNIVERSALISTE DONT LA FRANCE AIME TANT SE TARGUER ???

                            Moi, en tant qu’ANTILLAISE, j’aimerais que l’on arrete de me dire que l’histoire de mon pays N’EXISTE PAS, N’A AUCUN INTERET, donc apres tout l’histoire et la richesse de la FRANCE CONSTRUITE par le TRAVAIL ET LE SANG DE mes aieux N’A AUCUNE IMPORTANCE.

                            J’aimerais qu’on arrête de me dire que le rédacteur du Code Noir (COLBERT) a été un grand homme.

                            J’aimerais qu’on arrête de glorifier un Empereur qui, non seulement a foulé aux pieds la toute jeune République Française, mais a fait massacrer des milliers d’hommes, des milliers de FRANCAIS NOIRS à St-Domingue et en Guadeloupe, avant de les précipiter, eux, DES CITOYENS FRANCAIS, dans les fers de l’esclavage.

                            J’aimerais qu’on cesse de me raconter des sornettes sur des racistes patentés tels que RENAN ou Jules FERRY.

                            J’aimerais qu’on soit honnête avec l’HISTOIRE DE MON PAYS, tout simplement.

                            Ce n’est qu’à ce prix là qu’on cessera de me traiter d’Assistée, car on saura à quel prix mon pays à contribué à enrichir les ports négriers de France. C’est à ce prix là qu’on apprendra à se connaître et à mieux vivre ensemble.

                            Dans la connaissance et le RESPECT MUTUEL.

                            PAS DANS LE MENSONGE ET LE MEPRIS UNILATERAL D’UN COLONIALISME ANACHRONIQUE.

                            Je ne hais que le mensonge. Pas les personnes.


                            • ryann972 (---.---.140.61) 8 décembre 2005 22:24

                              la république a été contre l’esclavage mais elle l’a approuvé aussi sinon elle n’aurait pas été abolit qu’en 1848, sans oublier que des illustres hommes comme Paul Valery ou Jules Ferry ont tenus des propos dignes d’Hitler sur les hommes qu’ils jugeait de race inférieure n’oublions pas également les zoos humains de la république. Donc il est compréhenssible que les Pays Africains les Doms et l’Asie car elle est concernée aussi(Indochine) n’acceptent pas ces propos et cette loi sauf que les communautés asiatiques de Frnace contrôlent leur image et ses dérapages et ne laissent rien filtrer de ce qu’elles ressentent, c’est tout à leur honneur mais quand le ressentiment sortira ,la France en prendra pour son grade. France, Pays des droits de l’homme qui a soutenu la dictature chilienne en envoyant ses ex colonels de la guerre d’Algérie pour apprendre la torture aux dictateurs) tout en accueillant ses ressortissants chiliens à Paris(voir beau repportage d’Arte à ce sujet), France pays de contraste qui donne d’une côté fouette de l’autre.Après ça dite moi qu’est-ce qui a eu de positif dans la colonisation ? (lire discours sur le colonialisme d’Aimée Césaire )


                              • (---.---.32.47) 9 décembre 2005 02:27

                                <>

                                un article de loi qui stipule les bien faits de la colonisation . Ceci n’est pas seulement scandaleux mais fait preuve d’une idiotie incroyable. regardons le bref bilan de la colonisation francaise : des essais nucléaires ,déchets radioactifs, génocides, exploitation, meurtre, viols, esclavage etc... last and not least , installation de régimes dictatoriaux , ou du moins soutien de regimes dictatoriaux, créations de conflits entre les populations ,en creant des disparités ethniques et régionales.


                                • Taranne (---.---.223.162) 9 décembre 2005 08:07

                                  Le Point Godwin se porte décidemment bien. Sarko gagne des votes chaque fois que ce genre de parallèle stupide est évoqué à tout propos. Continuez, les gars, continuez, vous allez l’avoir, votre « nabot magyar »...


                                  • Cyparis (---.---.223.162) 9 décembre 2005 08:32

                                    Mabouya a écrit :

                                    « Moi, en tant qu’ANTILLAISE, j’aimerais que l’on arrete de me dire que l’histoire de mon pays N’EXISTE PAS, N’A AUCUN INTERET, donc apres tout l’histoire et la richesse de la FRANCE CONSTRUITE par le TRAVAIL ET LE SANG DE mes aieux N’A AUCUNE IMPORTANCE. »

                                    Et moi, en tant qu’Antillais, j’en ai ras-le-bol de me faire voler la parole par des gens qui souhaitent réécrire l’Histoire à l’aune de leur petite morale contemporaine, incapables qu’ils sont de replacer les choses dans leur contexte, et qui s’en servent ensuite pour justifier leurs échecs présents.

                                    « J’aimerais qu’on arrête de me dire que le rédacteur du Code Noir (COLBERT) a été un grand homme. »

                                    Personne ne vous oblige à l’entendre. Reste que limiter l’oeuvre de Colbert au seul Code Noir est un peu... limité, si vous me passez l’expression.

                                    « J’aimerais qu’on arrête de glorifier un Empereur qui, non seulement a foulé aux pieds la toute jeune République Française, mais a fait massacrer des milliers d’hommes, des milliers de FRANCAIS NOIRS à St-Domingue et en Guadeloupe, avant de les précipiter, eux, DES CITOYENS FRANCAIS, dans les fers de l’esclavage. »

                                    QUI glorifie l’Empereur ? Le gouvernement n’a même pas daigné célébrer la victoire d’Austerlitz - à l’étonnement du monde entier, soit dit en passant.

                                    « J’aimerais qu’on cesse de me raconter des sornettes sur des racistes patentés tels que RENAN ou Jules FERRY. »

                                    Pfff... Que répondre ? Vous semblez incapable d’accepter l’idée que le passé ait pu être différent d’aujourd’hui, y compris sur le plan des idées, et vous réduisez des personnages certes imparfaits, mais complexes, à de simples marionnettes manichéennes. Si c’est comme ça que l’on entend réécrire l’Histoire, alors il vaut mieux supprimer purement et simplement les cours plutôt que d’exposer les enfants à une démarche aussi simplificatrice qui est la négation même du métier d’historien.

                                    « J’aimerais qu’on soit honnête avec l’HISTOIRE DE MON PAYS, tout simplement. »

                                    Votre pays, jusqu’à preuve du contraire, c’est la France puisque les Antilles ne sont pas encore indépendantes. Et je ne pense pas que vous vous montriez honnête avec son histoire, pas plus en tout cas que ceux qui peignent les colonies en rose bonbon.

                                    « Ce n’est qu’à ce prix là qu’on cessera de me traiter d’Assistée, car on saura à quel prix mon pays à contribué à enrichir les ports négriers de France. C’est à ce prix là qu’on apprendra à se connaître et à mieux vivre ensemble. »

                                    On ne vous traitera peut-être plus d’assistée, mais certainement de pleurnicheuse aigrie, ce qui n’est pas franchement un progrès. Quant à la culpabilisation comme moyen de se connaître et mieux vivre ensemble, laissez-moi rire.

                                    « PAS DANS LE MENSONGE ET LE MEPRIS UNILATERAL D’UN COLONIALISME ANACHRONIQUE. »

                                    Ce qui est surtout anachronique, c’est votre lecture dudit colonialisme.

                                    « Je ne hais que le mensonge. Pas les personnes. »

                                    Arf.


                                    • Mabouya (---.---.113.78) 12 décembre 2005 04:53

                                      Si ou sé an Antiyé, man sé an Hongroise !!!

                                      E en plis di sa, ou ka kryé ko’w Cyparis, an pov boug yo sèvi kon bèt de cirque, yo eksploité’y jik tan i mô, alos kè i té surviv Sen-Piè ?

                                      Arrété fè la fèt, man bien sav’ ki kalté moun ou yé.

                                      PS : aux lecteurs d’AgoraVox non créolophones, excusez cet écart, c’est juste une petite mise en point entre l’Antillaise que je suis et l’Antillais qui se proclame comme tel...


                                    • Cyparis (---.---.223.162) 9 décembre 2005 08:59

                                      Ryann972 a écrit :

                                      « république a été contre l’esclavage mais elle l’a approuvé aussi sinon elle n’aurait pas été abolit qu’en 1848 »

                                      Il faudrait ouvrir un livre d’histoire de temps en temps : la République aurait eu un peu de mal à abolir l’esclavage avant 1848 puisqu’elle venait alors à peine de (re)naître. De 1802, date où le Consul à vie Bonaparte rétablit l’esclavage jusqu’à la chute de la monarchie de Juillet, la France fut difficilement un état républicain. Précisons que l’abolition définitive de l’esclavage fut l’une des toutes premières mesures de la IIème République, on peut donc difficilement dire que le nouveau régîme a cherché à temporiser.

                                      « sans oublier que des illustres hommes comme Paul Valery ou Jules Ferry ont tenus des propos dignes d’Hitler sur les hommes qu’ils jugeait de race inférieure »

                                      Allez hop, revoilà l’oncle Adolf. Il serait quand même bien, de temps en temps, de changer de références parce que ça devient franchement ridicule. Pour le reste, je ne perdrai pas mon temps à vous expliquer que Valéry comme Ferry étaient des hommes de leur temps, comme nous en sommes du nôtre, que les analogies entre époques et contextes différents sont pour le moins périlleuses, etc, etc.

                                      « n’oublions pas également les zoos humains de la république. »

                                      Personne ne les a oubliés, ne vous en faites pas. On ne nous en laisse pas l’occasion. (Et c’est fort heureux du reste)

                                      « Donc il est compréhenssible que les Pays Africains les Doms et l’Asie car elle est concernée aussi(Indochine) n’acceptent pas ces propos et cette loi sauf que les communautés asiatiques de Frnace contrôlent leur image et ses dérapages et ne laissent rien filtrer de ce qu’elles ressentent, c’est tout à leur honneur mais quand le ressentiment sortira ,la France en prendra pour son grade. »

                                      Pour ceux que je connais, les Asiatiques sont plus préoccupés d’intégration que de revendications identitaires. Leur exemple gagnerait d’ailleurs à être suivi.

                                      « France, Pays des droits de l’homme qui a soutenu la dictature chilienne en envoyant ses ex colonels de la guerre d’Algérie pour apprendre la torture aux dictateurs) tout en accueillant ses ressortissants chiliens à Paris(voir beau repportage d’Arte à ce sujet) »

                                      Eh oui, c’est comme ça : le monde n’est pas tout noir ou tout blanc (sans jeu de mot) On peut avec la même sincérité être une parfaite ordure et le plus généreux des philanthropes. Tous les historiens sérieux vous le diront, mais j’ai comme l’impression que vous ne souhaitez pas les écouter.

                                      « France pays de contraste qui donne d’une côté fouette de l’autre. »

                                      Comme tous les autres.

                                      « Après ça dite moi qu’est-ce qui a eu de positif dans la colonisation ? (lire discours sur le colonialisme d’Aimée Césaire ) »

                                      Alors en effet, si Césaire Aimé l’a dit...


                                      • Calb (---.---.112.130) 9 décembre 2005 10:01

                                        « Eh oui, c’est comme ça : le monde n’est pas tout noir ou tout blanc (sans jeu de mot) On peut avec la même sincérité être une parfaite ordure et le plus généreux des philanthropes. Tous les historiens sérieux vous le diront, mais j’ai comme l’impression que vous ne souhaitez pas les écouter. »

                                        ...alors comme ça on peut être en même temps une parfaite ordure et le plus généreux des philanthropes ? Allons, allons, vous vous relisez des fois ? Pourquoi ne pas trouver des bons côtés à Hitler, Staline, Mao et autres Bush ? y’en a, je te jure...

                                        Cette loi est une honte, y’a pas d’autres mots !!! Y’a pas de points positifs ou même teintés de positifs dans la traite des noirs ! Faut être criminel pour oser défendre un texte pareil ! voilà tout !


                                        • Calb (---.---.112.130) 9 décembre 2005 10:15

                                          juste une dernière remarque : s’il y avait effectivement des points positifs à défendre dans la colonisation et la traite des noirs, ça devrait se voir aujourd’hui, non ?


                                          • Emile Red (---.---.19.48) 9 décembre 2005 10:20

                                            mat dit :

                                            « les bouquins d’histoire des etudiants et lyceens sont heureusement tres clairs sur les mauvais cotés »

                                            Je suppose cher Mat que vous n’avez pas vu de livre d’histoire depuis longtemps.

                                            Le seul grand sujet abordé aujourd’hui par les livres d’histoire(s) sont la religion, la religion et la religion.

                                            Aussi étrange, que de vouloir réhabiliter la colonisation, on fait un pas en avant, trois pas en arrière, et bientôt, arès la remise en question de l’age de la scolarité, on mettra en question, il en est fortement question, la loi sur la laïcité.

                                            A quand le Nabonico sur le trône de Napoléon ?

                                            Quel « révolté » pourra-t-il faire crever dans ses geoles à l’image de son modèle qui n’épargna pas Louverture.

                                            Cyralis défend l’histoire tel qu’elle devrait être, il n’a pas tord, seulement on ne nous la présente pas comme elle est vraiment, quel est aujourd’hui celui qui peut nous parler de la Cochinchine ou du Tonkin.

                                            Qui se demande pourquoi les asiatiques réagissent différement des africains ou des afro-américains, le constat n’est pas suffisant.

                                            A trop vouloir voir, à la fois, les bons et mauvais côtés des personnages historiques, Cyralis, ont se méprend de la valeur de chacun en les mettant sur un même pied d’égalité, injustice historique

                                            De dire que le premier acte de la république en 1848 fut l’abolition de l’esclavage, sonne faux.

                                            Dès 1847, seul Victor Schoelcher défendit cette loi qui n’aurait jamais été arrachée sans sa détermination.

                                            En pleine révolution personne ne songeait aux esclaves, c’est par le biais du débat sur le suffrage universel que Schoelcher souleva le problème.http://noiresmemoires.rfo.fr/article11.html

                                            Défendre Ferry ou Valery se justifie pleinement, mais oublié le décret Crémieux ne se justifie pas, passer sous silence l’utilisation de zouaves pour faire sauter les mines en les faisant courir entre les tranchées ne se justifie pas non plus.

                                            Que les personnages historiques ne soient pas manichéens (encore que...) est défendable, que les faits historiques soient occultés, lissés ou déformés est totalement inadmissible.

                                            Dire qu’il n’y a pas eu de gégène en Algérie revient à dire que les algériens étaient des bourreaux sanguinaires.

                                            Cacher le rôle des grands armateurs bordelais ou nantais dans l’esclavage revient à dire que l’esclavage était un détail de l’histoire.

                                            Affirmer que le latex brésilien coutait plus cher que celui venu d’indochine dissimule les raisons.

                                            Apprendre aux africains que leurs ancêtres étaient gaulois c’est néantiser leur identité et par là leur existence.

                                            Voilà ce qu’est la revisite de l’histoire, et nos bouquins de gosses, comme ceux d’aujourd’hui, sont bourrés de ces infamies.

                                            Est il vraiment nécessaire que le législateur sur son piédestal d’ignorant congénital en rajoute s’il n’a une autre idée en tête ?

                                            Et le rôle d’un politique et de se confronter à ses incompétences, de ne pas faire front aux crises qu’il crée revient à dire qu’il ne les voit pas, ne les conçoit pas, qu’il crache aux visages des électeurs.


                                            • jvincen (---.---.235.241) 9 décembre 2005 11:59

                                              La finalité de cet article m’échappe.

                                              Pour résumer : M. Sarkozy a annulé son voyage outre mer à cause d’une manifestation potentielle occasionnée par un « déficit de reconnaissance sociale » et un manque de « respect culturel » dont souffrent les « populations minoritaires ».

                                              A cet égard, le sens profond des expressions « reconnaissance sociale », « populations minoritaires » et « respect culturel », parait pour le moins obscur, si ce n’est inexistant.

                                              Si l’on se réfère au dictionnaire, le terme reconnaissance signifie soit « Action de poser comme déjà connu », soit « sentiment qui incline à se souvenir et à récompenser un bienfait reçu ». L’adjonction de l’adjectif « social » à ce terme pourrait se rapporter à la société, soit l’ensemble des citoyens, soit les organes représentatifs de la société, à savoir l’Etat.

                                              On réalise déjà toute l’ambiguïté de l’expression qui, dans cet article, peut aussi bien signifier le fait pour l’ensemble des citoyens d’admettre l’existence de « populations minoritaires » ou l’octroi par l’Etat d’une récompense aux « populations minoritaires » pour un bienfait reçu. En l’absence de bienfait reçu, la première interprétation semble devoir être retenue.

                                              Dans la mesure où le sujet des « populations minoritaire » est actuellement extrêmement en vogue dans les médias. L’ensemble des citoyens est nécessairement déjà au courant de leur existence. Faut-il organiser des manifestations dans toute la France et les DOM-TOM pour faire comprendre à ces « populations minoritaires » qu’elles sont reconnues ?

                                              Par ailleurs, pourquoi nos concitoyens ont-il besoin de « reconnaissance sociale » ? Est ce que cela leur donne du travail, un toit, un meilleur niveau de vie ? Est-ce qu’un déficit de « reconnaissance sociale » empêche d’exister, d’avoir une famille, un logement, un emploi, etc. ?

                                              Le point de l’identification des « populations minoritaires » pose également problème. Antillais, corses, bourguignons, bretons, basques, antillais, berrichons, ne sommes nous pas tous minoritaires au sein d’une majorité de résident de France ? Pourquoi systématiquement chercher à identifier une minorité plutôt qu’une autre ?

                                              Enfin, s’agissant du « respect culturel », expression racoleuse au possible, la vérité est-elle irrespectueuse des gens ? Vaut-il mieux mentir aux algériens, tunisiens et ivoiriens résidant en France pour préserver leur « culture » ?

                                              Faut-il vraiment expliquer aux écoliers scolarisés dans notre pays, quelle que soit leur origine, que la colonisation était une erreur d’un autre siècle et que c’est parce que les outils de développement ont été mal expliqués aux citoyens des anciennes colonies, telles l’Algérie, la Tunisie, ou la Côte d’Ivoire que celles-ci sont devenues des dictatures (militaires ou non) dont le niveau de développement stagne ou régresse depuis 20 ans ?

                                              Trop de questions sans réponses. Aussi, j’arrêterai là mon commentaire, déjà fort long, car je dois organiser une manifestation avec la population minoritaire d’Auvergne pour la reconnaissance, au niveau national et légal, des spécificités et du mérite de la bourrée et du saucisson.


                                              • SebD (---.---.45.180) 9 décembre 2005 12:51

                                                En fin de compte, l’essentiel c’est que l’on parle de Nicolas SARKOZY quoi qu’il fasse !!!

                                                On en arrive parfois, lorsque le nom de Nicolas S. n’est pas pronnoncé au moins une fois dans la journée par les journalistes s’il s’est passé quelque chose en France


                                                • mat (---.---.64.89) 9 décembre 2005 22:19

                                                  Emile red : des livres dhistoire j’en lis en en ce moment (braudel) . si vous parliez de manuels d’histoire , vu que mon petit frere à 18 ans et que j’en ai 15 de plus, il m’arrive de regarder les siens.

                                                  dire que ca parle de religion plus que les miens d’il y a 15 ans c’est n’importe quoi .

                                                  Emile red , quel age avez vous, sous quelle republique etes vous né, vous qui croyez qu’on parle des ancetres les gaulois ? c’est faux depuis 50 ans ca .


                                                • mat (---.---.64.89) 9 décembre 2005 22:33

                                                  Mabouya,

                                                  vous cherchez des points positifs à la colonisation ? je vous avoue que je n’ai pas les chiffres sous la main, mais hier dans le courrier des lecteurs du Monde, il y avait une petite note sur la diminution du taux de contamination par les grandes maladies tropicales dans les colonies :

                                                  en Afrique Occidentale Française : mortalité suite à variole : 16,35 % en 1935 à 4,42 % en 1940

                                                  Indice de contamination nouvelle pour la Trypanosomiase ( je crois que c’est le palu) : de 1,2 en 1940 à 0,088 en 1955 puis 0,0008 en 1969, gràce à un certain docteur Jamot parait il.

                                                  bien sur il faudrait regarder des chiffres sur une plus lognue durée ( cf bouqin du Pr. Lapeysonnie , « La medecine Coloniale, Mythe et realité » )


                                                  • mat (---.---.64.89) 9 décembre 2005 22:46

                                                    condamner l’esclavage : evident

                                                    mais condamner la france pour l’esclavage , alors là ...

                                                    tout le monde le trouvait normal à l’epoque, et surtout les tribus et royaumes africains qui etaient en guerre les uns contre les autres ou contre les tribus nomades du desert ; (En lybien , esclave se dit « noir »)

                                                    les ports français n’ont fait que relier ce commerce des esclaves au commerce des Indes ; ils y ont donc participé, mais ne l’ont pas créé ;

                                                    Avec ou sans colonisation il y avait des esclaves en afrique subsaharienne

                                                    les historiens considerent qu’il y a eu dans l’histoire plus d’esclaves dans le monde arabo-musulman que par la faute de l’europe ; ( cf un numero de la revue LHistoire d’il y a 2 ou 3 ans, revue qui ne me semble pas en generale « orientée » specialement politiquement.)

                                                    alors condamner l’esclavage bien sur , condamner une epoque, un millenaire , pourquoi pas ? condamner tous les gens et tous les Etats de ce millenaire de 1000 à 1970 ? d’accord ; alors Ok condamnons aussi la France . à ces conditions je veux bien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès